Guerre en Ukraine : Joe Biden qualifie Vladimir Poutine de « criminel de guerre »...

CONFLIT Retrouvez les dernières informations sur la guerre menée par la Russie en Ukraine, au 21e jour de l’invasion

X.M., D.R, X.R.
— 
Joe Biden et Vladimir Poutine (illustration).
Joe Biden et Vladimir Poutine (illustration). — Photos Sipa / Montage 20 Minutes

L’ESSENTIEL

  • Les négociations ont repris ce mercredi entre l’Ukraine et la Russie et Kiev a balayé la proposition de Moscou de faire de l’Ukraine un pays « neutre » à l’image de l’Autriche.
  • Le Conseil de l’Europe, garant de l’état de droit sur le continent, a exclu officiellement mercredi la Russie, une décision historique prise au lendemain de l’annonce par Moscou que le pays claquait la porte de cette organisation.
  • Volodymyr Zelensky s’est exprimé devant le Congrès américain où il a établi un parallèle entre le 11-septembre et la guerre en Ukraine et demandé, encore, une zone d’exclusion aérienne que l’Otan lui refuse de peur de basculer dans un conflit armé avec Moscou.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

3h00 : Ce live est terminé

Bonsoir à tous, pour suivre la journée de jeudi, c'est ici

2h10 : Rebond de la Bourse au Japon

La Bourse de Tokyo démarrait en forte hausse jeudi après la nette progression de Wall Street la veille à la suite d’une annonce de la Fed conforme aux attentes et sur fond de baisse du pétrole et d’espoirs de paix en Ukraine, alors que Kiev et Moscou ont fait part de « progrès » dans les négociations. L’indice vedette Nikkei bondissait de 3,37 % à 26.629,08 points à l’ouverture.

1h15 : La journaliste russe anti-guerre refuse l'offre d'asile de Macron

La journaliste russe Marina Ovsiannikova, devenue une égérie anti-guerre après son irruption pendant un journal télévisé pro-Kremlin pour dénoncer l'offensive en Ukraine, a refusé l'offre d'asile du président français Emmanuel Macron car elle ne «veut pas quitter» son pays. «Je ne veux pas quitter notre pays. Je suis patriote, mon fils l'est encore plus. Nous ne voulons en aucun cas partir, nous ne voulons aller nulle part», a-t-elle déclaré dans une interview du magazine allemand Der Spiegel diffusée mercredi soir. M. Macron s'était dit prêt mardi à offrir «une protection consulaire» à Marina Ovsiannikova, soit à l'ambassade, soit en lui accordant l'asile.

0h25 : Un nouvel hôpital de campagne russe installé au Belarus

Selon les images satellitaires de Maxar, la Russie a installé un hôpital de campagne dans le sud du Belarus, près de la frontière ukrainienne.


 

23h30 : Le Canada interdit les chaînes RT et RT France

Le Canada a interdit officiellement mercredi aux fournisseurs de services de distribuer les chaînes d’information russe RT (ex-Russia Today) et RT France, estimant que leur programmation n’est pas dans « l’intérêt du public » « La liberté d’expression et la diversité des points de vue sont des éléments essentiels de notre démocratie. Cependant, le fait d’être diffusé au Canada est un privilège et non un droit », a estimé Ian Scott, président du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

23h15 : Près de 1.000 missiles tirés par la Russie depuis le début de l'invasion

Selon un reponsable américain, Moscou a tiré 980 missiles sur l'Ukraine depuis le 24 février.

22h55 : Nouvelle réunion d’urgence à l’ONU jeudi

Les Occidentaux demandent une nouvelle réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU ce jeudi, alors que la Russie « commet des crimes de guerre et vise des civils »


 

22h10 : Le mot « ENFANTS » écrit en géant devant le théâtre bombardé par la Russie

Selon des images satellitaires, le mot « ENFANTS » avait été peint en Russe en géant devant le théâtre de Marioupol bombardé par la Russie, pour éviter qu’il ne soit pris pour cible.


 

22h05 : Biden qui qualifie Poutine de « criminel de guerre » est « inacceptable et impardonnable », selon Moscou

Le Kremlin a jugé « inacceptables et impardonnables » les mots du président américain Joe Biden qui a qualifié pour la première fois son homologue russe Vladimir Poutine de « criminel de guerre » pour son offensive en Ukraine. « Nous considérons comme inacceptable et impardonnable une telle rhétorique du chef de l’Etat, dont les bombes ont tué des centaines de milliers de personnes dans le monde entier », a déclaré le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov, cité par les agences TASS et Ria Novosti.

21h30 : Un chat star d'Instagram et sa maîtresse réfugiés en France

Il a plus d'un million de followers sur Instagram. Stepan, le chat nonchalant, et sa maitresse ont fui les bombes de Kharkiv pour rejoindre la Pologne, et ils sont désormais réfugiés en France.


 

20h59 : Nouveau report d’un vote à l’ONU sur une résolution « humanitaire » russe

La Russie a demandé mercredi un nouveau report d’un vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur son projet de résolution « humanitaire » sur l’Ukraine, attendu désormais vendredi, certains diplomates jugeant que le texte pourrait in fine être abandonné faute de soutien suffisant des plus proches alliés de Moscou. Parallèlement, des discussions sont en cours, selon d’autres sources diplomatiques, pour que le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’exprime devant l’Assemblée générale de l’ONU devant laquelle une résolution sur l’aide humanitaire pourrait être mise au vote « très bientôt ».

20h52 : L'exode se poursuit...

 

20h40 : Une enquête ouverte à Tcherniguiv

Le Parquet ukrainien a ouvert une enquête pour « meurtres prémédités » commis à l’aide d'« armes à feu », après la mort de dix personnes faisant la queue pour acheter du pain. Tcherniguiv, localité stratégique située au nord de Kiev et proche de la frontière avec la Biélorussie, a été fortement pilonnée par l’aviation russe depuis le déclenchement, le 24 février, de l’offensive de Moscou contre l’Ukraine.

20h31 : L’ex-joueur de tennis Dolgopolov de retour à Kiev pour « défendre son pays »

L’ancien joueur de tennis ukrainien Alex Dolgopolov, 33 ans, est retourné dans son pays et a pris les armes pour défendre sa ville natale de Kiev, a-t-il annoncé mercredi sur les réseaux sociaux. « Salut Kiev, je suis de retour pour aider comme je peux et défendre notre pays », a publié l’ancien numéro 13 mondial, en 2012, vainqueur de trois tournois sur le circuit ATP, sur le réseau Instagram, expliquant notamment avoir mis sa mère et sa soeur à l’abri en Turquie avant même le début du conflit.

« J’ai eu de la chance, un ancien soldat professionnel m’a appris à tirer pendant 5-7 jours », écrit l’ex-tennisman. « Je ne suis pas devenu Rambo en une semaine, mais je suis assez à l’aise avec les armes », poursuit l’Ukrainien, qui avait pris sa retraite en mai 2021 à cause de blessures récurrentes au poignet. Il a aussi alimenté son compte Twitter mardi avec une photo de son gilet pare-balles, son casque et son fusil, accompagnée de la légende : « Avant c’étaient des raquettes et des cordes, maintenant c’est ça… ». Sur Instagram, il affirme être revenu avec d’autres volontaires en Ukraine « en traversant l’Europe » depuis Zagreb, avant de pénétrer dans son pays par la Pologne.

