Guerre en Ukraine : La France envoie 28 tonnes d'aide médicale d'urgence

CONFLIT Retrouvez les derniers événements de ce jeudi 21 avril, en lien avec le conflit en Ukraine

M.F., D.R.
— 
Un ukrainien décharge des aides humanitaires.
Un ukrainien décharge des aides humanitaires. — Emilio Morenatti/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Alors que la mise en place d’un couloir humanitaire n’a pas fonctionné mercredi à Marioupol et que la ville est toujours sur le point de tomber aux mains des Russes, les civils et derniers militaires présents sont toujours retranchés dans l’usine sidérurgique et métallurgique d’Azovstal
  • L’armée russe a également augmenté sa présence dans le sud et l’est du pays, selon le ministère ukrainien de la Défense qui faisait état mercredi de « tentatives d’assaut » dans la région de Kharkiv (est) et de Lougansk (est), ainsi que de bombardements dans le sud dans des villages près de Zaporijjia.
  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky doit s’adresser cette après-midi à 16 heures (GMT) au Parlement portugais.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

2h30 : L’Ukraine accuse la Russie de préparer un faux référendum à Kherson et Zaporijjia

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé la Russie de chercher à organiser un faux référendum d’indépendance dans les régions de Kherson et Zaporijjia qu’elle occupe dans le sud du pays. Dans un message vidéo jeudi soir, M. Zelensky a demandé aux habitants des zones sous occupation de ne fournir aucune donnée personnelle, comme leurs numéros de passeport, que leur réclameraient les forces russes. « Ce n’est pas juste pour mener un recensement. (…) Ce n’est pas pour vous donner de l’aide humanitaire d’aucune sorte. C’est en fait pour falsifier un soi-disant référendum sur votre terre, si l’ordre d’organiser cette comédie arrive de Moscou », a averti le président ukrainien.

1h10 : Le département américain de la Justice aide Kiev sur les crimes de guerre

Selon Reuters, le ministre américain de la Justice fournit son assistance à la procureure générale d'Ukraine afin de préserver et d'archiver les preuves de crimes de guerre russes.

23h15 : Punchline incisive du porte-parole du département d’Etat

On avait raté cette citation de Ned Price, qui fait partie des 29 Américains sanctionnés par Moscou avec Mark Zuckerberg et Kamala Harris. Sa réaction : « Fort heureusement je ne possède pas de roubles et, même si j’en possédais, ils ne vaudraient rien désormais de toute façon ».

22h31 : La fédération biélorusse de tennis consulte des juristes afin de protéger les droits de ses joueurs
22h27 : L'exclusion des Russes et Biélorusses de Wimbledon ne fait qu'«inciter à la haine et à l'intolérance» selon la Fédération biélorusse de tennis
20h55 : L'Ukraine a besoin de 7 milliards de dollars par mois pour compenser ses pertes économiques

L'Ukraine a besoin de 7 milliards de dollars par mois pour compenser les pertes économiques causées par la guerre menée par la Russie, a indiqué jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

20h49 : Bordeaux accueille 71 réfugiés ukrainiens


 

20h40 : Pour le porte-parole de la diplomatie américaine, être interdit d'entrée en Russie est un « honneur »

Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a affirmé jeudi qu'il considérait comme un «honneur» le fait d'être visé par les nouvelles sanctions russes, qui l'interdisent notamment d'entrer en Russie. « Je dois dire que ce n'est rien de moins qu'un honneur de susciter la colère d'un gouvernement qui ment à son propre peuple, maltraite ses voisins et cherche à créer un monde où l'indépendance et la liberté sont en danger », a déclaré Price à des journalistes.

20h15 : La Suisse demande qu'un responsable russe de l'AIEA se récuse de certains dossiers

La Suisse a demandé a demandé à l'Agence internationale de l'énergie atomique de réduire le champ d'action de son directeur adjoint de nationalité russe afin de « garantir l'indépendance et la crédibilité » de l'organisation.

19h54 : Le Kirghizstan déconseille d'arborer un symbole de soutien à l'invasion

Les services de sécurité du Kirghizstan ont prévenu jeudi les habitants de ce pays qu'ils s'exposaient à des poursuites s'ils arboraient un symbole de soutien à l'invasion de l'Ukraine par Moscou, signe du malaise qu'elle suscite en Asie centrale.

19h40 : La France envoie 28 tonnes d'aide médicale d'urgence

La France va acheminer plus de 28 tonnes de matériel médical d'urgence vers l'Ukraine, ont annoncé jeudi dans un communiqué commun les ministères des Affaires étrangères et de la Santé. Ce nouvel envoi français par voie routière, via la Pologne, inclut un générateur d'oxygène, plus de 50 appareils respiratoires et leurs consommables, plus de 4,5 tonnes de médicaments ainsi qu'un groupe électrogène de forte capacité.

19h25 : Une image satellite qui fait froid dans le dos


 

19h10 : L'architecte britannique Norman Foster propose de reconstruire Kharkiv

L'architecte britannique Norman Foster, connu pour avoir restauré le palais du Reichstag en Allemagne et pour avoir imaginé le Millenium Bridge à Londres, a offert son aide pour reconstruire la ville ukrainienne de Kharkiv, en partie détruite après l'invasion russe.

18h45 : Andrey Rublev juge « totalement discriminatoire » l'exclusion des Russes de Wimbledon

Le Russe Andrey Rublev, N.8 mondial, a estimé jeudi que l'exclusion des joueurs russes et bélarusses du prochain tournoi de Wimbledon en raison du conflit en Ukraine était « totalement discriminatoire ».

18h32 : Trois bus d'évacués de Marioupol sont arrivés à Zaporijjia

Trois bus d'évacuation de civils partis du port de Marioupol, quasi-intégralement sous contrôle russe, sont arrivés jeudi à Zaporijjia, grande ville du sud-est de l'Ukraine. Des femmes et des enfants étaient dans les bus, acheminés à travers des territoires sous contrôle russe à la faveur de l'ouverture d'un «couloir humanitaire» d'évacuation après plusieurs jours durant lesquels ces couloirs étaient impossibles en raison des combats.

