Guerre en Ukraine: Des mercenaires de Wagner déployés dans l'est de l'Ukraine...

LIVE Retrouvez les dernières informations sur la guerre en Ukraine lors de cette journée du lundi 28 mars «dos au mur»

C.Poh et M.F avec AFP
— 
Irpin
Irpin — MARCUS YAM/LOS ANGELES TIMES/Shu/SIPA
  • Emmanuel Macron a mis en garde dimanche contre une « escalade des mots et des actions en Ukraine », après les propos du président américain Joe Biden, qui a traité le président russe Vladimir Poutine de « boucher ». 
  • Le gouvernement allemand, que l’invasion russe de l’Ukraine a convaincu d’investir massivement dans la défense, envisage l’acquisition d’un système de protection antimissiles israélien.
  • La question de la « neutralité » de l’Ukraine, l’un des points centraux des négociations avec la Russie pour mettre fin au conflit, est « étudiée en profondeur », a assuré ce dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une interview à des médias russes.

VIDEO

A LIRE AUSSI

 

3h00 : Ce live est terminé

Un live en chasse un autre, la suite des événement de ce mardi, c'est par ici

1h30 : L’invasion russe en Ukraine, une « répétition » de la guerre en Syrie, selon Amnesty

L’invasion russe en Ukraine est une « répétition » de la Syrie avec une « multiplication des crimes de guerre » depuis plus d’un mois de conflit, a alerté Amnesty international lors de la présentation mardi à Johannesburg de son rapport 2021-2022. « Ce qui se passe en Ukraine est la répétition de ce qu’on a pu voir en Syrie », a déclaré à l’AFP la secrétaire générale de l’ONG, Agnès Callamard. « Nous sommes dans des attaques intentionnelles d’infrastructures civiles, d’habitations », des bombardements d’écoles, a-t-elle fustigé, accusant la Russie de permettre des couloirs humanitaires pour les transformer en un « piège mortel ».

23h45 : Des mercenaires de Wagner déployés dans l'Est de l'Ukraine

Des mercenaires de Wagner déployés dans l'Est de l'Ukraine, selon le ministère de la Défense britannique. Au moins 1.000 mercenaires sont attendus, pour compenser les pertes russes.



 

22h23 : Moscou dénonce un ministre croate qui accuse Poutine de «crimes de guerre»

Moscou a dénoncé lundi les propos «absolument inacceptables» du chef de la diplomatie croate, Gordan Grlic Radman, qui a affirmé que le président russe Vladimir Poutine avait «commis des crimes de guerre» en Ukraine. «La partie russe a adressé une vive protestation à Zagreb», a indiqué dans un communiqué l'ambassade russe en Croatie, qui a déploré un «comportement irresponsable» du dirigeant croate, «dévastateur» pour les relations entre deux pays. Le ministre croate des Affaires étrangères a déclaré la semaine dernière à la radio nationale que Vladimir Poutine avait «déjà commis des crimes de guerre» en Ukraine. Il a aussi exprimé l'espoir que «le régime autocratique (de Poutine) ne (durerait) pas longtemps».

21h34 : Plusieurs pays de l'UE «découragent» les départs de combattants volontaires

Sept pays de l'UE, dont la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, ont appelé lundi leurs ressortissants à s'abstenir de s'engager comme volontaires pour aider l'Ukraine à combattre l'offensive russe, dans une déclaration de leurs ministres de la Justice. Les ministres de ces sept Etats «ont unanimement découragé les Européens à rejoindre» les rangs des combattants volontaires, souligne le communiqué publié à l'issue de la réunion du «groupe Vendôme» par le ministère belge de la Justice.

21h32 : L'Ukraine annonce qu'Irpin, dans la banlieue de Kiev, a été «libérée» des forces russes
21h29 : Biden affirme qu'il ne «retire pas» ses propos souhaitant le départ de Poutine du pouvoir

Joe Biden a affirmé lundi qu'il ne retirait pas ses propos controversés suggérant qu'il souhaitait le départ de son homologue russe Vladimir Poutine du pouvoir, car ils exprimaient son «indignation» personnelle et pas une «politique» en faveur d'un changement de régime. «Je ne les retire pas» et «je ne m'excuse pas», a-t-il dit devant la presse. «J'exprimais simplement mon indignation», «mais cela ne signifie pas que nous ayons un changement de politique fondamental». Biden a ajouté qu'un sommet avec Poutine «dépend de ce dont il veut parler».

