Guerre en Ukraine : Le chef de l’ONU se rendra en Russie puis en Ukraine la semaine prochaine

LIVE Retrouvez les infos de ce vendredi 22 avril en lien avec le conflit en cours en Ukraine

M.F avec AFP
— 
Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU.
Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU. — Lev Radin/Pacific Press/Shutters/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Alors que le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi que les forces russes avaient « libéré » Marioupol, le président Ukrainien a assuré dans une allocution vidéo que la ville portuaire stratégique continuait « de résister à la Russie, malgré tout ce que disent les occupants ».
  • Joe Biden a annoncé une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars pour l’Ukraine. De son côté, la ministre allemande de la Défense a annoncé que l’Ukraine allait recevoir « dans les prochains jours » des armes lourdes, dont des chars, de la part des partenaires est-européens.
  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky accuse la Russie de chercher à organiser un faux référendum d’indépendance dans les régions de Kherson et Zaporijjia, qu’elle occupe dans le sud du pays.

A VOIR

A LIRE

 

2h30 : Ce live est terminé

Bonne nuit à tous. C'est le week-end, on se retrouve donc une heure plus tard à partir de 8h00 pour la suite de notre couverture du conflit.

 

2h00 : Le chef de l’ONU se rendra en Russie puis en Ukraine la semaine prochaine

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, se rendra en Ukraine la semaine prochaine pour rencontrer jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à la suite d’une rencontre à Moscou avec Vladimir Poutine, a annoncé vendredi l’organisation dans un communiqué. Antonio Guterres « aura un rendez-vous avec le ministre des affaires étrangères Dmytro Kuleba et sera reçu par le président Volodymyr Zelensky le 28 avril », précise l’ONU. Sa rencontre avec le président russe est prévue mardi à Moscou.

23h30 : Le Pentagone invite 40 pays alliés à se réunir en Allemagne mardi

Le Pentagone a invité 40 pays alliés à se retrouver en Allemagne mardi prochain pour discuter des besoins sécuritaires à long terme de l'Ukraine, alors que Kiev poursuit les combats contre l'armée russe dans le sud et l'est du pays. Des ministres de la Défense et des hauts généraux de 20 pays, membres ou non de l'Otan, ont déjà accepté l'invitation du ministre américain de la Défense Lyoyd Austin de se retrouver sur la base américaine de Ramstein à l'ouest de l'Allemagne, a annoncé vendredi le porte-parole du Pentagone John Kirby.

21h31 : La Russie donne un bilan d’un mort et 27 disparus après le naufrage du croiseur Moskva

Un marin est mort et 27 autres sont toujours portés disparus après le naufrage la semaine dernière du croiseur Moskva, a déclaré le ministère russe de la Défense, reconnaissant pour la première fois des pertes dans ce naufrage.

« Un militaire a été tué et 27 autres membres d’équipage sont portés disparus », a déclaré le ministère, cité par les agences de presse russes, affirmant que les 396 autres personnes se trouvant à bord avaient été évacuées.

20h18 : Un opposant russe incarcéré pour « fausses informations » sur l’armée

L’opposant russe Vladimir Kara-Mourza, féroce détracteur du Kremlin, a été placé vendredi en détention provisoire jusqu’en juin dans le cadre d’une enquête pour « fausses informations » sur les activités de l’armée en Ukraine, selon son avocat. La diffusion de « fausses informations sur l’emploi des forces armées russes » est passible en Russie de 15 ans de prison, en vertu d’un nouvel article du Code pénal adopté début mars par les autorités russes.

Les autorités ont renforcé leur arsenal juridique pour contrôler la communication sur l’opération militaire en Ukraine. D’autres enquêtes similaires ont été ouvertes contre des critiques du conflit. Utiliser les mots « guerre » ou « invasion » pour décrire l’intervention en Ukraine suffit pour être poursuivi. Vladimir Kara-Mourza, 40 ans, a plusieurs fois critiqué l’intervention militaire ces dernières semaines, notamment sur les réseaux sociaux.

