Guerre en Ukraine : En un mois, 5.000 tués dont 210 enfants à Marioupol, selon le maire

DRAME Retrouvez toutes les actualités de la guerre en Ukraine sur la journée du mercredi 6 avril

X.R, C.P et M.F avec AFP
— 
90% des infrastructures de Marioupol ont été détruites, selon le maire de cette ville du sud de l'Ukraine.
90% des infrastructures de Marioupol ont été détruites, selon le maire de cette ville du sud de l'Ukraine. — Story Picture Agency/Shutterstoc/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Après les « crimes de guerre » commis à Boutcha, Volodymyr Zelensky a appelé l’ONU à agir « immédiatement » et à exclure la Russie du Conseil de sécurité.
  • Les Etats-Unis et l’Union européenne adoptent de nouvelles sanctions contre la Russie, notamment en fermant les ports aux bateaux russes ou en renvoyant près de 200 diplomates russes.
  • Mardi soir, de nouvelles explosions ont été entendues dans la région de Lviv, ville de l’ouest à proximité de la frontière polonaise, alors que l’armée russe renforce sa présence dans l’est.

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

3h30 : Merci de nous avoir suivis, ce live est désormais terminé. Vous pouvez retrouver notre live dédié à la journée du vendredi 7 avril ici :

 

3h00 : Le nettoyage des rues progresse à Irpin

La vie reprend à Irpin, dans la banlieue nord-ouest de Kiev, avec 20% des rues nettoyées des débris grâce au travail des volontaires.


 

1h35 : L'ampleur de la destruction à Borodyanka vue du ciel

Cette banlieue de Kiev a été presque entièrement détruite par les obus russes, comme on le voit dans cette vidéo filmée par un drone et publiée par le ministère de la Défense ukrainien.


 

0h50 : Nouveau témoignage à Boutcha, un ado de 14 ans affirme qu’un soldat russe a tué son père

Yuri, 14 ans, dont le témoignage a été recueilli par la BBC, dit avoir vu son père être tué devant ses yeux par un soldat russe. L’adolescent affirme avoir été blessé par balles au bras, et que le soldat a ensuite visé sa tête, mais l’a raté de quelques centimètres. Alors que le soldat a dû rejoindre d’autres troupes, Yuri a pu s’enfuir en courant.


 

23h40 : Sur LCI, le porte-parole du Kremlin reste sur la ligne d’une « falsification » ukrainienne à Boutcha

Dmitry Peskov a répondu aux questions de Darius Rochebin. Et le porte-parole du Kremlin soutient qu’aucun soldat russe n’a participé au massacre de Boutcha, dénonçant une « falsification orchestrée » par l’Ukraine. Des images satellites montrent pourtant qu’il y avait des cadavres de civils pendant plusieurs semaines, quand la Russie contrôlait la ville. Et une seconde vidéo montre même un blindé russe tirer, début mars, sur un cycliste qui s’effondre à l’endroit où un cadavre a été retrouvé à côté de son vélo début avril. Mais Peskov insiste, « ces images satellites doivent faire l’objet d’une enquête très approfondie ».


 

22h17 : Kiev a appelé mercredi les habitants de l’est de l’Ukraine à évacuer la région

En raison des craintes d’une offensive majeure et meurtrière de l’armée russe sur le Donbass, désormais cible prioritaire du Kremlin, Kiev a appelé mercredi les habitants de l’est de l’Ukraine à évacuer la région « maintenant ». Les autorités régionales « appellent la population à quitter ces territoires et font tout pour que les évacuations se déroulent de façon organisée », a déclaré la vice-Première ministre Iryna Verechtchouk, citée par le ministère de l’Intégration sur Telegram.

Elle a ajouté qu’il fallait le faire « maintenant » sous peine de « risquer la mort » dans les prochains jours. Si l’armée russe lançait une attaque d’importance dans la région, « nous ne pourrions plus aider » la population, a-t-elle alerté, « car il serait pratiquement impossible de stopper les combats ».

21h32 : Un bilan de 5.000 tués dont 210 enfants à Marioupol, d'après le maire

D'après le maire de Marioupol, ville du sud-est de l'Ukraine assiégée et bombardée par les troupes russes, 5.000 personnes ont été tuées en un mois, dont 210 enfants.