20h25 : Cinq morts dont trois enfants dans une frappe à Tcherniguiv

Cinq corps dont ceux de trois enfants ont été retrouvés mercredi dans les décombres d’un immeuble d’habitation touché par une frappe à Tcherniguiv, dans le nord de l’Ukraine, ont annoncé les secouristes. « En déblayant les décombres d’un logement collectif, les secouristes ont sorti cinq corps, dont ceux de trois enfants », ont indiqué les services de secours sur Telegram, tandis que les forces armées ukrainiennes ont publié des photos de l’immeuble à la façade éventrée.

20h07 : Ouverture d’une enquête en France pour crime de guerre

Une enquête a été ouverte en France pour un possible crime de guerre après la mort en Ukraine d’un journaliste franco-irlandais, Pierre Zakrzewski, a indiqué le parquet antiterroriste (Pnat), compétent en matière de crimes contre l’humanité. L’enquête, rendue possible par la nationalité française du journaliste, est ouverte pour « atteinte volontaire à la vie d’une personne protégée par le droit international » et « attaque délibérée contre une personne civile qui ne participe pas directement aux hostilités ».

20h04 : Poutine est « un criminel de guerre » selon Joe Biden

« C’est un criminel de guerre ». C’est la première fois que le président américain qualifie ainsi son homologue russe. Joe Biden répondait à une journaliste qui l’interrogeait alors qu’il quittait un événement consacré à la lutte contre les violences conjugales à la Maison Blanche.

20h01 : Le maire de Melitopol, enlevé par les Russes, libéré

Le maire de Melitopol, dans le sud de l’Ukraine, enlevé le 11 mars par les Russes, a été libéré, ont annoncé les autorités ukrainiennes. Dans une vidéo postée sur Telegram, le président ukrainien Volodymyr Zelensky lui parle au téléphone et se dit « content d’entendre la voix d’un homme vivant ». « Je vais beaucoup mieux. Merci de ne pas m’avoir abandonné. Il me faut un ou deux jours pour me remettre et ensuite je suis à vos ordres pour contribuer à notre victoire », lui répond le maire Ivan Fedorov.

19h26 : Le patriarche orthodoxe russe évoque l’Ukraine avec le chef de l’Eglise d’Angleterre

Le patriarche orthodoxe russe Kirill s’est entretenu au sujet du conflit en Ukraine avec le chef de l’Eglise d’Angleterre, l’archevêque de Canterbury Justin Welby, a annoncé l’Eglise russe peu après un entretien avec le pape François. « Une discussion détaillée sur la situation critique en Ukraine a eu lieu », a indiqué l’Eglise russe dans un communiqué, précisant que Kirill avait « exposé en détail la position » de Moscou et évoqué des « aspects humanitaires ».

19h19 : Le pape dit au patriarche russe d’éviter « le langage de la politique »

Le pape François a déclaré que « l’Eglise ne doit pas utiliser le langage de la politique » au cours d’un appel vidéo sur l’Ukraine mercredi avec le patriarche orthodoxe Kirill, allié du président Vladimir Poutine. « L’Eglise ne doit pas utiliser le langage de la politique, mais le langage de Jésus », a affirmé le pape, cité dans un communiqué du Vatican.

19h11 : La Cour européenne des droits de l’homme suspend l’examen de toutes les requêtes concernant la Russie

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), bras judiciaire du Conseil de l’Europe, organisation dont Moscou vient d’être officiellement exclue, a annoncé mercredi qu’elle suspendait « l’examen de toutes les requêtes » contre la Russie. « La Cour a décidé de suspendre l’examen de toutes les requêtes contre la Fédération de Russie en attendant d’examiner les conséquences juridiques de cette Résolution sur le travail de la Cour », indique dans un communiqué la juridiction basée à Strasbourg.

19h05 : « Nous ne laissons pas tomber les nôtres »

Le maire de Melitopol, une ville située à l’ouest de Marioupol, capturé par la Russie, a été libéré après une « opération spéciale » d’après les services de communication du président Volodymyr Zelensky. Dans cet extrait, le président s’amuse et souligne que l’élu « semble avoir une voix très vivante ». « Merci de ne pas m’avoir laissé tomber », lâche le maire de Melitopol, ce à quoi Zelensky répond « Nous ne laissons pas tomber les nôtres ».


 

19h03 : La Fed relève ses taux d’intérêt de 0,25 point pour les situer entre 0,25 % et 0,50 %

La banque centrale américaine (Fed) a relevé mercredi ses taux de 0,25 point de pourcentage, les situant entre 0,25 et 0,50 %, pour faire face à une inflation au plus haut en quarante ans, et qui pourrait atteindre 4,3 % cette année, selon ses dernières prévisions.

La situation en Ukraine est « susceptible de créer une pression supplémentaire à la hausse sur l’inflation et de peser sur l’activité économique », a commenté la Fed dans un communiqué publié à l’issue de la réunion de son comité de politique monétaire. Les responsables de l’institution prévoient des hausses de taux supplémentaires cette année, et une croissance du produit intérieur brut moins élevée que prévu pour 2022, tablant désormais sur 2,8 % contre 4,0 % auparavant.

19h02 : La guerre en Ukraine pourrait alimenter l’inflation et « peser sur l’activité économique » des Etats-Unis, s’inquiète la Fed
19h01 : La Bourse de Paris rebondit de 3,68 % sur un espoir de paix

La Bourse de Paris a rebondi de 3,68 % mercredi, retrouvant un peu d’optimisme après des signes positifs concernant les négociations entre l’Ukraine et la Russie et des promesses de soutien aux marchés chinois.

L’indice CAC 40 a repris 233,64 points à 6.588,64 points au lendemain d’une petite baisse de 0,23 %. Un statut de neutralité pour l’Ukraine est au coeur des pourparlers russo-ukrainiens selon le Kremlin.

19 heures : La Cour européenne des droits de l’Homme suspend l’examen de toutes les requêtes concernant la Russie

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), bras judiciaire du Conseil de l’Europe, organisation dont Moscou vient d’être officiellement exclue, a annoncé mercredi qu’elle suspendait « l’examen de toutes les requêtes » contre la Russie.

« La Cour a décidé de suspendre l’examen de toutes les requêtes contre la Fédération de Russie en attendant d’examiner les conséquences juridiques de cette Résolution sur le travail de la Cour », indique dans un communiqué la juridiction basée à Strasbourg (est de la France).

18h55 : Avant après du théâtre de Marioupol

 

18h52 : Le pape demande au patriarche russe d’éviter « le langage de la politique »

Le pape François a déclaré que « l’Eglise doit éviter le langage de la politique » au cours d’un appel vidéo sur l’Ukraine mercredi avec le patriarche orthodoxe Kirill, allié du président Vladimir Poutine et qui a justifié l’invasion russe.

« Nous devons unir nos efforts pour aider la paix », a aussi déclaré le pape, cité dans un communiqué du Vatican. Depuis le début de l’offensive de Moscou le 24 février, les chefs des deux Eglises ont eu des attitudes foncièrement différentes, le pape François se distinguant en multipliant les appels à la paix.

18h46 : Un théâtre abritant « des centaines » de civils touché par une frappe russe à Marioupol, annonce la mairie

Un théâtre abritant « des centaines de civils » a été fortement endommagé par une frappe aérienne russe à Marioupol, a annoncé mercredi la mairie de cette ville assiégée dans le sud-est de l’Ukraine.

