Guerre en Ukraine : La situation est « catastrophique » à Marioupol, selon Médecins sans frontières

LIVE Revivez avec nous les informations sur la guerre en Ukraine sur la journée de samedi

D.R et M.A
— 
Cette image fournie par l'armée russe montre un char ukrainien détruit à proximité de Marioupol, en Ukraine, le 4 mars 2022
Cette image fournie par l'armée russe montre un char ukrainien détruit à proximité de Marioupol, en Ukraine, le 4 mars 2022 — HANDOUT / RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / AFP

L’ESSENTIEL

  • L’armée russe a annoncé samedi après-midi avoir repris « l’offensive » après le report de l’évacuation de civils de deux villes assiégées dans le sud-est de l’Ukraine, dont le port stratégique de Marioupol. L’évacuation a été reportée en raison de multiples violations russes du cessez-le-feu, selon la mairie de Marioupol.
  • Après le blocage de Facebook et une nouvelle loi drastique contre les médias indépendants, la population russe n’a désormais quasiment plus accès qu’aux discours officiels. Moscou filtre les informations disponibles en Russie.
  • En France, la mobilisation en soutien à l’Ukraine a rassemblé 41.600 personnes, dont 16.000 à Paris, ce samedi après-midi.

A LIRE

A VOIR

Ce Live est maintenant terminé. Mais la rédaction de « 20 Minutes » reste mobilisée pour vous donner toutes les informations de ce dimanche sur la guerre en Ukraine. Retrouvez-nous donc tout de suite sur :

 

2h46 : L’Ukraine au cœur de la campagne présidentielle

La situation en Ukraine résonne sur les estrades des meetings de la présidentielle française. Au Havre samedi, le candidat communiste Fabien Roussel a appelé à « oser la paix », estimant que l’exigence était de « faire prévaloir une solution politique et diplomatique à cette guerre ».

De l’autre côté de l’échiquier politique, Valérie Pécresse a le même jour attaqué sur le sujet ses concurrents directs pour le deuxième tour, les jugeant « discrédités » par leur « allégeance à Poutine par le passé ». « Il y a Eric Zemmour qui, il y a deux jours encore, traitait Vladimir Poutine de démocrate, alors que c’est un dictateur. Il y a Marine Le Pen, dont le parti a été financé par des banques russes », a-t-elle lancé, tout en exprimant sa « solidarité pour le peuple ukrainien ».

2h32 : Israël lance une médiation

Le Premier ministre israélien tente de trouver une sortie à la crise. Naftali Bennett s’est pour cela envolé samedi pour Moscou où il a rencontré Vladimir Poutine pendant « environ trois heures ». Il s’agit de la première visite en Russie d’un dirigeant étranger, liée à l’invasion russe de l’Ukraine. 20 Minutes fait le point dans cet article sur cette médiation :

 

1h42 : Appel entre Zelensky et Biden

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est entretenu une nouvelle fois au téléphone avec son homologue américain Joe Biden pour discuter du soutien financier américain à l’Ukraine et des sanctions contre la Russie.



 

1h20 : Pas de cyberattaque contre la campagne électorale française

Jusqu’ici tout va bien. La guerre en Ukraine menée par la Russie, dont des pirates informatiques ont déjà été accusés d’ingérence électorale à l’étranger, n’a pour l’instant pas accouché de cyberattaque d’ampleur contre la campagne électorale en France, affirme Laurent Nunez.

Au Journal du dimanche, le coordonnateur du renseignement et de l’antiterrorisme explique qu’à « ce jour, nous n’avons pas constaté d’attaque massive visant un candidat en particulier ou la campagne électorale en général. Mais nous sommes sur nos gardes ». En outre, « tous les candidats à l’Élysée ont été vus en février et sensibilisés à la question des cyberattaques de manière approfondie ».

1h05 : Le Canada recommande de quitter la Russie

Le Canada conseille à son tour à ses ressortissants d’éviter tout voyage en Russie et aux Canadiens s’y trouvant déjà à quitter le pays. « Si vous êtes en Russie, vous devriez partir pendant que des options commerciales sont toujours disponibles », ajoute Ottawa.

0h48 : Visa et Mastercard suspendent leurs opérations en Russie

Les géants des cartes bancaires Visa et Mastercard suspendent leurs opérations en Russie. Pour Mastercard, ce choix est justifié « en raison du caractère sans précédent du conflit actuel et de l’environnement économique incertain ». « Nous sommes dans l’obligation d’agir à la suite de l’invasion non-provoquée de l’Ukraine par la Russie et des événements inacceptables dont nous avons été témoins », a pour sa part déclaré Al Kelly, le PDG de Visa.

Les cartes bancaires Visa et Mastercard russes ne seront plus valables à l’étranger, et celles émises à l’étranger ne fonctionneront plus en Russie.

