Guerre en Ukraine : Afflux de réfugiés en Pologne… Le Drian mise sur la victoire de l’Ukraine

LIVE Revivez avec nous les informations sur la guerre en Ukraine pour la journée de dimanche

X.M., D.R et L.Gam
— 
Des soldats à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie
Des soldats à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie — Wojtek RADWANSKI / AFP

L’ESSENTIEL

  • L’armée russe a de nouveau attaqué samedi le port stratégique de Marioupol et avancé ailleurs en Ukraine, avec toujours de féroces combats autour de Kiev
  • Selon l’ONU, la crise humanitaire s’aggrave : 1,37 million de personnes se sont déjà réfugiées à l’étranger depuis le début de l’invasion
  • Malgré les demandes répétées du président Zelensky, l’Otan a refusé de mettre en place une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine
  • En France, la mobilisation en soutien à l’Ukraine a rassemblé samedi 41.600 personnes, dont 16.000 à Paris

A LIRE

A VOIR

 

Ce Live est maintenant terminé mais la rédaction de « 20 Minutes » reste mobilisée 24h/24. Vous pouvez ainsi retrouver les dernières informations sur la guerre en Ukraine pour cette journée de lundi avec ce .

 

3h03 : La Russie recruterait en Syrie

Selon le Jerusalem Post et le Washington Post, la Russie recruterait des Syriens pour aller combattre en Ukraine. Le journal américain se base sur des propos d’une source officielle américaine qui explique que les Syriens recrutés seraient « habiles au combat urbain ».

2h30 : La Bourse de Tokyo commence mal la semaine

Est-ce un mauvais présage pour la semaine qui s’ouvre sur les marchés internationaux ? La Bourse de Tokyo dévisse ce lundi, alors que les cours du pétrole poursuivent leur vertigineuse progression. L’indice vedette Nikkei 225 recule ainsi en ce moment même de 3,31 %. Le mouvement est similaire à Hong Kong, avec un recul de 2,5 % de l’indice Hang Seng.

2h04 : L’euro poursuit sa dégringolade

L’euro continue de subir les effets de la guerre en Ukraine. La monnaie unique européenne s’échange actuellement contre 1,0868 dollar

1h27 : Le pétrole ne cesse de monter

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord, l’une des deux variétés de référence du marché, a frôlé dimanche 140 dollars. Il est désormais tout proche de son record absolu de 147,50 dollars, atteint en 2008.

0h54 : Le Drian pronostique la victoire finale de l’Ukraine

Jean-Yves Le Drian a affirmé dimanche « que l’Ukraine gagnera », citant à l’appui de cette analyse l’isolement diplomatique de la Russie et l’effet des sanctions internationales. Le ministre français des Affaires étrangères a toutefois mis en garde contre les destructions et les victimes civiles que risque d’entraîner le siège des grandes villes. « Depuis dix jours, ce qui a été le plus marquant c’est la forte capacité de résistance de l’Ukraine, à un point que les experts n’imaginaient pas », a-t-il déclaré sur France 5.

0h10 : Les larmes de Shevchenko

La séquence est particulièrement émouvante. L’ex-international et star de l’AC Milan Andriy Shevchenko a demandé à l’Italie d’aider son pays natal, l’Ukraine. « Je vous le demande : ouvrez vos cœurs à mon peuple, aux femmes, aux enfants, aux personnes âgées qui ont tellement besoin de votre aide… », a lancé l’ancien joueur de 45 ans s’exprimant depuis Londres dans l’émission Che Tempo Che Fa de la RAI, la chaîne publique italienne.

« Ma mère, ma sœur et d’autres membres de ma famille sont toujours en Ukraine, je leur parle tous les jours. C’était leur choix de rester », a-t-il confié. « Je ne peux pas regarder ce qui arrive à mon pays sans pleurer ».

22h26 : Netflix suspend son service en Russie pour protester contre l’invasion de l’Ukraine

La plateforme américaine de vidéo en ligne Netflix a suspendu son service en Russie, ont rapporté dimanche plusieurs médias américains, pour protester contre l’invasion russe de l’Ukraine.

Le géant de la vidéo à la demande avait déjà interrompu, plus tôt cette semaine, ses acquisitions en Russie ainsi que ses productions de programmes originaux. « Compte tenu des circonstances sur le terrain, nous avons décidé de suspendre notre service en Russie », a indiqué un porte-parole au site du magazine américain Variety.

22h11 : Une enquête disciplinaire sur un gymnaste qui a affiché son soutien à la Russie

La Fédération internationale de gymnastique a annoncé dimanche avoir demandé à sa fondation éthique d’ouvrir une enquête disciplinaire sur un gymnaste russe, qui a affiché sur le podium d’un événement de coupe du monde un signe lié à l’offensive russe en Ukraine.

« La Fédération internationale de gymnastique confirme qu’elle demandera à sa fondation éthique l’ouverture d’une enquête disciplinaire sur le gymnaste artistique Ivan Kuliak (RUS) après son comportement choquant lors de la Coupe du monde de gymnastique artistique à Doha, au Qatar », écrit l’instance dans un communiqué.

Selon plusieurs médias, Ivan Kuliak s’est présenté sur le podium de l’épreuve de barres parallèles, pour laquelle il a fini 3e, derrière le vainqueur ukrainien Illia Kovtun, avec un maillot portant la lettre « Z » à la place du drapeau de son pays. La lettre « Z » a été vue sur les chars et les véhicules russes en Ukraine et est interprété comme un symbole de soutien à l’invasion.

21h54 : Le Danemark va organiser un référendum pour rejoindre la politique de défense de l’UE

Face aux tensions avec la Russie, le gouvernement danois veut rejoindre la politique de défense de l’Union européenne et va organiser un référendum national le 1er juin, a annoncé dimanche la Première ministre.

Lors d’une conférence de presse, la cheffe du gouvernement a « vivement » appelé les Danois à lever cette dérogation, qui tient historiquement le pays scandinave – membre de l’Otan – à l’écart de la politique de l’Union européenne en matière militaire.

21h35 : Plus d’un million de réfugiés d’Ukraine sont arrivés en Pologne, annoncent les gardes-frontières

Le nombre de personnes arrivées d’Ukraine en Pologne pour fuir l’invasion russe a dépassé un million dimanche à 19 heures GMT, ont annoncé les gardes-frontières polonais.

« C’est un million de tragédies humaines, un million de personnes chassées de leurs maisons par la guerre » depuis le 24 février, selon un communiqué sur Twitter. « Un million de personnes qui ont entendu les gardes-frontières leur dire, une fois la frontière franchie, "vous êtes en sécurité" ».

21h13 : L’approvisionnement en gaz pourrait poser problème à l’été, prévient Engie

Si l’Europe venait à ne plus recevoir de gaz russe, les premières difficultés apparaîtraient avec le remplissage des cuves pour l’hiver prochain, a prévenu dimanche la directrice générale d’Engie Catherine MacGregor dans une interview aux Echos.

« Le vrai problème, ce serait le remplissage des stockages au printemps et à l’été, en préparation de l’hiver 2022-2023 », a souligné la DG du groupe français. « Il serait très difficile de trouver les volumes nécessaires et ce serait très dur en cas de conflit long en Ukraine ».

20h48 : La France envoie « des produits médicaux », dont de l’iode, à l’Ukraine

La France a envoyé à l’Ukraine « différents produits médicaux », dont de l’iode, pour se prémunir contre le risque d’un accident nucléaire lors des combats avec l’armée russe, a indiqué dimanche soir son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian sur France 2. Auparavant, l’ambassadeur de France en Ukraine avait fait état, sur la chaîne BFMTV, de la fourniture dans les prochains jours de « 2,5 millions de doses d’iode pour pouvoir parer à tout danger nucléaire ».