19h54 : La Suède se prononcera sur une candidature à l’Otan avant le 24 mai

Les sociaux-démocrates au pouvoir en Suède ont annoncé qu’ils comptaient parvenir à une décision concernant une éventuelle candidature de leur pays à l’Otan d’ici le 24 mai. « Nous avons à présent un dialogue concernant la politique de sécurité au sein de notre parti (…). Ce dialogue devrait être achevé d’ici le 12 mai et après nous entamerons notre processus de décision », a déclaré le secrétaire du parti Tobias Baudin dans une déclaration écrite.

Les sociaux-démocrates de centre-gauche, dirigés par la Première ministre suédoise Magdalena Andersson étaient jusqu’à présent historiquement opposés à une adhésion à l’Otan et avaient réaffirmé cette position au dernier congrès du parti en novembre, mais la guerre en Ukraine a relancé le débat en Suède et au sein du parti. Un revirement du parti serait historique et ouvrirait la voie à une candidature de la Suède en vue d’une adhésion à l’Otan.

19h40 : Trump déclare avoir menacé les membres de l’Otan de ne pas les protéger

Donald Trump a déclaré jeudi que, lorsqu’il était président, il avait menacé des alliés de l’Otan de ne pas prendre leur défense en cas d’attaque de la Russie, à moins qu’ils ne financent davantage l’alliance, dans une stratégie de bluff, selon lui. Tant durant sa campagne électorale qu’une fois à la Maison Blanche, Donald Trump a souvent présenté l’Otan comme une alliance militaire vivant des largesses américaines.

L’article 5 du traité de l’Otan oblige les membres à protéger tout pays de l’alliance qui serait attaqué. Mais lors d’un sommet, Donald Trump a suggéré que le traité ne serait pas honoré car « tout le monde était mauvais payeur ». « Un des présidents m’a demandé "est-ce que cela veut dire que vous ne nous protégerez pas si on ne paie pas ? Vous ne nous protégerez pas de la Russie ?" », a rapporté Donald Trump, lors d’un événement de la fondation conservatrice Heritage. « J’ai dit : c’est exactement ce que cela veut dire. »

19h15 : L’Ukraine accuse Thales d’avoir vendu du matériel utilisé pour tuer des civils à Boutcha

Un conseiller de la présidence ukrainienne a accusé vendredi le groupe français d’équipements de défense Thales d’avoir contourné les sanctions et vendu en 2015 à la Russie du matériel utilisé en Ukraine pour tuer des civils, une affirmation réfutée par Thales. « Une famille tentait de s’échapper, elle a été tuée par des assassins russes. Tuée, comme c’est maintenant prouvé, avec des armes françaises vendues en contournement des sanctions en 2015 », a affirmé sur Twitter Mikhaïlo Podolyak, conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Thales s’est toujours conformé strictement aux réglementations françaises et internationales y compris concernant l’application des sanctions européennes de 2014 à l’égard de la Russie », a déclaré le groupe. « Aucun contrat d’export d’équipement de défense n’a été signé avec la Russie depuis 2014 et aucune livraison n’a été effectuée à la Russie depuis le début du conflit en Ukraine », ajoute Thales, disant avoir décidé de cesser ses activités en Russie.

18h50 : Un troisième tableau de la collection Morozov reste à Paris

Un troisième tableau appartenant à une fondation privée russe liée à un oligarque russe, qui a été exposé dans le cadre de la collection Morozov à Paris, est « gelé » et reste en France, indique le ministère de la Culture. « Le gel est confirmé pour l’œuvre appartenant à la fondation » privée russe Magma, précise le ministère.

La fondation Magma est liée à l’oligarque russe Viatcheslav Kantor, visé par les mesures de gel d’avoirs décidées par les pays occidentaux, suite à l’invasion de la Russie en Ukraine. Le ministère avait annoncé le 9 avril que son cas était « en cours d’examen par les services de l’état ».

18h35 : La Moldavie convoque l’ambassadeur russe

La Moldavie a convoqué l’ambassadeur de Russie pour protester contre les déclarations d’un général russe affirmant que Moscou voulait prendre le contrôle du sud de l’Ukraine pour avoir un accès à une région séparatiste moldave. La Moldavie a exprimé sa « profonde préoccupation » auprès de l’ambassadeur au sujet de ces déclarations du général russe Roustam Minnekaïev, a indiqué le ministère moldave des Affaires étrangères dans un communiqué, appelant à respecter sa « souveraineté territoriale » et sa « neutralité ».