18h10 : Washington ajoute 800 millions de dollars d'aide militaire pour l'Ukraine

Joe Biden a annoncé jeudi une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars pour aider l'armée ukrainienne à repousser les forces russes du Donbass, jurant que Vladimir Poutine «ne réussira jamais» à occuper l'Ukraine.

17h55 : Moscou interdit à 61 Canadiens d’entrer en Russie

La Russie a interdit jeudi l’entrée sur son territoire à 61 personnalités canadiennes en représailles aux sanctions prises par Ottawa contre Moscou pour son offensive contre l’Ukraine.

Ces citoyens canadiens, pour la plupart des responsables gouvernementaux ou militaires, « sont interdits d’entrée en Russie pour une durée indéterminée », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

17h50 : 120.000 civils toujours bloqués à Marioupol d’après Kiev

Environ 120.000 civils sont retenus dans la ville assiégée de Marioupol, d’après le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Si la Russie affirme que la ville portuaire du sud-est de l’Ukraine est tombée entre leurs mains, le chef d’Etat nuance leurs déclarations. D’après lui, l’armée du Kremlin contrôle la majeure partie de Marioupol mais les soldats ukrainiens subsistent dans une partie de la ville.

17h43 : Quels enjeux entourent la prise de Marioupol ?

Depuis le début de la guerre en Ukraine, l’armée russe n’a cessé de pilonner la ville de Marioupol. Après plusieurs semaines de combats et de bombardements intenses, la Russie a revendiqué, ce jeudi, la prise de la ville tandis que Joe Biden estime que cette affirmation est « contestable ». Mais quelles conséquences auraient la prise de de cette ville portuaire par l’armée russe ? Notre journaliste Hélène Sergent s’est penchée sur la question :



 

17h34 : Zelensky remercie Joe Biden et les Etats-Unis après l’annonce d’une nouvelle aide financière

« Je suis reconnaissant au président des Etats-Unis et au peuple américain pour leur leadership dans le soutien au peuple ukrainien face à l’agression russe. Cette aide est aujourd’hui plus que nécessaire », assure Volodymyr Zelensky ce jeudi, en réponse à une nouvelle aide de 800 millions de dollars de Washington. Ces aides « sauvent la vie de nos combattants pour la démocratie et la liberté et nous rapprochent du rétablissement de la paix en Ukraine », ajoute le chef d’Etat.



 

17h25 : La Russie sanctionne 29 Américains, dont Mark Zuckerberg et Kamala Harris ​

La Russie a interdit jeudi l’entrée sur son territoire à 29 responsables politiques, personnalités médiatiques et hommes d’affaires américains en représailles aux sanctions prises par Washington contre Moscou pour son offensive contre l’Ukraine.

Parmi les personnes visées par cette mesure, dont la liste a été publiée par le ministère russe des Affaires étrangères, figurent notamment le dirigeant du géant du Web Meta, Mark Zuckerberg, et la vice-présidente américaine, Kamala Harris.

17h17 : On vous partage des images de vidéosurveillance d’un bombardement russe sur Kharkiv mercredi soir


 

17h09 : Retour miné

Au nord de Kiev, les habitants du village de Mochtchoun, dévasté par les combats, peuvent désormais rentrer chez eux, mais la mort rôde encore. Car si les troupes russes ont battu en retraite, leurs missiles, mines et autres engins explosifs sont encore présents.

Pour être autorisés à rentrer dans leur village, brûlé et bombardé après l’invasion des forces russes, les habitants doivent accepter par écrit de prendre le risque d’être tués ou blessés, en signant une dérogation de l’armée ukrainienne, qui garde l’entrée de Mochtchoun.

« Ils ont assuré avoir en partie déminé. Nous avons trouvé un objet piégé dans notre jardin. Il paraissait être désamorcé, nous ne savons pas », a dit à l’AFP Olena Klymenko, dont la maison a été détruite. « Mais nous devons tout de même chercher nos affaires ».

17h01 : Les baskets de la discorde

A Moscou, un homme qui portait des baskets jaunes et bleues (les couleurs du drapeau ukrainien), a été arrêté pour participation à une manifestation non autorisée. D’après son avocat, qui s’est exprimé auprès du média The Insider, les policiers ont considéré qu’il s’agissait d’une forme « d’agitation publique ».



 

16h55 : Macron appelle Poutine à se montrer « responsable »

Le président français Emmanuel Macron a appelé jeudi, à l’occasion d’un déplacement de campagne près de Paris, son homologue russe Vladimir Poutine à se montrer « responsable ».

« Sur les dernières heures et les déclarations et les tests russes, j’appelle la Russie et le président Poutine en tant que puissance dotée [de l’arme nucléaire] et membre permanent du Conseil de sécurité, à rester une puissance responsable et à ne céder à aucune forme de provocation, parce que ce serait un changement profond de la grammaire internationale », a déclaré le chef d’Etat français, qui vise sa réélection dimanche face à Marine Le Pen.

« J’aurai l’occasion, si les Françaises et les Français me font confiance, dès la semaine prochaine de l’appeler », a-t-il ajouté.

16h47 : « Moment crucial »

Dans une allocation depuis la Maison-Blanche, Joe Biden a estimé que la bataille de Kiev avait été une « victoire historique » pour les Ukrainiens. « Une victoire pour la liberté remportée par le peuple ukrainien avec une aide sans précédent » des Etats-Unis et leurs alliés, s’est-il félicité.

Les troupes russes se sont déplacées au sud et à l’est de l’Ukraine. Il s’agit d’un « moment crucial » de la guerre, estime le président des Etats-Unis qui constate que la guerre « sera plus limitée en termes de géographie, mais en termes de brutalité ».

16h41 : Neuf pays d’Europe centrale vont demander de l’aide financière à Bruxelles

Neuf pays d’Europe centrale et orientale vont demander d’ici fin avril l’aide financière de l’Union européenne pour la prise en charge des réfugiés ukrainiens, selon un communiqué publié jeudi à Prague.