20h22 : Le réseau social TikTok suspend la création de nouvelles vidéos en Russie

Le réseau social TikTok a annoncé ce dimanche suspendre la possibilité de poster de nouvelles vidéos sur sa plateforme en Russie, en raison d’une nouvelle loi pénalisant la diffusion d’informations visant à « discréditer » l’armée et son invasion de l’Ukraine. « Au regard de la nouvelle loi sur les « informations mensongères », nous n’avons pas d’autre choix que de suspendre les directs et la mise en ligne de nouveaux contenus (…) le temps d’étudier les conséquences possibles pour la sûreté » des employés de TikTok et de ses utilisateurs, a expliqué le réseau social dans une série de tweets.

20h06 : L’AIEA « profondément » inquiète à propos de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a exprimé ce dimanche sa « profonde inquiétude » à la suite d’informations concernant l’interruption des communications avec la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d’Europe, dont la Russie s’est emparée vendredi.

L’AIEA, organisme de surveillance des Nations unies dans le domaine du nucléaire, a déclaré dans un communiqué que l’Ukraine l’avait informée que la direction de cette centrale, située dans le sud-est du territoire ukrainien, était désormais sous les ordres des forces russes. Kiev a également dit que les militaires russes avaient coupé certains réseaux mobiles et internet et que les lignes téléphoniques, les boîtes aux lettres électroniques et les fax ne fonctionnaient plus. D’après les autorités ukrainiennes, seules les communications par téléphone mobile y sont encore possibles, mais de mauvaise qualité, a précisé l’AIEA.

19h44 : American Express suspend ses opérations en Russie et en Biélorussie

« Les cartes American Express émises dans le monde entier ne fonctionneront plus chez les commerçants ou distributeurs de billets en Russie. En outre, les cartes émises en Russie par des banques russes ne fonctionneront plus hors du pays dans le réseau mondial American Express », détaille l’entreprise dans un communiqué, qui précise mettre fin à toutes ses opérations commerciales en Biélorussie.

19h17 : Le Danemark annonce un référendum pour rejoindre la politique de défense européenne

Face aux tensions avec la Russie, le gouvernement danois veut rejoindre la politique de défense de l’Union européenne et va organiser un référendum national en ce sens le 1er juin, a annoncé dimanche la Première ministre. « Nous espérons que tous les Danois soutiendront » la levée de cette dérogation, qui tient historiquement le pays scandinave – membre de l’Otan – à l’écart de la politique de l’Union européenne en matière militaire. En décembre 2015, les Danois avaient rejeté par référendum un renforcement de leur coopération avec l’Union européenne en matière de police et de sécurité, de crainte de perdre leur souveraineté en matière d’immigration.

18h58 : Sur le site Internet du New York Times

 

18h50 : Hymne national

Des soldats ukrainiens ont joué ce dimanche l'hymne national après un bombardement russe. 

 

18h41 : Sécurité des centrales nucléaire

Le président russe a donné son accord pour « qu’un dialogue s’engage entre AIEA, Ukraine et Russie pour que les centrales soient mises en sécurité », a précisé Paris, après l’entretien entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron. Lundi, lors d’une réunion du conseil des gouverneurs de l’AIEA, son directeur devrait faire des propositions pour la sécurité des centrales ukrainiennes.

18h34 : De « plus en plus » de soldats pour défendre l’Ukraine

L’armée s’est félicitée ce dimanche du nombre de « défenseurs » de l’Ukraine. D’après elle, « depuis le début de l’invasion militaire russe, 143.000 de nos compatriotes sont arrivés en Ukraine, dont 80 % d’hommes ».


 

18h20 : Démission du directeur musical du Bolchoï

Le chef d’orchestre russe Tugan Sokhiev a annoncé dimanche avoir quitté ses fonctions de directeur musical du Théâtre Bolchoï à Moscou et de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, suite aux événements en Ukraine, se disant opposé à « tout conflit sous quelque forme que ce soit ».

« Face à l’option impossible de choisir entre mes musiciens russes et français bien-aimés, j’ai décidé de démissionner de mes fonctions de directeur musical du Théâtre Bolchoï à Moscou et de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse avec effet immédiat », écrit-il dans un communiqué.

18h14 : La crise des réfugiés « la plus rapide depuis la Seconde Guerre mondiale »

Au 11e jour de l’invasion russe de l’Ukraine, alors que les images de destructions rappellent celles d’Alep pendant la guerre en Syrie ou de Grozny pendant celle de Tchétchénie, le Haut-Commissaire de l’ONU aux réfugiés Filippo Grandi a déjà estimé qu’il s’agissait de « la crise des réfugiés la plus rapide en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale ».

17h59 : Moscou accuse la Roumanie de laisser des avions de combat ukrainiens atterrir sur son territoire

La Russie a mis en garde dimanche les pays voisins de l’Ukraine. Le Kremlin refuse que les pays frontaliers du pays qu’il envahit accueillent les avions de combat de Kiev qui seraient ensuite utilisés contre les forces de Moscou. Le gouvernement russe a accusé la Roumanie d’avoir autorisé de tels atterrissages.

« L’utilisation du réseau d’aérodromes de ces pays pour servir de base à des avions militaires ukrainiens et leur utilisation subséquente contre les forces armées russes pourraient être considérées comme une implication de ces pays dans un conflit armé », a menacé le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

17h54 : 20.000 volontaires étrangers

Près de 20.000 combattants étrangers se sont portés volontaires pour aider l’Ukraine à se battre contre la Russie, a déclaré ce dimanche le ministre ukrainien des Affaires étrangères.

« A l’heure actuelle, leur nombre est d’environ 20.000, ils viennent principalement de pays européens », a déclaré Dmytro Kouleba sur la chaîne américaine CNN. « Quand les gens ont vu que les Ukrainiens se battaient, qu’ils ne baissaient pas les bras, cela les a poussés à rallier le combat », a-t-il ajouté.

Tout en disant « comprendre ce besoin de se battre », le chef de la diplomatie ukrainienne a toutefois jugé « plus important » d’obtenir une assistance « politique, économique et militaire » du reste du monde, et notamment « pour la défense aérienne ».

17h49 : Après le plutonium, la peste

Le ministère de la Défense de la Russie affirme avoir trouvé des « preuves » que les Ukrainiens travaillaient avec les Etats-Unis sur une souche de la peste « militarisée », d’après le journaliste Christo Grozev.


 

17h42 : Etats-Unis et UE envisagent d’interdire les importations de pétrole russe

Les Etats-Unis et l’Union européenne « discutent très activement » de la possibilité d’interdire les importations de pétrole russe en réponse à l’invasion de l’Ukraine, a déclaré dimanche le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

« Nous parlons à nos partenaires et alliés européens pour envisager, de façon coordonnée, l’idée d’interdire l’importation de pétrole russe tout en s’assurant que subsiste un stock suffisant de pétrole sur les marchés mondiaux », a-t-il dit sur la chaîne CNN.

L’administration Biden est sous une pression politique croissante pour étendre les sanctions contre la Russie au domaine de l’énergie. Jusqu’ici, ce secteur a été largement épargné par les mesures prises par les Occidentaux afin de ne pas déstabiliser les marchés.

17h34 : Florence Parly se félicite de la réactivité des forces de l’Otan

« Avec ce premier déploiement du premier échelon de la force de réaction rapide de l’Otan, nous montrons la capacité des forces françaises et alliées à se projeter sous très court préavis », a déclaré Florence Parly depuis la Roumanie, alors que les rotations des avions de transport se sont poursuivies samedi pour continuer d’acheminer le matériel nécessaire sur cette base située à moins de 200 kilomètres de la frontière de l’Ukraine.

Le président roumain, qui était accompagné de son Premier ministre et ministre de la Défense, a salué une réponse « unitaire et rapide » des pays de l’Otan à l’attaque russe.

17h28 : Les médias d’Etat russes prétendent que Washington a envoyé du plutonium à Kiev

La propagande russe s’accentue. Les médias indépendants ont tous été muselés en Russie et propager de « fausses informations » fait encourir jusqu’à 15 ans de prison dans le pays de Vladimir Poutine. Les médias d’Etat russes prédisent qu’ils trouveront des documents prouvant que le gouvernement ukrainien construisait une « bombe nucléaire sale » à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia (sous contrôle russe), raconte la journaliste Julia Davis. Des papiers commencent à sortir prétendant que Washington a envoyé du plutonium à Kiev.