20h54 : « Répression systématique »

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a critiqué lundi la « répression systématique » qui vise les médias indépendants en Russie.

Moscou met en œuvre une « censure qui s’accompagne d’une manipulation et d’une désinformation » afin de contrôler le récit du conflit en Ukraine qui parvient à l’opinion publique russe, a-t-il déclaré dans un communiqué.

20h49 : « Tout est détruit »

On vous partage une autre vidéo de nos confrères du New York Times. Cette fois-ci, il s’agit de réfugiés de Marioupol, cette ville portuaire pilonnée et assiégée par l’armée russe. « Il n’y a pas une route, pas un bâtiment qui n’a pas été bombardé. Tout est détruit », témoigne Elena Chapny, réfugiée de Marioupol. « Soit tu meurs dans la ville, soit tu essaies de la quitter », ajoute Olga Rashevskaya.



 

20h42 : « J’ai besoin d’urgence d’essence, d’eau et de nourriture »

Le New York Times a publié des transmissions radio entre les soldats russes lors d’une invasion de la ville ukrainienne de Makariv, située à l’ouest de Kiev. « J’ai besoin d’urgence d’essence, d’eau et de nourriture », explique un soldat russe lors d’une transmission radio.

Sur un autre enregistrement, on entend un membre des forces russes affirmer que l’ordre a été donné de tirer sur une zone résidentielle.



 

20h31 : Immeuble vide

Nexta a publié une vidéo de propagande des soldats tchétchènes de Ramzan Kadyrov sur laquelle on les voit tirer sur un immeuble détruit par un bombardement. La chaîne d’information biélorusse (la plus populaire parmi l’opposition dans le pays allié de Vladimir Poutine) affirme que l’immeuble d’habitation est désert et ironise sur les soldats qui « combattent courageusement un immeuble vide ».



 

20h25 : Un empoisonnement léger pour faire peur ?

On vous en parlait plus tôt : l’oligarque russe Abramovitch et des négociateurs ukrainiens ont souffert d’un possible « empoisonnement ». Selon le site d’investigation Bellingcat, « les trois hommes n’avaient consommé que du chocolat et de l’eau dans les heures qui ont précédé l’apparition des symptômes ».

Bellingcat a indiqué sur Twitter que « les experts ont rapporté que le dosage et le type de poison utilisé était probablement insuffisants pour mettre en danger des vies, et a été utilisé probablement pour faire peur aux victimes ».



 

20h17 : Londres veut augmenter la pression économique sur Moscou

Le Royaume-Uni va augmenter sa pression économique sur la Russie, a déclaré ce lundi le Premier ministre britannique Boris Johnson au président ukrainien Volodymyr Zelensky, rapporte l’agence de presse Reuters.

« Le Premier ministre a réaffirmé que le Royaume-Uni maintiendrait et renforcerait la pression économique sur le régime de Poutine », a déclaré le bureau de Boris Johnson lors d’une lecture de l’appel entre les deux dirigeants mondiaux. De plus, « le président Zelensky a fait le point sur les négociations et les deux dirigeants ont convenu de se coordonner étroitement dans les jours à venir » alors que de nouveaux pourparlers de paix entre la Russie et l’Ukraine doivent débuter en début de semaine en Turquie.

20h08 : Un feu de carburant contenu après 20 heures d’intervention à Lutsk, près de la frontière polonaise


 

20 heures : Le Canada compte acheter 88 avions de combat F35 à Lockheed Martin

L’armée canadienne compte acheter 88 avions de combat F-35 du constructeur américain Lockheed Martin, un contrat de plusieurs milliards de dollars pour remplacer sa flotte vieillissante, a annoncé lundi la ministre des Armées, Anita Anand.

« Le F-35 est utilisé par nos partenaires de l’Otan dans le monde entier. Il s’est avéré être un avion mature, adapté et interopérable, c’est pourquoi nous passons à la phase de finalisation », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse évoquant la « nouvelle réalité mondiale » et le conflit en Ukraine.

19h51 : L’hôpital de Trostianets dans l’oblast de Soumy après un bombardement


 

19h43 : Des images des combats à Marioupol côté russe


 

19h35 : Le récap' du soir

Chaque jour, 20 Minutes vous propose un récap' de la situation en Ukraine. Vous pouvez retrouver celui qui résume les évènements de ce lundi ci-dessous :

 

19h19 : L’Ukraine a des « preuves » de l’utilisation d’armes interdites dans le sud de son territoire

L’Ukraine a des « preuves » de l’utilisation par les forces russes de bombes à sous-munitions, des armes interdites par les conventions internationales, dans deux régions du sud de son territoire, a assuré lundi la procureure générale ukrainienne Iryna Venediktova.