« La crise actuelle est exceptionnelle et nous ne pouvons pas en prédire l’impact final sur nos économies. Nous sommes fermement convaincus qu’il ne suffira pas de demander de la flexibilité dans la politique de cohésion. Nous devons donc également demander un financement supplémentaire pour les États membres qui accueillent un grand nombre de réfugiés d’Ukraine », a indiqué le vice-premier ministre tchèque Ivan Bartos.

Outre la République tchèque, ce sont la Pologne, la Slovaquie, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et les trois Pays Baltes qui « se sont mis d’accord sur 14 mesures qu’ils présenteront ensemble afin d’engager un dialogue avec la Commission européenne sur la modification des règles en vigueur », a-t-il précisé.

16h34 : Joe Biden juge « contestable » le contrôle de Marioupol par la Russie

Joe Biden a jugé « contestable » le contrôle par la Russie de la ville ukrainienne de Marioupol, revendiqué par son homologue russe Vladimir Poutine. « Il est contestable qu’il contrôle Marioupol », a déclaré le président américain. « Il n’y a encore aucune preuve que Marioupol soit complètement perdue. »

16h27 : Le président sud-africain s’entretient avec Zelensky

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, critiqué pour sa neutralité depuis le début de la guerre en Ukraine, a déclaré jeudi s’être entretenu au téléphone avec son homologue à Kiev, Volodymyr Zelensky.

Cyril Ramaphosa a déclaré sur Twitter que les deux chefs d’Etat ont « discuté du coût humain tragique et des ramifications mondiales » du conflit, après l’invasion russe lancée il y a près de deux mois.



« Nous sommes d’accord sur la nécessité d’une fin négociée au conflit qui a eu un impact sur les chaînes d’approvisionnement mondiales et la position de l’Ukraine en tant qu’exportateur majeur de nourriture vers notre continent », a-t-il déclaré. L’Afrique du Sud, puissance diplomatique sur le continent, a maintenu une position non alignée malgré la condamnation de la communauté internationale concernant ce conflit, préconisant la négociation.

16h23 : Joe Biden va demander au Congrès un budget supplémentaire pour l'aide militaire à l'Ukraine
16h17 : Joe Biden affirme que Poutine « ne réussira jamais » à occuper l’Ukraine
16h12 : Encore plus qu’annoncé !

Le président des Etats-Unis Joe Biden a annoncé ce jeudi une nouvelle aide de 800 millions de dollars pour l’Ukraine. Cette enveloppe comprend « des armes d’artillerie lourde, des dizaines d’obusiers, 144.000 munitions ainsi que des drones », a-t-il détaillé depuis la Maison-Blanche.

16h09 : Les Etats-Unis veulent accueillir 100.000 réfugiés ukrainiens

Les Etats-Unis vont accepter 100.000 réfugiés ukrainiens dans le cadre du nouveau programme « Unis pour l’Ukraine » qui sera annoncé ce jeudi par le président Joe Biden, rapporte le quotidien britannique The Guardian. D’après nos confrères, ce programme débutera la semaine prochaine et les réfugiés ukrainiens pourront en bénéficier temporairement s’ils ont des sponsors américains.

16h01 : La Russie renforce sa présence en Méditerranée orientale

Avec le déclenchement de la guerre en Ukraine, la Russie a renforcé ses capacités militaires en Méditerranée orientale, vue comme une base arrière de la mer Noire et du terrain d’affrontements, rapportent des observateurs militaires français en Grèce.

« Il y a actuellement une vingtaine de bateaux russes en Méditerranée, la Russie a doublé voire triplé ses capacités militaires dans la zone (destroyers, frégates, sous-marins…) », explique à l’AFP le capitaine de vaisseau et officier de communication régionale de l’armée française en Méditerranée, Thibault Lavernhe.

Le déploiement de la flotte russe dans la zone, qui avait débuté avant l’invasion de l’Ukraine le 24 février, peut servir, selon les analystes, à envoyer des renforts, des soldats et de l’armement en Ukraine, mais aussi à tirer des missiles de croisière depuis les vaisseaux, en appui aux opérations au sol.

« Là où sont les Américains, les Russes le sont aussi », constate le capitaine Lavernhe. Car les forces américaines, qui s’étaient désengagées de la zone méditerranéenne depuis une dizaine d’années, opèrent elles aussi un retour en force.

15h54 : Trois bus d’évacués de Marioupol sont arrivés à Zaporijjia

Trois bus d’évacuation de civils partis du port de Marioupol, quasi-totalement sous contrôle russe, sont arrivés jeudi à Zaporijjia, grande ville du sud-est de l’Ukraine, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ces évacuations continuent alors que le président Vladimir Poutine a annoncé jeudi matin que ce port stratégique était sous contrôle russe, malgré le maintien d’une poche de résistance dans la gigantesque aciérie d’Azovstal, où sont coincés des civils et des soldats ukrainiens.

15h49 : La guerre s’invite à la Biennale d’art de Venise

De retour après une interruption due à la pandémie, cette 59e édition est éclipsée par la guerre en Ukraine, déclenchée le 24 février. Les organisateurs ont banni les représentants officiels russes pour protester contre l’invasion, tandis que la délégation ukrainienne a réussi à quitter Kiev le jour où les troupes russes ont franchi la frontière.

Pour Pavlo Makov, artiste ukrainien qui expose cette année, il était inévitable que la Russie soit exclue de la manifestation, où 58 pays sont représentés dans des pavillons nationaux à travers 213 artistes. « Le dialogue que nous avons en ce moment avec la culture russe se tient dans un seul endroit, sur le front », tranche-t-il.

15h41 : Navire rempli de matos militaire

L’Espagne va livrer à l’Ukraine « 200 tonnes » de matériel militaire, un envoi qui représente le double de l’aide militaire envoyée jusqu’ici par Madrid à Kiev, a annoncé jeudi dans la capitale ukrainienne le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

Un navire espagnol a quitté jeudi un port espagnol à destination de la Pologne avec ces munitions et ce matériel militaire à bord, a indiqué Pedro Sanchez lors d’une conférence de presse commune avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky et la Première ministre danoise Mette Frederiksen.

