Guerre en Ukraine : Un embargo sur le gaz et le pétrole russes « n’est pas possible » selon Ferrand

SANCTIONS L’Europe s’est pour l’instant refusée à décréter un embargo sur les importations russes, qui assurent 40 % de ses besoins en gaz naturel et 30 % pour le pétrole

20 Minutes avec AFP
— 
Richard Ferrand, à Paris, le 10 mars 2022.
Richard Ferrand, à Paris, le 10 mars 2022. — Vincent Loison/SIPA

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a estimé ce mercredi qu’un embargo sur le gaz et le pétrole russes « n’est pas possible », quelques heures avant l'intervention vidéo devant le Parlement du chef de l’État ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Nous ne sommes pas prêts parce que ce n’est pas possible », a répondu à l’antenne de France Inter le président du comité de campagne d’Emmanuel Macron, ajoutant que « les sanctions servent à infléchir le pouvoir politique russe, elles ne servent pas à punir les Françaises ou les Français ou les autres Européens ». « Chaque fois que l’on peut durcir la position pour infléchir le pouvoir russe, il faut le faire, mais il ne s’agit pas d’assécher soudainement l’Europe, la France, l’industrie, tout ce qui fait que nous vivons », a argumenté Richard Ferrand.​ « Il n’y a pas de réponse de substitution si on décidait ça demain ou après-demain. Que l’on aille de manière progressive vers une diminution de nos approvisionnements au point que cela affaiblisse la Russie, oui, mais il ne serait pas honnête de dire "demain matin on décide cela" », a-t-il conclu.

Washington a décidé d’interdire les importations d’hydrocarbures russes

« Il faut évidemment qu’on sorte, et le plus tôt possible, de l’importation du gaz et du pétrole russes », a jugé pour sa part sur Franceinfo la présidente déléguée des députés LREM Aurore Bergé, ajoutant toutefois que « c’est une question de temps, parce qu’on ne peut pas condamner demain nos voisins qui sont dans une situation énergétique de dépendance extraordinairement puissante ». « C’est un enjeu de renforcement des sanctions sur le moyen-long terme, la guerre risque de durer et donc il faut aussi que les sanctions puissent avancer de manière graduelle », a-t-elle précisé.

Washington a décidé d’interdire les importations d’hydrocarbures russes et le Royaume-Uni a annoncé l’arrêt de ses importations d’énergie russe d’ici fin 2022. L’Europe s’est pour l’instant refusée à décréter un embargo sur les importations russes, qui assurent 40 % de ses besoins en gaz naturel et 30 % pour le pétrole. Mais le 11 mars, à Versailles, à l’issue de deux jours de réunion avec les dirigeants européens, Emmanuel Macron n’avait pas exclu que l’Union européenne puisse s’en prendre ultérieurement aux importations de gaz ou de pétrole. « Rien n’est interdit, rien n’est tabou », avait-il lancé.