Vente d'armes : Athènes finalise l’achat à la France de trois frégates et de six Rafale

ARMEMENT Sur fond de tensions avec la Turquie voisine, la Grèce avait décidé l’an dernier de renforcer sa capacité militaire

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration avion Rafale
Illustration avion Rafale — Mickaël Bosredon/20 Minutes

La belle affaire. La ministre française des Armées Florence Parly signe ce jeudi à Athènes la vente à la Grèce de trois frégates de défense et d’intervention (FDI) et de six avions de combat Rafale. Ces deux contrats marquent un nouveau renforcement de la coopération militaire entre les deux pays.

Renforcer sa capacité militaire

Sur fond de tensions avec la Turquie voisine, la Grèce avait décidé l’an dernier de renforcer sa capacité militaire en commandant à la France 24 avions de combat Rafale et trois frégates, pour un montant total de plus de 5,5 milliards d’euros.

En présence du PDG de Naval Group, Pierre-Eric Pommellet, la ministre française et son homologue grec Nikos Panagiotopoulos signeront d’abord le contrat portant sur trois frégates. Celles-ci seront construites par Naval Group, à Lorient en Bretagne, pour être livrées à la marine grecque en 2025 et 2026. Une quatrième frégate est en option.

Plus de 3 milliards d’euros

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a également fait le déplacement pour la signature d’un deuxième contrat portant sur la livraison de six Rafale neufs supplémentaires. La vente de 18 de ces avions de combat avait déjà été signée l’an dernier, dont sept d’occasion ont été livrés à la Grèce.

La signature de ces contrats, qui portent à eux seuls sur un montant de plus de trois milliards d’euros, intervient alors que les relations semblent s’apaiser entre la Grèce et la Turquie qui ont promis de coopérer davantage face à la guerre en Ukraine.

Un « partenariat stratégique »

La Grèce et la France avaient commencé à renforcer leur coopération militaire à l’été 2020 pour contrer les tentatives turques d’exploration gazière dans des zones disputées de Méditerranée orientale. En septembre dernier, les deux pays avaient conclu à Paris un « partenariat stratégique » confirmant leur intention de renforcer l’Europe de la défense.