Guerre en Ukraine: Zelensky appelle à des manifestations dans le monde entier jeudi

LIVE Retrouvez les dernières informations sur la guerre menée par la Russie en Ukraine ce mercredi 23 mars, au 28e jour du conflit

P.B., D.R.
— 
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky le 23 mars 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky le 23 mars 2022. — Zelensky/Instagram

L’ESSENTIEL

  • Washington estime que les forces russes engagées en Ukraine ont diminué d’environ 10 % depuis le début de l’offensive (morts, blessés et problèmes logistiques).
  • Les forces ukrainiennes affirment avoir repris Makariv, dans la banlieue ouest de Kiev, mais cela n’a pas encore été vérifié indépendamment.
  • Le porte-parole du Kremlin a assuré que l’offensive se déroulait « comme prévu » et prévenu que Moscou pourrait utiliser l’arme atomique en cas de « menace existentielle ».

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

3h30 : Ce live est terminé

Celui de jeudi, qui marque un mois, jour pour jour, depuis le début de l'invasion russe, est disponible ici.

2h20 : Kiev salut la décision de Renault de fermer une usine à Moscou

«Je salue la déclaration du groupe Renault sur l'arrêt de ses activités industrielles en Russie. Un geste responsable dans le contexte de l'agression barbare de la Russie contre l'Ukraine», a écrit le ministre des Affaires étrangères en anglais sur Twitter.


 

1h45 : Biden a constitué une équipe qui réfléchit à la réponse américaine si Poutine utilisait des armes chimiques ou nucléaires

Selon le New York Times, une équipe de conseillers de Joe Biden planche sur différentes options si jamais Poutine avait recours à des armes chimiques ou à une bombe nucléaire tactique (de faible puissance sur le champ de bataille), ou s'il attaquait un pays de l'Otan. Le nom de l'équipe: Tiger team.

0h55 : Le Royaume-Uni va livrer 6.000 missiles à l'Ukraine

Le Royaume-Uni va livrer 6.000 missiles supplémentaires à l'Ukraine, multipliant par plus de deux ses livraisons d'armes létales défensives après l'invasion russe du pays, a annoncé mercredi le Premier ministre britannique Boris Johnson. «Le Royaume-Uni travaillera avec (ses) alliés pour accroître la soutien militaire et économique à l'Ukraine», a indiqué Boris Johnson avant des sommets de l'Otan et du G7 prévus jeudi à Bruxelles, un mois après le début de la guerre. Il a aussi annoncé aussi une aide de 25 millions de livres (30 millions d'euros) pour l'armée ukrainienne.

0h05 : Zelensky appelle à des manifestations dans le monde entier contre la guerre russe

Le président ukrainien vient de lancer, en anglais, un vibrant appel à manifester dans le monde entier ce jeudi, un mois jour pour jour après le début de l'invasion russe.


 

23h00 : Guérilla urbaine à Marioupol

En plus du pilonnage de l’artillerie et des navires dans la mer d’Azov, les forces russes doivent tenter de conquérir Marioupol rue après rue, quartier après quartier.


 

21h59 : Consignes de prudence aux réfugiés ukrainiens face aux risques de trafic

«Voyagez en bus si possible», «ne confiez pas vos papiers d'identité à quelqu'un d'autre qu'un garde-frontière»: la commissaire européenne Ylva Johansson a donné mercredi des consignes de prudence aux réfugiés fuyant l'Ukraine, face au «risque énorme» de trafic de femmes et d'enfants. Lors d'une conférence de presse, la commissaire aux Affaires intérieures a réitéré sa «forte inquiétude» à ce sujet, sur lequel Europol a aussi tiré la sonnette d'alarme. «Ce matin nous avons enregistré 1.470 mineurs non accompagnés, mais en même temps l'OIM (Organisation Internationale pour les migrations) a rapporté que 2.500 orphelins ont été évacués. Donc il est vraiment important d'enregistrer correctement les enfants» aux frontières, a-t-elle dit.

21h24 : Biden est arrivé à Bruxelles pour une série de rendez-vous internationaux

L'avion Air Force One transportant Joe Biden s'est posé à Bruxelles peu après 21 heures locale mercredi (20H00 GMT), selon les images diffusées par la chaîne CNN.

Le président américain, qui veut cimenter l'unité des Occidentaux face à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, doit participer jeudi à trois rendez-vous internationaux majeurs (Otan, G7, Union européenne) puis se rendre en Pologne vendredi et samedi.

21h22 : Renault annonce suspendre les activités de son usine à Moscou

Le constructeur automobile français Renault a annoncé mercredi soir suspendre « à partir de ce jour » les « activités de l’usine Renault de Moscou » et évaluer « les options possibles concernant sa participation » dans sa filiale russe AvtoVAZ. « En conséquence, Renault Group est contraint de revoir ses perspectives financières pour l’année 2022 avec une marge opérationnelle du Groupe de l’ordre 3 % », contre plus de 4 % précédemment, a annoncé le groupe dans un communiqué publié après des appels à un boycott mondial de la marque lancés par la diplomatie ukrainienne. AvtoVAZ, détenue à 69 % par Renault, est leader du marché russe avec sa marque Lada.

21h11 : Washington va sanctionner jeudi des oligarques et des responsables politiques russes

Les Etats-Unis vont annoncer jeudi «un ensemble de sanctions qui concernent à la fois des personnalités politiques» et «des oligarques», a annoncé mardi le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, en route avec Joe Biden pour l'Europe. Le président américain doit participer jeudi à plusieurs sommets internationaux à Bruxelles, avant de se rendre vendredi et samedi en Pologne.

20h58 : Le prix du baril de pétrole repasse les 120 dollars
20h45 : On a rencontré Liliia et sa fille Uliana, réfugiées dans la commune française de Bessières

 

20h43 : Un ferry va accueillir les réfugiés ukrainiens à Marseille

A partir du 29 mars ce bateau situé dans le port de Marseille pourra accueillir jusqu’à 1.600 réfugiés ukrainiens. A bord, des aménagements spécifiques seront faits pour les accueillir « dans les meilleures conditions », ont indiqué le transporteur et la préfecture des Bouches-du-Rhône.

20h27 : L’accès à News. Google restreint en Russie

Le régulateur russe des médias (Roskomnadzor) a restreint l’accès au service en ligne News. Google, accusant ce service d’actualités en ligne d’assurer "l’accès à de nombreuses publications et matériaux qui contiennent de fausses informations (…) sur le déroulement de l’opération militaire spéciale sur le territoire ukrainien".

20h25 : Une journaliste russe tuée dans un bombardement à Kiev

Oksana Baulina a été tuée par une roquette pendant qu’elle était en train de filmer les dommages causés par une précédente frappe sur un centre commercial de l’arrondissement de Podil, dans le nord-ouest de la capitale ukrainienne, selon un communiqué de son journal.


 

20h02 : Marine Le Pen critique l’appel de Zelensky aux entreprises françaises

C’est l’un des faits du jour : l’appel du président ukrainien aux entreprises françaises présentes en Russie à quitter le pays. « Ça veut dire qu’en réalité, les Russes vont être encore plus enrichis. On leur laisse les parts pour 0 euro ; tout ceci n’a aucun sens », selon la patronne du RN.

19h33 : Berlin va livrer 2.000 armes antichar à l’Ukraine

L’Allemagne emboîte ainsi le pas à la Suède qui a annoncé qu’elle en enverrait 5.000 plus tôt dans la journée.

Les forces ukrainiennes ont déjà reçu 1.000 armes antichar et 500 lance-missiles sol-air de type Stinger pris dans les réserves de la Bundeswehr, l’armée allemande. Par ailleurs, l’Allemagne a fait parvenir environ 500 missiles sol-air Strela

19h29 : Vous voulez un résumé de ce qui s’est passé aujourd’hui en Ukraine ?

Les infos essentielles se trouvent dans notre récap' de la journée. Une info, un chiffre, une phrase, une tendance et c’est tout.

 

19h27 : Renault bientôt boycotté ?

Le chef de la diplomatie ukrainienne a appelé sur Twitter au « boycott » mondial du constructeur automobile.

19h22 : La Russie bascule dans une guerre d’usure

« Les opérations russes ont changé », a déclaré Jim Hockenhull, chef du renseignement de la Défense britannique, lors d’un point presse, soulignant que le Kremlin poursuivait « maintenant une stratégie d’usure » après n’avoir pu atteindre ses « objectifs initiaux ».

« Cela impliquera le recours irresponsable et indiscriminé à la puissance de feu » et « résultera en davantage de pertes civiles, la destruction des infrastructures ukrainiennes et intensifiera la crise humanitaire », a-t-il prévenu.

 

 

19h10 : Moscou réplique à l’expulsion de diplomates russes à l’ONU

La Russie a décidé d'expulser des diplomates américains en représailles à l'expulsion par Washington de 12 membres de la mission diplomatique russe auprès de l'ONU.

19h04 : Le mot est lâché aux Etats-Unis

L’armée russe a commis des « crimes de guerre » en Ukraine, a déclaré Antony Blinken. 

