Moscou interdit la gay pride prévue le jour de l'Eurovision

MONDE Les associations homosexuelles n'annulent pas leur manifestation...

J.M. avec agence

— 

Des homosexuels revendiquant le droit à célébrer la gay pride sont attaqués par des manifestants nationalistes à Moscou, le 27 mai 2007.
Des homosexuels revendiquant le droit à célébrer la gay pride sont attaqués par des manifestants nationalistes à Moscou, le 27 mai 2007. — Alexander Natruskin/REUTERS

L'Eurovision, oui. La Gay pride, non. La Russie a maintenu ce vendredi son veto à la grande fête homosexuelle, qui doit coïncider samedi avec la finale du concours de chant à Moscou, laissant ainsi planer un risque d'incidents, voire de violences, que les autorités refusent de voir ternir un événement qu'elles ont préparé avec soin.

«Au cas où se tiendraient des défilés non autorisés, qu'il s'agisse d'une gay pride ou d'autres événements, la police agira en application stricte de la loi», a déclaré Leonid Vedenov, directeur adjoint du département de la sécurité publique et commandant de police.

La gay pride aura lieu

L'homosexualité est demeurée en Russie passible de poursuites jusqu'en 1993 et fut considérée comme une maladie mentale jusqu'en 1999. De manière générale, l'homophobie y est très répandue, le maire de Moscou s'étant à plusieurs repreises distingués par des déclarations tapageuses. Plus tôt cette semaine, deux jeunes femmes russes se sont d'ailleurs heurtées à son refus ferme alors qu'elles tentaient de se marier.

«Nous avons pris la décision de mener notre action, afin de défendre notre droit à la liberté de rassemblement», ont prévenu les organisateurs de la gay pride. Ils ont cependant pris soin de mettre en garde les participants contre les risques d'agression physique et d'arrestation qu'ils encourent en s'y rendant.

La journée internationale contre l'homophobie dès le lendemain

Les militants homosexuels réclament la démission du maire, Iouri Loujkov, qui a qualifié leurs parades d'«oeuvre de Satan» et d'«armes de destruction massive» de l'Occident contre la Russie. Lors des précédentes gay pride interdites en 2006 et 2007 dans la capitale russe, de jeunes ultra-nationalistes avaient violemment agressé des militants gay.

Dimanche, dans une cinquantaine de pays dans le monde, sera célébrée la journée internationale contre l'homophobie. Lancée à l'origine à l'initiative d'une organisation québécoise, l'événement veut rappeler que si «l'homosexualité n'a pas de frontières», la discrimination n'en a pas non plus.