18h10 : Antonio Guterres reçu par Poutine à Moscou la semaine prochaine

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres se rendra la semaine prochaine en Russie où il sera reçu par Vladimir Poutine, leur première rencontre depuis le début de l’offensive de Moscou en Ukraine, a annoncé vendredi le Kremlin. « Le mardi 26 avril, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres arrivera à Moscou pour des discussions avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Il sera également reçu par le président Vladimir Poutine », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes.

17h55 : Malgré la guerre, les Ukrainiennes défient la France en qualifications pour l'Euro-2022

Entre compétition et émotion, les handballeuses ukrainiennes, première sélection de leur pays à reprendre la compétition depuis l'invasion russe le 24 février, vont défier les Françaises samedi au Havre (19H30) pour tenter de décrocher une place à l'Euro-2022.

17h40 : L'UE demande à Vladimir Poutine des corridors humanitaires pour la Pâque orthodoxe

Le président du Conseil européen Charles Michel, qui représente les Etats membres de l'UE, a demandé vendredi au président russe Vladimir Poutine, lors d'un entretien téléphonique, de garantir des corridors humanitaires à Marioupol à l'occasion de la Pâque orthodoxe.

17h25 : Un embargo sur le gaz russe coûterait cher à l'Allemagne, prévient la Bundesbank

Un embargo européen immédiat sur le gaz russe pourrait coûter à l'Allemagne, fortement dépendante de cette ressource, jusqu'à 5% de son PIB cette année, selon une estimation publiée par la banque centrale allemande vendredi.

17h04 : Le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique sera à Tchernobyl la semaine prochaine

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) va se rendre dans la centrale de Tchernobyl la semaine prochaine pour « intensifier les efforts visant à prévenir le danger d'un accident nucléaire», selon un communiqué diffusé vendredi. Rafael Grossi arrivera le 26 avril, date de l'anniversaire du désastre de 1986, avec une équipe d'experts de l'instance onusienne « pour livrer des équipements vitaux » (dosimètres, combinaisons de protection, etc.) et effectuer « des contrôles radiologiques et autres ».

16h47 : Lev Ponomarev, militant historique des droits humains en Russie, quitte le pays

Lev Ponomarev, qui à 80 ans est un militant historique de la défense des droits humains en Russie, a annoncé vendredi qu'il avait quitté « temporairement » le pays face à des menaces « permanentes » en pleine répression contre les derniers critiques du Kremlin.

« J'ai effectivement quitté temporairement la Russie, je me suis autorisé des congés pour la première fois depuis longtemps », a-t-il écrit dans une lettre publiée par son organisation, « Pour les droits de l'Homme ».

16h40 : Marioupol au bord du gouffre et découverte de nouvelles fosses communes… L’invasion russe en quatre infographies

Face à la résistance ukrainienne, Moscou a décidé de concentrer ses forces à l’est et au sud du pays, se retirant des alentours de Kiev où des centaines de corps de civils ont été découverts. Le plus fort des combats se déroule à présent au nord de la Crimée, que Moscou a annexée par la force en 2014, et près des territoires indépendantistes pro-russes. Chaque semaine, 20 Minutes fait le point sur la guerre en Ukraine en quatre infographies.

 

16h27 : Les négociations entre la Russie et l'Ukraine « patinent »

Les négociations entre Moscou et Kiev visant à trouver une solution au conflit «patinent», a déclaré vendredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, les discussions n'ayant donné lieu à aucune avancée apparente. « Elles patinent, car une proposition que nous avons remise aux négociateurs ukrainiens il y a cinq jours, et qui a été formulée en prenant en compte leurs commentaires, reste sans réponse», a déclaré Lavrov. Le chef de la délégation russe, Vladimir Medinski, a par ailleurs indiqué qu'une nouvelle session de discussions s'était déroulée vendredi.

16h15 : L'Eglise orthodoxe ukrainienne relevant de Moscou propose une procession pascale vers Marioupol

L'Eglise orthodoxe ukrainienne relevant du patriarcat de Moscou s'apprêtait vendredi à organiser une procession pascale vers la ville assiégée de Marioupol afin d'y évacuer des civils et militaires blessés.

