Guerre en Ukraine : Plus de 3.000 civils évacués de Marioupol, selon Zelensky

LIVE Retrouvez les dernières informations sur la guerre menée par la Russie en Ukraine, au 36e jour du conflit

P.B., X.R.
— 
Des civils évacués de Mariupol sont arrivés dans la soirée à Zaporojie, le 1er avril 2022.
Des civils évacués de Mariupol sont arrivés dans la soirée à Zaporojie, le 1er avril 2022. — Felipe Dana/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Les forces russes ont quitté la centrale de Tchernobyl, selon Kiev, et semblent également avoir abandonné l’aéroport Antonov de Gostomel.
  • Selon le Pentagone, il ne s’agit pas d’un retrait mais d’un recentrage sur le Donbass, avec la perspective d’un conflit qui pourrait durer.
  • A Marioupol, la Russie doit ouvrir un couloir humanitaire ce matin et le Comité international de la Croix-Rouge s’est dit prêt à superviser l’évacuation de civils si les conditions de sécurité sont garanties.

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

3h00 : Ce live est désormais terminé

C'est le week-end, on rattaque à 8 heures depuis Paris, bonne fin de nuit à tous.

2h45 : Le Pentagone annonce jusqu’à 300 millions de dollars supplémentaires d’aide militaire à l’Ukraine

Le Pentagone va fournir jusqu’à 300 millions de dollars supplémentaires d’aide militaire à l’Ukraine, a annoncé le porte-parole du ministère américain de la Défense dans un communiqué vendredi. « Les Etats-Unis ont désormais engagé plus de 2,3 milliards de dollars d’aide militaire à l’Ukraine depuis la prise de fonction de l’administration Biden, dont plus de 1,6 milliard d’aide militaire depuis l’invasion non-provoquée et préméditée de la part de la Russie », précise John Kirby.



 

1h55 : La destruction à l'aéroport Antonov en images


 

0h50 : Plus de 3.000 personnes « sauvées » de Marioupol assiégée, dit Zelensky

« Aujourd’hui (vendredi), les couloirs humanitaires ont fonctionné dans trois régions : Donetsk, Lougansk et Zaporojie. Nous avons réussi à sauver 6.266 personnes, dont 3.071 de Marioupol », a-t-il dit. Il n’a pas été précisé dans l’immédiat si ces personnes ont été évacuées depuis Marioupol ou si elles avaient fui la ville auparavant par leurs propres moyens avant d’être emmenées en bus à Zaporojie.

0h15 : Les problèmes de ravitaillement russes compliqués par les incendies de Belgorod

Mercredi, plusieurs dépôts de carburants et un de munitions ont été détruit dans la ville frontilière russe de Belgorod. Moscou a accusé des hélicoptères ukrainiens, et Kiev a démenti. Quoi qu'il en soit, selon Londres, cela va compliquer, à court terme, le ravitaillement des forces russes, surtout à Kharkiv.



 

23h30 : 2.000 missiles anti-tanks Javelin fournis à l'Ukraine

En deux semaines depuis que Biden a signé l'enveloppe de 800 millions de dollars d'aide miltaire, 2.000 missiles anti-tanks Javelin ont été livrés à l'Ukraine.



 

22h32 : Une colonne de bus avec des habitants de Marioupol arrive à Zaporojie

Une colonne de bus transportant des personnes déplacées dont des habitants de la ville portuaire assiégée de Marioupol est arrivée ce vendredi soir à Zaparojie, ville ukrainienne contrôlée par l'armée de Kiev, a constaté l'AFP.

Les bus transportaient des habitants de Marioupol qui avaient réussi à rejoindre la ville de Berdiansk, occupée par les forces russes, où elles avaient été prises en charge par le convoi, selon les témoignages d'arrivants à l'AFP et des responsables officiels.

22h20 : Zelensky remercie la présidente du Parlement européen d'être venue

Le président ukrainien a dit sa «reconnaissance» à Roberta Metsola, la présidente maltaise du Parlement européen, d'être venue «héroïquement» et «personnellement» à Kiev, en l'accueillant dans la capitale ukrainienne où il est retranché depuis la fin février. Mme Metsola, élue présidente du Parlement européen le 18 janvier, est le premier dirigeant d'une institution européenne à se rendre dans la capitale ukrainienne depuis le début de l'invasion russe le 24 février. «Je veux vous remercier personnellement Roberta, vous et votre équipe, dans un moment aussi important pour notre pays (...) aujourd'hui quand les Ukrainiens croient en les actes et les mesures concrètes, de faire preuve d'héroïsme - car c'est aujourd'hui de l'héroïsme de venir en Ukraine», a déclaré M. Zelensky, toujours en T-shirt kaki en accueillant la délégation européenne, selon une video mise en ligne par la présidence ukrainienne.