 

17h21 : 5.000 personnes devant le mémorial de Caen en soutien à l’Ukraine

Environ 5.000 personnes se sont rassemblées dimanche après-midi en soutien à l’Ukraine devant le mémorial de Caen, musée d’histoire du XXe siècle, spécialisé dans le Débarquement allié de 1944 en Normandie, a-t-on appris auprès de la préfecture du Calvados.

La foule était rassemblée devant un des murs du mémorial où est inscrit « La douleur m’a brisée la fraternité m’a relevée ». Le drapeau ukrainien a été hissé et de nombreuses personnes présentes arboraient les couleurs bleu et jaune du drapeau ukrainien, a constaté une journaliste de l’AFP. Le maire de Caen Joël Bruneau était également présent.


« Peuple d’Ukraine, on ne vous lâchera pas ! Démocratie, liberté, paix », pouvait-on lire sur une pancarte. La sculpture représentant un pistolet avec le canon noué arborait les couleurs de l’Ukraine et des fleurs.

17h16 : Un ciel aux couleurs de l’Ukraine

De nombreux internautes ont partagé des photographies et des vidéos du ciel de Kiev ce dimanche matin, qui semble imiter les couleurs du drapeau de l’Ukraine. Chez 20 Minutes, on soupçonne l’auteur d’avoir un peu trafiqué la saturation de l’image mais elle reste belle alors on vous la partage.


 

17h09 : Le rôle de la Transnitrie pointé du doigt

Le porte-parole de l’armée de l’air ukrainienne affirme que les missiles tirés sur l’aéroport de Vinnytsia ont été tirés depuis la République autoproclamée de Transnistrie en Moldavie. Notre journaliste Xavier Regnier vous parlait de ce territoire séparatiste dans son papier Transnistrie, Ossétie du Sud, Abkhazie, comment fonctionnent les territoires séparatistes reconnus par la Russie ?

 

16h59 : Arrivée de 111 réfugiés ukrainiens à Perpignan

111 réfugiés ukrainiens sont arrivés dimanche à Perpignan avec le maire de la ville et vice-président du Rassemblement national (RN), Louis Aliot, dans deux bus affrétés par la mairie.

Beaucoup d’enfants, mais aussi des femmes, y compris âgées, et quelques hommes, sont descendus des bus, visiblement éprouvés, avant d’être conduits dans un grand gymnase où des peluches avaient été déposées sur des chaises ou des lits pliants où les nouveaux arrivants devaient passer leur première nuit en France.

16h56 : Poutine a dit à Macron qu’il n’était « pas dans son intention » d’attaquer les centrales nucléaires

Vladimir Poutine a assuré à Emmanuel Macron qu’il n’était « pas dans son intention » d’attaquer les centrales nucléaires ukrainiennes, dont celle de Tchernobyl, a affirmé dimanche la présidence française, à l’issue d’un entretien téléphonique entre les présidents russe et français.

« Le président Poutine a dit qu’il n’était pas dans son intention de procéder à des attaques de ces centrales. Il a dit aussi qu’il était prêt à respecter les normes de l’AIEA pour la protection des centrales », a dit la présidence à la presse, après le bombardement le 4 mars de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d’Europe.

16h54 : Poutine a « nié » auprès de Macron « que son armée prenne des civils pour cible »

Vladimir Poutine a « nié que son armée prenne des civils pour cibles », lors d’un entretien téléphonique avec Emmanuel Macron qui lui demandait de ne pas mettre en danger les civils, conformément au droit international, a indiqué l’Elysée dimanche.

Selon cette source, le président russe a aussi affirmé que « la responsabilité revenait aux Ukrainiens de laisser partir la population des villes encerclées », le président français lui répondant que « l’armée qui attaque est l’armée russe » et n’avoir « pas de raison de croire que les armées ukrainiennes mettaient les civils en danger ».

16h50 : Poutine atteindra ses objectifs « soit par la négociation, soit par la guerre »

Vladimir Poutine a affirmé dimanche à Emmanuel Macron qu’il « atteindrait ses objectifs » en Ukraine, « soit par la négociation, soit par la guerre », a indiqué l’Elysée, à l’issue d’un entretien téléphonique d’1h45 entre les présidents russe et français.

Emmanuel Macron l’a trouvé « très déterminé à atteindre ses objectifs », dont « ce que le président russe appelle la "dénazification" et la neutralisation de l’Ukraine » ainsi que la reconnaissance de l’indépendance de la Crimée et du Donbass, exigences qui sont, selon Paris, « inacceptables pour les Ukrainiens ».

16h44 : Accusation de meurtres

De nombreux internautes rapportent que des soldats russes ont abattu des civils dans la banlieue de Kiev à Irpin. Attention, l’image du second tweet peut être choquante.


 

16h36 : « Il faut absolument parvenir à un cessez-le-feu »

Interrogée sur BFMTV, la ministre des Armées Florence Parly a affirmé : « Il faut absolument parvenir à un cessez-le-feu » en Ukraine. En déplacement en Roumanie, où 500 soldats français ont été déployés dans le cadre des missions de l’Otan, elle a assuré qu’ils étaient présents dans un cadre « défensif ».

« Il ne s’agit absolument pas d’une mission agressive, il s’agit d’une mission défensive qui exprime notre solidarité et notre volonté de protéger le territoire européen », a-t-elle ajouté.
16h27 : Poutine accuse les Ukrainiens d’avoir saboté la centrale de Zaporojie

Lors de l’entretien téléphone entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron, ils ont évoqué la sécurité des installations nucléaires en Ukraine, selon le Kremlin. Des combats ont eu lieu ces derniers jours près des centrales de Tchernobyl et Zaporojie, où un incendie s’est déclenché.

Vladimir Poutine a accusé des « Ukrainiens radicalisés » et des « saboteurs » d’être à l’origine des incidents à Zaporojie, ajoutant que « les tentatives de rejeter la responsabilité sur la Russie relèvent d’une campagne de propagande cynique ».

16h21 : Des images de la manifestation au Kazakhstan

On vous parlait plus tôt d’une manifestation contre la guerre en Ukraine, autorisée au Kazakhstan qui est un allié de Moscou. Voici des images de ce rassemblement.


 

16h12 : Au moins 364 civils ont été tués en Ukraine

Au moins 364 civils ont été tués en Ukraine depuis l’invasion des troupes russes le 24 février, et 759 autres blessés, bien que les chiffres réels soient probablement « considérablement plus élevés », a déclaré une mission d’observation de l’ONU. Les chiffres actualisés ont ajouté 13 morts et 52 blessés supplémentaires aux victimes rapportées samedi par les observateurs du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH).


 

16h07 : Poutine « condamné à perdre »

Le secrétaire d’Etat américain, qui s’exprimait depuis la Moldavie après s’être notamment rendu en Pologne à la frontière ukrainienne, a jugé que la guerre pourrait « durer un certain temps » mais que le président russe Vladimir Poutine « était condamné à perdre » en Ukraine.

« Gagner une bataille n’est pas gagner la guerre. Conquérir une ville ne signifie pas qu’il [Poutine] conquiert le cœur et l’âme du peuple ukrainien », a affirmé Antony Blinken. « Le peuple ukrainien a démontré qu’il ne laisserait pas assujettir et gouverner par Vladimir Poutine ou la Russie », a-t-il ajouté.

16h02 : Washington juge « hors sujet » les nouvelles exigences russes pour soutenir l’accord nucléaire iranien

Les sanctions imposées à la Russie depuis l’invasion de l’Ukraine « n’ont rien à voir » avec le dossier nucléaire iranien et les nouvelles exigences de Moscou pour soutenir un accord en la matière sont « hors sujet », a déclaré dimanche le chef de la diplomatie américaine.