Interrogée pendant une conférence de presse sur l’éventuel recours à de telles armes pour bombarder Kiev, Iryna Venediktova a répondu qu’elle n’avait « pas de preuves concrètes » de leur usage dans la capitale et que des « investigations » étaient en cours.

« Mais (…) nous avons des preuves de l’utilisation de bombes à sous-munitions dans la région d’Odessa (grand port ukrainien sur la mer Noire) et dans la région de Kherson », une ville dont s’est emparée l’armée russe, a-t-elle aussitôt ajouté.

19h07 : Londres met en garde contre un règlement revenant à « brader » l’Ukraine

Londres a mis en garde lundi contre des négociations avec la Russie revenant à « brader » l’Ukraine, estimant que tout accord mettant fin à l’invasion russe devrait prévoir un mécanisme de retour des sanctions contre Moscou en cas de nouvelle « agression ».

« Nous savons que Poutine ne veut pas négocier sérieusement », a déclaré la cheffe de la diplomatie Liz Truss devant les députés, accusant le président russe de « bombarder des innocents » malgré la tenue de pourparlers et estimant qu’il fallait « en faire plus » pour l’arrêter.

Elle a appelé à se préoccuper du « long terme » : « Nous devons veiller à ce que les futurs pourparlers n’aboutissent pas à brader l’Ukraine et à répéter les erreurs du passé », a-t-elle souligné, jugeant que les accords précédents n’avaient pas permis d’apporter à l’Ukraine « une sécurité durable ».

18h58 : La Bourse de Paris finit dans le vert (+0,54 %), tirée par des espoirs liés à l’Ukraine

La Bourse de Paris a fini dans le vert lundi (+0,54 %), portée par les espoirs d’une issue à la guerre en Ukraine et profitant du recul du pétrole, en l’absence de statistiques économiques.

L’indice CAC 40 a pris 35,43 points, terminant à 6.589,11 points. Vendredi, il avait clôturé à l’équilibre (-0,03 %), en baisse d’environ 1 % sur la semaine.

« Les investisseurs ont l’espoir que les discussions entre l’Ukraine et la Russie puissent aboutir », a indiqué à l’AFP Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale chez Oddo Securities.

18h47 : Le Tchétchène Kadyrov s’est rendu à Marioupol, selon la presse russe

Des médias russes ont affirmé lundi que l’autoritaire dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, proche de Vladimir Poutine, s’était rendu à Marioupol pour galvaniser ses troupes qui participent à l’assaut contre cette grande ville portuaire du sud-est de l’Ukraine.

« Le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov est à Marioupol pour renforcer le moral de nos combattants », a déclaré Akhmed Doudaïev, l’un des plus proches collaborateurs de Ramzan Kadyrov, cité par l’agence de presse russe RIA Novosti.

RIA Novosti a publié une photo sur laquelle on peut voir Ramzan Kadyrov posant au milieu d’une trentaine d’hommes armés dans une pièce fermée, déclarant qu’elle avait été prise à Marioupol.

18h36 : Un convoi de 27 véhicules de la Sécurité civile est arrivé en Roumanie


 

18h28 : « C’est juste impossible de mettre en mots ce qu’on ressent »

On vous partage le témoigne de Stanilas, un journaliste ukrainien qui se bat contre l’invasion russe dans son pays. Il explique son absence de mots face aux bombardements, aux blessés et aux morts de cette guerre initiée par Moscou et revient sur son emprisonnement par les forces russes. « Nous sommes prêts à mourir plutôt que d’abandonner ou de perdre. C’est pourquoi la Russie a déjà perdu cette guerre », affirme-t-il face caméra.



 

18h21 : L’oligarque russe Abramovitch et des négociateurs ukrainiens ont souffert d’un possible « empoisonnement »

L’oligarque russe Roman Abramovitch, qui tente de jouer les médiateurs entre Moscou et Kiev pour faire cesser la guerre en Ukraine, ainsi que deux négociateurs ukrainiens ont souffert de symptômes qui font penser à un possible « empoisonnement », a rapporté lundi le Wall Street Journal.

Après une réunion dans la capitale ukrainienne courant mars, le milliardaire propriétaire du club de football anglais Chelsea ainsi qu’au moins deux hauts responsables de l’équipe de négociateurs ukrainiens « ont développé des symptômes », écrit le journal américain en citant des « personnes au courant de cette situation ». Yeux rougis et larmoyants, visage et mains qui pèlent : ces symptômes se sont ensuite améliorés « et leurs vies ne sont pas en danger », ajoute-t-il.