 

21h20 : Une vidéo semble montrer un soldat russe exécuté par des alliés des forces ukrainiennes

Une vidéo sur Telegram semble montrer des militaires alliés des forces ukrainiennes qui exécutent un soldat russe, avec trois autres cadavres russes visibles à côté, dont un qui a les mains liées. Selon le New York Times, ces forces qui ont attaqué un convoi russe appartiendraient à la légion géorgienne, une unité paramilitaire qui combat avec l'Ukraine. Cette exécution aurait eu lieu le 30 mars à Dmytrivka, à 10 km de Boutcha.


 

20h52 : Un étang de sang

Des militants anti-guerre ont teint l'étang devant l'ambassade de Russie à Vilnius en Lituanie, couleur rouge sang.


 

20h41 : Macron dénonce les critiques « scandaleuses » du Premier ministre polonais

Mardi, le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki avait reproché au président-français ses discussions avec Vladimir Poutine, l’accusant de « négocier » avec le président russe. « Il ne faut ni négocier ni discuter avec les criminels (…) Personne n’a négocié avec Hitler ! Négocieriez-vous avec Hitler ? », avait-il notamment lancé.

« Ces propos sont à la fois infondés et scandaleux, mais ils ne m’étonnent pas » car Mateusz Morawiecki, soutenu par « un parti d’extrême droite », « s’immisce dans la campagne politique française » après avoir « plusieurs fois reçu madame (Marine) Le Pen », qu’il « soutient », a répondu ce mercredi Emmanuel Macron.

20h37 : Qui sont les filles de Vladimir Poutine, visées par des sanctions ?

Maria Vorontsova et Katerina Tikhonova, âgées d’une trentaine d’années, sont issues du mariage de Vladimir Poutine avec Lioudmila Poutine dont le président russe a annoncé le divorce en 2013.

L’aînée, Maria Vorontosa, est sanctionnée pour son rôle dans Nomenko, une importante société de projets d’investissement dans le secteur de la santé qui procure « des sources substantielles de revenus » au gouvernement russe, selon le document.

Sa sœur, Katerina Tikhonova, dirige un fonds de soutien aux jeunes scientifiques russes, fondé par des compagnies dont les dirigeants « sont des membres du cercle d’oligarques proches » de Poutine, selon la même source.

20h16 : La Russie bloque l’accès humanitaire à Marioupol pour cacher les « milliers » de victimes, assure Zelensky

« Tant que tout n’a pas été "nettoyé" par les soldats russes, ils ont peur que le monde voie ce qu’il s’y passe », a affirmé le président ukrainien. Il s’agit « non pas de dizaines mais de milliers de personnes tuées et de milliers de blessés », a-t-il ajouté.

« Nous savons combien de militaires (ukrainiens) y sont morts et combien y ont été blessés, mais nous ne savons pas combien de civils ». « Mais, dans tous les cas, ils (les Russes) ne pourront pas tout cacher (…). Un tel nombre, c’est impossible à dissimuler. Et je pense que nous le verrons tous quand nous pourrons entrer » dans Marioupol, a-t-il encore déclaré.

20h13 : « Pour chaque char russe envoyé en Ukraine, nous fournissons dix armes anti-char à l’Ukraine », affirme Antony Blinken
20h09 : Le bilan des morts à Vougledar augmente

Ce sont finalement quatre civils qui ont été tués et quatre autres blessés dans le bombardement par les forces russes d’un centre de distribution d’aide humanitaire à Vougledar, dans l’est du pays, a annoncé le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kirilenko.

20h02 : Vous n’avez rien suivi de la journée ?

Et vous n’avez pas le temps de remonter tout ce live ? Pas de problème. Retrouvez notre récap' de la journée avec les quatre infos essentielles de la journée sur le conflit en Ukraine.

 

19h55 : L’Italie abaisse sa prévision de croissance pour 2022

Le gouvernement italien table désormais sur une progression du PIB de 3,1 %, contre 4,7 % auparavant.

19h41 : Des Ukrainiens formés aux Etats-Unis au maniement de drones tueurs

Un petit groupe de soldats ukrainiens qui se trouvaient aux Etats-Unis avant l’invasion russe de l’Ukraine sont formés au maniement des drones Switchblade que Washington fournit à Kiev, a indiqué un haut responsable du Pentagone.

19h35 : La Commission européenne « encourage » les Etats à coordonner leurs enquêtes

Dans l’UE, la France, la République tchèque, l’Allemagne, l’Estonie, la Lettonie, la Slovaquie, la Suède et Espagne ont ouvert des enquêtes nationales sur les possibles crimes de guerre en Ukraine.

