Guerre en Ukraine : 35.000 civils évacués par les couloirs humanitaires

LIVE Revivez les événements de la guerre en Ukraine de la journée du mercredi 9 mars

P.B., X.R. et M.F
— 
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky le 9 mars 2022 (capture vidéo).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky le 9 mars 2022 (capture vidéo). — Instagram

L’ESSENTIEL

  • Moscou a annoncé une nouvelle trêve partielle, mercredi, pour continuer d’évacuer des civils.
  • Le patron de la CIA estime que l’accalmie n’est que temporaire, et que Poutine va ensuite « doubler la mise ».
  • Varsovie a proposé de transférer ses Mig-29 à Kiev via une base américaine en Allemagne, mais Washington a refusé face au risque d’escalade.

EN VIDEO

 

A LIRE AUSSI

 

4h00 : Ce live est terminé

Bonne fin de nuit si vous vous couchez, bonjour si vous vous levez.

Le live de la journée de jeudi, c'est par >> ici

3h00 : Sony suspend ses expéditions de PlayStation vers la Russie

Le géant japonais de l'électronique Sony a annoncé mercredi avoir suspendu toutes les expéditions de consoles PlayStation et de jeux vidéo à destination de la Russie, rejoignant un nombre croissant d'entreprises se désengageant du pays après l'invasion russe de l'Ukraine. «Sony Interactive Entertainment (SIE) rejoint la communauté mondiale dans son appel à la paix en Ukraine. Nous avons suspendu toutes les expéditions de jeux et de consoles, le lancement de Gran Turismo 7 et les opérations du PlayStation Store en Russie», a déclaré l'entreprise sur Twitter. Sony a aussi rappelé son annonce d'un don de 2 millions de dollars au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et à l'organisation Save the Children pour soutenir les victimes de cette guerre.

2h45 : 35.000 civils évacués par trois couloirs humanitaires mercredi

Volodymyr Zelensky espère pouvoir continuer les évacuations ce jeudi via 6 couloirs humanitaires.



 

2h20 : Des images de la destruction de Marioupol

Ces images satellites de la société Maxar capturées avant le bombardement d'un hôpital pédiatrique montrent l'étendue de la destruction des zones résidentielles de Marioupol.



 

1h45 : La Bourse de Tokyo se reprend

La Bourse de Tokyo a bondi jeudi dans les premiers échanges, portée notamment par des espoirs d'apaisement de la guerre en Ukraine alors que des discussions devaient se tenir dans la journée entre chefs des diplomaties russe et ukrainienne. L'indice vedette Nikkei bondissait de 3,03% à 25.466,41 points à l'ouverture.

0h40 : Ils ne pouvaient pas laisser leur chien sénior derrière

Le Guardian raconte cette histoire émouvante d'une famille qui a fui l'Ukraine pour rejoindre la Pologne. Avec le mari qui a dû porter leur chien, âgé de 12 ans et souffrant de problèmes de hanche, sur une bonne partie des derniers 14 km effectués à pied. Et à cause de la mobilisation, ce père de famille a dû repartir en Ukraine laissant sa femme et leurs cinq enfants traverser la frontière seuls.



 

0h00 : Un point sur l'avancée russe

Attention, même si la Russie n'a pas fait tomber Kiev en 48 heures, que son convoi semble échoué sur la route avec des problèmes de ravitaillement et que Karkhiv résiste, la Russie continue de progresser au Sud. Selon le sénateur Marco Rubio, numéro 2 du comité sur Sénat sur le renseignement, l'armée russe veut encercler davantage Kiev par le nord, l'est et le sud. Et après avoir pris Kherson, a désormais ses yeux fixés sur Odessa.



 

23h40 : Le FMI entérine une aide d’urgence de 1,4 milliard de dollars pour l’Ukraine

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international a approuvé mercredi une aide d’urgence d’un montant de 1,4 milliard de dollars en faveur de l’Ukraine qui est confrontée « à une très grave crise humanitaire et économique » depuis l’invasion du pays par l’armée russe. Cette aide immédiate doit permettre au gouvernement de « répondre aux besoins urgents de la balance des paiements résultant des effets de la guerre et fournira un soutien essentiel à court terme », estime le FMI dans un communiqué.

23h15 : Zelensky dénonce un «crime de guerre» après le bombardement d'un hôpital pédiatrique

Le bombardement par la Russie mercredi d'un hôpital pédiatrique dans le port stratégique de Marioupol en Ukraine représente un «crime de guerre», a estimé le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un message vidéo. «Le bombardement aérien est la preuve finale. La preuve qu'un génocide d'Ukrainiens est en train de se produire (...) Nous n'avons jamais et n'aurions jamais commis un crime de guerre comme cela dans les villes de Donetsk ou Lougansk ou aucune région», a-t-il déclaré, en faisant référence à deux villes tenues par les séparatistes prorusses.

23h05 : La propagande russe tourne à plein dans cette université

Le bras levé et un Z sur la poitrine, ces étudiants russes affichent leur soutien à la guerre. Selon le site d’infos indépendant russe Insider, la participation à ce flash mob « spontané » des étudiants du Kazan state institute était obligatoire, il fallait une note explicative pour refuser.



 

22h40 : 1.207 civils tués à Marioupol en 9 jours de siège, selon la mairie

Attention, ce bilan ukrainien est impossible à vérifier. La mairie de Marioupol affirme que 1.207 civils ont péri depuis le début du siège. «Neuf jours. Neuf jours de blocus de Marioupol. (...) Neuf jours - 1207 civils de Marioupol tués. Neuf jours de génocide de la population civile», indique la mairie sur sa chaîne Telegram alors que la ville subit de violents bombardements de l'armée russe, qui ont notamment touché mercredi un hôpital pédiatrique.

22h13 : L’université canadienne McGill crée des vidéos en ukrainien sur la médecine de guerre

Réanimer, intuber, soigner une plaie provoquée par des éclats d’obus, par un bâtiment effondré… l’université canadienne McGill a mis sur pied en quelques heures des vidéos traduites en ukrainien pour aider tous les soignants à pratiquer la médecine de guerre.

Devant l’ampleur du conflit, tous les personnels, et pas seulement les médecins urgentistes et les chirurgiens traumatologues, sont appelés à prendre en charge les patients blessés, explique le Dr Tarek Razek.

En partenariat avec le centre de simulation et d’apprentissage interactif Steinberg de l’université, les médecins canadiens ont donc créé des vidéos de quelques minutes pour expliquer « les notions élémentaires de secourisme et de réanimation ». Les vidéos ont été tournées à Montréal et montées par une chirurgienne thoracique, la Dr Junko Tokuno.

