Guerre en Ukraine : Au moins six civils tués dans des frappes russes dans la région de Lougansk

LIVE Retrouvez avec nous les informations du samedi 23 avril sur le conflit

V.R.B. et X.R. avec AFP
— 
Lougansk, cible des frappes russes.
Lougansk, cible des frappes russes. — /SPUTNIK/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Les civils voulant fuir Marioupol sont toujours bloqués par les combats, alors que Kiev et Moscou ne parviennent pas à s’accorder sur des couloirs humanitaires malgré des appels à la trêve pour la Pâque orthodoxe.
  • Le secrétaire général de l’ONU Antonio Gueterres se rendra mardi 26 avril à Moscou pour rencontrer le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Il sera accueilli par Vladimir Poutine, annonce aussi le Kremlin.
  • Le Parlement finlandais discute d’une possible adhésion à l’Otan. En Suède, le parti au pouvoir prendra aussi une décision « avant le 24 mai ».
  • L’ONU a annoncé avoir documenté plusieurs actions de l’armée russe pouvant relever de « crimes de guerre », notamment le massacre de Boutcha.

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

Ce Live est maintenant terminé. Merci de l’avoir suivi avec nous. Bonne nuit à tous
22h37 : La Pologne a fourni pour 1,6 milliard de dollars d’armes à l’Ukraine

La Pologne a fourni à l’Ukraine des armes d’une valeur de 1,6 milliard de dollars (1,5 milliard d’euros) pour l’aider face à l’invasion russe, a déclaré le Premier ministre polonais. « A ce jour, la Pologne a transmis à notre voisin oriental des équipements militaires d’une valeur d’environ 7 milliards de zlotys, soit plus de 1,6 milliard de dollars », a déclaré Mateusz Morawiecki à l’issue d’une rencontre à Cracovie (sud) avec son homologue ukrainien Denys Chmygal. « Cet équipement sauve la souveraineté ukrainienne, polonaise et européenne », a-t-il justifié dans un communiqué.

22h09 : Six civils tués dans des frappes russes dans la région de Lougansk (gouverneur)

Six civils ont été tués dans des frappes russes près du village de Guirské, dans la région de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, a annoncé dans la soirée le gouverneur régional. « Pendant toute la journée, la commune de Guirské a essuyé de denses frappes russes », a écrit Sergiï Gaïdaï sur Telegram. « Six habitants de la communauté sont morts », a-t-il ajouté.

20h42 : Zelensky dénonce la décision « illogique » du chef de l’ONU d’aller à Moscou avant Kiev

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a également dénoncé la décision « illogique » du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres de se rendre à Moscou mardi, deux jours avant d’aller à Kiev. « C’est simplement erroné d’aller d’abord en Russie, puis en Ukraine », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse organisée dans une station de métro sur la place centrale de Kiev. « Il n’y a aucune justice et aucune logique dans cet ordre », a-t-il déploré.

20h10 : Au moins huit morts dans des frappes russes sur Odessa, des blessés, selon Zelensky

Huit personnes ont été tuées et au moins 18 autres blessées dans des frappes russes samedi sur la ville portuaire d’Odessa dans le sud de l’Ukraine, selon un nouveau bilan annoncé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky. « Huit personnes sont mortes à ce stade, et 18 ou 20 autres sont blessées », a affirmé Zelensky lors d’une conférence de presse à Kiev. Selon Zelensky, « sept missiles ont visé Odessa » samedi, dont un qui « a touché un immeuble d’habitations » et « deux qui ont été abattus » par le système de défense antiaérienne ukrainienne. Un précédent bilan, donné par le service d’Etat ukrainien pour les situations d’urgence, faisait état de six morts, dont un bébé, et plusieurs blessés.

19h20 : Blinken en visite dimanche à Kiev, annonce Zelensky

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken se rendra à Kiev dimanche, a annoncé le président ukrainien Volodymyr Zelensky, deux mois jour pour jour après le début de l’invasion russe. « Demain, des officiels américains viendront chez nous : je rencontrerai le ministre de la Défense (Lloyd Austin) et Antony Blinken », a déclaré Zelensky lors d’une conférence de presse organisée dans une station de métro sur la place centrale de Kiev. Ce sera la première visite officielle de représentants du gouvernement américain en Ukraine depuis le 24 février.