21h30 : Les Etats-Unis fournissent de l’équipement à l’Ukraine en cas d’attaque chimique

Washington, qui craint une attaque chimique de la Russie, a commencé de fournir à l’Ukraine du matériel, notamment des masques à gaz et des combinaisons « hazmat » (hazardous materials), selon Politico.



 

20h56 : Près de 3.000 réfugiés adultes accueillis en Occitanie

Près de 3.000 réfugiés adultes ont déjà été accueillis en Occitanie. Un peu moins de 2.000 déplacés ukrainiens sont logés via les hébergements collectifs mis à leur disposition ou chez des citoyens volontaires. Les autres sont pris en charge par des associations ou dans leurs familles. 20 Minutes vous en parle plus en détail ici :

 

20h51 : La fin de YouTube en Russie

Le Kremlin a ordonné aux universités russes de transférer tout leur contenu YouTube sur les plateformes vidéos russes VK Video et RuTube. Une nouvelle étape dans la censure des réseaux sociaux occidentaux en Russie.



 

20h43 : Le Bolchoï présentera un ballet « héroïque » pour soutenir la guerre

Le Théâtre Bolchoï à Moscou a annoncé ce vendredi qu’un ballet « héroïque » serait présenté samedi en soutien à la guerre en Ukraine, décidée par Vladimir Poutine. Tous les revenus du spectacle devant être remis aux familles des soldats russes tués dans cette invasion lancée fin février.

« Le ballet Spartacus d’Aram Khatchatourian sera présenté le 2 avril 2022 sur la scène historique du Bolchoï », a indiqué le théâtre dans un communiqué. Selon le communiqué, le spectacle va marquer le début d’une vaste campagne caritative « Rideau levé » lancée par le ministère russe de la Culture pour soutenir « ceux qui aident notre armée », ainsi que pour apporter l’assistance aux personnes évacuées du Donbass (Est de l’Ukraine).

20h36 : La Bulgarie expulse un nouveau diplomate russe, soupçonné d’espionnage

La Bulgarie a annoncé vendredi l’expulsion du premier secrétaire de l’ambassade de Russie soupçonné d’être impliqué dans une affaire d’espionnage, deux semaines après avoir déjà renvoyé dix diplomates. Il doit quitter le pays dans un délai de 72 heures, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

Le parquet a ouvert une enquête à son encontre pour des « activités de renseignement non réglementées, probablement en faveur de la Fédération russe », selon un communiqué. Le parquet avait fait état plus tôt dans la journée de soupçons visant « deux responsables de l’agence de sécurité nationale » (contre-espionnage) et un agent de ministère « pour avoir fourni par des moyens techniques des informations » à Moscou. La Bulgarie avait déjà expulsé le 18 mars dix diplomates russes.

20h30 : Un haut responsable onusien dimanche à Moscou

Le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires, le Britannique Martin Griffiths, sera dimanche à Moscou afin d’essayer d’obtenir un « cessez-le-feu humanitaire » en Ukraine, a annoncé ce vendredi le chef des Nations unies, Antonio Guterres.

« Il sera à Moscou dimanche et après il ira à Kiev », a déclaré à quelques journalistes le secrétaire général de l’ONU. « Cela veut dire qu’on ne renonce pas à la perspective d’arrêter les combats » que ce soit « au Yémen, en Ukraine, partout dans le monde », a ajouté Antonio Guterres. « Tant la Fédération de Russie que l’Ukraine ont accepté de le recevoir (…) pour sa mission visant à obtenir un cessez-le-feu humanitaire », a-t-il souligné, sans autre détail.

20h22 : « Feu d’artifice »

Des internautes s’amusent à déclarer que l’Ukraine donne à la Russie le « traitement Katy Perry » (au son de la chanson Fireworks) en diffusant des images de l’explosion d’un dépôt de carburant russe ce vendredi matin très tôt. Toutefois, jusqu’ici Kiev n’a pas confirmé son implication et même évoqué la possibilité que quelqu’un ait « fumé là où il ne devait pas ».


 

20h12 : Le Kirghizstan interdit les manifestations liées à la guerre en Ukraine

Le Kirghizstan a interdit dans sa capitale toutes les manifestations liées à l’offensive russe en Ukraine, a indiqué ce vendredi la police kirghize, alors que le conflit russo-ukrainien semble diviser la société de cette ex-république soviétique d’Asie centrale.

