Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky ovationné à l’Assemblée, l’armée russe marquerait le pas

RECAP' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

M.F avec AFP
Volodymyr Zelensky s'adresse aux Parlementaires
Volodymyr Zelensky s'adresse aux Parlementaires — Emmanuel DUNAND / AFP
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur l’invasion qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce mercredi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est exprimé devant les parlementaires français.

Vous avez raté les derniers événements de la guerre en Ukraine ? 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19 h 30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est adressé aux parlementaires français lors d’un discours en visioconférence retransmis à l’Assemblée nationale. Après avoir demandé d’observer une minute de silence pour les « milliers d’Ukrainiennes et Ukrainiens » morts dans ce conflit, le chef d’Etat a assuré que l’armée russe détruisait tout, comparant les destructions d’université, d’hôpitaux aux ruines de Verdun.

Volodymyr Zelensky a appelé à « agir ensemble » pour forcer la Russie à « chercher la paix » et « mettre fin à cette guerre contre la liberté, contre l’égalité, contre la fraternité ». Le président a appelé les entreprises françaises à « cesser d’être les sponsors de la machine de guerre de la Russie ». Un discours ovationné par les parlementaires.

La phrase

« L’Otan ne sera pas partie à la guerre »

Devant le Bundestag ce mercredi, le chancelier allemand Olaf Scholz a réaffirmé que l’Otan ne participerait pas directement au conflit.

Le chiffre

100.000 personnes sont toujours bloquées dans « l’enfer glacial » de Marioupol en état de siège total, « dans des conditions inhumaines (…) sans nourriture, sans eau, sans médicaments, sous des bombardements constants », a alerté Volodymyr Zelensky.

La tendance du jour

Il semblerait que l’offensive russe ne se passe pas aussi bien que le prétend Vladimir Poutine. A Kiev, l’armée russe est bloquée au nord-ouest et à l’est de la capitale ukrainienne. Elle a même dû reculer ces derniers jours sur plusieurs de ces fronts, a affirmé mercredi le maire, Vitali Klitschko. Même si Washington ne peut pas confirmer que l’Ukraine a repris la banlieue ouest de Kiev (Makariv), il y a des « signes » de contre-offensives ukrainiennes, notamment dans le sud du pays.

L’historien militaire et ancien colonel de troupe Michel Goya confirme et fait état d’un « ralentissement très net des opérations terrestres russes » au profit d’une « campagne de frappes qui prend de l’ampleur ». D’autre part, jusqu’à 40.000 soldats russes auraient été tués, blessés, faits prisonniers ou portés disparus en Ukraine, d’après l’Otan, rapportent nos confrères du Wall Street Journal. La Russie a commencé son invasion avec environ 190.000 soldats. Moscou a peu de réserves du côté des groupes tactiques de bataillon (infanterie et blindés), avec 75 % des effectifs russes disponibles envoyés en Ukraine.