Les Etats-Unis se basent sur "un examen minutieux des informations disponibles issues de sources publiques et du renseignement", a indiqué dans un communiqué le secrétaire d'Etat américain, précisant que des tribunaux devraient déterminer les responsabilités juridiques.

19h03 : Leroy Merlin ne veut pas quitter la Russie malgré l’appel de Zelensky

On vous en parlait un peu plus tôt dans la journée : lors de son discours au Parlement français, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a appelé les entreprises tricolores présentes en Russie à dire stop, afin de ne pas soutenir « la machine de guerre » russe.

Niet, répond ce soir Adeo, la holding de Leroy Merlin. Selon elle, une fermeture serait considérée comme une « faillite préméditée », « ouvrant la voie à une expropriation qui renforcerait les moyens financiers de la Russie ». Adeo assure en revanche avoir « décidé au début du conflit de suspendre les nouveaux investissements » en Russie.

19 heures : Washington va sanctionner encore plus d’oligarques et de responsables politiques russes
18h40 : (No comment) ... La Russie candidate pour l'Euro de foot

Difficile de ne pas avoir exactement la même réaction que notre journaliste Julien Laloye, auteur de ce petit news : 

 

18h34 : Payer le gaz en rouble ? Berlin apprécie peu l’annonce de Poutine

On vous l’annonçait plus tôt (bis) : Vladimir Poutine ne veut plus de dollars et d’euros pour le gaz russe livré à l’UE, mais des roubles. Une idée qui ne plaît pas du tout à l’Allemagne.

Cela « constitue une rupture de contrat », a ainsi déclaré le ministre de l’Économie, Robert Habeck, à Berlin. « Nous allons maintenant discuter avec nos partenaires européens de la manière de répondre à cette demande », a-t-il ajouté

 

18h09 : Sean Penn vient en aide aux réfugiés depuis la Pologne

Il se trouvait à Kiev fin février, au moment du déclenchement de l’invasion russe, pour tourner un documentaire. C’est donc tout naturellement que Sean Penn porte assistance aux réfugiés ukrainiens fuyant les combats.

L’acteur et réalisateur américain a signé ce mercredi à Cracovie, en Pologne voisine, un accord avec la municipalité portant sur l’aide de sa fondation CORE. Elle transmettra son savoir-faire et ouvrira un bureau sur place. Core prévoit des activités d’éducation, l’organisation d’ateliers et le financement de travaux de rénovation de locaux inoccupés pour y accueillir une cinquantaine de réfugiés.

17h56 : La Suède va envoyer 5.000 armes antichar de plus

La Suède va envoyer 5.000 armes antichar supplémentaires à l’Ukraine pour la soutenir face à l’invasion russe, a annoncé le gouvernement mercredi.

Le pays scandinave, qui avait rompu pour Kiev avec sa doctrine lui interdisant d’exporter des armes vers un pays en guerre pour la première fois depuis 1939, va expédier une nouvelle cargaison d’armes.

L’annonce intervient à la veille d’un discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky devant le Parlement suédois, jeudi.


 

17h54 : Les Bourses européennes terminent en nette baisse

Les Bourses européennes ont terminé en nette baisse mercredi, plombées par la hausse des prix du pétrole à la suite d’une nouvelle phase de tensions entre la Russie et les Occidentaux autour de la guerre en Ukraine.

Paris a cédé 1,17 %, Francfort 1,31 % et Milan 0,96 %, tandis que Londres a mieux résisté (-0,22 %) grâce au poids des entreprises pétrolières dans son indice. Les cours de référence du pétrole montaient de près de 5 % à la clôture des marchés européens.

17h50 : Un homme recherché aux Etats-Unis pour l’assaut du Capitole a obtenu l’asile politique en Biélorussie

Un Américain recherché aux Etats-Unis pour avoir participé à l’assaut du Capitole en janvier 2021 a obtenu l’asile politique en Biélorussie, a rapporté l’agence de presse étatique biélorusse Belta.

« Le citoyen américain Evan Neumann a obtenu le statut de réfugié en Biélorussie », a indiqué mardi soir l’agence Belta, en précisant que les documents lui avaient été remis le jour même par les autorités de la région de Brest (ouest), près de la frontière avec la Pologne.

L’homme serait entré illégalement en Biélorussie, pays allié de la Russie, depuis l’Ukraine en août dernier, avant d’y demander l’asile quelques mois plus tard, selon des médias publics biélorusses.

17h44 : Au moins 1.500 bâtiments, structures et véhicules civils endommagés ou détruits

D'après le New York Times, au moins 1.500 bâtiments, structures et véhicules civils ont été endommagés ou détruits depuis le début de l'invasion russe en Ukraine. 

 

17h34 : Joe Biden en route pour l’Europe

Le président américain commence sa tournée en Europe afin de « rallier la communauté internationale au soutien de l’Ukraine et [s]'assurer que Poutine paie un lourd tribut économique pour la guerre ».


 

17h29 : Kiev utilise la reconnaissance faciale pour révéler aux Russes l’ampleur de leurs pertes

L’Ukraine a décidé de se doter d'« un système d’appels automatiques vers la Russie » utilisant la reconnaissance faciale pour révéler aux Russes l’ampleur de leurs pertes militaires, a annoncé mercredi le vice-Premier ministre ukrainien Mykhaïlo Fedorov. « Aujourd’hui, nous utilisons l’intelligence artificielle pour chercher sur les réseaux sociaux des profils de soldats russes sur la base des [images] de leurs corps, afin de signaler leur mort à des amis et à des proches », a-t-il expliqué.

« On met en place un système d’appels automatiques vers la Russie pour dire la vérité sur les assassins russes », a-t-il ajouté, avant de lâcher : « Nous avons commencé à faire des choses que nous ne pouvions même pas imaginer il y a un mois ». L’objectif, a expliqué le vice-Premier ministre, est de « dissiper le mythe d’une "opération spéciale" à laquelle "aucun conscrit ne prend part" et dans laquelle "personne ne meurt" ».

17h23 : Jusqu’à 40.000 soldats russes tués, blessés, faits prisonniers ou portés disparus en Ukraine, d’après l’Otan

Jusqu’à 40.000 soldats russes auraient été tués, blessés, faits prisonniers ou portés disparus en Ukraine, d’après l’Otan, rapportent nos confrères du Wall Street Journal. La Russie a commencé son invasion avec environ 190.000 soldats.

17h17 : Attention au gazole, s’inquiète la France

Un éventuel embargo européen sur le pétrole russe poserait un « réel problème » pour le gazole, dont l’Europe est une grande consommatrice, a mis en garde mercredi la ministre française de la Transition énergétique.

« Nous avons en Europe et en France à faire face à ce besoin de diesel, qui risque de se faire de plus en plus crucial si des décisions sont prises dans les jours ou les semaines à venir », a déclaré Barbara Pompili, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne.

17h11 : Jadot persiste et signe sur TotalEnergies

Le groupe a indiqué mardi arrêter tout achat de pétrole ou produits pétroliers russes avant fin 2022 devant « l’aggravation du conflit » en Ukraine, mais pas de gaz et a annoncé poursuivre le candidat à la présidentielle Yannick Jadot pour diffamation.

L’écologiste a répondu quelques heures plus tard : « TotalEnergies, soutenu par E. Macron, fait quelques concessions mais maintient l’essentiel de ses activités en Russie, en pleine connaissance des crimes de guerre qu’elles contribuent à financer. Oui, c’est être complice ! » « J’appelle P. Pouyanné, PDG de Total, à débattre avec moi », ajoute-t-il.


 

17h07 : La basketteuse américaine détenue en Russie est « en bonne santé »

La star américaine du basket Brittney Griner, détenue en Russie depuis plus d’un mois, a pu rencontrer un responsable de l’ambassade des Etats-Unis qui l’a trouvée en « bonne santé », a rapporté mercredi le porte-parole de la diplomatie américaine.

Aucun accès consulaire n’avait été accordé jusqu’ici à la basketteuse de 31 ans, interpellée le 17 février dans un aéroport proche de Moscou avec « des vapoteuses et un liquide présentant une odeur particulière » d’huile de cannabis, selon les douanes russes.

Celle qui est considérée comme l’une des meilleures joueuses du monde risque jusqu’à dix ans de prison. Elle a été placée dans un centre de détention, d’où - sur décision d’un tribunal russe – elle ne pourra sortir avant le 19 mai.

17h03 : Russes et Biélorusses exclus des Mondiaux de natation

La Fédération internationale de natation (Fina) a finalement exclu mercredi les Russes et Biélorusses des Championnats du monde en juin à Budapest, après avoir dans un premier temps autorisé leur participation à cette compétition sous pavillon neutre.

Le bureau de l’instance a tenu compte d’une « évaluation indépendante des risques » pour bannir des Mondiaux (18 juin-3 juillet) les nageurs et officiels des deux pays en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, indique la Fina dans un communiqué.

17 heures : Paris dénonce « l’acharnement judiciaire » contre l’opposant russe Navalny

La France a dénoncé mercredi « l’acharnement judiciaire » contre l’opposant russe Alexeï Navalny, condamné à neuf ans de prison dans une colonie à régime sévère, et contre son entourage. « Nous estimons que M. Navalny n’a pas bénéficié d’un procès équitable et n’a pas sa place en prison. Nous appelons une nouvelle fois les autorités russes à le libérer », a déclaré la porte-parole de la diplomatie française.