19h11 : Kiev abandonnera les négociations avec Moscou si ses militaires à Marioupol sont tués, affirme Zelensky

Kiev abandonnera les négociations avec Moscou si ses militaires, retranchés dans le vaste complexe métallurgique d’Azovstal à Marioupol, sont tués par l’armée russe, a déclarée président ukrainien Volodymyr Zelensky. « Si nos hommes sont tués à Marioupol et si des pseudo-référendums sont organisés dans la région de Kherson, alors l’Ukraine se retirera de tout processus de négociation », a affirmé Zelensky lors d’une conférence de presse à Kiev.

19h09 : La Turquie ferme son espace aérien aux avions russes en route vers la Syrie (ministre)

La Turquie a fermé son espace aérien aux avions russes à destination de la Syrie, ont rapporté des médias turcs citant le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu. « Nous avons fermé l’espace aérien aux avions militaires de la Russie – et aussi aux avions civils – à destination de la Syrie », a-t-il déclaré.

19h08 : Risque de perturbation des exportations de gaz vers l’Europe

Un tiers du gaz exporté de Russie vers l’Union européenne risque d’être perdu en raison de la guerre en Ukraine, a déclaré samedi Iouri Vitrenko, PDG du groupe public ukrainien Naftogaz. Si certains Etats de l’Union européenne sont très dépendants de Moscou sur le plan énergétique, les 27 se sont fixés comme objectif de réduire de deux tiers leurs importations de gaz russe d'ici à la fin de l’année pour sanctionner la Russie après l’invasion de l’Ukraine.

19h : Zelensky appelle à une rencontre avec Poutine pour « mettre fin à la guerre »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé de nouveau ce samedi à rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine « pour mettre fin à la guerre ». « Je pense que celui qui a commencé cette guerre pourra y mettre fin », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse à l’intérieur d’une station de métro du centre-ville de Kiev, répétant qu'« il n’avait pas peur de rencontrer Vladimir Poutine » si cela permettait de parvenir à un accord de paix entre la Russie et l’Ukraine.

18h46 : L’armée russe affirme avoir visé un important dépôt d’armes étrangères près d’Odessa

L’armée russe a affirmé avoir visé avec des « missiles de haute précision » un important dépôt d’armes livrées aux forces ukrainiennes par les Etats-Unis et des pays européens, près d’Odessa, dans le sud de l’Ukraine. « Les forces armées russes ont mis aujourd’hui hors service, avec des missiles de haute précision et de longue portée, un terminal logistique de l’aérodrome militaire près d’Odessa où était stocké un important lot d’armes étrangères livrées par les Etats-Unis et des pays européens », a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Au total, les missiles russes de haute précision ont visé samedi 22 sites militaires ukrainiens, notamment trois dépôts d’armes et de munitions près d’Ilitchiovka et de Kramatorsk qui ont été détruits, selon le ministère. Pour sa part, l’aviation russe a effectué des frappes aériennes contre 79 sites militaires ukrainiens, en visant notamment 16 dépôts d’armes d’artillerie et de carburants, selon la même source.

17h23 : L’évacuation de civils de Marioupol « perturbée » par les Russes, selon l’adjoint au maire

Une nouvelle tentative d’évacuation de civils depuis le port ukrainien de Marioupol, en grande partie sous contrôle russe, vers la ville de Zaporijjia a échoué, a indiqué un adjoint au maire de Marioupol sur son compte Telegram. Selon Petro Andriouchtchenko, quelque 200 résidents de ce port industriel sur la mer d’Azov avaient commencé à se rassembler pour être évacués lorsqu’ils ont été « dispersés » par l’armée russe. Certains auraient été ensuite contraints de monter dans des bus en partance pour une localité occupée par les Russes, à 80 km au nord. « Une fois encore, les Russes ont perturbé une évacuation », a déploré l’adjoint au maire.

16h58 : Du papier toilette à l’effigie de Vladimir Poutine

Pas forcément poétique mais l’idée est efficace.



 

16h50 : Quel bilan humain ?

