Guerre en Ukraine : Vingt civils sortis du site Azovstal à Marioupol pour être évacués

CONFLIT Suivez avec nous toutes les infos sur le conflit à l'Est de l'Europe

X.R.
— 
Un building détruit à Odessa, en Ukraine (illustration)
Un building détruit à Odessa, en Ukraine (illustration) — Oleksandr GIMANOV / AFP

L’ESSENTIEL

  • De violentes explosions ont été entendues dans la nuit à Kharkiv, deuxième ville du pays et située dans le Donbass, que l’armée russe cherche à reprendre. Vendredi, au moins une personne est morte dans les bombardements sur la ville.
  • L’Indonésie a invité Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky au prochain sommet du G20. Mais les Etats-Unis ont indiqué qu’ils refusaient de faire « comme si de rien n’était » si la présence du président russe était confirmée.
  • Alors que Kiev a été bombardée jeudi lors de la visite du secrétaire général, Antonio Guterres, Moscou a admis avoir effectué une frappe avec des armes de « haute précision » sur « les ateliers de l’entreprise spatiale Artiom ».

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

Ce live est désormais terminé, merci de nous avoir suivis. A très vite sur 20 Minutes!
20h33 : Un avion de reconnaissance russe a violé l’espace aérien suédois

Un avion de reconnaissance russe a brièvement violé vendredi l’espace aérien suédois, a annoncé samedi l’état-major du pays scandinave dont les autorités réfléchissent à une éventuelle candidature à l’Otan suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Un avion à hélices russe AN-30 a violé l’espace aérien suédois vendredi soir », a écrit la Défense suédoise dans un communiqué, précisant que ses équipes avaient suivi l’intégralité de l’incident et l’avaient photographié.

20h26 : Vingt civils sortis du site Azovstal à Marioupol pour être évacués (régiment Azov)

Vingt civils sont sortis samedi de l’usine Azovstal à Marioupol, port du sud-est de l’Ukraine assiégé par les Russes, pour être évacués vers Zaporijjia, a annoncé le régiment Azov qui assure la défense du site.

« Vingt civils, des femmes et des enfants (…) ont été transférés vers un endroit convenu et nous espérons qu’ils seront évacués vers Zaporijjia, sur le territoire contrôlé par l’Ukraine », a déclaré Sviatoslav Palamar, commandant adjoint du régiment Azov dans une vidéo sur Telegram. Quelques heures plus tôt, l’agence officielle russe Tass a annoncé qu’un groupe de 25 civils dont six enfants avait pu sortir d’Azovstal, immense aciérie où sont bloqués des centaines de militaires et de civils ukrainiens.

18h33 : Frappe russe contre l’aéroport d’Odessa, la piste détruite

L’aéroport d’Odessa, ville portuaire dans le sud de l’Ukraine, a été touché samedi par une frappe russe qui a détruit la piste, sans faire de victimes, a annoncé le gouverneur de la région Maxim Martchenko.

« Aujourd’hui, l’ennemi a frappé depuis la Crimée par un système de missile de défense côtière Bastion. La piste de l’aéroport d’Odessa a été détruite. Dieu merci, il n’y a pas eu de victimes », a déclaré le gouverneur dans une vidéo sur son compte Telegram.

16h41 : Des dockers néerlandais refusent de décharger un pétrolier russe à Amsterdam

Des dockers néerlandais ont refusé samedi de décharger le Sunny Liger, un pétrolier de 42.000 tonnes contenant une cargaison de diesel russe, à Amsterdam, au lendemain d’une action similaire qui avait empêché le navire d’accoster à Rotterdam. « Tard hier soir, nous avons demandé à toutes les parties du port d’Amsterdam de ne pas laisser le navire accoster », a déclaré Asmae Hajjari, présidente de la section des travailleurs portuaires du syndicat FNV.

Le Sunny Liger est parti il y a une semaine de Primorsk, près de Saint-Pétersbourg, et la destination finale de ce pétrolier battant pavillon des îles Marshall était Amsterdam, selon le site Internet maritime MarineTraffic.com. « Pour le moment, le navire est à l’ancre dans la mer du Nord. Pour l’instant, il n’a pas demandé l’autorisation d’entrer dans le port », a déclaré Marcella Wesseling, porte-parole du port d’Amsterdam. « En principe, nous ne pouvons pas lui refuser l’entrée car il ne tombe pas sous le régime des sanctions (contre la Russie). »

Une société chargée de remorquer le navire dans le port a toutefois déclaré qu’elle refuserait de le faire si on le lui demandait, affirmant que cela pourrait conduire à une situation dangereuse si des manifestants voulaient empêcher le bateau d’entrer, a rapporté la chaîne de télévision RTL Nieuws.