15h35 : Les prévisions moroses de la Banque centrale russe

Un PIB en baisse de 9,2 % et une inflation à 22 % en 2022 : telles sont les prévisions d’analystes interrogés par la Banque centrale russe, qui elle-même prévoit de graves difficultés économiques du fait des sanctions internationales.

La Banque centrale rend tous les mois publique une enquête réalisée auprès d’experts, et en avril ceux-ci se sont montrés encore plus pessimistes qu’en mars quant à l’évolution de l’économie du fait des vagues de sanctions qui frappent le pays à la suite de son offensive contre l’Ukraine. Ils prévoient un PIB en chute de 9,2 % en 2022, contre -8 % le mois dernier, et une inflation de 22 % (contre 20 %), selon la dernière édition de ce rapport parue jeudi.

Ces prévisions sont plus pessimistes que celles du FMI qui anticipe une contraction de 8,5 % du PIB russe cette année.

15h30 : Washington donne 500 millions de dollars supplémentaires à l’Ukraine

Les États-Unis ont annoncé qu’ils allaient débloquer une aide économique supplémentaire de 500 millions de dollars pour soutenir l’Ukraine, qui s’ajoutera à celle du même montant débloquée en mars par le président américain Joe Biden, selon un responsable du Trésor.

La secrétaire au Trésor Janet Yellen devait faire cette annonce jeudi au Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal, lors d’une rencontre en personne à Washington. Cette aide doit permettre à l’Ukraine de maintenir le fonctionnement du gouvernement, en versant notamment les salaires et les retraites, et éviter une aggravation de la situation humanitaire en Ukraine, a précisé ce responsable.

15h26 : L’Espagne va envoyer « 200 tonnes » de matériel militaire supplémentaire à l’Ukraine
15h20 : 10 militaires et 9 civils libérés dans un échange de prisonniers

Dix militaires et neuf civils ont été libérés dans un nouvel échange de prisonniers avec la Russie, a annoncé Kiev mardi, sans révéler le nombre de Russes qui ont été remis à Moscou.

« Un nouvel échange de prisonniers a eu lieu. Nous faisons revenir 19 personnes, dont 10 militaires (parmi lesquels deux officiers) et neuf civils », a déclaré sur Telegram la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

« Il y a cette fois des blessés parmi les personnes libérées et c’est très important. Ils vont à présent pouvoir bénéficier de soins complets et suivre une rééducation », a-t-elle précisé.

15h12 : La Lettonie et l’Estonie reconnaissent un « génocide » en Ukraine

Les parlements d’Estonie et de Lettonie ont chacun reconnu les actions de la Russie en Ukraine comme un « génocide ». Dans les territoires temporairement occupés, les Russes ont commis des « actes de génocide » contre la population civile, estime le parlement estonien dans un communiqué.

Ces actes sont « des meurtres, des disparitions forcées, des déportations, des emprisonnements, des tortures, des viols et des profanations de cadavres », liste le Riigikogu, le parlement monocaméral de la république d’Estonie.



 

15h04 : Chars en provenance de Slovénie

La Slovénie va envoyer à Kiev un grand nombre de ses chars d’assaut soviétiques T-72 et devrait obtenir en contrepartie des chars allemands de type « Marder » et des véhicules blindés de transports de troupes « Fuchs ». L’Allemagne sera impliquée dans ces approvisionnements car elle s’engage à compenser les matériels que les autres pays fourniront à Kiev.

14h56 : La Russie « s’occupe » des combattants britanniques capturés

Deux ressortissants britanniques, Aiden Aslin et Shaun Pinner, ont été faits prisonniers de guerre à Donetsk, la ville de l’est de l’Ukraine aux mains des séparatistes pro-Moscou. Londres s’inquiète de leur sort, les deux hommes ayant été filmés fatigués et blessés par les Russes.

« Ne vous inquiétez pas, le camp russe s’occupe d’eux. Ils sont nourris, reçoivent de l’eau et les soins nécessaires. Comme tous les autres étrangers qui se sont rendus ou sont détenus », a rétorqué ce jeudi La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, rapporte nos confrères du Guardian.

14h46 : Kiev réitère son appel à un couloir d’évacuation pour Azovstal

Ce matin, la vice-première ministre ukrainienne a réclamé un couloir humanitaire afin d’évacuer les civils et les militaires blessés d’Azovstal à Marioupol. Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a réitéré cette demande.

Les civils, « réfugiés en grand nombre » dans l’aciérie, « ne font pas confiance aux troupes [russes] », a écrit le ministère sur son compte Twitter. « Un couloir humanitaire d’urgence est nécessaire » avec « des garanties que les gens seront en sécurité », a-t-il ajouté.

14h38 : Deux morts et 20 blessés dans l’incendie d’un institut militaire russe

Deux personnes sont mortes et 20 ont été blessées dans un important incendie jeudi dans un institut de recherches militaires à Tver, à 160 km de Moscou, selon les secours, cités par les agences de presse russes. La télévision russe a diffusé les images d’une épaisse fumée noire qui s’élève au-dessus de l’imposant bâtiment jaune et brun de quatre étages de l’Institut central de recherches des forces aérospatiales russes.

Selon des témoins, cités par la télévision, plusieurs employés de l’institut ont dû sauter par la fenêtre des étages supérieurs pour échapper aux flammes qui ont envahi 1.000 mètres carrés de surface. Selon de premières informations, l’incendie pourrait être dû à la vétusté du câblage électrique du bâtiment, a affirmé TASS.

Selon le ministère russe de la Défense, l’institut s’occupe notamment de recherches liées à la défense aérospatiale russe, ainsi qu’au développement de nouveaux systèmes de défense anti-aérienne.

