Guerre en Ukraine : Intervention héroïque à la télévision russe et déclaration résignée à Kiev, le point sur ce 17e jour de conflit

RECAP' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

20 Minutes avec AFP
— 
Volodymyr Zelenskyy
Volodymyr Zelenskyy — /AP/SIPA
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son récap' sur ce conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe et les Etats-Unis.
  • Ce mardi, on revient sur l’irruption en plein direct d’un journal télévisé très populaire en Russie, hier dans la soirée, d’une journaliste exhibant une pancarte critiquant l’offensive militaire en Ukraine.

​Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Lundi dans la soirée, Marina Ovsyannikova a fait irruption pendant le journal télévisé le plus regardé de Russie avec une pancarte critiquant l’offensive militaire en Ukraine, une scène rarissime dans un pays où l’information est strictement contrôlée. Elle a été jugée ce mardi pour avoir manifesté illégalement, selon le tribunal moscovite. Ce dernier lui a infligé une amende sans toutefois l’emprisonner.

La prise de parole et le courage de la journaliste ont suscité beaucoup de réactions des civils comme des politiques. C’est d’ailleurs dans cette dynamique que la France s’est dite prête à offrir « une protection consulaire » à la journaliste russe.

La phrase du jour

« Nous avons entendu pendant des années que les portes étaient ouvertes, mais nous avons aussi entendu que nous ne pourrions pas adhérer. C’est la vérité et il faut le reconnaître. »

Pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky, il est donc temps de reconnaître que l’Ukraine ne pourra pas adhérer à l’Otan. C’est en tout cas la conclusion qu’a tiré ce dernier pendant une visioconférence avec des dirigeants des pays de la Joint Expeditionary Force, une coalition militaire menée par le Royaume-Uni. « Je suis content que notre peuple commence à le comprendre et à ne compter que sur ses forces », a-t-il ajouté. Il a toutefois regretté que l’Otan, « qui semble hypnotisée par l’agression russe », refuse de créer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine.

Le chiffre du jour

97. C’est le nombre d’enfants qui ont été tués depuis le début de la guerre, a déclaré ce mardi devant le Parlement canadien le président ukrainien Volodymyr Zelensky. « Les Russes ont déjà tué 97 enfants » en bombardant « des écoles, des hôpitaux, des habitations », a-t-il affirmé en direct par vidéo. « Nous ne demandons pas grand-chose. Nous demandons un soutien réel, qui nous aidera à l’emporter », a-t-il ajouté devant les députés, qui l’ont acclamé debout pendant plusieurs minutes.

La tendance du jour

Moscou l’a annoncé en fin de journée, la Russie compte sortir du Conseil de l’Europe. Elle a d’ailleurs engagé une procédure dans ce sens, accusant l'Otan et l’UE d’en avoir fait un instrument au service de « leur expansion militaro-politique et économique à l’Est ». En parallèle, le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a annoncé avoir convoqué un sommet extraordinaire des dirigeants des pays de l’Alliance le 24 mars à Bruxelles, où se tiendra aussi une réunion des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE en présence de Joe Biden.