16h32 : Un Danois tué en Ukraine

Un Danois a été tué en Ukraine, a indiqué samedi sa famille, selon un communiqué du ministère danois des Affaires étrangères. La télévision publique danoise TV2 avait annoncé jeudi soir la disparition en Ukraine d’un jeune homme de 25 ans, engagé dans la légion internationale auprès des forces ukrainiennes. D’après ces informations, il faisait partie d’un groupe de huit soldats engagés dans des combats dans la ville de Mykolaiv mardi. Six d’entre eux n’auraient pas survécu.

« Sur la base des informations disponibles, la famille a identifié la personne concernée, qu’elle considère donc comme décédée », a écrit la diplomatie danoise dans un courriel à l’AFP expliquant « dialoguer » avec la famille. « Le ministère des Affaires étrangères a un devoir de confidentialité dans les affaires personnelles et ne peut pas donner plus de détails », est-il précisé.

16h25 : Angelina Jolie est à Lviv

L'actrice, ambassadrice du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, a été apperçue dans un café de Lviv, à l'ouest de l'Ukraine.



 

16h17 : La Russie grignote du territoire

Dans l’est de l’Ukraine, les Russes, en supériorité numérique et mieux armés, sont passés de la stratégie du rouleau compresseur à celle d’un patient grignotage, auquel les forces de Kiev ne peuvent à ce stade que difficilement s’opposer.

« Ce n’est pas comme en 2014, il n’y a pas un front défini le long d’un axe », explique Iryna Rybakova, officier de presse de la 93e brigade des forces ukrainiennes, en référence à la guerre qui a opposé Kiev à des séparatistes prorusses dans cette région il y a huit ans et n’a jamais totalement cessé. « C’est un village à eux, un village à nous : il faut plutôt visualiser un échiquier », reprend la militaire. Et après deux semaines d’assaut russe, « nous ne sommes pour le moment pas en capacité de faire reculer l’ennemi ».

15h58 : Les avantages accordés à Gerhard Schröder remis en cause par le gouvernement allemand

Le gouvernement allemand envisage de revenir sur les avantages, dont l’attribution de bureaux, accordés à l’ex-chancelier social-démocrate Gerhard Schröder, proche de Vladimir Poutine, a indiqué samedi le ministre des Finances. Il n’est « plus concevable qu’un bureau soit mis à sa disposition par le contribuable » à l’ex-chancelier (1998-2005), explique Christian Lindner dans les journaux du groupe Funke.

« Nous devrions tirer les conséquences » du refus de l’ancien homme fort de la gauche allemande de mettre fin à ses responsabilités dans plusieurs groupes russes et de condamner l’invasion russe de l’Ukraine. En tant qu’ancien chancelier, Gerhard Schröder a droit encore à plusieurs bureaux à la chambre des députés et à un budget pour du personnel. Un privilège, qui coûte 400.000 euros par an aux contribuables.

15h32 : 615 tonnes de matériel humanitaire

Selon l’Elysée, l’aide humanitaire française à l’Ukraine représente à ce stade « plus de 615 tonnes d’équipement acheminé dont du matériel médical, des groupes électrogènes pour les hôpitaux, de l’aide alimentaire, de l’aide pour l’hébergement, et des véhicules d’urgence ».

14h15 : Culture imposée

Les Russes ont installé une statue de Lénine à Nova Kakhova, près de Kherson, une région qu’ils tentent de « russifier » en y imposant le rouble et en organisant un référendum sur le rattachement à la Russie.



 

13h58 : La France va « renforcer » l’envoi de matériel militaire et d’aide humanitaire à l’Ukraine

La France va « renforcer » l’envoi de matériel militaire à l’Ukraine ainsi que son aide humanitaire à ce pays, a annoncé samedi l’Elysée après un entretien entre le président réélu Emmanuel Macron et son homologue Volodymyr Zelensky.

Alors que le président ukrainien le remerciait pour des « envois de matériel militaire d’envergure qui contribuent à la résistance ukrainienne », le chef d’Etat français « a indiqué que cet appui continuera de se renforcer, de même que l’assistance humanitaire apportée par la France », ajoutant selon un communiqué que « la mission d’experts français contribuant au recueil de preuves pour lutter contre l’impunité et permettre le travail de la justice internationale relatif aux crimes commis dans le cadre de l’agression russe, se prolongera ».