21h58 : Washington rejette définitivement un transfert d’avions de combat polonais

La Pologne s’était dite prête à transmettre à l’Ukraine des chasseurs Mig-29 réclamés avec insistance par Kiev, mais demandait que la décision soit prise par l’Otan. De son côté, Moscou adressait une menace en forme d’avertissement, évoquant un « scénario potentiellement dangereux ». Un scénario finalement écarté par les États-Unis.

« Les services de renseignement estiment que le transfert de MiG-29 à l’Ukraine pourrait être perçu comme une surenchère et pourrait entraîner une réaction russe importante qui augmenterait la perspective d’une escalade militaire avec l’Otan », a déclaré lors d’une conférence de presse le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

La question du transfert d’avions militaires occidentaux à l’Ukraine est hautement sensible dans ce conflit.

21h20 : Le fils d’une députée britannique part combattre en Ukraine

Âgé de 30 ans, le fils d’une députée britannique a affirmé se trouver parmi un groupe d’anciens soldats britanniques qui partent combattre contre les forces russes en Ukraine, malgré les mises en garde du gouvernement britannique.

« On ne m’a pas envoyé, rien à voir avec le gouvernement, rien à voir avec ma mère », a déclaré à Kiev Ben Grant, fils la députée conservatrice Helen Grant, au quotidien The Guardian. Ce père de trois enfants, qui a passé plus de cinq ans dans les commandos des Royal Marines, a expliqué avoir pris sa décision après avoir vu des images d’un bombardement russe sur une maison d’où résonnaient des cris d’enfant. Selon lui, cent autres anciens soldats britanniques vont rejoindre l’Ukraine.

21h11 : Quel rôle peuvent jouer les services secrets français ?

Un ancien agent de la DGSE a expliqué à 20 Minutes ce que peut faire le service de renseignement dans le conflit ukrainien. Son interview juste en dessous.

 

21h01 : Le Brent baisse (enfin)

Le baril a clôturé en forte baisse de 13 %, à 111,14 dollars.

20h55 : Quand la justice toulousaine fait scandale

Le tribunal a confirmé l’expulsion d’une famille ukrainienne vivant dans la ville rose et dont les deux parents sont sourds, quatre jours après le début de l’invasion russe. On vous raconte tout de cette affaire juste ici​.

 

20h43 : Pour ceux qui n’ont pas eu le temps de suivre notre live aujourd’hui

Voici notre récap' de la journée où vous retrouverez les informations essentielles liées à la guerre en Ukraine de cette journée de mercredi.

 

20h25 : La Maison-Blanche dénonce un usage « barbare » de la force contre des civils, après l’attaque de l’hôpital
20h01 : Sergueï Lavrov est arrivé en Turquie

Le ministre russe des Affaires étrangères doit retrouver son homologue ukrainien Dmytro Kuleba, pour la première rencontre diplomatique à ce niveau. Les discussions prévues demain matin à Antalya dans le sud du pays participent des efforts du président turc Recep Tayyip Erdogan de jouer un rôle de médiation depuis le début de la crise.

19h51 : Quand la lettre « Z » devient le symbole de soutien à l’armée russe

C’est quoi ce « Z » ? A quoi sert-il ? Qui le porte ? On vous explique tout de ce mystérieux symbole.

 

19h48 : La rue de l’ambassade russe en Lituanie renommée « rue des Héros ukrainiens »
19h45 : Vous n’avez pas besoin de stocker fioul et gazole « par précaution »

La Fédération française des combustibles, carburants et chauffage (FF3C) a recommandé mercredi aux professionnels s’approvisionnant en gazole et aux particuliers se chauffant au fioul d’éviter des achats « par précaution ».

« Les événements du passé enseignent que ces prix devenus exorbitants finiront par retrouver, comme lors de précédentes crises, des niveaux normaux », estime Frédéric Plan, délégué général de la FF3C, cité dans le communiqué.

19h41 : Cyrille Bret a répondu en direct à vos questions

Vous avez été nombreux à poser vos questions sur le conflit en Ukraine à Cyrille Bret, chercheur associé à l’institut Jacques Delors. Retrouvez juste en dessous l’ensemble de ce live.

 

18h37 : Aucune installation de santé « ne doit être une cible », réagit l’ONU
18h34 : L’inflation s’accélère à 9,15 % sur un an, nouveau record depuis 2016

L’inflation, qui flambe en Russie depuis des mois, a atteint en février 9,15 % sur un an, a indiqué mercredi l’agence des statistiques Rosstat, battant un nouveau record depuis 2016. C’est plus du double de l’objectif de 4 % affiché par la banque centrale russe et un signe inquiétant alors que les effets des sanctions occidentales liées à l’Ukraine ne sont pas encore pleinement répercutés dans les statistiques.

Parmi les prix ayant le plus progressé sur un an, figurent ceux de l’alimentaire (+11,46 %), notamment les produits de base tels que les céréales et les pâtes, la viande, le sucre et les fruits et légumes. La situation risque de se détériorer fortement dans les prochains mois sous l’effet des dures sanctions occidentales visant la Russie en lien avec son intervention militaire en Ukraine.

18h29 : Le déploiement « purement défensif » de batteries anti-aériennes

Les Etats-Unis ont déployé deux nouvelles batteries anti-aériennes Patriot en Pologne. « Il s’agit d’un déploiement purement défensif mené de façon préventive pour contrer toute menace potentielle contre nous ou contre des forces alliées », a souligné un haut responsable, rappelant l’engagement du président Joe Biden à respecter l’article 5 de la charte de l’Otan qui oblige tous ses membres à venir au secours d’un allié en cas d’attaque.

Cette annonce intervient au lendemain du rejet par Washington de la proposition de Varsovie de lui remettre des avions de combat Mig-29 de fabrication russe pour qu’ils soient ensuite livrés à l’Ukraine.

18h20 : Boris Johnson qualifie d'« immorale » l’attaque d’un hôpital pour enfants à Marioupol

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié mercredi d'« immoral » le bombardement d’un hôpital pour enfants à Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, qui a fait 17 blessés parmi le personnel hospitalier selon un responsable régional.

« Il y a peu de choses plus immorales que de cibler les personnes vulnérables et sans défense », a déclaré Boris Johnson en relayant sur Twitter un article sur les frappes russes contre cet hôpital.



 

18h14 : Au moins 17 adultes blessés dans le bombardement d’un hôpital pédiatrique à Marioupol

Dix-sept adultes ont été blessés mercredi dans le bombardement par l’armée russe d’un hôpital pédiatrique à Marioupol, port du sud-est de l’Ukraine, a annoncé un responsable régional, Pavlo Kirilenko. « Il y a 17 blessés confirmés parmi le personnel hospitalier », a-t-il indiqué à la télévision ukrainienne, précisant qu «'il n’y avait aucun enfant » parmi les blessés et « aucun mort », selon un premier bilan.