Plusieurs petits rassemblements à la fois pro et contre l’offensive russe en Ukraine ont eu lieu au Kirghizstan, pays pauvre d’environ 7 millions d’habitants, à majorité musulmane, qui abrite une base militaire russe. Cette mesure doit rester en vigueur jusqu’au 1er juillet, selon la même source.

20h06 : La Russie « acculée » sur le plan économique ?

Un haut responsable du département du Trésor américain a assuré vendredi que l’économie russe était « acculée » suite aux sanctions occidentales, en affirmant que le fort rebond actuel du rouble ne signifiait pas grand-chose.

« La Russie est acculée et en voie de devenir une économie fermée, et la Russie est l’un des pays les moins bien équipés au monde pour fonctionner comme une économie fermée », car trop dépendante de ses exportations de matières premières, a expliqué ce haut responsable, sous couvert d’anonymat.

Il a déclaré que la Russie subissait des conséquences « sévères » à cause des sanctions décidées par les Occidentaux suite à l’invasion de l’Ukraine : « une inflation élevée qui ne fera que grimper encore, et une profonde récession qui ne fera que s’aggraver ».

19h58 : Environ 200 gardes de Tchernobyl faits prisonniers

D’après le maire de Slavutych, où vivent la plupart des travailleurs de Tchernobyl, environ 200 gardes du site ont été faits prisonniers par l’armée russe alors qu’elle se retirait de la centrale nucléaire. « Nous les considérons comme des prisonniers de guerre », a déclaré Yuri Fomichev à la BBC.

19h49 : Mort à 57 ans du reporter de guerre russe Andreï Babitski

Le reporter de guerre russe Andreï Babitski est décédé à l'âge de 57 ans dans sa maison à Donetsk, dans l'Est séparatiste de l'Ukraine, ont rapporté ce vendredi des médias locaux et Radio Free Europe.

Personnalité controversée, il était surtout connu comme reporter de guerre pour Radio Free Europe pendant les deux guerres de Tchétchénie où il a été notamment fait prisonnier par les forces russes et remis aux rebelles tchétchènes, dans un échange condamné par la communauté internationale.

Après l'annexion de Crimée par la Russie en 2014, il a soutenu fermement la cause des régions séparatistes de l'Est ukrainien, a rompu ses contacts avec Radio Free Europe et s'est installé en 2015 à Donetsk, l'un des fiefs rebelles.

19h47 : La Hongrie aux urnes dimanche

Les Hongrois votent dimanche, à l’issue d’une campagne tendue dominée par la guerre en Ukraine, avec un léger avantage dans les sondages à Viktor Orban, au pouvoir depuis douze ans mais menacé par une opposition unie pour la première fois.

Le Fidesz, son parti, est « donné gagnant dans les enquêtes d’opinion », mais l’avance est étroite et le dirigeant souverainiste de 58 ans n’a jamais fait face à une telle incertitude, observe Bulcsu Hunyadi, analyste de l’institut indépendant Political Capital.

Viktor Orban a convoqué ses partisans ce vendredi dans la ville de Szekesfehervar, à moins d’une heure de route de Budapest. L’occasion pour le Premier ministre, qui refuse de livrer de l’équipement militaire à Kiev, de marteler son discours de « paix et de sécurité », face à une opposition qualifiée de « dangereuse ». Des slogans qui se déclinent sur d’immenses affiches électorales.

19h38 : Coup d’œil dans le rétro

Tous les jours, 20 Minutes fait un récap' de la journée sur la guerre en Ukraine. Aujourd’hui, l’invasion russe décidée par Vladimir Poutine a été marquée par une accusation de Moscou selon laquelle Kiev aurait attaqué un dépôt de carburant sur le territoire russe. On vous en dit plus ici :



 

19h26 : Des images d’Irpin


 

19h08 : « Nous réessayerons demain »

« Nous réessayerons demain », écrit le Comité international de la Croix-Rouge sur twitter. L’organisation a annoncé un peu plus tôt qu’elle n’avait pas pu procéder à une évacuation de civils à Marioupol alors que la ville est assiégée et pilonnée par l’armée russe. « Notre équipe a dû retourner à Zaporizhzhia après que les conditions ont rendu impossible la poursuite » de l’évacuation, constate tristement le CICR.



 

19 heures : Des missiles tirés dans l'oblast de Kharkiv


 

18h51 : Complicité de la Chine ?

