Guerre en Ukraine : L’AIEA « inquiète » pour le personnel de Tchernobyl après des bombardements

LIVE Retrouvez les dernières informations sur la guerre menée par la Russie en Ukraine, qui entre dans sa 5e semaine

X.M., D.R
— 
Image satellite de l'arche de confinement du réacteur #4 de Tchernobyl.
Image satellite de l'arche de confinement du réacteur #4 de Tchernobyl. — MAXAR

L’ESSENTIEL

  • Un mois après le début de la guerre, Volodymyr Zelensky a lancé un appel enflammé aux citoyens du monde entier à manifester contre l’invasion russe
  • Joe Biden est arrivé en Europe. Avant de se rendre vendredi en Pologne, le président américain va participer ce jeudi à Bruxelles à trois sommets : Otan, G7 et Union européenne
  • Sur le terrain, près de 100.000 personnes sont encore piégées dans les ruines de Marioupol. Les bombardements se poursuivent à Kiev, même si, selon le Pentagone, « les Ukrainiens ont réussi à repousser les Russes à 55 km à l’est et au nord-est » de la capitale
  • Plus de 3,6 millions de personnes ont fui l’Ukraine depuis le 24 février, indique l’ONU. Au total, quelque dix millions de personnes, soit un quart environ de la population du pays, ont été forcées de quitter leur foyer

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

3h30 : Ce live est terminé

On fait une très courte pause cette nuit, et notre couverture reprend dès 7 heures. A toute à l'heure.

2h00 : Joe Biden se rendra près de la frontière ukrainienne vendredi

En Pologne, Joe Biden se rendra à Rzeszow vendredi, une ville à environ une heure de la frontière avec l'Ukraine. La Maison Blanche vient d'annoncer son emploi du temps officiel, et cette étape n'était pas connue.



 

0h55 : La Russie surfe sur le complotisme avec les soi-disant « biolabs »

Ce jeudi, un général russe a effectué une présentation sur les fameux « biolabs » ukrainiens. On le rappelle, il existe bien un partenariat entre Washington et de nombreux pays dans le monde pour la gestion de laboratoire de recherche biologique, dans le but de répondre à d’éventuelles pandémies. Mais Moscou, bien aidé par l’extrême droite américaine et la mouvance Qanon, assure que l’Ukraine mène en secret des recherches militaires pour mettre au point des armes biologiques ou chimiques. L’ONU n’a pas été convaincu, Moscou n’a apporté aucune preuve… Mais jeudi, a présenté un Powerpoint assurant que le fils de Joe Biden, Hunter, et le milliardaire George Soros étaient impliqués dans le financement.



 

23h45 : Mystère autour du ministre russe de la Défense

Sergei Shoigu n’avait plus été vu en public depuis le 11 mars, et les spéculations allaient bon train qu’il était malade ou en prison, payant le prix de l’invasion ratée. Jeudi, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a assuré que Shoigu était «très occupé» et avait des choses plus importantes à faire que de tenir des conférences de presse.



Mais dans la foulée, le Kremlin a mis en ligne une courte vidéo d’un conseil de Défense en visioconférence. Fait inhabituel, la vidéo n’a pas de son, et on voit brièvement le ministre dans une petite case en haut à gauche de l’écran, avec un bug visuel. Pour ne rien arranger, il porte la même veste et la même cravate que lors de la vidéo du 11 mars. Si certains spéculent sur un vieux clip incrusté aujourd’hui, rien ne permet de l’affirmer dans l’immédiat. Le mystère continue.

22h55 : L’AIEA « inquiète » de bombardements « mettant en danger » le personnel de Tchernobyl

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a fait part jeudi soir de son « inquiétude » après avoir été informée par les autorités ukrainiennes de bombardements de la ville où vit le personnel du site de Tchernobyl. « L’Ukraine a informé l’AIEA que les troupes russes bombardaient des postes de contrôle ukrainiens » sur la commune de Slavoutitch, « mettant en danger les logements et les familles » des travailleurs de la centrale nucléaire, selon un communiqué de l’instance onusienne basée à Vienne. Son directeur général Rafael Grossi « a exprimé son inquiétude au sujet de ce développement, qui intervient quelques jours seulement après la première rotation » des employés depuis le début de l’invasion. Les forces russes ont pris le contrôle de la centrale le 24 février. Une centaine de techniciens ukrainiens ont alors continué à gérer, pendant près de quatre semaines, sans être relayés, les opérations quotidiennes sur le site de déchets radioactifs.



 

22h05 : Attention à cette image de Bagdad détournée par la Russie

La propagande russe marque sur Twitter l'anniversaire de l'opération de l'Otan en ex-Yougoslavie en réponse aux massacres serbes, le 24 mars 1999. Sauf qie Moscou l'illustre avec une photo de Bagdad de 2003.



 

21h45 : Quatre Russes inculpés aux Etats-Unis pour des cyberattaques dans le secteur de l'énergie

Les Etats-Unis ont inculpé quatre pirates informatiques russes, liés au gouvernement de leur pays, pour des attaques commises entre 2012 et 2018 contre des centaines d'entités du secteur de l'énergie dans le monde. "Les hackeurs liés à l'Etat russe représentent une menace grave et constante sur les infrastructures essentielles des Etats-Unis et du reste du monde", a commenté la ministre adjointe de la Justice, Lisa Monaco, citée dans un communiqué.