Une équipe commune d’enquête a aussi été mise en place par la Pologne et la Lituanie, en coopération avec l’Ukraine, avec le soutien d’Eurojust. « Nous encourageons les autres Etats membres qui ont ouvert des enquêtes à se joindre » à cette équipe « pour permettre aux procureurs d’échanger des informations et de travailler ensemble de la manière la plus efficace », a indiqué un porte-parole de la Commission, Christian Wigand.

19h08 : Joe Biden dénonce des « crimes de guerre majeurs »

« Ce qui se passe ce n’est rien de moins que des crimes de guerre majeurs. Les nations responsables doivent s’unir pour que les responsables rendent des comptes », a dit le président américain, évoquant des « civils exécutés de sang-froid ».

18h56 : Un Britannique soupçonné d'espionnage pour Moscou à Berlin extradé au Royaume-Uni

Un ex-agent de sécurité de l'ambassade britannique à Berlin accusé d'espionnage au profit de la Russie a été extradé mercredi au Royaume-Uni et doit être présenté à la justice jeudi, ont annoncé le parquet et la police. Agé de 57 ans, David Smith avait été arrêté par la police allemande le 10 août. Il a été « inculpé pour neuf infractions à la loi sur les secrets officiels », a déclaré dans un communiqué Nick Price, responsable de la section antiterroriste du parquet britannique, chargé du dossier.

18h50 : Les pays riches vont puiser 120 milions de barils supplémentaires dans leurs réserves

Les pays développés membres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) vont puiser 120 millions de barils de pétrole supplémentaires dans leurs réserves, afin de tenter de calmer les cours secoués par la guerre en Ukraine, a annoncé mercredi son directeur exécutif, Fatih Birol, sur Twitter.

18h32 : Des bombardements soutenus à Severodonetsk, dans le Donbass

Severodonetsk, la ville la plus à l'est tenue par l'armée ukrainienne, a été mercredi la cible de bombardements soutenus, a constaté une équipe de l'AFP qui a vu un bâtiment en feu, tandis que de rares civils étaient visibles dans les rues. Certains habitants se risquaient à sortir quand les bombardements s'interrompaient quelques minutes, avant de se mettre à couvert quand les frappes reprenaient.

18h18 : L'Ukraine demande à Prague et à Bratislava de réparer ses armes endommagées

L'Ukraine a demandé à Prague et à Bratislava de l'aider à réparer son matériel militaire endommagé lors des combats contre l'invasion russe, ont indiqué mercredi les ministères tchèque et slovaque de la Défense. « L'Ukraine a demandé à la République tchèque de l'aider à réparer le matériel endommagé », a déclaré la porte-parole du ministère tchèque de la Défense, Jana Zechmeisterova.

17h45 : Les deux filles de Poutine bientôt sanctionnées par l'UE ?

Les deux filles de Vladimir Poutine pourraient être visées par les nouvelles sanctions de l'UE actuellement examinées par les représentants des Vingt-Sept, a-t-on appris mercredi de sources diplomatiques européennes. 

17h38 : Londres durcit ses sanctions contre Moscou

Le Royaume-Uni a durci mercredi ses sanctions imposées à Moscou à la suite de l'invasion de l'Ukraine, interdisant tout investissement britannique en Russie et ciblant les secteurs bancaire et énergétique, ainsi que des oligarques. Les nouvelles mesures annoncées dans un communiqué du Foreign Office prévoient « un gel complet des actifs » de la première banque russe Sberbank, la fin des importations de charbon russe d'ici à la fin de l'année et visent nommément huit hommes d'affaires dont le milliardaire Leonid Mikhelson, qui dirige le conglomérat gazier Novatek.

17h14 : La cote de popularité de Vladimir Poutine grimpe en Russie

Contrairement à pas mal d’autres pays dans le monde… On vous montre tout ça en graphique.


 

17h12 : Londres interdit tout investissement en Russie

Le Royaume-Uni prévoit « un gel complet des actifs » de la première banque russe Sberbank, la fin des importations de charbon russe d’ici à la fin de l’année et vise nommément huit hommes d’affaires dont le milliardaire Leonid Mikhelson, qui dirige le conglomérat gazier Novatek.

17h11 : Les maisons temporaires et modulables arrivent en Ukraine

Elles arrivent tout droit des Etats-Unis et doivent permettre de loger les habitants ukrainiens le temps de reconstruire le pays.


 

17h04 : « Sabotages » de voies ferrées en Biélorussie

La police du Bélarus a arrêté quatre individus suspectés d’avoir endommagé et incendié des armoires électriques ferroviaires, ainsi que des instruments signalétiques, dans ce pays servant de base arrière et de zone de transit pour les forces russes combattant en Ukraine.