« Les deux choses sont totalement différentes et ne sont aucunement liées », a dit Antony Blinken, interrogé sur la chaîne CBS sur des déclarations de son homologue russe Sergueï Lavrov, qui a exigé samedi la garantie que les nouvelles sanctions visant Moscou ne concerneraient pas sa coopération avec Téhéran.

15h56 : Blinken va rencontrer Macron mardi, selon Washington

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken va rencontrer le président français Emmanuel Macron mardi, alors que les dirigeants du monde entier se mobilisent pour tenter d’arrêter l’invasion russe de l’Ukraine, a annoncé dimanche le département d’Etat.

Emmanuel Macron doit recevoir le chef de la diplomatie américaine mardi vers 18 heures, a précisé un porte-parole. Emmanuel Macron s’est à nouveau entretenu dimanche pendant 1h45 avec Vladimir Poutine. Le chef de l’État français a déjà eu plusieurs entretiens téléphoniques avec son homologue russe depuis le lancement de l’offensive de Moscou contre l’Ukraine le 24 février.

15h49 : « Illégal » pour les Britanniques de combattre en Ukraine

Le chef d’état-major des armées britannique, l’amiral Tony Radakin, a estimé dimanche qu’il était « illégal et inutile » pour des Britanniques d’aller combattre contre l’invasion russe de l’Ukraine, après l’appel de Kiev aux volontaires étrangers.

« Nous avons été très clairs sur le fait que commencer à aller en Ukraine est illégal ainsi qu’inutile pour l’armée et la population britanniques », a-t-il déclaré à la BBC.

La présidence ukrainienne de Volodymyr Zelensky avait annoncé fin février la création d’une « légion internationale » de combattants étrangers pour l’aider à repousser l’invasion russe, appelant les volontaires à la rejoindre. Les volontaires sont appelés à se rendre dans les ambassades d’Ukraine dans leurs pays.

15h45 : Violentes arrestations en Russie

De nombreuses vidéos d’arrestations de manifestants russes opposés à la guerre en Ukraine circulent sur les réseaux sociaux. Moscou réprime toute opposition dans la rue ces derniers jours et plusieurs milliers de Russes ont été arrêtés pour s’être publiquement opposés à l’invasion de l’Ukraine. Ces interpellations ne se font pas sans violence.


 

15h37 : Poutine accuse Kiev d’empêcher les évacuations humanitaires à Marioupol

Le président russe Vladimir Poutine a accusé les autorités ukrainiennes de mettre en échec les opérations d’évacuation humanitaire de Marioupol, grand port du sud-est de l’Ukraine encerclé par les forces russes, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron dimanche.

Lors de cet entretien, Vladimir Poutine « a attiré l’attention sur le fait que Kiev continue de ne pas respecter les accords trouvés sur ces questions humanitaires », ajoutant que « les nationalistes ukrainiens ont empêché l’évacuation » samedi de Marioupol et de Volnovakha, une ville proche, a rapporté le Kremlin.

15h34 : Accusations de bombardements russes à Marioupol

Le gouverneur ukrainien de la région de Donetsk (est), Pavlo Kirilenko, a indiqué sur Facebook que « la colonne pour l’évacuation de la population civile n’a pas pu sortir de Marioupol aujourd’hui, car les Russes ont regroupé leurs forces et commencé à bombarder la ville ». « Il est extrêmement dangereux dans ces conditions de faire sortir les gens », a-t-il dit.

15h27 : Des centaines de personnes manifestent à Bordeaux

Des centaines de personnes ont manifesté à Bordeaux dimanche à la mi-journée pour réclamer la paix et l’arrêt du « massacre de civils » en Ukraine sous le feu des bombardements russes, a constaté une journaliste de l’AFP.

Lors de ce rassemblement, un immense drapeau ukrainien jaune et bleu est passé de mains en mains dans la foule réunie sur la place de la Bourse, point de rendez-vous habituel des manifestations à Bordeaux.


Venus à l’appel de l’association Ukraine Amitié, les manifestants, dont beaucoup étaient drapés dans des drapeaux jaune et bleu ou habillés aux couleurs du pays, ont brandi à des pancartes avec des inscriptions telles que « non à la guerre, oui à la paix », « stop au massacre de civils », « arrêtez Poutine, sauvez l’Ukraine ».

15h23 : Informations « très crédibles » de crimes de guerre

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a jugé dimanche « très crédibles » des informations faisant état de « crimes de guerre » commis par la Russie en Ukraine, lors d’un entretien à la chaîne américaine CNN.

« Nous avons vu des informations très crédibles concernant des attaques délibérées sur des civils qui constitueraient un crime de guerre », a-t-il dit, assurant que les Etats-Unis « examinaient » ces informations.

15h22 : Plus de 2.500 manifestants arrêtés en Russie

Le nombre de Russes anti-guerre arrêtés augmente d’heure en heure. Au moins 2.500 personnes manifestant contre l’intervention militaire en Ukraine ont été arrêtées dimanche dans une cinquantaine de villes de Russie, a indiqué l’ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations.

Selon cette source, près de 11.000 manifestants ont été arrêtés dans le pays depuis le 24 février, date du début des opérations militaires.

Malgré les intimidations des autorités et la menace de lourdes peines de prison, des actions de protestation, certes limitées, ont eu lieu quotidiennement depuis 10 jours dans différentes villes du pays.

15h18 : Une « unité sans faille » des alliés de l’Otan

Le déploiement des militaires de l’Otan doit permettre aux alliés de montrer une « unité sans faille » après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a déclaré dimanche la ministre française des Armées Florence Parly en Roumanie.

L’engagement des alliés « n’est pas offensif, il est défensif. L’Alliance ne menace pas la Russie. L’Europe ne menace pas la Russie. Personne ne menace la Russie », a insisté la ministre devant un millier de militaires de sept nations de l’Otan, sur la base de Mihail Kogalniceanu près de Constanta (sud-est).

« En revanche, il nous appartient de montrer à la Russie que notre unité est sans faille quand il s’agit de défendre nos alliés », a poursuivi la ministre.

15h14 : Djokovic offre son soutien financier à Stakhovsky, parti combattre en Ukraine

Novak Djokovic a promis dimanche d’offrir une aide financière à l’ancien joueur ukrainien Sergiy Stakhovsky, qui a rejoint les troupes ukrainiennes pour combattre l’armée russe.

« Je pense à toi… J’espère que tout va se calmer bientôt. Dis-moi à quelle adresse je peux t’envoyer de l’aide… aide financière ou toute autre sorte d’aide… », a écrit « Nole » dans une conversation WhatsApp publiée par l’Ukrainien sur Instagram.

L’ancien N.31 mondial, connu pour avoir battu Roger Federer à Wimbledon en 2013, a pris sa retraite à 36 ans à la suite de l’Open d’Australie en début d’année avant de partir à Kiev pour prendre les armes.

15h10 : Balenciaga rend hommage à l’Ukraine

Demna, le créateur géorgien de Balenciaga et lui-même réfugié d’une guerre avec la Russie, a rendu dimanche un vibrant hommage à l’Ukraine dans un défilé au Bourget en Seine-Saint-Denis au nord de Paris.

Des T-shirts bleu et jaune, aux couleurs du drapeau ukrainien, étaient posés sur chaque siège avec une note de défilé signée par Demna, expliquant pourquoi il a maintenu l’événement en ces temps où « la mode perd son droit d’exister » et « la Fashion week semble absurde ».

« Vive l’Ukraine, pour la beauté, la force, la vérité, la liberté » : en ukrainien, Demna a récité une poésie datant de 1917 au début et à la fin du défilé, dans le cadre de la semaine du prêt-à-porter féminin à Paris.

15h06 : Un réfugié ukrainien de 11 ans arrive tout seul en Slovaquie

Un garçon ukrainien de 11 ans a traversé tout seul la frontière slovaque avec juste un sac en plastique, son passeport et un numéro de téléphone écrit sur la main, a annoncé dimanche la police slovaque.

