Guerre en Ukraine : Enchères, locations fantômes, scoutisme… Tour d’horizon des élans de solidarité

SOLIDARITE De nombreux civils du monde entier, tentent comme ils peuvent, de venir en aide aux Ukrainiens en détresse

C.Poh avec AFP
— 
Un enfant avec une pancarte "Solidarité avec les Ukrainiens" lors d'un rassemblement en France (Illustration)
Un enfant avec une pancarte "Solidarité avec les Ukrainiens" lors d'un rassemblement en France (Illustration) — F. SCHEIBER / SIPA
  • Alors que la Russie a constaté ce mercredi «des progrès» dans les négociations menées avec l'Ukraine, la barre des deux millions de réfugiés venus Ukraine était franchie.
  • Si les aides humanitaires et les dons Occidentaux affluent vers le pays, de nombreux citoyens tentent, comme ils peuvent, de venir en aide à ces civils en détresse
  • Un groupe de Lituaniens a, par exemple, lancé une campagne d’appels téléphoniques vers la Russie pour combattre la propagande de Moscou.

Ils sont plus de deux millions. Deux millions de civils ukrainiens à quitter leurs pays, cible des blindés russes depuis deux semaines. Femmes, hommes, enfants, seuls ou en familles, ces Ukrainiens se retrouvent loin de leurs foyers en route, avec les moyens du bord, vers la Roumanie, la Moldavie, la Pologne ou encore la France. Si les aides humanitaires et les dons Occidentaux affluent vers le pays, de nombreux civils du monde entier tentent, comme ils peuvent, de venir en aide à ces Ukrainiens en détresse. Petit tour des initiatives les plus originales.

Louer un Airbnb fantôme pour financer les familles sur place

Des dizaines de milliers d’utilisateurs du site de locations touristiques Airbnb ont réservé des hébergements en Ukraine depuis le début de l’invasion russe. La particularité de ces réservations ? Elles resteront vides. L’idée étant ici, non pas de se rendre sur place mais évidemment de venir en aide à la population locale. Les 2 et 3 mars derniers, 61.000 nuits ont été réservées dans le pays, ce qui représente un total de près de deux millions de dollars, selon le PDG du géant de la location communautaire.


Cet élan de solidarité spontané a commencé à se manifester après la décision d’Airbnb la semaine dernière de suspendre de manière temporaire et jusqu’à nouvel ordre les frais de service pour les réservations effectuées en Ukraine. Des centaines de voyageurs ont alors loué des habitations Airbnb en Ukraine et partagé sur les réseaux sociaux les échanges avec leurs hôtes qui les remerciaient de leur soutien financier et moral.


En parallèle, la plateforme a par ailleurs annoncé la semaine dernière qu’elle allait proposer un hébergement gratuit de court terme à un maximum de 100.000 Ukrainiens fuyant la guerre. Airbnb a également déclaré avoir recensé des dons d’un montant total de 1,2 million de dollars à destination de son fonds pour les réfugiés et garanti avoir suspendu ses activités en Russie et en Biélorussie.

Devenir un « anonymous » du smartphone grâce à l’initiative « Call Russia »

Un groupe de Lituaniens a lancé une campagne d’appels téléphoniques vers la Russie pour combattre la propagande de Moscou et contribuer ainsi à la cessation de la guerre en Ukraine. L’initiative nommée « Call Russia » ou « Appelez la Russie » en français, doit mobiliser des volontaires de la diaspora russe et russophone pour appeler au hasard l’un des 40 millions de numéros de téléphone en Russie mis à leur disposition sur un site Internet, consultable aussi depuis un smartphone.


Ses promoteurs espèrent que ces contacts directs contourneront la propagande russe et apprendront aux gens ordinaires ce qui se passe réellement en Ukraine. Ils espèrent que « des milliers, des centaines de milliers de membres de la diaspora russe » à travers le monde se joindront à l’initiative et que des contacts sincères entre les gens pourront briser la censure de l’information indépendante en Russie.

Accueillir un réfugié chez soi grâce à « Je m’engage pour l’Ukraine »

Le gouvernement français a lancé ce mardi le service en ligne « Je m’engage pour l’Ukraine ». C’est la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, qui en a fait la présentation ce mardi au micro de France Info : « Vous êtes une famille française, vous avez la possibilité d’héberger une famille : on vous met en relation avec une association qui vous accompagne dans cet acte de générosité. »


Boire du vin (mais de qualité avec une vente aux enchères dans le Bordelais)

Allié le solidaire à l'agréable, c'est possible. Le monde viticole français se mobilise avec une vente aux enchères en ligne de vins au profit des victimes de la guerre en Ukraine. Cette dernière sera organisée fin mars après l’appel à la générosité des professionnels du secteur par le consul honoraire d’Ukraine en Nouvelle-Aquitaine, Laurent Fortin. « On reçoit des vins de toutes les régions de France, Bourgogne, Vallée du Rhône, Provence et évidemment du Bordelais », s’est félicité celui qui est également directeur général de Château Dauzac, grand cru classé de Margaux. Avec l’argent récolté, cette association prévoit d’acheter des biens de première nécessité et du matériel médical. Le responsable du cru médocain, qui en « appelle à l’engagement citoyen de la filière vins pour soulager un peuple ami en détresse », ne se fixe pas d’objectif chiffré quant au produit de sa vente caritative.

Devenir scoot, tout simplement

Pour soutenir leur pays dans la guerre imposée par la Russie, les jeunes de l’association Plast – scouts ukrainiens de France organisent des collectes de tous types de produits. Les colis sont acheminés par des camions, deux partent chaque jour, jusqu’à la frontière polonaise. Là d’autres membres de l’association les font passer en Ukraine et les acheminent sur les zones de combat. Ces collectes sont aussi une manière pour ces jeunes Ukrainiens de se soutenir, ne pouvant être avec leurs familles et leurs amis qui vivent la guerre. Pour en savoir plus, découvrez le reportage de notre journaliste Romarik Le Dourneuf.


A noter il est maintenant possible de porter un tee-shirt aux couleurs de l’Ukraine... si vous êtes riche, célèbre ou influenceur. La maison Balenciaga a apporté son soutien à l’Ukraine, à sa façon, en distribuant des tee-shirts aux couleurs de leur drapeau lors de la Fashion Week à Paris. Des tee-shirts bleu et jaune donc, qui étaient posés sur chacun des sièges avec une note signée par Demna Gvasalia, le créateur géorgien de Balenciaga et lui-même réfugié d’une guerre avec la Russie.