D’après les renseignements ukrainiens, cités par le Times, la Chine a organisé une énorme cyberattaque contre les installations militaires et nucléaires ukrainiennes dans le cadre de la préparation de l’invasion russe. Plus de 600 sites Web appartenant au ministère de la Défense à Kiev et à d’autres institutions ont subi des milliers de tentatives de piratage coordonnées par le gouvernement chinois, selon le service de sécurité ukrainien, le SBU.

D’après l’instance, les attaques chinoises ont commencé avant la fin des Jeux olympiques d’hiver et ont culminé le 23 février, la veille du début de l’invasion russe en Ukraine.

18h40 : « Impossible » de procéder à l’évacuation de Marioupol vendredi

La Croix-Rouge a annoncé que l’équipe envoyée à Marioupol en Ukraine avait dû rebrousser chemin, l’évacuation prévue de milliers de civils de cette ville assiégée par les forces russes étant « impossible ».

« L’équipe du CICR, qui comprend trois véhicules et neuf personnes, n’a pas atteint Marioupol et n’a pas pu faciliter le passage en toute sécurité des civils aujourd’hui », a déclaré le Comité international de la Croix-Rouge dans un communiqué, ajoutant qu’une nouvelle tentative aurait lieu samedi.

18h35 : Partie d’échecs à Kiev

La capitale semble petit à petit retrouver un rythme de vie plus apaisé. A Kiev, des vendeuses de fleurs ont été prises en photographie dans les rues, ainsi que ces trois amis, partageant une partie d’échecs à l’extérieur malgré le temps maussade.



 

18h28 : Pékin et son « image internationale »

On vous en parlait un peu plus tôt : l’UE a averti vendredi Pékin que tout soutien à Moscou pour contourner les sanctions occidentales nuira à ses relations économiques avec l’Europe.

« Nous espérons que la Chine prend en considération l’importance de son image internationale et de sa relation économique avec l’UE », a renchéri Charles Michel, président du Conseil européen, qui participait au sommet virtuel.

18h23 : Des propositions d’emploi pour les réfugiés

Plus de 600 entreprises se sont manifestées sur la plateforme gouvernementale dédiée à l’accueil des déplacés ukrainiens avec « 7.000 propositions d’emploi », a indiqué ce vendredi la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

« Nous restons pleinement engagés pour accueillir et accompagner les déplacés ukrainiens vers l’emploi. 600 entreprises sont déjà mobilisées avec 7.000 propositions d’emploi », a tweeté Elisabeth Borne à l’issue d’une réunion sur l’insertion professionnelle des réfugiés avec la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa.



Le ministère du Travail avait annoncé mi-mars le lancement d’un portail dédié à l’accueil des déplacés sur le site « les entreprises s’engagent » (https://www.lesentreprises-sengagent.gouv.fr/agir-pour/ukraine). Il contient notamment un module où elles peuvent préciser leurs intentions d’embauche et le type de poste concerné.

18h16 : Violoncelle dans les décombres


 

18h09 : « Peut-être que quelqu’un a fumé là où il ne devait pas »

A Kiev, le gouvernement ukrainien a refusé de confirmer la frappe sur un dépôt de carburant en Russie, mais n’a pas formellement démenti. Kiev « a recours à tous les moyens d’action pour défendre l’Ukraine, son intégrité territoriale, la paix et la tranquillité au-dessus de nos têtes. Nous menons des opérations militaires de défense sur notre territoire. Mais pour ce qui se produit sur le territoire de la Fédération de Russie, la responsabilité en incombe à la direction de la Fédération de Russie, et c’est à eux de se débrouiller avec ce qu’il s’y passe », a dit ce conseiller, Oleksiy Arestovytch.

« Peut-être que quelqu’un a fumé là où il ne devait pas… Peut-être quelque chose d’autre, peut-être des militaires russes qui sabotent l’exécution des ordres avec les moyens accessibles », a-t-il ajouté.

18 heures : Les Bourses européennes clôturent en hausse

Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi après le rapport solide sur l’emploi aux Etats-Unis, dont les éléments devraient conforter la Fed pour accélérer son tour de vis monétaire.

Paris a avancé de 0,37 %, Londres de 0,30 % et Francfort de 0,22 %. Les trois indices progressent également sur l’ensemble de la semaine.

17h41 : La France a accueilli 36.000 personnes fuyant l'Ukraine, déclare Marlène Schiappa

Cinq semaines après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, 36.000 déplacés fuyant la guerre ont été recensés en France, a annoncé vendredi Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté. « Nous avons aujourd'hui accueilli en France environ 36.000 personnes venues d'Ukraine. Ces personnes sont très majoritairement de nationalité ukrainienne, mais il y a aussi des personnes qui sont d'autres nationalités », a indiqué la ministre en charge de l'accueil et de l'intégration des réfugiés, au cours d'une audition à Paris par plusieurs associations d'aide aux exilés, lors de laquelle elle représentait le candidat Emmanuel Macron.