20h56 : Un « signal très fort »

L'ONU a « exigé » de la Russie l’arrêt « immédiat » de son « agression » contre l’Ukraine ce jeudi. Au nom de l’Union européenne, l’ambassadeur de France à l’ONU Nicolas de Rivière a aussi vanté un « signal très fort envoyé par cette Assemblée » qui « rappelle l’urgence de mettre un terme à la catastrophe humanitaire » et qui « demande à la Russie de mettre fin sans délai à son agression ».

20h45 : Un chef séparatiste prorusse annonce être arrivé à Marioupol

Le dirigeant de l’une des deux « républiques » séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine a annoncé jeudi être arrivé à Marioupol, ville assiégée depuis des semaines par l’armée russe, pour contrôler la distribution d’aide humanitaire aux civils.

Une vidéo diffusée par le « ministère de l’Information » du bastion séparatiste de Donetsk a montré Denis Pouchiline visitant un centre d’aide humanitaire tenu par l’armée russe et installé dans un hangar, avec des dizaines de civils recevant des produits alimentaires. La véracité de l’enregistrement était impossible à vérifier dans l’immédiat.

20h38 : Combats à Kiev


 

20h28 : Le récap' de la journée

Pour celles et ceux qui n’ont pas lu ce live tout au long de la journée, 20 Minutes fait un récap' chaque jour de la guerre en Ukraine. Celui de ce jeudi est en ligne ici :

 

20h20 : De nombreuses vidéos de Russes pleurant face à la fermeture d’Instagram sont tournées en dérision sur les réseaux sociaux


 

19h52 : Des déchets d'un nouveau genre en Ukraine


 

19h47 : La cheffe de l’opposition biélorusse exhorte les soldats de son pays à ne pas attaquer l’Ukraine

Svetlana Tikhanovskaïa, figure de proue de l’opposition biélorusse, a exhorté jeudi les forces de son pays à ne pas participer à l’invasion de l’Ukraine par la Russie si on le leur demandait et a salué les volontaires qui se battent aux côtés des Ukrainiens.

« Nos soldats biélorusses comprennent que les Ukrainiens sont nos frères et soeurs et nous ne voulons pas nous battre contre eux », a déclaré Svetlana Tikhanovskaïa lors d’une réunion avec la communauté biélorusse à Varsovie. « Nous ne voulons pas devenir ennemis », a-t-elle ajouté.

19h42 : Les forces de la France dans l'Otan


 

19h34 : Plus de Russie au G20 ?

On vous en parlait un peu plus tôt. Le président américain Joe Biden s’est dit jeudi favorable à l’exclusion de la Russie du G20. Toutefois, il a reconnu que cette décision dépendait des membres de cette instance internationale.

« J’ai soulevé cette question aujourd’hui, mais la décision revient au G20. Et si l’Indonésie [présidente du G20] et d’autres pays ne sont pas d’accord, alors nous devrions demander que l’Ukraine puisse assister aux réunions du G20 », le groupe des vingt grandes économies mondiales, a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse à Bruxelles à l’issue d’un sommet de l’Otan et du G7.

19h30 : Ankara et Paris veulent à travailler ensemble sur l’Ukraine

Au cours d’une rencontre avant le sommet de l’Otan, Emmanuel Macron et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont acté leur « volonté » de « travailler ensemble » pour plaider, auprès de Vladimir Poutine, « pour un cessez-le-feu » en Ukraine, a déclaré le président français devant la presse.

Ils ont également décidé de mener « des opérations humanitaires communes », notamment à Marioupol, une ville de l’est de l’Ukraine soumise à un siège et des bombardements dévastateurs depuis des semaines de la part de l’armée russe. Cette rencontre est intervenue alors que Paris et Ankara cherchent depuis plus d’un an à améliorer la relation bilatérale, affectée par une série de contentieux sur la Méditerranée orientale, où un incident a opposé des bâtiments turc et français en juin 2020, la Libye ou la Syrie.

19h25 : Echanges de prisonniers

Russes et Ukrainiens ont procédé jeudi à des échanges de prisonniers, selon la vice-Première ministre ukrainienne et la déléguée russe aux droits humains. « En échange de dix occupants capturés, nous avons récupéré dix de nos militaires », a-t-elle écrit, affirmant qu’il s’agissait du « premier véritable échange de prisonniers de guerre » avec la Russie depuis le début de son offensive en Ukraine.

Par ailleurs, onze marins civils russes, rescapés d’un navire ayant coulé en mer Noire près d’Odessa, ont été envoyés en Russie contre le retour en Ukraine de 19 marins civils capturés par les Russes.

19h22 : Pas de « lignes rouges » officielles en Ukraine

Emmanuel Macron s’est refusé à préciser jeudi si la France et ses alliés de l’Otan avaient défini des « lignes rouges » en Ukraine susceptibles de déclencher une intervention, notamment l’utilisation par la Russie d’armes chimiques, jugeant que « la discrétion est plus efficace ».

« Je serai très prudent sur ce sujet », a-t-il dit lors d’une conférence de presse après un sommet extraordinaire de l’Otan, car « à chaque fois que j’ai eu à définir des lignes rouges, je voulais être parfaitement sûr qu’elles avaient un effet dissuasif et que leur franchissement serait suivi d’effets ».