0h23 : Henri Proglio « ne compte pas démissionner » de Rosatom« Soyons clair : je ne compte pas démissionner ». L’ancien patron d’EDF Henri Proglio a assuré qu’il ne quitterait pas ses fonctions au sein de Rosatom, géant public russe du secteur nucléaire, dans un entretien au Journal du Dimanche. « Je ne suis ni un homme politique comme François Fillon, ni un administrateur comme il l’était jusqu’à récemment », ajoute-t-il.

« Cela m’agace lorsqu’on dit que je travaille pour le gouvernement russe ou que je touche des jetons de présence faramineux. Cette mission me rapporte 2.000 euros par mois (…). La semaine dernière, j’étais à Moscou pour Rosatom, depuis tout s’est arrêté », explique-t-il encore, assurant que son rôle se limite à un dialogue « sur les enjeux liés à l’atome ».

22h45 : Un inflechissement dans la position russe, estime un négociateur ukrainienLa Russie est en train de « réaliser le coût réel de la guerre » face à la résistance ukrainienne et les négociations entre les délégations des deux pays commencent à être « constructives », a affirmé samedi un négociateur ukrainien. Interrogé à Lviv (Ukraine) par le quotidien canadien The Globe and Mail, Mykhailo Podolyak, présenté comme un proche collaborateur du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a dit commencer à percevoir un infléchissement dans l’attitude russe face à la résistance ukrainienne et aux sanctions internationales. Une troisième session de pourparlers entre Kiev et Moscou doit avoir lieu lundi.
22h15 : La situation est « catastrophique » à Marioupol, selon Médecins sans frontières

Il est « impératif » d’évacuer rapidement la population de la ville ukrainienne de Marioupol, assiégée par l’armée russe et ses alliés, en raison de la situation humanitaire, a plaidé ce samedi Laurent Ligozat, coordinateur d’urgence de Médecins sans frontières (MSF) en Ukraine. « A Marioupol, la situation est catastrophique et empire de jour en jour », a-t-il déclaré à L’AFP. « Aujourd’hui il n’y a plus d’eau, les gens ont énormément de problèmes pour accéder à de l’eau potable et cela devient un enjeu un peu essentiel. Il n’y a plus d’électricité, il n’y a plus de chauffage. La nourriture vient à manquer, les magasins sont vides », a-t-il dit depuis la ville de Lviv, dans l’ouest du pays.

20h15 : Un avion russe en route vers les Etats-Unis pour récupérer les diplomates accusés d’espionnage

Un avion russe était en route samedi vers les Etats-Unis pour récupérer des diplomates expulsés de la mission de la Russie à l’ONU et accusés par Washington d'« espionnage », selon les autorités. Les Etats-Unis ont fermé leur espace aérien à tous les avions russes après l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Un Iliouchine IL-96 doit toutefois atterrir à la mi-journée à l’aéroport international de Washington, selon le site Flight aware qui suit tous les mouvements aériens. « Le gouvernement américain a donné son feu vert à cet avion affrété par le gouvernement russe pour faciliter le départ des diplomates de la mission russe » aux Nations unies, a déclaré une porte-parole du département d’Etat.

20h : La mobilisation en soutien à l’Ukraine a rassemblé 41.600 personnes, dont 16.000 à Paris

La mobilisation en soutien à l’Ukraine a rassemblé 41.600 personnes, dont 16.000 à Paris, avec 119 manifestations, a fait savoir le ministère de l’Intérieur à 20 Minutes. Au dixième jour de l’offensive ordonnée par le président russe, ils étaient 16.000, selon la préfecture de police, à Paris entre la place de la République et celle de la Bastille, à scander « Poutine, ta guerre on n’en veut pas ».

19h20 : Le Premier ministre israélien en route pour rencontrer Olaf Scholz à Berlin après Moscou

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett est en route samedi pour Berlin pour des discussions sur le conflit en Ukraine avec le chancelier Olaf Scholz après un entretien avec le président Vladimir Poutine à Moscou, a indiqué son porte-parole.

« Le Premier ministre Naftali Bennett est actuellement en route de Moscou à Berlin, où il va rencontrer le chancelier Olaf Scholz », ont indiqué ses services dans un communiqué.

19h01 : Le rejet par l’Otan de la zone d’exclusion aérienne est un « signe de faiblesse », estime le ministre ukrainien des Affaires étrangères
19h : Le chef de la diplomatie ukrainienne demande à Blinken des avions et des systèmes de défense aérienne

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a indiqué à son homologue américain, rencontré en tête-à-tête, que son pays avait besoin d’avions de chasse et de systèmes de défense aérienne, qualifiant de « signe de faiblesse » le refus de l’Otan de mettre en place une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine.

« Ce n’est un secret pour personne que notre demande la plus forte concerne les avions de chasse, les avions d’assaut et les systèmes de défense aérienne », a déclaré Dmytro Kouleba. 

18h58 : Rencontre à la frontière Ukraine-Pologne entre Antony Blinken et le ministre ukrainien des Affaires étrangères

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a rencontré samedi le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine, en signe de solidarité au dixième jour de l’invasion par la Russie de son voisin pro-occidental.

