Guerre en Ukraine : Entre chars autour de Kiev et couloirs de réfugiés, le conflit décrypté en quatre infographies

RECAP' « 20 Minutes » vous résume les enjeux du conflit en infographies

C.P. avec AFP
— 
Carte de Kiev situant le pont de Bilogorodka, le dernier pont encore debout reliant Kiev à son arrière-pays occidental, ainsi que les principales communes où ont eu lieu des combats ces derniers jours.
Carte de Kiev situant le pont de Bilogorodka, le dernier pont encore debout reliant Kiev à son arrière-pays occidental, ainsi que les principales communes où ont eu lieu des combats ces derniers jours. — SIMON MALFATTO, PAZ PIZARRO / AFP
  • Ce vendredi, l’Ukraine et la Russie entament leur 16e jour de guerre. Un conflit qui a déjà tué des centaines de civils, selon les chiffres de l’ONU, et fait plus de 2,5 millions de réfugiés ukrainiens.
  • Jeudi, l’armée russe a bombardé une maternité à Marioupol. L’attaque a provoqué un raz-de-marée de condamnations internationales. L’UE a demandé une « enquête approfondie » tandis que Moscou a prétendu qu’il s’agissait d’une « mise en scène ».
  • 20 Minutes vous propose de revenir en infographies sur l’évolution du conflit.

Au seizième jour de conflit, le bras de fer armé entre l’Ukraine et la Russie ne faiblit pas. Après l’attaque d’une maternité dans la ville assiégée de Marioupol, tout semble démontrer que Vladimir Poutine n’a aucune limite pour atteindre son désir d’assiéger le pays de Volodymyr Zelensky. Ce vendredi, le Kremlin a d'ailleurs indiqué que des ressortissants syriens pouvaient se porter volontaires pour aller combattre les forces ukrainiennes. Pour mieux comprendre la stratégie du chef du Kremlin et les minces marges de manœuvre des Ukrainiens, 20 Minutes vous propose ces quatre infographies.

L’avancée des troupes de Vladimir Poutine

Carte d'Ukraine situant les lieux où ont été enregistrés des explosions, des frappes et des combats entre forces ukrainiennes et russes et les avancées russes, revendiquées par les Russes, les attaques ou opérations russes sans contrôle de la zone et les contre-offensives revendiquées par les Ukrainiens, au 10 mars à 17h00 GMT.
Carte d'Ukraine situant les lieux où ont été enregistrés des explosions, des frappes et des combats entre forces ukrainiennes et russes et les avancées russes, revendiquées par les Russes, les attaques ou opérations russes sans contrôle de la zone et les contre-offensives revendiquées par les Ukrainiens, au 10 mars à 17h00 GMT. - SIMON MALFATTO, SABRINA BLANCHARD, CLÉA PÉCULIER, KENAN AUGEARD / AFP

Sur cette carte datant de ce 11 mars, on peut voir l’avancée des soldats russes en Ukraine au seizième jour de guerre. Stratégiquement, les combats se concentrent surtout autour des grandes villes de Kiev, la capitale et de Kharkiv, le second point stratégique du pays. Cependant des affrontements sévissent aussi à Marioupol, le dernier bastion ukrainien sur la mer d’Azov, assiégée depuis une semaine.

L’ouest de l’Ukraine est pour l’instant largement épargné par les combats. Sa plus grande cité, Lviv, est devenue une plaque tournante pour les missions diplomatiques, les journalistes et les Ukrainiens cherchant à se mettre en sécurité ou à fuir dans un pays voisin. L’armée russe y a cependant visé deux aéroports militaires et frappé, pour la première fois, la ville de Dnipro, un centre industriel situé sur le Dniepr, un fleuve qui marque la séparation entre l’Est en partie prorusse et le reste du pays. Dans la région d’Odessa, les habitants se préparent à voir les troupes russes débarquer sur les plages et se disent prêts à prendre les armes. Avec un accès sur la Mer Noire, Odessa est un point stratégique en Ukraine.