17 heures : Washington va appliquer les contraintes les plus sévères qu’il puisse imposer aux grandes banques russes Sberbank et Alfa Bank
16h31 : La Hongrie prête à payer le gaz russe en roubles

La Hongrie s'est dite prête mercredi à payer le gaz russe en roubles si besoin, à rebours des autres pays de l'Union européenne qui ont refusé la demande de Moscou. « Nous ne voyons pas de problème dans le paiement en roubles, si c'est ce que les Russes veulent, nous paierons en roubles », a déclaré le Premier ministre Viktor Orban lors d'une conférence de presse à Budapest.

16h26 : Washington sanctionne les deux filles adultes de Vladimir Poutine
16h19 : Inculpation aux Etats-Unis de l'oligarque russe Konstantin Malofeev pour violations des sanctions

L'oligarque russe Konstantin Malofeev a été inculpé aux Etats-Unis pour avoir violé les sanctions américaines imposées après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a annoncé mercredi le ministre américain de la Justice, Merrick Garland.

16h04 : Concernant le massacre de Boutcha, Poutine dénonce une « provocation grossière et cynique » de l'Ukraine...

Le président russe Vladimir Poutine a qualifié mercredi de « provocation grossière et cynique » des autorités ukrainiennes la découverte de cadavres de civils dans la ville de Boutcha après le retrait des forces de Moscou. Lors d'un entretien avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban, Poutine a évoqué notamment « la provocation grossière et cynique de la part du régime de Kiev dans la ville de Boutcha », selon un communiqué du Kremlin. Il s'agit de la première réaction du président russe sur cette affaire qui suscite une indignation internationale.

15h53 : Le sourire d'une fillette ukrainienne, signé JR,  déployé sur le parvis de l'Hôtel de Ville

Entre 100 et 200 personnes ont déployé ce mercredi sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris une bâche géante représentant une fillette ukrainienne de 5 ans réfugiée en Pologne, une oeuvre de l'artiste français JR déjà déployée à Lviv mi-mars. « Tu vas rappeler à tous les gens là-haut, qui volent au-dessus de l'Ukraine, qu'il y a des gens comme toi que nous devons protéger », avait expliqué l'artiste spécialisé dans le collage photographique lors d'un appel vidéo avec Valeria, une fillette ukrainienne réfugiée en Pologne avec sa mère.

15H38 : La guerre pourrait durer « des mois voire des années », selon Jens Stoltenberg

Le président russe Vladimir Poutine n'a pas renoncé à sa volonté de s'emparer de toute l'Ukraine et la guerre risque de durer «des mois, voire des années», a averti mercredi le secrétaire général de l'Otan. « Nous devons être réalistes. La guerre peut durer longtemps, plusieurs mois, voire des années. Et c'est la raison pour laquelle nous devons également être préparés à un long parcours, à la fois en ce qui concerne le soutien à l'Ukraine, le maintien des sanctions et le renforcement de nos défenses », a déclaré Jens Stoltenberg avant le début d'une réunion des ministres des Affaires étrangères

15h09 : Kiev appelle les habitants de l'Est de l'Ukraine à évacuer en urgence

Kiev a appelé mercredi les habitants de l'Est de l'Ukraine à évacuer la région « maintenant », sur fond de craintes d'une offensive majeure de l'armée russe sur le Donbass, désormais cible prioritaire du Kremlin. Les autorités régionales « appellent la population à quitter ces territoires et font tout pour que les évacuations se déroulent de façon organisée », a déclaré la vice-Première ministre Iryna Verechtchouk, citée par le ministère de l'Intégration sur Telegram, ajoutant qu'il fallait le faire « maintenant » sous peine de « risquer la mort ».

14h47 : L'économie russe commence à se fissurer sous le poids des sanctions

Risque de défaut, effondrement du secteur automobile, inflation... Après des semaines de sanctions de plus en plus dures, l'économie russe commence à se fissurer, selon des données publiées mercredi. Si les annonces en cascades de retraits de groupes internationaux de Russie avaient fait du bruit, elles ne s'étaient pas encore traduites par de graves répercussions sur l'activité économique réelle.

14h30 : Le dirigeant hongrois Orban a parlé à Poutine en vue d'« un cessez-le-feu immédiat »

Le Premier ministre nationaliste hongrois Viktor Orban a annoncé mercredi s'être entretenu avec le président russe Vladimir Poutine, dont il est proche, et lui avoir proposé une rencontre avec les dirigeants ukrainien, français et allemand.