« J’espère que le peuple ukrainien pourra y voir une manifestation claire du fait que nous avons des amis qui se tiennent littéralement à nos côtés », a déclaré Dmytro Kouleba après leur rencontre au poste frontière de Korczowa-Krakovets, sous haute sécurité.

18h56 : La Chine « doit » jouer un rôle de médiateur, estime Josep Borrell

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a plaidé, dans le quotidien El Mundo, pour que la Chine joue un rôle de médiateur dans le cadre d’un éventuel règlement du conflit en Ukraine, en estimant qu'« il n’y a pas d’alternative ».

« Nous ne pouvons pas, nous, (les Européens) être les médiateurs, c’est évident. (…) Il n’y a pas de format + Normandie + possible », a-t-il expliqué dans cet entretien publié vendredi soir, en référence au cadre de discussions diplomatiques quadripartite qui a réuni depuis 2014 Russie, Ukraine, France et Allemagne et consacré au processus de paix dans l’Est de l’Ukraine.

« Et ça ne peut pas être les Etats-Unis », a poursuivi le chef de la diplomatie européenne. « Qui alors ? Ça ne peut être que la Chine », a-t-il martelé, en assurant qu’il n’y avait « pas d’alternative ». « La diplomatie ne peut pas être uniquement européenne ou américaine. La diplomatie chinoise doit jouer un rôle ici », a-t-il ajouté.

18h46 : Radio France examine l’impact de la nouvelle loi russe sur le travail de ses journalistes

Le groupe radiophonique public Radio France a indiqué samedi attendre une expertise juridique pour décider de suspendre ou non la correspondance de ses journalistes en Russie, après le vote d’une loi russe prévoyant de la prison ferme pour la publication de «fausses informations» sur la guerre en Ukraine.

Dans un premier temps, une responsable de la communication du groupe avait indiqué que Radio France suspendait la correspondance de ses journalistes, dans l’attente des résultats d’une expertise juridique et d’un avis sur cette loi. Radio France «ne suspend pas sa correspondance depuis Moscou», a tweeté ensuite le directeur de l’information de Radio France, Vincent Giret. «Nous préservons nos correspondants, nous sommes dans l’attente d’une expertise juridique et nous statuerons dans les prochains jours», a-t-il précisé.

18h44 : La France dénonce le « manque d’humanité » de Londres sur l’accueil des réfugiés ukrainiens

Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin a critiqué samedi la « réponse totalement inadaptée » et le « manque d’humanité » du Royaume-Uni à l’égard des réfugiés ukrainiens refoulés à Calais, dans une lettre adressée à son homologue britannique Priti Patel.

Cherchant à rejoindre leurs familles outre-Manche, quelque 150 Ukrainiens fuyant leur pays envahi par la Russie ont été invités ces derniers jours par des représentants britanniques « à faire demi-tour » et à « se rendre à Paris ou Bruxelles » pour obtenir leurs visas dans les consulats, affirme le ministre.

18h42 : L’ONU estime que « les chiffres réels (des victimes) sont considérablement plus élevés »

Le nouveau bilan du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) estime que l’invasion russe en Ukraine a fait 351 victimes civiles, mais « le HCDH estime que les chiffres réels sont considérablement plus élevés […], surtout ces derniers jours, car la réception d’informations provenant de certains endroits où des hostilités intenses se sont déroulées a été retardée et de nombreux rapports attendaient toujours d’être corroborés. Cela concerne, par exemple, la ville de Volnovakha où des centaines de victimes civiles ont été signalées. »

18h29 : La troisième session de pourparlers aura lieu lundi, annonce le chef de la délégation ukrainienne

Un troisième round de pourparlers entre l’Ukraine et la Russie se déroulera lundi, a annoncé samedi un membre de la délégation ukrainienne, David Arakhamia. « Le troisième round de négociations se tiendra lundi », a-t-il écrit sur sa page Facebook au dixième jour de l’invasion russe en Ukraine.

18h25 : Puma suspend ses activités en Russie

L’équipementier sportif allemand Puma a annoncé samedi la fermeture provisoire de tous ses magasins en Russie, après d’autres enseignes vestimentaires comme l’espagnol Inditex, propriétaire de Zara.

Le groupe de Herzogenaurach, en Bavière, « a décidé de suspendre temporairement l’exploitation de tous ses magasins en Russie », selon un communiqué. La marque au couguar compte aujourd’hui « plus de 100 points de vente » en Russie, selon une porte-parole.

18h10 : Le Premier ministre israélien a rencontré Poutine à Moscou

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a rencontré samedi à Moscou le président russe Vladimir Poutine pour discuter de la guerre en Ukraine, pays envahi par l’armée russe.

Naftali Bennett « vient de terminer une rencontre au Kremlin avec le président russe », a indiqué son porte-parole. La visite de Naftali Bennett est la première d’un dirigeant étranger après l’invasion du 24 février. Le Premier ministre pakistanais Imran Khan était en Russie le lendemain de l’invasion mais sa visite était prévue de longue date.