« L’avion a largué une bombe sur le bâtiment où s’abritaient des centaines de civils. Il est impossible d’établir le bilan dans l’immédiat, car les bombardements des quartiers d’habitation se poursuivent », a écrit la mairie sur Telegram en publiant une photo du théâtre, dont la partie centrale est détruite.


 

18h44 : 316 Ukrainiens à Lille

Alors que près de 3 millions de personnes ont fui la guerre en Ukraine, à Lille, plus de 300 Ukrainiens ont été accueillis dans une soixantaine de familles. 20 Minutes vous raconte ça dans ce papier :

 

18h34 : La vidéo que Zelensky a montrée devant le Congrès des Etats-Unis

 

18h23 : Les bébés nés de mères porteuses devraient être évacués

La commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson a plaidé mercredi pour l’évacuation des bébés nés de mères porteuses en Ukraine, qui ne peuvent pas être récupérés par leurs parents d’intention en raison de l’invasion russe.

« Pendant la pandémie beaucoup de ces nouveaux-nés n’ont pas pu être récupérés, se sont retrouvés coincés et pris en charge dans des orphelinats », a déclaré Ylva Johansson devant des eurodéputés. « S’agissant des mères porteuses qui accouchent en ce moment, les bébés ne peuvent pas non plus être récupérés et se retrouvent dans une situation incertaine », a-t-elle averti. « Donc, de mon point de vue, il y a un besoin énorme d’évacuer ces enfants », a ajouté la commissaire suédoise.

18h18 : Biden annonce l’envoi en Ukraine de drones et de systèmes de défense anti-aérienne à plus longue portée

 

18h15 : Biden confirme 1 milliard de dollars d’aide militaire supplémentaire pour l’Ukraine

Le président des Etats-Unis Joe Biden a confirmé mercredi l’envoi de 800 millions de dollars d’aide militaire supplémentaire à l’Ukraine, soit une enveloppe « sans précédent » d’un milliard de dollars en une semaine pour soutenir l’armée ukrainienne face à l’invasion russe.

« A la demande » du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s’est adressé dans la matinée au Congrès américain, « nous aidons l’Ukraine à se doter de systèmes de défense antiaérienne supplémentaires et de plus longue portée », a-t-il dit lors d’une courte allocution, précisant que cette nouvelle aide inclurait aussi des drones.

18h13 : L’Espagne saisit un troisième yacht d’oligarque

Les autorités espagnoles ont annoncé mercredi qu’elles retenaient jusqu’à nouvel ordre un yacht arrimé dans le port de Tarragone (nord-est du pays), le temps de déterminer s’il appartient à un des oligarques russes sanctionnés par l’UE en raison de l’invasion militaire de l’Ukraine par la Russie.

Deux autres yachts ont déjà été saisis cette semaine par les autorités espagnoles dans le cadre de ces sanctions contre la Russie et les oligarques proches du président russe Vladimir Poutine.

 

18h10 : Otchakiv enterre ses morts sans parler de la guerre

Le port d'Otchakiv, au bord de la mer Noire, a été une des premières cibles de l'invasion russe le 24 février. Trois semaines plus tard, la petite ville militaire commence seulement à enterrer ses soldats tués aux premiers jours du conflit.

Otchakiv, 15.000 habitants, est une cité aux petites maisons basses et aux larges rues désertes. On ne croise que quelques habitants, sacs de courses à la main, pressés et méfiants. Personne ne veut parler de la guerre, ni des bombardements qui se produisent encore quotidiennement, même s'ils n'ont pas l'intensité des premiers jours.

18h08 : L’inflation pourrait dépasser les 4 % en mars, selon l’Insee

L’inflation pourrait dépasser les 4 % sur un an en mars après avoir déjà atteint 3,6 % en février, a estimé mercredi l’Insee, du fait de l’accélération de la flambée des prix de l’énergie avec la guerre en Ukraine.

Et au deuxième trimestre l’inflation pourrait encore grimper autour de 4,5 %, ajoute l’Institut national des statistiques dans sa dernière note de conjoncture, précisant que ces prévisions reposent sur l’hypothèse d’un prix du baril de pétrole qui se maintiendrait à 125 dollars, soit son niveau atteint au tout début du mois de mars.

18h05 : La guerre en Ukraine plombe la confiance des entreprises et des ménages

Le moral des chefs d’entreprises et des ménages est d’ores et déjà plombé par la guerre en Ukraine, révèlent les premiers résultats des enquêtes menées par l’Insee et publiés mercredi, illustrant les incertitudes que fait peser le conflit sur les perspectives économiques françaises.

La guerre provoque « un choc de prix, d’incertitude et de confiance », a résumé Julien Pouget, chef du département de la conjoncture à l’Insee, lors d’une présentation de la dernière note de conjoncture de l’Institut national de la statistique.

18h05 : La guerre en Ukraine plombe la confiance des entreprises et des ménages

Le moral des chefs d’entreprises et des ménages est d’ores et déjà plombé par la guerre en Ukraine, révèlent les premiers résultats des enquêtes menées par l’Insee et publiés mercredi, illustrant les incertitudes que fait peser le conflit sur les perspectives économiques françaises.

La guerre provoque « un choc de prix, d’incertitude et de confiance », a résumé Julien Pouget, chef du département de la conjoncture à l’Insee, lors d’une présentation de la dernière note de conjoncture de l’Institut national de la statistique.

18 heures : Les prix alimentaires bondissent en Asie centrale

Les ex-républiques soviétiques d’Asie centrale, très dépendantes des importations russes, voient d’un œil inquiet une ruée sur les achats de denrées alimentaires dont les prix grimpent depuis l’annonce de restrictions par la Russie sur ses exportations de sucre et de céréales.

Les cinq pays d’Asie centrale ont déjà vu leurs monnaies s’effondrer dans la foulée du rouble, affecté par les sanctions occidentales infligées contre Moscou après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

17h55 : L’armée russe dément avoir tué des civils faisant la queue pour du pain

Dix personnes qui faisaient la queue pour acheter du pain ont été tuées mercredi matin par des tirs russes à Tcherniguiv, dans le nord de l’Ukraine, a annoncé le parquet général ukrainien.

Mais le porte-parole de l’armée russe, Igor Konachenkov, a dénoncé un acte de « propagande » du régime ukrainien, en assurant lors d’un briefing télévisé qu'« aucun militaire russe n’a été et ne se trouve à Tcherniguiv (…) et aucune offensive n’y est menée ».

« Ainsi, soit toutes les personnes tuées sont des victimes de la terreur des nationalistes ukrainiens, soit il s’agit d’une nouvelle mise en scène des services de sécurité ukrainiens », a-t-il affirmé.

17h50 : La série télé de Zelensky revient sur Netflix aux Etats-Unis

« Serviteur du peuple », série satirique qui avait fait connaître le président ukrainien Volodymyr Zelensky, va être rediffusée sur Netflix aux Etats-Unis, a annoncé mercredi la plateforme de streaming, sur fond d’engouement pour l’ancien comédien devenu « héros » de son pays envahi par la Russie.

« Vous l’avez demandée, elle est de retour ! Serviteur du peuple est de nouveau disponible sur Netflix aux Etats-Unis », a annoncé la plateforme américaine sur Twitter, alors que le président ukrainien a lancé mercredi matin un vibrant appel à l’aide lors d’un discours par visioconférence devant le Congrès américain, qui l’a ovationné.


Prémonitoire, le sujet de « Serviteur du peuple », sortie en 2015, est l’élection inattendue d’un professeur d’histoire à la tête de l’Ukraine. Sur fond d’humour, la série dénonce la corruption politique.

