Guerre en Ukraine : Joe Biden accuse Vladimir Poutine de « génocide »

CONFLIT Le président américain estime que «les preuves s'accumulent» mais qu'il appartiendra aux instances internationales d'établir une telle qualification

20 Minutes avec AFP
— 
Joe Biden dans l'Iowa le 12 avril 2022.
Joe Biden dans l'Iowa le 12 avril 2022. — Carolyn Kaster/AP/SIPA

C’est une petite phrase lourde de sens prononcée au détour d’un discours sur l’énergie. Joe Biden a confirmé mardi accuser son homologue russe Vladimir Poutine de « génocide » en Ukraine, quelques heures après avoir utilisé ce mot pour la première fois afin de qualifier la situation dans le pays envahi par Moscou.

« Oui, j’ai appelé ça un génocide », a répondu le président américain à des journalistes lors d’un déplacement dans l’Iowa. Jusque-là, l’administration américaine n’avait pas prononcé ce mot, employé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky. « Il est de plus en plus clair que Poutine essaie simplement d’effacer l’idée même de pouvoir être un Ukrainien », a-t-il ajouté. Joe Biden a affirmé que si « les avocats, au niveau international », trancheraient sur la qualification de génocide, « pour moi, cela y ressemble bien ».

Des preuves qui « s’accumulent »

Affirmant que les « preuves s’accumulaient » concernant les « choses horribles qu’ont faites les Russes en Ukraine », le démocrate a prédit que le monde « en découvrirait encore davantage sur la dévastation ».



Quelques heures plus tôt, lors d’un discours consacré à la lutte contre l’inflation, Joe Biden avait déjà évoqué le terme de « génocide ». « Le budget de votre famille, votre capacité à faire votre plein d’essence, rien de tout cela ne devrait dépendre du fait qu’un dictateur déclare la guerre et commet un génocide à l’autre bout du monde », avait-il dit.

8,5 % d’inflation

La hausse des prix à la consommation a atteint en mars son rythme le plus rapide depuis décembre 1981, à 8,5 % sur un an, selon l’indice des prix à la consommation (CPI) publié mardi par le département du Travail.

Joe Biden avait déploré la flambée inflationniste supplémentaire causée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, assurant que « 70 % de la hausse des prix en mars vient de la hausse des prix de l’essence de (Vladimir) Poutine ». Le département du travail avait précisé dans son communiqué que « l’indice de l’essence a augmenté de 18,3 % en mars (par rapport à février) et représentait plus de la moitié de la hausse générale des prix sur un mois ».

« L’invasion de l’Ukraine par Poutine a fait grimper les prix de l’essence et des denrées alimentaires dans le monde entier », avait encore déclaré le président démocrate. L’opposition républicaine, notamment, reproche à Joe Biden d’avoir une politique économique qui alimente l’inflation.