Obama va remettre en place les tribunaux militaires d'exception de Bush

ETATS-UNIS Les associations de défense des droits de l'homme l'accusent de trahir une promesse de campagne...

P.B. avec AFP

— 

Deux nouvelles plaintes ont été déposées par les avocats de détenus de Guantanamo devant des tribunaux fédéraux de Washington contestant la manière dont l'administration Obama traite et entend traiter à l'avenir ces hommes enfermés depuis des années.
Deux nouvelles plaintes ont été déposées par les avocats de détenus de Guantanamo devant des tribunaux fédéraux de Washington contestant la manière dont l'administration Obama traite et entend traiter à l'avenir ces hommes enfermés depuis des années. — Roberto Schmidt AFP/Archives

Il avait promis le changement. Obama le sénateur avait estimé que ces tribunaux d’exception «violaient la loi américaine et les droits des détenus». Obama le candidat avait dénoncé «des commissions cassées» et «une énorme faillite» du système judiciaire. Obama le président va les remettre en place... avec des modifications. Il doit l’annoncer officiellement ce vendredi, afin de juger certains détenus de Guantanamo.

 

Les activités des tribunaux militaires d'exception, appelés «commissions militaires», créés en 2006 par le Congrès, ont été suspendues le 20 janvier pour quatre mois, à sa demande, le jour même de son investiture.

 
Modifications
 

Jeudi, un responsable américain a confirmé que le président allait pourtant les remettre au goût du jour, moyennant plusieurs modifications en faveur des droits de la défense. Pour cela, Obama doit saisir le Congrès américain, seul à même de modifier la loi régissant les commissions militaires. Républicains et démocrates ont paru ces derniers jours plutôt favorables à l'idée.

 

Selon un avocat militaire travaillant dans le cadre des commissions et parlant sous couvert d'anonymat, il s'agira notamment d'interdire à l'accusation d'utiliser des éléments à charges, comme des confessions obtenues sous la torture. Khaled Cheikh Mohammed, cerveau auto-revendiqué des attentats du 11 Septembre, a par exemple subi la simulation de noyade 183 fois en un mois.

 

Levée de boucliers chez les défenseurs des droits de l’homme

 

Malgré les modifications prévues, ces tribunaux ne permettront pas d'organiser «des procès équitables, publics et ouverts», ont estimé pour l’AFP plusieurs experts.

 

Si plusieurs républicains comme le sénateur Lindsey Graham se réjouissent, la décision, qui intervient juste après le revirement d’Obama sur la publication des photos montrant des sévices sur des détenus, ne passe pas à gauche. «Obama danse le cha-cha dans le sens contraire», accuse TruthDig. ACLU, une organisation de défense des droits de l’homme parle de «trahison» et accuse Obama «d’adopter les politiques de Bush».

 

Du côté de la Maison Blanche, on explique qu’Obama «n’a jamais promis d’abolir» ces commissions, «mais de les modifier». A chacun sa définition du changement.