Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky appelle à des pourparlers pour une paix « significative »

CONFLIT Retrouvez les dernières informations liées au conflit en Ukraine au 23e jour de l’invasion russe

M.F, X.R., D.R.
— 
Volodymyr Zelensky
Volodymyr Zelensky — /AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • A Marioupol, les habitants s’activent toujours dans les décombres du théâtre bombardé à la recherche de survivants. 130 personnes ont pu être évacuées.
  • Le président américain Joe Biden doit adresser ce vendredi une mise en garde à son homologue chinois Xi Jinping contre tout soutien à Moscou.
  • A l’occasion de la présentation de son programme, le président-candidat Emmanuel Macron a dénoncé « la responsabilité funeste » de Vladimir Poutine « pour son pays », assurant que la guerre en Ukraine contre « un peuple frère » laissera « des traces pour des décennies ».

A VOIR

A LIRE

 

Ce live est à présent terminé, merci de nous avoir suivi. On se retrouve très vite pour un nouveau live dédié à la guerre en Ukraine.
2h05 : Zelensky appelle à des pourparlers pour une paix « significative »

« Des négociations significatives sur la paix et la sécurité pour l'Ukraine sont la seule chance pour la Russie de limiter les dégâts de ses erreurs. Il est temps de se rencontrer, temps de parler.  »


 

1h40 : Bill Clinton et George Bush déposent des fleurs pour l’Ukraine

Les deux anciens présidents, qui portaient des rubans bleu et jaune aux couleurs de l’Ukraine, ont déposé des bouquets de tournesols, emblème de ce pays, devant l’église catholique Saints Volodymyr et Olha avant de se recueillir quelques instants. L’initiative visait à montrer leur « solidarité avec le peuple de l’Ukraine », explique une vidéo de leur visite publiée sur le compte Twitter de Bill Clinton ainsi que sur le compte Instagram de George W. Bush.


 

0h20 : Antony Blinken a téléphoné à son homologue ukrainien

Le secrétaire d’Etat américain a réaffirmé à Dmytro Kuleba (ministère des Affaires étrangères ukrainien) le soutien des Etats-Unis à « l’intégrité territoriale » de l’Ukraine.


 

23h00 : Les cosmonautes russes sont bien arrivés dans l'ISS

Le sas s'est ouvert, et on a assisté à un moment qui réchauffe un peu le coeur avec des high five et des hugs, avec la collaboration scientifique internationale qui continue malgré la guerre.


 

22h35 : La Belgique repousse de dix ans sa sortie du nucléaire à cause de la guerre en Ukraine

« Le gouvernement fédéral a décidé de prendre les mesures nécessaires pour prolonger de dix ans la durée de vie des deux réacteurs nucléaires les plus récents », a écrit le Premier ministre Alexandre De Croo sur Twitter.

21h25 : Trois astronautes russes en route vers l'ISS

La géopolitique spatiale reste tendue. Trois cosmonautes russes ont décollé vendredi à bord d'une fusée Soyouz pour la Station spatiale internationale (ISS). Cet équipage, dirigé par le cosmonaute expérimenté Oleg Artemiev, accompagné de Denis Matveïev et Sergueï Korsakov, a décollé à 15H55 GMT pour un vol de trois heures jusqu'à l'ISS, où ils seront accueillis par une équipe de deux Russes, quatre Américains et un Allemand, selon des images retransmises par la Nasa.

>> Les détails sur cette coopération compliquée à lire ici.

21 heures : Mise au point par lettre corrigée

La délégation canadienne à l’ONU a publié une lettre de son homologue russe sur Twitter ce vendredi. Datée de deux jours plus tôt, elle est remplie de corrections en rouge des Canadiens qui changent les mots et font des commentaires assassins soulignant la responsabilité de Moscou dans le drame humanitaire que vit l’Ukraine depuis le début de la guerre.


 

20h54 : Distribution de nourriture pour les soldats ukrainiens

 

20h45 : Une foule pro-Kremlin factice ?

De nombreuses personnes rapportent que la foule qui a assisté au discours de Vladimir Poutine au stade Luzhniki à Moscou plus tôt dans la journée n’était pas entièrement là de son plein gré. Vladimir Poutine a salué « l’unité » russe lors de cet évènement mais est-elle partiellement factice ?

D’après le journaliste de la BBC, Will Vernon, au moins une partie de la foule a été « forcée » d’y assister. Il rapporte notamment que certaines personnes répétaient un texte qu’on leur avait demandé de déclamer devant les journalistes. « Beaucoup de personnes semblaient embarrassées ou honteuses d’être là », rapporte-t-il.


 

20h35 : Dispositif spécial de vote pour les Français partis d’Ukraine

Les Français partis d’Ukraine en raison de la guerre vont pouvoir s’inscrire sur les listes électorales françaises dans leur nouveau pays d’accueil — France ou étranger — pour pouvoir participer à l’élection présidentielle, a annoncé vendredi la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale.

Le conflit « a conduit un grand nombre de ressortissants français établis dans ce pays à rejoindre la France ou à s’établir dans un autre pays », constate la CNCCEP dans un communiqué, et la situation de guerre « ne permettra pas l’ouverture d’un bureau de vote en Ukraine » pour ce scrutin des 10 et 24 avril.

Bien que les inscriptions sur les listes électorales soient closes depuis le 4 mars à minuit, le ministère des Affaires étrangères a indiqué aux ressortissants français ayant dû quitter l’Ukraine qu’ils pourraient, compte tenu de « la situation d’urgence » dans ce pays, bénéficier d’une dérogation prévue par le code électoral, indique la Commission.

20h27 : Les réfugiés d’Ukraine de plus en plus traumatisés et perdus, selon le HCR

Les réfugiés ukrainiens qui ont fui ces derniers jours leur pays attaqué par les forces russes sont plus traumatisés que ceux qui avaient réussi à le quitter au cours de la première phase de la guerre, a indiqué ce vendredi le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Ceux qui ont pris tôt la décision de partir avaient souvent des relations à l’étranger, un projet en tête et un endroit où aller, alors que ceux qui fuient maintenant le pays en proie à la guerre sont perdus, ne sachant pas quoi faire, a souligné le HCR. Le porte-parole du HCR Matthew Saltmarsh a souligné, à Rzeszow en Pologne près de la frontière avec l’Ukraine, que les réfugiés qui arrivent maintenant avaient un plus grand besoin d’aide.