« Il est venu tout seul de Zaporojie car ses parents ont dû rester en Ukraine », a déclaré à l’AFP la porte-parole de la police, Denisa Bardyova. Des volontaires ont pris en charge le garçon, qui est arrivé samedi, et lui ont fourni de la nourriture et des boissons. La mère du garçon l’avait mis dans un train pour la Slovaquie car elle était obligée de rester sur place pour s’occuper de sa propre mère handicapée.

15 heures : Le Kazakhstan, allié de Moscou, autorise une manifestation pro-Ukraine

Le Kazakhstan, pays allié de la Russie, a autorisé ce week-end une manifestation contre la guerre en Ukraine, alors que le gouvernement cherche à se distancier juste assez de Moscou pour ne pas être inclus dans les sanctions occidentales.

Le régime de cette ex-république d’Asie centrale interdit généralement les manifestations, mais a permis samedi un rassemblement d’environ 2.000 personnes, selon un journaliste de l’AFP, dans le centre d’Almaty, la capitale économique du pays.

Le ministère kazakh des Affaires étrangères a souligné ces derniers jours la neutralité du pays dans ce conflit.

14h55 : Pas d’évacuation pour Marioupol d’après l’armée ukrainienne

La nouvelle tentative d’évacuation des civils de la ville portuaire de Marioupol (450.000 habitants), dans le sud-est de l’Ukraine, a échoué, ont confirmé les autorités militaires ukrainiennes, citées par l’agence de presse américaine Associated Press. La Croix-Rouge annonçait la même chose il y a quelques minutes.

14h47 : Plus d’images de l’aéroport de Vinnytsia

 

14h26 : L’évacuation de Marioupol a été interrompue, selon la Croix-Rouge

« Au milieu de scènes dévastatrices de souffrances humaines à Marioupol, une deuxième tentative aujourd’hui de commencer à évacuer quelque 200.000 personnes de la ville a été interrompue », a indiqué dans un communiqué le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui avait ouvert un peu plus tôt le passage.

14h08 : Emmanuel Macron et Vladimir Poutine ont passé 1h45 au téléphone
13h49 : Selon le président Zelensky, l’aéroport de Vinnytsia dans le centre de l’Ukraine détruit par des frappes russes

« Je viens d’être informé de frappes de missiles contre Vinnytsia », une ville qui compte près de 370.000 habitants, a déclaré Volodymyr Zelensky dans une adresse vidéo sur Telegram. « L’aéroport a été complètement détruit », a-t-il ajouté.


 

13h43 : Macron a échangé avec le président serbe

La présidence française a fait état dimanche d’un entretien téléphonique la veille entre Emmanuel Macron et son homologue serbe Aleksandar Vucic. Emmanuel Macron a « salué l’étroite coopération entre la France et la Serbie, et la clarté de sa position dans les instances internationales sur la guerre en Ukraine et le nécessaire respect de la souveraineté des États », selon un communiqué de l’Élysée.

13h40 : L'aéroport d’Havryshovka entièrement détruit

D’après Volodymyr Zelensky, l'aéroport d’Havryshovka au sud-ouest de la capitale a été entièrement détruit par de nombreuses frappes russes ce dimanche. Le président ukrainien renouvelle sa demande d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine, une mesure que l’Otan refuse de prendre, estimant que ça entraînerait de facto son entrée dans un conflit armé avec la Russie.


 

13h27 : Charles Michel assure que les sanctions ne sont pas une « guerre »

Alors que Vladimir Poutine considère les sanctions économiques de l’Occident comme une forme de « déclaration de guerre », le président du Conseil européen a assuré que les mesures prises par l’UE ne constituent « pas une guerre de l’UE ou de l’Otan contre la Russie ». « On a construit ces sanctions pour faire mal au régime, pour créer de la pression », a-t-il ajouté sur France Inter.


 

13h19 : Le point sur la progression des forces russes

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français a posté ce dimanche une carte montrant la progression des forces russes en Ukraine. Cette dernière montre la situation sur le terrain samedi.


 

13h12 : La Russie bloque l’un des derniers médias indépendants

Le site d’information Mediazona, l’une des dernières voix indépendantes en Russie, a indiqué dimanche avoir été bloqué par les autorités en raison de sa couverture de l’invasion en Ukraine.

Le régulateur russe de l’internet « Roskomnadzor a commencé à bloquer Mediazona », a indiqué le média dans un communiqué. L’AFP a par ailleurs constaté que ce dernier était désormais sur la liste officielle des sites bloqués en Russie.

Cette mesure a été prise « parce que nous couvrons honnêtement ce qui se passe en Ukraine et appelons l’invasion une invasion et la guerre une guerre », a estimé Mediazona, soulignant que le pouvoir russe vient de mettre en place une « censure militaire et (qu’il) ne reste presque plus de médias indépendants dans le pays ».

13h07 : Parenthèse mariage

Alors que l’Ukraine est envahie par la Russie depuis dix jours, un couple s’est marié ce dimanche. Lesya et Valeriy se sont dit oui près de la ligne de front à Kiev. Ils sont tous les deux engagés dans la défense territoriale. Une parenthèse de douceur dans une période extrêmement difficile pour l’Ukraine.


 

13h02 : Navalny appelle les Russes à manifester contre la guerre

L’opposant emprisonné Alexeï Navalny, fermement opposé au conflit, a appelé cette semaine les Russes à se réunir tous les jours sur la place principale de leur ville pour réclamer la paix en Ukraine. D’après l’ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations, près de 10.000 manifestants ont été arrêtés dans le pays depuis le 24 février, date du début des opérations militaires.

13 heures : Appel aux Biélorusses

Le ministère de la Défense ukrainien a salué le soutien de certains Biélorusses qui sont venus en Ukraine pour défendre le pays alors que leur gouvernement est un allié de la Russie. « Ils appellent leurs compatriotes à s’opposer au gouvernement autoproclamé et à ne pas exécuter les ordres criminels », assure le ministère dans un tweet.


 

12h55 : Entretien entre Erdogan et Poutine

C’est la journée des appels pour Vladimir Poutine. Le président russe s'est entretenu avec son homologue turque ce dimanche. Recepp Tayyip Erdogan a réclamé un « cessez-le-feu général urgent ».

Les deux chefs d'Etat se sont entretenus à quelques jours du Forum de diplomatie d'Antalya, prévu du 11 au 13 mars dans le sud de la Turquie, où le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est aussi attendu.

12h52 : L’appel entre Poutine et Macron a débuté

La présidence française a annoncé qu’à 12h30 que l’entretien entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron « a débuté ».

Le chef de l’État français a déjà eu plusieurs entretiens téléphoniques avec Vladimir Poutine depuis le lancement de l’offensive russe contre l’Ukraine le 24 février. A l’issue de l’appel de jeudi, Emmanuel Macron avait estimé que « le pire est à venir » dans le conflit ukrainien.

12h50 : Londres se défend face aux critiques françaises sur les réfugiés

Le gouvernement britannique a indiqué dimanche qu’il ne pouvait pas « simplement » ouvrir les portes du Royaume-Uni, après avoir été critiqué par Paris pour son « manque d’humanité » à l’égard des réfugiés ukrainiens refoulés à Calais.

« Si nous ouvrons simplement la porte, nous n’avantagerons pas les personnes que nous devons avantager, les véritables réfugiés, mais je pense que nous minerons aussi le soutien populaire », a déclaré le ministre de la Justice, Dominic Raab, sur la BBC.

« Nous devons veiller à agir pour ceux qui ont besoin de notre soutien », a-t-il ajouté.

12h44 : BBC World News muselée en Russie

BBC World News a été retirée des ondes en Russie.


 

12h42 : Choisir entre « la vie et l’esclavage »

Le président ukrainien, dans son message vidéo évoquant un potentiel bombardement du port d’Odesssa, a par ailleurs exhorté les Russes à s’élever contre l’invasion russe de l’Ukraine et à faire un choix entre « la vie et l’esclavage ».