17h35 : L'Ukraine dit avoir procédé à un échange de 86 de ses militaires avec la Russie

Le président américain Joe Biden a assuré vendredi que « plus de 30 pays » allaient suivre les Etats-Unis et puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les cours.

17h30 : Selon l'UNESCO, 53 sites culturels auraient été endommagés par l'invasion russe
17h15 : Joe Biden assure que 30 pays vont puiser dans leurs réserves stratégiques pour pallier à la pénurie de pétrole
17h05 : Victimes civiles, Marioupol cible prioritaire... Le conflit en quatre infographies

On vous résume les enjeux du conflit entre Kiev et Moscou en infographies juste ici =>

 

16h50 : En Pologne, des dinosaures consolent des enfants ukrainiens

Dans un foyer d'accueil pour réfugiés à Varsovie, des enfants ukrainiens se pressent, crient et sautillent de joie, autour de trois dinosaures gonflables bien chaleureux.

16h37 : La centrale de Tchernobyl intacte selon les autorités ukrainiennes

La centrale nucléaire de Tchernobyl n'a pas subi de dommages durant son occupation de quatre semaines par les soldats russes, mais ceux-ci se sont exposés aux radiations notamment en creusant des tranchées en zone contaminée, ont indiqué les autorités ukrainiennes ce vendredi.

 

16h19 : Au-delà des morts, les ravages psychologiques des bombardements sur les civils

Se déroulant majoritairement en milieu urbain, la guerre en Ukraine n’épargne pas les civils, que ce soit physiquement mais aussi mentalement. Découvrez l'enquête de notre journaliste Jean-Loup Delmas

 

15h45 : Pour l'UE, si Pékin soutient Moscou, cela « ternira gravement sa réputation en Europe »

L'UE a appelé vendredi Pékin à «ne pas interférer» dans les sanctions occidentales visant la Russie, avertissant que tout soutien à Moscou « ternira gravement la réputation » de la Chine en Europe, a indiqué la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

15h16 : Un tank russe accidenté dans une rivière de Soumy, une ville du nord-est de l'Ukraine


 

15h : Le président ukrainien a indiqué sur Twitter avoir échangé avec son homologue français


 

14h45 : Emmanuel Macron a reçu Ivan Fedorov, le maire de Melitopol, à l'Elysée ce matin

« Je veux tout d'abord vous dire que, Monsieur le maire, on est heureux de vous voir ici, libre, et je n'ose imaginer ce que vous avez vécu, nous avons tous été bouleversé quand vous avez été enlevé », a déclaré le Président de la République en introduction à son entretien avec le maire de Melitopol.

14h32 : Berlin étudie la proposition de Moscou sur le gaz

Le gouvernement allemand a indiqué vendredi avoir reçu le décret du Kremlin ordonnant de payer le gaz en roubles depuis des comptes en Russie et analyser « les effets concrets » de cette décision qui fait planer le spectre d'une interruption des livraisons.

14h22 : Un officier de réserve de l'armée allemande inculpé pour espionnage au profit de la Russie

Un officier de réserve de l'armée allemande a été inculpé pour espionnage entre 2014 et 2020 au profit de la Russie, a annoncé vendredi le parquet fédéral. Le suspect est accusé d'avoir fourni aux services de renseignement russes des informations sur les réservistes de la Bundeswehr ou encore sur les conséquences de sanctions économiques imposées à Moscou à partir de 2014.

 

14h12 : Recep Tayyip Erdogan va téléphoner à Vladimir Poutine

S’adressant à des journalistes à Istanbul, le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé un appel téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine à 15 heures (heure française) et renouvellerait son offre d’accueillir les dirigeants russe et ukrainien pour des pourparlers de paix.

 

14h03 : Déminage avec… Les pieds


 

13h55 : HRW dénonce de possibles « crimes de guerre » envers des prisonniers russes

L’ONG Human Rights Watch a appelé les autorités ukrainiennes à enquêter sur de potentiels « crimes de guerre » envers les prisonniers russes, après la diffusion d’images semblant montrer des soldats ukrainiens leur tirant dans les jambes.

Sur une vidéo diffusée le 27 mars, on peut voir trois hommes en treillis, les mains attachées dans le dos, jetés à terre depuis un fourgon par d’autres hommes armés, qui leur tirent dans les jambes.