17h45 : Les Bourses européennes clôturent en net rebond : Paris +3,68 %, Francfort +3,76 %, Milan +3,34 %

Les Bourses européennes ont nettement rebondi mercredi, retrouvant un peu d’optimisme grâce à des signes positifs concernant les négociations entre l’Ukraine et la Russie et après un fort rebond des places boursières asiatiques.

L’indice parisien CAC 40 a repris 3,68 % à 6.588,64 points, la Bourse de Francfort a avancé de 3,76 % et Milan de 3,34 %. La place de Londres a de son côté progressé de 1,75 %.

17h43 : Neutraliser les trafiquants d’êtres humains

Les millions de réfugiés d’Ukraine fuyant les bombardements sont des proies de choix pour toutes sortes de trafiquants et l’ONU tente de les prendre de vitesse pour protéger les cohortes de femmes, d’enfants et de personnes vulnérables.

« Nous prenons les devants, parce que le trafic a été un problème auparavant et parce que nous savons à quel point les trafiquants savent s’adapter aux circonstances pour profiter de la situation », a confié dans un entretien à l’AFP la responsable des opérations de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) Ugochi Daniels.

On vous parlait des risques de violence et d’exploitation sur les femmes ici :

 

17h35 : Aider les entreprises françaises touchées par l’invasion, ça a un coût

L’Etat va aider les entreprises très consommatrices d’énergie pour compenser les surcoûts engendrés par la flambée des cours depuis le déclenchement la guerre en Ukraine.

Le coût pour l’Etat de cette subvention est évalué à 3 milliards d’euros, a indiqué peu après le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, qui a détaillé les conditions ouvrant droit à cette subvention.

17h22 : Excès de zèle dans les banques françaises ?

Le gel des avoirs russes dans l’Union européenne s’applique avec plus ou moins de discernement selon les établissements bancaires. Le Canard enchaîné a ainsi rapporté que la Caisse autonome des règlements pécuniaires des avocats des Hauts-de-France, par un courrier de son président datant du 1er mars, avait demandé à bloquer toute sortie d’argent pour des clients « dont la consonance du nom serait slave ». Précision à l’appui, ce blocage s’applique dont indistinctement aux Polonais, aux ressortissants des Etats baltes, mais aussi aux Français naturalisés ou d’origine russe. Tout ça au nom de l’efficacité dans la « lutte contre la Russie ».


 

17h12 : Le coût pour l'Etat de l'aide aux entreprises énergivores évalué à 3 milliards d'euros
17h04 : Plusieurs morts après une frappe russe visant des civils fuyant Marioupol

Des frappes russes contre des civils fuyant Marioupol, ville assiégée du sud-est de l’Ukraine, ont fait mercredi « des morts » et des blessés, dont un enfant grièvement, a annoncé l’armée ukrainienne. Un convoi de civils qui était en route de Marioupol vers Zaporojie a été l’objet de tirs aux lance-roquettes Grad vers 15h30 (13h30 GMT), a indiqué l’armée sur Telegram en publiant une photo d’un enfant blessé et ensanglanté. « Selon un premier bilan, il y a des morts », a-t-elle ajouté.

16h59 : Le gouvernement va subventionner les entreprises pour moins dépendre de matières premières russes

Le gouvernement va subventionner les entreprises pour les aider à moins dépendre de certaines matières premières critiques venant de Russie comme le titane, le palladium ou le néon, a annoncé le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Le gouvernement va « lancer un appel à projets pour subventionner jusqu’à la fin de l’année, à hauteur de 15 % pour les grands groupes et 35 % pour les petites entreprises, les projets qui permettraient de réduire la dépendance aux produits venus de Russie », a-t-il dit lors de la présentation du plan de résilience.

16h46 : Moscou bloque le site de la BBC et promet de répliquer dans la « guerre de l’information »

Les autorités russes ont annoncé avoir bloqué le site de la BBC et promis d’autres répliques dans la « guerre de l’information », lancée selon Moscou par l’Occident depuis l’offensive militaire russe en Ukraine. Le régulateur russe « Roskomnadzor a bloqué en Russie le site de BBC News. Je pense que ce n’est que le début des répliques à la guerre de l’information lancée par l’Occident contre la Russie », a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, sur la messagerie Telegram.

16h38 : Pas de troupes de l’Otan en Ukraine

En alerte depuis l’invasion russe de l’Ukraine, l’Otan va déployer plus de troupes et de moyens sur son flanc oriental, a annoncé son secrétaire général Jens Stoltenberg. Mais il n’y aura pas de déploiement terrestre ou aérien en Ukraine, assure-t-il.

16h37 : La CIJ ordonne à Moscou de suspendre son invasion en Ukraine

« La Fédération de Russie doit suspendre immédiatement les opérations militaires qu’elle a commencées le 24 février 2022 sur le territoire ukrainien », a déclaré Joan Donoghue, juge présidente de la Cour internationale de Justice, dont le siège se situe à La Haye.

16h33 : Deux mesures phares du plan de résilience annoncées par Castex

Le Premier ministre a dévoilé une partie du plan de résilience adopté par le gouvernement pour réduire les dommages causés par la guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie sur l’économie française. Jean Castex a notamment expliqué que l’Etat prendrait en charge une part des surcoûts des entreprises très consommatrices d’énergie. Cette aide bénéficiera aux entreprises dont les dépenses de gaz et d’électricité représentent « au moins 3 % de leur chiffre d’affaires, et qui pourraient faire des pertes sur 2022 », et permettra « la prise en charge de la moitié du surplus de leurs dépenses énergétiques », a-t-il détaillé lors d’une conférence de presse.

Les pêcheurs bénéficieront quant à eux d’une « aide financière exceptionnelle » pour leur permettre d’encaisser la flambée des prix de l’énergie « équivalente à 35 centimes par litre de gazole de pêche » jusqu’à fin juillet. L’Etat va par ailleurs provisionner une enveloppe de 400 millions d’euros pour financer une aide aux éleveurs qui font face à l’envolée du coût de l’alimentation des animaux.

16h30 : L’Allemagne prépare une rallonge de son budget pour faire face aux répercussions

Le gouvernement allemand s’attend à devoir dépenser des milliards supplémentaires pour faire face aux répercussions de la guerre en Ukraine et prépare une rallonge sur le budget 2022, a indiqué mercredi le ministre des Finances Christian Lindner. « Avec l’attaque de la Russie contre l’Ukraine (…) le monde a encore changé et nous partons du principe que nous ferons face à des dépenses supplémentaires », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

La coalition au pouvoir en Allemagne, associant sociaux-démocrates, écologistes et libéraux, a présenté son projet de budget pour l’année en cours. Il prévoit notamment un nouvel endettement de 99,7 milliards d’euros, prévu pour atténuer les effets de la pandémie de coronavirus, et une enveloppe exceptionnelle de 100 milliards d’euros pour moderniser l’armée allemande. Mais Berlin a d’ores et déjà prévenu que cette feuille de route reflétait « ce qui se serait passé sans la guerre en Ukraine ». Le gouvernement entend donc présenter « au plus vite » un budget rectificatif.