Le pont de Bilogorodka, dernier rempart

Carte de Kiev situant le pont de Bilogorodka, le dernier pont encore debout reliant Kiev à son arrière-pays occidental, ainsi que les principales communes où ont eu lieu des combats ces derniers jours.
Carte de Kiev situant le pont de Bilogorodka, le dernier pont encore debout reliant Kiev à son arrière-pays occidental, ainsi que les principales communes où ont eu lieu des combats ces derniers jours. - SIMON MALFATTO, PAZ PIZARRO / AFP

Bilogorodka se situe à 25 kilomètres à l’ouest de Kiev. C’est à cet endroit que se dresse le dernier pont qui sépare encore les forces russes et la capitale ukrainienne. Depuis ce lundi, les soldats ukrainiens par la voix d’un certain sergent « Casper » affirment se tenir prêt à faire sauter ce dernier. Entièrement miné, ce dernier rempart qui relie Kiev à son arrière-pays, comme on le voit sur l’infographie ci-dessus, pourrait ralentir l’avancée des forces russes. Des troupes qui se trouvent, selon le Pentagone, désormais plus qu’à 15 km de Kiev.

Des couloirs humanitaires pour évacuer les civils

Carte d'Ukraine situant les couloirs humanitaires convenus entre l'Ukraine et la Russie pour permettre l'évacuation des civils hors des zones touchées par des tirs et des bombardements, au 10 mars.
Carte d'Ukraine situant les couloirs humanitaires convenus entre l'Ukraine et la Russie pour permettre l'évacuation des civils hors des zones touchées par des tirs et des bombardements, au 10 mars. - SIMON MALFATTO, SOPHIE RAMIS, SABRINA BLANCHARD, KENAN AUGEARD, VALENTIN RAKOVSKY / AFP

La Russie a affirmé jeudi qu’elle ouvrirait chaque jour des  couloirs humanitaires pour permettre aux Ukrainiens fuyant les combats de rejoindre son territoire. « Nous annonçons officiellement que des couloirs humanitaires pour la Fédération de Russie seront désormais ouverts unilatéralement, sans coordination, chaque jour à partir de 10 heures du matin », a déclaré le ministère russe de la Défense.

Volodymyr Zelensky a cependant accusé ce vendredi l’armée russe d’empêcher l’évacuation de civils des villes encerclées de Marioupol et Volnovakha (sud-est) et d’avoir mené une attaque sur le trajet prévu d’un couloir humanitaire. Plus de 80.000 personnes ont été évacuées ces deux derniers jours de Soumy, une ville du nord-est de l’Ukraine, et des environs de Kiev, a annoncé jeudi le gouvernement ukrainien. Plus tôt dans la journée, le président ukrainien avait évoqué 60.000 Ukrainiens évacués la veille des villes assiégées, dans une vidéo sur sa chaîne Telegram.

Toujours plus de réfugiés ukrainiens

Carte d'Europe des flux de réfugiés ukrainiens vers les autres pays européens, au 10 mars à 12h GMT, selon le HCR
Carte d'Europe des flux de réfugiés ukrainiens vers les autres pays européens, au 10 mars à 12h GMT, selon le HCR - SABRINA BLANCHARD, GAL ROMA, CLÉA PÉCULIER / AFP

Depuis quelques jours ces images font le tour du monde. Des femmes, des enfants, des personnes âgées traînant des valises et le peu ce qu’ils ont pu garder de leurs affaires personnelles. Ils fuient tous vers les frontières polonaises, moldaves ou encore slovaques comme le montre cette carte. Certains d’entre eux sont même en route vers la Russie.

Au total, plus de 2,5 millions de personnes ont fui l’Ukraine, dont 116.000 sont des ressortissants de pays tiers, depuis le lancement de l’invasion russe le 24 février dernier, selon les Nations unies. Selon l’ONU, ce chiffre pourrait être porté à quatre millions, si le conflit se poursuit, sur une population de plus de 37 millions de personnes dans les territoires contrôlés par Kiev (ces derniers n’incluent pas la Crimée, ni les zones sous contrôle des séparatistes prorusses).