20h21 : Portrait en Rubik’s Cube

 

20h15 : Tracteurs vs tank

Pour les habitués de ce live, vous savez que 20 Minutes partage régulièrement les images de la guerre en Ukraine les plus virales sur les réseaux. Parmi elles, les tracteurs emportant des tanks ou des véhicules russes sont très populaires. En voici une nouvelle :


 

20h10 : C’est l’heure du récap'

Pour celles et ceux qui n’ont pas suivi notre live sur la guerre en Ukraine tout au long de la journée, 20 Minutes a concocté un récap' des évènements ces dernières 24 heures. Vous pouvez le découvrir ici :


 

20h06 : L’expulsion du Conseil de l’Europe « ne change rien » pour Moscou

Selon la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, cette expulsion « ne change rien au fond pour nous. Elle ne fait que nous dispenser de respecter les procédures et obligations résiduelles qui nous sont imposées ».

« La Russie n’accepte pas le tutorat de Bruxelles en matière de droits humains », a-t-elle poursuivi, accusant l’UE de « marchander des exceptions, exemptions et privilèges » quant aux valeurs qu’elle défend, « comme dans un bazar ».

20h01 : « Une distanciation de la Chine » envers la Russie ne « serait que de façade »

L’experte de la Chine Alice Ekman ne voit pas aujourd’hui de « distanciation de la Chine vis-à-vis de la Russie » qui, si elle advenait, ne serait selon elle que de « façade », tant « la rivalité sino-américaine » est « profonde » et « élargie ». « Dans les médias d’Etat [chinois], l’Otan et les Etats-Unis sont considérés comme le premier responsable des évènements (en Ukraine) et l’on note une reprise de certains éléments de langage et points de vue officiels russes dans la communication chinoise », rappelle-t-elle.

19h56 : Biden met en garde Xi sur les « conséquences » d’une aide de la Chine à la Russie

Le président américain Joe Biden a « décrit les implications et conséquences si la Chine fournissait un soutien matériel à la Russie alors qu’elle mène une attaque brutale contre les villes et civils ukrainiens », dans un entretien vidéo avec son homologue chinois Xi Jinping, a fait savoir vendredi la Maison-Blanche.

Les deux dirigeants ont signalé leur volonté de « garder des canaux de communication ouverts » lors de cet entretien qui a duré près de deux heures, selon un communiqué.

19h52 : David Cameron se rend en Pologne pour livrer des produits aux réfugiés

L’ancien Premier ministre britannique, David Cameron, est monté à bord d’un petit camion rempli de denrées pour les réfugiés ukrainiens. Il va se rendre en Pologne, jusqu’à la frontière afin d’effectuer une livraison pour la Croix-Rouge.


 

19h47 : On vous partage la prochaine couverture du magazine allemand Der Spiegel

 

19h42 : La Russie accuse le Conseil de l’Europe d’être un instrument « russophobe » au service des Occidentaux

La Russie a accusé vendredi le Conseil de l’Europe, qui l’a exclue officiellement mercredi, d’être un instrument « russophobe » au service des Occidentaux, assurant rejeter le « tutorat de Bruxelles » en matière de droits humains.

« En raison de l’activité russophobe des Occidentaux, cette structure est en train de perdre sa raison d’être. En plaçant le service des intérêts du bloc au-dessus de ses propres objectifs statutaires, le Conseil de l’Europe a été transformé en un instrument obéissant de l’Union européenne, de l’Otan et de leurs satellites », a déclaré dans un communiqué la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

19h36 : Ô chenille abandonnée

 

19h30 : « Notre position n’a pas changé », assure Kiev

Le son de cloche est différent. Après une nouvelle journée de négociations entre Moscou et Kiev, la Russie s’est félicitée d’un « rapprochement » des positions. Toutefois, l’un des membres de la délégation ukrainienne, le conseiller de la présidence Mikhaïlo Podoliak a, lui, indiqué sur Twitter que les « déclarations de la partie russe ne sont que leurs demandes de départ ».

« Notre position n’a pas changé : cessez-le-feu, retrait des troupes (russes) et garanties de sécurité fortes avec des formules concrètes », a-t-il écrit.

19h23 : Washington place sur liste noire une centaine d’avions russes, dont le jet d’Abramovitch

Le département américain du Commerce a placé sur liste noire une centaine d’avions russes, dont celui de l’homme d’affaires russe Roman Abramovitch et des Boeing d’Aeroflot, qui ont récemment violé les sanctions américaines contre la Russie.

Ces avions ne peuvent plus bénéficier de ravitaillement en carburant, de maintenance ou de fourniture de pièces de rechange ou de services.

« En empêchant ces aéronefs de recevoir tout service, y compris de l’étranger par exemple », tout vol international en provenance de Russie sur ces avions pourrait aboutir à leur immobilisation, indique le ministère.

19h18 : Les transporteurs routiers obtiennent une aide de 400 millions d’euros

Le gouvernement va attribuer une enveloppe de 400 millions d’euros aux transporteurs routiers, qui s’ajoutera aux mesures du plan de résilience annoncées mercredi par le Premier ministre Jean Castex pour minimiser l’impact de l’envol des prix de l’énergie, ont annoncé vendredi leurs organisations professionnelles.

« Une enveloppe globale de 400 millions d’euros sera dès à présent allouée aux entreprises du secteur en fonction de leur nombre de véhicules et du tonnage de ces derniers », ont écrit dans un communiqué commun la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) et L’Union TLF.

Cette aide, négociée au ministère des Transports après les annonces de Jean Castex mercredi, sera « versée rapidement » et concerne 520.000 véhicules : elle ira de 200 euros pour les véhicules utilitaires légers à 1.000 euros pour les autocars et 1.300 euros pour les tracteurs routiers, ont-elles précisé.

19h13 : L’image forte d’un missile antichar russe

 

19h04 : 6,5 millions d'Ukrainiens déplacés dans le pays

6,5 millions de personnes se sont déplacées à l'intérieur de l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe dans le pays, annonce l'ONU. C'est presque le double du nombre de réfugiés qui ont franchi des frontières pour fuir la guerre décrétée par Moscou. 

 

18h55 : A priori pas de mort au théâtre de Marioupol

« Selon des informations préliminaires, il n’y a pas de morts. Mais il y a des informations sur une personne très grièvement blessée », a indiqué sur Telegram le conseil municipal de Marioupol. « Le dégagement des débris se poursuit dans la mesure du possible et les informations sur les victimes seront complétées », a précisé le conseil.

Au moment de l’attaque, « jusqu’à un millier de personnes », essentiellement « femmes, enfants et personnes âgées » se cachaient dans ce bâtiment, selon la même source.

18h45 : Une journaliste ukrainienne prisonnière

Les forces russes « retiennent en captivité » une journaliste ukrainienne, selon le média ukrainien Hromadske. Dans un communiqué, Hromadske a déclaré qu’ils pensaient que leur journaliste, Victoria Roshchyna, avait été arrêtée par le FSB russe vers le 15 mars. Son collègue Ostap Yarysh explique qu’il n’a plus eu de contact avec elle depuis six jours.