16h19 : Le Conseil de l’Europe exclut officiellement la Russie

Le Conseil de l’Europe, garant de l’état de droit sur le continent, a exclu officiellement mercredi la Russie en raison de sa guerre lancée contre l’Ukraine, une décision historique prise au lendemain de l’annonce par Moscou que le pays claquait la porte de cette organisation. L’exclusion a été décidée mercredi matin au cours d’une « réunion extraordinaire » du Comité des ministres, l’organe exécutif de l’organisation, au lendemain d’un vote consultatif de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). Celle-ci s’était prononcée pour l’exclusion de la Russie.

16h08 : Le Premier ministre tchèque demande plus d’armes pour l’Ukraine

Le Premier ministre tchèque Petr Fiala a appelé mercredi l’Occident, au lendemain de sa visite à Kiev, à augmenter et à accélérer les livraisons d’armes à l’Ukraine, en lutte contre l’invasion russe. « Les Ukrainiens ont une chance (de résister) contre l’énorme supériorité (russe) seulement si les pays occidentaux leur fournissent suffisamment de technologie militaire », a déclaré Petr Fiala aux journalistes à Prague, à son retour de Kiev où il s’était rendu mardi avec ses homologues polonais et slovène.

« Nous devons augmenter les approvisionnements et impliquer autant de pays que possible », a déclaré Petr Fiala, ajoutant que l’Ukraine avait avant tout besoin de missiles antichars et antiaériens. « On doit le faire rapidement, parce que dans deux semaines il sera peut-être trop tard. Cela doit se faire en quelques jours », a insisté Petr Fiala.

15h59 : L’OMS n’a jamais vu autant d’attaques sur le système de santé qu’en Ukraine

« Le système de santé est devenu une cible (…). Cela commence à faire partie de la stratégie et des tactiques de la guerre. C’est totalement inacceptable, c’est contraire au droit humanitaire international », a déclaré le chef des urgences de l’OMS, Michael Ryan, en conférence de presse.

15h45 : Dix personnes faisant la queue à Tcherniguiv pour du pain tuées par des tirs russes

« Des militaires russes ont tiré sur des personnes qui faisaient la queue pour acheter du pain près d’une épicerie dans un quartier d’habitation de Tcherniguiv. Selon un premier bilan, 10 civils ont été tués », a annoncé dans un communiqué le parquet.

15h41 : L’économie russe « va retourner vingt ou trente ans en arrière », prédit un ex-conseiller du gouvernement russe

« Poutine a réussi à détruire l’économie russe en quelques semaines », affirme Sergei Guriev, ancien conseiller économique du gouvernement russe et exilé en France. Il prédit « une énorme récession » à venir et un « probable » défaut de paiement de la Russie en raison des sanctions infligées au pays par les Occidentaux.

D’après Sergei Guriev, « les huit dernières années ont vu l’économie (russe) stagner. Mais ce à quoi nous faisons face est que l’économie russe va retourner vingt ou trente ans en arrière en termes de revenus des ménages, et en termes de structure de l’économie ». « Il est difficile d’imaginer le nombre d’années qu’il faudra pour revenir au niveau de PIB de 2021 », poursuit-il, évoquant « une tragédie, non comparable au drame en Ukraine, mais tout de même une tragédie ».

15h40 : Le pape François et le patriarche russe Kirill ont discuté du conflit en Ukraine

« Les parties ont souligné l’importance cruciale du processus de négociations en cours, exprimant l’espoir d’arriver rapidement à une paix équitable », a indiqué le patriarcat russe.

15h36 : L’Ukraine ne doit pas faire oublier la faim au Yémen, demande l’ONU

« Le Yémen ne fait peut-être plus les gros titres, mais la souffrance humaine n’a pas diminué. (…) Aujourd’hui, le manque de fonds risque d’entraîner une catastrophe », a prévenu le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, à l’ouverture de la conférence virtuelle des donateurs. « Des millions de personnes sont confrontées à une faim extrême, et le Programme alimentaire mondial a dû réduire de moitié les rations en raison du manque de fonds. D’autres réductions sont imminentes », a-t-il alerté.

15h29 : Premier échange officiel entre la Russie et les Etats-Unis depuis le début de la guerre

Le conseiller de Joe Biden pour la sécurité nationale Jake Sullivan s’est entretenu mercredi avec le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev, lors du premier échange officiel de haut niveau entre les Etats-Unis et la Russie depuis l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février. L’Américain « a dit au général Patrouchev que si la Russie est sérieuse au sujet de la diplomatie, alors Moscou doit cesser d’attaquer les villes ukrainiennes », a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

15h26 : Une ballerine russe star quitte le Bolchoï après avoir dénoncé la guerre en Ukraine

Une des ballerines stars du Bolchoï, Olga Smirnova, a quitté la prestigieuse troupe pour rejoindre le Dutch National Ballet, à Amsterdam, devenant la première danseuse russe à franchir ce pas depuis le début de l’invasion de l’Ukraine. « Smirnova a été très claire dans sa récente dénonciation de l’invasion russe de l’Ukraine, ce qui rend intenable son travail dans son pays natal », a annoncé le Dutch National Ballet, dans un communiqué mercredi.

15h21 : Le drapeau russe retiré du Conseil de l'Europe

 

15h09 : Le procureur de la CPI s’est rendu en Ukraine et s’est entretenu en visio avec Zelensky

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), qui enquête sur des allégations de crimes de guerre en Ukraine, s’est rendu dans ce pays et s’est entretenu par visioconférence avec le président ukrainien Volodomyr Zelensky, a indiqué la cour. « J’ai eu le plaisir d’avoir d’importants échanges avec le président pendant mon séjour dans le pays ; nous avons convenu que tous les efforts étaient nécessaires pour garantir le respect du droit international humanitaire et pour protéger la population civile », a déclaré le procureur, Karim Khan, cité dans un tweet de la CPI.

15h08 : Poutine promet d'augmenter les salaires, les retraites et les aides face aux sanctions
15h05 : Le réseau électrique ukrainien est « connecté » au réseau européen

Le réseau électrique ukrainien est désormais « connecté » au réseau européen, a annoncé mercredi Barbara Pompili, la ministre française de la Transition écologique, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE. « Nous nous y étions engagés, c’est chose faite : le réseau électrique ukrainien qui fonctionnait depuis le début de la guerre en mode isolé, est connecté depuis ce matin au réseau européen », a écrit sur Twitter la ministre, chargée de l’énergie.

15h02 : Poutine assure que le « Blitzkrieg » économique occidental contre la Russie a échoué

Le président russe compare aussi l’attitude occidentale à l’égard des Russes à des « pogroms ». « L’Occident a fait tomber le masque de la décence et a commencé à agir de façon odieuse. Des parallèles s’imposent avec les pogroms antisémites », a-t-il déclaré, lors d’une réunion gouvernementale diffusée à la télévision.

14h55 : Moscou ne laissera jamais l’Ukraine devenir une « tête de pont » menaçant la Russie
14h48 : L’opération militaire russe en Ukraine est un « succès » selon Poutine

« L’opération se déroule avec succès, en stricte conformité avec les plans préétablis », a déclaré le chef du Kremlin selon des propos retransmis à la télévision, assurant une nouvelle fois ne pas avoir l’intention « d’occuper » l’Ukraine.

14h41 : Paris appelle à conclure l’accord sur le nucléaire iranien, « sur la table » après les garanties données à la Russie

« Il y a une urgence critique à conclure », alors que l’Iran se rapproche chaque jour un peu plus de la capacité de fabriquer une bombe atomique, a déclaré la porte-parole de la diplomatie française. Les Européens, la Chine, la Russie et l’Iran sont autour de la table des négociations, de même que les Américains de façon indirecte depuis qu’ils ont quitté l’accord en 2018.

