— REUTERS / B Mathur

INDE

En Inde, le parti au pouvoir gagne les élections

Les élections législatives, qui ont duré un mois, se sont achevées par une victoire plus large que prévu du Parti du Congrès, déjà au pouvoir...

Le Parti du Congrès au pouvoir en Inde et ses alliés ont remporté les élections législatives tenues entre la mi-avril et la mi-mai et sont en position de former le prochain gouvernement, selon des résultats préliminaires publiés samedi.

Alors que le dépouillement des bulletins de vote est toujours en cours, sur 502 sièges des 543 de l'Assemblée nationale, l'Alliance unie et progressiste (UPA) conduite par le Parti du Congrès (centre-gauche, laïc) en a remporté 229 contre 149 pour l'Alliance nationale et démocratique (NDA) réunie autour du Parti du peuple indien (BJP, droite hindoue). Ce dernier a reconnu sa défaite.

Manmohan Singh devrait rester Premier ministre


«C'est un vote décisif pour le (Parti du) Congrès», s'est félicité son porte-parole, alors que la fête battait déjà son plein au siège du parti à New Delhi. Des partisans brandissaient des portraits du Premier ministre sortant Manmohan Singh, 76 ans, et de la présidente du Congrès, Sonia Gandhi, l'influente héritière avec ses enfants Rahul et Priyanka de la dynastie Nehru-Gandhi.

«Manmohan Singh sera une nouvelle fois Premier ministre», a exulté le ministre Oscar Fernandes.
Au contraire, le climat était tendu au siège du BJP, la formation des nationalistes hindous qui espéraient laver l'affront de leur défaite surprise aux élections législatives de mai 2004, face au Parti du Congrès.

Les législatives indiennes, surnommées «le plus grand exercice démocratique au monde», se sont tenues en cinq phases du 16 avril au 13 mai, avec la participation d'environ 60% des 714 millions d'électeurs.

La victoire apparemment beaucoup plus nette que prévu du Congrès permet d'envisager un gouvernement de coalition plus solide qu'attendu par les analystes.

Reste que pour diriger un mastodonte de 1,17 milliard d’habitants, le parti au pouvoir devra encore âprement marchander avec des partis régionaux pour monter une coalition stable.

Le Congrès a refait ces derniers jours des appels du pied à ses ex-alliés communistes qui avaient fait défection en juillet, mécontents d'un accord américano-indien dans le nucléaire civil.

Selon la Constitution de la République de l'Inde du 26 janvier 1950, le gouvernement doit être mis sur pied d'ici au 2 juin.