 

18h38 : Des images du rassemblement à l’extérieur du stade Loujniki de Moscou

 

18h32 : « Préserver la vie des civils »

Lors de son appel avec Emmanuel Macron, Vladimir Poutine a assuré que « les forces armées russes faisaient tout leur possible pour préserver la vie des civils, notamment en mettant en place des couloirs humanitaires pour leur évacuation en toute sécurité ».

18h27 : Un camping tchèque ouvre un restaurant ukrainien tenu par les réfugiés

Un camping près de Prague hébergeant des réfugiés fraîchement arrivés a ouvert un restaurant ukrainien tenu par des femmes qui ont fui l’invasion russe de leur patrie. Borsch, golubtsy (choux farcis), bograch (ragoût) ou pampuschki (petits pains à l’ail) sont désormais au menu de ce lieu improvisé à Revnice, au sud-ouest de Prague.

« J’ai décidé d’héberger des réfugiés ukrainiens après [avoir bu] une bouteille de tequila le 24 février lorsque la guerre a éclaté », raconte Stefan Orsos, qui a racheté le camping il y a deux ans.

L’homme de 49 ans y dirigeait un restaurant majoritairement asiatique jusqu’à ce que son objectif change il y a quelques semaines lorsqu’il a accueilli une quarantaine de réfugiés ukrainiens, dont plus de la moitié étaient des enfants.

18h23 : Funérailles de soldats ukrainiens

Trois combattants ukrainiens ont été enterrés ce vendredi à Oujhorod, une ville de près de 115.000 habitants, proche de la frontière avec la Slovaquie.


 

18h15 : Macron exprime sa « préoccupation extrême » pour Marioupol auprès de Poutine

Emmanuel Macron a exprimé vendredi à Vladimir Poutine sa « préoccupation extrême » concernant la situation à Marioupol, une ville du sud-est de l’Ukraine bombardée par l’armée russe, et réclamé « la levée du siège et l’accès humanitaire », a indiqué l’Elysée.

Au cours d’un nouvel entretien téléphonique entre les présidents français et russe qui a duré 1h10, Emmanuel Macron a « de nouveau exigé le respect immédiat d’un cessez-le-feu » en Ukraine, a précisé la présidence.

18h06 : Poutine accuse l’Ukraine de « crimes de guerre » auprès de Macron

Le président russe Vladimir Poutine a accusé vendredi l’Ukraine, lors d’un appel téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron, de « nombreux crimes de guerre », assurant que les forces dirigées par Moscou faisaient « tout leur possible » pour ne pas cibler les civils.

Lors de cet appel, « l’attention a été attirée sur les nombreux crimes de guerre commis quotidiennement par les forces de sécurité et les nationalistes ukrainiens », a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

18h04 : Moscou annonce un « rapprochement » des positions dans ses pourparlers avec Kiev

Le chef de la délégation russe aux pourparlers avec Kiev a annoncé vendredi avoir constaté un « rapprochement » des positions sur la question d’un statut neutre de l’Ukraine et des progrès sur celle de la démilitarisation du pays. « Le sujet du statut de neutralité de l’Ukraine et de sa non-adhésion à l’Otan est l’un des points clés des négociations, c’est le point sur lequel les parties ont rapproché le plus possible leurs positions », a déclaré Vladimir Medinski, cité par les agences russes. « En ce qui concerne la démilitarisation, je dirais 50/50 », a-t-il poursuivi, disant ne pas pouvoir révéler les détails des négociations mais que les délégations sont « à mi-chemin » d’un accord sur la question.

Il a toutefois relevé des « nuances » à propos des « garanties de sécurité » réclamées par l’Ukraine.

18h01 : La Suisse reprend les sanctions de l’UE sur les produits de luxe

Mardi, l’Union européenne a pris un quatrième train de mesures, élargissant les sanctions aux produits de luxe, que le gouvernement suisse va reprendre à son tour, indique-t-il dans un communiqué. Fin février, la Suisse malgré sa traditionnelle neutralité s’est alignée sur les sanctions de l’UE.

L’interdiction d’exporter des articles de luxe « ne concerne qu’une faible proportion des exportations mondiales de la Suisse », note le gouvernement. « Certaines entreprises, par contre, pourraient être lourdement affectées », reconnaît-il. L’horlogerie est le troisième secteur d’exportation pour la Suisse, loin toutefois derrière la pharmacie et les machines et équipements électriques. En 2021, les exportations de montres suisses en Russie se chiffraient à 260 millions de francs suisses (252 millions d’euros), selon les statistiques de la fédération horlogère, ce qui représente environ 1,1 % du total des exportations de montres suisses.

17h55 : L’Allemagne démarche tous azimuts pour acheter du gaz

L’Allemagne multiplie les démarches auprès d’exportateurs de gaz susceptibles de remplacer l’approvisionnement en provenance de Russie, le ministre de l’Economie se rendant samedi au Qatar, après un déplacement en Norvège cette semaine. Le Qatar est l’un des trois plus gros exportateurs de gaz naturel liquéfié (GNL), cette ressource sur laquelle comptent les pays européens pour réduire leur dépendance au gaz russe.

La question est particulièrement délicate pour l’Allemagne dont la moitié des importations de gaz viennent de Russie. « Nous avons besoin, à court terme et de manière temporaire, de plus de gaz naturel liquéfié et nous voulons le faire arriver dans nos propres terminaux en Allemagne. D’autre part, nous devons accélérer le passage du gaz naturel conventionnel à l’hydrogène vert », explique Robert Habeck. Après un voyage aux Etats-Unis puis en Norvège, cette visite au Qatar sera suivie d’un déplacement aux Emirats arabes unis.

17h49 : Au moins un blessé grave au théâtre de Marioupol

Le conseil municipal de Marioupol a dressé un premier bilan du bombardement de son théâtre mercredi, citant un blessé grave. Aucun mort n’a encore été recensé, mais le dégagement des gravats est encore en cours et on ignore avec précision le nombre de civils qui y étaient réfugiés.

17h48 : Dites-lui avec des missiles

 

17h35 : Bosch réduit ses activités en Russie

Le premier équipementier automobile mondial Bosch a indiqué vendredi qu’il suspendait des « parties importantes » de ses activités avec la Russie, au moment où il se voit reprocher d’avoir équipé des véhicules militaires de l’armée de Vladimir Poutine. La livraison de « composants de camions en Russie et aux clients russes » a notamment été stoppée, ajoute Bosch, après des accusations du ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba selon lequel des pièces de l’équipementier ont été retrouvées dans des véhicules militaires russes participant à l’offensive en Ukraine. Le ministère de l’Economie à Berlin a lancé dans la foulée une enquête visant une possible violation de l’interdiction d’exporter des pièces pouvant être utilisées à la fois à des fins civiles et militaires, affirme l’hebdomadaire Der Spiegel.