14h34 : Zelensky renouvelle son appel à une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine

Après avoir cité le célèbre « J’ai fait un rêve » de Martin Luther King, il a lancé par visioconférence : « J’ai une nécessité, la nécessité de protéger notre ciel. J’ai besoin de votre décision, de votre aide. » « Est-ce trop demander, de créer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine, pour sauver des gens ? Est-ce trop demander, une zone d’exclusion aérienne humanitaire ? », a-t-il ajouté, avant de faire projeter devant les élus américains une vidéo de son pays sous les bombes.

14h32 : « Etre le leader du monde, c’est être le leader de la paix », lance Zelensky à Biden

« En tant que leader de ma nation, je m’adresse au président Biden », lance Volodymyr Zelensky, s’exprimant en anglais à la fin de son discours par visioconférence. « Vous êtes le leader d’une nation, de votre grande nation. Je souhaite que vous soyez le leader du monde. Etre le leader du monde, c’est être le leader de la paix », a-t-il martelé, en tee-shirt kaki depuis l’Ukraine, après avoir à la fois remercié Joe Biden pour son aide mais aussi imploré les Américains et leurs alliés occidentaux de faire davantage pour sauver son pays face à l’invasion russe.

14h24 : Zelensky projette au Congrès américain une vidéo de l'Ukraine sous les bombes
14h17 : Zelensky établit un parallèle entre la guerre en Ukraine et le 11-Septembre

« Dans votre grande Histoire, vous avez des pages qui vous permettent de comprendre les Ukrainiens », a-t-il lancé dans une allocution par visioconférence aux élus américains. « Souvenez-vous de Pearl Harbor, ce terrible matin du 7 décembre 1941, quand votre ciel était assombri par les avions qui vous attaquaient », « souvenez-vous du 11-Septembre, ce terrible jour de 2001 », a-t-il ajouté. « Cette terreur, l’Europe ne l’a pas vécue depuis 80 ans », a-t-il martelé.

14h06 : Zelensky reçoit une ovation debout du Congrès américain

« Slava Ukraina », « Gloire à l’Ukraine », a lancé la présidente de la Chambre des représentants pour introduire son discours.


 

13h59 : Boris Johnson en Arabie saoudite pour parler pétrole et Russie

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, est arrivé mercredi en Arabie saoudite pour une visite centrée sur l’envolée des prix du pétrole provoquée par l’invasion russe de l’Ukraine, selon un responsable de l’ambassade du Royaume-Uni à Ryad. Venant d’Abou Dhabi, où il a rencontré le dirigeant des Emirats arabes unis, le chef du gouvernement britannique doit s’entretenir avec le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, dans l’espoir de convaincre le premier exportateur de brut au monde d’accroître sa production pour calmer le marché mondial.

13h45 : De nouveaux sites bloqués en Russie

Parmi les sites basés en Russie bloqués, on compte le média indépendant Kavkazkï Ouzel (Kavkaz-uzel.eu), couvrant le Caucase, ainsi qu'un média régional basé dans l'Oural, à Perm (permdaily.ru). Plusieurs médias d'informations ukrainiens ont également été bloqués (novosti.dn.ua; bukinfo.ua) et un média estonien, Postimees, qui a une version en russe. Cela porte à au moins 15 le nombre de sites bloqués aujourd'hui par la Russie.

13h35 : Sanctionné, le patron du géant russe de la tech Yandex démissionne

Le patron arménien de Yandex, Tigran Khoudaverdian, a démissionné de la tête du groupe, géant de l’internet russophone, après avoir été inclus dans une liste de sanctions européennes. L’entreprise – surnommée le « Google russe » – est enregistrée aux Pays-Bas et dispose de filiales européennes, britanniques et américaines, mais l’essentiel de ses activités se déroulent en Russie et dans les pays russophones. Il s’agit d’une sanction individuelle, le géant technologique n’étant lui pas sanctionné. L’UE motive ses sanctions contre Yandex en reprochant à l’entreprise d’avoir une responsabilité dans la dissimulation d’informations sur le conflit auprès du public russophone.

13h26 : Le « plan de résilience » dévoilé à 16 heures

Le gouvernement dévoilera à 16 heures le « plan de résilience » promis par Emmanuel Macron pour faire face aux conséquences économiques du conflit en Ukraine, qui entraîne flambée des prix de l’énergie et des matières premières. Il ne s’agira pas d’un nouveau « quoi qu’il en coûte » comme pendant la crise sanitaire, a déjà prévenu le gouvernement mais des mesures spécifiques pour les entreprises et les filières les plus touchées.

« Ce sera très sectorisé », a insisté le Premier ministre la semaine dernière. Avec à la clé quand même plusieurs milliards d’euros mis sur la table, à travers divers dispositifs que Jean Castex doit détailler lors d’une conférence de presse.

13h16 : Plusieurs assureurs réduisent leur présence en Russie

Le géant allemand de la réassurance Munich Re a indiqué que ses « contrats existants en Russie et en Biélorussie ne seront pas renouvelés », dans un communiqué publié sur son site. De même, l’assureur munichois dit qu’il a « arrêté » de s’engager dans de « nouvelles affaires » et ne va pas lancer d’investissements en capital dans la région.

Son concurrent suisse Swiss Re a également annoncé qu’il n'« accepte pas jusqu’à nouvel ordre de nouvelles affaires avec des clients russes et biélorusses (qu’elles soient sanctionnées ou non) », et qu’il « ne renouvelle pas non plus les affaires existantes avec des clients russes ». L’assureur Allianz avait déjà annoncé « ne pas souscrire de nouvelles affaires d’assurance en Russie ni y investir pour son propre compte », selon un message sur son site.

13h08 : Au moins 13 médias bloqués par le gendarme russe des télécoms

Les sites du média d'investigation Bellingcat, de médias locaux russes, ainsi que de médias russophones basés en Israël et en Ukraine sont désormais inaccessibles en Russie sans VPN. Ces sites apparaissent par ailleurs désormais sur la liste officielle des ressources bloquées par Roskomnadzor.

12h59 : Cours d’ukrainien

L’application d’apprentissage de langues Duolingo a remarqué un engouement surprenant de l’ukrainien. Premier pays à accueillir des réfugiés ukrainiens, l’apprentissage de l’ukrainien a augmenté de 1.838 % en Pologne sur l’application. Dans le monde, le nombre de personnes apprenant la langue ukrainienne sur l’application a également augmenté de 485 % depuis le début du conflit. Duolingo s’est engagé faire à don de tous les revenus publicitaires des personnes étudiant l’ukrainien sur l’application à des associations qui viennent en aide à l’Ukraine.


 

12h56 : Le gendarme russe des télécoms bloque les sites d’au moins dix médias
12h55 : Avtovaz à court de composants en Russie

Le premier producteur de voitures en Russie, Avtovaz (groupe Renault-Nissan), a envoyé ses employés en congés payés pour trois semaines en raison d’une pénurie de composants importés, liée aux sanctions occidentales dues à l’Ukraine. Le groupe a été contraint d’arrêter deux de ses usines.

Les vacances d’été, prévues du 25 juillet au 14 août, ont été avancées au 4 avril, a indiqué aux agences russes le constructeur, qui emploie des dizaines de milliers de personnes.

12h47 : Une attaque sur la centrale hydroélectrique de Kakhovka ?