« J'ai proposé au président Poutine de déclarer un cessez-le feu immédiat », a-t-il dit devant la presse, ajoutant lui avoir proposé de venir à Budapest pour des discussions avec les dirigeants ukrainien, français et allemand. « Il a dit oui, mais avec des conditions ».

14h07 : La version russe à Boutcha ne tient pas la route selon le gouvernement Allemand

Les images satellites montrent que le démenti russe n’est pas "tenable", affirme Berlin

14 heures : L’Inde, « ami de longue date » de Moscou, favorable à une enquête indépendante sur les morts de Boutcha

L’Inde est « profondément troublée » par les « meurtres » de civils dans la ville de Boutcha, a déclaré le ministre des Affaires étrangères S. Jaishankar devant le parlement indien. « Il s’agit d’une affaire extrêmement grave et nous soutenons l’appel à une enquête indépendante », a-t-il ajouté.
Une prise de position forte pour ce gouvernement qui qualifie Moscou, « ami de longue date », de « pilier essentiel » de la politique étrangère indienne en raison de son « partenariat stratégique » pour sa sécurité nationale. L’Inde continue en revanche d’acheter du pétrole russe et a refusé de se joindre aux votes aux Nations unies condamnant la Russie pour son invasion de l’Ukraine.

13h53 : La Russie va-t-elle être suspendue du Conseil des droits de l’Homme ?

L’Assemblée générale de l’ONU votera jeudi à 14 heures GMT sur une suspension de la Russie du Conseil des droits de l’Homme. Pour que la Russie soit suspendue du Conseil des droits de l’Homme, siégeant à Genève, il faut une majorité des 2/3 des pays qui voteront pour et contre lors du scrutin auquel sont conviés les 193 membres de l’Assemblée générale.

13h40 : Que représentent les importations de pétrole, essence, diesel et gaz naturel russes vers l’UE ?

Petit aperçu du montant des importations de ressources de la Russie vers l’Union européenne entre 2006 et 2021. Les montants sont donnés en milliard de dollars américains.
Bleu : Le pétrole (68,7 milliards de dollars en 2021)
Noir : L’essence et le diesel (35,7 milliards de dollars en 2021)
Gris : Le gaz naturel (43,4 milliards de dollars en 2021)


 

13h18 : Boris Johnson parle d’un possible « génocide » à Boutcha

« Quand vous regardez ce qui se passe à Boutcha, les révélations sur ce que (le président russe Vladimir) Poutine a fait en Ukraine, (cela) ne semble pas loin du génocide selon moi », a déclaré le Premier ministre britannique

12h50 : Des obus et des roquettes sur la ville industrielle de Severodonetsk, dans l'Est

Des obus et des roquettes s'abattaient mercredi à intervalles réguliers sur la ville industrielle de Severodonetsk, dans l'Est de l'Ukraine. Un bâtiment était en feu et de très rares civils étaient visibles dans les rues.

12h30 : La Hongrie convoque l'ambassadeur ukrainien après des « insultes »

Le gouvernement hongrois a convoqué mercredi l'ambassadeur ukrainien pour protester contre des «insultes» de Kiev sur la position de Budapest vis-à-vis de l'invasion russe. « Il est temps que les dirigeants ukrainiens cessent d'insulter la Hongrie et reconnaissent le choix du peuple hongrois », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto.

12h13 : Vladimir Jirinovski, un homme politique russe, président du parti d'extrême droite LDPR et figure du pays, est mort

Le vétéran ultra-nationaliste de la vie politique russe Vladimir Jirinovski est mort à 75 ans, a annoncé mercredi le président de la chambre basse du Parlement, Viatcheslav Volodine.

« Sa personnalité est tellement énorme qu'il est difficile d'imaginer le développement du système politique de la Russie moderne sans lui », a-t-il écrit sur sa chaîne Telegram au sujet du défunt trublion, qui avait toujours pris soin de ne pas s'opposer au président Vladimir Poutine.

11h50 : La Russie annonce avoir réglé en roubles une dette en dollars

Le ministère des Finances russe a annoncé mercredi avoir réglé en roubles une dette en dollars à la suite du refus d'une banque étrangère d'effectuer le paiement en dollars, ce qui l'expose à un risque de défaut. « Une banque étrangère a refusé d'exécuter des instructions » de paiement d'un montant de 649,2 millions de dollars dû le 4 avril, indique le ministère dans un communiqué, affirmant donc avoir donc été « contraint de faire appel à une institution financière russe pour faire les versements nécessaires (...) dans la devise de la Fédération de Russie ».