17h28 : Une aide d’urgence de 200.000 pour les réfugiés dans les Hauts-de-France

Au cours de la dernière séance plénière du conseil régional des Hauts-de-France, une aide d’urgence de 200.000 euros a été votée pour les réfugiés ukrainiens. La région accueille par ailleurs des sportifs et des chercheurs ayant dû fuir la guerre. Notre journaliste Mickaël Libert vous en dit plus juste ici.

 

17h19 : L’UE va aider les acteurs du tourisme à accueillir des réfugiés

L’Union européenne « discute d’un nouveau cadre d’aides d’État spécifiques » pour soutenir la « formidable mobilisation » des acteurs du tourisme en vue d’accueillir des réfugiés ukrainiens, a indiqué vendredi le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton. « Les acteurs du tourisme vont continuer à jouer un rôle important » dans l’accueil des « plus de trois millions » de réfugiés ukrainiens, a-t-il souligné lors d’une conférence de presse en marge d’une réunion informelle des ministres du Tourisme des 27, à Dijon.

17h14 : Les entreprises de l’insertion vont proposer 10.000 emplois aux réfugiés

« Les entreprises d’insertion proposent de mettre au service de l’accueil des Ukrainiennes et Ukrainiens leur savoir-faire et s’engagent à accompagner 10.000 personnes d’ici la fin juin », indique la Fédération, qui regroupe 600 entreprises du secteur, dans un communiqué. Elle souligne que la filière accompagne « depuis plus de 30 ans » des réfugiés ou migrants « comme toute personne en situation de fragilité », avec un contrat de travail « couplé à un accompagnement socio-professionnel pour prendre en charge les questions de garde d’enfants, de logement, de santé, ou de celle de la maîtrise de la langue ».

17h06 : Décollage d’une fusée Soyouz vers l’ISS avec trois Russes à bord

Trois cosmonautes russes ont décollé vendredi à bord d’une fusée Soyouz pour la Station spatiale internationale (ISS), dans un contexte de tensions extrêmes entre la Russie et les Occidentaux liées au conflit en Ukraine.​

16h55 : Le Programme alimentaire mondial veut aider l’Ukraine sans « négliger » les autres pays

Le directeur du Programme alimentaire mondial a lancé vendredi un vibrant appel aux pays développés pour qu’ils ne « négligent » pas les pays, autres que l’Ukraine, qui sont également dans une extrême précarité. « Je m’efforce de réveiller les Européens et les Etats-Unis », a déclaré David Beasley lors d’une conversation avec Kristalina Georgieva, la directrice générale du Fonds monétaire international consacrée aux pays fragilisés par les conflits. « Pendant que vous vous concentrez sur l’Ukraine, s’il vous plaît, ne négligez pas le Sahel, s’il vous plaît, ne négligez pas la Syrie, la Jordanie, le Liban. Si vous le faites, les conséquences seront catastrophiques, plus que catastrophiques », implore-t-il.

16h45 : Grande fête en Russie pour l’anniversaire de l’annexion de la Crimée

« Pour un monde sans nazisme », « Pour la Russie », proclamaient des banderoles déployées dans le stade Loujniki de Moscou, plein à craquer, alors que la Russie justifie son opération militaire en Ukraine par la nécessité de « dénazifier » le pays, accusé de perpétrer un génocide de populations russophone. Des « Z » ornaient aussi les poitrines des intervenants se produisant devant la foule, cette lettre étant devenue un symbole patriotique car elle est inscrite sur de nombreux chars russes déployés dans les zones de combats.

Le clou du spectacle, pour 95.000 spectateurs dans le stade et 100.000 à l’extérieur selon un décompte de la police, était le discours du président russe, venu en doudoune bleue marine et pull à col roulé crème, à peine parasité par la « panne technique sur un serveur » lors de la retransmission télévisée. L’évènement a aussi été marqué par les chansons patriotiques de chanteurs célèbres. Oleg Gazmanov a repris le tube « Fabriqué en URSS », qui proclame notamment « l’Ukraine et la Crimée, la Biélorussie et la Moldavie, c’est mon pays ».


 

16h10 : L’ancien joueur Tymoshchuk est-il devenu un agent secret russe ?

L’ancienne gloire du football ukrainien garde le silence depuis le début de la guerre. De quoi nourrir quelques interrogations en Ukraine, où certains n’hésitent pas à l’accuser de haute trahison. Notre journaliste Aymeric Le Gall a mené l’enquête.


 

16h04 : L’entretien entre Xi et Biden, qui a duré près de deux heures, est fini

« La crise ukrainienne n’est pas quelque chose que nous souhaitions voir » arriver, a déclaré Xi Jinping, selon des propos rapportés par la télévision chinoise.

16h01 : Les Occidentaux dénoncent à l’ONU la « désinformation » russe

Les six pays occidentaux membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont dénoncé vendredi l’utilisation de cette instance par Moscou pour diffuser de « la désinformation » et de la « propagande », avant une dixième réunion de cette instance depuis l’invasion. Demandée par la Russie et portant sur des armes biologiques supposées présentes en Ukraine, « cette réunion, et ces mensonges sont conçus dans un seul but : détourner la responsabilité de la Russie dans cette guerre et dans la catastrophe humanitaire qu’elle a provoquée », ont-ils affirmé dans une déclaration conjointe lue par l’ambassadrice américaine à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield. La diplomate était accompagnée de représentants de la France, de la Norvège, de l’Albanie, de l’Irlande et du Royaume-Uni.

15h55 : Opération sauvetage de chevaux

Le conseil des chevaux de Normandie lance un appel à la filière équine pour venir en aide aux éleveurs ukrainiens, dont les chevaux sont bloqués au cœur de la guerre.


 

15h47 : Un navire marchand coulé par la Russie

Un navire marchand battant pavillon panaméen a été coulé par des tirs russes hier en mer Noire. Deux autres navires ont été endommagés, mais les équipages sont sains et saufs, précise l’administrateur de l’Autorité maritime du Panama, Noriel Arauz.

« La marine de guerre russe » interdit à 200 à 300 navires de différentes nations de « sortir de la Mer Noire », a dénoncé l’administrateur de l’Autorité maritime panaméenne. Une dizaine de bateaux battant pavillon panaméen dédiés notamment au transport de céréales, et environ 150 hommes d’équipage de ces navires, sont ainsi bloqués en Mer Noire

15h41 : Marioupol sous un parapluie

 

15h33 : La Chine et les Etats-Unis ont la responsabilité d’aider à la paix mondiale, indique Xi Jinping à Joe Biden

Hasard du fil info, Taïwan signale au même moment qu’un porte-avion chinois a traversé le détroit de Taïwan, une zone particulièrement sensible.