17h50 : Une escalade du conflit en Ukraine aurait des conséquences économiques « dévastatrices » (FMI)

Une escalade du conflit en Ukraine aurait des conséquences économiques « dévastatrices » au niveau mondial, a prévenu le Fonds monétaire international (FMI) samedi.

Outre le conflit lui-même, les sanctions imposées à la Russie « auront aussi un impact substantiel sur l’économie mondiale et les marchés financiers, avec des effets collatéraux pour d’autres pays », a également averti le FMI.

17h39 : L’armée russe a repris « l’offensive » à Marioupol, annonce le ministère russe

L’armée russe a repris « l’offensive » après le report de l’évacuation de civils de deux villes assiégées dans le sud-est de l’Ukraine, dont Marioupol, a déclaré samedi le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

« En raison de la réticence de la partie ukrainienne à influencer les nationalistes ou à prolonger le "cessez-le-feu", les opérations offensives ont repris depuis 18h00, heure de Moscou », soit 15h00 GMT, a-t-il déclaré dans un message vidéo.

17h28 : L’agence de presse espagnole Efe annonce « suspendre temporairement son activité » en Russie

L’agence de presse espagnole Efe a annoncé samedi « suspendre » son activité en Russie après le vote d’une nouvelle loi qui prévoit de la prison ferme pour la publication de « fausses informations » sur la guerre en Ukraine selon les critères des autorités russes.

« L’agence Efe a décidé de suspendre temporairement son activité d’information en Russie et ce à partir d’aujourd’hui, après l’approbation d’une nouvelle loi qui prévoit jusqu’à quinze ans de prison pour sanctionner la publication de ce que les autorités (russes) pourraient considérer comme "de fausses informations" en lien avec la guerre en Ukraine », a annoncé la première agence de presse hispanophone au monde dans un texte publié sur son site.

17h27 : La Russie dit avoir arrêté une basketteuse américaine pour possession de stupéfiants

Les autorités russes ont indiqué samedi avoir arrêté une Américaine, double championne olympique de basketball, pour des accusations liées à des stupéfiants, en pleine crise entre l’Occident et Moscou autour de l’Ukraine.

L’inspection du bagage à main apporté par une ressortissante américaine arrivée en février sur un vol en provenance de New York a permis de « confirmer la présence de vapoteuses (et) d’un liquide présentant une odeur particulière », a indiqué le service fédéral des douanes de Russie dans un communiqué. Un expert a pu établir qu’il s’agirait d’huile de cannabis (huile de haschich), selon le communiqué.

17h25 : Le chef d’état-major américain écarte l’idée d’une zone d’exclusion aérienne

Le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, a écarté samedi en Lettonie l’idée d’une zone d’exclusion aérienne en Ukraine, car cela signifierait « combattre activement » les forces russes.

« Si une zone d’exclusion aérienne était déclarée, quelqu’un devrait la faire respecter », a déclaré le plus haut gradé américain au cours d’une visite de quelques heures dans cet Etat balte frontalier de la Russie. « Il faudrait alors qu’on y aille et qu’on combatte activement les forces aériennes russes », a-t-il précisé à des médias locaux. « Ce n’est pas une chose que le secrétaire général de l’Otan (Jens) Stoltenberg ni aucun haut responsable politique des Etats membres a dit vouloir faire ».

17h13 : Londres veut sanctionner « plus durement » les intérêts russes

Londres a indiqué samedi vouloir renforcer son arsenal législatif pour sanctionner « plus durement et rapidement » les « élites corrompues » liées au régime du président russe Vladimir Poutine après l’invasion de l’Ukraine, Moscou promettant de son côté des « mesures de rétorsion ».

Le secrétaire d’État au Trésor John Glen a indiqué samedi sur la BBC que le gouvernement voulait agir « plus durement et rapidement » pour sanctionner oligarques et entreprises liés au gouvernement russe. « Ce que nous essayons de faire, c’est d’avoir plus facilement une base légale pour agir », a-t-il ajouté.

17h11 : Yannick Jadot dénonce la « complicité inacceptable » de TotalEnergies avec Moscou

Le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot a dénoncé samedi la « complicité inacceptable » du géant français TotalEnergies avec Moscou, fustigeant le fait que l’entreprise « reste la dernière multinationale du pétrole et du gaz présente en Russie » après l’invasion de l’Ukraine.

Pour lui, la guerre en Ukraine a en outre mis en relief « notre dépendance aux énergies fossiles (…), notre dépendance à une énergie (nucléaire) qui est incontestablement dangereuse ». Il faut aussi renforcer « notre souveraineté alimentaire, notre souveraineté industrielle », a-t-il poursuivi.

« Il va falloir que l’Union européenne continue à renforcer la pression sur Vladimir Poutine et son oligarchie pour obtenir un cessez-le-feu et le retrait des chars russes d’Ukraine. Il va falloir que la France continue à participer pleinement à ce train de sanctions », a-t-il déclaré sur CNews en marge de la manifestation de soutien à l’Ukraine à Paris.

