Guerre en Ukraine : Des Occidentaux un peu moins unis sur les sanctions contre le pétrole et le gaz russes

DISSENSIONS Les Etats-Unis étudient la possibilité de mettre un embargo sur les énergies fossiles russes. Mais Berlin ne veut pas en entendre parler

20 Minutes avec AFP
Le champ de production de pétrole de Romashkovskoye, en Russie le 1er mars 2022.
Le champ de production de pétrole de Romashkovskoye, en Russie le 1er mars 2022. — Yegor Aleyev/TASS/Sipa USA/SIPA

Les questions énergétiques commencent à fissurer le front commun des Occidentaux contre la Russie. Les Etats-Unis ont invité lundi à regarder « sous un jour différent » d’éventuelles sanctions internationales sur le pétrole et le gaz russe, actant, tout en les relativisant, leurs divergences avec les Européens, et surtout les Allemands, sur ce sujet.

« Je regarderais cela sous un jour différent des efforts coordonnés passés » en matière de sanctions contre la Russie après l’invasion de l’Ukraine, a déclaré la porte-parole de l’exécutif américain Jen Psaki. Elle a surtout lourdement insisté, lors de sa conférence de presse quotidienne, sur « les circonstances très différentes » pour les Américains et les Européens en matière d’hydrocarbures russes. Les premiers en importent en effet peu, quand les seconds en sont, pour certains pays, très dépendants.

Biden n’a pas encore pris sa décision

Jen Psaki a par contre précisé que Joe Biden n’avait « pas pris de décision à ce stade » concernant une action unilatérale des Etats-Unis eux-mêmes, au moment où des parlementaires de la majorité démocrate et de l’opposition républicaine préparent un projet d’embargo sur les importations de pétrole russe. La Maison-Blanche se montre très soucieuse de ne pas aller contre la cohésion quasiment parfaite montrée jusqu’ici par les Occidentaux en matière de sanctions économiques contre Moscou.

La question des hydrocarbures russes a été, selon l’exécutif américain, évoquée lors d’une vidéoconférence lundi entre Joe Biden, Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre britannique Boris Johnson. Les quatre dirigeants sont « déterminés à continuer d’augmenter le coût » infligé à la Russie en réponse à l’invasion de l’Ukraine, selon un communiqué publié par la Maison-Blanche.

Le communiqué français évoque lui « leur détermination à renforcer les sanctions » à l’encontre de la Russie et de la Biélorussie, tandis que celui des Britanniques promet de « continuer à faire pression sur la Russie ».

Des importations « essentielles » pour l’Allemagne

Seul le communiqué publié par Berlin n’aborde pas du tout la question des sanctions, insistant surtout sur les « nouvelles possibilités d’aide humanitaire pour l’Ukraine » qui ont également été discutées. Lundi, Olaf Scholz a fait savoir que les importations d’énergie fossile en provenance de Russie étaient « essentielles » pour la « vie quotidienne des citoyens » en Europe, et a assuré que l’approvisionnement du continent ne pouvait être assuré autrement à ce stade.