11h40 : Deux civils tués dans le bombardement d'un centre de distribution d'aide dans l'Est

Deux civils ont été tués et cinq blessés dans le bombardement d'un centre de distribution d'aide à Vougledar, dans l'Est de l'Ukraine, a annoncé mercredi le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kirilenko. « Le site de distribution d'aide humanitaire a été bombardé par les fascistes russes à l'aide de roquettes à Vougledar. Il y a deux morts et cinq blessés », a déclaré Kirilenko sur Telegram.

11h35 : Zelensky fustige l'« indécision » des Européens concernant les sanctions contre Russie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fustigé ce mercredi, dans une adresse au Parlement irlandais, l'« indécision » de certains dirigeants dans l'introduction de sanctions contre la Russie, pressant l'UE de durcir encore ses mesures. « Il y a des mécanismes qui permettent de le faire, la seule chose qui manque, c'est une approche de principe de certains dirigeants, politiques ou économiques, qui pensent toujours que la guerre et les crimes de guerre ne sont pas des choses aussi terribles que des pertes financières », a déclaré Zelensky, insistant : « Nous ne pouvons tolérer aucune indécision après ce que nous avons traversé ».

11h20 : En Russie, les ventes de voitures s'effondrent de 62,9% en mars sur un an
11h04 : La Grèce va expulser 12 diplomates russes

La Grèce va expulser douze diplomates russes, a indiqué mercredi un communiqué du ministère grec des Affaires étrangères à l'instar de décisions similaires la veilles par d'autres pays européens. « Les autorités grecques ont déclaré personae non gratae 12 membres des missions diplomatiques et consulaires de la Fédération de Russie, accrédités en Grèce », a précisé ce texte, précisant que le secrétaire général du ministère en avait informé l'ambassadeur de Russie en Grèce.

11h : Moscou dans le viseur occidental

Une nouvelle salve occidentale contre Moscou est attendue mercredi après les accusations de crimes de guerre contre la Russie en Ukraine, où une offensive russe majeure est attendue dans l'Est du pays, désormais cible prioritaire du Kremlin.

10h47 : Pour établir le « crime de guerre » à Boutcha, les images de suffiront pas, selon les experts

Les images choc de corps éparpillés sur une route de la ville ukrainienne de Boutcha évoquent des crimes de guerre, mais apporter une preuve juridique et plus encore juger les coupables est un exercice fastidieux, a mis en garde un expert international. Philip Grant directeur de l'ONG Trial, spécialisée dans la lutte contre l'impunité en matière de crimes contre l'humanité, prévient d'emblée lors d'un entretien avec l'AFP: « Les images en elles-mêmes comptent rarement comme preuves déterminantes ».

 

10h40 : Les Etats-Unis préparent de nouvelles sanctions contre la Russie et vont verser 100 millions de dollars aux Ukrainiens

Après l’onde de choc provoquée par les découvertes faites à Boutcha, l’Union européenne et Washington ont intensifié leur pression économique et diplomatique sur Moscou, déjà visé par un épais mille-feuilles de sanctions décidées à travers le monde. Et les  Etats-Unis prévoient d’en adopter de nouvelles mercredi, en coordination avec l’Union européenne et le G7, visant notamment à interdire « tout nouvel investissement » en  Russie, selon une source proche du dossier.

10h28 : Un artiste français tente de redonner de la couleur aux murs ukrainiens

 

10h05 : Le pape fustige « une cruauté toujours plus horrible » y compris contre « des civils »

Le pape François a fustigé mercredi la «cruauté toujours plus horrible» qui frappe en Ukraine « y compris contre des civils », en référence au « massacre de Boutcha ». « Les récentes nouvelles de la guerre en Ukraine (...) attestent de nouvelles atrocités, comme le massacre de Boutcha, une cruauté toujours plus horrible, commise aussi contre des civils, des femmes et des enfants », a déclaré le pape à la fin de son audience générale.

9h54 : L'Ukraine prête pour l'Eurovision

Attention, moment blind test ! Cette reprise très années 80 d'un célèbre tube cartonne sur les réseaux sociaux ukrainiens, tournant en ridicule l'invasion russe. 