16h : Les estimations des pertes au combat de la Russie, selon les Forces armées ukrainiennes


 

15h40 : Réouverture de l'ambassade d'Espagne à Kiev

L'Espagne a rouvert vendredi son ambassade à Kiev, qu'elle avait fermée à la suite de l'invasion russe en Ukraine, a annoncé le gouvernement espagnol.

15h30 : La baisse des exportations vont durement affecter l'économie russe, prévient le FMI

L'inflation devrait dépasser 20% cette année en Russie et l'économie russe pâtira à l'avenir d'une baisse des exportations de l'énergie qui sont pour l'heure largement compensées par la hausse des prix énergétiques, indique le Fonds monétaire international (FMI) dans son rapport sur l'Europe publié ce vendredi.

15h10 : Vladimir Poutine accuse Kiev d'empêcher la reddition des combattants ukrainiens

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé ce vendredi que Kiev refusait la reddition des derniers soldats ukrainiens retranchés dans la zone industrielle d'Azovstal, dans le port assiégé de Marioupol. « La vie de tous les militaires ukrainiens, combattants nationalistes et mercenaires étrangers est garantie s'ils déposent les armes (...) Mais le régime de Kiev n'autorise pas cette possibilité », a affirmé Poutine, selon un communiqué du Kremlin résumant un échange téléphonique avec le président du Conseil européen, Charles Michel.

14h48 : Plus de 5,1 millions de réfugiés ont quitté l'Ukraine

Le nombre de réfugiés ukrainiens ayant fui l'invasion de leur territoire par l'armée russe fin février continue d'augmente mais à un rythme quotidien nettement moindre qu'au début de la guerre, selon les chiffres du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés publiés vendredi. Selon le HCR, 5.133.747 Ukrainiens ont quitté leur pays depuis le début de l'invasion russe le 24 février, soit 48.387 de plus que le chiffre publié jeudi.

14h40 : L'UE et les Etats-Unis font front contre tout soutien de Pékin à Moscou

Les États-Unis et l'UE ont réitéré vendredi que tout soutien de Pékin à Moscou pour contourner les sanctions occidentales nuirait à leurs liens avec la Chine, qui avait appelé les Européens à se dissocier de Washington.

14h28 : La France va livrer des canons Caesar aux forces ukrainiennes

C'est une information de nos collégues de Ouest-France. Emmanuel Macron a annoncé dans un entretien qu’il a accordé avec le journal ce vendredi matin que la France allait livrer des pièces d’artillerie à l’Ukraine.

13h35 : Charles Michel demande à Poutine des corridors humanitaires pour la Pâque orthodoxe

Le président du Conseil européen Charles Michel, qui représente les Etats membres de l’UE, a demandé vendredi au président russe Vladimir Poutine, lors d’un entretien téléphonique, de garantir des corridors humanitaires à Marioupol à l’occasion de la Pâque orthodoxe. « Appel avec le président Poutine. Les corridors humanitaires à Marioupol et dans les autres villes assiégées doivent être immédiats, spécialement à l’occasion de (la) Pâque orthodoxe », a-t-il écrit sur son compte Twitter.



 

13h23 : Le Japon durcit le ton sur son contentieux avec la Russie au sujet des îles Kouriles

Pour la première fois depuis 2003, le Japon considère de nouveau que quatre petites îles au nord de l’Archipel sont « occupées illégalement » par la Russie, alors que les relations russo-japonaises se sont sérieusement dégradées avec la guerre en Ukraine. Dans son « Livre bleu » diplomatique annuel publié vendredi, Tokyo a réemployé cette expression au sujet de quatre îles de l’archipel des Kouriles, voisines de la grande île japonaise septentrionale de Hokkaido.

« La principale préoccupation entre le Japon et la Russie est les Territoires du Nord », nom donné à ces îles par le Japon, précise le Livre. Ces quatre îles avaient été envahies par l’armée soviétique dans les tout derniers jours de la Seconde Guerre mondiale en août 1945 puis annexées par Moscou. Depuis, les deux pays se disputent leur souveraineté. Ce différend territorial empêche la signature d’un traité de paix entre les deux pays depuis la fin du second conflit mondial.