Il n’existe aucun bilan global des victimes civiles. Rien qu’à Marioupol, les autorités ukrainiennes parlent de 20.000 morts, en raison des combats mais aussi de l’absence de nourriture, d’eau et d’électricité. Sur le plan militaire, Volodymyr Zelensky a déclaré qu’environ 2.500 à 3.000 soldats ukrainiens avaient été tués depuis le début du conflit et quelque 10.000 blessés. Le Kremlin a récemment admis de son côté des « pertes importantes ». Le 25 mars, il avait reconnu la mort de 1.351 soldats pour 8.825 blessés. Certaines sources occidentales vont jusqu’à 12.000 soldats russes morts.

16h41 : Pas d'évacuation à Marioupol

L'évacuation de Marioupol prévue aujourd'hui à partir de midi n'aura pas lieu, indique un membre de la mairie.

16h23 : Au moins cinq morts dans des frappes russes sur Odessa

Au moins cinq personnes ont été tuées et 18 autres blessées dans des frappes russes samedi sur la ville portuaire d’Odessa dans le sud de l’Ukraine, a annoncé le chef de cabinet de la présidence ukrainienne. « Odessa : cinq Ukrainiens tués et 18 blessés. Et ce ne sont que ceux qu’on a réussi à retrouver (à ce stade). Selon toutes vraisemblances, le bilan sera plus lourd », a indiqué sur Telegram Andriï Yermak, précisant qu'« un bébé de trois mois » faisait partie des victimes.

16h15 : Plus de 300 habitants de Marioupol déportés en Russie

Selon un message du conseiller du maire de Marioupol, Petro Andryushchenko, 308 habitants ukrainiens de Marioupol, dont 90 enfants, ont été déportés à Vladivostok le 21 avril. Depuis plusieurs semaines, les témoignages d’exil forcé vers la Russie se multiplient.

16h06 : Les Ukrainiens orthodoxes appelés à suivre la veillée pascale en ligne

Les autorités ukrainiennes ont appelé samedi les fidèles orthodoxes à suivre les cérémonies de la veillée pascale orthodoxe en ligne, et à ne pas déroger au couvre-feu, redoutant des « provocations » lors des cérémonies qui attirent habituellement les foules. Dans la capitale Kiev, le maire Vitali Klitschko a rappelé que le couvre-feu serait en vigueur de 23 heures locales samedi à 5 heures dimanche.

« Respectez les règles du couvre-feu, célébrez en toute sécurité », a-t-il indiqué sur son compte Telegram, en soulignant que les services seraient « transmis en ligne ». « Pas de foules ! Il ne doit pas y avoir de situations où les croyants se rassemblent autour de l’église sur plusieurs rangées », a averti également sur Telegram Dmytro Lounine, gouverneur de la région de Poltava, à près de 350 km au sud-est de Kiev. L’ensemble des régions ukrainiennes, y compris celle de Lviv, dans l’ouest du pays près de la frontière polonaise, sont placées sous un régime de couvre-feu. Dans les régions du sud et de l’est du pays, les plus visées par les frappes russes, il commence dès 19 heures locales.

15h43 : Les Femen dénoncent les viols en Ukraine


 

15h32 : Le patriarche russe demande une « paix durable »

Les combats se poursuivent samedi en Ukraine, où les espoirs d’une trêve à l’occasion de la fête orthodoxe de Pâques restent lettre morte pour l’heure, et une nouvelle tentative d’évacuation de civils à Marioupol est annoncée. Le patriarche orthodoxe russe Kirill, allié du président russe Vladimir Poutine, a appelé à prier pour une « paix durable » sans évoquer l’idée d’une trêve pour le week-end pascal des chrétiens orthodoxes, dans un communiqué publié samedi par le Patriarcat de Moscou.

15h15 : Trois pattes mais toujours la patate

Bim, touché par du shrapnel et amputé d’une patte, retrouve les joies de la vie de chien loin du front. (C’était le post animalier du jour)



 

15h02 : Le ministre des Finances allemand défend la politique de Scholz sur l’Ukraine

Le ministre allemand des Finances, le libéral Christian Lindner, a pris samedi la défense du chancelier Olaf Scholz, critiqué de toute part pour son manque présumé de leadership et un soutien jugé trop timoré à l’Ukraine. Le chancelier social-démocrate « Olaf Scholz est une personnalité dirigeante très soucieuse de ses responsabilités, qui pèse soigneusement ses décisions », a déclaré le grand argentier allemand au congrès de son parti, le FDP, à Berlin. « Le chancelier a la confiance du FDP et aussi de son groupe parlementaire au Bundestag », a-t-il mis au point dans ce discours tenu en visioconférence depuis Washington.