16h56 : Au moins 351 civils ont été tués en Ukraine

C’est un bilan lourd bien que les chiffres réels soient probablement « considérablement plus élevés », souligne une mission de surveillance de l’ONU. Cette dernière a confirmé la mort d’au moins 351 civils et 707 autres blessés. Au moins 22 enfants font partie des victimes.



La plupart des victimes civiles ont été causées par des armes explosives avec une large zone d’impact, y compris des bombardements d’artillerie lourde et de systèmes de lance-roquettes multiples, et des frappes de missiles et aériennes, ont déclaré des observateurs du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH).

16h50 : Un « cortège de la paix » à Rome

Des milliers de personnes ont participé samedi à un vaste « cortège de la paix » organisé dans le centre de Rome par plusieurs syndicats et de nombreuses ONG pour protester contre l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes et dire « non » à Poutine et aussi à l’Otan.

« Aucune base, aucun soldat, l’Italie hors de l’Otan », ont scandé les pacifistes dans ce cortège précédé par un grand drapeau aux couleurs de l’arc-en-ciel. De nombreuses pancartes proclamaient aussi « Non à Poutine, non à l’Otan ».

Une position que ne partage pas Luigi Sbarra, responsable de la confédération CISL (catholique), deuxième par importance en Italie et qui a refusé de se joindre au cortège pacifiste, expliquant dans une lettre ouverte qu’il n’est pas possible de mettre sur le même plan « opprimés et oppresseurs ».

16h44 : Blinken en visite à la frontière ukrainienne, où les réfugiés déferlent en Pologne

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est rendu samedi à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne alors que la crise des réfugiés fuyant la guerre prend une véritable ampleur.

Il s’est entretenu avec des responsables polonais à propos de l’aggravation de la crise humanitaire provoquée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, pendant que les réfugiés ukrainiens déferlaient par centaines par le poste-frontière de Korczowa-Krakovets.

 

16h42 : Plusieurs dizaines de milliers de manifestants pour la paix à Zurich

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Zurich, la ville la plus peuplée de Suisse, pour demander le retrait des troupes russes en Ukraine, a rapporté l’agence de presse suisse ATS.

Comme la semaine dernière, d’autres manifestations sont prévues dans plusieurs autres villes suisses, notamment dans la capitale fédérale Berne.

A Zurich, les manifestants étaient réunis sous le slogan « La paix maintenant ». Les syndicats et les partis de gauche notamment avaient appelé à cette manifestation.

Les manifestants portaient des pancartes « Stop War » ou « Peace » et des drapeaux ukrainiens. Les organisateurs s’attendaient à ce qu’elle rassemble jusqu’à 20.000 personnes, mais ils estiment qu’elles étaient plus de 40.000 lors du rassemblement final, selon l’ATS.

16h36 : Ce n’est pas « une opération de démilitarisation »

La Direction principale du renseignement du ministère de la Défense de l’Ukraine s’est émue du terme de « démilitarisation » utilisé par le Kremlin pour justifier son attaque. « En fait, vous tuez des civils ! Nous vous montrerons ce qu’est la véritable démilitarisation, en vous détruisant un par un ! », a-t-elle publié sur Twitter.



 

16h32 : L’Italie gèle des biens d’oligarques russes pour 140 millions d’euros

Le gouvernement italien a annoncé samedi que la valeur des biens gelés jusqu’à présent des oligarques russes dans la péninsule s’élevait à environ 140 millions d’euros, dont les yachts mis sous séquestre vendredi.

Le plus important est le yacht Lady M d’une valeur de 65 millions d’euros appartenant à Alexei Mordachov, un oligarque russe proche de Vladimir Poutine et visé par les sanctions de l’Union européenne après l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Un second yacht, le Lena, d’une valeur de 50 millions d’euros environ et propriété de Gennady Timchenko, milliardaire co-fondateur de Gunvor, une société de négoce de matières premières, a également été mis sous séquestre vendredi.

16h23 : La mode et le luxe s’éloignent prudemment de la Russie

Hermès a été le premier en France à annoncer, vendredi, la fermeture « temporaire » de ses trois boutiques en Russie, suivi par les autres grands groupes français du luxe, Chanel, LVMH et Kering. Avant ces groupes français, le britannique Burberry avait déjà suspendu ses livraisons en Russie, en raison de « difficultés opérationnelles ».

Si la Russie peut apparaître comme une terre de prédilection pour le luxe, elle ne représenterait en réalité qu’une part réduite de leur chiffre d’affaires : à peine 1 % selon Kering ou Burberry, 2 % d’après LVMH.

16h14 : Aide humanitaire de 2,75 milliards de dollars

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, arrivé en Pologne samedi, a salué ce pays pour l’accueil qu’il réserve aux centaines de milliers d’Ukrainiens en fuite et a déclaré que Washington projetait d’avancer 2,75 milliards de dollars supplémentaires pour faire face à la crise humanitaire causée par la guerre.