18h11 : Londres appelle l’ensemble du G7 à interdire les importations de pétrole russe

Le Royaume-Uni a exhorté mercredi l’ensemble des pays du G7 à « mettre fin à leur utilisation de pétrole et gaz russes », à l’instar de Londres et de Washington.

« Dans notre réponse » à l’invasion russe de l’Ukraine, « nous devons redoubler de sanctions », a déclaré la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss lors d’une visite aux Etats-Unis. Cela inclut selon elle une déconnexion « totale » des banques russes du système international Swift.

18h06 : 20 Minutes en direct sur Insta

20 Minutes répondait à vos questions sur la guerre en Ukraine. Pour celles et ceux qui veulent visionner le replay, c'est ici.



18h07 : Une maternité détruite par des bombardements russes à Marioupol

Un hôpital pédiatrique de Marioupol, port assiégé du sud-est de l’Ukraine, a été détruit mercredi par des bombardements russes, a annoncé un responsable régional, Pavlo Kirilenko, sans préciser s’il y avait des morts. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rapidement réagi sur Twitter, indiquant que « des gens, des enfants se trouvent sous les décombres ». « Atrocité ! (…) Arrêtez ces meurtres », a-t-il encore écrit.



Quelques minutes plus tôt, le maire de Marioupol avait écrit sur sa page Facebook : « Tout a été détruit lors d’un raid aérien de l’aviation russe au-dessus de Marioupol. A l’instant ». Sur une vidéo publiée par la présidence ukrainienne, on peut apercevoir de l’intérieur des bâtiments soufflés, des débris, des feuilles de papier et des bouts de verre jonchant le sol.

18h04 : Les Casques bleus ukrainiens se préparent au départ

Passant devant le grand drapeau jaune et bleu peint sur le mur de pierre du campement militaire, les habitants de Goma, dans l’est de la RDC, disent comprendre que les Casques bleus ukrainiens soient rappelés dans leur pays, sans trop s’inquiéter des conséquences de leur départ.

Les Nations unies ont annoncé mardi avoir été informées de l’intention de l’Ukraine, envahie par l’armée russe, de rapatrier ses Casques bleus déployés en République démocratique du Congo. Le contingent ukrainien de la mission onusienne dans ce pays troublé d’Afrique centrale, la Monusco, compte 250 soldats, principalement dans l’aviation, sur un total d’environ 15.000 militaires pour l’ensemble de la force.

17h59 : Pas si facile d’envoyer des avions de combat à Kiev

Formation des pilotes, peur de devenir « cobelligérant », problèmes techniques… L’envoi d’avions de combat en Ukraine, réclamé à cor et à cri par Volodymyr Zelensky, dont le pays est constamment bombardé par Moscou, présente de nombreuses difficultés. 20 Minutes vous explique les enjeux et les difficultés de ces envois dans ce papier :

17h52 : Les Etats-Unis ont déployé deux batteries anti-aériennes en Pologne

Les Etats-Unis ont déployé deux nouvelles batteries anti-aériennes Patriot en Pologne, conformément à leur engagement à défendre le territoire des pays de l’Otan, a indiqué mercredi un haut responsable du Pentagone.

Ces batteries anti-aériennes, habituellement stationnées en Allemagne, ont été repositionnées « à la demande » du gouvernement polonais, a précisé ce haut responsable ayant requis l’anonymat.

17h48 : Très fort rebond des Bourses européennes à la clôture : Francfort +7,92 %, Paris +7,13 % et Milan +6,94 % ​

Les Bourses d’Europe continentale ont rebondi d’environ 7 % mercredi, après plusieurs séances de forte baisse qui conduisent les investisseurs à profiter d’achats à bon compte, malgré des craintes toujours très fortes concernant les conséquences économiques du conflit russo-ukrainien.

L’indice phare de Francfort, le Dax, a grimpé de 7,92 %, à Paris le CAC 40 est monté de 7,13 % et à Milan le FTSE MIB a pris 6,94 %. Pour Francfort et Milan, c’est la plus forte hausse journalière depuis mars 2020. Londres a pris 2,79 %.

17h45 : Les ambitions nucléaires de Kim Jong-un

Alors que nos regards sont tournés vers la Russie et l’Ukraine depuis quatorze jours, la Corée du Nord en profiterait-elle pour avancer sur ses essais balistiques. Notre journaliste Camille Poher s’est penchée sur cette question dans son article : En pleine guerre en Ukraine, à quoi joue Kim Jong-un avec ses missiles ?

17h40 : Marioupol « effacée par les bombardements »

« Marioupol est en train d’être effacée par les bombardements », alerte un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky qui réclame une zone d’exclusion aérienne.



 

17h34 : Le système de santé ukrainien sous pression résiste

Le conflit en Ukraine a fragilisé le système de santé qui a toutefois remarquablement bien résisté jusqu’à présent, a affirmé mercredi l’OMS, qui a confirmé 18 attaques contre des cibles sanitaires.

« Je ne pense pas que le système de santé ukrainien soit sur le point de s’effondrer. Je pense qu’il a été remarquablement résistant », a déclaré le chef du Programme de gestion des situations d’urgence sanitaire à l’OMS, Michael Ryan, à l’occasion d’une conférence de presse à Genève.

Le système de santé ukrainien « a remarquablement bien résisté compte tenu du stress qu’il subit », en particulier pour ceux qui se trouvent en première ligne, a ajouté le haut responsable de l’Organisation mondiale de la santé.

17h28 : Ne laissez pas l’Ukraine devenir une autre Syrie

Les enquêteurs indépendants qui documentent minutieusement depuis des années les horreurs du conflit syrien ont exhorté mercredi les dirigeants du monde entier à tout faire pour éviter que l’Ukraine ne connaisse le même sort.

« Depuis 2015, nous voyons des pratiques de la Fédération de Russie dans ce conflit [syrien] que nous voyons dans un autre pays aujourd’hui », a déclaré le président de la Commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie, Paulo Pinheiro, faisant allusion à l’Ukraine.

« Nous ne pouvons qu’espérer que les dirigeants du monde entier font tout leur possible pour éviter que le même sort ne s’abatte sur l’Ukraine », a-t-il déclaré lors d’un point de presse à Genève.

17h24 : Arrestations près de Kherson

L’armée russe a arrêté 400 Ukrainiens qui protestaient contre l’occupation russe dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, ont affirmé mercredi les autorités ukrainiennes.

« L’occupant essaie de mettre en place un régime d’administration policière du fait de la forte résistance des habitants de Kherson », a déclaré l’état-major des Forces de sécurité intérieures ukrainiennes sur Facebook. « La Garde nationale russe y a été déployée et a procédé à plus de 400 arrestations illégales de citoyens ukrainiens », a-t-il ajouté.