13h19 : La Russie affirme être prête à une trêve « à tout moment » sur le site d’Azovstal de Marioupol

L’armée russe s’est dit vendredi prête à observer « à tout moment » une trêve « sur tout ou partie » du site industriel d’Azovstal, dernier bastion des forces ukrainiennes de Marioupol, pour permettre l’évacuation de civils et la reddition de combattants. « Le point de départ de cette pause humanitaire sera la levée par les formations armées ukrainiennes de drapeaux blancs sur tout ou une partie d’Azovstal », a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué, assurant que les civils qui sortiraient auront le choix de rejoindre ensuite des territoires sous contrôle ukrainien ou russe.

13h14 : Le Royaume-Uni va rouvrir « la semaine prochaine » son ambassade à Kiev

« Je peux annoncer aujourd’hui que nous allons rouvrir très prochainement, la semaine prochaine, notre ambassade dans la capitale ukrainienne », a déclaré Boris Johnson à New Dehli. En février, peu avant le déclenchement de l’invasion russe de l’Ukraine, le ministère britannique des Affaires étrangères avait annoncé le déplacement « temporaire » de son ambassade en Ukraine de Kiev à Lviv.

13h12 : Londres envisage de livrer des chars à la Pologne en vue d’aider l’Ukraine

Le Royaume-Uni envisage de livrer des chars à la Pologne en remplacement de chars d’assaut de conception soviétique que cette dernière pourrait fournir à l’Ukraine face à l’invasion russe. « Nous envisageons d’envoyer des chars à la Pologne pour l’aider à envoyer certains de leurs T72 en Ukraine », a déclaré vendredi le Premier ministre Boris Johnson lors d’une conférence de presse à New Delhi.

13h00 : Pour Boris Johnson, il y a une « possibilité réaliste » que la guerre dure jusqu'à la fin 2023

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié vendredi de «réaliste» la possibilité que la guerre en Ukraine dure jusqu'à la fin de l'année 2023.

Interrogé lors d'une conférence de presse à New Delhi sur un tel calendrier évoqué par des sources occidentales, il a répondu: « C'est une possibilité réaliste, oui, bien sûr, Poutine a une énorme armée, (...) il a fait une erreur catastrophique et la seule option qu'il a maintenant, c'est de continuer à essayer d'utiliser son approche épouvantable, basée sur l'artillerie, pour essayer d'écraser les Ukrainiens ».

12h58 : Le futur de la guerre « dépend du sort de Marioupol », selon un gouverneur ukrainien

Le futur de la guerre en Ukraine «dépend du sort de Marioupol», port assiégé du sud-est du pays, quasi-intégralement sous contrôle russe, a déclaré ce le gouverneur régional, Pavlo Kyrylenko.

 

12h45 : Le géant de la bière, AB InBev, quitte le marché russe

Le numéro un mondial de la bière AB InBev a annoncé vendredi être en « négociations actives » avec son partenaire turc Anadolu Efes pour lui céder sa participation minoritaire dans leur coentreprise active notamment sur le marché russe.

12h32 : Olaf Scholz dénonce des calomnies sur la position de son parti envers la Russie

Le chancelier allemand Olaf Scholz s’est déclaré vendredi « agacé » par « les présentations falsifiées et calomnieuses » de la politique de son parti social-démocrate (SPD) qui fait l’objet de critiques pour une position jugée trop favorable à la Russie. Depuis la fin de la Seconde guerre, « il y a ces présentations falsifiées et calomnieuses de la politique européenne et russe du SPD, cela m’agace », a dénoncé le chancelier dans une interview au Spiegel où il assure que son parti est « solidement ancré dans l’alliance transatlantique et le camp occidental ».

Le chancelier allemand est sévèrement mis en cause par ses voisins d’Europe centrale et de la Baltique pour son refus de livrer des armes lourdes réclamées par l’Ukraine. Ces critiques y voient la continuité d’un tropisme pro-russe du SPD ancré dans l’histoire du parti. En Allemagne même, le débat politique est vif, y compris au sein de la coalition gouvernementale où les Verts et libéraux jugent insuffisant l’ampleur du soutien apporté à l’Ukraine et exhortent depuis plusieurs semaines le chef du gouvernement à autoriser la livraison de matériel offensif, notamment des véhicules blindés.