Si l’authenticité des images n’a pas pu être établie de manière indépendante, l’AFP a géolocalisé la vidéo comme étant tournée dans le village de Mala Rogan, dans la région de Kharkiv (nord-est), repris en début de semaine par les forces ukrainiennes après une offensive. « Si confirmé, passer à tabac et tirer dans les jambes de combattants capturés constituerait un crime de guerre », a indiqué HRW dans un communiqué publié jeudi soir.

13h49 : Les « Spetsnaz » de Kharkiv

Les « Spetsnaz » (forces spéciales) de la police de Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine, sont à la recherche d’un groupe de suspects, ces « saboteurs » qui agissent au service de l’envahisseur russe derrière les lignes ukrainiennes.

Alors que l’armée russe campe aux portes de Kharkiv, bombardée quotidiennement, les « Spetsnaz » de la police tentent de « garantir l’ordre et de protéger la population » dans une ville soudainement plongée depuis un mois dans la guerre.

13h43 : Plus de 4,1 millions de réfugiés

Un peu plus de 4,1 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l’invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine le 24 février, selon les chiffres du Haut-commissariat aux réfugiés. « Forcés de fuir pour rester en vie. Forcés d’abandonner leur foyer. Forcés de se séparer de leurs familles. Cette tragédie doit prendre fin », a souligné le HCR.

Depuis le 22 mars, le flux de réfugiés s’est nettement ralenti, aux alentours de 40.000 passages quotidiens. Au total, plus de dix millions de personnes, soit plus d’un quart de la population, ont dû quitter leur foyer soit en traversant la frontière pour trouver refuge dans les pays limitrophes, soit en trouvant refuge ailleurs en Ukraine. L’ONU estime à presque 6,5 millions le nombre de déplacés à l’intérieur du pays.

13h36 : Le groupe français de logistique Gefco va racheter les parts de son actionnaire majoritaire russe

Gefco va racheter les 75 % de parts de son actionnaire majoritaire, les Chemins de Fer Russes (RZD), placé sous sanctions internationales pour son rôle dans la guerre en Ukraine, a annoncé vendredi le groupe français de logistique.

Alors que le géant du transport maritime CMA CGM se serait positionné selon des informations de presse, « le directoire de Gefco a décidé, avec l’accord de son Conseil de surveillance, que la société elle-même rachètera les 75 % de ses parts actuellement détenues par les Chemins de Fer Russes », a indiqué la société dans un communiqué.

Le PDG de RZD, Oleg Belozerov, réputé proche de Vladimir Poutine, avait déjà cherché à réduire sa participation en 2017, puis à s'en séparer en 2021, après une entrée en Bourse avortée.

13h28 : Le Kremlin veut « expliquer » la guerre en Ukraine à Gérard Depardieu

Jeudi, Gérard Depardieu, détenteur d’un passeport russe et d’habitude élogieux à l’égard de Vladimir Poutine, a critiqué l’offensive en Ukraine, estimant que « le peuple russe n’est pas responsable des folles dérives inacceptables de [ses] dirigeants comme Vladimir Poutine ».

« Je pense que Depardieu ne comprend sans doute pas tout ce qui se passe, car il n’est pas totalement plongé dans l’actualité politique », a persiflé vendredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Il ne comprend pas (…) ce que sont [les régions séparatistes prorusses en Ukraine de] Donetsk et Lougansk, il n’est pas au courant des bombardements de civils », dont Moscou accuse Kiev, a-t-il ajouté.

« Si cela est nécessaire, nous sommes prêts à le lui raconter et à lui expliquer afin qu’il comprenne mieux. S’il le souhaite », a conclu Dmitri Peskov.

13h21 : La pause entraînement militaire du petit chat


 

13h14 : Les propositions de Kiev pour aller vers un cessez-le-feu

Moscou doit répondre à une série de propositions ukrainiennes en vue d’un accord. Kiev propose la neutralité de l’Ukraine et de renoncer à adhérer à l’Otan, à condition que sa sécurité soit garantie par d’autres pays face à la Russie. Elle propose aussi des négociations pour résoudre le statut du Donbass ukrainien et de la Crimée.

12h55 : La Russie salue la position de l'Inde sur le conflit en Ukraine

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a salué vendredi à New Delhi ce qu'il a appelé l'approche équilibrée de l'Inde au sujet de la guerre en Ukraine. L'Inde, que le président américain Joe Biden avait trouvé « hésitante » dans sa réponse à l'invasion de l'Ukraine, a refusé de se joindre aux votes condamnant Moscou aux Nations unies.