 

9h46 : L’ambassade de Turquie retourne à Kiev

La Turquie a entrepris de rouvrir son ambassade en Ukraine dans la capitale, Kiev, après l’avoir temporairement déplacée à la frontière roumaine en mars par sécurité, a indiqué l’ambassade. « Nous avions temporairement déplacé nos activités dans la ville de Tchernivtsi, devenue le centre logistique des efforts d’évacuation. Nous sommes rentrés aujourd’hui à Kiev, chez nous », a annoncé mardi soir l’ambassade de Turquie en Ukraine sur son compte Twitter. Selon la chaîne privée turque NTV, l’ambassade a repris ses activités dès mercredi matin dans la capitale ukrainienne. Les troupes russes ont totalement quitté la région de Kiev ces derniers jours, pour opérer un repositionnement dans l’est de l’Ukraine.

9h31 : Les soutiens à la Russie se multiplient en Afrique

Gouvernants, opposants, militants panafricanistes sur les réseaux sociaux ou simples manifestants : à l’heure de la guerre en Ukraine, les soutiens au régime russe sont de plus en plus visibles en Afrique subsaharienne, un symbole du « soft power » croissant de Moscou sur le continent. « Poutine veut récupérer son pays et il n’a pas le sang de l’esclavage et de la colonisation sur les mains. Je préfère Poutine, même si ce n’est pas mon messie, à tous les présidents occidentaux et à tous les maudits présidents africains, soumis à l’oligarchie de l’Occident », tempêtait début mars, le militant panafricaniste Kemi Seba dans une vidéo.

Même tonalité chez Julius Malema, leader de la gauche radicale sud-africaine : « Nous sommes là pour dire à l’OTAN et aux Américains que nous ne sommes pas avec eux. Nous sommes avec la Russie et aujourd’hui nous voulons remercier la Russie. Donnez-leur une leçon, nous avons besoin d’un nouvel ordre mondial et nous sommes fatigués de recevoir des ordres des Américains ». L’influence russe en Afrique se traduit aussi dans les rues de Bamako, N'Djamena ou Ouagadougou, où des manifestants hostiles à la présence militaire française au Sahel ont brandi des drapeaux russes.

9h17 : Des sanctions sur le pétrole et le gaz russes seront « nécessaires tôt ou tard » selon Charles Michel

« Je pense que des mesures sur le pétrole et même le gaz seront nécessaires tôt ou tard », a déclaré le responsable belge devant les eurodéputés réunis en session plénière à Strasbourg. La Commission européenne a proposé mardi aux Vingt-Sept de durcir les sanctions contre Moscou, en arrêtant leurs achats de charbon russe, qui représentent 45 % des importations de l’UE, et en fermant les ports européens aux bateaux russes.

9h14 : Les Pays-Bas immobilisent 14 yachts

Les autorités douanières néerlandaises ont immobilisé 14 yachts dans des chantiers navals, dont douze en construction et deux en entretien, qui sont visés par les sanctions contre la Russie, a indiqué mercredi le ministre des Affaires étrangères. « Compte tenu des mesures actuelles, ces navires ne peuvent pas être livrés, transférés ou exportés pour le moment », a déclaré Wopke Hoekstra, dans une lettre au Parlement néerlandais.

9h03 : Un dépôt de pétrole détruit par l’armée russe près de Dnipro dans l’est

Un dépôt de pétrole proche de Dnipro, dans l’est de l’Ukraine, a été bombardé et détruit par l’armée russe dans la nuit de mardi à mercredi, sans faire de victimes, ont annoncé mercredi les autorités locales. « Ce fut une nuit difficile. L’ennemi a attaqué par les airs et a touché un dépôt de pétrole et une usine. Le dépôt est détruit (…) et un feu puissant ravage l’usine », a déclaré le gouverneur de la région de Dnipropetrovsk, Valentin Reznitchenko, sur Telegram. « Heureusement, il n’y a pas de blessés », a-t-il précisé, indiquant quelque temps après que « l’incendie a été éteint par les pompiers » qui ont « lutté pendant plus de huit heures ».

8h45 : De nouvelles sanctions américaines en plus de l’aide aux Ukrainiens

Washington a annoncé hier débloquer 100 millions de dollars d’aide pour l’Ukraine. De nouvelles sanctions contre la Russie vont aussi être prises, visant à interdire « tout nouvel investissement » en Russie. On vous en dit plus juste ici.


 

8h39 : La Turquie réclame une enquête sur les cadavres de Boutcha

« Les images du massacre, qui ont été publiées dans la presse depuis diverses régions dont Boutcha et Irpin près de Kiev, sont choquantes et tristes pour l’humanité », écrit le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué. Mis à part un tweet de l’ambassade de Turquie en Ukraine publié lundi, le communiqué de mercredi est la première réaction officielle de la Turquie après que des dizaines de cadavres aient été retrouvés dans des fosses communes ou dans les rues pendant le week-end.