Dans le cas de l’Ukraine, « je pense que l’ambiguïté stratégique et la discrétion sont plus efficaces », a déclaré le chef de l’Etat.

19h17 : Le ballet du Stanislavski nomme le remplaçant de Laurent Hilaire

Le ballet du Théâtre Stanislavski de Moscou a annoncé jeudi la nomination de son nouveau directeur, un danseur et chorégraphe de 24 ans, après la démission du Français Laurent Hilaire en raison de l’invasion russe de l’Ukraine.

Maxime Sevaguine, soliste et chorégraphe au sein de la troupe, a pris ses fonctions jeudi, selon un communiqué sur le site internet de la troupe.

Le 27 février, Laurent Hilaire, ex-danseur étoile de l’Opéra de Paris, annonçait à l’AFP qu’il démissionnait de son poste de directeur artistique de la compagnie qu’il dirigeait depuis cinq ans « au vu de la situation » liée à l’invasion en Ukraine.

19h13 : La solidarité ne doit pas être « à géométrie variable » pour la CFDT et France Terre d'asile

L’accueil des réfugiés de guerre venus d’Ukraine « ne saurait être à géométrie variable » et doit aussi concerner les étrangers non ukrainiens, plaident le numéro un de la CFDT et la directrice générale de France Terre d'asile, dans une tribune publiée jeudi.

Dans ce texte diffusé sur le site de Libération, Laurent Berger et Delphine Rouilleault saluent le choix « indiscutable et courageux » de l’Union européenne d’activer « pour la première fois de son histoire la directive sur la protection temporaire qui permet d’apporter aux réfugiés de guerre un cadre harmonisé et protecteur ». Mais, ajoutent-ils, « cette solidarité ne saurait être à géométrie variable ».

19h02 : Payer en rouble, « une claire violation des contrats » pour la Belgique et l’Italie

« Si on change les éléments d’un contrat, alors tout se négocie, alors le prix se renégocie aussi ! (…) Je ne pense pas que ce soit [pour la Russie] une manière de contourner [les sanctions] mais, s’ils veulent changer les termes du contrat, alors plein d’éléments pourront être discutés », a déclaré le Premier ministre belge Alexander De Croo.

« Nous considérons que c’est une claire violation des contrats existants », a abondé le chef du gouvernement italien Mario Draghi, sans détailler comment réagira son pays, extrêmement dépendant des hydrocarbures russes.

18h59 : Eurojust va coordonner le recueil de preuves d’éventuels crimes de guerre

L’agence européenne pour la coopération judiciaire Eurojust a annoncé jeudi la mise en place d’une équipe d’enquêteurs chargée de recueillir des preuves d’éventuels crimes de guerre et crimes contre l’humanité en Ukraine. Eurojust a accueilli jeudi plusieurs ministres européens de la Justice, dont le Français Eric Dupond-Moretti, pour discuter du rôle de l’agence, basée à La Haye, aux Pays-Bas.

Eurojust servira de passerelle entre les enquêtes des États membres de l’UE et l’enquête indépendante et impartiale de la CPI.

18h53 : Biden promet une « réponse » de l’Otan si la Russie utilise des armes chimiques

Le président américain Joe Biden a promis jeudi une « réponse » de l’Otan en cas d’utilisation d’armes chimiques par le président russe Vladimir Poutine dans la guerre en Ukraine.

« Nous répondrons s’il y a recours. La nature de la réponse dépendra de la nature de cette utilisation », a déclaré Joe Biden à l’issue d’un sommet de l’Otan et d’un G7 à Bruxelles.

18h51 : Biden exprime « l’espoir » que la Chine n’aide pas la Russie

Le président américain Joe Biden a exprimé jeudi « l’espoir » que la Chine n’aide pas la Russie à amortir l’impact des sanctions occidentales, estimant que l’avenir économique du géant asiatique « était davantage lié à l’Occident » qu’à son voisin russe.

« Je pense que la Chine comprend que son avenir économique dépendra bien davantage de ses relations avec l’Occident qu’avec la Russie. Et j’ai bon espoir qu’elle ne va pas s’engager » pour aider Moscou à atténuer les sanctions imposées après l’invasion de l’Ukraine, a indiqué M. Biden en marge de plusieurs sommets à Bruxelles.

18h47 : Biden favorable à l’exclusion de la Russie du G20
18h46 : « Monter en puissance » pour accueillir les réfugiés

Le Premier ministre Jean Castex a insisté jeudi lors d’une visite à Nice d’un centre d’accueil de réfugiés ukrainiens sur la nécessité de se « préparer à monter en puissance dans l’hébergement » de ces personnes.

« Compte tenu de la situation, ce mouvement est appelé à s’installer dans la durée. Nous sommes dans le devoir d’anticiper », a indiqué Jean Castex. Il est selon lui « très vraisemblable que nous allons avoir affaire à une augmentation très significative du nombre de réfugiés que nous aurons dans la durée ».

18h44 : Renault a fait « un choix cohérent » en Russie, selon Macron

Emmanuel Macron a estimé jeudi à Bruxelles que Renault avait fait « un choix cohérent » en décidant de suspendre ses activités en Russie à cause de la guerre en Ukraine.

« Renault a fait un choix, je le respecte » et « l’État français, en tant qu’actionnaire, ne s’est pas opposé à ce choix », a déclaré le président français devant la presse à l’issue des sommets de l’Otan et du G7. Ce choix est « cohérent » avec la stratégie du groupe, selon lui.

