Grippe A (H1N1): Le laboratoire Roche tente de rassurer sur l'efficacité du Tamiflu

SANTE L'OMS avait fait part mardi de ses craintes de résistances du virus au traitement...

Julien Ménielle
— 
Une boîte de Tamiflu, le 30 avril 2009 en Indonésie.
Une boîte de Tamiflu, le 30 avril 2009 en Indonésie. — REUTERS/Dwi Oblo

Alors que la liste des pays touchés par l'épidémie continue de s'allonger, avec les premiers cas confirmés à Cuba, en Finlande et en Thaïlande, l'OMS a agité mardi une nouvelle menace: le virus de la grippe A (H1N1) pourrait être résistant au Tamiflu. L'antiviral était pourtant jusqu'à présent recommandé par l'organisation, mais celle-ci s'inquiète à présent des «signes de résistance» à cette molécule de la grippe saisonnière, constatés l'année dernière.


Le laboratoire Roche, qui commercialise le Tamiflu, a tenu à réaffirmer, ce mercredi, l'efficacité de son traitement. Mais dans le même temps, un porte-parole du groupe suisse a reconnu que celui-ci «n'a pas été efficace pour un certain nombre de personnes» l'hiver dernier. Selon lui, il convient seulement d'«observer» les mutations potentielles du virus, notamment pendant la saison hivernale qui débute dans l'hémisphère sud.


Une production de 110 millions de traitements sur les cinq prochains mois


Un scénario également envisagé par l'OMS, qui évoquait mardi cette période critique et annonçait miser sur une production rapide du vaccin dans l'éventualité d'un reprise du virus à l'automne. De quoi, sans doute inquiéter le laboratoire bâlois, qui va augmenter ses capacités de production de Tamiflu, dont il va produire 110 millions de traitements sur les cinq prochains mois.


En attendant, annoncée en recul, l'épidémie de grippe A (H1N1) a contaminé 5.728 personnes dans 33 pays et fait 61 morts, selon le dernier bilan communiqué ce mercredi par l'OMS. Avec 409 cas supplémentaires sur les dernières 24 heures, les Etats-Unis restent le pays le plus touché, et dépassent de neuf cas la barre des 3.000 malades. Le Mexique suit, avec 2.059 cas, mais paie le plus lourd tribut humain avec 56 morts, contre trois aux Etats-Unis.