14h49 : Odessa bombardée, le port touché

Quatre explosions ont été entendues à Odessa, ville portuaire sur la mer Noire barricadée depuis le début de la guerre en Ukraine. Selon les autorités locales, les infrastructures portuaires ont été touchées.



 

14h37 : Près de 5,2 millions de réfugiés

Selon le HCR, 5.163.686 Ukrainiens ont quitté leur pays depuis le début de l’invasion russe le 24 février, soit 29.939 de plus que le chiffre publié jeudi. Au mois d’avril ce sont pour l’heure un peu plus de 1.128.000 Ukrainiens qui ont fui, bien moins que les 3,4 millions qui avaient choisi l’exode en mars.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM), également rattachée à l’ONU, a indiqué que plus de 218.000 non-Ukrainiens, essentiellement des étudiants et des travailleurs migrants, avaient aussi quitté l’Ukraine pour les pays voisins, ce qui signifie que plus de 5,25 millions de personnes au total ont fui le pays depuis le début de la guerre.

14h25 : L’Ukraine annonce avoir repris trois localités proches de Kharkiv

« Nos forces armées ukrainiennes ont réussi une contre-offensive lancée hier matin. Après de longs combats acharnés, nos unités ont délogé les troupes russes de Bezrouki, Slatine et Proudïanka », a déclaré sur Telegram Oleg Synegoubov, gouverneur de la région de Kharkiv. Parmi ces trois villages situés au nord de Kharkiv, Proudïanka, le plus septentrional, se trouve à une quinzaine de kilomètres de la frontière russe.

Selon le porte-parole du ministère de la Défense ukrainien, Kharkiv reste « partiellement bloquée » par les forces russes, notamment présentes au nord-ouest et qui « renforcent leurs positions » au sud de la ville. Selon la même source, les Russes ont poursuivi leurs offensives dans les districts d’Izioum et de Barvinkove pour « prendre le contrôle du réseau ferré ». L’armée russe tente dans cette zone, frontalière entre les régions de Kharkiv, de Donetsk et de Lougansk, d’encercler les positions fortifiées de l’armée ukrainienne dans le Donbass.

14h09 : Moscou veut créer un couloir vers la Crimée et la Transnistrie

Moscou a annoncé vendredi viser le contrôle total du Sud de l’Ukraine et de la région du Donbass afin « d’assurer un couloir terrestre vers la Crimée ». « Cela permettra de peser sur des infrastructures vitales de l’économie ukrainienne, les ports de la Mer Noire à travers lesquels se font les livraisons de produits agricoles, métallurgiques », a affirmé un haut responsable militaire russe, le général Roustam Minnekaïev.

« Le contrôle du Sud de l’Ukraine, c’est également un couloir vers la Transnistrie, où on observe également des cas d’oppression de la population russophone », a-t-il ajouté. La Moldavie a convoqué l’ambassadeur de Russie pour protester contre ces déclarations concernant la région séparatiste moldave, jugées « contradictoires avec le soutien de la Russie à la souveraineté et à l’intégrité territoriale » du pays.

13h43 : Les Ukrainiens ont un message pour Olaf Scholz


 

13h31 : Plusieurs frappes de précision cette nuit

L’armée russe a mené pendant la nuit, selon son porte-parole Igor Konachenkov, des frappes de missiles de haute précision contre 11 cibles militaires ukrainiennes, dont sept concentrations de troupes et d’équipements, et trois dépôts de munitions près de la localité de Tchervonnoe, ainsi que des frappes aériennes contre 66 cibles ukrainiennes, dont trois dépôts de munitions près des localités d’Aleksandrovka, Komar et Bogatyr. Lors des dernières 24 heures, l’armée russe dit avoir procédé à 1.098 frappes avec de l’artillerie et des roquettes.

