Guerre en Ukraine : Le G7 enterre le rouble, Moscou patine et les troupes russes s’enlisent

RECAP' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

D.R. avec AFP
— 
Le président russe Vladimir Poutine le 25 mars 2022.
Le président russe Vladimir Poutine le 25 mars 2022. — Mikhail Klimentyev/AP/SIPA
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce lundi, les pays du G7 ont envoyé un fin de non-recevoir à la demande de Vladimir Poutine de payer le gaz russe en roubles. Sur le terrain, les positions russes s’enlisent tandis que Kiev s’octroie quelques premières victoires.

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Vladimir Poutine souhaitait forcer les pays occidentaux à payer le gaz russe en roubles. Mais les pays du G7 estiment ce lundi que cette demande n’est « pas acceptable » et montre que le président russe se retrouve « dos au mur », a déclaré le ministre allemand de l’Économie Robert Habeck.

« Tous les ministres du G7 sont tombés d’accord sur le fait qu’il s’agissait d’une violation unilatérale et claire des contrats existants », a-t-il ajouté à l’issue d’une réunion virtuelle avec ses homologues du G7. C’est donc une fin de non-recevoir pour le dirigeant russe qui espérait peut-être amortir la dépréciation de sa monnaie.

La phrase du jour

« Les forces armées russes sont en train de transformer la ville en poussière. »

Il s’agit bien évidemment de Marioupol, port stratégique sur la mer d’Azov assiégé et constamment bombardé par l’armée russe. « La population se bat pour survivre. La situation humanitaire est catastrophique », a ajouté le ministère ukrainien des Affaires étrangères.


Le chiffre du jour

Entre 510 et 530. Il s’agit de l’estimation du nombre de soldats russes tués « chaque jour » sur le terrain de la guerre en Ukraine d’après le conseiller du président Volodymyr Zelensky, Mikhail Podolyak. Un chiffre bien éloigné de ceux du gouvernement russe qui annonçait vendredi avoir perdu 1.351 soldats depuis le début du conflit. Il est toutefois impossible de connaître le nombre de morts de manière indépendante.

La tendance du jour

Sur le terrain comme en diplomatie, la Russie semble continuer à patiner. Les délégations russe et ukrainienne se sont rencontrées ce lundi à Istanbul pour une nouvelle session de discussions. Toutefois, « pour l’instant, nous ne pouvons pas constater de progrès ou d’avancées significatives quelconques », a admis le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Côté militaire, d’après le ministère de la Défense britannique, il n’y a eu « aucun changement significatif » dans les dispositions des soldats russes dans les dernières 24 heures. Depuis plusieurs jours, les forces russes ne parviennent plus à avancer en Ukraine.

De leur côté, les troupes ukrainiennes célèbrent une victoire à Irpin, dans l’oblast de Kiev. Le maire de cette ville convoitée par les Russes depuis des semaines, Alexander Markushin, a déclaré qu’elle avait été entièrement reprise par les forces ukrainiennes via sa chaîne Telegram.