15h25 : Rome, Madrid, Lisbonne et Athènes veulent des mesures urgentes sur l’énergie

Les dirigeants d’Italie, d’Espagne, de Grèce et du Portugal ont réclamé vendredi à Rome des mesures urgentes de la part de l’Union européenne pour combattre la hausse des prix de l’énergie frappant particuliers et entreprises. « La rencontre d’aujourd’hui a servi à définir une approche commune en vue du Conseil européen de la semaine prochaine. Nous voulons pousser la Commission européenne et les autres pays membres à adopter des mesures importantes, de protection pour tous les Etats, dans un domaine décisif pour notre avenir », a estimé le chef du gouvernement italien Mario Draghi à l’issue de discussions avec ses collègues du sud de l’Europe. « Un stockage commun (du gaz, ndlr) permettrait de nous protéger mutuellement. Des achats communs permettraient d’avoir un meilleur pouvoir de négociation face aux fournisseurs », a poursuivi le dirigeant italien.

15h18 : Petit beug à la télévision russe

Le président russe Vladimir Poutine a disparu vendredi des écrans en plein discours au cours d'un grand concert à Moscou célébrant l'annexion de la Crimée ukrainienne en 2014, le Kremlin expliquant l'incident par une panne technique. Vladimir Poutine était en train de louer l'héroïsme des soldats russes engagés en Ukraine, devant des dizaines de milliers de personnes dans un stade, quand soudain la chaîne de télévision publique russe Rossiya-24 a commencé à montrer d'autres moments du même évènement, discours officiels et chansons populaires. Quinze minutes après, la télévision a repris la diffusion de l'intervention du président russe en différé.

15h14 : « Un conflit n’est dans l’intérêt de personne »

Un conflit « n’est dans l’intérêt de personne », a déclaré vendredi le président chinois Xi Jinping à son homologue américain Joe Biden, selon des propos rapportés par la télévision chinoise. Lors de cet entretien téléphonique, le président américain devait appeler Xi Jinping à prendre ses distances avec le président russe Vladimir Poutine.

15h04 : La Grèce propose de reconstruire la maternité de Marioupol

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis s’est dit vendredi prêt à reconstruire la maternité de Marioupol, qui a été bombardée il y a quelques jours. « La Grèce est prête à reconstruire la maternité de Marioupol, le centre de la minorité grecque en Ukraine, une cité chère à nos cœurs et devenue le symbole de la barbarie de la guerre », a-t-il écrit sur Twitter. Trois personnes dont un enfant sont mortes dans ce bombardement.

14h51 : 130 personnes sauvées au théâtre de Marioupol, des « centaines » d’autres sous les décombres

« Plus de 130 personnes ont pu être sauvées. Mais des centaines d’habitants de Marioupol sont toujours sous les décombres », déclare le président Zelensky dans une vidéo, promettant la poursuite des opérations de secours « malgré les bombardements » qui se poursuivent dans cette grande ville portuaire.

14h40 : Zelensky s’adressera aux députés français mercredi par vidéo

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky interviendra mercredi à 15 heures en direct par vidéo devant les députés français, a indiqué vendredi la présidence de l’Assemblée nationale dans un communiqué. « La situation de guerre qui frappe le peuple ukrainien concerne l’ensemble des peuples d’Europe, et leurs assemblées parlementaires », a-t-elle souligné. M. Zelensky s’est déjà adressé par lien vidéo aux eurodéputés le 1er mars, puis devant le parlement britannique, les parlementaires canadiens, le Congrès américain et le Bundestag allemand. Dimanche, il doit encore s’adresser au Parlement israélien.

14h15 : L'entretien entre Biden et le président chinois Xi a commencé
14h09 : Superman ou SuperZelensky ?

 

14h06 : « L’enfer » de Marioupol

Fuyant « l’enfer » de la ville assiégée de Marioupol, des familles ukrainiennes racontent les cadavres gisant plusieurs jours dans les rues, la faim, la soif et le froid mordant des nuits passées dans des caves avec des températures inférieures à zéro.

« Ce n’est plus Marioupol, c’est l’enfer », dit Tamara Kavunenko, 58 ans, qui est réfugiée à Zaporojie, à 250 km au nord-est. Les Russes « ont tiré tant de roquettes (…) les rues sont jonchées de nombreux cadavres de civils ». « Quand il neigeait, nous avons récupéré la neige et l’avons fait fondre pour avoir de l’eau. Quand il ne neigeait pas, nous avons fait bouillir l’eau du fleuve pour la boire », explique-t-elle.

14h02 : Plus d’images du stade bondé à Moscou

En attendant la prise de parole de Vladimir Poutine, attendu au stade Luzhniki de Moscou, on vous partage de nouvelles images. Les organisateurs affirment que 100.000 personnes doivent être dans l’enceinte du stade et 400.000 à proximité.


 

13h54 : Manque de munitions côté russe ?

Les formes armées ukrainiennes affirment que la Russie a presque épuisé son stock de missile et travaille à le renflouer. Il n’est toutefois pas possible de vérifier ses informations de manières indépendantes pour le moment.


 

13h48 : Un stade rempli pour soutenir la guerre en Ukraine

Un rassemblement pro-Kremlin et pro-guerre, pour marquer le huitième anniversaire de l’annexion de la Crimée par la Russie, est en cours ce vendredi au stade Luzhniki de Moscou.


 

13h43 : Les trois pays baltes expulsent dix diplomates russes au total

La Lituanie, la Lettonie et l’Estonie ont annoncé vendredi l’expulsion de dix diplomates russes au total, dans le contexte de l’agression russe en Ukraine.

« La Lettonie expulse trois employés de l’ambassade russe en raison d’activités contraires à leur statut diplomatique et compte tenu de l’agression russe en cours en Ukraine », a annoncé sur Twitter le ministre letton des Affaires étrangères Edgars Rinkevics, précisant que la décision a été coordonnée avec la Lituanie et l’Estonie. Les ministères des Affaires étrangères de ces pays ont annoncé l’expulsion de quatre et de trois diplomates russes, respectivement.


 

13h39 : 109 poussettes vides pour 109 enfants morts

Sur la place du marché central de Lviv, une ville ukrainienne proche de la frontière polonaise, ont été installées 109 poussettes vides. Elles symbolisent les 109 enfants qui ont perdu la vie depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, d’après les autorités ukrainiennes.


 

13h35 : Le Programme alimentaire mondial inquiet pour l’Ukraine

Ce vendredi, un responsable du Programme alimentaire mondial (PAM) s’est inquiété auprès de nos confrères du Guardian alors que les chaînes d’approvisionnement alimentaire en Ukraine s’effondrent. Une partie des infrastructures sont détruites et de nombreuses épiceries et entrepôts sont désormais vides, a alerté Jakob Kern, coordinateur d’urgence du PAM pour la crise ukrainienne.