12h15 : Un mort et deux blessés dans le crash d'un avion de transport de troupes en Ukraine

Un avion de transport de troupes ukrainien An-26 s'est écrasé jeudi lors d'un «vol technique» dans la région de Zaporijjia, dans le sud-est de l'Ukraine, faisant un mort et deux blessés selon l'administration régionale. « Aujourd'hui à 09H00 (06H00 GMT), un An-26 qui appartenait à l'Ukraine s'est écrasé dans le district de Mikhaïlivka. L'avion effectuait un vol technique », a annoncé sur Telegram l'administration régionale de Zaporijjia, grande ville proche de la ligne de front avec les troupes russes.

12h01 : Le Russe Rylov, double champion olympique, suspendu pour son soutien au conflit en Ukraine

Le nageur russe Evgeny Rylov, double champion olympique à Tokyo sur 100 et 200 m dos, a été suspendu neuf mois par la Fédération internationale de natation (Fina) pour son soutien à l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

11h49 : La police britanique a reçu une cinquantaine de signalements dans le cadre de son appel à témoins pour les crimes de guerre en Ukraine

La police britannique a indiqué vendredi avoir reçu une cinquantaine de signalements de possibles crimes de guerre en Ukraine dans le cadre d'un appel à témoins lancé pour alimenter l'enquête de la Cour pénale internationale (CPI). « La majorité de ces signalements, reçus de la part de gens à travers tout le Royaume-Uni, concernent des incidents survenus en Ukraine » dans le cadre du conflit ayant commencé en février, «et spécifiquement ce qui semble être des attaques contre la population civile», a indiqué la Metropolitan Police de Londres dans un communiqué.

11h36 : Aucune évacuation de civils prévu ce vendredi selon Iryna Vereshchuk, la vice-Première ministre de l'Ukraine

 

11h18 : L'ONU accuse l'armée russe d'actions « pouvant relever des crimes de guerre »

L'ONU a accusé vendredi l'armée russe d'actions « pouvant relever des crimes de guerre » en Ukraine depuis l'invasion du 24 février, y compris des bombardements indiscriminés tuant des civils et détruisant écoles et hôpitaux.

10h59 : L'armée russe vise le « contrôle total du Donbass et du sud de l'Ukraine »

La Russie vise le contrôle total du sud de l'Ukraine et de la région du Donbass pour disposer d'un pont terrestre vers la Crimée annexée par Moscou, a indiqué ce vendredi un général et haut responsable de l'armée russe.

 

10h54 : L'ONU a documenté « le meurtre illégal » de 50 civils à Boutcha

L'ONU a documenté le « meurtre, y compris certains par exécution sommaire » de 50 civils dans la ville de Boutcha en banlieue de Kiev, a affirmé vendredi, une porte-parole du Haut commissariat des droits de l'homme à Genève. « Durant une mission à Boutcha le 9 avril, des enquêteurs des droits humains de l'ONU ont documenté le meurtre, y compris par exécution sommaire de quelque 50 civils sur place », a déclaré Ravina Shamdasani, lors d'un briefing régulier de l'ONU à Genève.

10h45 : Selon Boris Johnson, des militaires ukrainiens seraient formés au Royaume-Uni

Des militaires ukrainiens sont formés au Royaume-Uni à l'utilisation des véhicules blindés que Londres va fournir à l'Ukraine pour contrer l'invasion russe, a indiqué le Premier ministre britannique Boris Johnson. « Je peux dire que nous formons actuellement des Ukrainiens en Pologne à utiliser les défenses anti-aériennes, et en fait dans ce pays à utiliser les véhicules blindés », a-t-il dit aux médias britanniques l'accompagnant dans sa visite en Inde.

 

10h40 : Dans la zone euro, la croissance s'accélère en avril malgré la guerre en Ukraine

La croissance de l'activité économique en zone euro s'est accélérée en avril dans le secteur privé, au plus haut depuis sept mois, malgré les inquiétudes liées à la guerre en Ukraine et à l'inflation, selon l'indice PMI composite publié ce vendredi par S&P Global.