Les sources du quotidien ont évoqué un possible empoisonnement, et soupçonné les partisans d’une ligne dure à Moscou qui veulent selon elles saboter les pourparlers visant à mettre fin à la guerre en Ukraine.



 

18h14 : Le général de Schrödinger

Les forces ukrainiennes ont annoncé la mort du général Magomed Tushaev, un Tchétchène, près de Kiev le 26 février. Mais le leader tchétchène Ramzan Kadyrov affirme que ce dernier a participé à une réunion le 23 mars et a diffusé une vidéo dans lequel il serait en train de parler le 13 mars. Il est, pour le moment, impossible de vérifier sa mort de façon indépendante.

18h08 : Les antivirus russes Kaspersky ajoutés à une liste noire américaine

L’éditeur russe de logiciels antivirus Kaspersky a été placé par le régulateur américain des télécoms (FCC) sur une liste noire qui sanctionne les entreprises considérées comme une « menace pour la sécurité nationale ».

Cette liste compte sept sociétés chinoises, dont Huawei et ZTE. Kaspersky est la première entreprise russe à être incluse sur cette liste, qui bloque l’accès aux subventions d’un fonds du régulateur public pour soutenir les télécommunications dans les zones rurales.

Le communiqué de la FCC, paru vendredi, ne mentionne pas l’invasion de la Russie en Ukraine. Mais selon Kaspersky, cette décision a été prise « pour des motifs politiques », selon un communiqué de réaction publié sur son site.

17h55 : Ouuups

A Deauville, la mairie a projeté le drapeau ukrainien sur la façade d’une villa… appartenant à l’ambassade de Russie.

 

17h42 : L’ONU cherche à mettre en place un « cessez-le-feu humanitaire »

Lors d’une déclaration à la presse au siège des Nations unies à New York, le secrétaire général Antonio Guterres a déclaré avoir « demandé à Martin Griffiths [secrétaire général adjoint pour les Affaires humanitaires] d’étudier immédiatement avec les parties impliquées la possibilité d’accords et d’arrangements pour un cessez-le-feu humanitaire en Ukraine ».

17h30 : Un cargo russe autorisé à quitter Lorient

Saisi depuis le 2 mars en raison des sanctions européennes prises à l’encontre de la Russie, le Pola Ariake a finalement été autorisé par le tribunal de Lorient à repartir. Le tribunal a également condamné l’administration des douanes à 100.000 euros de dommages et intérêts à titre de provision sur le préjudice subi, selon l’avocat de l’armateur du cargo Bertrand Coste.

17h23 : La Pologne sous pression

La commissaire européenne Ylva Johansson a estimé qu’il fallait « encourager » les réfugiés d’Ukraine actuellement en Pologne à aller vers d’autres pays de l’Union européenne, alors que le pays frontalier a vu arriver sur son sol près de 2,3 millions de personnes depuis le début de l’invasion russe.

17h22 : 5.000 morts à Marioupol

« Environ 5.000 personnes ont été enterrées, mais les gens ne sont plus enterrés depuis dix jours à cause des bombardements continus », a déclaré Tetiana Lomakina, estimant qu'« au vu du nombre de personnes encore sous les décombres (…) il pourrait y avoir autour de 10.000 morts ».

17h14 : Joe Biden annonce 6,9 milliards de dollars d’aide à l’Otan et un milliard pour l’Ukraine

« J’appelle à la poursuite des investissements pour répondre avec force à l’agression de (Vladimir) Poutine contre l’Ukraine avec le soutien des États-Unis pour les besoins économiques, humanitaires et de sécurité de l’Ukraine », a souligné le président américain.

16h47 : 500 milliards d’euros

C’est le coût des pertes économiques pour l’Ukraine en raison de la guerre, selon la ministre de l’Économie ukrainienne, Ioulia Sviridenko. Dans ces 515,8 milliards d’euros très exactement, il y a « l’impact direct des destructions », mais aussi « les effets indirects des combats » sur l’économie notamment liés à l’explosion du chômage, à la forte diminution de la consommation des ménages ou encore à la baisse des recettes de l’État.

16h42 : Le prix à la pompe reprend un coup

Le litre de gazole et de Super SP 95 vendus dans les stations-service françaises sont repartis à la hausse la semaine dernière en repassant au-dessus des 2 euros. Le litre de gazole valait en moyenne 2,1165 euros, le Super SP 95 valait pour sa part 2,0042 euros et le SP 95-E10 1,9670 euro.