18h38 : L’Otan n’a « jamais été aussi unie », affirme Biden

Le président russe Vladimir Poutine « misait sur une division de l’Otan » en déclenchant l’invasion de l’Ukraine, mais l’Alliance atlantique n’a « jamais été plus unie qu’aujourd’hui », a affirmé jeudi à Bruxelles le président américain Joe Biden.

Vladimir Poutine « ne pensait pas que nous puissions maintenir cette cohésion. L’Otan n’a jamais, jamais été plus unie qu’elle ne l’est aujourd’hui. Poutine obtient exactement le contraire de ce qu’il voulait en envahissant l’Ukraine », a déclaré Joe Biden à l’issue d’un sommet de l’Otan et d’un G7 à Bruxelles.

18h31 : La Bourse de Paris recule (encore)

La Bourse de Paris a terminé en baisse de 0,39 % jeudi, tiraillée entre les incertitudes géopolitiques sur la guerre en Ukraine et les données économiques qui ont surpris positivement. L’indice vedette CAC 40 a reculé de 25,66 points à 6.555,77 points. La veille, il avait reculé de 1,17 %.

18h29 : Londres veut augmenter « l’aide létale » à l’Ukraine

Boris Johnson a déclaré que le Royaume-Uni et ses alliés « intensifieraient l’aide létale à l’Ukraine » lors d’une conférence de presse à Bruxelles. S’adressant aux journalistes après une réunion des dirigeants du G7, il a déclaré qu’il avait rarement vu des nations plus unies ces dernières années qu’elles le sont maintenant. L’invasion « barbare » de l’Ukraine par Vladimir Poutine a galvanisé la communauté internationale dans une action collective d’après lui.

18h21 : La poste suédoise Postnord suspend lettres et colis vers et depuis la Russie

Le groupe postal Postnord a annoncé jeudi la suspension en Suède de son trafic postal de lettres et de colis avec la Russie, seul moyen selon elle de respecter les sanctions européennes prises du fait de l’invasion russe de l’Ukraine.

Cette décision de l’ex-opérateur historique vaut également pour le courrier et les colis à destination ou en provenance de la Biélorussie, indique Postnord dans un communiqué.

18h17 : Un hibou sauvé des flammes par les pompiers ukrainiens près de la frontière slovaque


 

18h12 : Le Canada va augmenter ses exportations de pétrole

Le Canada a annoncé jeudi une augmentation de ses exportations de pétrole pour répondre « aux demandes d’aide » de ses « alliés, aux prises avec des pénuries » en raison du conflit en Ukraine.

En 2022, « l’industrie canadienne a la capacité d’augmenter progressivement ses exportations de pétrole et de gaz d’environ 300.000 barils par jour (200.000 barils de pétrole et 100.000 barils d’équivalent pétrole par jour de gaz naturel), afin de remplacer le pétrole et le gaz russes », a indiqué Jonathan Wilkinson, ministre canadien des Ressources naturelles, dans un communiqué.

18h08 : La Belgique alloue 1 milliard d’euros supplémentaire à la Défense

Le gouvernement belge a annoncé jeudi une nouvelle allocation d’un milliard d’euros pour la Défense afin de soutenir le dispositif de l’Otan, qui se renforce sur son flanc est après l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes.

Il s’agit d'« augmenter à court terme le niveau de préparation et de réactivité de la Défense dans le contexte du conflit en cours en Ukraine », a déclaré la ministre de la Défense Ludivine Dedonder lors d’une conférence de presse en marge d’un sommet de l’Otan à Bruxelles.

Cette nouvelle enveloppe, prévue sur la période 2022-2024, double l’effort prévu sur la législature en cours. Elle s’ajoute à « une croissance déjà obtenue d’un milliard d’euros » depuis l’entrée en fonction du gouvernement actuel en octobre 2020, a précisé la ministre.

18h05 : A Prague, des programmes radio en ukrainien

Une nouvelle station de radio basée à Prague a commencé cette semaine à émettre des programmes en ukrainien à destination des Ukrainiens réfugiés en République tchèque.

La Chaîne, Radio Ukrajina, gérée par la société Media Bohemia qui possède plusieurs stations de radio, diffuse des informations, des conseils pour les réfugiés, de la musique et des histoires pour enfants, ainsi que des programmes transmis par les églises ukrainiennes. Elle émet, depuis ses bureaux dans un immeuble du centre de Prague, via une application et sur internet.

17h58 : Les forces tchétchènes assurent avoir pris la mairie de Marioupol

« Les gars rapportent par radio qu’ils ont libéré le bâtiment de l’administration de Marioupol et qu’ils y ont hissé notre drapeau », a déclaré le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, sur Telegram, assurant que les forces ukrainiennes avaient « abandonné leurs positions ».

17h48 : La guerre en Ukraine se joue aussi sur Twitter

 

17h41 : Pas de souci avec les Russes

Le G7 dit n’avoir « aucun grief » contre le peuple russe.

17h35 : Poutine et ses soutiens devront « rendre des comptes », assure le G7

« Dans ce but, nous continuerons à travailler ensemble, avec nos alliés et partenaires du monde entier », ont assuré ces pays dans une déclaration commune.