La peine de neuf ans de détention prononcée mardi contre le principal opposant au Kremlin annule et remplace celle de deux ans et demi qu’il purgeait jusque-là. L’opposant, qui avait été incarcéré pour fraude début 2021, s’est vu condamner cette fois-ci pour « escroquerie » et « outrage à un magistrat », des accusations qu’il rejette et juge politiquement motivées.

16h55 : Le gros défi de l’accueil aux réfugiés pour la Pologne, l’Autriche et Chypre

La Pologne, l’Autriche, Chypre, la République tchèque et l’Estonie sont les pays de l’UE confrontés « aux plus gros défis » concernant l’accueil des réfugiés à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine, a indiqué mercredi la Commission européenne.

La commissaire aux Affaires intérieures Ylva Johansson a annoncé lors d’une conférence de presse que ses services avaient établi un « index » prenant en compte pour chacun des Vingt-Sept le nombre de réfugiés ukrainiens accueillis, celui des demandeurs d’asile toutes nationalités confondues l’année dernière, combinés à la taille du pays.

La Pologne, pays voisin de l’Ukraine qui a accueilli plus de 2 millions de personnes fuyant la guerre, arrive en tête de cette liste, suivie par l’Autriche, Chypre, la République tchèque et l’Estonie, a détaillé la commissaire.

16h48 : Pas de Russes en patinage

Sans les Russes qui ont habitué à truster les podiums, privées des Championnats du monde de patinage artistique en réponse à l’invasion de l’Ukraine, la Japonaise Kaori Sakamoto (médaillée de bronze) a pris les commandes à l’issue du programme court femmes, mercredi à Montpellier.

16h43 : L’infatigable diplomatie Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a enchaîné son discours devant les parlementaires français avec un appel à Boris Johnson. Du Premier ministre britannique, il « a reçu l’assurance de son soutien à la veille des importantes réunions de demain », assure-t-il, ajoutant « nous vaincrons ensemble ».


 

16h39 : Faute de Soyouz, les lancements de satellite Galileo peuvent attendre

Les satellites actuellement en orbite pour faire fonctionner le système de navigation Galileo sont suffisants et il n’y a pas d’urgence à en lancer d’autres pour compenser l’annulation des départs prévus via la fusée russe Soyouz, a estimé mercredi l’entreprise OHB qui fabrique ces satellites.

Les sanctions prises en représailles à l’invasion de l’Ukraine affectent plusieurs lancements de satellites européens prévus cette année.

16h35 : Distribution de pain

Un Géorgien distribue gratuitement du pain, quelque part en Ukraine rapporte la journaliste Ani Chkhikvadze. 


 

16h29 : Les entreprises citées par Zelensky et la Russie

Lors de son discours aux parlementaires français, Volodymyr Zelensky a demandé aux entreprises françaises Renault, Auchan et Leroy Merlin de se retirer de Russie. On fait le point sur les trois :

  • L’enseigne de bricolage Leroy Merlin, très implantée en Russie, son deuxième marché derrière la France, revendique 36.000 salariés dans ce pays, qui opèrent dans 107 hypermarchés et 62 villes.
  • La chaîne de magasins Auchan est également emblématique de la grande distribution en Russie, où elle exploite 231 magasins pour un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros, soit plus de 10 % de son activité globale.
  • La Russie est aussi le deuxième marché du groupe automobile Renault dans le monde derrière l’Europe. Le fabricant français est présent via le groupe AvtoVAZ, qui a stoppé une partie de sa production à la mi-mars en raison d’une pénurie de composants liée aux sanctions occidentales infligées à la Russie. Renault est d’autant plus exposé qu’il est associé en Russie avec le conglomérat public russe Rostec, dirigé par Sergueï Tchémézov, un allié de Vladimir Poutine.
16h21 : « Plutôt mourir que se mettre à genoux »

« Notre message aux Russes : quittez notre pays, rentrez chez vous. Nous ne savons pas combien de temps il faudra (…), cela peut être long », a prévenu le maire de Kiev.

« Plutôt mourir que de se mettre à genoux devant les forces russes. Nous sommes prêts à défendre chaque immeuble, chaque rue, chaque recoin de notre ville. Toute la ville a désormais des postes de combats », a indiqué Vitali Klitschko.

16h15 : Eteindre les feux et éviter les balles

A Kiev, ces pompiers éteignaient un feu provoqué par un bombardement russe quand ils ont essuyé des tirs.


 

16h06 : Sous pression, Nestlé réduit encore les produits vendus en Russie

Sous pression depuis un appel du président Volodymyr Zelensky, le géant suisse de l’alimentation Nestlé a annoncé mercredi qu’il allait réduire encore la gamme de ses produits vendus en Russie mais maintenir l’approvisionnement en produits pour bébé et aliments médicalisés.

Le groupe basé à Vevey, sur les rives du lac Léman, va suspendre par exemple des marques comme les barres chocolatées KitKat ou les poudres chocolatées Nesquik, selon un communiqué. Il va également suspendre les produits pour animaux de compagnie ainsi que le café.

16 heures : Le climat ne doit pas devenir une « nouvelle victime de l’agression russe », selon l’AIE

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a appelé mercredi à concilier sécurité d’approvisionnement et transition énergétique, pour que les objectifs climatiques ne deviennent pas « une nouvelle victime de l’agression russe ».

« Il est vital que les gouvernements s’assurent que les lumières restent allumées mais cela ne signifie pas que nous pouvons arrêter nos efforts pour s’attaquer au changement climatique », a déclaré son directeur exécutif, Fatih Birol, en ouverture d’une réunion ministérielle de l’agence à Paris.

Les chiffres « ne sont pas encourageants », a-t-il regretté : les émissions de CO2 du secteur de l’énergie ont rebondi l’an dernier pour atteindre leur plus haut niveau historique, en raison du rebond économique mondial et d’un recours accru au charbon, selon des chiffres diffusés début mars.

15h56 : La CEDH reprend l’examen des affaires concernant la Russie

La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), qui avait suspendu la semaine passée l’examen des demandes concernant la Russie, a annoncé mercredi qu’elle allait de nouveau traiter les requêtes contre Moscou, tenu de se conformer à la Convention européenne jusqu’au 16 septembre.

De ce fait, « la Cour demeure compétente pour traiter les requêtes dirigées contre la Fédération de Russie concernant les actions et omissions susceptibles de constituer une violation de la Convention (européenne des droits de l’Homme) qui surviendraient jusqu’au 16 septembre 2022 », poursuit-elle.

Cela signifie ainsi que la Russie pourra être poursuivie devant la Cour européenne pour tous les faits commis en Russie, ou en Ukraine par exemple, jusqu’au 16 septembre.

15h54 : Zelensky va s’exprimer devant le Parlement danois

Volodymyr Zelensky va s’adresser au Folketing, le parlement danois, le 29 mars, selon un communiqué de cette institution.

15h51 : « Le drapeau Ukrainien est le drapeau de la liberté »

Dans un discours devant le Parlement européen, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, s’est émue de la réalité « terrifiante » de « l’occupation russe ».

« Pourtant, les Ukrainiens continuent de descendre dans la rue pour protester contre l’invasion. Le drapeau Ukrainien est le drapeau de la liberté », a-t-elle estimé.


 

15h45 : Démission en haut lieu

Anatoli Tchoubaïs, père des privatisations russes après la chute de l’Union soviétique en 1991, a démissionné de son poste de conseiller du président Vladimir Poutine sur le dossier climatique, a confirmé le Kremlin.

« Oui. Tchoubaïs a démissionné de son plein gré. Mais s’il est parti ou non [du pays] - c’est son affaire », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, à l’agence russe Interfax, confirmant de nombreuses sources anonymes dans les médias russes. Ni Dmitri Peskov ni les médias russes n’ont donné la raison de cette démission et Anatoli Tchoubaïs lui-même ne s’est pas exprimé publiquement jusqu’à présent.

Des sources anonymes ont indiqué à Bloomberg que la démission était due à son désaccord avec l’intervention militaire en Ukraine. Il s’agit du responsable le plus haut placé à démissionner depuis le début de l’offensive russe le 24 février.

15h40 : A Kiev, l’armée russe recule sur plusieurs fronts d’après le maire

Kiev reste un objectif de l’armée russe, mais celle-ci est bloquée ces dernières semaines au nord-ouest et à l’est de la capitale ukrainienne, et a dû reculer ces derniers jours sur plusieurs de ces fronts, a affirmé mercredi le maire Vitali Klitschko.

« Il y a toujours beaucoup d’attaques venant du nord et de l’est de notre ville », a-t-il expliqué. L’édile, s’exprimant tour à tour en anglais et en ukrainien, était accompagné de son frère Wladimir, lui aussi champion du monde de boxe anglaise.