« Viser des civils innocents est inacceptable », a assuré le ministère turc dans son communiqué, avant de réclamer une « enquête indépendante » afin « d’identifier » les responsables qui devront « rendre des comptes ». La Turquie va continuer à travailler pour faire cesser de telles « scenes honteuses au nom de l’humanité », a conclu le communiqué.

8h05 : A Boutcha, des « Russes brutaux » ont « tiré sur un homme qui allait au supermarché »

« Juste devant mes yeux, ils ont tiré sur un homme qui allait chercher de la nourriture au supermarché » : à Boutcha, Olena a raconté à l’AFP comment des forces russes « brutales », différentes des soldats réguliers, ont semé la terreur dans la ville. Pendant tout le mois d’occupation par les forces russes, Olena, 43 ans, a vécu à l’abri avec ses enfants de 7 et 9 ans, dans les caves sans électricité d’un immeuble HLM de quatre étages, en compagnie d’autres habitants restés là aussi.

« Au début, il y avait surtout des jeunes soldats. Puis, deux semaines plus tard, il y en a eu d’autres. Plus âgés, ils avaient plus de 40 ans. Ils étaient brutaux. Ils ont maltraité tout le monde. Et c’est là que les massacres ont commencé », ajoute-t-elle, avant de s’interrompre, pensive, le regard sombre. Selon Olena, ces hommes plus âgés « étaient très bien équipés, ils portaient des uniformes noirs et vert foncé », et non des uniformes de l’armée régulière russe. Elle les identifie comme des agents du FSB, les services de sécurité russes.

7h44 : Explosions cette nuit dans la région de Lviv

Des explosions ont eu lieu mardi soir dans la petite ville de Radekhiv, à 70 kilomètres de Lviv. « Explosions dans la région de Radekhiv. Tout le monde reste à l’abri », a écrit sur Telegram Maksym Kozitskiï, à la tête de l’administration militaire régionale. « À cette heure, nous ne disposons pas d’informations sur d’éventuelles victimes », a-t-il ajouté dans la soirée.

7h40 : Marioupol a « dépassé le stade de la catastrophe humanitaire »

Alors que Moscou se reconcentre sur l’est de l’Ukraine, et cherche à établir « un pont terrestre avec la Crimée » selon Jens Stoltenberg, le siège de Marioupol continue. L’armée russe a affirmé mardi soir avoir abattu deux hélicoptères ukrainiens cherchant à en évacuer des chefs d’un bataillon nationaliste.

Marioupol a « dépassé le stade de la catastrophe humanitaire », explique Vadim Boïtchenko, maire de ce grand port, qualifiant d'« invivable » la situation des quelque 120.000 habitants restés sur place. La ville, qui comptait près d’un demi-million d’habitants avant la guerre, est détruite « à 90 % », avait-il indiqué lundi.

7h31 : Le récap' d’hier

Pour ceux qui ont raté des épisodes, on a mieux que le binge-watching : notre récap' Ukraine ! Voici celui d’hier, pour vous résumer toute la journée.


 

7h22 : Ursula van der Leyen à Kiev dans la semaine

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen compte se rendre "cette semaine" à Kiev, accompagnée du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell. La Commission européenne a proposé que les Vingt-Sept cessent leurs achats de charbon russe, qui représentent 45% des importations de l'UE, et qu'ils ferment leurs ports aux bateaux opérés par des Russes, après les révélations sur le massacre de Boutcha.

7h15 : Washington annonce 100 millions de dollars supplémentaires en aide sécuritaire à l’Ukraine

Les Etats-Unis ont annoncé mardi débloquer une aide sécuritaire supplémentaire à l’Ukraine allant jusqu’à 100 millions de dollars pour faire face à l’invasion russe. Il s’agit de « répondre à un besoin ukrainien urgent de systèmes antichars Javelin supplémentaires, que les Etats-Unis ont fourni à l’Ukraine et qu’ils ont si efficacement utilisés pour défendre leur pays », a indiqué dans un communiqué le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue sur ce live !

La guerre en Ukraine continue, et on suit à nouveau son actualité à vos côtés. Après les premières réactions suite à la découverte de nombreux cadavres de civils à Boutcha, ville proche de Kiev, les pays occidentaux commencent à appliquer de nouvelles sanctions contre la Russie. Les Etats-Unis débloquent une nouvelle aide financière pour l’Ukraine, et la région de Lviv a été bombardée pendant que l’armée russe se repositionne à l’est.