14h29 : Plus de 7,7 millions de déplacés à l'intérieur de l'Ukraine, selon l'ONU
14h22 : Face à la Russie, les « petits gestes » peuvent avoir un gros effet, selon l'Agence internationale de l'énergie

Ajuster le chauffage ou la climatisation, rouler moins vite, télétravailler plus souvent: les « petits gestes » peuvent faire économiser beaucoup d'énergie en Europe et réduire la dépendance à la Russie, ont plaidé jeudi l'Agence internationale de l'énergie (AIE) et la Commission européenne.

14h10 : En visite en Ukraine, le Premier ministre espagnol condamne les «atrocités» russes

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a condamné ce jeudi les « atrocités » imputées aux forces russes dans la ville de Borodianka, près de Kiev, lors d'une visite en Ukraine avec son homologue danoise.

14h : Quand le street art s'empare de la guerre en Ukraine


 

13h49 : Le pape a reçu le Premier ministre hongrois Viktor Orban

Le pape François a reçu jeudi pour la première fois au Vatican le Premier ministre nationaliste hongrois Viktor Orban, auquel il a exprimé sa reconnaissance pour l'accueil des réfugiés fuyant la guerre en Ukraine.

13H39 : Novak Djokovic juge « folle » la décision de Wimbledon d'exclure les joueurs russes et biélorusses

Une nouvelle voix, puissante, s’est élevée dans le monde du tennis contre l’exclusion par les organisateurs de Wimbledon des joueurs et joueuses russes et biélorusses, en raison du conflit en Ukraine. Le point avec notre journaliste  Nicolas Stival

 

13h28 : Le Premier ministre britannique en Inde, commerce et Ukraine au menu

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a atterri en Inde jeudi pour une visite de deux jours, centrée sur des discussions commerciales mais aussi stratégiques, ayant toutefois peu de chances de vaincre la réticence de son homologue indien Narendra Modi à soutenir l'action occidentale contre l'invasion russe en Ukraine.

13h15 : Une réunion de l'Unesco qui devait se tenir en Russie en juin, reportéeUne réunion de l'Unesco qui devait se tenir en Russie en juin et dont le maintien suscitait l'indignation de pays occidentaux en raison de la guerre en Ukraine, va finalement être reportée, a annoncé ce jeudi l'agence onusienne.
13h06 : Report sine die d’une réunion de l’Unesco prévue en juin en Russie
13h02 : Le pape s’associe à l’ONU et demande une trêve pour la Pâque orthodoxe

Le pape François s’est associé à l’appel lancé par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, pour demander une trêve en Ukraine le 24 avril, date de Pâques chez les orthodoxes, a annoncé jeudi le Vatican.

« Le Saint-Siège et le Saint-Père se joignent à l’appel lancé le 19 avril par Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, en accord avec Sa Béatitude Sviatoslav Shevchuk, chef de l’Église gréco-catholique ukrainienne, pour une trêve à l’occasion de la célébration de Pâques selon le calendrier julien, le 24 avril », a annoncé le Vatican dans un communiqué.

Le 10 avril, à l’occasion du dimanche des Rameaux, François – qui a fustigé la « cruauté toujours plus horrible » frappant en Ukraine – avait déjà appelé à une « trêve de Pâques pour arriver à la paix à travers de véritables négociations ».

12h58 : La Russie annonce la fermeture des consulats baltes par mesure de représailles

La Russie a annoncé jeudi la fermeture de consulats des pays baltes sur son sol, en représailles à des mesures similaires prises par la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie qui dénoncent l’offensive russe en Ukraine. Le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué dans un communiqué « retirer l’autorisation de fonctionnement » aux consulats généraux de Lettonie, d’Estonie et de Lituanie à Saint-Pétersbourg, reprochant en outre à ses trois voisins l’octroi « d’aide militaire au régime de Kiev ».

La Russie ferme également le consulat de Lettonie et la chancellerie du consulat général d’Estonie à Pskov (nord-ouest), selon la même source. Les chefs et les fonctionnaires des missions consulaires lettone et estonienne ont été déclarés « persona non grata » et doivent quitter le territoire russe.

12h53 : L’usine d’Azovstal toujours bombardée

L’usine d’Azovstal, dernière poche de résistance ukrainienne à Marioupol, est la cible de nombreux bombardements russes. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky affirme que les militaires retranchés dans la vaste aciérie ont environ « 1.000 civils, femmes et enfants » et des « centaines de blessés avec eux ».



 

12h44 : Plus de 5 millions de réfugiés, en lente augmentation

Le nombre de réfugiés ukrainiens ayant fui l’invasion par l’armée russe le 24 février continue d’augmenter, mais beaucoup plus lentement que dans les premières semaines du conflit, selon les chiffres du Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés publiés jeudi.

Selon le HCR, 5.085.360 Ukrainiens ont quitté leur pays depuis le début de l’invasion russe, soit 50.921 de plus que le chiffre publié mercredi. Au mois d’avril ce sont pour l’heure, un peu plus de 1.050.000 Ukrainiens qui ont fui, bien moins que les 3,4 millions qui avaient choisi l’exode au mois de mars.

12h38 : Un tank russe en feu à Marioupol


 

12h30 : Ramener les « Ukrainiens déportés de force »

L’Ukraine fera tout son possible pour ramener toute personne « expulsée de force » vers la Russie, a assuré le conseiller de Volodymyr Zelensky, Mykhailo Podolyak. Mercredi, un membre du Parlement de Kiev a affirmé que la Russie avait déporté 500.000 Ukrainiens.

« Nous suivons de près le sort de chaque Ukrainien qui a été expulsé de force vers la Russie. Nous ferons tout notre possible afin de ramener nos citoyens mais ça ne sera pas facile », a souligné le haut conseiller pour qui ce sujet fera l’objet d’une « autre guerre avec la Russie ».



 

12h19 : Le patron du géant russe du pétrole Loukoïl démissionne

Le président du géant russe du pétrole Loukoïl, Vaguit Alekperov, a démissionné, a annoncé jeudi l’entreprise, qui avait appelé début mars à arrêter rapidement l’offensive du Kremlin en Ukraine.