16h37 : Les entreprises étrangères bloquées en Russie

C’est une chose de vouloir partir, mais encore faut-il pouvoir revendre son entreprise, au risque de tout perdre. « On n’est plus sur des considérations purement économiques : tous les mécanismes de marché sont sous cloche pour des raisons militaires et géopolitiques. Les entreprises ne savent pas ce qu’elles peuvent faire, doivent faire et comment elles devraient le faire, il y a un flou juridique et financier », résume Sylvain Bersinger, économiste au cabinet Asterès.

« L’option de vente est assez illusoire, et pas de nature à compenser la perte. Quand on vend, encore faut-il qu’il y ait un acheteur, qu’il soit financé alors que le système bancaire russe est extrêmement grippé, et à supposer que cet acheteur soit financé, je ne vois pas comment les capitaux pourraient être transférés », estime Philippe Métais, avocat associé au cabinet Bryan Cave Leighton Paisner.

16h05 : Les soldats ukrainiens reprennent Irpin

Le maire de cette ville convoitée par les Russes depuis des semaines, Alexander Markushin, a déclaré qu’elle avait été entièrement reprise par les forces ukrainiennes via sa chaîne Telegram.



 

16 heures : « Que des entreprises tentent de justifier leur présence en Russie (…) relève de la pure cupidité »

L’enseignant Jeffrey Sonnenfeld a lancé après l’invasion de l’Ukraine une liste des entreprises choisissant de quitter la Russie, ou d’y rester, à la disposition de tous les consommateurs et investisseurs. Dans une interview, il explique pourquoi il ne peut pas y avoir de « juste milieu » dans la décision des entreprises.

 

15h39 : La Macédoine du Nord aussi expulse des diplomates russes

Le petit pays des Balkans a annoncé l’expulsion de cinq diplomates qui « se livraient à des activités contraires à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques », a précisé le ministère des Affaires étrangères.

15h27 : Pendant ce temps-là en Géorgie, on brûle Poutine

Lors d’une manifestation anti-guerre qui s’est déroulée dimanche à Tbilissi, en Géorgie, des personnes ont dansé autour d’un grand feu dans lequel avait été placée une effigie du président russe Vladimir Poutine.

Des manifestants dansent autour d'une effigie brûlante du président russe Vladimir Poutine lors d'une action anti-guerre à Tbilissi, en Géorgie, le dimanche 27 mars 2022.
Des manifestants dansent autour d'une effigie brûlante du président russe Vladimir Poutine lors d'une action anti-guerre à Tbilissi, en Géorgie, le dimanche 27 mars 2022. - /AP/SIPA

 

15h22 : Fini les vacances en Russie

Moscou envisage de restreindre l’accès au territoire russe aux ressortissants de pays « inamicaux ». « Un projet de décret présidentiel est en préparation pour introduire des mesures de représailles, concernant les visas », a déclaré Sergueï Lavrov, ajoutant que ce projet prévoyait « toute une série de restrictions » pour entrer en Russie.

La liste des pays sanctionnés n’a pas encore été dévoilée.

15h16 : La guerre des chiffres

« Entre 510 et 530 soldats russes sont tués chaque jour », a indiqué le conseiller de la présidence ukrainienne Mikhail Podolyak. « Cela indique la haute intensité des hostilités et la motivation des troupes ukrainiennes », a-t-il poursuivi.



Un chiffre bien éloigné de ceux du gouvernement russe qui annonçait vendredi avoir perdu 1.351 soldats depuis le début du conflit.

15 heures : Les forces ukrainiennes reprennent du terrain à l’Est face aux Russes

Les soldats ukrainiens menaient des opérations de sécurisation et de nettoyage dans les maisons détruites de Mala Rogan, petit village dans la campagne à environ 4 km à l’est de Kharkiv, d’où ont été chassées les troupes russes.

« Il y a des cadavres russes un peu partout », a expliqué un militaire ukrainien, qui a estimé les pertes russes à au moins 25 hommes.

14h56 : La fin des « passeports dorés »

La Commission européenne a recommandé aux pays membres de l’UE ayant accordé des « passeports dorés » à des citoyens russes ou biélorusses, d’envisager de les retirer pour les personnes faisant l’objet de sanctions en lien avec la guerre en Ukraine.