13h17 : L’invasion de l’Ukraine n’est qu’un début, insiste Zelensky

Commentant les plans russes, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé vendredi soir que cela ne faisait que « confirmer ce que j’ai dit à plusieurs reprises : l’invasion russe de l’Ukraine n’était censée être que le début, et ensuite ils veulent capturer d’autres pays ». « Tous les peuples qui, comme nous, croient en la victoire de la vie sur la mort, doivent se battre avec nous », a poursuivi M. Zelensky. Il a accusé la Russie d’avoir « apporté la mort en Ukraine », ajoutant : « la mort n’a aucune chance de gagner sur la vie, tout chrétien le sait ».

12h58 : Un mort et 27 disparus dans le naufrage du croiseur Moskva

Un marin est mort et 27 autres sont toujours portés disparus après le naufrage la semaine dernière du croiseur Moskva, a déclaré vendredi le ministère russe de la Défense, reconnaissant pour la première fois des pertes. Moscou affirme que le navire a sombré à cause de l'explosion de munitions à bord et de mauvaises conditions météo ayant contrecarré les opérations de remorquage. Mais l'Ukraine dit avoir coulé le bâtiment avec des missiles.

11h44 : Washington invite ses alliés à discuter de la défense de l'Ukraine à long terme

Le Pentagone a invité 40 pays alliés à se retrouver en Allemagne mardi prochain pour discuter des besoins sécuritaires à long terme de l'Ukraine, alors que Kiev poursuit les combats contre l'armée russe dans le sud et l'est du pays.

Des ministres de la Défense et des hauts généraux de 20 pays, membres ou non de l'Otan, ont déjà accepté l'invitation du ministre américain de la Défense Lyoyd Austin de se retrouver sur la base américaine de Ramstein à l'ouest de l'Allemagne, a annoncé vendredi le porte-parole du Pentagone John Kirby. Selon lui, la rencontre permettra de se pencher sur la question de l'aide qui pourrait être apportée par les partenaires de l'Ukraine pour renforcer sa puissance militaire, une fois la guerre terminée.

11h14 : Plusieurs appareils ukrainiens abattus

Selon l'agence Reuters, le ministère russe de la Défense annonce avoir abattu un avion de chasse ukrainien Su-25 ainsi que trois hélicoptères MI-8 dans la région de Kharkiv. L'Ukraine n'a pas encore réagi à cette annonce.

10h39 : Des images de l’intérieur d’Azovstal

Le bataillon Azov a posté samedi matin sur Youtube une nouvelle vidéo montrant des dizaines de femmes et des enfants, présentés comme vivant dans les souterrains d’un bâtiment du complexe industriel de Marioupol. On les voit installés dans un dortoir de fortune, chaudement habillés, avec du linge accroché à un fil.

Interrogée par un soldat ukrainien, une femme explique notamment à la caméra vivre dans ce souterrain depuis début mars. Une autre, un bébé dans les bras, affirme s’être réfugiée là car son mari travaillait à Azovstal. Plusieurs enfants s’expriment également devant la caméra, indiquant qu’ils voudraient pouvoir « rentrer à la maison ». La date de la vidéo n’a pas pu être immédiatement vérifiée, mais deux femmes interrogées indiquent que la date du jour est le 21 avril.

9h43 : Antonio Guterres à Kiev jeudi

Après sa rencontre avec Sergueï Lavrov et Vladimir Poutine mardi à Moscou, le secrétaire général de l’ONU se rendra à Kiev pour échanger avec Dmytro Kuleba et Volodymyr Zelensky jeudi.

9h26 : Nouvelle tentative d’évacuation de civils depuis Marioupol à partir de midi, indique Kiev

Une nouvelle tentative d’évacuation de civils depuis le port ukrainien de Marioupol, en grande partie contrôlé par l’armée russe, est prévue ce samedi, a indiqué la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk. « Aujourd’hui, nous essayons à nouveau d’évacuer les femmes, les enfants et les personnes âgées », a indiqué la responsable sur Facebook, en précisant que les civils avaient commencé à se rassembler près d’un centre commercial de la ville et espéraient pouvoir commencer à évacuer vers midi heure locale.

9h04 : L’exclusion des Russes à Wimbledon passe mal

Wimbledon a pris mercredi une décision politique qui risque de ternir son image de plus grand tournoi du monde : exclure les joueurs russes et biélorusses de l’édition 2022 satisfait une poignée de joueurs ukrainiens mais braque le reste du monde du tennis. « Je sens un procès arriver », a rapidement tweeté le joueur américain Reilly Opelka.