« Près de Brovary (périphérie est de Kiev), depuis le nord derrière Liutij se déroule une grande bataille, et selon des informations de sources officielles, la petite localité de Makariv (ouest) et la presque totalité d’Irpin (nord-ouest) sont déjà sous contrôle des soldats ukrainiens », a-t-il affirmé.

15h35 : La Russie exclue du sport, critiques du monde arabe

L’exclusion de la Russie de la plupart des compétitions internationales, qui rompt avec le sacro-saint principe de neutralité politique du sport, relève du « deux poids deux mesures » aux yeux de nombreux sportifs du monde arabe.

« Les associations sportives internationales incluant la Fifa ont interdit toute expression politique ou religieuse sur un terrain de sport. Maintenant, ils ont levé cette interdiction pour l’Ukraine. Mais qu’en est-il du Yémen ? De la Syrie ? De la Libye ? », interroge James Dorsey, chercheur à l’Institut du Moyen-Orient de l’Université nationale de Singapour, James Dorsey, qui mentionne aussi la question des Territoires palestiniens.

Pour de nombreux Arabes qui ont vu leurs propres sportifs punis pour avoir refusé d’affronter des Israéliens en signe de protestation contre les guerres successives au Moyen-Orient, l’exception faite pour un conflit européen s’apparente à une politique occidentale du « deux poids deux mesures ».

15h31 : Les autorités appellent les Russes à ne pas se ruer sur les médicaments

Les autorités russes ont appelé mercredi leurs concitoyens à ne pas se ruer sur les médicaments, sur fond de crainte de pénuries du fait des sanctions occidentales prises contre Moscou après le début de l’offensive en Ukraine.

« J’aimerais dire aux citoyens : il ne faut pas faire de stocks », a déclaré le ministre russe de la Santé, Mikhaïl Mourachko, lors d’une réunion du gouvernement diffusée à la télévision publique. « Les fournisseurs disent que les livraisons continuent comme prévu », a-t-il souligné.

Selon lui, en mars, les ventes de certains médicaments, notamment des anti-convulsifs et ceux pour le traitement de la thyroïde, ont quintuplé, voire décuplé en Russie, les Russes craignant une pénurie de médicaments de fabrication étrangère et une hausse drastique des prix.

15h27 : TotalEnergies attaque en diffamation Jadot pour ses accusations concernant ses activités en Russie

TotalEnergies a indiqué mercredi à l’AFP avoir engagé « sans délai une action en diffamation » à l’encontre du candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot, qui a accusé le groupe de « complicité de crimes de guerre » pour le maintien de ses activités en Russie.

Dans une déclaration transmise à l’AFP, TotalEnergies a dénoncé des « propos inacceptables », « extrêmement graves et infondés », ajoutant continuer « ses opérations d’achat de gaz en Russie pour le revendre, notamment en Europe pour le bénéfice des consommateurs européens ».

15h25 : Le chef de l’Otan accuse Pékin de soutenir Moscou en « répandant des mensonges éhontés »

Le chef de l’Otan a accusé Pékin de fournir « un soutien politique à Moscou, y compris en répandant des mensonges éhontés et de la désinformation » sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

15h21 : Applaudissements nourris après le discours de Volodymyr Zelensky
15h20 : Zelensky critique les entreprises françaises qui sont des « sponsors de la machine de guerre de la Russie »

« Pour que la liberté ne perde pas, le monde doit la soutenir avec des sanctions contre les agresseurs. Les entreprises françaises doivent cesser d’être les sponsors de la machine de guerre de la Russie, arrêter de financer des meurtres d’enfants et de femmes et des viols », a tancé Volodymyr Zelensky devant les parlementaires français, citant Renault, Auchan et Leroy Merlin. 

15h18 : « Mettre fin à cette guerre contre la liberté, contre l’égalité, contre la fraternité »

Volodymyr Zelensky a déclaré attendre de la France de l’aide afin de « mettre fin à cette guerre contre la liberté, contre l’égalité, contre la fraternité ».

« Nous attendons de la France, de votre leadership (…), que vous aidiez à restaurer l’intégrité territoriale de l’Ukraine », a ajouté le président ukrainien qui s’adressait par visioconférence aux députés et sénateurs réunis exceptionnellement pour l’occasion.

15h17 : « Agir ensemble » pour forcer la Russie vers la paix

« Il nous reste nos valeurs, notre unité et la détermination », affirme Volodymyr Zelensky qui veut que l’on « agisse ensemble » afin de forcer la Russie à « chercher la paix ». Le président s’est dit reconnaissant des « efforts du président Macron » et les « Ukrainiens voient que la France apprécie également la liberté et veut la protéger ».

15h15 : Les « ruines de Verdun »

Le président ukrainien a imagé les destructions des bombardements russes en Ukraine en faisant référence « aux ruines de Verdun, comme sur les photos de la Première Guerre mondiale. »

15h13 : « L’armée russe détruit tout »

« L’armée russe détruit tout : les universités, les hôpitaux, tout », dénonce Volodymyr Zelensky. « Vous avez toutes les informations, tous les faits » et « vous savez qui est coupable », déclare le président ukrainien qui dénonce les frappes sur les civils en fuite et les journalistes tués depuis le début de la guerre. "Il y a des gens désespérés qui supplient de mourir", lâche le dirigeant ukrainien devant les parlementaires français.

15h12 : Moment de silence

« Je vous demande d’observer un moment de silence à la mémoire des milliers d’Ukrainiennes et Ukrainiens qui ont été tués à la suite de l’invasion russe en Ukraine », a demandé Volodymyr Zelensky.

15h10 : Volodymyr Zelensky rappelle la frappe sur la maternité de Marioupol

« Comment arrêter cette guerre ? Comment instaurer la paix en Ukraine ? La plupart des réponses sont dans vos mains, dans nos mains », a estimé Volodymyr Zelensky qui a rappelé la tragédie du bombardement de la maternité de Marioupol. Cette frappe a provoqué la mort de trois personnes, dont une femme enceinte qui a ému le monde entier. 

15h09 : Le courage du peuple ukrainien

« Je tiens à saluer le courage du peuple ukrainien et celui des autorités ukrainiennes, sachez que nous demeurons à vos côtés », lance le président de l’Assemblée nationale avant le début du discours de Volodymyr Zelensky.

15h07 : « Ne doutez pas de notre soutien »

« Ne doutez pas de notre soutien, pour aujourd’hui et pour l’avenir », déclare Gérard Larcher à l’adresse de Volodymyr Zelensky. « L’Ukraine appartient à la famille européenne », rappelle-t-il avant de donner la parole au président de l'Assemblée Nationale Richard Ferrand. 

15h05 : Zelensky ovationné par l'Assemblée nationale

Gérard Larcher, premier à s'exprimer devant les parlementaires, leur a demandé de se lever et d'applaudir Volodymyr Zelensky avant son discours. 

15h04 : « L’inadmissible est en train de se produire »

« Le moment est solennel, les circonstances inédites ; Pour la première fois de notre histoire parlementaire, nous accueillons le président d’un pays en guerre », souligne le président du Sénat Gérard Larcher, s’émouvant que « l’inadmissible est en train de se produire ». « Votre peuple force l’admiration », lance-t-il avant le discours de Volodymyr Zelensky.

15h01 : Richard Ferrand et Gérard Larcher introduisent le discours de Zelensky devant les parlementaires

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand et son homologue du Sénat, Gérard Larcher introduisent Volodymyr Zelensky dans un discours liminaire devant l'hémicyle où ont été installés deux drapeaux ukrainiens. Le président ukrainien va s'exprimer devant l'Assemblée nationale et le Sénat d'ici quelques minutes. 

14h56 : Train d’aide humanitaire pour la Roumanie

Un train de marchandises transportant de l’aide humanitaire pour des Ukrainiens réfugiés en Roumanie est parti mercredi de Strasbourg pour rallier l’est de ce pays frontalier de l’Ukraine, « une première » en France, selon la Protection civile, qui gère l’opération.

Le train de fret, composé de onze wagons, est parti à 14h20 de la zone industrielle de Port du Rhin, à l’est de la métropole alsacienne, a constaté l’AFP. Strasbourg accueille la plateforme logistique nationale d’aide à l’Ukraine de la Protection civile, d’où sont déjà parties pour la Pologne « 1.171 tonnes de dons venus de toute la France », notamment via « trois convois de quinze poids lourds », selon une porte-parole.

La SNCF a fourni « gratuitement » le train de fret, a indiqué une porte-parole de la compagnie de chemins de fer.

14h54 : Le Kremlin minimise l’exil d’artistes russes

Le Kremlin a jugé mercredi peu important le départ à l’étranger d’une série d’artistes et de célébrités russes depuis le début de l’opération militaire en Ukraine, assurant que la Russie conservait de nombreux talents.

« Ce n’est pas le plus important. Vous êtes d’accord que ce n’est pas le départ d’une star qui va changer les choses », a indiqué Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe, lors d’un point presse. « Pas besoin de dramatiser inutilement le départ d’une ou de quelques stars », a-t-il poursuivi. « La Russie est riche de talents. »

14h51 : L’Otan appelle la Chine à s’abstenir de soutenir l’effort de guerre de la Russie contre l’Ukraine
14h48 : Chocolats et peluches à la frontière polonaise pour les enfants d’Ukraine

 

14h44 : La Biélorussie expulse la plupart des diplomates ukrainiens de son territoire

La Biélorussie, pays allié de Moscou, a annoncé ce mercredi l’expulsion de la plupart des diplomates ukrainiens en poste sur son territoire, accusant Kiev d’actions « inamicales » et « d’ingérence » dans ses affaires.