Selon Liudmyla Denisova, chargée des droits humains auprès du Parlement ukrainien, les Russes, qui contrôlent la ville depuis plusieurs jours, se sont emparés d’un centre de détention préventive désaffecté où ils pourraient envoyer les Ukrainiens arrêtés pour résistance.

17h20 : Le Kosovo supprime l’obligation de visa pour les Ukrainiens

Le Kosovo a décidé mercredi d’exempter d’obligation de visa les ressortissants ukrainiens, une nouvelle mesure en signe de solidarité à l’égard de leur pays dont plus de deux millions d’habitants ont déjà fui l’invasion des forces russes.

« Nous espérons que la suspension d’obligation de visa pour les ressortissants ukrainiens facilitera leur entrée ou leur transit par le territoire de la République du Kosovo », a déclaré la ministre des Affaires étrangères kosovare Donika Gervalla-Schwarz, dans un communiqué.

L’Ukraine n’a pas reconnu l’indépendance proclamée en 2008 par l’ancienne province serbe, mais le Kosovo a fermement dénoncé l’invasion russe de l’ancienne république soviétique, par l’adoption la semaine dernière d’une déclaration au Parlement.

17h15 : Kiev continue de réclamer une zone d’exclusion aérienne


 

17h09 : Mélenchon s’inquiète des « pouvoirs » de Macron sur l’Ukraine

Emmanuel Macron « a les pleins pouvoirs » d’ici le premier tour, s’est inquiété mercredi Jean-Luc Mélenchon. « Normalement en démocratie, sauf chez M. Poutine, les décisions de défense se discutent », a argué le candidat Insoumis en conférence de presse à Paris. Or « où peut-on en parler ? », a-t-il interrogé.

« Un homme a les pleins pouvoirs jusqu’à l’élection présidentielle », Emmanuel Macron, « il fait ce qu’il veut, quand il veut, comme il veut », a critiqué Jean-Luc Mélenchon.

« Il apparaît de temps à autre, en photo en train de téléphoner », et « on ne sait absolument rien », a ironisé le député des Bouches-du-Rhône. « Si c’est vrai qu’on a envoyé des armes anti-char, je veux savoir pourquoi et comment les Russes vont réagir », a-t-il ajouté.

17h05 : L’UE veut avancer sur son « bouclier cyber », selon Thierry Breton

La guerre en Ukraine pousse les gouvernements de l’Union européenne à accélérer sur le « bouclier cyber », un ensemble de mesures de protection des réseaux informatiques européens, a indiqué mercredi le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton.

« Nous avons tous exprimé (…) la nécessité de construire maintenant, très rapidement et ensemble un bouclier cyber européen, avec de véritables gardes-frontières cyber pour pouvoir le faire fonctionner de façon totalement coordonnée et unie », a déclaré Thierry Breton, à l’issue de deux jours de réunion informelle des ministres européens chargés des télécoms.

Le « bouclier cyber » reposera notamment sur un réseau européen de centres d’opérations de sécurité, des vigies automatisées qui analysent en permanence les réseaux informatiques pour déceler d’éventuelles cyberattaques, a-t-il précisé.

16h57 : 2 milliards d’euros de soutien

La Banque européenne de reconstruction et développement (BERD) a annoncé mercredi deux milliards d’euros de mesures en réponse à la guerre en Ukraine, pour apporter un « soutien ciblé sur les réfugiés, les entreprises et la sécurité énergétique ».

Il s’agit d’un « premier ensemble de mesures » destiné à « aider les personnes, les entreprises et les pays affectés par la guerre en Ukraine », a annoncé la BERD, dont le siège est à Londres, dans un communiqué.

Des financements seront rapidement mis à disposition pour soutenir les entreprises ukrainiennes, grâce notamment à des prêts ou soutiens en liquidités. « Dans la mesure du possible, les entreprises seront aidées à se relocaliser pour leur permettre de poursuivre leur activité. »

16h50 : Entretien téléphonique Poutine-Scholz sur les couloirs humanitaires et les « efforts diplomatiques »

Le président russe Vladimir Poutine et le chancelier allemand Olaf Scholz se sont entretenus mercredi au sujet des « efforts diplomatiques » autour du conflit en Ukraine et des couloirs humanitaires pour évacuer les civils, selon le Kremlin.

Lors d’un entretien téléphonique, les deux dirigeants ont discuté des « options concernant les efforts politiques et diplomatiques » et le président russe a « fourni des informations au sujet des mesures prises pour mettre en place des couloirs humanitaires pour évacuer les civils des zones de combats », a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

16h10 : Le Congrès américain veut débloquer 14 milliards de dollars pour l'Ukraine

Les élus de la Chambre américaine des représentants vont se prononcer mercredi sur une enveloppe faramineuse de près de 14 milliards de dollars pour la crise ukrainienne, qui comprend un volet économique et humanitaire, mais aussi des armes et des munitions. « Les Ukrainiens manquent de nourriture, de vêtements, d’abris, d’électricité et de médicaments », a souligné le chef des démocrates au Sénat Chuck Schumer, exhortant le Congrès à agir « très rapidement ». Le paquet comprend plus de 2,6 milliards de dollars d’aide humanitaire.

15h55 : Le Royaume-Uni et le Canada vont poursuivre leurs livraisons d’armes à l’Ukraine

Quelque 3.615 (missiles antichars portables) NLAW ont été livrés « à ce jour » et le Royaume-Uni en livrera « plus », a déclaré le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, ajoutant qu’un « petit envoi » de missiles antichars Javelin était également prévu. « En réponse à des demandes ukrainiennes, le gouvernement a aussi décidé d’explorer la possibilité de donner des missiles à grande vitesse portatifs Starstreak », a-t-il poursuivi. Ben Wallace a assuré que ces armes, qui permettent de contrer la menace d’avions ou d’hélicoptères de combat, restaient dans le périmètre des armes « défensives » tout en permettant aux « Ukrainiens de mieux défendre les airs ».

Justin Trudeau a de son côté annoncé débloquer « 50 millions de dollars (canadiens) additionnels pour envoyer des équipements militaires en Ukraine », dont « un certain nombre d’équipements spécialisés, y compris des caméras utilisées dans les drones, qu’une entreprise canadienne fabrique et que nous pourrons commencer à envoyer dans les prochains jours vers l’Ukraine ».

15h47 : Une rencontre diplomatique demain en Turquie, Zelensky prêt à des concessions

La diplomatie va tenter de reprendre ses droits, avec une rencontre annoncée en Turquie des ministres des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, ukrainien Dmytro Kuleba, avec leur homologue turc Mevlüt Cavusoglu comme médiateur.

