Un détenu algérien de Guantanamo est arrivé en France

JUSTICE Son arrivée dans l'Hexagone avait été confirmée en avril dernier par Paris...

MD (Avec agence)

— 

Deux nouvelles plaintes ont été déposées par les avocats de détenus de Guantanamo devant des tribunaux fédéraux de Washington contestant la manière dont l'administration Obama traite et entend traiter à l'avenir ces hommes enfermés depuis des années.
Deux nouvelles plaintes ont été déposées par les avocats de détenus de Guantanamo devant des tribunaux fédéraux de Washington contestant la manière dont l'administration Obama traite et entend traiter à l'avenir ces hommes enfermés depuis des années. — Roberto Schmidt AFP/Archives

Lakhdar Boumediene, un Algérien détenu à Guantanamo depuis plus de sept ans,  est arrivé à Paris vendredi soir. Il avait quitté un peu plus tôt le centre de détention américain situé à Cuba.

Blanchi de toute accusation

La France avait confirmé en avril qu'elle accueillerait le détenu et sa famille en France. Agé de 42 ans, cet Algérien, arrêté fin 2001 alors qu'il résidait en Bosnie, a été totalement blanchi de toute accusation de terrorisme le 20 novembre 2008 par un juge fédéral.
 
En grève de la faim depuis décembre 2006, il était nourri de force deux fois par jour à l'aide d'un tuyau introduit dans sa narine qui diffusait du liquide protéiné.

Retour à une vie normale

«Désormais libre, nous souhaitons que Lakhdar Boumediene puisse retrouver une vie normale. Le gouvernement a prévu une prise en charge médicale si son état de santé le requiert», a ajouté le porte-parole.

 

Selon son avocat américain, Lakhdar Boumediene, qui a voyagé dans un avion militaire américain, devait être transporté dans un hôpital pour quelques jours d'examens. Il devrait ensuite rejoindre un appartement mis à sa disposition par le gouvernement français pour se réadapter à une vie normale.

 

L'ex-détenu va disposer en France d'un visa territorialement limité (VTL), ce qui signifie qu'il ne pourra pas circuler librement à l'intérieur de l'espace Shengen. Le gouvernement français va lui donner des moyens pour qu'il s'intègre (formation, aide à la recherche d'un travail, etc), selon une source proche du dossier.

 

L'ex-détenu devait être accueilli à son arrivée en France par sa femme Abassia Bouadjimi et leurs deux filles, Radjaa, 13 ans, et Rahma, 8 ans, arrivées depuis peu d'Algérie où elles résidaient, selon l'avocat.