« Citoyens russes ! Pour vous ce n’est pas qu’une lutte pour la paix en Ukraine. C’est aussi une lutte pour votre pays », a lancé Volodymyr Zelensky.

12h36 : Le pape déplore « des fleuves de sang » et demande des couloirs humanitaires

Le pape François a déploré dimanche « des fleuves de sang et de larmes » coulant en Ukraine après l’invasion russe et a demandé l’instauration de couloirs humanitaires.

« Des fleuves de sang et de larmes coulent en Ukraine, il ne s’agit pas seulement d’une opération militaire mais d’une guerre qui sème la mort, la destruction et la misère », a-t-il dit après la prière de l’Angélus appelant à instaurer « de vrais couloirs humanitaires » pour aider les populations.


 

12h31 : Plus de 1.000 arrestations de manifestants contre l’invasion de l’Ukraine

On vous parlait un peu plus tôt des nouvelles manifestations de Russes contre la guerre en Ukraine. Au moins 1.000 personnes manifestant contre l’intervention militaire en Ukraine ont été arrêtées dimanche dans une trentaine de villes de Russie, a indiqué l’ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations.

Selon cette source, près de 10.000 manifestants ont été arrêtés en Russie depuis le 24 février, date du début des opérations militaires. L’opposant russe emprisonné Alexeï Navalny a appelé les Russes à se réunir tous les jours pour demander la paix, malgré les intimidations des autorités.

12h26 : La médiation a « peu de chances de réussir » d’après Israël

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a affirmé ce dimanche que ses efforts de médiation dans la guerre entre la Russie et l’Ukraine étaient « un devoir moral » même s’il y avait peu de chances de réussite.

Naftali Bennett a tenu ces propos lors de la réunion hebdomadaire de son gouvernement à Jérusalem, quelques heures après rencontre à Moscou avec le président Vladimir Poutine, un déplacement à Berlin et des appels téléphoniques avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Même s’il y a peu de chances de réussite, tant qu’il y a une ouverture et que nous avons accès aux deux parties et la capacité [d’agir], je vois comme un devoir moral de tout tenter », a affirmé le Premier ministre israélien.

12h22 : Une chanson en soutien aux Ukrainiens

Le chanteur Sting apporte son soutien aux Ukrainiens et a interprété à nouveau sa chanson « Russians »​ qu’il avait composée lors de la guerre froide en 1985. « Je n’aurais jamais pensé qu’elle serait à nouveau pertinente », a ajouté l’artiste.

12h20 : Macron va s’entretenir de nouveau avec Poutine

Le président français Emmanuel Macron « s’apprête » à s’entretenir de nouveau au téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine, a annoncé dimanche la présidence française, alors que Kiev affirme que les troupes russes vont bombarder le port d’Odessa.

Emmanuel Macron « s’apprête à avoir le Président Poutine au téléphone », a affirmé la présidence française sans plus de précision.

12h18 : Le Royaume-Uni doit faire plus d'après Darmanin

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a exhorté le Royaume-Uni à faire plus pour aider les réfugiés ukrainiens bloqués dans le port français de Calais. « J'ai contacté deux fois mon homologue britannique. Je lui ai dit de créer un consulat à Calais », a-t-il sur Europe 1.

Gérald Darmanin a déclaré que des centaines de réfugiés ukrainiens étaient arrivés à Calais ces derniers jours, dans l'espoir de rejoindre la famille au Royaume-Uni, mais que beaucoup avaient été refoulés par des autorités britanniques et invités à obtenir des visas dans les consulats britanniques à Paris ou à Bruxelles.


 

12h13 : De nombreuses attaques contre des centres de santé

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève, il y a de nombreuses attaques contre des centres de santé en Ukraine.

« L’OMS a authentifié plusieurs attaques contre des centres de santé en Ukraine, faisant plusieurs morts et des blessés. D’autres informations sont en cours de vérification », a annoncé le directeur général de l’OMs, Tedros Adhanom Ghebreyesus sur Twitter.


 

12h05 : « Ce sera un crime historique »

Le président ukrainien affirme que la Russie s’apprête à bombarder le port d’Odessa. « Ce sera un crime militaire. Ce sera un crime historique », ajoute Volodymyr Zelensky dans une adresse vidéo.

11h56 : Kharkiv toujours bombardée

Les images de la deuxième ville d’Ukraine, frappée par les bombes, sont nombreuses sur les réseaux sociaux. La Russie continue à bombarder Kharkiv, qui avant la guerre était habitée par 1,4 million de personnes.


 

11h50 : Prada suspend ses ventes au détail en RussieLe groupe de luxe italien Prada a décidé de suspendre ses ventes au détail en Russie, après l’invasion de l’Ukraine par les troupes de Moscou, selon un communiqué transmis dimanche à l’AFP.« À partir d’aujourd’hui [samedi] le groupe Prada suspend les activités de ventes au détail en Russie », indique-t-il dans ce communiqué publié samedi sur son site LinkedIn.Prada emboîte ainsi le pas à d’autres grands noms du luxe et de la mode, comme les groupes français Hermès, Chanel, LVMH ou Kering, qui ont déjà suspendu leurs ventes en Russie.
11h44 : Les Russes se préparent à bombarder le port ukrainien d’Odessa, selon Zelensky

Les troupes russes se préparent à bombarder Odessa, une ville stratégique et le principal port d’Ukraine, situé sur les bords de la mer Noire, a averti dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Ce sera un crime militaire. Ce sera un crime historique », a déclaré Volodymyr Zelensky dans une adresse vidéo, au moment où l’armée russe, partie de la Crimée annexée, poursuit sa progression dans le sud de l’Ukraine.

11h42 : La bataille continue à faire rage près de Kiev

D’intenses combats ont lieu dans la périphérie de la capitale, selon l’administration régionale ukrainienne, notamment autour de la route menant vers Jytomyr (150 km à l’ouest de Kiev), ainsi qu’à Tcherniguiv (à 150 km au nord de la capitale).

Le ministère russe de la Défense a lui annoncé avoir « éliminé » près d’une centaine d’avions, 778 chars et véhicules blindés, et détruit l’aéroport de Starokonstantinov, à mi-chemin entre Kiev et Lviv (ouest).

« L’ennemi a été stoppé à Kiev et Kharkiv (…) la situation [dans le pays] est sous contrôle », a assuré de son côté sur Facebook le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov.

11h35 : Les Ukrainiens continuent à manifester

Dans les villes occupées par l’armée russe, les citoyens ukrainiens continuent à organiser des manifestations. Ici à Nova Kakhovka, une ville à l’est de Kherson, des centaines d’Ukrainiens défilent contre l’occupation russe.


 

11h28 : Près de 30.000 enfants ukrainiens en Moldavie

D’après la présidente moldave Maia Sandu, près de 30.000 enfants ukrainiens sont réfugiés en Moldavie. « Nous sommes leur famille jusqu’à la fin de cette folie », écrit la dirigeante.


 

11h22 : UnionPay à la rescousse

Des banques russes ont annoncé ce dimanche travailler à l’émission de cartes bancaires du réseau chinois UnionPay pour répondre à la décision des géants Visa et Mastercard de suspendre leurs opérations avec la Russie après l’intervention militaire en Ukraine.

Les cartes bancaires Visa et Mastercard russes ne seront plus valables à l’étranger, et les cartes émises à l’étranger ne fonctionneront plus en Russie, avaient annoncé ces deux sociétés samedi.

Pour que les Russes puissent disposer de cartes de paiement à l’étranger, des banques russes ont dit dès dimanche travailler pour lancer des cartes UnionPay, le système russe Mir n’étant lui fonctionnel que dans une poignée de pays du monde.

11h17 : Avions de guerre

Les Etats-Unis « travaillent activement » à un accord avec la Pologne pour l’envoi d’avions de guerre à l’Ukraine, a déclaré dimanche le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken lors d’une visite en Moldavie.