16h09 : Contre-attaque à Kharkiv

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé samedi que les forces ukrainiennes avaient lancé une contre-attaque autour de Kharkiv (nord-est), la deuxième ville d’Ukraine (1,4 million d’habitants), théâtre de bombardements parmi les plus intenses depuis le début de la guerre.

16h04 : « Ensemble vers la victoire ! »

Le gouvernement ukrainien a repris une compilation de vidéos montrant ses « concitoyens » non armés résister aux forces russes qui envahissent le pays. « Nos concitoyens de toute l’Ukraine arrêtent l’occupant ! Ensemble vers la victoire ! », lance le ministère de la Défense dans un message sur Twitter.

 

15h59 : Manifestation à Londres

Outre-Manche aussi, des citoyens manifestent pour la paix. Plusieurs milliers de personnes, arborant des drapeaux ukrainiens, ont défilé samedi à Londres pour demander la fin de l’invasion de l’Ukraine.



La foule s’est rassemblée à Trafalgar Square, dans le centre de la capitale britannique, brandissant des pancartes avec des inscriptions comme « Poutine tue » et « Embargo total contre la Russie » et criant « Arrêtez Poutine, arrêtez la guerre ! ». « Quand le dernier soldat ukrainien tombera, Poutine viendra pour vous mesdames et messieurs », proclamait une banderole géante.

15h55 : Des manifestants au Creusot, à Roanne et à Saint-Etienne

Au Creusot (Saône-et-Loire), plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans la matinée à l'appel du Collectif pour la Paix, en solidarité avec le peuple ukrainien. Ils étaient 500 à Saint-Etienne et autant à Roanne (Loire), selon la police.



 

15h51 : Des milliers de manifestants à Paris en soutien à l’Ukraine

Plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées samedi après-midi place de la République à Paris pour protester contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie et dire « non à la guerre en Europe ».

Des rassemblements de soutien à l’Ukraine sont prévus ce week-end dans plus d’une centaine de villes de France et de nombreuses capitales européennes, au dixième jour de l’invasion russe. Quelque 25.000 manifestants étaient attendus dans toute la France, a anticipé une source policière.



Des associations comme SOS-Racisme et des partis politiques tels que LREM, LR, EELV ou le PS ont appelé à rejoindre la manifestation parisienne. Le candidat écologiste à l’élection présidentielle Yannick Jadot et sa concurrente socialiste Anne Hidalgo ont prévu de s’y rendre.

15h46 : L’armée russe accusée de tirer sur des manifestants

Sur cette vidéo, on peut voir des manifestants ukrainiens à Novopskov, une ville située à 2h30 au nord de Louhansk. Des soldats russes semblent ensuite tirer sur la foule et toucher un civil.



 

15h35 : Une photo qui nous émeut

La photographie de cette maman, tenant la main de sa fille et portant un fusil à Kiev, près de la gare centrale, émeut beaucoup sur les réseaux sociaux ce samedi. 



 

15h29 : Boris Johnson réagit après l’attaque d’une équipe de journalistes

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a réagi à une embuscade dans laquelle est tombée une équipe de journalistes de SkyNews en Ukraine. Il a salué le « courage » de ces journalistes, alors que l’un d’entre eux a été blessé par balle par un commando russe. « Ils risquent leur vie pour s’assurer que la vérité soit dite », a souligné Boris Johnson qui assure que « la presse libre ne sera pas intimidée ou intimidée par des actes de violence barbares et aveugles ».



 

15h24 : Bombes à fragmentation

De nouvelles images de bombes à fragmentation sont diffusées sur les réseaux sociaux. Cette bombe a été lâchée dans la région de Mykolaïv, une ville située au nord-ouest de Kherson actuellement sous occupation russe. L’utilisation de bombes à fragmentation, dévastatrices sur les populations civiles, est un crime de guerre. Pour rappel, un pilote russe a été appréhendé dans la même zone ce samedi.



 

15h17 : « Boucliers humains »

L’évacuation de Marioupol a été reportée, la mairie accusant la Russie de ne pas respecter le cessez-le-feu. Moscou, de son côté, a affirmé l’avoir respecté et a accusé les « nationalistes » ukrainiens d’empêcher les civils de quitter les villes encerclées et de profiter de la trêve pour consolider leurs défenses.
« A Volnovakha et Marioupol, des couloirs humanitaires ont été ouverts quotidiennement, mais les (Ukrainiens) ont catégoriquement empêché toute tentative des civils de partir en direction du territoire de la Russie », a assuré le général russe Mikhaïl Mizintsev, le chef du Centre de contrôle de la défense nationale.
Il a aussi accusé les forces ukrainiennes d’utiliser les civils et les ressortissants étrangers se trouvant encore dans plusieurs villes en tant que « boucliers humains ».