Si la délivrance de ces passeports est désormais suspendue, ils ont pendant un temps été délivrés par la Bulgarie, Chypre et Malte qui octroyaient la nationalité de leur pays à des étrangers en échange d’investissements.

« Certains ressortissants russes ou biélorusses qui font l’objet de sanctions ou soutiennent de manière significative la guerre en Ukraine pourraient avoir acquis la citoyenneté de l’Union européenne ou un accès privilégié à l’Union, y compris pour voyager librement dans l’espace Schengen, dans le cadre de ces programmes », a souligné l’exécutif européen dans un communiqué.

14h50 : Une autre bière part de Russie

Après l’annonce d’Heineken ce matin, c’est au tour de Carlsberg d’annoncer son retrait de Russie. « Nous avons pris la décision difficile et immédiate de viser une vente complète de nos activités en Russie, ce que nous pensons être la chose à faire dans le contexte actuel. Une fois finalisée, nous n’aurons plus de présence en Russie », explique le brasseur danois.

14h33 : L’affaire du cocktail Molotov lancé contre la police russe jugée

La femme qui avait lancé un cocktail Molotov contre la police russe lors d’une manifestation à Moscou contre la guerre en Ukraine le 24 février dernier, a été jugée. Elle écope de deux ans de prison pour son geste, rapporte le média Nexta.



 

14h16 : Le G7 ne paiera pas son gaz en rouble

« Tous les ministres du G7 sont tombés d’accord sur le fait qu’il s’agissait d’une violation unilatérale et claire des contrats existants (…) ce qui signifie qu’un paiement en roubles n’est pas acceptable », a dit le ministre allemand de l’Économie Robert Habeck.

« Je pense qu’il faut interpréter cette demande comme le fait que Poutine est dos au mur », a-t-il ajouté à l’issue d’une réunion virtuelle avec ses homologues du groupe des Sept qui comprend l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni.

14h07 : Le journal indépendant russe Novaïa Gazeta annonce suspendre sa publication

Les publications en ligne et au format papier seront arrêtées jusqu’à la fin de l’opération militaire en Ukraine. Le journal, dont le rédacteur en chef Dmitri Mouratov a reçu en 2021 le prix Nobel de la Paix, a indiqué avoir pris cette mesure après avoir reçu un second avertissement du gendarme russe des télécoms pour manquement à une loi controversée sur les « agents de l’étranger ».

14h04 : La carte de la guerre en Ukraine

Le ministère de la Défense britannique publie régulièrement des informations sur la guerre en Ukraine et les avancées des troupes russes. Voici la carte qu’ils ont publiée ce lundi.



 

13h56 : La Russie expulse trois diplomates slovaques

La Russie a annoncé lundi l’expulsion de trois diplomates slovaques, en réaction à une décision similaire prise en mars par la Slovaquie à l’égard de trois diplomates russes.

La Russie « a décidé de déclarer "persona non grata" trois diplomates de l’ambassade de Slovaquie. Ils doivent quitter le territoire de la Fédération de Russie dans les 72 heures », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

13h49 : Le bébé et le bunker


 

13h40 : Zelensky va s’adresser au parlement grec le 7 avril

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky va s’adresser au parlement grec, le 7 avril, moins d’un mois et demi après le début de l’invasion russe de son pays, où vivent environ 150.000 Grecs, d’après une source parlementaire.

Son discours par visioconférence, qui suit plusieurs interventions similaires devant des parlements occidentaux, est annoncé pour 12 heures locales (11 heures, heure française), a précisé l’Agence de presse grecque ANA, citant des sources parlementaires.

13h33 : Le coût financier de la guerre

L’invasion russe a jusqu’à présent coûté 564,9 milliards de dollars (environ 514 milliards d’euros) à l’Ukraine, selon la ministre ukrainienne de l’Économie, Ioulia Svyrydenko. Cette estimation prend en compte les dommages aux infrastructures, la perte de croissance économique et d’autres facteurs.

13h22 : Le village de Stoyanka

Les snipers russes ont dans leur viseur les rues désertes du village ukrainien de Stoyanka, mais Andriï Ostapets espère encore apporter de la nourriture à ses voisins, et à ses chats, s’ils sont encore en vie. Cet homme de 69 ans est retourné avec d’autres à Stoyanka, une semaine après avoir fui ce village à la lisière occidentale de la capitale Kiev. Il a entendu dire que les forces ukrainiennes y chassaient les troupes russes.

