Massacre de Boutcha : l’UE discute « en urgence » de nouvelles sanctions contre Moscou après les morts civils dans la ville d'Ukraine

PUNITION Ces nouvelles sanctions risquent de faire l'objet d'âpres discussions car l'unanimité est nécessaire pour les adopter

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz, le 10 mars 2022 à Paris.
Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz, le 10 mars 2022 à Paris. — Chema Moya/EFE/SIPA

Des centaines de corps de civils, dont certains ont été retrouvés les mains attachées dans le dos, des impacts de balles dans les genoux et dans la nuque. Après cette découverte horrifiante à Boutcha, près de Kiev, ce week-end, l’Union européenne se réunit « en urgence » afin de décider de nouvelles sanctions contre Moscou.

L’UE « condamne dans les termes les plus forts les atrocités rapportées commises par les forces armées russes dans plusieurs villes ukrainiennes  occupées, qui ont maintenant été libérées », souligne le haut représentant de l’UE Josep Borrell dans un communiqué. Un nouveau train de sanctions est en discussions entre les 27, mais l’unanimité est nécessaire pour l’adoption de nouvelles mesures.

Pas touche au gaz

Le président français Emmanuel Macron a évoqué lundi des sanctions individuelles et des mesures sur « le charbon et le pétrole », mais il n’a pas mentionné les achats de gaz, sujet de division entre les Européens. Le chancelier allemand Olaf Scholz avait lui aussi réclamé dimanche de nouvelles sanctions après la découverte des corps de civils à Boutcha, près de Kiev, des meurtres imputés à l’armée russe qu’il a qualifiés de « crimes de guerre ».

Une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE est programmée le 11 avril à Luxembourg  et un sommet européen extraordinaire consacré au conflit en Ukraine, à la situation économique et à la Défense européenne est prévu « fin avril début mai », ont indiqué les services de Josep Borrell.

Moscou parle d’une « production »

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a appelé lundi à la création d’une commission d’enquête internationale sur « le génocide » commis selon lui par l’armée russe dans des villes ukrainiennes, dont Boutcha, où les corps de 410 civils ont été découverts après le retrait des troupes russes, selon la procureure générale d’Ukraine.

La Russie dément avoir tué des civils et le ministère russe de la Défense affirme que les images de cadavres étaient « une nouvelle production du régime de Kiev pour les médias occidentaux ».