17h31 : Le G7 « met en garde » contre toute utilisation d’armes chimiques

Le G7 prêt à adopter des « sanctions supplémentaires si nécessaire »

17h30 : Macron propose un plan d’urgence pour la sécurité alimentaire

La mesure vise à répondre aux risques de « famine inéluctable » que pourrait provoquer la guerre en Ukraine d'ici 12 à 18 mois dans de nombreux pays.

16h48 : Le risque d’utilisation d’armes chimiques est « bien réel » selon Zelensky
16h40 : L’ONU « exige » la cessation « immédiate » de la guerre en Ukraine

L'Assemblée générale de l'ONU regroupant 193 Etats a adopté à une écrasante majorité de 140 voix une nouvelle résolution qui «exige» de la Russie un arrêt «immédiat» de la guerre en Ukraine.

16h30 : Une vidéo du navire russe touché par les forces ukrainiennes dans le port de Berdiansk


 

16h20 : Le mandat de Stoltenberg à la tête de l’Otan prolongé d’un an

Le Norvégien Jens Stoltenberg restera à la tête de l'Alliance jusqu'au 30 septembre 2023 en raison de la guerre en Ukraine.

16h18 : Pas d’armée, mais des prières pour l’Ukraine

Le pape François a appelé les évêques, les prêtres et les fidèles catholiques du monde à prier vendredi pour la paix en Ukraine.

A Paris, une messe pour la paix en Ukraine aura lieu à 18h30 à la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre. D’autres temps de prières sont programmés en régions, comme à Bayeux (Calvados) en la cathédrale Notre-Dame, à Marseille, en la cathédrale de La Major, à Rennes en la cathédrale Saint-Pierre.

A 17 heures, le pape François présidera une célébration à la basilique Saint-Pierre de Rome, lors de laquelle il doit « consacrer » (confier) l’Ukraine et la Russie à la Vierge Marie.

15h41 : Des dizaines de personnes fuient les combats autour de Kiev

D’intenses échanges d’artillerie lourde auraient été entendus depuis la banlieue d’Irpin, au nord-ouest de la capitale. Des maisons et un dépôt ont pris feu, contraignant des habitants à quitter cette banlieue où ils avaient pu jusqu’à présent continuer de vivre malgré la proximité des combats.

14h43 : L’Otan équipe ses forces contre une possible attaque nucléaire, chimique ou biologique

Les Alliés sont « préoccupés » par la possibilité de l’utilisation de telles armes en Ukraine après l’invasion russe et « sont convenus de fournir des équipements pour aider l’Ukraine à se protéger contre les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires », a expliqué le Norvégien Jens Stoltenberg à l’issue d’un sommet extraordinaire des dirigeants de l’Alliance.

14h43 : La pièce du metteur en scène russe Serebrennikov ouvrira le festival d’Avignon

« La programmation de cette pièce a été décidée il y a deux ans, bien avant l’invasion russe de l’Ukraine », a expliqué le directeur du festival Olivier Py. « On ne sait pas pour l’heure s’il va être présent à Avignon. On le souhaite bien sûr ardemment », a ajouté le directeur alors que le metteur en scène et réalisateur russe a toujours interdiction de quitter Moscou.

14h33 : Le G7 appelle à revoir la place de la Russie dans les organisations internationales
14h30 : La Bulgarie rappelle son ambassadeur à Moscou

« Chaque diplomate sait ce que cela signifie en termes diplomatiques. (…) Généralement, l’autre pays doit faire de même », a déclaré le Premier ministre bulgare Kiril Petkov.

Cette décision survient après une série de vifs échanges entre Kiril Petkov et l’ambassadrice russe Eleonora Mitrofanova qui avait affirmé lundi que « le peuple bulgare ne soutenait pas la rhétorique et les actions de son gouvernement concernant l’opération spéciale en Ukraine ».

14h28 : Six civils tués, 15 blessés dans un bombardement à Kharkiv

Les frappes ont touché un bureau de poste près duquel des habitants locaux recevaient de l’aide humanitaire.

14h27 : Pas d’or pour les Russes

Les Occidentaux veulent empêcher la Russie d’utiliser ses réserves d’or en sanctionnant toute transaction impliquant les réserves d'or de la Russie, pour éviter que Moscou ne contourne ainsi les mesures d'isolement financières prises par les Occidentaux, a annoncé la Maison Blanche dans un communiqué.

14h25 : Washington sanctionne 328 élus de la Douma et 48 entreprises de défense

Ces mesures impliquent en particulier un gel des avoirs aux Etats-Unis.

14h16 : Washington met la main au portefeuille

Le gouvernement américain a promis plus d’un milliard de dollars d’aide humanitaire supplémentaire.

13h59 : La Finlande va envoyer de l’aide militaire supplémentaire à l’Ukraine

La Finlande va envoyer du matériel militaire supplémentaire à l’Ukraine, a annoncé jeudi le pays nordique, trois semaines après une première cargaison d’armes.

Pour des « raisons de sécurité », le détail de cette nouvelle livraison ne sera pas rendu public, a expliqué à l’AFP Miikka Pynnonen, un conseiller du ministère de la Défense.

Le 28 février, la Finlande avait annoncé l’envoi de 1.500 armes antichar, de 2.500 fusils d’assaut et de munitions pour soutenir l’Ukraine face à l’invasion russe, rompant avec sa doctrine de ne pas livrer d’armes à des zones de guerre.