L’armée russe affirme avoir déjoué une offensive ukrainienne contre la centrale hydroélectrique de Kakhovka, au nord de la Crimée. La centrale a été capturée au premier jour de l’invasion russe. L’information n’a pas été confirmée.


 

12h38 : A Tchernobyl, une centaine d’employés, « otages » de la guerre, craignent le pire

Ils étaient une cinquantaine dimanche, hommes, femmes et enfants, à manifester à Slavoutitch, petite ville ukrainienne où vivent les employés de la centrale nucléaire de Tchernobyl. « L’Ukraine n’a pas besoin d’un deuxième Tchernobyl », scandait la foule, « Sauvez nos proches ! ».

Car depuis la prise du site par l’armée russe le 24 février, aux premiers moments de la guerre, une centaine de techniciens, qui terminaient leur service de nuit, n’ont pas été autorisés à rentrer chez eux. L’équipe de jour, elle, n’a pu les relayer dans la centrale, témoignent leurs proches interrogés par l’AFP sous couvert d’anonymat.

Tant bien que mal, dans des conditions sanitaires dégradées, les captifs de Tchernobyl tentent depuis trois semaines d’assurer la maintenance du site, désormais inactif, ayant connu le 26 avril 1986 la pire catastrophe nucléaire de l’Histoire. Entourés d’armes et de militaires russes, racontent leurs proches.

12h33 : Mais en quoi consiste la neutralité autrichienne ou suédoise ?

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, et le négociateur russe Vladimir Medinski ont évoqué l’Autriche et la Suède comme des modèles de neutralité à suivre par l’Ukraine pour permettre un compromis. Une option immédiatement refusée par Kiev.

La Suède, officiellement non alignée, n’est pas membre de l’Otan, même si elle est partenaire de l’alliance militaire depuis le milieu des années 1990, et s’en est progressivement rapprochée ses dernières années. Le pays a abandonné sa neutralité à la fin de la Guerre froide, période coïncidant également avec son entrée dans l’Union européenne (1995).

L’Autriche, pour sa part, est neutre et ne peut pas envoyer des soldats sur un terrain de guerre hors des missions de l’ONU.

12h29 : Faux appel à déposer les armes

La chaîne de télévision Ukraine-24 a été piratée et un appel de Volodymyr Zelensky à déposer les armes a été diffusé, rapporte Nexta. Le président ukrainien a démenti.


 

12h15 : 40 % des unités russes tuées d’après le ministère de la Défense ukrainien

D’après le ministère de la Défense ukrainien, 40 % des unités russes ont été éliminées depuis le début de l’offensive, il y a trois semaines. On vous rappelle que ces chiffres sont à prendre avec précaution, le décompte des morts reste un énorme enjeu de la guerre et aucun bilan indépendant n'a été établi avec certitude pour le moment.


 

12h05 : Les trois Premiers ministres européens sont arrivés en Pologne après leur visite à Kiev

Les Premiers ministres polonais, tchèque et slovène sont arrivés mercredi matin en Pologne, au lendemain de leur visite à Kiev destinée à manifester leur solidarité avec l’Ukraine, a annoncé le gouvernement polonais.

« Les délégations de la Pologne, de la Slovénie et de la République Tchèque sont rentrées sans encombre sur le territoire de notre pays après leur visite à Kiev », a indiqué sur Twitter le porte-parole du gouvernement de Varsovie Piotr Müller.


La télévision publique polonaise a montré des images d’un convoi de voitures officielles quittant la gare de Przemysl, la grande ville polonaise proche de la frontière ukrainienne où les hommes politiques étaient arrivés à bord d’un train.

11h50 : Le pianiste Berezovsky provoque l’indignation en défendant l’invasion

L’appel du célèbre pianiste russe Boris Berezovsky à cesser le soutien à l’Ukraine et à lui couper l’électricité pour accélérer son siège suscite l’indignation dans le monde musical.

« Je comprends qu’on ait pitié d’eux, qu’on fasse les choses délicatement, mais ne pourrait-on pas arrêter de s’en soucier, les assiéger et leur couper l’électricité ? », a déclaré cette star mondiale du piano lors d’un talk-show sur la chaîne fédérale pro-Kremlin Pervy Kanal le 10 mars, précisant qu’il parlait de Kiev.

Ce à quoi un militaire participant au programme télévisé lui répond qu'« on ne peut pas créer une catastrophe humanitaire de nos propres mains ». Le pianiste et chef d’orchestre Lars Vogt, directeur musical de l’Orchestre de chambre de Paris, a réagi vivement sur Twitter : « je n’arrive pas à croire ces propos de mon ex-ami Boris B. Mais je les entends de sa propre bouche. Notre amitié est officiellement terminée ».

11h42 : Kiev insiste lors des négociations sur « des garanties de sécurité » face à Moscou

Un des négociateurs ukrainiens Mykhaïlo Podoliak, dans des commentaires publiés par la présidence, précise vouloir des « garanties de sécurité absolues » face à la Russie et dont les signataires s’engageraient à intervenir du côté de l’Ukraine en cas d’agression.

11h41 : L’Ukraine rejette l’idée d’un modèle autrichien ou suédois de neutralité

« L’Ukraine est maintenant en état de guerre directe avec la Russie. Par conséquent, le modèle ne peut être qu'"ukrainien" », a déclaré un des négociateurs ukrainiens Mykhaïlo Podoliak dans des commentaires publiés par la présidence.

11h34 : Le rebond des Bourses européennes s’accentue : +3 % à Paris et Francfort

Les Bourses européennes accentuaient leur avancée mercredi, stimulées par le rebond des marchés asiatiques, dans l’attente d’informations sur l’évolution des négociations entre la Russie et l’Ukraine qui ont repris mercredi et de la décision monétaire de la banque centrale américaine.

Vers 11h25, l’indice parisien CAC 40 progressait de 3,31 % à 6.565,13 points, Francfort avançait de 3,07 % et Milan de 3,25 %. Londres prenait 1,05 %.

11h28 : Accueil réservé à l’Otan pour la mission demandée par Varsovie

De sérieuses réserves ont été émises mercredi à l’Otan sur l’envoi en Ukraine d’une « mission de paix protégée par des forces armées » réclamée par le vice-Premier ministre polonais, Jaroslaw Kaczynski, lors d’une visite à Kiev.

« Je pense qu’il est très difficile d’envisager une mission de paix maintenant qu’une guerre est en cours, avec l’intensité que nous observons », a déclaré la ministre de la Défense des Pays-Bas Kajsa Ollongren à son arrivée pour une réunion avec ses homologues de l’Alliance.

« Il est trop tôt pour en parler. Nous devons d’abord avoir un cessez-le-feu. Nous devons voir le retrait de la Russie et il doit y avoir une sorte d’accord entre l’Ukraine et la Russie », a-t-elle expliqué.

11h17 : Un « compromis » possible sur une Ukraine neutre selon le modèle suédois ou autrichien d’après le Kremlin

Une neutralité de l’Ukraine sur le modèle de la Suède et de l’Autriche est le compromis que les négociateurs russes et ukrainiens discutent actuellement, a indiqué mercredi le Kremlin.

« C’est en effet l’option qui est discutée actuellement et qui peut être considérée comme celle d’un compromis », a dit mercredi le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

11h10 : Le pape demande « pardon » pour la guerre en Ukraine

« Arrête-nous ! » : le pape François a lancé mercredi une vibrante prière pour la paix, demandant « pardon » pour la mort et la violence en Ukraine tout en évoquant Caïn et Abel.