« Hier, ils les ont chassés de notre ferme. Les Russes n’ont aucune chance de rester en vie. Ils doivent se rendre ou mourir », assure cet homme, propriétaire d’un musée privé. Un vent glacial souffle sur Stoyanka, transformé en village fantôme après près d’un mois de combats et de tentatives des forces russes d’encercler la capitale ukrainienne.

Bombardements et tirs d’armes à feu résonnent toujours depuis les collines encerclant le village, où se cachent des tireurs embusqués russes, selon les engagés volontaires ukrainiens défendant la zone. De fait, les combats se poursuivent autour de Kiev, même si la Russie a annoncé vendredi qu’elle allait désormais « concentrer ses efforts » sur l’est de l’Ukraine.

13h13 : L’ONU appelle à agir contre la dette des pays vulnérables

Il est urgent d’agir contre la dette des pays défavorisés, affaiblis par la guerre en Ukraine et son cortège de hausse des prix des denrées alimentaires, des carburants et des engrais, selon la cheffe de la Cnuced.

La pandémie de Covid-19 avait déjà réduit la marge de manœuvre budgétaire des pays en développement et alourdi leur dette, souligne dans un entretien à l’AFP Rebeca Grynspan, secrétaire générale de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, qui vise à mieux intégrer les pays en développement dans l’économie mondiale.

12h46 : Le flux de réfugiés ralentit, mais ne s’arrête pas

Un peu plus de 40.000 réfugiés ont fui l’Ukraine ces dernières 24 heures. Cela porte le total de personnes qui essayent d’échapper aux combats, à près de 3,9 millions depuis le début de l’offensive russe, selon le décompte de l’ONU. Le flux de réfugiés s’est cependant nettement ralenti depuis le 22 mars note l’organisation.

12h47 : Une rencontre Poutine-Zelensky n’est pas pour demain

Vladmir Poutine « a dit qu’il ne refuserait jamais une rencontre avec le président Zelensky, mais il faut que cette rencontre soit bien préparée (…) Le conflit au sein de l’Ukraine s’est aggravé pendant toutes ces années, beaucoup de problèmes se sont accumulés », a déclaré Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe. « Donc, se rencontrer et dire "Qu’est-ce que tu penses ? Moi je pense que..." serait juste contre-productif », a-t-il poursuivi.

12h36 : Quand près d’un tiers des habitants quittent leur ville

Selon le maire de Kharkiv, Ihor Terekhov, cité par le journal kyiv Independant, plus de 30 % des habitants de Kharkiv ont maintenant quitté la ville.

12h29 : Zelensky, le livre que vous emporterez sur la plage ?

Deux premières biographies en français du président ukrainien vont bientôt paraître. La première, Volodymyr Zelensky, dans la tête d’un héros, est programmée le 19 mai chez Robert Laffont. Elle est signée de Stéphane Siohan, correspondant à Kiev pour plusieurs médias dont Libération, et Régis Genté, correspondant de RFI à Tbilissi et spécialiste des anciennes républiques soviétiques.

La seconde, Volodymyr Zelensky, l’Ukraine dans le sang, aux éditions du Rocher, est attendue le 1er juin. Elle est signée d’un journaliste de France 24, Gallagher Fenwick.

Par ailleurs, les éditions Grasset publient le 11 mai un recueil de discours du président Zelensky, Pour l’Ukraine, précédé d’une adresse aux Français.

12h09 : Des images de Marioupol

Elles proviennent du régiment Azov.



 

11h40 : Les habitants de Marioupol toujours dans l’enfer

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé un blocus total de cette ville dont l’armée russe tente de s’emparer depuis fin février, et où quelque 100.000 personnes sont toujours coincées. « La population se bat pour survivre. La situation humanitaire est catastrophique », a de son côté affirmé le ministère ukrainien des Affaires étrangères sur son compte Twitter. « Les forces armées russes sont en train de transformer la ville en poussière ». La ville portuaire est assiégée et pilonnée par l’armée russe depuis fin février.

11h21 : « Alarmants »

C’est ainsi que le Kremlin qualifie les commentaires de Joe Biden, qui a traité Vladimir Poutine de « boucher » et jugé qu’il ne pouvait « pas rester au pouvoir ».

11h20 : Les négociations russo-ukrainiennes stagnent toujours

« Pour l’instant, nous ne pouvons pas constater de progrès ou d’avancées significatives quelconques », a affirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Les délégations russe et ukrainienne sont attendues aujourd’hui à Istanbul pour une nouvelle session de discussions.