« Le président et membre du conseil d’administration de Loukoïl, V. Alekperov, a annoncé sa décision de renoncer à [ses] fonctions », selon un communiqué du numéro deux du secteur pétrolier russe. L’annonce intervient une semaine après que le milliardaire a été placé sur la liste des personnalités russes sanctionnées par le Royaume Uni.

12h13 : Armes lourdes en cours de livraison

L’Ukraine va recevoir « dans les prochains jours » des armes lourdes, dont des chars de combat, de la part des pays de l’est pour l’aider à contrer l’offensive russe, a déclaré jeudi la ministre de la Défense allemande.

« Il s’agit de chars de combat, de véhicules blindés, ou d’autres possibilités (de matériel) que les pays peuvent céder » à l’Ukraine, a expliqué Christine Lambrecht lors d’une interview à la chaîne d’information continue n-tv.

Ce matériel sera livré « dans les prochains jours » alors que les experts militaires disent que « les deux prochaines semaines seront décisives » dans la guerre russe en Ukraine, a-t-elle dit.

12h05 : Des précisions sur les corps dans les morgues de la région de Kiev

La vice-Première ministre ukrainienne Olga Stefanichyna a précisé que le total de 1.020 cadavres représentait l’ensemble des corps de civils « découverts dans des immeubles mais aussi dans les rues » de la région de Kiev depuis le début de l’invasion russe, le 24 février.

Dans la seule ville de Boutcha, au nord-ouest de Kiev, devenue un symbole des atrocités de la guerre en Ukraine, près de 300 personnes ont été enterrées dans des fosses communes, selon un autre bilan annoncé par les autorités ukrainiennes le 2 avril.

Les autorités ukrainiennes continuent de découvrir régulièrement de nouveaux corps. Jeudi, la police régionale de Kiev a indiqué avoir déterré neuf nouveaux corps de civils à Borodianka. « Ces personnes ont été tuées par les occupants [Les Russes] et certaines des victimes présentent des signes de torture », a accusé sur Facebook le chef de la police locale, Andriï Nebytov.

11h59 : « Protéger la liberté sur le continent européen »

« Nous avons déjà prouvé que l’État ukrainien et les institutions publiques sont suffisamment efficaces pour résister, même à l’épreuve de la guerre. Nous faisons autant pour protéger la liberté sur le continent européen que les autres pays n’ont jamais fait », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, cité par le ministère de la Défense ukrainien ce jeudi matin.



 

11h50 : L’Italie devrait cesser « bientôt » d’acheter du gaz russe

L’Italie est obligée d’un point de vue éthique de cesser « bientôt » d’acheter du gaz russe, dont les revenus servent à financer la guerre en Ukraine, estime le ministre de la Transition écologique Roberto Cingolani dans un entretien publié jeudi.

« À mon avis, nous devrions bientôt interrompre pour des raisons éthiques les livraisons de gaz russe », a-t-il déclaré au quotidien La Stampa.

Le ministre effectue actuellement avec son homologue des Affaires étrangères Luigi Di Maio un périple de deux jours en Angola et en République démocratique du Congo pour conclure de nouveaux contrats d’approvisionnement et réduire ainsi la dépendance italienne au gaz russe, qui représente 45 % de ses fournitures.

11h42 : Google condamné à plus de 126.000 euros d’amende en Russie

Un tribunal russe a condamné jeudi à une amende de 11 millions de roubles (plus de 126.000 euros au taux actuel) le géant américain Google pour ne pas avoir supprimé des contenus « interdits » sur l’offensive russe en Ukraine.

Le service de presse des tribunaux de Moscou a précisé sur son compte Telegram que Google avait été condamné à la suite de deux plaintes séparées déposées notamment par le gendarme russe des télécoms, Roskomnadzor, car le géant américain n’avait pas supprimé de ses plateformes des contenus jugés illégaux en Russie.

Google s’est vu notamment reprocher la publication sur YouTube d’une vidéo d’une conversation téléphonique présumée entre des militaires russes et leurs proches où les soldats se plaignaient d’importantes pertes humaines dans leurs rangs, ont rapporté les agences de presse russes.

11h33 : La Russie bombarde Kharkiv « avec fureur »

« La Fédération de Russie bombarde la ville [de Kharkiv] avec fureur », a affirmé Ihor Terekhov. Le maire de la deuxième ville d’Ukraine a fait état « d’énormes explosions » à Kharkiv lors d’une allocution télévisée ce jeudi, rapporte Reuters. D’après lui, 1 million de civils sont toujours dans la ville, moins d’un tiers des habitants ayant évacué Kharkiv.

11h25 : Plus de 1.000 corps de civils dans les morgues de la région de Kiev

Plus de 1.000 corps de civils se trouvent actuellement dans les morgues de la région de Kiev, a indiqué à l’AFP ce jeudi une responsable ukrainienne. « 1.020 corps de civils, uniquement de civils, sont [dans les morgues] de l’ensemble de la région de Kiev », a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Olga Stefanichyna dans la ville de Borodianka, au nord-ouest de Kiev.

Depuis le retrait des forces russes de la région de Kiev fin mars, des centaines de corps de civils ont été retrouvés par les autorités ukrainiennes qui accusent la Russie de « crimes de guerre », tout comme les Occidentaux.

11h18 : Le volontariat armé en Ukraine, « un certain romantisme révolutionnaire »

L’engagement de certains militants aux côtés des forces armées ukrainiennes dans la guerre contre la Russie relève d’un « certain romantisme révolutionnaire » et perpétue une vieille tradition de l’extrême droite française, explique à l’AFP Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l’ultradroite. Au sein de l’extrême droite, des courants sont cependant pro-russes mais d’après lui « ce parti pris pour la Russie s’explique [notamment] par l’attirance pour Poutine l’autocrate, l’homme fort, et une détestation congénitale des Etats-Unis et de ce qu’ils représentent ».

11h09 : 170 Français en Ukraine

Les autorités françaises estiment qu’environ 170 Français se trouvent actuellement en Ukraine, dont 30 à 40 pouvant se battre, les autres disant faire du soutien humanitaire.