Le président Zelensky a suggéré, dans un entretien à la chaîne américaine ABC, ne plus insister sur une adhésion de l’Ukraine à l’Otan, une des questions invoquées par Moscou pour justifier l’invasion. Il s’est aussi dit prêt à un « compromis » sur le statut des territoires séparatistes de l’est de l’Ukraine dont Vladimir Poutine a reconnu unilatéralement l’indépendance.

15h38 : Le cours des céréales au plus haut en raison des incertitudes

L'Ukraine pourra-t-elle semer puis exporter ? L'incertitude quant à la capacité de l'Ukraine à mener les travaux des champs, la flambée du cours des engrais - dont l'Europe importe 30% de ses besoins de Russie - mais aussi le coût des carburants ont porté le cours des céréales au plus haut. Mardi, la tonne de colza était par exemple à 882,75 euros.

15h28 : Critiqué, Alexis Corbière signale des éléments « banalement déjà dans la presse »

Le contexte de la présidentielle aidant, Alexis Corbière est attaqué de toutes parts pour sa gaffe. « Après les déclarations irresponsables de Bruno Le Maire, voici Alexis Corbière qui trahit des informations essentielles de la Commission de la Défense de l’Assemblée nationale. Ces gens sont des amateurs, ils sont indignes des responsabilités auxquelles ils aspirent », a affirmé la candidate du RN Marine Le Pen.

« La période est grave. Elle nécessite sérieux et esprit de responsabilité. On ne communique pas sur des informations secret-défense », a écrit le candidat communiste Fabien Roussel. Alexis Corbière a lui-même contre-attaqué sur Twitter, affirmant que ce qu’il a dit « était banalement déjà dans la presse » et précisant ne disposer « d’ailleurs d’aucune information "secret-défense" ».



 

15h23 : Les propos d’Alexis Corbière « pas responsables » selon Gabriel Attal

A l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement est revenu sur le lapsus d’Alexis Corbière, concédant ce matin sur France Info que la France envoyait « des gilets pare-balles et quelques missiles antichars » en Ukraine. « Nous considérons que communiquer sur ce que nous envoyons à l’Ukraine, c’est communiquer sur ce dont l’Ukraine a besoin et donc c’est communiquer y compris à la Russie, ce qui manque à l’Ukraine dans cette guerre ».

Il a indiqué que cette liste a néanmoins été communiquée lors d’une réunion « à huis clos » la semaine dernière avec la commission de la défense de l’Assemblée nationale dont fait partie monsieur Corbière. « Qu’un député membre de cette commission se permette de relayer sur un média, des informations qui ont été communiquées dans le cadre de cette réunion, je le dis, ça n’est pas responsable », a-t-il affirmé.

15h15 : Des petits gestes pour aider les Ukrainiens

Location fantôme pour financer les familles sur place, plateforme pour appeler les citoyens russes, collectes ou accueil de réfugié à domicile, les initiatives sont nombreuses pour permettre de faire chacun un geste à son échelle. Petit tour d'horizon.



 

15h05 : Mélenchon demande un débat entre le gouvernement et l’opposition

Le candidat de la France Insoumise à l’élection présidentielle ne veut pas que la position de la France dans la guerre en Ukraine soit seulement décidée par le conseil de défense. « Un homme a en ce moment les pleins pouvoirs en France (…) Ce n’est pas une situation saine (…) on doit débattre », estime-t-il, appelant l’opposition à interpeller le gouvernement. Mais la session parlementaire est terminée, ce qui risque de compliquer la démarche., plus aucune séance ne se tenant à l'Assemblée nationale.

14h44 : Odessa protège son patrimoine


 

14h27 : L'UE lance un site Internet pour informer les réfugiés sur leurs droits

La Commission européenne a annoncé mercredi avoir lancé une page web pour informer les réfugiés fuyant l'invasion russe de l'Ukraine sur leurs droits dans l'UE, notamment sur le régime de protection temporaire accordé par les Vingt-Sept. Le site est disponible en anglais et devrait l'être en ukrainien d'ici jeudi, a indiqué le porte-parole de la Commission, Eric Mamer, lors d'un point de presse, rappelant que plus de deux millions de réfugiés avaient déjà fui l'Ukraine.

14h20 : La coupure d’électricité à Tchernobyl n’aura « pas d’impact majeur sur la sécurité » selon l’AIEA

La coupure de l’alimentation électrique dans le site nucléaire de Tchernobyl ne présente « pas d’impact majeur sur la sécurité », a affirmé mercredi l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), informée du problème par les autorités ukrainiennes. Compte tenu du temps qui s’est écoulé depuis l’accident de Tchernobyl de 1986, « la charge thermique de la piscine d’entreposage du combustible usé et le volume de l’eau de refroidissement sont suffisants pour assurer une évacuation efficace de chaleur sans électricité », explique l’AIEA sur Twitter.

14h10 : La Russie au bord du défaut de paiement

L’agence de notation Fitch a de nouveau abaissé la note qu’elle accorde à la dette de la Russie. Cette décision signifie que le risque d’un défaut souverain est à ses yeux « imminent ». Un défaut de paiement de Moscou serait une première depuis la grande crise financière de 1998.

13h55 : Le député Joachim Son-Forget fait polémique en postant une photo de lui se rendant en Ukraine

« Bien arrivé en Ukraine avec ma petite voiture fidèle. Dodo a la station-service avant de continuer demain », écrit mardi Joachim Son-Forget sur son compte Instagram et Twitter. Sur ce post, le député français publie deux photos, un selfie de lui dans sa voiture et une seconde où l’on peut voir un panneau de direction écrit en ukrainien.

Rapidement, la polémique monte sur les réseaux où l’homme politique est jugé « irresponsable ». « Nos services ont assez à faire avec l’évacuation de nos ressortissants français ! Merci de ne pas leur compliquer la tâche », lui écrit la députée Marion Lenne.

L’information paraît tellement folle, que notre équipe de fact checking est actuellement en train d’en vérifier la véracité.

13h42 : Londres immobilise un jet privé soupçonné d’être lié à l’oligarque russe.

Arrivé vendredi des Etats-Unis, il était censé décoller mardi pour Dubaï. Cette décision intervient alors que le gouvernement britannique a élargi ses sanctions contre des aéronefs russes.

13h33 : Plus de 140.000 réfugiés ont fui l’Ukraine en 24 heures

Le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) recensait exactement 2.155.271 réfugiés sur son site internet dédié vers 11 heures GMT. Ce sont 143.959 de plus que lors du précédent pointage mardi.