11h08 : Kiev renonce à tout couloir d’évacuation de civils

« Nos renseignements ont fait état de possibles provocations de la part des occupants sur les itinéraires des couloirs humanitaires. Par conséquent, pour des raisons de sécurité pour les civils, aucun couloir humanitaire ne sera ouvert aujourd’hui », a écrit la vice-première ministre Iryna Verechtchouk sur Telegram.

10h35 : l’Espagne met la main au portefeuille

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a annoncé lundi un plan d'aides directes de six milliards d'euros pour les ménages et les entreprises, dont des subventions sur les carburants, afin de compenser les conséquences économiques de la guerre en Ukraine.

 

10h32 : Pour ne pas perdre le fil des événements

Retrouvez toutes les informations liées à la guerre en Ukraine dans nos live du Week-end :

samedi et  dimanche

10h28 : Les Russes quittent Slavutych

Après avoir pris l’hôpital de la commune et kidnappé le maire de cette ville située au nord de Kiev, les troupes russes se sont finalement retirées, a annoncé le maire (désormais libre) Yuri Fomichev

10h06 : Haie d’honneur pour les pompiers français

Des pompiers français ont traversé l’Europe pour se rendre en Ukraine prêter main-forte et donner des ambulances aux pompiers ukrainiens qui leur ont réservé un bel accueil à leur arrivée.



 

9h42 : Les Russes tenteraient une percée vers Kiev

L’armée ukrainienne assure, selon le journal Kyiv Independent, que les troupes russes tentent actuellement une percée sur Kiev depuis le nord-est et l’ouest en prenant des routes et des villages voisins.

 

9h28 : Heineken annonce son retrait de Russie

« La propriété de Heineken dans l’entreprise en Russie n’est plus durable ni viable dans l’environnement actuel. En conséquence, nous avons décidé de quitter la Russie », a déclaré le deuxième plus gros brasseur mondial qui compte 1800 employés dans le pays.

8h50 : Pour le ministère de la Défense britannique, il n'y a eu « aucun changement significatif » dans les dispositions des forces russes


 

8h15 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré dimanche que son gouvernement étudiait « en profondeur » la question de la «neutralité» de l'Ukraine

Volodymyr Zelensky a déclaré que son gouvernement étudiait la question de la « neutralité » de l'Ukraine, un des points centraux dans les négociations avec la Russie pour arrêter le conflit, qui doivent reprendre en début de semaine. Une des clauses des négociations porte sur « les garanties de sécurité et la neutralité, le statut dénucléarisé de notre Etat », une exigence de Moscou, a-t-il déclaré dans un entretien en ligne à des médias indépendants russes, diffusé sur la chaîne Telegram de l'administration présidentielle ukrainienne. « Ce point des négociations est compréhensible pour moi et il est en discussion, il est étudié en profondeur ».

7h40 : La fin du train Russie-Finlande, rare porte encore ouverte vers l'Europe

Le train Allegro entre dans la gare centrale de la capitale finlandaise, et avec lui s'arrête la dernière ligne ferroviaire encore active entre la Russie et l'UE, un mois après l'invasion de l'Ukraine et les sanctions occidentales contre Moscou.

7h25 : Des négociations entre Kiev et Moscou s'ouvrent en début de semaine à Istanbul

Des négociations entre Kiev et Moscou s'ouvrent en début de semaine à Istanbul, l'Ukraine se disant prête à discuter « en profondeur » de sa neutralité, au moment où la situation humanitaire à Marioupol, dans l'est du pays, est décrite comme « catastrophique ».

7h20 : Les Oscars demandent une minute de silence pour l'Ukraine

Une minute de silence a été demandée en hommage à l'Ukraine, envahie par la Russie, lors de la 94e cérémonie des Oscars à Hollywood dimanche soir.

7h10 : Cette nuit, de nouveaux incendies dans la zone de Tchernobyl, selon l'Ukraine

De nouveaux incendies se sont déclarés dans la zone de la centrale nucléaire de Tchernobyl, occupée par les forces russes, selon les autorités ukrainiennes.

7h : Selon Zelensky, des oligarques russes, dont Abramovitch, ont proposé leur aide à Kiev

Vladimir Poutine. Le président ukrainien a affirmé dimanche que plusieurs hommes d’affaires russes avaient proposé de donner de l’argent pour aider l’Ukraine, notamment pour soutenir son armée.

Bonjour à toutes et à tous !

C'est le 32e jour de la guerre et on vous propose encore de suivre les dernières informations en direct sur 20 Minutes ! Bombardement, discussion diplomatique, bilan chiffré, vous saurez tout de l’invasion de la Russie en Ukraine.