Allemagne : L'armée sur le point d'acheter 35 avions de combat F-35 du constructeur américain Lockheed Martin

ARMEE Les F-35 doivent principalement servir à transporter les missiles atomiques américains dans le cadre des opérations de dissuasion de l’Otan

20 Minutes avec AFP
— 
Des avions de combat Lockheed Martin F-35B Lightning. Le géant américain Lockheed-Martin (avions de combat F-35, missiles...) a consolidé sa première place avec des ventes d'armes de 58,2 milliard de dollars en 2020.
Des avions de combat Lockheed Martin F-35B Lightning. Le géant américain Lockheed-Martin (avions de combat F-35, missiles...) a consolidé sa première place avec des ventes d'armes de 58,2 milliard de dollars en 2020. — Steve Parsons / POOL / AFP

L’armée allemande compte acheter jusqu’à 35 avions de combat F-35 du constructeur américain Lockheed Martin. La raison ? Remplacer sa flotte de Tornado destinée à assurer sa mission nucléaire au profit de l’Otan, ainsi que 15 Eurofighter pour d’autres missions.

Il est « correct » que Berlin a l’intention d’acquérir jusqu’à 35 avions F-35 et 15 Eurofighter, a indiqué cette source, sous couvert de l’anonymat, confirmant des informations de médias allemands. Une session extraordinaire de la Commission pour les affaires de Défense de la chambre nationale des députés est prévue en fin d’après-midi sur le sujet.

Transporter des missiles atomiques

Les F-35 doivent principalement servir à transporter les missiles atomiques américains dans le cadre des opérations de dissuasion de l’Otan, tandis que les Eurofighter doivent prendre en charge surtout des opérations de brouillage électronique de systèmes de défense antiaérien.

Cette commande prévue est un mauvais signal pour le projet franco-germano-espagnol Scaf (Système de combat aérien du futur) qui doit remplacer à l’horizon 2040 les avions de combat Rafale français et les Eurofighter allemands et espagnols. L’acquisition de ces F-35 pourrait en effet « supprimer » le besoin d’un nouveau chasseur européen à horizon 2040 pour l’Allemagne, pourtant l’objectif du projet européen Scaf, selon un récent rapport parlementaire de députés français.

Une volte-face historique

Le Scaf, pierre angulaire du projet d’Europe de la défense est dans la tourmente depuis plusieurs mois, en raison de rivalités quant à la répartition du travail entre le Français Dassault et Airbus, qui représente les intérêts allemands et espagnols.

La guerre en Ukraine a toutefois rebattu les cartes en Europe, donnant un nouveau souffle au projet de défense commune. Berlin a d’ailleurs réalisé une volte-face historique fin février, en annonçant dégager une enveloppe exceptionnelle de 100 milliards d’euros pour moderniser son armée et vouloir désormais dépenser chaque année au moins 2 % de son PIB dans la défense.