Guerre en Ukraine : Discussions entre hauts responsables américain et chinois lundi à Rome

REUNION Les Etats-Unis redoutent de voir la Chine fournir une assistance économique à la Russie

G. N. avec AFP
— 
Jake Sullivan, le conseiller à la Sécurité nationale de Joe Biden, doit rencontrer Yang Jiechi, le plus haut responsable du Parti communiste chinois pour la diplomatie.
Jake Sullivan, le conseiller à la Sécurité nationale de Joe Biden, doit rencontrer Yang Jiechi, le plus haut responsable du Parti communiste chinois pour la diplomatie. — Manuel Balce Ceneta/AP/SIPA

Des hauts responsables américain et chinois doivent se rencontrer lundi à Rome, a annoncé dimanche la Maison Blanche. Le conseiller à la sécurité nationale du président américain Joe Biden, Jake Sullivan, doit rencontrer Yang Jiechi, le plus haut responsable du Parti communiste chinois pour la diplomatie.

Les deux responsables et leurs équipes « discuteront des efforts en cours visant à gérer la compétition entre nos deux pays et discuteront de l’impact de la guerre de la Russie contre l’Ukraine pour la sécurité régionale et mondiale », a indiqué Emily Horne, la porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche, dans le communiqué.

L’aide éventuelle de la Chine à la Russie dans le viseur américain

« Nous surveillons étroitement la mesure dans laquelle la Chine fournit, d’une manière ou d’une autre, qu’elle soit matérielle ou économique, une assistance à la Russie », a dit dimanche sur CNN Jake Sullivan, ajoute que « c’est un sujet de préoccupation pour nous ». « Et nous avons fait savoir à Pékin que nous ne resterons pas passifs et ne laisserons aucun pays compenser les pertes de la Russie dues aux sanctions économiques », imposées depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine, le 24 février, a-t-il ajouté. « Il y aura absolument des conséquences en cas d’importantes actions visant à contourner les sanctions », a prévenu Jake Sullivan.

Les échanges prévus lundi à Rome, en Italie, « font partie de nos efforts continus pour maintenir une ligne de communication ouverte » entre la Chine et les Etats-Unis, a expliqué dans le communiqué Emily Horne. Une rencontre similaire entre ces deux hauts responsables avait eu lieu en octobre en Suisse.