« La Biélorussie a décidé de réduire le nombre de diplomates ukrainiens sur son territoire. Cette mesure vise à mettre un terme aux activités non diplomatiques d’un certain nombre de membres du personnel des institutions diplomatiques ukrainiennes », a annoncé le porte-parole de la diplomatie biélorusse, Anatoli Glaz. Concrètement, ne resteront à Minsk que l’ambassadeur ukrainien et quatre diplomates, alors que plus de 20 personnes travaillaient à l’ambassade jusque-là.

14h40 : Le Brent repasse au-dessus des 120 dollars le baril

Le baril de pétrole de Brent, référence de l’or noir en Europe, est repassé au-dessus de la barre des 120 dollars, galvanisé par la guerre en Ukraine et la perspective de nouvelles sanctions occidentales contre la Russie.

Vers 13h40 GMT (14h40 à Paris), le Brent de la mer du Nord grimpait de 4,55 % à 120,73 dollars le baril, et le WTI américain gagnait 4,52 % à 114,21 dollars le baril. Le Brent avait dévissé ces derniers jours de son pic atteint pendant la crise en Ukraine, évoluant même brièvement sous les 100 dollars il y a une semaine.

 

14h35 : Le rouble renforcé

On vous l’annonçait plus tôt : Vladimir Poutine ne veut plus de dollars et d’euros pour le gaz russe livré à l’UE. Le président russe a demandé à la banque centrale et au gouvernement d’établir « dans un délai d’une semaine » le nouveau système qui doit être « clair, transparent » et implique « l’acquisition de roubles sur le marché » russe des changes.

Cette annonce a eu un effet immédiat sur la devise russe, qui s’est renforcée face à l’euro et au dollar, alors qu’elle s’était écroulée dès le 24 février et l’entrée des forces russes en Ukraine.

14h32 : L’Otan va apporter un « soutien supplémentaire » à l’Ukraine contre les menaces nucléaires et chimiques
14h28 : Message aux parlementaires français

Pour rappel, le président ukrainien Volodymyr Zelensky va s’exprimer devant l’Assemblée nationale et le Sénat ce mercredi à 15 heures. Le message, écouté en direct, devrait durer seulement 15 minutes pour des questions de sécurité.

14h23 : L’Otan déploie quatre nouveaux groupements tactiques sur son flanc oriental

L’Otan va déployer quatre nouveaux groupements tactiques en Bulgarie, en Roumanie, en Hongrie et en Slovaquie, pour renforcer ses défenses contre la Russie sur son flanc oriental, a annoncé mercredi son secrétaire général.

« Les dirigeants de l’Otan vont décider lors de leur sommet demain de renforcer la posture de défense avec quatre nouveaux groupements tactiques en Bulgarie, en Roumanie, en Hongrie et en Slovaquie, portant à huit les groupements tactiques déployés de la Baltique à la mer Noire », a précisé le Norvégien Jens Stoltenberg.

14h19 : Denrées brûlées

Près de Kherson, des Ukrainiens brûlent des denrées alimentaires distribuées par les Russes. Une façon de refuser l’occupation de la ville et manifester leur opposition sans faille à l’invasion de Moscou.


 

14h10 : Londres abaisse sa prévision de croissance 2022 à 3,8 %

Le Royaume-Uni a revu à la baisse mercredi ses prévisions de croissance pour 2022 à 3,8 %, contre une précédente estimation à 6 %, à cause des conséquences de l’inflation et de la guerre en Ukraine, a annoncé mercredi le ministre de l’Économie Rishi Sunak.

« Il est trop tôt pour connaître le plein impact de la guerre en Ukraine sur le Royaume-Uni » mais selon de premières estimations « qui s’ajoutent à une inflation mondiale élevée », l’organisme public de prévisions économiques OBR « prévoit désormais une croissance de 3,8 % cette année », a-t-il annoncé lors d’un discours au Parlement.

14h05 : A Paris des sénateurs devant l’ambassade de Russie

Une vingtaine de sénateurs, dont les présidents de groupes Hervé Marseille et Claude Malhuret, se sont rassemblés devant l’ambassade de Russie à Paris, pour interpeller le gouvernement russe sur le respect du droit international en Ukraine. La présidente du groupe d’amitié France-Ukraine Nadia Sollogoub entendait remettre un « appel humanitaire » cosigné par près de 170 sénateurs de tous bords.

14h01 : Joe Biden part maintenant pour l'Europe

Le président américain doit participer à des sommets sur l'Ukraine

14 heures : La guerre en Ukraine aura aussi un impact sur la croissance britannique

Le Royaume-Uni a abaissé sa prévision de croissance à 3,8 % en 2022, contre une précédente estimation à 6%, à cause des conséquences de l'inflation et de la guerre en Ukraine.

13h58 : Joe Biden juge « crédible » la menace d’une attaque russe à l’arme chimique
13h50 : L’Organisation internationale du travail ne coopère plus avec la Russie

L’OIT a annoncé qu’elle suspendait « provisoirement » la coopération avec la Fédération de Russie.

La résolution adoptée par le Conseil d’administration, qui isole un peu plus Moscou au sein du système onusien, écarte aussi la Russie des réunions techniques et d’experts ou encore de conférences décidées par le Conseil d’administration de l’OIT.

13h30 : La Russie ne veut plus être payée en euros ou en dollars pour son gaz

« J’ai pris la décision de mettre en œuvre un ensemble de mesures pour passer au paiement en roubles de notre gaz livré aux pays hostiles, et de renoncer dans tous les règlements aux devises qui ont été compromises », a dit Vladimir Poutine lors d’une réunion gouvernementale, expliquant qu’il s’agissait d’une réaction au gel des actifs de la Russie en Occident.

13h06 : Les jeunes et la guerre en Ukraine

Comment les jeunes s’informent-ils sur l’invasion russe en Ukraine ? Sont-ils inquiets ? 20 Minutes vous explique tout dans ce papier :  Les jeunes très inquiets sur les conséquences économiques de la guerre​​

  •  

 

12h59 : Un cocktail Molotov contre le mur du Kremlin

Une personne non identifiée a été filmée lançant un cocktail Molotov contre un mur du Kremlin ce mercredi.


 

12h52 : Un protocole sanitaire pour les animaux d’Ukraine

Un protocole sanitaire a été mis en place pour l’accueil des animaux de compagnie des réfugiés ukrainiens, dans le cadre de l’opération Solidarité Vétérinaire Ukraine lancée par l’association Vétérinaires Pour Tous (VPT) et la Fondation Brigitte Bardot.

Ce protocole a été mis en place par les autorités françaises « afin de prévenir tout risque sanitaire lié à ces mouvements d’animaux - zoonoses, rage et trafics éventuels - dans la mesure où l’Ukraine n’est pas indemne de rage », explique mercredi la Fondation Bardot dans un communiqué.

Soutenue par le ministère de l’Agriculture, cette opération couvre intégralement le coût d’une surveillance sanitaire et les soins vétérinaires des chiens et chats venus d’Ukraine.


 

12h48 : « Bombardement prolongé »

Au 28e jour de l’invasion russe, les armées de Moscou semblent ne pas progresser malgré des bombardements massifs et destructeurs et voient les Ukrainiens lancer des opérations de contre-offensive.

« Les forces russes évoluent probablement vers un bombardement prolongé de villes ukrainiennes dû à l’échec de sa campagne initiale pour encercler Kiev et d’autres villes majeures », estime l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW).

12h45 : Hommage à un haut gradé russe tué près de Marioupol

Une cérémonie d’hommage au commandant adjoint de la Flotte russe de la mer Noire, Andreï Paliï, mort au combat en Ukraine près de Marioupol, s’est tenue mercredi en Crimée annexée.

Plusieurs centaines de personnes - des militaires, des vétérans, des proches, des responsables locaux - ont défilé devant le cercueil du défunt installé dans un théâtre militaire du port de Sébastopol, a rapporté l’agence de presse publique TASS.

La mort d’Andreï Paliï a été annoncée dimanche, faisant de lui l’un des plus importants officiers russes dont Moscou a reconnu la mort combat depuis le début de l’intervention en Ukraine le 24 février.

12h43 : L’UE prépare des achats en commun en gaz

Bruxelles se prépare à coordonner des achats communs de gaz au nom des Etats membres de l’UE pour renforcer la sécurité énergétique du continent et réduire sa dépendance aux hydrocarbures russes, un plan que les Vingt-Sept devraient valider en sommet cette semaine.

Inspirée par les commandes de vaccins anti-Covid pilotées par la Commission européenne, la stratégie vise à diversifier les sources d’approvisionnement énergétiques de l’UE. Soucieuse d’isoler Moscou après son invasion de l’Ukraine, Bruxelles veut réduire des deux-tiers dès cette année les achats de gaz russe du continent.