13h52 : Les corps de trois hommes les mains liées retrouvés enterrés près de Boutcha

Les corps de trois hommes visiblement torturés et tués par balle ont été retrouvés vendredi dans une fosse à Myrotske, un village proche de Boutcha, les mains liées et les yeux bandés, a annoncé ce samedi la police de Kiev. « Les victimes ont été torturées pendant longtemps (…) Finalement, chacun d’eux a reçu une balle dans la tempe », a indiqué dans un communiqué le chef de la police de Kiev, Andriï Nebytov, précisant qu’ils avaient les mains liées, les yeux bandés et pour certains un bâillon dans la bouche.

13h46 : Un bombardement filmé


 

13h38 : La skyline de Kiev


 

12h53 : Lavrov demande aux Occidentaux de ne plus fournir d’armes à l’Ukraine

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a exhorté l’Otan et les Etats-Unis à cesser de livrer des armes à Kiev, s’ils « sont vraiment intéressés à résoudre la crise ukrainienne ». « Un flux continu d’armes en tout genre est entré en Ukraine à travers la Pologne et d’autres pays de l’Otan », déclare-t-il dans une interview publiée samedi par l’agence officielle Chine nouvelle. Le ministre a ajouté que l’offensive russe en Ukraine se déroulait « conformément aux plans », tous ses objectifs « seront atteints en dépit de l’obstruction de nos adversaires ».

12h40 : Entretien téléphonique entre Macron et Zelensky en cours
12h06 : L’offensive russe en retard sur son plan, selon Washington

Pour Washington, l’offensive russe accuse du retard. Selon un haut-responsable du Pentagone, les forces russes « sont loin d’avoir fait la jonction » des troupes entrées par la région de Kharkhiv, au nord du Donbass, avec celles venues du sud du pays, un des objectifs de l’armée russe pour prendre en tenaille les forces ukrainiennes déployées sur la ligne de front autour des zones séparatistes de Donetsk et Lougansk. Mais « nous pensons qu’ils continuent de créer les conditions d’une offensive soutenue, plus vaste et plus longue », a-t-il ajouté.

11h54 : Voleurs de blé

Les forces russes ont volé « plusieurs centaines de milliers de tonnes » de blé dans les territoires ukrainiens occupés, selon le ministre ukrainien de l’Agriculture Taras Vysotskiy, interviewé sur la télévision ukrainienne. Il estime qu’un million et demi de tonnes de blé encore stocké dans ces territoires pourrait aussi être volé par la Russie.

11h40 : Un terminal pétrolier russe bombardé

Une partie d'un terminal pétrolier dans la région russe de Briansk a été touchée par des obus, selon l'agence russe RIA, citant le gouverneur local Alexander Bogomaz.

11h27 : L’Ukraine favorite de l’Eurovision, la Russie privée de micro

Aussi kitsch et populaire qu’à ses débuts, l’Eurovision s’est souvent aventurée sur la ligne de front des tensions géopolitiques agitant le Vieux continent. L’édition 2022 en est un tragique cas d’école, avec l’exclusion de la Russie et le statut d’ultra-favori de l’Ukraine. A deux semaines du grand soir, l’Ukraine a 42 % de chances de gagner, loin devant le duo italien Mahmood et Blanco (14 %) et la Suédoise Cornelia Jakobs (10 %), selon le site eurovisionworld.com, qui agrège les principaux sites de pari en ligne.

La politique s’est souvent invitée dans le concours, que ça soit par le boycott de la Grèce en 1975 pour protester contre l’invasion de Chypre par la Turquie, ou l’acceptation de tubes politiques en 1992 après les guerres d’ex-Yougoslavie et en 2005 après la « Révolution orange » en Ukraine.

Le capital sympathie des Ukrainiens en Europe est énorme, reconnaît Benoît Blaszczyk, secrétaire de France-Eurofans, la branche française de l’Organisation générale des amateurs de l’Eurovision (OGAE). « Mais quoi qu’il arrive ils ont une bonne chanson, et chaque année l’Ukraine, avant-gardiste, est très regardée », tempère-t-il.

11h20 : Plus de 23.000 soldats russes tués ?

Voici le bilan à jour des pertes russes estimées par les forces ukrainiennes (et donc à prendre avec précaution). Le 25 mars, la Russie concédait avoir perdu 1.351 soldats. Un chiffre à prendre avec au moins d'aussi grosses pincettes et qui n'a pas été réévalué depuis.