« Impossible de parler d’un calendrier mais je peux juste dire que nous regardons cela de manière très, très active », a indiqué Antony Blinken à des journalistes.

11h14 : Des nouvelles du soldat ukrainien Alex Hook

On vous parlait du soldat ukrainien devenu un phénomène sur internet pour ses publications sur TikTok où on le voit danser. Chaque jour où Alex Hook ne publie pas de vidéos, des dizaines de milliers d’internautes s’inquiètent de sa sécurité. On vous rassure, il a publié hier une nouvelle vidéo.

 

11h09 : Manifestations contre la guerre en Russie

En Russie, la moindre manifestation non autorisée est réprimée par la police et se tenir seul dans la rue avec une pancarte prônant la paix peut entraîner une arrestation. Depuis le début de l’invasion en Ukraine, des milliers de Russes ont été arrêtés pour avoir manifesté contre cette guerre. Pourtant, ce dimanche, de nouveaux rassemblements ont été organisés, comme ici à Irkoutsk, une ville russe située au nord de la Mongolie.


 

11 heures : Nouveau bilan des pertes russes

Le Conseil national de sécurité et de défense de l’Ukraine a publié un nouveau bilan des pertes russes. D’après lui, Plus de 11.000 soldats russes sont morts depuis le début de l’invasion en Ukraine. Les forces ukrainiennes auraient aussi détruit 48 hélicoptères et 44 avions.


 

10h55 : Situation catastrophique à Marioupol

Alors que les autorités de Marioupol annoncent un nouveau cessez-le-feu et une tentative d’évacuation des civils – qui a échoué la veille - un responsable de l’ONG Médecins sans frontières (MSF) estime que la situation humanitaire y est « catastrophique ».

« Aujourd’hui il n’y a plus d’eau, les gens ont énormément de problèmes pour accéder à de l’eau potable et cela devient un enjeu un peu essentiel. Il n’y a plus d’électricité, il n’y a plus de chauffage. La nourriture vient à manquer, les magasins sont vides », a dit samedi Laurent Ligozat depuis la ville de Lviv, dans l’ouest du pays. Selon lui, il est « impératif » d’évacuer les civils au plus vite.

10h44 : L’impuissance du Conseil de sécurité de l’ONU

Impuissant à garantir la paix dans le monde, le Conseil de sécurité de l’ONU est condamné à jouer les observateurs actifs de la guerre russe en Ukraine et multipliera à nouveau cette semaine les sessions d’urgence. Faute de mieux.

Après cinq réunions depuis l’invasion le 24 février, les 15 membres du Conseil se retrouvent lundi pour deux rencontres sur l’aide humanitaire, l’une publique, l’autre dans la foulée à huis clos, illustrant une mobilisation appelée à se poursuivre.

Avec son droit de veto, la Russie, l’un des cinq membres permanents du Conseil (qui compte aussi dix membres élus pour deux ans), a le pouvoir de bloquer toute déclaration ou résolution. Et rien ne pourra y changer.

10h40 : Plus de 1,5 million de réfugiés ont fui l’Ukraine en 10 jours

Le nombre de personnes fuyant le conflit en Ukraine a dépassé la barre de 1,5 million, constituant la crise de réfugiés la plus rapide depuis la Seconde Guerre mondiale, a alerté l’ONU dimanche.

« Plus de 1,5 million de réfugiés venant d’Ukraine ont traversé vers les pays voisins en dix jours. Il s’agit de la crise des réfugiés qui connaît la croissance la plus rapide en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale », a indiqué dans un tweet le Haut Commissaire aux réfugiés Filippo Grandi.


10h32 : Provocation sur le podium en Coupe du monde de gymnastique

Samedi, sur le podium d’une manche de la Coupe du monde de gymnastique, le gymnaste russe Ivan Kuliak a fièrement arboré le symbole militaire Z, qui permet de reconnaître les troupes russes. L’athlète russe, qui n’était pas autorisé à porter les couleurs de son pays en raison de l’invasion en Ukraine, partageait le podium avec le sportif ukrainien Illian Kovtun, qui a remporté la première place.


 

10h26 : Chuchotements bancaires

La banque centrale russe a demandé ce dimanche aux banques de ne plus publier leurs bilans financiers du fait des sanctions occidentales après l’invasion de l’Ukraine, qui menacent de décimer le secteur bancaire et les économies de la population.

Certaines des plus grandes banques russes ont été coupées du système interbancaire international Swift, limitant leurs capacités de transaction avec l’étranger. La monnaie russe s’est, elle, écroulée et des restrictions sur l’achat de devises ont été imposées pour soutenir le rouble.

Ces institutions devront toujours transmettre à la banque centrale leurs bilans comptables, mais ils ne seront désormais plus rendus publics.

10h20 : Kharkiv défigurée

La deuxième ville d’Ukraine, Kharkiv, continue de subir de violents bombardements. De nombreux bâtiments sont méconnaissables, détruits par la puissance de feu russe.


 

10h15 : Lviv protège ses œuvres

On vous en parlait un peu plus tôt, à Lviv, une ville ukrainienne proche de la frontière polonaise, les statues et reliques sont protégées tant bien que mal. Ici, on peut voir une statue de Jésus Christ être emmenée en lieu sûr. Elle provient de la cathédrale arménienne de Lviv, dans le quartier de la vieille ville qui est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.


 

10h10 : Marché noir alimentaire

La Russie s’inquiète de l’apparition d’un réseau de revente de produits alimentaires de base, l’économie souffrant sous l’assaut des sanctions occidentales prises en représailles de l’entrée de l’armée russe en Ukraine.

« Les plus grands réseaux de supermarchés fédéraux et régionaux ont décidé de minimiser le risque d’achat par des + revendeurs + de produits de base », a indiqué le ministère russe du Commerce et de l’Industrie dans un communiqué samedi.

« Dans plusieurs régions (…) ces produits ont été achetés d’un coup en masse, jusqu’à plusieurs tonnes, plus qu’il ne le faut pour une utilisation personnelle, et afin de les revendre », a poursuivi le ministère. En conséquence, il a dit soutenir des mesures de rationnement adoptées par la grande distribution, sans donner pour l’heure de directives.

9h59 : La Moldavie demande plus d’aide aux Etats-Unis pour les réfugiés ukrainiens

La Première ministre de Moldavie, Natalia Gavrilita, a appelé ce dimanche les Etats-Unis à fournir davantage d’assistance humanitaire pour aider son pays à accueillir les réfugiés fuyant l’Ukraine, actuellement au nombre de 120.000 personnes. C’est beaucoup pour ce petit pays de 2,6 millions d’habitants, l’un des plus pauvres d’Europe, a-t-elle fait valoir auprès du Secrétaire d’Etat américain Antony Blinken, en visite dans le pays.

« Au dernier décompte, plus de 230.000 personnes venant d’Ukraine ont passé la frontière depuis le début de la guerre, et 120.000, dont près de 100.000 Ukrainiens, sont restés en Moldavie. Pour un petit pays comme nous, proportionnellement, c’est un nombre très grand », lui a-t-elle déclaré.

9h34 : Les Etats-Unis et la Pologne réfléchissent à l’envoi d’avions soviétiques en Ukraine

Les Etats-Unis planchent sur la possibilité d’un accord avec la Pologne pour qu’elle fournisse à l’Ukraine des avions de guerre de l’ère soviétique en échange d’avions de chasse américains F-16, ont rapporté, ce samedi, plusieurs médias américains.

« Nous travaillons avec les Polonais sur ce dossier et nous consultons nos autres alliés de l’Otan », a déclaré un responsable de la Maison Blanche cité dans l’un des médias.

9h26 : La ville de Marioupol annonce vouloir évacuer ses civils à partir de 11h ce dimanche

Le port stratégique de Marioupol, assiégé par les troupes russes, a annoncé ce dimanche, vouloir évacuer ses civils, au lendemain d’une tentative infructueuse à cause de la poursuite d’intenses bombardements russes.

