Guerre en Ukraine : Une plateforme pour mettre en lien réfugiés et famille d'accueil

SOLIDARITE Développeur à Vannes, Sébastien Champalaune a lancé au début du conflit une plateforme qui recense pour l’heure près de 1.400 annonces d’hébergements disponibles pour accueillir des familles ukrainiennes

Jérôme Gicquel
— 
Plus de 2,8 millions de personnes, principalement des femmes et des enfants, ont déjà quitté l'Ukraine depuis le début de la guerre.
Plus de 2,8 millions de personnes, principalement des femmes et des enfants, ont déjà quitté l'Ukraine depuis le début de la guerre. — LOUISA GOULIAMAKI / AFP
  • Quelque 15.000 Ukrainiens ont déjà trouvé refuge en France.
  • Dans le pays, la solidarité s’organise pour accueillir les réfugiés. Des particuliers proposent de leur ouvrir leurs portes.
  • En Bretagne, un développeur web a lancé dès le début du conflit un site centralisant de nombreuses annonces d’hébergements disponibles.

Ils fuient la guerre, laissant derrière eux un pays défiguré par les bombardements. Près de trois semaines après le début de l’invasion russe, l’exode des Ukrainiens se poursuit. Selon le dernier décompte de l’ONU, plus de 2,8 millions de personnes, principalement des femmes et des enfants, ont fui le pays pour trouver refuge en Europe. Quinze mille d’entre elles sont déjà arrivées en France, a indiqué ce mardi matin sur Europe 1 Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté.

La veille, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait indiqué que la France pouvait « accueillir jusqu’à 100.000 réfugiés » sur son territoire. Pour héberger ces familles ukrainiennes, le gouvernement a lancé la semaine dernière la plateforme « Je m’engage pour l’Ukraine » qui recense à ce jour plus de 30.000 propositions de logements. Mais sans attendre l’action des pouvoirs publics, Sébastien Champalaune en avait fait de même dès le début de la guerre en lançant le site Solidarité Ukraine.

Il met ses compétences à profit face à l’urgence

« Je regardais la télévision et je voyais toutes ces femmes avec leurs enfants errer dans la rue sans trop savoir où aller » raconte Sébastien Champalaune. Impuissant face à cette situation, ce développeur Web installé à Vannes (Morbihan) a toutefois décidé d’agir. « Je n’ai pas la place pour accueillir des réfugiés chez moi, mais j’ai quand même des compétences que je souhaitais mettre à profit face à l’urgence », souligne ce père de famille.

Développer web, Sébastien Champalaune a lancé un site recensant des propositions de logements pour accueillir des réfugiés ukrainiens.
Développer web, Sébastien Champalaune a lancé un site recensant des propositions de logements pour accueillir des réfugiés ukrainiens. - Sébastien Champalaune

Délaissant ses projets professionnels, il s’est donc mis à coder pendant deux jours pour mettre en ligne une plateforme recensant toutes les propositions de logements de particuliers souhaitant accueillir des réfugiés ukrainiens. « Il n’y avait rien au tout début qui centralisait les propositions, tout le monde était un peu dans le flou », indique-t-il.

La plateforme traduite en anglais et en ukrainien

Avec le bouche-à-oreille et le relais des médias locaux, les propositions de logements ont vite commencé à affluer sur la plateforme qui compte aujourd’hui près de 1.400 annonces d’hébergements disponibles. « Nous avons la chance d’habiter dans un bel environnement face à la mer et serions heureux d’aider une famille en difficulté », écrit ainsi cette famille de Plestin-les-Grèves (Côtes-d’Armor), proposant « une petite maison mitoyenne d’environ 50m2 avec une chambre avec un lit double et un canapé convertible ».

Tous les logements sont bien sûr mis à disposition à titre gracieux même si certains ont quand même essayé de se faire de l’argent sur le malheur des autres. « On a eu aussi quelques hommes qui se croyaient sur un site de rencontres et cherchaient une femme ukrainienne mais j’ai vite fait le tri des annonces », indique-t-il.

Depuis quelques jours, le site a également été traduit en ukrainien et en anglais afin de faciliter les recherches pour les réfugiés souhaitant rejoindre la France. « Des associations m’ont contacté et communiquent l’adresse du site à des Ukrainiens qui se trouvent actuellement en Pologne », précise Sébastien Champalaune, qui espère que son initiative permettra au plus grand nombre d’Ukrainiens de trouver un toit et une famille bienveillante pour les accueillir.