13h30 : Les évacuations des sociétés privées

Des centaines d’employés d’entreprises étrangères implantées en Ukraine ont été évacués, parfois sous les bombardements russes, par des sociétés de sécurité privée, chaînon essentiel pour les groupes internationaux légalement tenus de protéger leur personnel.

Depuis le début de l’invasion russe le 24 février, « on a sorti plus de 250 personnes de situations parfois très périlleuses, parfois même sans considération commerciale », indique Richard Terzan, PDG de Risk & Co, qui a comme clients plusieurs entreprises du CAC 40 et des institutions publiques.

13h26 : Sans explications

De nombreux Russes ont été emmenés en bus sur les lieux des manifestations pro-guerre sans explications, rapporte le président du think tank Action Resilience, Cédric Mas.


 

13h20 : Manifestation pour la guerre

A Moscou, de nombreux Russes se rassemblent pour signifier leur soutien à l’invasion de l’Ukraine.


 

13h15 : Le « non-sens historique » de Vladimir Poutine

« Dire que le peuple ukrainien n’existe pas, que c’est une branche du peuple russe, est un non-sens historique. C’est comme dire que les Français, Espagnols, Portugais et Roumains sont le même peuple parce que jadis leurs lointains ancêtres parlaient latin », explique l’historienne et essayiste d’origine russe, Galia Ackerman interrogée par l’AFP.

13h08 : 6.000 kilomètres en taxi pour ramener des réfugiés ukrainiens en Espagne

Arrivée à Varsovie après avoir fui la guerre en Ukraine, Khrystyna Trach n’avait aucun moyen de rejoindre l’Espagne où vit sa sœur. Jusqu’à ce qu’elle apprenne l’existence d’un convoi solidaire de taxis espagnols, qu’elle voit désormais comme des « héros ».

Bouleversés par ce conflit, une soixantaine de chauffeurs madrilènes ont roulé près de 6.000 kilomètres pour amener de l’aide humanitaire dans la capitale polonaise avant d’y récupérer Khrystyna et 134 autres réfugiés ukrainiens pour les ramener en Espagne.

12h59 : La France propose que l’UE décide d’un « plafonnement » du prix d’achat du gaz

La France a proposé aux autres membres de l’Union européenne de mettre en place un « plafonnement à 27 des prix du gaz » afin de lutter contre l’augmentation massive des prix de cette énergie, que l’UE importe à 40 % de Russie, a affirmé vendredi le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire.

12h53 : L’Allemagne enquête sur l’oligarque Mordachov

Le ministère allemand de l’Economie cherche à savoir si le milliardaire russe Alexei Mordachov, principal actionnaire du géant du tourisme TUI, a contourné les sanctions infligées par l’UE en transférant ses parts à une société contrôlée par sa femme. « Une procédure d’examen des investissements est en cours », a indiqué vendredi une porte-parole du ministère à propos de cette enquête dont TUI a également fait état dans un communiqué.

La vérification concerne le récent transfert de 29,9 % des actions de TUI, pour une valeur de 1,3 milliard d’euros, à la société Ondero Limited, dont l’actionnaire principal est Marina Mordashova, son épouse, a précisé le groupe de Hanovre. Ce tour de passe-passe pourrait permettre au milliardaire russe, qui détenait avant cette transaction 34 % du capital de TUI, de continuer à en jouir par le truchement d’une société aux mains de son épouse, alors qu’il est lui-même visé par les sanctions des Occidentaux liées à la guerre en Ukraine.

12h45 : Des vétérans se préparent à Lviv

A l’ouest de l’Ukraine, loin des combats, Lviv voit tout de même la guerre se rapprocher. Les réfugiés affluent, les bombes tombent régulièrement, et des hommes s’entraînent pour le combat. Maniement et nettoyage des armes, séances de tir, déplacement en zone de guerre : dans un village au nom tenu secret, jeunes et moins jeunes multiplient les entraînements avec rigueur.

« Ces formations ont lieu 24 heures sur 24, sept jours sur sept, car nous ne savons pas combien de temps nous avons pour nous préparer à la bataille », explique Taras Ichtchyk, 27 ans, responsable de la communication de cette brigade régionale de la défense territoriale. « On doit s’entraîner de plus en plus, la guerre continue et nous devons nous préparer à différents scénarios », poursuit-il.

12h34 : L'Elysée confirme un appel entre Macron et Poutine

Selon une source à l'Elysée, Emmanuel Macron aura un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine depuis Pau, où il est en déplacement, aux alentours de 16 heures.

12h29 : La Bulgarie expulse dix diplomates russes

La Bulgarie a annoncé vendredi l’expulsion de dix diplomates russes pour « des activités non conformes à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Cette formule est souvent utilisée pour signaler des activités d’espionnage. Deux diplomates russes avaient déjà été expulsés début mars pour un motif similaire.

12h20 : La banque centrale russe maintient son taux directeur à 20 %

« Le conseil d’administration de la Banque de Russie a décidé de maintenir le taux à 20 % par an », a indiqué l’institution monétaire dans un communiqué, à l’issue d’une réunion du conseil d’administration. « L’économie russe entre dans une phase de transformations structurelles à grande échelle, qui sera accompagnée d’une période de hausse de l’inflation temporaire mais inévitable, liée principalement à des ajustements des prix d’un grand nombre de biens et de services », explique l’institution. « La politique monétaire de la Banque de Russie doit permettre une adaptation graduelle de l’économie aux nouvelles conditions et un retour à une inflation de 4 % en 2024 », ajoute-t-elle. Le 28 février, quatre jours après l’entrée des troupes russes en Ukraine, la BCR a relevé son taux de 9,5 % à 20 % pour faire face aux sanctions économiques décrétées par les Occidentaux contre Moscou.

12h06 : Le FMI et la Banque mondiale prévoient de « vastes retombées économiques mondiales »

Les grandes organisations économiques internationales telles que la BERD, le FMI et la Banque mondiale se déclarent vendredi « horrifiées et profondément inquiètes » de l’invasion russe de l’Ukraine, prévoyant de « vastes retombées économiques mondiales ». Dans un communiqué, les organisations signataires soulignent qu’en plus « de la dévastatrice catastrophe humanitaire en Ukraine, la guerre perturbe les moyens de subsistance dans la région et au-delà », réduisant l’approvisionnement en énergie, en nourriture, augmentant les prix et la pauvreté.

11h58 : Le TAS refuse de suspendre l'exclusion du foot russe par la Fifa

La Russie reste donc exclue de la Coupe du monde au Qatar.