12h39 : En Allemagne, la guerre en Ukraine va plomber la croissance en 2022

L’Allemagne devrait connaître une croissance moins forte que prévu en 2022, en raison de la guerre en Ukraine, qui tire l’inflation et perturbe le commerce international, selon de nouvelles prévisions publiées mercredi.

L’institut économique IFO, l’un des plus influents d’Allemagne, table désormais sur une hausse du PIB « entre 2,2 % et 3,1 % » cette année, contre 3,7 % en décembre, a-t-il indiqué dans un communiqué. En cause : « l’invasion russe en Ukraine », qui « freine la conjoncture », a-t-il ajouté.

12h31 : Le blé de la guerre

L’ONU a mis en garde contre un probable accroissement de la famine et de la malnutrition dans le monde à cause de la guerre en Ukraine. Les inquiétudes se portent plus précisément sur le continent africain, où de nombreux pays s’approvisionnent essentiellement en produits agricoles russes et ukrainiens. On fait le point sur les pays d’Afrique les plus dépendants du blé russe et ukrainien ici :

 

12h28 : Cinq jours pour quitter la Pologne

La Pologne a annoncé expulser 45 diplomates russes pour espionnage. L’ambassadeur de Russie en Pologne, Sergueï Andreev, interrogé par des journalistes à sa sortie du siège du ministère polonais des Affaires étrangères, a confirmé les expulsions, en précisant que les personnes concernées devraient quitter la Pologne dans un délai maximal de cinq jours.

Il a affirmé que les accusations d’espionnage à leur égard, présentées en langage diplomatique comme « activités non compatibles avec leur statut diplomatique » étaient « sans fondement », et annoncé que la Russie se réservait le droit de prendre des mesures de rétorsion.

12h21 : Pourparlers « difficiles » avec Moscou, Kiev a des positions « de principe », explique un négociateur ukrainien

Les pourparlers russo-ukrainiens sont « difficiles » car « la partie ukrainienne a des positions claires et de principe », a déclaré mercredi Mykhaïlo Podoliak, négociateur en chef côté ukrainien.

Il a souligné que les pourparlers, qui ont repris le 14 mars, continuaient « en permanence, en ligne ». Un peu plus tôt, Moscou avait accusé les Etats-Unis d’entraver les « difficiles négociations » avec Kiev, et accusé les Ukrainiens de « changer constamment de position ».

12h18 : Kiev appelle à sanctionner « les propagandistes de la télévision russe »

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a appelé mercredi les Occidentaux à sanctionner « les propagandistes de la télévision russe », à la veille de sommets de l’Otan et de l’UE consacrés à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Les propagandistes de la télévision russe sont pires que les pilotes russes. Les pilotes risquent au moins d’être abattus. (…) Sanctionnez chacun d’entre eux », a exhorté Dmytro Kouleba dans un message posté sur Twitter.

« Bloquez toute la propagande russe toxique et ceux qui la soutiennent », a-t-il encore demandé, déplorant que « les têtes parlantes dorment en sécurité, puis prennent l’antenne et appellent à des frappes nucléaires ou à l’invasion des membres de l’Otan ».


 

12h15 : Deux nouveaux yachts d’un oligarque russe gelés dans le sud de la France

Deux nouveaux yachts appartenant à l’oligarque russe Alexeï Kouzmitchev, parmi les plus influents en Russie, ont été gelés sur la Côte d’Azur dans le cadre des sanctions prises par l’Union européenne après l’invasion de l’Ukraine, d’après une source gouvernementale.

La France avait déjà immobilisé un méga-yacht, l’Amore Vero, propriété d’une société liée au patron du géant pétrolier russe Rosneft, Igor Setchine, le 3 mars. Le 16 mars, un nouveau navire de plaisance a été gelé puis un second lundi. L’un des yachts est amarré au Vieux-Port de Cannes et l’autre se trouve dans un chantier naval à Antibes, a indiqué à l’AFP cette source, confirmant une information initiale du quotidien Libération.

12h12 : Deux échanges de prisonniers russo-ukrainiens ont eu lieu, affirme Moscou

Le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué mercredi que deux échanges de prisonniers russo-ukrainiens ont été organisés depuis l’entrée des forces de Moscou en Ukraine, sans préciser leurs dates ni le nombre de détenus concernés.

Lundi, Tatiana Moskalkova, la déléguée aux droits humains auprès du Kremlin, avait évoqué un échange en Ukraine de neuf prisonniers russes contre Ivan Fedorov, le maire de Melitopol, une ville ukrainienne conquise par Moscou. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, interrogé à ce sujet mercredi, n’a pas souhaité s’exprimer.

12h08 : Poutine devrait participer au G20 en Indonésie

Vladimir Poutine devrait participer au sommet du G20 prévu à la fin de l’année en Indonésie, a indiqué mercredi l’ambassadrice russe dans le pays d’Asie du Sud-Est, rejetant les appels à exclure Moscou du groupe en réaction à la guerre en Ukraine. Les Etats-Unis ont indiqué qu’ils consulteraient leurs alliés sur une possible exclusion de la Russie de certaines organisations internationales, dont le G20, groupe des 20 premières économies mondiales.

L’ambassadrice russe en Indonésie Lioudmila Vorobieva a indiqué que Jakarta avait invité le président russe à un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement prévu en novembre à Bali. Sa venue « dépendra de beaucoup de choses, notamment de la situation liée au Covid, qui s’améliore à présent. Mais jusqu’à présent l’intention est qu’il vienne », a-t-elle indiqué à des journalistes mercredi.

12h03 : La Pologne expulse 45 diplomates russes pour espionnage

La Pologne expulse « 45 espions russes se faisant passer pour des diplomates », a annoncé mercredi le ministre polonais de l’Intérieur Mariusz Kaminski.

« De façon totalement cohérente et déterminée, nous démantelons le réseau des services spéciaux russes dans notre pays », a-t-il précisé sur Twitter.


 

11h59 : Le plus grand zoo d’Ukraine piégé près de la ligne de front

Le zoo de Mykolaïv se targuait déjà d’être le plus grand d’Ukraine, il expose maintenant de nouveaux spécimens : plusieurs roquettes russes y sont tombées dont deux à sous-munitions, accusent ses responsables, piégés avec des milliers d’animaux sans perspective d’évacuation.

La première roquette, tombée le 27 février et qui a fracassé le dallage du promenoir longeant la fosse des tigres et de l’ours polaire, se trouve désormais dans le musée du zoo fondé il y a plus de 120 ans. Depuis, trois autres roquettes se sont abattues dans le zoo dont une dans la volière de l’outarde, un oiseau rare figurant sur les armoiries traditionnelles de l’Ukraine.

Malgré les difficultés, une centaine de membres du personnel continue à « travailler héroïquement », dormant parfois sur place pour éviter les trajets aléatoires et périlleux.


 

11h52 : Le détail des aides aux entreprises autorisées par l’UE

Les Etats européens peuvent recourir à trois types de dispositifs pour aider leurs entreprises, jusqu’au 31 décembre 2022, a détaillé la Commission. La durée de cet assouplissement pourra être prolongée si nécessaire. Des montants d’aide limités, « sous quelque forme que ce soit, y compris sous la forme de subventions directes » sont accessibles, dans une limite de 35.000 euros par entreprise dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture, et de 400.000 euros dans tous les autres secteurs.

Par ailleurs, un soutien de trésorerie sous la forme de prêts bonifiés ou de garanties publiques de prêts, est permis, dans certaines limites liées aux besoins de l’entreprise en difficulté, à son chiffre d’affaires et aux coûts de l’énergie qu’elle doit supporter.

Enfin, les Etats membres peuvent « indemniser partiellement », y compris par des subventions directes, les entreprises qui sont de gros consommateurs d’énergie pour les surcoûts liés aux hausses exceptionnelles des prix du gaz et de l’électricité. Cette aide sera limitée à 30 % des coûts pris en compte jusqu’à un maximum de 2 millions d’euros.

11h46 : Des réfugiés ukrainiens à Gaza

Lorsqu’ils ont décidé de fuir l’Ukraine, Viktoria Saidam et son mari Ibrahim ont dû trancher : partir, mais où ? Leur choix s’est rapidement porté sur sa terre natale à lui, la bande de Gaza, enclave palestinienne pourtant éprouvée par les guerres.

Devant l’avancée des forces russes après l’invasion ordonnée par le président Vladimir Poutine le 24 février, le jeune couple, marié depuis deux ans, a décidé de quitter Kiev et de retourner à Vinnytsia, puis de plier bagage fin février pour fuir l’Ukraine, comme des millions d’autres.

« Mon mari et moi avons dû chercher un endroit plus sûr que l’Ukraine, nous avons choisi sa patrie, Gaza », dit la jeune femme qui fond en larmes en regardant sur son téléphone des vidéos d’immeubles pulvérisés par des frappes russes.

11h40 : Zelensky insiste sur les dangers nucléaires

Le président ukrainien a profité de son discours devant le Parlement au Japon, encore hanté par la catastrophe de Fukushima en 2011, pour souligner les dangers auxquels son pays fait face avec les attaques russes contre les centrales nucléaires et le site de Tchernobyl.