12h40 : Les pourparlers russo-ukrainiens ont repris par visioconférence

Les pourparlers russo-ukrainiens visant à mettre fin au conflit en Ukraine ont repris vendredi, selon le négociateur du Kremlin Vladimir Medinski. « Nous continuons les négociations par visioconférence. Nos positions sur la Crimée et le Donbass n'ont pas changé », a-t-il indiqué sur sa chaîne Telegram, en référence à deux régions ukrainiennes, l'une que la Russie a annexée en 2014 et l'autre qui est partiellement sous contrôle de séparatistes prorusses.

12h05 : Reprise de la conscription militaire en Russie

La Russie a repris vendredi la mobilisation de jeunes hommes pour le service militaire obligatoire d'un an, en plein conflit armé en Ukraine, Moscou assurant toutefois que les conscrits ne seront pas envoyés au front.

11h49 : Le Kremlin juge que l'attaque ukrainienne sur le sol russe va peser sur les pourparlers

Le Kremlin a estimé vendredi que l'attaque menée, selon Moscou, par des hélicoptères ukrainiens en territoire russe contre un dépôt de carburant allait peser sur les pourparlers russo-ukrainiens pour mettre fin à l'offensive en Ukraine. « Il est clair qu'on ne peut pas considérer cela comme quelque chose qui va créer les conditions appropriées pour la poursuite des négociations », a estimé Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe, après la destruction à l'aube d'un dépôt dans la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine.

11h42 : Moscou dénonce une frappe aérienne ukrainienne sur son sol

La Russie a accusé vendredi l'Ukraine d'avoir mené une frappe aérienne sur son sol, tandis que le président ukrainien Volodymyr Zelensky assurait que l'armée russe se regroupait en vue « d'attaques puissantes » dans l'Est du pays.

11h28 : Europol déploie des équipes aux frontières avec l'Ukraine

L'agence européenne de police Europol a indiqué ce vendredi avoir déployé des équipes à la frontière avec l'Ukraine dans les pays voisins pour lutter contre le passage de criminels et de «terroristes» qui tentent d'entrer dans l'UE avec le flux de réfugiés. « Afin de protéger l'Union européenne et les réfugiés ukrainiens contre les menaces criminelles, Europol a déployé des équipes opérationnelles au front dans les pays européens voisins de l'Ukraine », a déclaré l'agence dans un communiqué.

 

11h20 : Qui se cache derrière le boom des abris anti-atomiques ?

Le climat rendu anxiogène par le Covid-19 et la guerre en Ukraine – entre autres – inciterait de plus en plus de Français à se renseigner sur la construction d’un bunker sur leur propriété. Les explications de notre journaliste Nicolas Camus, pour tout comprendre de ce phénomène.

 

11h : La guerre en Ukraine propulse l'inflation de la zone Euro à un nouveau record en mars

Le taux d'inflation dans la zone euro a battu un nouveau record en mars, à 7,5% sur un an, selon Eurostat, alors que la guerre en Ukraine a encore accéléré la flambée des prix de l'énergie. En février, l'inflation avait atteint 5,9% pour les 19 pays ayant adopté la monnaie unique, ce qui représentait déjà le niveau le plus élevé enregistré par l'office européen des statistiques depuis le début de cet indicateur, en janvier 1997. L'inflation a atteint chaque mois un nouveau sommet historique depuis novembre.

10h45 : L'évacuation de Marioupol n'aura peut-être pas lieu ce vendredi, prévient le Comité international de la Croix-Rouge (CICR)
10h15 : Le Russie accuse Kiev d'avoir attaqué un dépôt de pétrole

Un responsable russe a accusé vendredi l'Ukraine d'avoir mené une attaque à l'hélicoptère contre un « dépôt de pétrole » dans la ville de Belgorod, dans l'Ouest de la Russie, à une quarantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne.

9h47 : Le maire de Melitopol, qui avait été enlevé le 11 mars dernier par les forces russes, sera reçu à L’Elysée ce matin

Emmanuel Macron, recevra en fin de matinée à l’Elysée, Ivan Fedorov, le maire de Melitopol. Ce dernier, avait été enlevé le 11 mars par les forces russes puis libéré cinq jours plus tard. Ce dernier affirme avoir enduré des « violences psychique » durant sa détention. Celui-ci sera accompagné d’une délégation de 4 députés ukrainiens. A l’issue de cette rencontre, le Président s’entretiendra par téléphone avec le Président Zelensky.