« Seigneur Jésus, né sous les bombes de Kiev », « mort dans les bras de la mère dans un bunker à Kharkiv », « envoyé au front à 20 ans, aie pitié de nous ! », a lancé le souverain pontife, visiblement ému, en lisant la prière d’un évêque italien pour l’Ukraine à la fin de l’audience générale hebdomadaire au Vatican.

François a demandé pardon au nom des humains qui « continuent à boire le sang des morts déchirés par les armes » et dont les mains « créées pour protéger se sont transformées en instruments de mort. »

10h57 : Une voix de Kiev

On vous partage ce témoignage, recueilli par nos confrères de France Info. Roman Sigov habite à Kiev et ne compte pas quitter la ville. « On a confiance et de l’espoir. On est sûr que notre armée fait au mieux pour nous protéger », déclare-t-il.


 

10h48 : Plus de 100 enfants morts en UkraineLe ministère de la Défense ukrainien a annoncé qu'une "ligne tragique et sanglante" a été dépassée dans le pays. D'après lui, plus de 100 enfants ukrainiens ont perdu la vie depuis le début de l'invasion russe.

 

10h44 : La Biélorussie dit assurer l’alimentation électrique de Tchernobyl

L’alimentation électrique du site nucléaire de Tchernobyl a été complètement rétablie et est assurée par la Biélorussie, ont annoncé mercredi les autorités de la région biélorusse de Gomel.

« L’alimentation électrique de la centrale de Tchernobyl a complètement été rétablie », a indiqué le ministère, dans un communiqué publié sur la chaîne Telegram de la région de Gomel. « Actuellement, la fourniture d’électricité des infrastructures de la centrale est assurée par les systèmes d’alimentation biélorusses », poursuit cette source, précisant que le niveau de radiation sur le site était « stable » mercredi.

L’alimentation électrique du site nucléaire, situé à la frontière avec la Biélorussie et tombé aux mains des Russes le 24 février, avait été coupée une première fois la semaine dernière et rétablie dimanche.

10h38 : Kiev abîmée par les bombes

La capitale de l’Ukraine est intensément bombardée depuis plusieurs jours. Plus de la moitié de sa population a quitté la ville d’après le maire.


 

10h20 : La Norvège prend des mesures pour maintenir sa production de gaz au maximum

Le ministère norvégien du Pétrole et de l’Énergie a accepté que les licences de production sur trois gisements en mer – Oseberg, Troll et Heidrun – soient modifiées pour privilégier la production de gaz sur celle de pétrole. Le deuxième fournisseur de gaz naturel à l’Europe, entend ainsi aider les Européens à réduire leur dépendance à la Russie.

10h04 : Une plateforme de recrutement pour les réfugiés ukrainiens

Le numéro un mondial du travail temporaire Adecco a lancé une plateforme de recrutement pour permettre aux personnes qui ont fui la guerre de trouver un emploi dans le pays où ils ont trouvé refuge. Les employeurs de la soixantaine de pays où est implanté le groupe suisse peuvent dès à présent publier leurs offres sur le site adeccojobsforukraine.com.

10h02 : L’Agence internationale de l’énergie craint un « choc » pour l’offre pétrolière mondiale

« La perspective de perturbations à grande échelle de la production russe menace de créer un choc mondial de l’offre pétrolière », écrit l’agence, qui conseille des pays développés sur leur politique énergétique

9h22 : Vous avez manqué les infos essentielles de la journée d’hier ?

Tous les jours, 20 Minutes publie à 19h30 un récap' avec les principaux événements de la journée. Ci-dessous, celui du mardi 16 mars.

 

9h15 : Paris rappelle « l’obligation » des forces armées à « protéger les journalistes »

« Je rappelle l’obligation qui incombe aux forces armées de protéger les journalistes conformément au droit humanitaire international et je condamne avec la plus grande fermeté toute action qui les prend pour cible », a déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian après la mort de quatre d’entre eux dont un franco-irlandais depuis le début de l’invasion russe le 24 février.

8h57 : Volodymyr Zelensky interviendra devant les membres du Congrès américain à 14 heures

Après l’intervention du président ukrainien par visioconférence, le président américain Joe Biden devrait annoncer une nouvelle assistance sécuritaire de 800 millions de dollars pour aider l’Ukraine à faire face aux forces russes.

8h54 : Une gare de Zaporojie touchée par une frappe russe

Jusqu’alors largement épargnée par l’offensive russe et refuge des personnes fuyant la cité assiégée de Marioupol, la ville ukrainienne de Zaporojie a été visée par des frappes mercredi, notamment l’une de ses gares, selon les autorités locales. « Des roquettes sont tombées sur la zone de la gare Zaporojie-2. Selon les premières données, personne n’a été tué », a indiqué sur Telegram le gouverneur régional Olexandre Staroukh.

 

8h52 : Plusieurs fortes explosions et des colonnes de fumée à Kiev

Vers 6 heures (5 heures GMT), au moins trois fortes explosions ont retenti dans l’ouest de la capitale, déjà visée la veille et placée depuis sous couvre-feu jusqu’à jeudi matin. Plusieurs épaisses colonnes de fumées noires ont peu après été observées dans le ciel de la ville, comme la veille, où plusieurs frappes russes avaient touché des immeubles résidentiels.

8h34 : L’Ukraine remporte la guerre des memes sur Internet

Des chats qui pilotent des chars en carton sur TikTok, d’innombrables plaisanteries sur la troisième guerre mondiale ou des scènes retravaillées des films de « Star Wars » : les « memes » se propagent sur les réseaux sociaux pour commenter avec ironie la guerre menée par la Russie en Ukraine.

L’une d’eux a été particulièrement efficace pour porter un message sur les réseaux sociaux. Le 24 février, jour de l’invasion russe, le compte officiel de l’Ukraine met en ligne une image de Adolf Hitler représenté en géant qui caresse Vladimir Poutine sur la joue. L’image est suivie d’un message : « Ceci n’est pas un meme, c’est notre réalité désormais, et la vôtre ».


 

7h24 : La Russie au bord du défaut de paiement

La Russie fait face aujourd’hui à une première échéance de paiement d’obligations qui la menace d’un défaut de paiement, ses avoirs à l’étranger étant gelés par des sanctions occidentales.

7h22 : Pour ne pas perdre le fil

Retrouvez notre live sur les événements liés à la guerre en Ukraine du mardi 15 mars, juste ici. 

 

6h51 : Zelensky reçoit la visite des Premiers ministres polonais, tchèque et slovène

Volodymyr Zelensky a reçu mardi la visite des Premiers ministres polonais, tchèque et slovène. Mateusz Morawiecki, Petr Fiala et Janez Jansa ont rencontré le président ukrainien à qui ils ont promis leur soutien. « Nous ne vous laisserons jamais seuls. Nous serons avec vous parce que nous savons que vous vous battez non seulement pour votre liberté, pour votre propre maison et pour votre sécurité, mais aussi pour nous », a déclaré le Premier ministre polonais.

Il s’agit de la première visite de dirigeants étrangers à Kiev depuis le début de l’attaque russe le 24 février.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue dans ce nouveau live de la rédaction de « 20 Minutes », mobilisée 24h/24. Au 21e jour de l’invasion, la Russie élargit son offensive en s’attaquant également à l’Ouest de l’Ukraine. Les négociations se poursuivent tout de même entre Kiev et Moscou et plusieurs pays, comme la Turquie, tentent des médiations pour obtenir un cessez-le-feu.