10h36 : Un peu de chats dans ce monde d’obus…


 

10H25 : L’Ukraine jalonnée d’éclats de munitions

Ils sont plus ou moins gros, de taille ou de couleur variée, parfois encore ornés de lambeaux de peau ou de tissu: les éclats de munitions retirés des blessés à l'hôpital militaire de Zaporijjia (sud) illustrent froidement l'abomination de la guerre en Ukraine.

10h12 : Pour Joseph Borell, se couper à moyen terme des énergies russes est « l’étape la plus importante de la construction de l’autonomie » européenne

Selon une information de nos confrères du Figaro, le Haut Représentant de l’UE pour les Affaires étrangères est très péssimiste sur l’unanimité des Européens.

10h : Emmanuel Macron au mirco de France Inter ce matin
 « Je pense que c'est notre devoir de continuer à essayer de parler à Vladimir Poutine. Si ça peut sauver quelques vies il faut le faire. »
 

 

 

9h49 : « Satan 2 », le nouveau missile intercontinental russe dernière génération

La Russie poursuit sa stratégie de dissuasion avec l’annonce, le mercredi 20 avril, du premier tir d’essai réussi du missile balistique intercontinental Sarmat, une arme de nouvelle génération de très longue portée que le président Vladimir Poutine a salué comme « sans équivalent ». 20 Minutes fait le point sur ce nouveau missile.

 

9h35 : En France, 11.588 élèves ukrainiens sont pris en charge de l'école au lycée

Le ministère de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports communique chaque vendredi sur le nombre d'enfants ukrainiens accueillis dans les écoles, collèges et lycées. Au total 11.588 élèves ukrainiens sont pris en charge de l'école au lycée.

9h20 : Marioupol résiste aussi fort qui Vladimir Poutine crie victoire... Notre récap' de la journée de jeudi

 

8h40 : La Russie accusée de préparer un faux référendum d’indépendance en Ukraine

Dans un message vidéo jeudi soir, Volodymyr Zelensky a demandé aux habitants des régions de Kherson et Zaporijjia occupées par les Russes, de ne fournir aucune donnée personnelle, comme leurs numéros de passeport, que leur réclameraient les forces russes.

« Ce n’est pas juste pour mener un recensement. (…) Ce n’est pas pour vous donner de l’aide humanitaire d’aucune sorte. C’est en fait pour falsifier un soi-disant référendum sur votre terre, si l’ordre d’organiser cette comédie arrive de Moscou », a averti le président ukrainien.

8h30 : Pas de couloir d’évacuation pour les civils ce vendredi

« En raison du danger menaçant nos itinéraires, il n’y aura pas de couloirs humanitaires aujourd’hui », a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk sur Telegram. Jeudi, trois bus d’évacués du port assiégé de Marioupol étaient arrivés à Zaporijjia, grande ville du sud-est.

8h20 : Renault voit son chiffre d'affaires chuter

Le groupe Renault a publié vendredi un chiffre d'affaires en baisse de 2,7% sur un an au premier trimestre à 9,7 milliards d'euros, freiné notamment par la pénurie de semi-conducteurs et dans une moindre mesure par la guerre en Ukraine.

8 heures : Marioupol résiste encore et toujours

Bien que Vladimir Poutine ait déclaré hier qu’il avait libéré la ville portuaire, il n’en est rien selon son homologue ukrainien. « Ils ne peuvent que retarder l’inévitable – le moment où les envahisseurs devront quitter notre territoire, en particulier Marioupol, une ville qui continue de résister à la Russie, malgré tout ce que disent les occupants », a-t-il dit dans une allocution vidéo jeudi.

Le président américain Joe Biden a quant à lui jugé « contestable » que la Russie ait pris le contrôle de cette ville, estimant qu’il « n’y a encore aucune preuve que Marioupol soit complètement perdue ».

Bonjour et bienvenue à toutes et tous dans ce live.

Sur le point de chuter depuis des jours, Marioupol résiste tant bien que mal à l’armée russe après presque deux mois de siège. Restez connecté avec nous ce vendredi 22 avril pour suivre les derniers événements liés à cette guerre.