En effet, l’ATP a réagi dans un communiqué d’une virulence peu habituelle, jugeant l’exclusion de joueurs en raison de leur nationalité « discriminatoire » et « injuste ». L’instance a indiqué se pencher sur d’éventuelles mesures à prendre, considérant que Wimbledon avait rompu l’accord qui veut que le tournoi prenne les meilleurs joueurs du classement ATP, comme la WTA.

8h51 : A Kharkiv, les bombardements sont devenus une habitude

« Fermez la fenêtre, la fumée rentre ! », crie un policier. Viatcheslav vit avec sa mère au neuvième étage d’un immeuble de Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine, dans l’est du pays. L’appartement voisin est en feu, frappé par une roquette russe. La ville ne vit pas sous des bombardements massifs, mais elle est quotidiennement visée par des frappes ponctuelles, aléatoires, espacées, à toute heure du jour ou de la nuit, parfois meurtrières. Trois roquettes sont tombées en l’espace de quelques secondes vendredi, peu après 16 heures. « Depuis un mois et demi, les Russes bombardent ici, sans arrêt, dans ce quartier », témoigne Tamara Pavlovna, 86 ans.

8h35 : Le verre flambe, l’apéro trinque

Confronté à une explosion des coûts par les effets conjugués de la reprise économique et de la guerre en Ukraine, le verre voit ses prix grimper, inquiétant les producteurs de boissons alcoolisées. « Le marché est tendu », confirme Jacques Bordat, président de la fédération des industries du verre, en France. Principal facteur de stress pour l’embouteillage, la hausse des prix du gaz, qui affecte nombre d’industries et particulièrement celle du verre, où il est utilisé dans les fours verriers pour chauffer le sable (silice) à plus de 1.300 degrés.

« On est une industrie énergo-intensive et plus précisément gazo-intensive, puisque le gaz représente 75 à 80 % de notre consommation d’énergie, le reste étant principalement de l’électricité », explique Jacques Bordat. De quoi provoquer une hausse « en moyenne, de 25 à 50 % depuis le début de l’année sur le verre », calcule Philippe Thenailler, responsable des achats pour le groupe Serge Cheveau, distributeur de bouteilles et de bouchons pour la viticulture et les petits négoces de vin. Une hausse qui se répercute ensuite à la vente, une fois la bouteille pleine.

8h28 : Un petit récap', ça fait pas de mal

Si vous n'avez pas tout suivi hier, le récap' est juste là.



 

8h22 : Le conflit en quatre infographies

Chaque vendredi, 20 Minutes vous résume la situation sur le terrain et les derniers enjeux en quatre infographies. Voici la dernière mouture.

 

8h15 : Aucune trêve en vue à l’orée de la Pâque orthodoxe

Les appels à la trêve en Ukraine à l’occasion du week-end pascal en terre orthodoxe semblent rester lettre morte, notamment à Marioupol, en raison d’un persistant dialogue de sourds entre Kiev et Moscou. Une « pause humanitaire est nécessaire pour l’évacuation en toute sécurité de milliers de civils qui souhaitent quitter les zones dangereuses des hostilités en cours et possibles, en particulier de Marioupol, qui souffre depuis longtemps », avec sans doute des milliers de morts, a indiqué le ministère ukrainien des Affaires étrangères vendredi soir sur son site. Mais la Russie souhaite la reddition des derniers combattants retranchés sur le site d’Azovstal.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live consacré à la guerre en Ukraine. Malgré la Pâque orthodoxe, Kiev et Moscou ne semblent pas s’accorder sur une trêve à Marioupol, dernier bastion du sud-est. Les Ukrainiens semblent bien décider à résister et gagner du temps, d’autant que les pays occidentaux commencent à renforcer leurs livraisons d’armes. La France va ainsi fournir de l’artillerie, et le Royaume-Uni pourrait envoyer des chars en Pologne pour que celle-ci donne ses blindés soviétiques à Kiev. Pendant ce temps, l’ONU répertorie et document de possibles « crimes de guerre » russes, comme le massacre de Boutcha ou le bombardement de la gare de Kramatorsk.