9h39 : Les troupes russes quittent Tchernobyl, Moscou engage un bras de fer sur le gaz avec l’UE... Revivez la journée du 31 mars grâce à notre récap'

 

9h15 : Plus de 6.800 élèves ukrainiens actuellement scolarisés en France

Plus de 6.800 enfants ukrainiens sont actuellement scolarisés dans les écoles, collèges et lycées en France, principalement dans les académies de Nice et de Versailles, a annoncé vendredi le ministère de l'Education nationale dans un communiqué.

8h55 : Files d’attente au supermarché à Marioupol

Assiégée depuis plusieurs semaines, la ville souffre de sévères manques d’eau et de nourriture, et rationne sa population.



 

8h33 : Yannick Jadot veut un embargo sur le gaz pour arrêter la guerre

« On est sur 700 millions d’euros de recettes par jour » liée à la vente de gaz et de pétrole russe, qui financent la guerre et « les crimes de guerre » en Ukraine, explique le candidat à la présidentielle sur France info.

8h21 : Kiev accusé d’avoir attaqué un dépôt de pétrole en Russie

Un responsable russe a accusé vendredi l’Ukraine d’avoir mené une attaque à l’hélicoptère contre un « dépôt de pétrole » dans la ville de Belgorod, dans l’ouest de la Russie, à une quarantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne. « Un incendie dans un dépôt de pétrole a eu lieu à cause d’une frappe aérienne menée par deux hélicoptères de l’armée ukrainienne qui sont entrés sur le territoire russe à base altitude », a déclaré sur son compte Telegram le gouverneur de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov.

7h40 : L’ouverture d’un couloir humanitaire attendue à Marioupol

Un couloir humanitaire doit s’ouvrir à partir de 7 heures GMT pour permettre aux habitants de Marioupol d’évacuer vers Zaporojie. Kiev, qui a promis 45 bus, assurait hier en avoir envoyé 17. Aucune autre information n’a filtré sur ce couloir, dont la tenue semble bien fragile malgré l’implication de pays tiers, comme la Grèce ou la France, et les promesses de la Russie.

7h28 : La présidente du Parlement européen se rend à Kiev

Roberta Metsola, la présidente maltaise du Parlement européen, a indiqué jeudi soir sur Twitter qu’elle était « en route pour Kiev ». En arrivant à destination, elle serait la première dirigeante d’une institution européenne à se rendre dans la capitale ukrainienne depuis le début de l’invasion russe. Avant elle, trois Premiers ministres polonais, tchèque et slovène s’étaient déjà rendus à Kiev, le 15 mars, afin de manifester leur solidarité avec l’Ukraine.

 

7h16 : La France prend les commandes de la défense du ciel de l’Otan

En Estonie, la France a pris le relais de la Belgique sur les missions de police du ciel. Le commandant Hubert, chef du détachement aérien français auprès de l’OTAN pour les quatre mois à venir, explique que « de temps en temps on est envoyé sur de la surveillance des frontières dans les pays baltes et en Pologne ». « On vérifie qu’aucun avion ne traverse les frontières sans qu’il soit détecté par les radars au sol. » La France a envoyé quatre Mirage 2000-5 qui tourneront dans une zone à la fois calme et surexposée. « Evidemment on fait attention à ce qu’on fait », admet l’officier français. Depuis le début de la guerre en Ukraine, l'Otan fait tout pour ne pas devenir un belligérant tout en renforçant son flanc Est.

7h02 : Un sommet UE-Chine pour dissuader Pékin d’aider Moscou

L’UE veut persuader la Chine de renoncer à aider Moscou pour contrer les sanctions occidentales, vendredi, lors d’un sommet virtuel où Pékin entend relancer sa relation économique avec une Europe fragilisée par la guerre en Ukraine. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil, Charles Michel, s’exprimant au nom des Etats membres, s’entretiendront en visioconférence avec le Premier ministre chinois Li Keqiang puis le président Xi Jinping. « Concrètement, il est essentiel de savoir si la Chine utilise son influence pour établir un cessez-le-feu, des corridors humanitaires » ou « si elle aide Moscou à contourner » les sanctions, en augmentant ses achats d’hydrocarbures ou par une aide financière, explique un responsable européen.

Bonjour à toutes et à tous !

C’est le 36e jour de la guerre et on vous propose encore de suivre les dernières informations en direct sur 20 Minutes ! Jeudi soir, les forces russes ont quitté la centrale nucléaire de Tchernobyl, selon Kiev, et il semble qu’elles aient également abandonné l’aéroport Antonov à Gostomel. Mais le Pentagone a prévenu qu’il s’agissait avant tout d’un redéploiement et d’un recentrage sur le Donbass, dans l’est de l’Ukraine, avec un conflit qui pourrait durer des mois.