11h49 : Des poussettes symboliques à Lviv

Depuis le début de l'invasion russe, au moins 109 enfants ont été tués selon les autorités ukrainiennes. A Lviv, des poussettes ont été symboliquement alignées sur une place du centre-ville pour les représenter.


 

11h47 : La Norvège va débloquer 300 millions d’euros pour renforcer son armée près de la Russie

« Même si une attaque russe contre la Norvège n’est pas probable, il faut que l’on réalise que nous avons un voisin à l’est qui est devenu plus dangereux et plus imprévisible », a déclaré le ministre norvégien de la Défense, Odd Roger Enoksen, lors d’une conférence de presse. Le gouvernement norvégien a annoncé qu’il allait débloquer cette année 3 milliards de couronnes (308 millions d’euros) supplémentaires pour, en particulier, renforcer sa présence militaire dans le Grand Nord près de la frontière avec la Russie.

11h40 : L’AIE espère que la réunion de l’Opep + « soulagera la tension » sur le marché

Alors que l’Opep +, réunissant l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, menée par l’Arabie saoudite, et dix autres pays exportateurs non-membres de l’Opep, menés par la Russie, doit se réunir le 31 mars, le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol, espère « des messages positifs qui pourraient aider à réduire la pression sur les marchés pétroliers ». « De nombreux producteurs importants de pétrole ont prouvé à maintes reprises dans le passé qu’ils étaient des acteurs responsables du marché de l’énergie dans des circonstances difficiles comme celles-ci », a-t-il déclaré. Les membres de l’Opep + refusent pour l’instant d’augmenter significativement leur production pour soulager le marché, se tenant au relèvement graduel de 400.000 barils par jour chaque mois.

11h27 : Les agriculteurs bretons protestent contre les prix du carburant

Une quinzaine de tracteurs bloque actuellement un tronçon de la quatre voies reliant Rennes à Angers. « Notre action aujourd’hui c’est pour le prix du GNR (gazole non-routier, ndlr) qui a augmenté dans des proportions inacceptables. L’année dernière on le payait autour de 0,70 euro par litre, et là on est à 1,40, 1,50, ça fait une grosse augmentation », explique Joseph Cornu, entrepreneur de travaux agricoles à Janzé (Ille-et-Vilaine) qui a pour clients des agriculteurs.

« Nos engins consomment beaucoup de gazole et de GNR. Sur des tracteurs, on est à 35 litres à l’heure, sur des ensileuses, on est à 1.000 litres par jour. Ça nous fait de grosses répercussions de prix chez nos agriculteurs, mais eux ne peuvent pas répercuter leurs prix parce que leurs prix de vente sont bloqués », ajoute-t-il, dénonçant l’annonce d’un remboursement « de 15 centimes sur une augmentation de 80 centimes à un euro le litre ».

11h14 : Le sort de la Biélorussie lié à celui de l’Ukraine ?

Svetlana Tikhanovskaïa, figure de proue de l’opposition biélorusse, affirme que le peuple biélorusse soutient l’Ukraine, et considère que le sort de la Biélorussie est lié à l’issue de la guerre. « Maintenant, nous devons nous battre non seulement contre le régime, non seulement pour la libération de nos prisonniers politiques, mais aussi pour les Ukrainiens, car nous comprenons que le sort de la Biélorussie dépend du sort de l’Ukraine en ce moment », explique-t-elle, appelant à distinguer la position du président Loukachenko, allié de la Russie, de celle de la population.

« Nous sommes traités comme des agresseurs », a-t-elle déclaré, alors même que la population « lutte contre la dictature ». « Les conditions des prisonniers politiques dans notre pays sont bien pires que celles des criminels habituels », observe Svetlana Tikhanovskaïa, dont le mari, Sergueï Tikhanovski, figure majeure de l’opposition, croupit en prison. « Les gens sont constamment humiliés physiquement et moralement, ils sont privés de médicaments, de soins médicaux, privés de produits hygiéniques. Ils sont torturés ». Et si la Biélorussie est durement touchée par les sanctions occidentales, une victoire de Vladimir Poutine en Ukraine ne ferait que renforcer la position d’Alexandre Loukachenko dans son pays.

11h06 : Appel entre Macron et Poutine à 17 heures
10h58 : La Russie veut « punir le peuple » ukrainien, selon Inna Shevchenko

« Cette guerre est une vengeance contre le peuple ukrainien qui veut se détacher de son passé soviétique lié à la Russie, qui voulait s’émanciper, faire revivre son identité nationale et a manifesté ses aspirations européennes et démocratiques. C’est une vengeance, une tentative de punir le peuple », dénonce la militante féministe. La figure de proue du mouvement Femen, originaire de Kherson où vit encore sa famille, raconte : « Ma grand-mère avait quatre ans quand les Nazis sont arrivés dans leur village dans l’ouest de l’Ukraine. Aujourd’hui elle doit se cacher encore une fois, de l’armée russe qui essaie d’effacer ce peuple ».

10h50 : La Femen Inna Shevchenko alerte sur le sort des femmes en Ukraine

« Les femmes sont très actives, elles sont au front, elles prennent les armes, elles aident, elles sauvent des vies et elles donnent la vie dans des abris antibombe ou dans des maternités, où elles sont bombardées », déclare la jeune femme de 31 ans, qui vit à Paris depuis près de dix ans. « Elles sont prises pour cibles en Ukraine comme civiles, et celles qui essaient de fuir l’Ukraine avec leurs enfants, sont chassées par des proxénètes à la frontière », dénonce-t-elle.

10h37 : Poutine accuse l’Ukraine de « faire traîner » les pourparlers

« Il a été noté que le régime de Kiev cherche par tous les moyens à faire traîner le processus de négociations, en avançant de nouvelles propositions pas réalistes », a indiqué le Kremlin dans un communiqué résumant les propos de Vladimir Poutine à Olaf Scholz, après leur entretien téléphonique.

10h35 : L’état de l’avancée russe

Sur cette carte, les territoires contrôlés par l’armée figurent en marron. La tentative d’encerclement de Kiev se poursuit, Karkhiv et Mykolaiv résistent encore, et une chute de Marioupol permettrait de lier le front est et le front sud pour les Russes.


 

10h14 : Plus de deux millions de réfugiés ukrainiens ont passé la frontière polonaise

« Aujourd’hui, le 18 mars, à 9 heures (8 heures GMT), le nombre des réfugiés d’Ukraine a dépassé deux millions. Ce sont en majorité des femmes avec des enfants. Les fonctionnaires des gardes-frontières sont les premiers Polonais qui les aident après qu’ils ont franchi la frontière », indique un communiqué sur Twitter des gardes-frontières polonais.

