RDC : Au moins 60 morts dans un accident de train

DRAME Le dernier bilan fait état de 61 morts et de 52 blessés évacués

20 Minutes avec AFP
— 
Un train près de Kinshasa en RDC.
Un train près de Kinshasa en RDC. — JUNIOR D.KANNAH / AFP

Ce samedi, la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) a annoncé qu’au moins 60 personnes ont été tuées dans la nuit de jeudi à vendredi lors du déraillement d’un train dans la région de Kolwezi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo.

A ce stade, « le bilan est de 61 morts, hommes, femmes et enfants » et de « 52 blessés évacués », a déclaré à Marc Manyonga Ndambo, directeur chargé des infrastructures de l’entreprise publique de chemin de fer, joint sur place par téléphone depuis Lubumbashi.

« Plusieurs centaines de voyageurs clandestins »

Selon lui, le convoi était un train de marchandises qui, bien que cela soit interdit, transportait « plusieurs centaines de voyageurs clandestins ». « Certains corps seraient encore coincés dans les wagons tombés dans les ravins », a-t-il ajouté.

Citées par des médias congolais, la gouverneure de la province de Lualaba, Fifi Masuka, et l’administratrice du territoire de Lubudi, où s’est produit l’accident, Clémentine Lutanga, ont fait état d’un bilan provisoire de 60 morts. Selon Marc Manyonga, le train, composé de 15 wagons dont 12 étaient vides, venait de Luena, dans la province voisine du Haut-Lomami et se dirigeait vers la ville minière de Tenke, non loin de Kolwezi.

Les déraillements fréquents en RDC

Il a déraillé jeudi soir à 23h50 au niveau du village de Buyofwe, à environ 200 km de Kolwezi, « à un endroit où il y a des ravins », dans lesquels sont tombés 7 des 15 wagons, a-t-il précisé. « Mon équipe travaille d’arrache-pied pour libérer la voie d’ici lundi », a ajouté Marc Manyonga. Celui-ci ne s’est pas prononcé sur les raisons de l’accident, mais la vétusté des rails en est vraisemblablement une des causes.

Les déraillements de train sont fréquents en RDC, tout comme les naufrages d’embarcations surchargées sur les lacs et cours d’eau du pays. Souvent, faute de trains de voyageurs ou de routes praticables, des passagers empruntent des trains de marchandises pour parcourir de longues distances.