Guerre en Ukraine : Pénurie de sucre, Netflix coupé… Les Russes ressentent les sanctions occidentales

CONSOMMATION Les effets se font sentir sur certaines denrées, mais aussi sur les voyages, les paiements et l’accès aux réseaux sociaux

M.F avec AFP
— 
Vente totale dans le supermarché finlandais Prisma après la décision de l'entreprise de quitter la Russie.
Vente totale dans le supermarché finlandais Prisma après la décision de l'entreprise de quitter la Russie. — Kommersant/SIPA

En Russie, les premiers effets concrets des sanctions occidentales se font sentir dans le quotidien de la population. Quatre semaines après le début de l’offensive en Ukraine, des scènes de lutte pour le sucre dans les supermarchés ont ainsi fait le tour des réseaux sociaux. Une partie de la population cherche à faire des provisions de ce produit dont le prix a explosé, car il est couramment utilisé pour conserver certains aliments, tout comme les graines de sarrasin, souvent cuisinées en bouillie, la fameuse « gretchka » populaire en temps de crise.

Autre produit basique dont le prix a explosé et qui a disparu de certains rayonnages : le papier de bureau. Dans les médias locaux, des images d’étagères vides se multiplient, et les prix rapportés pour cet incontournable ont doublé, triplé, voire beaucoup plus lors de reventes sur Internet. Certaines productions ont été suspendues en raison d’une pénurie de chlorate de sodium, produit utilisé pour blanchir le papier et importé en grande majorité.

Fini les voyages et Netflix

Pour la classe moyenne habituée aux voyages en Europe, les vacances dans ces destinations sont inimaginables, en raison de la fermeture des espaces aériens occidentaux aux avions russe, mais aussi de la part des assureurs ou encore des constructeurs qui ont suspendu la livraison de pièces détachées. Depuis la Russie, les vols internationaux se comptent désormais sur les doigts d’une main.

Avec la suspension des opérations de Visa et Mastercard pour les comptes russes, les Russes en vacances à l’étranger, mais aussi ceux ayant fui les répressions à domicile, se sont retrouvés coupés de leur argent. ApplePay a lui aussi cessé de fonctionner en Russie. Conséquence immédiate, les Russes ne peuvent plus acheter d’applications payantes, de jeux ou autres biens numériques. Cette mesure empêche aussi d’avoir accès à des services tels que Netflix, qui a suspendu ses activités en Russie, les paiements ne passant plus.

Rideau de fer sur les réseaux sociaux

La Russie a bloqué Facebook sur son territoire, en représailles à la décision du groupe californien d’interdire des médias proches du pouvoir (dont la chaîne RT et le site Sputnik) en Europe. L’accès à Twitter est lui très fortement restreint en Russie pour des raisons similaires.

Pareil pour Instagram, réseau social adoré des Russes, férus de selfies et de sessions photos en tout genre, mais aussi une plateforme vitale pour les PME, qui s’en servaient souvent comme de leur unique page Internet. Meta, la maison mère d’Instagram et de Facebook a, elle, été classée organisation extrémiste.