Guerre en Ukraine : Europol lance l’opération « Oscar » visant les avoirs criminels russes

ENQUETE L’office européen de police a lancé cette opération conjointement avec les Etats membres de l’Union européenne, ainsi que les agences Eurojust et Frontex

20 Minutes avec AFP
— 
Le siège d'Europol à La Haye.
Le siège d'Europol à La Haye. — Mike Corder/AP/SIPA

Les fonds des criminels russes sont dans le viseur d’Europol. L’office européen de police a annoncé lundi avoir lancé une opération visant les avoirs des personnes et entreprises russes sanctionnés en raison de la guerre en Ukraine.

L’agence, qui siège à La Haye, a lancé cette opération baptisée « Oscar » conjointement avec les Etats membres de l’UE, ainsi que les agences Eurojust et Frontex. L’opération vise à « soutenir les enquêtes financières des États membres de l’UE ciblant les avoirs criminels détenus par des personnes physiques et morales sanctionnées en relation avec l’invasion russe de l’Ukraine », a confirmé Europol.

Une durée d’au moins un an

« Oscar » vise également à « soutenir les enquêtes pénales menées par les États membres concernant le contournement des sanctions commerciales et économiques imposées par l’UE ». L’opération se poursuivra pendant au moins un an et comprend un certain nombre d’enquêtes distinctes.

Pour remplir cette mission, Europol facilitera l’échange d’informations et de renseignements entre partenaires et fournira un soutien opérationnel dans un certain nombre d’enquêtes financières visant des avoirs criminels et le contournement des sanctions économiques de l’UE liées à l’invasion de l’Ukraine. Europol fournira en outre un soutien analytique sur mesure aux enquêtes, une expertise médico-légale et technique et un soutien financier aux autorités nationales compétentes.

Frontex et Eurojust impliqués

L’agence européenne pour la coopération judiciaire Eurojust facilitera de son côté l’échange d’informations stratégiques et opérationnelles, offrira une assistance et un soutien juridiques et renforcera la coopération entre les autorités nationales d’enquête et judiciaires. Frontex contribuera pour sa part à l’opération en renforçant le contrôle des personnes qui franchissent les frontières extérieures de l’UE et tombent sous le coup des sanctions.