« L’évacuation des civils commencera à 12h » (11h française), a indiqué cette municipalité de l’Est de l’Ukraine, sur Telegram, précisant qu’un corridor humanitaire sera mis en place jusqu’à la ville de Zaparojie, à environ trois heures de route et qu’un cessez-le-feu temporaire avait été conclu.

8h39 : L’héritage culturel de Lviv menacé

Lviv tente de protéger son riche héritage culturel qui lui vaut une inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. Dans cette ville de l’ouest de l’Ukraine, à moins de 80 km de la frontière avec la Pologne, les innombrables statues ont été enveloppées avec de la mousse et des bâches pour les protéger d’une éventuelle attaque.

La statue de Neptune enveloppée de mousse et d'une bâche protectrice, à Lviv le 4 mars 2022.
La statue de Neptune enveloppée de mousse et d'une bâche protectrice, à Lviv le 4 mars 2022. - Pavlo Palamarchuk/AP/SIPA

 

 

8h19 : Marioupol en difficulté

La situation est « très difficile » à Marioupol, soumise à « un blocus humanitaire » et à d’intenses bombardements, affirme le maire de la ville, port stratégique du sud-est du pays assiégé par les forces russes. Selon lui, les bombardements des derniers jours ont fait des « milliers de blessés » et les Russes empêchent l’arrivée d’aliments et de médicaments. « Marioupol n’existe plus », déplore-t-il.

7h43 : « Violents combats » dans le Sud et le Nord

Les forces armées ukrainiennes « mènent de violents combats » contre les forces russes pour le contrôle des villes de Mykolaïev, dans le Sud, et de Tcherniguiv, dans le Nord, indique l’état-major ukrainien sur Facebook ce dimanche matin. Selon cette source, une opération militaire ukrainienne est également en cours dans la région de Donetsk.

7h16 : PayPal suspend ses services en Russie

Le système de paiements PayPal a suspendu ses services en Russie, selon une lettre de son président Dan Schulman rendue publique par le gouvernement ukrainien. Samedi, Visa et MasterCard avaient pris la même décision. Leurs cartes émises par les banques russes ne fonctionneront plus à l’étranger, et les cartes étrangères ne seront plus valables en Russie.

6h30 : Le « plan d’action en six points » de Boris Johnson

Le Premier ministre britannique Boris Johnson va présenter ce dimanche un « plan d’action en six points » visant à faire « échouer » l’invasion russe. Celui-ci prévoit de mobiliser une coalition humanitaire internationale pour l’Ukraine, de soutenir la capacité du pays à se défendre, de « maximiser » la pression économique contre le régime russe, d’empêcher « la normalisation insidieuse » de ce que la Russie fait à l’Ukraine, de poursuivre la voie diplomatique pour obtenir la désescalade et de lancer « une campagne rapide » pour renforcer la sécurité dans la zone euro-atlantique.

Pour mettre en place ce plan, Boris Johnson s’entretiendra lundi à Downing Street, séparément puis lors d’une trilatérale, avec ses homologues canadien, Justin Trudeau, et néerlandais, Mark Rutte. Mardi, il recevra à Londres les dirigeants du groupe de Visegrad (V4) réunissant la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie.

5h43 : Sécuriser la succession en Ukraine

Selon le New York Times, Washington et ses alliés ont discuté de la manière de sécuriser la succession en Ukraine au cas où le président Zelensky serait capturé ou tué par les Russes. Si le cas se présente, les préoccupations consisteront « principalement à s’assurer qu’il existe toujours un gouvernement ukrainien indépendant sous une forme ou une autre, même si la Russie trouve un moyen d’installer une direction fantoche à Kiev ».

Selon les gouvernements interrogés par le journal, l’accent mis sur la sécurisation de la succession vient, en partie, du fait que la Constitution ukrainienne n’est pas claire sur la question.

5h28 : L’Ukraine veut reprendre Kharkiv

Le président ukrainien a annoncé samedi que les forces ukrainiennes avaient lancé une contre-attaque autour de Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine avec 1,4 million d’habitants

5h10 : Washington tenterait de renouer avec Caracas

Les Américains tentent de retourner les alliés de Poutine. Selon le New York Times, de hauts responsables américains se sont rendus au Venezuela samedi pour rencontrer le gouvernement de Nicolas Maduro.

L’information n’a pour l’instant pas été confirmée, ni par Washington, ni par Caracas. Il faut dire que les relations entre les deux capitales sont particulièrement mauvaises. Les États-Unis ont coupé les liens diplomatiques avec le Venezuela après la réélection de Maduro en 2018.

Les Américains ont également imposé une batterie de sanctions pour tenter de forcer Maduro à quitter le pouvoir. L’une des mesures, mise en œuvre en avril 2019, empêche ainsi le Venezuela de vendre son pétrole brut sur le marché américain. Mais, selon le New York Times, la visite actuelle à Caracas serait aussi liée à l’intérêt présumé de Washington de remplacer une partie du pétrole qu’il achète actuellement à la Russie par le pétrole qu’il a cessé d’acheter au Venezuela.

4h51 : Un bilan incertain

Le bilan de la guerre est impossible à vérifier de manière indépendante. Kiev a fait état samedi d’au moins 350 civils et plus de 9.000 soldats russes tués, sans mentionner ses pertes militaires. Moscou a pour sa part évoqué 2.870 morts côté ukrainien et 498 côté russe.

4h44 : La Russie veut pénaliser Apple

Le ministère russe de l’Industrie et du Commerce cherche à restreindre les exportations de saphirs artificiels utilisés dans la production des iPhone


 

4h38 : La Chine s’implique diplomatiquement

Pékin a appelé à des négociations directes entre la Russie et l’Ukraine lors d’un entretien téléphonique samedi entre le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et son homologue américain Antony Blinken

4h35 : De nouveaux pourparlers lundi

Un troisième round de pourparlers entre l’Ukraine et la Russie se déroulera lundi, a annoncé samedi un membre de la délégation ukrainienne, David Arakhamia.

4h19 : Florence Parly en Roumanie ce dimanche

La ministre française des Armées Florence Parly, ainsi que le président, le Premier ministre et le ministre des Armées roumains, vont rendre visite ce dimanche aux troupes de l’Otan déployées en Roumanie non loin de la frontière de l’Ukraine. La France et la Belgique ont envoyé en urgence, après l’attaque sur l’Ukraine, près de 800 militaires sur la base de l’Otan Mihail Kogalniceanu, où stationnent déjà des militaires américains, près du port de Constanta.


 

3h41 : L’offensive russe a repris à Marioupol

L’armée russe a annoncé samedi avoir repris « l’offensive » pour s’emparer du port stratégique de Marioupol. « En raison de la réticence de la partie ukrainienne à influer sur les nationalistes ou à prolonger le cessez-le-feu, les opérations offensives ont repris depuis 18 heures, heure de Moscou », a déclaré le ministère russe de la Défense.

L’évacuation des civils a été reportée en raison de multiples violations russes du cessez-le-feu, selon la mairie de Marioupol, tandis que Moscou accusait les « nationalistes » ukrainiens d’empêcher les civils de partir et de profiter de la trêve pour consolider leurs défenses.

La prise de cette ville de quelque 450.000 habitants, située sur la mer d’Azov, permettrait la jonction entre les forces russes en provenance de la Crimée annexée.

3h36 : Nouvelle menace de Poutine

Vladimir Poutine a affirmé samedi que l’Ukraine pourrait perdre son « statut d’Etat » si elle continuait à refuser de se plier aux exigences russes.

Bienvenue dans ce nouveau live de la rédaction de « 20 Minutes », mobilisée 24h/24. Au onzième jour de l’invasion russe, l’Ukraine continue de subir des bombardements nourris de Moscou. Médecins sans frontières juge même la situation « catastrophique » à Marioupol, une ville stratégique soumise à un « blocus » des forces russes. Malgré tout, la carte diplomatique n’est pas complètement enterrée. Le Premier ministre israélien a ainsi tenté une médiation en se rendant samedi à Moscou, où il a rencontré Vladimir Poutine.