Ils sont dans leur écrasante majorité des militants d’ultradroite – « il y a quelques ultragauche » – et auprès des Ukrainiens, ceux désirant combattre aux côtés des Russes étant « très, très minoritaires », poursuit auprès de l’AFP une source sécuritaire.

11 heures : La Bourse de Paris en nette hausse

La Bourse de Paris montait de 1,41 % jeudi, se montrant plus audacieuse que ses voisines européennes après un débat télévisé entre les deux candidats à la présidentielle française, tirée par les valeurs industrielles.

L’indice vedette CAC 40 prenait 93,42 points à 6.718,33 points à 10h35, au lendemain d’une nette hausse de 1,38 %.

10h52 : La photo déchirante d’un enfant près de la tombe de sa mère à Boutcha


 

10h39 : Appel pour un couloir humanitaire à Marioupol

La vice-première ministre ukrainienne a réclamé ce jeudi matin un couloir humanitaire afin d’évacuer les civils et les militaires blessés d’Azovstal à Marioupol. « Nous exigeons des Russes un couloir humanitaire urgent depuis l’usine Azovstal de Marioupol. Il y a maintenant environ 1.000 civils et 500 soldats blessés. Ils doivent tous être expulsés d’Azovstal aujourd’hui », a posté Iryna Verechtchouk sur Telegram.

« J’appelle les dirigeants mondiaux et la communauté internationale à concentrer leurs efforts sur Azovstal dès maintenant. C’est maintenant un point-clé et un moment-clé de l’effort humanitaire », a-t-elle ajouté.

10h30 : Premier transfert vers la France d’Ukrainiens réfugiés en Moldavie

Un premier charter avec 74 réfugiés ukrainiens à bord doit atterrir à Bordeaux jeudi après-midi, en provenance de Moldavie, pays limitrophe de l’Ukraine que Paris s’est engagé à aider en transférant 2.500 déplacés du conflit vers la France, a appris l’AFP auprès des autorités.

« C’est la concrétisation des engagements pris par la France, en lien avec ses partenaires européens et avec le HCR (Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies), d’aider la Moldavie à faire face à l’afflux de réfugiés ukrainiens sur son sol », s’est félicité le ministère de l’Intérieur.

Cette première vague de personnes transférées « seront accueillies dans la région de Bordeaux », a-t-on précisé. Il s’agit « majoritairement de femmes et d’enfants » ainsi que des « personnes ayant besoin d’un suivi médical », a détaillé Céline Schmitt, porte-parole en France du HCR, qui a « aidé à identifier les personnes vulnérables » sur place.

10h22 : L’échéance du 9 mai

D’après le ministère de la Défense britannique, Moscou « souhaite probablement démontrer des succès significatifs avant ses célébrations annuelles du 9 mai ». Tous les ans à cette date, la Russie fête la « victoire de la Grande Guerre patriotique »​. La date marque la capitulation de l’Allemagne nazie et est très symbolique pour Vladimir Poutine qui parle de « dénazifier » l’Ukraine et multiplie les parallèles invraisemblables entre la guerre en Ukraine et la Seconde Guerre mondiale.

Le 8 avril dernier, le président Emmanuel Macron s’était aussi inquiété de cette échéance sur la radio RTL, soulignant qu’il était probable que son homologue russe souhaite faire du 9 mai un « jour de victoire ».

10h13 : 1.001 cibles militaires

L’armée russe a bombardé 1.001 cibles militaires en Ukraine pendant la nuit de mercredi à jeudi, dont 162 positions de tir, d’après le ministère de la Défense russe. Le ministère a également déclaré que les forces russes avaient pris le contrôle total de la ville de Kreminna, dans l’est de l’Ukraine, rapporte l’agence de presse Reuters.

10h04 : 2.000 soldats ukrainiens

Le vaste site industriel de Marioupol abrite encore 2.000 militaires ukrainiens, d’après le ministre russe de la Défense. Vladimir Poutine a promis la vie sauve à ceux qui se rendront.

« Proposez une fois de plus à tous ceux qui n’ont pas déposé les armes de le faire, la partie russe leur garantit la vie sauve et d’être traité avec dignité », a déclaré le chef du Kremlin, qui a décidé de l’invasion de l’Ukraine le 24 février dernier.

09h56 : L’assaut « impraticable » d’Azovstal

Si Vladimir Poutine refuse que son armée monte à l’assaut de l’usine d’Azovstal, c’est parce que c’est un lieu « impraticable », a-t-il expliqué ce jeudi matin à son ministre de la Défense. « Nous devons penser à préserver la vie et la santé de nos soldats et officiers », a déclaré le chef d’Etat. D’après lui, « il n’est pas nécessaire de grimper dans ces catacombes et de ramper sous terre à travers ces installations industrielles ».

09h42 : Potes de camping

Habituellement plutôt isolé et adepte des tables de plusieurs mètres de long, Vladimir Poutine est toutefois proche de son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou. Ce dernier est même régulièrement présent sur les mises en scène de vacances du président russe, à tel point que les internautes estiment parfois qu’ils sont « potes de camping ».



 

09h31 : Poutine juge que « la libération de Marioupol est un succès »

Le président russe a jugé jeudi que ses forces avaient avec « succès » pris le contrôle de la ville ukrainienne de Marioupol, ordonnant d’assiéger les derniers combattants ukrainiens plutôt que de donner l’assaut sur le site industriel Azovstal où ils sont retranchés.

« La fin du travail de libération de Marioupol, c’est un succès », a dit Vladimir Poutine à son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, après lui avoir signifié qu’un assaut du site d’Azovstal n’était « pas approprié » et qu’il fallait assiéger « la zone de telle manière à ce que pas une seule mouche ne passe ».

 

09h27 : Poutine ordonne d'assiéger l'usine Azovstal sans donner l'assaut
09h20 : Une usine peuplée d’irréductibles Ukrainiens résiste encore et toujours à l’envahisseur à Marioupol

D’après le ministère de la Défense russe, tout Marioupol est à présent sous contrôle russe à l’exception du site industriel d’Azovstal.