13h53 : Le Kremlin balaye les interrogations sur l’absence publique du ministre de la Défense

Le Kremlin a indiqué jeudi que le ministre russe de la Défense avait informé le président Vladimir Poutine de l’évolution du conflit en Ukraine, balayant les interrogations suscitées par l’absence d’apparitions publiques de Sergueï Choïgou depuis deux semaines.

Lors d’une réunion du conseil de sécurité russe, « Choïgou a fait son rapport sur le déroulement de l’opération militaire spéciale », a déclaré aux agences russes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Précédemment, ce dernier avait dans un briefing avec la presse rejeté des spéculations de médias sur l’état de santé du ministre, qui n’a pas fait d’apparition publique depuis environ deux semaines. « Le ministre de la Défense a beaucoup à faire actuellement (…) ce n’est pas vraiment le moment de faire dans l’activité médiatique », a-t-il dit.

13h45 : La Pologne refuse de payer en roubles le gaz russe

Le groupe gazier polonais PGNiG a annoncé jeudi qu’il continuerait à régler ses achats de gaz russe conformément au contrat en cours et refuserait les paiements en roubles réclamés par Moscou.

L’Allemagne – pour qui un tel changement représente une « rupture de contrat » – et l’Autriche ont déjà rejeté cette demande formulée mercredi par le président russe Vladimir Poutine.

« Le contrat, dont je ne peux révéler les détails, fixe le mode de paiement. Il n’est pas prévu qu’une partie puisse le modifier selon son bon vouloir », a déclaré le président du groupe polonais Pawel Majewski.

13h40 : Moscou accuse Varsovie d’une « escalade dangereuse dans la région »

La Russie a accusé jeudi la Pologne d’une « escalade dangereuse dans la région », après l’expulsion par Varsovie de 45 diplomates russes accusés d’espionnage.

« Varsovie a procédé à une escalade dangereuse dans la région, guidée non pas par ses intérêts nationaux, mais par les principes de l’Otan fondés sur une russophobie ouverte élevée au rang de politique officielle », a dénoncé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, promettant une réponse « qui fera réfléchir les provocateurs polonais ».

13h34 : L’économie française pourrait se dégrader

L’économie française a jusqu’ici plutôt bien résisté aux conséquences économiques de la guerre en Ukraine mais la situation pourrait rapidement se dégrader car une forte inflation finira par peser sur la demande, estiment des économistes jeudi.

Selon deux indicateurs qui mesurent la confiance des entreprises, le conflit a pour l’instant surtout affecté l’industrie, avec des chaînes d’approvisionnement perturbées, tandis que les services et encore davantage le bâtiment, moins exposés à l’international, ont continué en mars à bénéficier de la reprise de l’activité avec la sortie de la pandémie.

D’une manière générale, le climat des affaires s’est nettement détérioré par rapport à février, tout en restant encore à des niveaux historiquement élevés.

13h29 : Les Etats-Unis prêts à accueillir jusqu’à 100.000 réfugiés

Les États-Unis prévoient d’accueillir jusqu’à 100.000 Ukrainiens fuyant l’invasion russe, d’après l'agence de presse Reuters.

13h17 : « Le dirigeant anti-russe le plus actif »

Dans son combat affiché « la haine anti-russe », Moscou a les yeux tournés vers le Royaume-Uni. Le Premier ministre britannique Boris Johnson est « le dirigeant anti-russe le plus actif », a estimé le porte-parole du Kremlin, rapporte l’agence de presse russe Ria ce jeudi, reprise par nos confrères du Guardian. D’après Dmitri Peskov, « cela conduira à une impasse en termes de politiques étrangères ».

13h08 : Londres envoie 6.000 missiles supplémentaires

« Le Royaume-Uni fournira 6.000 missiles supplémentaires à l’Ukraine, en plus des 4.000 missiles NLAW et Javelin déjà fournis », annonce le Premier ministre britannique Boris Johnson. Londres ajoute aussi 25 millions de livres pour soutenir l’armée ukrainienne, qui vient s’ajouter aux « 400 millions de livres que nous avons engagés dans l’aide humanitaire et économique », souligne le dirigeant.



 

12h55 : YouTube dans le viseur russe

Le service vidéo américain YouTube est accusé de « censure » et des appels à des mesures punitives à son égard se multiplient dans le pays qui a déjà bloqué plusieurs médias étrangers ces dernières semaines.

 

12h53 : La Chine appelée à prendre « ses responsabilités »

Lors du sommet de l’Otan à Bruxelles, « beaucoup » de dirigeants ont estimé que « la Chine (devait) prendre ses responsabilités dans la communauté internationale » et qu’il fallait « continuer à demander à la Chine de ne pas soutenir la Russie dans son agression », a indiqué une haute responsable américaine.

12h50 : Livraison de missiles anti-navire en perspective

Les Etats-Unis « ont entamé des consultations (avec leurs alliés) pour fournir des missiles anti-navire à l’Ukraine », a indiqué une haute responsable américaine, soulignant toutefois que ce scénario présentait des « défis techniques ».

12h30 : Le président de la Croix-Rouge à Moscou pour parler de la protection des civils ukrainiens

« Nous avons bien sûr discuté du droit international humanitaire, de la convention de Genève, concernant la conduite des hostilités » et du fait « que les civils doivent être protégés », a dit Peter Maurer lors d’une conférence de presse avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, alors que Moscou dément systématiquement être responsable de pertes de civils en Ukraine.

