Sri Lanka: l’armée affirme que les Tamouls sont sur le point de déposer les armes

GUERRE Le régime de Colombo en finirait ainsi avec 37 années d’insurrection. Les rebelles n'ont pas confirmé...

Avec agence

— 

L'armée du Sri Lanka a affirmé lundi avoir tué au moins 250 rebelles tamouls depuis vendredi dernier dans le nord-est de l'île, théâtre d'âpres combats entre les troupes de Colombo et un dernier carré des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE).
L'armée du Sri Lanka a affirmé lundi avoir tué au moins 250 rebelles tamouls depuis vendredi dernier dans le nord-est de l'île, théâtre d'âpres combats entre les troupes de Colombo et un dernier carré des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE). — Ho AFP

C'est une information à prendre avec des pincettes. L'armée sri lankaise affirme, ce vendredi, que les rebelles tamouls seraient en train d'abandonner les combats dans le nord du pays. Les militaires se seraient engagés à les écraser d'ici à dimanche, ignorant les appels internationaux à mettre fin à une guerre qui provoque, selon la Croix-Rouge, une «catastrophe humanitaire inimaginable».

>> Notre dossier sur la guerre au Sri lanka, ici.
 
Le régime nationaliste et militarisé de Colombo est convaincu d'être à deux doigts d'en finir avec 37 années d'insurrection séparatiste «terroriste» des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE). Acculés sur quatre kilomètres carrés dans le nord-est, ils retiennent «en otage» de 20.000 à 50.000 civils. «Ils sont en train d'abandonner lentement. Ils font exploser leurs munitions et leurs armes», a déclaré le porte-parole des forces armées, le général Udaya Nanayakkara.
 
Offensive finale?

La guérilla n'a pas réagi, mais un site Internet qui lui est favorable, tamilnet.com, a indiqué que l'enclave était envahie par la fumée de combats qui continuaient à y faire rage. Auparavant, l'architecte de cette quasi victoire militaire, le président Mahinda Rajapakse, «a assuré que d'ici à 48 heures les milliers de civils seraient libérés des griffes des Tigres tamouls», selon son porte-parole.
 
En 2007, le LTTE régnait sur 15.000 km2 dans le nord et l'est du pays, sur lesquels il voulait fonder un Etat indépendant. La présidence a insisté: «Tout (le Sri Lanka) sera libéré» d'ici à dimanche. Mais ce n'est pas la première fois que l'armée annonce venir à bout des Tigres depuis qu'elle a lancé, en janvier, son offensive «finale». De fait, l'armée se disait prête depuis une semaine à donner le coup de grâce en crevant la dernière poche de l'ennemi. Elle a apparemment continué de bombarder l'enclave, malgré son engagement il y a 15 jours à ne plus le faire. Mais aucune information fiable ne filtre de cette région coupée du monde, à laquelle seule la Croix-Rouge a accès.