 

10h11 : Kirby au bord des larmes


 

9h57 : La vie dans le métro

Depuis deux mois, une partie de la population de Kharkiv s'est réfugiée dans le métro pour échapper aux bombardements russes. 



 

9h34 : Illustration de l'intensité des combats à Rouska Lovoza


 

9h01 : La nationalité française d’un oligarque russe contestée

L’ex-oligarque russe Sergueï Pougatchev a-t-il obtenu la nationalité française de façon « illégale » en 2009 ? C’est ce que pense une fondation privée basée à Bruxelles, qui demande au Conseil d’Etat d’annuler son décret de naturalisation. Des « allégations infondées », balaie l’avocate de l’intéressé.

Dans sa requête déposée en novembre 2021, l’International foundation for better governance (IFBG, Fondation internationale pour une meilleure gouvernance) affirme qu’au moment de sa naturalisation celui qui venait de racheter le fleuron français de l’épicerie fine Hédiard ne « résidait en France ni de façon habituelle, ni depuis cinq années ». Il « ne parlait pas français » et « n’était en rien assimilé à la communauté française », critères exigés, sauf exceptions, pour obtenir la nationalité française, insiste-t-elle.

A l’appui de sa demande, l’IFBG cite deux entretiens accordés à des chaînes françaises en 2016 dans lesquelles Sergueï Pougatchev s’exprime en anglais. Elle affirme que ses enfants « ont été éduqués en Russie et au Royaume-Uni » et qu’au cours d’une procédure au Royaume-Uni son ex-épouse a déclaré que le couple vivait « principalement à Moscou entre 1990 et 2011 ».

8h52 : L’Ukraine reprend un village près de Kharkiv

« Quand j’ai vu nos soldats, j’ai pleuré » : plusieurs centaines d’habitants épuisés ont évacué vendredi Rouska Lozova, un village « stratégique » repris par l’armée ukrainienne après deux mois d’occupation russe, au nord de Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine. Ils sont arrivés à Kharkiv dans une cinquantaine de voitures, épuisés, comme sortis d’un cauchemar, après deux mois d’occupation du village par les soldats de Moscou, et les deux derniers jours des bombardements et des combats dans la localité.

8h36 : Des réfugiés ukrainiens hébergés par un Russe à Prague

On commence doucement le week-end avec une belle histoire. Coincé entre un supermarché miteux et un casino dans le nord de Prague, un ancien magasin vietnamien voué à la démolition est devenu une maison de l’espoir pour les réfugiés ukrainiens. Et ce à l’initiative d’un photographe d’origine russe.

Celui-ci, Pavel Oskine, a fait appel à quelques amis pour l’aider à transformer cet espace en un lieu qui abrite désormais 16 Ukrainiens et qui est capable d’en accueillir des dizaines d’autres. « Tant que (le président russe Vladimir) Poutine continuera à se battre, je le combattrai de cette façon (…). C’est ma guerre », explique celui qui a quitté la Russie en 2008.

8h29 : Vous prendrez bien un peu de récap' ?

Et vous préférez la version courte, ça se passe ici.



 

8h23 : Pour rattraper les évènements d'hier

Vous n'avez pas eu le temps de suivre notre live hier ? Aucun soucis, il est toujours disponible juste ici pour tout rattraper.

 

8h15 : Des explosions à Kharkiv cette nuit

De violentes explosions ont été entendues dans la nuit de vendredi à samedi à Kharkiv, deuxième ville du pays, pilonnée depuis des semaines par l’artillerie russe. Vendredi, ces bombardements ont fait au moins un mort et plusieurs blessés, selon l’administration militaire régionale de Kharkiv. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a reconnu que la situation dans cette région du nord-est, où les forces russes ont recentré leur offensive, était « difficile ». « Mais nos militaires obtiennent des succès tactiques », a-t-il affirmé.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live consacré à la guerre en Ukraine, qui ne connaît pas les horaires de bureau et les vacances. Cette nuit, la ville de Kharkiv a d’ailleurs été bombardée. L’ambiance diplomatique n’est pas au mieux non plus, entre la Russie qui assume avoir effectué une frappe sur Kiev pendant que le secrétaire général de l’ONU était présent et les Etats-Unis qui refusent de faire « comme si de rien n’était » si Vladimir Poutine vient au sommet du G20 en Indonésie. On va suivre ensemble la suite de tout ça, vous êtes prêts ?