12h22 : La Suède « en danger »

« Si l’Ukraine ne résistait et ne se défendait pas (…) cela signifierait que tous les voisins de la Russie seraient en danger à partir de maintenant », a affirmé le dirigeant ukrainien dans un discours par visioconférence devant le Parlement suédois. « Cela signifierait que vous êtes en danger, car seule la mer vous sépare de cette politique agressive » de la Russie, a-t-il mis en garde.

12 heures : Zelensky accuse la Russie d’utiliser des « bombes au phosphore »

« Ce matin (…) il y a eu des bombes russes au phosphore. Des adultes ont été tués et des enfants ont été tués à nouveau », a affirmé le président Ukrainien.

11h50 : Zelensky veut « une aide militaire sans restriction »

« Pour sauver les gens et nos villes, l’Ukraine a besoin d’une assistance militaire sans restriction. De même que la Russie utilise, sans restriction, tout son arsenal contre nous », a déclaré le président ukrainien dans un message vidéo publié sur son compte Telegram, à l’attention des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Otan.

11h39 : Pénurie de main-d’œuvre ukrainienne en Pologne

Plus de 300.000 Ukrainiens bénéficiaient d’un permis de séjour en Pologne avant l’invasion russe, selon les données officielles, mais leur nombre réel était estimé à environ 1,5 million. Depuis le début de la guerre, le secteur du bâtiment est particulièrement touché par le manque de main-d’œuvre ukrainienne. « Des citoyens ukrainiens, des hommes, ont abandonné leur lieu de travail en Pologne et sont repartis défendre leur patrie », a indiqué à la radio Jedynka la ministre polonaise de la Famille et des Affaires sociales Marlena Malag.

11h32 : Berlin remet en cause sa politique sur le charbon

Le gouvernement allemand a annoncé qu’il envisageait de « suspendre » la fermeture de certaines centrales à charbon. Mais « nous maintenons l’objectif d’une sortie du charbon, idéalement d’ici 2030 », indique un accord signé entre les partis de la coalition d’Olaf Scholz.

11h22 : Des images de Marioupol


 

10h33 : Les sanctions tombent encore et toujours à Londres

Le Royaume-Uni a pris une nouvelle série de sanctions contre 59 entreprises et personnalités russes. Sont visées des entreprises comme le géant russe des diamants Alrosa ou le groupe privé de services militaires Wagner, ou encore le fondateur de Tinkoff Bank Oleg Tinkov, l’influent patron de la première banque russe Sberbank, Guerman Gref, ainsi que Polina Kovaleva, fille de la maîtresse supposée du ministre des Affaires étrangères Sergeï Lavrov.

De son côté, le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé à accroître encore « la pression » sur le gouvernement du président russe Vladimir Poutine, en empêchant notamment la Russie d’utiliser ses importantes réserves d’or.

10 heures : Ça y est, plus de la moitié des enfants ukrainiens ont été déplacés

« Un mois de guerre en Ukraine a entraîné le déplacement de 4,3 millions d’enfants – plus de la moitié de la population enfantine du pays, estimée à 7,5 millions », a détaillé l’Unicef.

9h40 : Auchan et Leroy Merlin doivent-ils quitter la Russie ?

Pour le président LR des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, les enseignes de l’association Mulliez devraient y réfléchir à deux fois avant de quitter le pays comme le demande le président Ukrainien. « Si demain ces groupes de la région et tous les groupes français qui sont là-bas cessent leurs activités, qu’est-ce qui se passe ? Ils vont être expropriés et c’est des groupes soit russes, soit internationaux qui vont prendre leur place », a-t-il poursuivi, dans la ligne de l’argument avancé la veille par Adeo, la holding de Leroy Merlin.

 

9h29 : Touché coulé

La marine ukrainienne a affirmé avoir détruit un navire de transport de troupes et de matériel russes ancré dans le port de Berdiansk, ville proche de Marioupol sur la mer d’Azov. Selon la chaîne de télévision Zvezda du ministère russe de la Défense, ce navire appartenant à la Flotte de la mer Noire était le premier navire russe de guerre russe à arriver à Berdiansk, le 21 mars.

 

9h13 : Mobilisation collective pour loger les réfugiés ukrainiens en France

« Au moins 100.000 places » : devant l’objectif fixé par Jean Castex pour accueillir les réfugiés ukrainiens, les associations, bailleurs sociaux et services de l’Etat se lancent dans un effort considérable pour leur trouver des logements.

8h49 : Au moins 4 morts et 6 blessés dans un bombardement près de Lougansk, selon les autorités locales

Au moins quatre personnes sont mortes, dont deux enfants, et six autres ont été blessées dans des frappes russes sur la localité de Roubijné, près de Lougansk, dans l'Est de l'Ukraine, a indiqué jeudi le gouverneur de la région, Serguiï Gaïdaï.

8h37 : Reprise partielle du marché des actions à Moscou, après un mois de fermeture

Le marché des actions a repris partiellement jeudi à la Bourse de Moscou après un mois d'interruption, une réouverture très contrôlée après l'imposition de sanctions sans précédent par les Occidentaux pour l'intervention russe en Ukraine.