« En haut des réacteurs brisés se trouvent (…) des installations de traitement actives pour les matériaux nucléaires. La Russie a transformé ce site en une zone de guerre », a-t-il déclaré, avertissant qu’il faudrait des années pour évaluer les possibles effets environnementaux de l’occupation de Tchernobyl par la Russie.

11h37 : Devant le Parlement japonais, Zelensky appelle à de profondes réformes de l’ONU

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé ce mercredi à de profondes réformes des instances de l’ONU, en soulignant qu’elles n’avaient pas empêché la Russie d’envahir l’Ukraine.

« Ni les Nations unies, ni le Conseil de sécurité n’ont fonctionné. Des réformes sont requises », a lancé le dirigeant ukrainien. « Nous avons besoin d’un outil pour assurer de manière préemptive la sécurité mondiale. Les organisations internationales existantes ne fonctionnent pas dans ce but. Nous devons donc développer un nouvel outil préemptif qui puisse réellement arrêter les invasions », a-t-il assuré.

11h33 : A l’hôpital de Zaporojie, des enfants évacués de la région de Marioupol luttent pour leur survie

A l’hôpital pédiatrique de Zaporojie, dans le Sud de l’Ukraine, Milena, 13 ans, se tord de douleur. Le visage lacéré, de la joue jusqu’au cou, cette adolescente aux cheveux bruns noués en nattes tente de se remettre d’une balle qui s’est logée dans son cou, endommageant sa bouche, sa langue et plusieurs vertèbres.

Elle a été blessée alors qu’elle et sa famille tentaient de quitter Marioupol, le port stratégique sur la mer d’Azov que les forces russes pilonnent et assiègent depuis fin février, explique rapidement sa mère. Leur voiture, comme la plupart des véhicules évacuant la ville, portait un panneau marqué « enfants ».

Situé à quelque 250 km au nord-ouest de Marioupol, l’hôpital accueille des enfants venus de l’est et du sud de l’Ukraine. Dans le lit à côté de Milena, Vladislav, cinq ans, est entre la vie et la mort. Il a été touché à l'abdomen alors que sa famille fuyait l'avancée des forces russes vers leur village de Polohy, entre Marioupol et Zaporojie.

11h27 : Zelensky va s’adresser au Parlement suédois jeudi

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky va s’exprimer par visioconférence jeudi devant le Parlement suédois, un mois après le début de l’invasion russe de son pays.

Le discours, qui suit plusieurs interventions devant des parlements occidentaux, est annoncé pour 10h55 (heure locale et française), a précisé le Parlement suédois dans un communiqué mercredi.

« Je suis honoré que le président de l’Ukraine parle au Parlement en pleine guerre. Le Parlement suédois a décidé de soutiens inédits pour l’Ukraine et continue à soutenir le combat du pays pour sa liberté », a déclaré le président de la chambre, Andreas Norlén.

11h24 : Moscou critique l’arrêt du gazoduc Nord Stream 2

« Dans l’UE, où il y a (…) une hausse des prix et une pénurie de ressources énergétiques, sous la pression des États-Unis, ils ont refusé de mettre en service le gazoduc Nord Stream 2 déjà construit, au détriment des consommateurs européens », a critiqué Alexandre Novak, vice-Premier ministre chargé de l’Energie, cité par les agences russes. Il a estimé que le blocage de ce tube était une « absurdité ».

« Les prix des produits pétroliers, par exemple en Allemagne, ont augmenté jusqu’à 40 %. Le prix du gaz par moments a atteint jusqu’à 4.000 dollars par millier de mètres cubes. Et ce n’est pas la fin », a averti le vice-Premier ministre.

11h20 : « Les marchés du gaz et du pétrole s’effondreront » en cas d’embargo

Si les Occidentaux décident d’un embargo sur les hydrocarbures russes, le marché s’effondrera et entraînera les prix vers un terrain inconnu, a déclaré mercredi Alexandre Novak, vice-Premier ministre chargé de l’Energie.

« Il est absolument évident que sans les hydrocarbures russes, si des sanctions sont imposées, les marchés du gaz et du pétrole s’effondreront. La hausse des prix des ressources énergétiques peut être imprévisible », a déclaré M. Novak devant la Douma, chambre basse du parlement.

11h15 : Ralentissement des opérations terrestres russes

L’historien militaire et ancien colonel de troupe de marine Michel Goya fait état d’un « ralentissement très net des opérations terrestres russes » au profit d’une « campagne de frappes qui prend de l’ampleur ». Plus de détails ici : 


 

11h02 : Volodymyr Zelensky devant le Parlement du Japon

Le président ukrainien s’est exprimé devant le Parlement du Japon ce mercredi. Il a remercié Tokyo d’avoir ouvert la voie parmi les pays asiatiques en condamnant l’invasion de l’Ukraine par la Russie et en introduisant des sanctions.

10h55 : Bruxelles autorise des aides d’Etat pour les entreprises de l’UE en difficulté depuis l’invasion de l’Ukraine

La Commission européenne a annoncé mercredi un assouplissement temporaire de ses règles limitant les aides d’Etat aux entreprises pour soutenir l’économie face aux conséquences de la guerre en Ukraine.

Les pays de l’UE sont autorisés à accorder des prêts bonifiés et des subventions aux firmes subissant l’impact des sanctions et la flambée des prix du gaz, sous certaines conditions. « Nous devons atténuer les conséquences économiques de cette guerre et soutenir les entreprises et les secteurs durement touchés et agir de manière coordonnée », a déclaré Margrethe Vestager, commissaire à la Concurrence, dans un communiqué.

10h50 : Les clivages dans la population russe

Si vous voulez en savoir plus sur les clivages qui organisent la population russe, 20 Minutes vous partage un thread Twitter de l'enseignante-chercheuse en science-politique et spécialiste des sociétés post-soviétique Anna Colin-Lebedev. 


 

10h44 : Bombardement russe sur un quartier résidentiel de Kiev

Un quartier résidentiel du nord-ouest de Kiev a été la cible mercredi matin d’un bombardement russe qui a fait quatre blessés légers et endommagé plusieurs habitations, d’après des sources concordantes.

Des tirs d’artillerie se sont abattus en début de matinée sur le quartier Nyvky, dans la partie de la capitale urkrainienne la plus proche de la ligne de front à environ cinq kilomètres, a constaté l’AFP.

10h39 : Moscou accuse les Occidentaux « d’abreuver l’Ukraine en armes »

« Beaucoup aimeraient faire en sorte que les négociations soient une impasse », a encore estimé le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, citant la Pologne, l’un des principaux soutiens de l’Ukraine face à Moscou. « Les pays occidentaux veulent jouer un rôle de médiateurs. Nous ne sommes pas contre, mais nous avons des lignes rouges », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

Il a reproché aux Occidentaux « d’abreuver l’Ukraine en armes » par leurs livraisons, destinées selon lui à « garder le plus longtemps possible » Moscou et Kiev « en situation de combats ».

10h32 : Un Polonais inculpé pour espionnage

Stanislaw Zaryn, porte-parole des services de contre-espionnage polonais ABW, a annoncé ce mercredi l'inculpation pour espionnage pour le compte de la Russie d'un Polonais travaillant dans les archives de la mairie de Varsovie.

10h25 : Kiev appelle les Occidentaux à livrer « des armes offensives »

Le chef de cabinet du président ukrainien a appelé les Occidentaux à livrer « des armes offensives », un « moyen de dissuasion » face à Moscou, avant un sommet extraordinaire de l’Otan consacré à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et auquel Volodymyr Zelensky s’adressera par visioconférence.

« Nos forces armées et nos citoyens tiennent bon avec un courage surhumain, mais on ne peut pas gagner une guerre sans armes offensives, sans missiles à moyenne portée, qui peuvent être un moyen de dissuasion », a plaidé Andriy Yermak, dans une vidéo publiée mardi soir sur Telegram.

10h19 : Nouveau bilan des forces ukrainiennes

D’après les forces ukrainiennes, environ 15.600 soldats russes ont été tués depuis le début de l’invasion en Ukraine. Ils font aussi état de plus de 500 tanks détruits, ainsi que près de 50 systèmes de défense anti-aérien. Ce bilan est impossible à vérifier de façon indépendante à ce stade. Pour rappel, le décompte des morts est un enjeu de la guerre et il est, lors d’un conflit, extrêmement difficile. 20 Minutes vous en parlait ici :

 

10h15 : Violoncelle dans un Kharkiv défiguré par les bombardements

 

10h10 : « L’Otan ne sera pas partie à la guerre »

Devant le Bundestag ce mercredi, le chancelier allemand Olaf Scholz a réaffirmé que l’Otan ne participerait pas directement au conflit. « Aussi difficile que cela puisse être, nous ne céderons pas aux exigences d’une zone d’exclusion aérienne. L’Otan ne sera pas partie à la guerre », a-t-il asséné.

