Guerre en Ukraine : Joe Biden décrète un embargo sur les importations de pétrole et de gaz russes

DIPLOMATIE Le président américain prend la tête d'un assaut occidental contre les hydrocarbures russes

20 Minutes avec AFP
Le président américain Joe Biden.
Le président américain Joe Biden. — LM Otero/AP/SIPA

Le président Joe Biden a décrété mardi un embargo sur les importations américaines de pétrole et de gaz russes, afin d’alourdir les sanctions imposées à la Russie et "porter un nouveau coup puissant à Poutine".

Quasiment simultanément, le Royaume-Uni a annoncé l’arrêt de ses importations d’énergie russe d’ici fin 2022, par la voix du ministre britannique Kwasi Kwarteng. Cette décision a été prise « en coordination étroite » avec les alliés des Etats-Unis, a précisé Joe Biden. « Nous ne contribuerons pas à subventionner la guerre de Poutine. »


Dans la foulée de l’annonce, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est dit dans un tweet « reconnaissant envers les Etats-Unis et envers le leadership » de Joe Biden pour ce « coup porté au cœur de la machine de guerre de Poutine ». Il a également encouragé les autres pays et dirigeants à suivre l’exemple des Etats-Unis.

Un front pas si uni en Occident

L’Europe s’est, pour l’instant, refusée à décréter un embargo sur les importations russes, qui assurent 40 % de ses besoins en gaz naturel et 30 % pour le pétrole. Les Etats-Unis sont, eux, exportateurs nets d’énergie, c’est-à-dire qu’ils produisent plus de pétrole et de gaz qu’ils n’en consomment, a rappelé Joe Biden.

« Nous pouvons prendre cette décision, alors que d’autres ne le peuvent pas », a-t-il expliqué. « Mais nous travaillons étroitement avec l’Europe et nos partenaires pour mettre en place une stratégie de long terme afin de réduire leur dépendance vis-à-vis de l’énergie russe. » « Nous restons unis dans notre intention de maintenir une pression croissante sur Poutine et sa machine de guerre », a ajouté le chef de l’Etat américain.

Annonce unilatérale

Selon des médias japonais, le Japon étudierait aussi, entre autres options, l’application d’un embargo sur les importations d’énergie russe. Quant aux compagnies pétrolières, elles annoncent les unes après les autres leur retrait de Russie. Mardi, c’était au tour de Shell, qui a emboîté le pas à BP, ExxonMobil ou à l’italien Eni.

Le pétrole russe ne représente que 8 % des importations américaines et 4 % de la consommation de produits pétroliers aux Etats-Unis, qui n’importent pas de gaz russe. Avant même l’invasion de l’Ukraine, les importations américaines avaient déjà été fortement réduites.

La Maison-Blanche avait, ces derniers jours, préparé les esprits à une annonce unilatérale, marquant pour la première fois une divergence entre Occidentaux sur les sanctions à infliger à la Russie. Initialement hésitant, notamment parce que cet embargo devrait encore accélérer l’inflation qui plombe son mandat depuis plusieurs mois, Joe Biden répond là à une demande forte du Congrès, dont plusieurs représentants le pressaient d’agir depuis plusieurs jours.

Les parlementaires américains avaient commencé à préparer un projet de loi soutenu par la majorité démocrate et l’opposition républicaine -- une rareté dans un contexte d’extrême division politique aux Etats-Unis -- pour interdire ces importations de pétrole et de gaz russes.

Flambée de l’essence aux Etats-Unis

Joe Biden a donc décidé de leur griller la politesse, désireux peut-être d’alimenter le petit sursaut de popularité que lui donne sa gestion de la guerre en Ukraine dans les sondages. « C’est la bonne décision à prendre », a commenté, sur la chaîne CNBC, le sénateur républicain du Texas Ted Cruz. « L’étape suivante, c’est de travailler avec l’Europe pour qu’elle fasse la même chose, se sevre du pétrole et du gaz russes. »

« Nous allons voir une augmentation des prix du carburant ici aux Etats-Unis », a prévenu, sur la chaîne CNN, le sénateur démocrate du Delaware Chris Coons, et « en Europe, ils vont voir des hausses spectaculaires. C’est le prix de la défense de la liberté et du soutien au peuple ukrainien. »

La perspective d’un embargo américain a d’ailleurs immédiatement fait flamber les cours : le Brent, référence du brut en Europe, cavalait mardi au-delà des 130 dollars, en hausse de 7,55 % à 132,52 dollars. Il n’est plus très loin du record absolu de 147,50 dollars le baril, enregistré en 2008. Et le prix de l’essence aux Etats-Unis a établi mardi un nouveau record absolu : le gallon d’essence (3,78 litres) vaut en moyenne 4,17 dollars, selon l’association d’automobilistes AAA. En un mois, le prix moyen a augmenté de 20 %.