15h10 : Un autre pilote russe capturé

Un avion russe a été abattu dans la région de Mykolaïv, une ville au nord-ouest de Kherson. Le pilote a été capturé vivant par les forces ukrainiennes.



 

15h04 : La chaîne publique italienne RAI suspend sa couverture depuis la Russie

La chaîne de télévision publique italienne RAI a annoncé samedi suspendre immédiatement sa couverture depuis la Russie en raison de la récente loi russe menaçant de lourdes sanctions pour toute diffusion d'« informations mensongères sur l’armée ».

« Suite à l’approbation de la loi qui prévoit de fortes peines de détention pour la publication d’informations considérées fausses par les autorités, la RAI suspend à partir d’aujourd’hui les services journalistiques de ses propres envoyés et correspondants dans la Fédération de Russie », indique un communiqué.

14h50 : Les scènes à Marioupol sont « déchirantes » affirme la Croix-Rouge

Le CICR a qualifié samedi de « déchirante » la situation à Marioupol, où l’évacuation des habitants a été reportée, appelant les parties à protéger les civils en Ukraine, qu’il y ait couloir humanitaire ou pas.

« Nous comprenons que les opérations de passage sécurisé depuis Marioupol et Volnovakha ne commenceront pas aujourd’hui. Nous continuons à dialoguer avec les parties au sujet du passage en toute sécurité des civils des différentes villes touchées par le conflit », a indiqué le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans un communiqué. « Les scènes qui se déroulent aujourd’hui à Marioupol et dans d’autres villes sont déchirantes », a ajouté l’organisation, dont le siège se trouve à Genève en Suisse.

14h40 : Une zone d’exclusion aérienne ferait des pays impliqués des cobelligérants, met en garde Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a souligné samedi que la Russie considérerait comme cobelligérant tout pays tentant d’imposer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine, une revendication de Kiev que l’Otan a rejetée.

« Nous allons considérer toute évolution en ce sens comme une participation au conflit armé de tout pays du territoire duquel une menace serait créée envers nos militaires », a-t-il dit au sujet d’une éventuelle « zone d’exclusion aérienne au-dessus du territoire de l’Ukraine ».

14h25 : Vladimir Poutine dit ne pas prévoir de décréter la loi martiale en Russie

La Russie ne prévoit pas d’introduire la loi martiale, a indiqué samedi le président Vladimir Poutine, en réponse à d’insistantes rumeurs en ce sens à cause du conflit en Ukraine.

« La loi martiale est mise en œuvre (…) en cas d’agression notamment dans les régions où des combats ont lieu. Nous n’avons pas une telle situation, et j’espère qu’elle n’interviendra pas », a-t-il dit, interrogé par des employées de la compagnie aérienne russe Aeroflot.

14h14 : Près de 1,37 million de personnes ont fui l’Ukraine depuis le 24 février, annonce l’ONU

Près de 1,37 million de personnes ont fui l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe il y a dix jours, selon les derniers décomptes de l’ONU ce samedi.

Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) recensait exactement 1.368.864 réfugiés sur son site Internet dédié à 12H15 GMT. Ce sont près de 160.000 de plus que lors du précédent pointage vendredi. Les autorités et l’ONU s’attendent à ce que le flot s’intensifie, l’armée russe continuant d’avancer en Ukraine, avec toujours de féroces combats autour de la capitale Kiev.

14h : Comment la France s’entraîne à se défendre face aux menaces spatiales de Russie et d’ailleurs

Alors que l’invasion russe en Ukraine se joue aussi sur le terrain du spatial, le Commandement de l’Espace français organisait jusqu’à ce vendredi un exercice de simulation contre les attaques baptisé AsterX. Notre journaliste Béatrice Colin vous explique tout dans son article et c’est à lire juste ici​.

13h40 : Londres appelle les Britanniques dont la présence n’est pas « essentielle » à quitter la Russie

Londres a appelé samedi les Britanniques dont la présence n’est pas « essentielle » à quitter la Russie, alors que les tensions s’aggravent en raison de la guerre en Ukraine. « Si votre présence en Russie n’est pas essentielle, nous vous conseillons vivement d’envisager de partir par les destinations commerciales encore disponibles », indique le site du Foreign Office.

13h35 : Les images hallucinantes d’une attaque contre des journalistes de Sky News

Une équipe de reporters de Sky News a survécu après avoir été attaquée, sur la ligne de front au nord-ouest de Kiev en Ukraine, selon une vidéo publiée par la chaîne de télévision et partagée par plusieurs journalistes sur Twitter.



 

13h22 : Les chaînes publiques allemandes ARD et ZDF suspendent leur couverture depuis la Russie

Les chaînes de télévision publique allemandes ARD et ZDF ont annoncé samedi la suspension temporaire de leur couverture depuis Moscou, le temps d'« examiner les conséquences » de la récente loi russe menaçant de sanctions pour toute diffusion d'« informations mensongères sur l’armée ».