10h06 : Des images « difficilement supportables »

« Les images qui nous parviennent chaque jour d’Ukraine sont difficilement supportables : maisons détruites, hôpitaux bombardés, villes assiégées, soldats morts et de plus en plus de civils tués et blessés, des femmes et des enfants qui fuient avec le peu qu’ils ont pu emporter devant les chars et les missiles de Poutine », s’est ému le chancelier allemand Olaf Scholz.

« Il est clair que les réfugiés sont les bienvenus chez nous », a-t-il lancé. L’Allemagne a déjà accueilli officiellement plus de 232.000 réfugiés ukrainiens.

10h03 : Moscou accuse les Etats-Unis d’entraver les « difficiles » négociations russo-ukrainiennes

Moscou a accusé mercredi les Etats-Unis d’entraver les « difficiles » négociations russo-ukrainiennes, estimant que le but de Washington était de « dominer » l’ordre mondial, y compris par le biais des sanctions.

« Les négociations sont difficiles, la partie ukrainienne change constamment sa position. Il est difficile de se débarrasser de l’impression que nos collègues américains les tiennent par la main », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans un discours devant des étudiants.

09h58 : Pour Ferrand, un embargo sur le gaz et le pétrole russes n’est « pas possible »

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a estimé mercredi qu’un embargo sur le gaz et le pétrole russes « n’est pas possible », quelques heures avant l’intervention vidéo devant le Parlement du chef de l’État ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Nous ne sommes pas prêts parce que ce n’est pas possible », a répondu sur France Inter le président du comité de campagne d’Emmanuel Macron, ajoutant que « les sanctions servent à infléchir le pouvoir politique russe, elles ne servent pas à punir les Françaises ou les Français ou les autres Européens ».

09h52 : Draghi estime que Poutine n’est pas intéressé par un cessez-le-feu

S’adressant au parlement italien, le Premier ministre italien Mario Draghi a déclaré que le président russe Vladimir Poutine ne semblait pas intéressé à l’idée de convenir d’un cessez-le-feu, rapporte l’agence de presse Reuters.

09h48 : 45 diplomates russes soupçonnés d’espionnage en Pologne

Les services de contre-espionnage polonais ABW ont annoncé mercredi avoir identifié 45 diplomates russes soupçonnés d’espionnage.

« L’agence de sécurité interne a dressé une liste de 45 personnes travaillant en Pologne sous couvert d’activités diplomatiques (…) qui mènent de fait une activité d’espionnage dirigée contre la Pologne », a déclaré à la presse Stanislaw Zaryn, porte-parole d’ABW.

09h40 : L’offensive russe « s’enlise », estime Olaf Scholz

L’offensive russe en Ukraine « s’enlise malgré toutes les destructions qu’elle provoque jour après jour », a estimé mercredi Olaf Scholz.

La « vérité est que la guerre détruit l’Ukraine mais qu’en faisant la guerre, [Vladimir] Poutine détruit aussi l’avenir de la Russie », a ajouté devant le Bundestag le chancelier allemand, assurant que Kiev pouvait « compter sur l’aide » de l’Allemagne.

09h24 : Un site pour envoyer et recevoir de l'aide humanitaire en Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé dans sa dernière allocution la création d'un site internet sur lequel il est possible de spécifier ses besoins en aide humanitaire pour les personnes sur place ainsi que d'envoyer de l'aide humanitaire pour les personnes qui souhaitent venir en aide. 


 

09h20 : La Chine « soutient » la participation de Poutine au prochain G20

La Chine s’est prononcée mercredi contre une exclusion de la Russie du prochain sommet du G20, envisagée par Washington après l’invasion de l’Ukraine.

« La Russie est un important pays membre [du G20], aucun membre n’a le droit d’expulser un autre pays », a estimé devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin.

09h16 : Des combattants irlandais en Ukraine

D’après le ministre ukrainien des Affaires étrangères, près de 20.000 combattants​ étrangers se sont portés volontaires pour aider l’Ukraine à repousser l’invasion russe. Ces « légions étrangères » sont composées de nombreuses nationalités, dont des Irlandais qu’on peut voir ici.


 

09h12 : Le récap' de la veille

Pour celles et ceux qui n'ont pas suivi la situation en Ukraine sur la journée de mardi, 20 Minutes vous a fait un récap' que vous pouvez retrouver ici : 

 

09h06 : TotalEnergies dit ne pouvoir se passer de gaz russe

Le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, a assuré mercredi ne pas pouvoir se passer de gaz russe sans lequel une partie de l’économie européenne « s’arrêterait », au micro de RTL.

Près d’un mois après le début l’invasion russe en Ukraine, le groupe français a annoncé mardi renoncer à tout achat de pétrole ou produits pétroliers russes au plus tard à la fin de l’année.

« Je sais remplacer ce pétrole et ce diesel » russes mais « le gaz, je ne sais pas le faire. Si je décide d’arrêter d’importer du gaz russe, je ne sais pas le remplacer, je n’en ai pas de disponible. J’ai des contrats de 25 ans et je ne sais pas sortir de ces contrats », a déclaré Patrick Pouyanné.

8h46 : Peut-on craindre une guerre d'usure ?

Après avoir échoué à remporter des gains rapides au début de l'invasion de l'Ukraine, l'armée russe demeure en quête de victoires militaires décisives un mois après son entrée en guerre et semble s'engager dans une guerre d'usure dévastatrice pour les populations civiles. D'après Washington, la Russie a amplifié ces derniers jours ses opérations aériennes et navales dans le pays face à la résistance des forces ukrainiennes qui continuent de freiner l'avancée ennemie

7h55 : Les avancées de l'Ukraine contre la tuberculose « arrêtées en un jour » par l'invasion russe

Avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie, tous les efforts du pays pour combattre la tuberculose risquent d'être anéantis par la guerre, craignent des spécialistes. L'Ukraine a longtemps lutté contre la tuberculose, qui était la maladie infectieuse la plus mortelle dans le monde jusqu'à l'émergence du Covid-19.

7h22 : 100.000 personnes sont toujours bloquées dans « l'enfer glacial » de Marioupol

Environ 100.000 personnes sont encore bloquées sous les bombes russes dans Marioupol assiégée, près d'un mois après le début de l'invasion de l'Ukraine par les forces russes, qui ne contrôlent qu'une grande ville mais en bombardent toujours plusieurs.

6h51 : Les infos de mardi

Avant de vraiment commencer la journée de mercredi, vous pouvez retrouver toutes les infos d’hier sur le conflit en relisant notre précédent Live :

 

5h39 : Zelensky alerte sur la situation à Marioupol

« Près de 100.000 personnes dans des conditions inhumaines » sont piégées dans les ruines de Marioupol, « en état de siège total, sans nourriture, sans eau, sans médicaments, sous des bombardements constants », a alerté Volodymyr Zelensky dans une vidéo publiée ce mercredi à l’aube.

Des habitants ayant fui la ville ont décrit à l’ONG Human Rights Watch « un enfer glacial, avec des rues jonchées de cadavres et de décombres d’immeubles détruits ».

4h25 : Joe Biden décolle ce mercredi pour l’Europe

La semaine diplomatique va être chargée pour Joe Biden. Le président américain s’envole ce mercredi pour l’Europe, où il compte renforcer l’unité des Occidentaux et alourdir les sanctions contre la Russie.

Jeudi, en une seule journée, il participera à Bruxelles à trois sommets internationaux : de l’Otan, du G7 et de l’Union européenne. Vendredi et samedi, Joe Biden se rendra en Pologne, pays allié au sein de l’Otan et aussi première destination pour la majorité des millions d’Ukrainiens fuyant la guerre.

2h45 : Des « signes » de contre-offensive ukrainienne

Lors d’un point quotidien, un responsable américain au ministère de la Défense a indiqué que :

- les forces russes engagées en Ukraine (150.000 soldats au début de l’invasion) ont diminué d’environ 10 % en un mois, compte tenu des morts, des blessés et de divers problèmes logistiques.

- Il n’y a pour l’instant pas de signe de l’envoi de renforts massifs.

- Moscou a peu de réserves du côté des groupes tactiques de bataillon (infanterie et blindés), avec 75 % des effectifs russes disponibles envoyés en Ukraine, mais pourrait s’appuyer sur des mercenaires russes et des combattants étrangers (du Bélarus, notamment).

- Même si Washington ne peut pas confirmer que l’Ukraine a repris la banlieue ouest de Kiev (Makariv), il y a des « signes » de contre-offensives ukrainiennes, notamment dans le Sud du pays.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue dans ce nouveau live de la rédaction de « 20 Minutes », mobilisée 24h/24. Au 28e jour de l'invasion russe, Joe Biden voyagera vers l'Europe à bord d'Air Force One pour participer jeudi aux sommets de l'Otan, du G7 et de l'Union européenne à Bruxelles. Sur le terrain, des navires de guerres russes dans la mer d'Azov ont participé pour la première fois aux frappes contre Marioupol. Autour de Kiev, c'est le statu quo, avec un encerclement russe compliqué par la crue d'une rivière au nord. Les forces ukrainiennes, elles, tentent des contre-offensives et affirment avoir repris le contrôle de Makariv, dans la banlieue ouest de Kiev.