10h06 : Moscou va « réagir » en cas d’adhésion de la Bosnie à l’Otan, Washington dénonce des propos « dangereux »

Dans le contexte de l’invasion russe en Ukraine, l’éventualité d’une déstabilisation de la Bosnie fait du bruit, alors que son intégrité est sérieusement menacée ces derniers mois par le chef politique des Serbes de Bosnie, Milorad Dodik, considéré comme proche de Moscou. Interrogé sur l’éventualité d’une adhésion de la Bosnie à l’Otan, l’ambassadeur russe à Sarajevo Igor Kalabuhov a tenu des propos ambigus.

« Nous sommes pour ce que la Bosnie-Herzégovine décide. Si un jour elle décide d’être membre de quoi que ce soit, c’est une affaire intérieure. Mais une autre raison et une autre chose (est) notre réaction », élude-t-il. « Nous avons montré avec l’exemple de l’Ukraine ce à quoi nous nous attendons. Nous allons réagir en cas de menace », prévient l’ambassadeur. Des propos condamnés par Washington, dénonçant un discours « dangereux ».

10h05 : L’AIE appelle à réduire rapidement la consommation de pétrole

Baisser la vitesse sur route, télétravailler, rendre les transports publics moins cher : l’AIE a dévoilé vendredi des mesures pour réduire rapidement la consommation de pétrole, face au risque de choc causé par l’invasion russe en Ukraine. L’ensemble de ces 10 mesures permettrait de réduire la consommation de pétrole de 2,7 millions de barils par jour en quatre mois, l’équivalent de la consommation de toutes les voitures en Chine, selon l’Agence internationale de l’énergie.

10h02 : Des perturbations GPS touchent des avions en Méditerranée

Dans un bulletin d’information sur la sécurité, l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a mis en garde contre un phénomène de perturbations de signaux GPS dû soit à un « brouillage » des signaux satellitaires de positionnement, soit à leur « usurpation ». L’ampleur de ces anomalies est différente selon les situations mais elles ont pu, « dans certains cas, mener à des modifications de trajectoire ou même à un changement de destination car il était impossible d’effectuer un atterrissage en sécurité », déclare l’AESA tout en jugeant que le phénomène n’est pas tel qu’il nécessite de suspendre les opérations de vol.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, des perturbations importantes de signaux GPS ont été signalées dans la région de l’enclave russe de Kaliningrad, les Etats baltes et autres Etats voisins, a indiqué l’agence européenne. Ce phénomène touche aussi « l’Est de la Finlande, la Mer Noire » et également « la zone est-méditerranéenne près de Chypre, de la Turquie, du Liban, de la Syrie et d’Israël, ainsi que le nord de l’Irak », selon l’AESA.

9h53 : Un nouvel officier russe tué

La mort du colonel Sergei Sukharev, du 331e régiment aéroporté, a été confirmée par l’armée ukrainienne. Plusieurs hauts gradés russes auraient été tués depuis le début de l’invasion, symbole des difficultés de l’armée russe à avancer sans mettre en danger son commandement.

9h38 : Pourquoi Total ne quitte pas la Russie ?

Largement décriée depuis le début de la guerre pour son manque de réaction, TotalEnergies s’accroche à la Russie, alors que de nombreuses compagnies étrangères (BP, Shell, etc.) sont rapidement parties. Projets à peine démarrés, parts détenues dans des entreprises russes… Notre journaliste Fabrice Pouliquen vous explique pourquoi Total reste en Russie malgré les pressions.


 

9h31 : La LFP autorise les joueurs quittant la Russie ou l'Ukraine à signer en France

S'alignant sur la Fifa, la LFP a annoncé hier l'autorisation pour les joueurs évoluant en Ukraine et les étrangers jouant en Russie, et qui souhaiteraient quitter ces pays à cause de la guerre, à signer en cours de saison dans un club français. Le Comex de la FFF doit valider cette décision, qui limitera les clubs à recruter un seul joueur via cette règle. Le Camerounais Didier Lamkel Zé, à l’essai toute cette semaine à Metz après avoir quitté son club russe de Khimki (D1), pourrait ainsi, par exemple, profiter de cette dérogation pour s’engager en Moselle.

9h22 : Les petits ukrainiens arrivent à l’école en France

Parmi les 3 millions d’Ukrainiens qui ont fui le pays, la moitié seraient des enfants. L’une des préoccupations principales des familles, une fois leur hébergement assuré, est donc de leur permettre de poursuivre leur scolarité, malgré la barrière de la langue. Notre journaliste Delphine Bancaud s’est rendue dans un collège de Boulogne-Billancourt pour suivre les premiers pas de deux ados ukrainiens dans notre système scolaire.


 

9h17 : Le Royaume-Uni retire sa licence de diffusion à la chaîne russe RT

Le régulateur britannique des médias Ofcom « a retiré aujourd’hui la licence de diffusion de RT au Royaume-Uni », indique-t-il, considérant qu’il n’était plus « adapté ni approprié » de diffuser la chaîne dans le pays après l’invasion russe de l’Ukraine.

9h05 : Les missiles sur Lviv tirés depuis la mer

Dans un communiqué, l'armée de l'air ukrainienne a affirmé que, selon des informations préliminaires, les quatre missiles de croisière russes qui ont détruit une usine de réparation d'avions près de l'aéroport de Lviv ont été tirés depuis la mer Noire, à plusieurs centaines de kilomètres de là.

8h35 : Des combats éclatent dans le centre-ville de Marioupol

« A Marioupol, les unités de la République populaire [autoproclamée] de Donetsk, avec le soutien des forces armées russes, resserrent leur étau d’encerclement et combattent les nationalistes dans le centre de la ville », a indiqué le porte-parole du ministère russe de la défense, Igor Konachenkov.

7h43 : Pour ne pas perdre le fil

Retrouvez juste en dessous notre live de la journée du jeudi 17 mars.

 

7h35 : Entretien tendu prévu entre Joe Biden et Xi Jinping

Le président américain et son homologue chinois ont prévu de discuter à 14 heures aujourd’hui (13 heures GMT). « Le président Biden (…) lui dira clairement que la Chine portera une responsabilité pour tout acte visant à soutenir l’agression russe et que nous n’hésiterons pas à lui imposer des coûts », a fait savoir Antony Blinken. Le ton est donné.

7h31 : Des « missiles » russes ont frappé ce matin le quartier de l’aéroport de Lviv

Le maire de cette grande ville ukrainienne située près de la frontière polonaise a assuré assurant que la frappe n’avait pas touché directement l’aéroport.

Bonjour et bienvenue dans ce live

Cette journée encore, nous suivrons minutes par minutes l’évolution de la situation en Ukraine, alors que les troupes russes continuent leurs frappes sur le pays, poussant chaque jour un peu plus de civils à fuir le pays.