09h11 : L'arrivée de Pedro Sanchez à Kiev en images


 

09h04 : Johnson en Inde pour parler commerce et Ukraine

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a atterri en Inde jeudi pour une visite de deux jours, centrée sur des discussions commerciales mais aussi stratégiques, ayant toutefois peu de chances de vaincre la réticence de son homologue indien Narendra Modi à soutenir l’action occidentale contre l’invasion russe en Ukraine.

Sur la situation en Ukraine, les deux pays ont adopté des positions très éloignées : si Londres multiplie les sanctions économiques contre la Russie et se trouve en première ligne de l’aide en armement apportée à Kiev, le gouvernement de Narendra Modi s’est gardé de condamner ouvertement l’invasion russe et de se joindre aux votes en ce sens à l’ONU.

Selon un porte-parole de Boris Johnson aux journalistes, l’Ukraine devrait être au centre des discussions du sommet vendredi. Il a toutefois ajouté qu’il s’agissait pour Londres de travailler en commun avec l’Inde pour « élargir la coalition » contre la Russie, mais qu’il se garderait de lui « donner des leçons ».



 

8h49 : Pourquoi la bataille du Donbass est militairement très symbolique ?

On a interviewé le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l’ONU sur la concentration des combats dans le Donbass. Comment le Kremlin veut-il conquérir le Donbass ? L’armée ukrainienne est-elle en mesure de résister ? Réponses juste ici.

 

8h43 : Le Premier ministre espagnol et son homologue danoise sont arrivés à Kiev

Pedro Sanchez et Mette Frederiksen doivent tous deux rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le Premier ministre espagnol avait indiqué mercredi qu’il transmettrait au président ukrainien, lors de ce déplacement, « l’engagement sans faille, clair de l’Union européenne » et de l’Espagne « pour la paix ».

8h40 : Quatre bus d’évacuation de civils ont réussi à quitter Marioupol

Ces évacuations, annoncées par la vice-Première ministre ukranienne Iryna Verechtchouk, doivent se poursuivre dans la journée. Elles interviennent alors que ce port stratégique de la mer d’Azov semble sur le point de tomber aux mains des Russes après presque de deux mois de siège.

8h35 : Neuf corps de civils, dont une adolescente, retrouvés à Borodianka, avec des « signes de torture »

« Ces personnes ont été tuées par les occupants (russes) et certaines des victimes présentent des signes de torture », a accusé sur Facebook le chef de la police locale, Andriï Nebytov après la découverte des corps de neuf civils.

« Dans une fosse, il y avait deux hommes de 35 ans, et à côté d’eux, une adolescente de 15 ans », a précisé Andriï Nebytov. « Dans une autre, les forces de l’ordre ont découvert les corps de six personnes : quatre hommes et deux femmes » qui « ont pu être identifiées comme des habitants de la ville ».

« Les militaires russes ont sciemment abattu des civils qui ne leur opposaient aucune résistance », a-t-il fustigé, précisant que les corps des victimes avaient été « emmenés dans des morgues de la région de Kiev pour être expertisés ». Borodianka a été, selon Kiev, le théâtre de « massacres de civils » durant le mois de mars, lorsque les forces russes occupaient la ville.

8h15 : Pour ne pas perdre le fil avec la journée d’hier

Retrouvez notre récap' du mercredi 20 avril, avec comme d’habitude les quatre infos majeures de la journée sur le conflit.

Et si vous en voulez plus, rendez-vous sur notre live avec toutes les informations des dernières 24 heures.

 

7h50 : L’UE fera « tout son possible » pour que l’Ukraine « gagne la guerre »

Mercredi, le président du Conseil européen Charles Michel était à Kiev où il a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Vladimir Poutine « ne réussira ni à détruire la souveraineté de l’Ukraine, ni à diviser l’Union européenne », a-t-il déclaré, avant de lancer : « Vous n’êtes pas seuls, nous sommes avec vous et nous ferons tout notre possible pour vous soutenir et pour faire en sorte que l’Ukraine gagne la guerre ».

7h40 : Les combats se concentrent dans le sud et l’est de l’Ukraine

Le ministère ukrainien de la Défense faisait état mercredi de « tentatives d’assaut » sur les localités de Soulyguivka et Dibrivné, dans la région de Kharkiv (est), ainsi que sur Roubijné et Severodonetsk, dans la région de Lougansk (est).

Dans le sud, les bombardements s’intensifiaient aussi, notamment sur les villages de Mala Tokmatchka et d’Orikhiv, à 70 km au sud-est de Zaporijjia, a constaté un journaliste de l’AFP.

7h30 : « La situation est difficile, voire critique » à Marioupol

Plusieurs centaines de civils, manquant de vivre et d’eau, sont retranchés dans l’usine sidérurgique et métallurgique d’Azovstal avec le 36e bataillon de l’armée ukrainienne et le bataillon Azov, les deux dernières unités combattantes à Marioupol, selon les autorités ukrainiennes.

« Nous sommes prêts à quitter Marioupol avec l’aide d’un tiers », munis d’armes, « afin de sauver les personnes qui nous ont été confiées », indiquait jeudi Sviatoslav Palamar, commandant adjoint du bataillon Azov, sur Telegram. « La situation est difficile voire critique », a-t-il poursuivi, alors que mercredi, le couloir humanitaire, qui avait en principe été négocié pour permettre l’évacuation des civils de Marioupol, « n’a pas fonctionné », a déclaré hier soir la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

Bonjour et bienvenue à tous et à toutes dans ce live.

Restez connecté avec nous toute cette journée du jeudi 21 avril pour suivre en direct les dernières évolutions du conflit en Ukraine, envahie par la Russie depuis le 24 février dernier. Si les troupes russes ne sont pas parvenues à prendre la capitale du pays, elles se concentrent désormais sur le sud et l’est du pays où la ville de Marioupol semble sur le point de tomber après des mois de siège.