Lors de cette reprise partielle des cotations, avec seulement une trentaine d'actions disponibles, l'indice Moex, libellé en roubles, a pris 10%, tandis que l'indice RTS, libellé en dollars, a perdu 4%.

8h17 : Vladimir Poutine a commis une « grosse erreur », selon Stoltenberg

Le président russe Vladimir Poutine a commis une « grosse erreur » avec l'invasion de l'Ukraine dont il a «sous-estimé» la résistance, a affirmé jeudi Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan, avant l'ouverture d'un sommet extraordinaire de l'Alliance.

« Le président (ukrainien) Zelensky va s'adresser aux dirigeants de l'Alliance et ils vont examiner leur soutien pour aider l'Ukraine à exercer son droit à l'autodéfense », a expliqué M. Stoltenberg. L'Otan va également discuter de la nécessité de « réinitialiser ses défenses sur son flanc oriental », -t-il ajouté.

7h53 : Les Finlandais et les Suédois s'aguerrissent aux côtés de l'Otan

Si le partenariat n'est pas chose nouvelle, la guerre en Ukraine déclenchée par la Russie pousse la Finlande et la Suède, deux nations militairement non alignées, à se rapprocher encore davantage de l'Alliance atlantique.

7h30 : Parler ou non de l'Ukraine, et comment? Les Oscars dans l'indécision

Faut-il parler de l'invasion de l'Ukraine par la Russie ? Et si oui, comment ? La cérémonie des Oscars se déroule dimanche soir et Hollywood ne sait toujours pas très bien sur quel pied danser.

6h54 : Le Recap'

Si vous souhaitez faire un point sur les informations de mercredi sur le conflit, rien de plus simple : il vous suffit de lire (ou relire) notre recap' quotidien.

 

6h05 : Une journaliste russe tuée dans un bombardement à Kiev

Une journaliste russe a été tuée mercredi dans un bombardement sur un quartier nord-ouest de Kiev. Oksana Baulina a péri dans l'explosion d'une roquette pendant qu'elle filmait les dommages causés par une précédente frappe sur un centre commercial de l'arrondissement de Podil, selon un communiqué de son média en ligne The Insider. Un autre civil a été tué et deux personnes qui accompagnaient la journaliste ont été blessées.

5h38 : Leroy Merlin compte rester en Russie

Adeo, la holding de Leroy Merlin à qui Volodymyr Zelensky a demandé mercredi, parmi d’autres entreprises, de quitter la Russie, a répondu qu’une fermeture serait considérée comme une « faillite préméditée », « ouvrant la voie à une expropriation qui renforcerait les moyens financiers de la Russie ».

Le groupe assure en revanche avoir « décidé au début du conflit de suspendre les nouveaux investissements » en Russie, où le groupe déclare compter 45.000 collaborateurs pour une grosse centaine de magasins.

5h06 : Les Etats-Unis ont constaté des « crimes de guerre »

Le gouvernement américain « a établi que les membres des forces russes ont commis en Ukraine des crimes de guerre » dont les responsables seront poursuivis par la justice, a affirmé mercredi le secrétaire d’Etat Antony Blinken.

Les Etats-Unis se basent sur « un examen minutieux des informations disponibles issues de sources publiques et du renseignement ». « Nous avons vu de nombreux rapports crédibles d’attaques sans distinction et d’attaques visant délibérément des civils, ainsi que d’autres atrocités », a ajouté le chef de la diplomatie américaine.

4h34 : L’Australie ne veut pas de Poutine au G20

La polémique enfle autour de l’invitation faite à Vladimir Poutine de prendre part au sommet du G20, qui doit se tenir en novembre à Bali. « L’idée de s’asseoir autour d’une table avec Vladimir Poutine… à mes yeux, va trop loin » vient de déclarer le Premier ministre australien Scott Morrison.
Mercredi, l’ambassadrice russe en Indonésie a affirmé que le président « a jusqu’à présent l’intention » de venir à ce sommet qui doit notamment réunir la Chine, les Etats-Unis, le Japon et des pays européens.
La Chine s’est prononcée contre une exclusion de la Russie, indiquant que c’est un « membre important » du G20 et qu’aucun n’a le droit d’expulser un autre pays. De son côté, Washington a évoqué la possibilité d’exclure Moscou de certaines organisations internationales, dont le G20.

4h24 : Joe Biden est en Europe

Joe Biden est arrivé mercredi soir à Bruxelles. Dans la capitale belge, le président américain va participer ce jeudi à trois sommets : Otan, G7 et Union européenne. Selon la Maison-Blanche, l’objectif est de consolider l’arsenal de sanctions déjà prises, pour éviter les tentatives de contournement de Moscou, et de renforcer dans la durée le positionnement de l’Otan en Europe de l’Est.

Bonjour à toutes et à tous ! Bienvenue dans ce nouveau live de la rédaction de « 20 Minutes », mobilisée 24h/24. C’était il y a un mois jour pour jour : Vladimir Poutine annonçait une « opération militaire spéciale » en Ukraine. Au 29e jour de l’invasion russe, Joe Biden est en Europe pour participer aux sommets de l’Otan, du G7 et de l’Union européenne à Bruxelles. Sur le terrain, les contre-offensives ukrainiennes ont permis de repousser l’armée russe d’une trentaine de kilomètres à l’est de Kiev. Volodymyr Zelensky, lui, a appelé à des manifestations dans le monde entier pour dénoncer la guerre.