13h29 : Pour les Russes, les Américains ont déclaré la « guerre économique »

Après l’annonce par Washington de nombreuses sanctions telles qu’un embargo sur les importations américaines de pétrole et de gaz, le Kremlin assure que les « États-Unis ont déclaré la guerre économique à la Russie et ils mènent cette guerre ».

13h27 : Le Kremlin vent debout face au possible transfert d’avion MiG-29, l’Ukraine totalement pour

La Pologne a proposé de transférer des avions de combat MiG-29 aux Américains pour ensuite les envoyer à Kiev.

Le gouvernement russe a déclaré qu’une telle démarche créait un « scénario très indésirable et potentiellement dangereux ».

De son côté, Volodymyr Zelensky a appelé les Occidentaux à « traiter immédiatement » la proposition polonaise. « Prenez une décision au plus vite, envoyez-nous des avions ! », a exhorté le président ukrainien.

 

13h22 : Un cinéma improvisé pour les enfants dans le métro de Kiev

Un ciné-club pour les enfants a été improvisé dans la station de métro de Dorogozhychy à Kiev, où des familles sont actuellement réfugiées pour se protéger des bombes.



 

13h08 : Ferrari suspend sa production pour le marché russe

La marque au cheval cabré vend moins d’une centaine de voitures chaque année en Russie, toutes produites dans ses usines italiennes de Maranello et Modène. Le constructeur a par ailleurs annoncé faire un don d’un million d’euros en soutien aux réfugiés ukrainiens.

13h04 : L'UE ajoute 160 oligarques et sénateurs russes à sa liste noire

Il s'agit précisément de 14 oligarques et 146 sénateurs. 

12h49 : Sandrine Rousseau propose de baisser le chauffage de deux degrés pour se passer du gaz russe

« Dans le bras de fer avec Vladimir Poutine, la question du gaz est centrale », affirme celle qui soutient toujours Yannick Jadot. Elle pose deux conditions pour se passer du gaz russe. « La première, c’est déjà de demander un effort à la population » pour épargner les réserves, « et donc il suffirait qu’on diminue de deux degrés nos niveaux de chauffage et nos niveaux de consommation de gaz pour faire en sorte qu’on soit sûr de tenir jusqu’à la fin de l’été », a-t-elle indiqué. « Et après on verra pour la saison prochaine », a-t-elle ajouté. « Et deuxième chose, il faut un plan massif, urgent, important, une sorte d’effort de guerre français, sur l’isolation des logements et sur l’efficacité énergétique dans les entreprises »

12h41 : Le président de l’Union africaine demande un cessez-le-feu à Poutine

Le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall, président en exercice de l’Union africaine, s’est entretenu mercredi avec son homologue russe Vladimir Poutine pour « solliciter un cessez-le-feu durable » en Ukraine, a-t-il annoncé dans un tweet. « Je salue son écoute et sa disponibilité à maintenir le dialogue pour une issue négociée du conflit », a-t-il poursuivi.

Le 28 février, L’Union africaine, qui demande des négociations sous l’égide de l’ONU, s’est émue dans un autre communiqué des informations selon lesquelles des ressortissants africains fuyant les combats étaient empêchés de franchir la frontière, et a jugé que de tels refus « seraient choquants et racistes, et violeraient le doit international ». Depuis, le Sénégal, aux relations fortes avec les pays occidentaux, a surpris la communauté internationale le 2 mars en s’abstenant lors d’un vote de l’Assemblée générale de l’ONU en faveur d’une résolution qui « exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine ».



 

12h32 : La Chine envoie une aide humanitaire à l’Ukraine

La Chine, qui n’a pas condamné l’invasion russe en Ukraine, a envoyé mercredi une aide humanitaire d’une valeur de 720.000 euros vers ce pays, a annoncé la diplomatie chinoise. Proche du régime du président russe Vladimir Poutine, Pékin se refuse depuis l’intervention du 24 février à employer le mot « invasion » et rejette volontiers la faute du conflit sur les Occidentaux et « l’expansion » de l’Otan.

12h15 : Alexis Corbière a-t-il vraiment donné la « liste » des armes envoyées à l’Ukraine ?

Depuis quelques heures, Alexis Corbière est critiqué pour avoir accidentellement brisé le secret militaire sur les livraisons françaises d’armes à l’Ukraine. Dans la séquence, les journalistes de France Info disent ne pas avoir accès la liste de ce qui est envoyé, quand le député LFI évoque « des gilets pare-balles et quelques missiles antichars », une « liste » bien vague et sans chiffres. Troublé quand les journalistes lui font remarquer que le gouvernement ne veut pas communiquer sur ce sujet, et lui-même précisant qu’il n’a pas le droit de le dire, il se rattrape en disant « ça peut ressembler à ça ».

Sur la même antenne de France Info le jeudi 3 mars, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait pourtant lui aussi évoqué une partie de la liste, citant des casques et de l’essence. Tout en précisant que « la France ne communiquera pas la liste des éléments défensifs envoyés à l’Ukraine car c’est communiqué à la Russie ».



 

11h58 : Le Kremlin dénonce une « guerre économique » menée par Washington

La Russie s’inquiète également d’un « scénario potentiellement dangereux » après la promesse de Varsovie d’envoyer des chasseurs Mig-29 à l’Ukraine.

11h54 : La centrale de Tchernobyl « complètement arrêtée » en raison de l’offensive russe

L’alimentation électrique de la centrale nucléaire de Tchernobyl et de ses équipements de sécurité « a été complètement déconnectée du réseau électrique en raison des actions militaires de l’occupant russe », a annoncé mercredi l’opérateur ukrainien Ukrenergo. Le site, à l’origine de la plus grave catastrophe nucléaire civile en 1986, « n’a plus d’alimentation électrique », est-il précisé.

11h50 : Zelensky appelle les Occidentaux à se « décider au plus vite » sur l’envoi des Mig-29 promis par la Pologne

Washington et Varsovie sont en désaccord sur les modalités pour fournir ces avions de chasse à l’armée ukrainienne.

11h44 : Demi-tour ?

Sur cette vidéo, un convoi russe dans la région de Kherson se dirige vers le sud... dans la zone déjà controlée par la Russie.



 

11h38 : Fort rebond des Bourses européennes

Après une semaine dernière marquée par une dégringolade continue, les Bourses européennes ont fortement rebondi à l’ouverture mercredi, au lendemain de l’interdiction américaine et britannique d’importer de l’énergie russe qui fait encore grimper les cours du brut et les craintes concernant l’inflation. Paris pointe actuellement à +5,11 %, Francfort à +5,33 % et Milan à +5,07 %.

11h34 : La France peut trouver des « approvisionnements alternatifs » au pétrole russe

La France a les moyens de trouver si besoin des « approvisionnements alternatifs » au pétrole brut et au gazole en provenance de Russie, ont estimé mercredi les professionnels du secteur. « On a une certaine dépendance, un peu en pétrole brut, plus en gazole, mais à ce stade nous pensons que nous avons les moyens de trouver des approvisionnements alternatifs, donc que nous ne sommes pas dans une situation de pénurie pétrolière », a déclaré Olivier Gantois, président de l’Ufip (ex-Union française des industries pétrolières). En 2021, les achats de pétrole brut russe ont représenté 9,5 % des achats de pétrole brut de la France.

11h28 : L’UE va fournir du matériel informatique à l’Ukraine

« L’Ukraine nous a fait une demande en équipement informatique », a expliqué le secrétaire d’Etat au Numérique Cédric O, avant la réunion des ministres européens chargé des télécoms mercredi matin. La demande porte sur du matériel informatique basique – terminaux, écrans, smartphones – et sur d’autres équipements comme des équipements réseaux. « Il y a une discussion à avoir entre pays européens » pour « répondre à cette demande de l’Ukraine le plus rapidement possible » et se répartir la charge, a-t-il expliqué. « On va se débrouiller pour fournir le matériel », a-t-il affirmé.

11h20 : A Rennes, mouvement de sympathie pour la gérante arménienne d'une épicerie russe

A Rennes, une épicerie russe tenue par une Arménienne qui a grandi en Ukraine a été vandalisée. La gérante a été marquée mais aussi très touchée par les messages de sympathie que lui ont témoignés les clients et les habitants du quartier. « C’est grâce à eux que je continue à rester ouvert, ils m’ont donné la force ». Un témoignage à retrouver dans le reportage de notre journaliste Jérôme Gicquel.



 

11h16 : RT conteste son interdiction dans l’UE devant la justice européenne

La filiale française de RT (ex-Russia Today) a introduit mardi un recours devant la justice européenne pour faire annuler l’interdiction de diffusion imposée par l’UE dans le cadre des sanctions contre la Russie, a annoncé la Cour de justice de l’UE. Accusés d’être des instruments de « désinformation » de Moscou dans sa guerre contre l’Ukraine, les médias d’Etat russes RT et Sputnik ont été bannis de l’Union européenne, et l’interdiction de diffusion à la télévision et sur Internet est entrée en vigueur le 2 mars.

RT France demande l’examen en urgence de l’affaire (en référé), ce qui pourrait prendre quelques semaines si cette requête est jugée recevable, a précisé la CJUE. La présidente de RT France, Xenia Fédorova, avait le 4 mars qualifié cette interdiction de « grand danger pour la liberté expression ».

11h11 : La Russie ne cherche pas à « renverser le gouvernement » ukrainien

« Certains progrès ont été réalisés » dans les négociations destinées à « mettre fin dès que possible à l’effusion de sang insensée et à la résistance des forces armées ukrainiennes », a déclaré Maria Zakharova. La porte-parole de la diplomatie russe a aussi affirmé que la Russie ne cherchait pas à « renverser le gouvernement » ukrainien.

10h53 : On répond à toutes vos questions à 18 heures

Pourquoi Poutine attaque ? Y a-t-il un vrai risque de guerre nucléaire ? Pourquoi la France n'intervient pas militairement ? A 18 heures, notre journaliste Marie de Fournas relaiera les questions que vous nous posez en direct sur le compte Instagram de 20 Minutes à notre expert Cyrille Bret, philosophe, géopoliticien et chercheur à l’Institut de recherche européen Jacques-Delors.

10h47 : L’UE élargit ses sanctions contre Moscou et Minsk

Les Vingt-Sept ont décidé mercredi d’élargir leurs sanctions contre Moscou et Minsk à la suite de l’invasion de l’Ukraine, notamment en débranchant trois banques biélorusses de la plateforme financière internationale Swift, a annoncé la présidence française du Conseil de l’UE. Réunis à Bruxelles, les représentants des Etats membres ont également adopté de nouvelles sanctions en interdisant l’exportation vers la Russie de pièces et de technologies destinées au secteur maritime et ciblant les cryptomonnaies.

10h36 : Si vous avez loupé ce qui s'est passé cette nuit

Retrouvez notre live de cette nuit pour vous assurer d'être bien à jour.

 

10h31 : Marché noir de sauces McDo en Russie

Avec la fermeture des restaurants McDonald's, certains consommateurs russes sont plongés en plein désarroi. Sur les sites de vente d'occasion, un marché parallèle de sauces s'est développé, avec des prix records.



 

10h18 : L’ONU dénonce une « répression continue » des opposants en Biélorussie

Les droits de dizaines de milliers de personnes en Biélorussie ont été violés du fait de la « répression continue » des opposants, et ce dans une totale impunité, a dénoncé l’ONU mercredi dans un rapport. « Les actions vastes et soutenues prises par les autorités pour écraser la dissidence et réprimer la société civile, les médias indépendants et les groupes d’opposition, tout en protégeant les auteurs de ces actes, témoignent d’une situation d’impunité totale en Biélorussie », a souligné la Haute Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, dans la présentation du rapport.

9h55 : La Russie craint de manquer bientôt de médicaments

Les pharmacies russes manqueraient déjà d’insuline et d’autres produits pour le traitement du diabète fabriqués à l’étranger, a indiqué mercredi le quotidien russe Kommersant, qui décrit une pénurie de matières premières pour la fabrication de médicaments. L’Agence fédérale russe de surveillance médicale (Roszdravnadzor) et l’association des pharmacies attribuent les pénuries d’insuline à une « demande urgente des consommateurs ». Les patients interrogés par le média expliquent à leur tour que cette ruée relève du fait que les autres dispositifs médicaux utilisés par les diabétiques sont eux produits à l’étranger, s’attendant donc soit à une pénurie, soit à une forte inflation et achetant donc en prévision.

9h43 : Accord entre l'Ukraine et la Russie sur des couloirs d'évacuation de civils

Russes et Ukrainiens sont tombés d'accord mercredi matin pour respecter des cessez-le feu autour d'une série de couloirs humanitaires afin d'évacuer les civils, a annoncé la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk. Selon elle, Moscou a confirmé son accord pour respecter une trêve de 9 heures à 21 heures locales autour de six zones frappées par les combats: des couloirs ont notamment été définis pour évacuer les civils depuis Energodar vers Zaporojie (sud), de Izioum à Lozova (est) et de Soumy à Poltava (nord-est), où un corridor avait déjà permis l'évacuation de milliers de civils mardi. Plusieurs couloirs doivent également être instaurés pour évacuer vers Kiev les civils depuis plusieurs villes violemment bombardées à l'ouest de la capitale, dont Boutcha, Irpin et Gostomel.

9h11 : Alstom suspend ses livraisons et ses investissements en Russie

Le constructeur ferroviaire Alstom a annoncé mercredi suspendre ses livraisons vers la Russie et ses investissements futurs dans le pays, précisant que la valeur de sa participation dans le fournisseur de locomotives et équipements Transmashholding (20%) serait réévaluée dans ses comptes sur son exercice 2021-2022. Alstom a aussi annoncé dans un communiqué la suspension des discussions autour du développement d'un projet de partenariat avec UZ, l'exploitant du réseau ferroviaire ukrainien, pour la fourniture de locomotives et pour les services de maintenance associés.

8h55 : Un nouveau plan d’aides massif « ne ferait qu’alimenter l’augmentation des prix », prévient Bruno Le Maire

La crise énergétique actuelle marquée par une flambée des prix est « comparable en intensité, en brutalité, au choc pétrolier de 1973 », a affirmé mercredi le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire. Selon lui, un deuxième plan massif d’aides publiques, sur le modèle du « quoi qu’il en coûte » à l’œuvre pendant la crise du Covid-19, « ne ferait qu’alimenter l’augmentation des prix ».

8h46 : 10 morts dans des bombardements sur Severodonestk, selon un responsable local

Selon Serguïi Gaïdaï, responsable de la région administrative de Lougansk, l’armée russe a « ouvert le feu » sur des maisons d’habitation et d’autres bâtiments. Son communiqué sur Telegram ne précisait pas immédiatement s’il s’agissait de tirs d’artillerie. Cette région est le théâtre de violents combats depuis plusieurs jours.

8h35 : La Russie annonce une nouvelle trêve humanitaire

Alors que plus de 5.000 personnes ont pu être évacuées de la ville de Soumy hier, l’armée russe a assuré qu’une nouvelle trêve humanitaire serait respectée ce mercredi matin. Ce qui ne l’a pas empêché, selon les services ukrainiens de secours d’urgence, de bombarder mardi soir la petite ville de Malyn, dans la région de Zhytomyr, à l’ouest de Kiev, où cinq personnes dont deux bébés nés l’an dernier sont mortes après la destruction de sept maisons. Les évacuations se poursuivaient aussi hier dans la région de Kiev, malgré des tirs sur des couloirs humanitaires, d’après le chef de l’administration locale Oleksiï Kouleba.

8h08 : Le Royaume-Uni déconstruit son système financier favorable aux Russes

Sanctions contre les oligarques, fin des « visas en or », loi contre la criminalité économique : l’invasion russe en Ukraine pousse le gouvernement britannique à s’attaquer à un système qui a attiré pendant des décennies de l’argent russe aux origines parfois douteuses. Un projet de loi a été déposé au Parlement, censé empêcher le blanchiment via des propriétés immobilières en forçant à dévoiler l’identité finale des propriétaires qui ne pourront plus se « cacher » derrière une société.

7h38 : Le « chantage » nucléaire de Poutine est « extrêmement dangereux »

« Je pense que c’est un des moments les plus effrayants en termes d’armes nucléaires », a confié Béatrice Fihn, qui dirige la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires, organisation récompensée du Prix Nobel de la Paix en 2017. Pour cette Suédoise de 40 ans, le niveau de menace nucléaire n’a jamais été aussi élevé et elle avoue que « c’est incroyablement inquiétant et pesant ».

« La Russie l’utilise quasiment pour faire du chantage pour pouvoir envahir l’Ukraine et personne ne peut intervenir », dénonce-t-elle, estimant que « non seulement c’est destiné à instiller de la peur dans le monde entier, mais il s’agit aussi de faire assez peur pour empêcher d’aider l’Ukraine. » Sans exclure totalement cette probabilité, elle juge toutefois peu probable que le président russe ait vraiment recours à l’arme ultime.

6h51 : La Russie suspend la vente des devises étrangères

La Banque centrale russe tente par tous les moyens de freiner la chute du rouble. A partir d’aujourd’hui, la vente des devises étrangères est suspendue en Russie. Cette décision court jusqu’au 9 septembre. Sur cette période, les Russes pourront cependant échanger des devises étrangères contre des roubles « à n’importe quel moment et à n’importe quel montant ».

6h27 : Le soutien de Taïwan à l’Ukraine

Depuis le début de la guerre, la république de Chine est du côté de l’Ukraine. Ne pensez pas cependant que Pékin a complètement changé son fusil d’épaule. La république de Chine est en fait le nom officiel de Taïwan. Et sa présidente Tsai Ing-wen espère que Vladimir Poutine ne va pas donner des idées à Xi Jinping



 

5h33 : Tchernobyl ne répond plus

Les systèmes permettant de contrôler à distance les matériaux nucléaires de la centrale de Tchernobyl ont cessé de transmettre des données à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AEIA), a-t-elle indiqué mardi. La Russie a pris le contrôle de cette centrale, lieu de la pire catastrophe nucléaire de l’histoire en 1986.

Plus de 200 techniciens et gardes sont bloqués sur le site, travaillant 13 jours d’affilée sous surveillance russe. L’AEIA a demandé à la Russie de les autoriser à effectuer des rotations, le repos et les horaires fixes étant essentiels à la sécurité du site.

5h26 : La Russie ne pourra bientôt plus payer sa dette

Avec les sanctions internationales, Fitch juge que l’économie russe va très mal. L’agence de notation a donc de nouveau abaissé la note qu’elle accorde à la dette de la Russie, une décision signifiant que le risque d’un défaut souverain est à ses yeux « imminent ».

4h15 : Impasse entre Washington et Varsovie pour transférer des Mig-29 polonais à Kiev

La partie de billard à trois bandes continue, et Kiev attend toujours ses chasseurs. Washington a rejeté mardi la proposition de la Pologne de mettre ses avions Mig-29 à la disposition des Etats-Unis pour, ensuite, les livrer à l’Ukraine afin de l’aider à faire face à l’invasion russe, jugeant que l’offre était source de « sérieuses préoccupations » pour l’Otan. Le point sur cet imbroglio à lire ici.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue dans ce nouveau live de la rédaction de « 20 Minutes », mobilisée 24h/24. Au 14e jour de l'invasion russe, le statu quo semblait continuer: Moscou a annoncé une nouvelle trêve partielle pour continuer d'évacuer des civils, mercredi. La veille, plusieurs centaines de personnes ont pu quitter Soumy et sont arrivées «en sécurité» dans le centre de l'Ukraine. Mais cette accalmie n'est sans doute que temporaire: devant le Congrès américain, le patron de la CIA, Bill Burns, a assuré que Vladimir Poutine était «frustré» et risquait de «doubler la mise sans se soucier des pertes civiles» pour tenter de faire plier Kiev.