Les deux émetteurs publics « suspendent pour l’instant les reportages depuis leurs studios de Moscou », indique un communiqué. Ils « continueront d’informer le public de manière exhaustive sur ce qui se passe en Russie et en Ukraine » depuis d’autres sites en dehors de la Russie.

13h07 : Aeroflot annule tous ses vols internationaux à partir du 8 mars

La compagnie aérienne russe Aeroflot a annoncé samedi la suspension de ses vols internationaux à partir du 8 mars, au moment où Moscou est frappé de plein fouet par des sanctions occidentales en lien avec l’Ukraine.

Cette décision, qui entrera en vigueur à minuit (lundi 21h00 GMT), est due aux nouvelles « circonstances qui entravent l’opération des vols », a déclaré dans un communiqué la compagnie, ajoutant que les liaisons intérieures et avec la Biélorussie seraient maintenues.

13h05 : Sans sa fille, le défenseur ukrainien de Manchester City Oleksandr Zinchenko serait allé se battre en Ukraine

Le défenseur ukrainien de Manchester City Oleksandr Zinchenko a expliqué samedi à la BBC que s’il n’y avait pas eu sa fille il serait parti se battre pour défendre son pays contre l’invasion russe. Plusieurs vedettes du sport, à la retraite ou en activité, comme le champion du monde de boxe poids lourds Oleksandr Usyk, ont pris les armes et, « je vais être honnête, s’il n’y avait pas eu ma fille, ma famille, je serais là-bas », a assuré le joueur de 25 ans.

« Je suis si fier d’être ukrainien et je le serai pour le reste de ma vie (…) Je connais mon peuple, la mentalité des gens de mon pays, ils préféreront mourir et ils vont mourir. Mais ils n’abandonneront jamais », a-t-il ajouté lors de l’entretien accordé à la chaîne de télévision britannique, à la veille du derby contre Manchester United, comptant pour la 28e journée de Premier League.

12h59 : Inditex (Zara) annonce suspendre ses activités en Russie

Le géant espagnol du vêtement Inditex, propriétaire de Zara, leader mondial de l’habillement, a annoncé samedi « suspendre temporairement son activité dans les 502 magasins » en Russie ainsi que sur le site d’achat du groupe en ligne dans le pays.

« Etant donné les circonstances actuelles, Inditex ne peut garantir la continuité des opérations et des conditions commerciales dans la Fédération de Russie », a annoncé le groupe dans un communiqué, précisant que la Russie représentait environ 8,5 % de son résultat d’exploitation.

12h57 : Des journalistes britanniques attaqués en Ukraine, un blessé par balle

Une équipe de télévision britannique a été attaquée en début de semaine aux alentours de Kiev et un des journalistes a été blessé par balle, a annoncé leur employeur, la chaîne de télévision Sky News. Leur voiture s’est trouvée prise sous les balles alors qu’elle se dirigeait vers la capitale ukrainienne lundi.

Le journaliste, Stuart Ramsay, a reçu une balle dans le bas du dos. Un cameraman, en s’enfuyant de la voiture, a également été touché de deux balles mais son gilet pare-balles l’a protégé. Les cinq membres de l’équipe, y compris le blessé, ont réussi à fuir et ont été rapatriés. Selon Sky News, un « commando de sabotage » russe est suspecté d’être responsable de l’attaque.

« Nous avons eu beaucoup de chance. Mais des milliers d’Ukrainiens meurent, et les Russes visent des familles. Nous étions dans une voiture banale lorsqu’ils nous ont attaqués », souligne le journaliste touché.

12h54 : L’invasion en Ukraine s’invite dans le dossier du nucléaire iranien

La Russie a réclamé à Washington la garantie que les sanctions la visant à cause de l’Ukraine ne concerneront pas sa coopération avec l’Iran, avant de relancer l’accord sur le nucléaire iranien, a indiqué samedi le chef de la diplomatie russe.

« Il y a des problèmes du côté russe », a dit Sergueï Lavrov en conférence de presse, « nous avons demandé à nos collègues américains des garanties écrites (…) que les sanctions ne toucheront pas à notre droit à une libre et entière coopération commerciale, économique, d’investissement et technico-militaire avec l’Iran ».

12h47 : Avion russe abattu, l’un des pilotes capturé

Un bombardier tactique russe Su-34 a été abattu par l’armée ukrainienne ce samedi matin. Les deux occupants ont été éjectés, on peut même voir leurs parachutes sur certaines vidéos. L’un des deux soldats russes est décédé lors de la frappe et le second a été capturé par les forces de Kiev.



 

12h42 : Les promesses « ambiguës »

L’historien néerlandais Luuk van Middelaar estime que l’Union Européenne doit éviter de faire des promesses « ambiguës » quant à une adhésion de l’Ukraine à l’UE. « C’est une idée mise sur la table bien trop légèrement », estime-t-il.

« Nous sommes en pleine guerre avec une puissance nucléaire, guerre dont l’un des enjeux dans l’esprit de l’agresseur est justement la place de l’Ukraine dans l’ordre continental, l’appartenance à l’UE, l’appartenance à l’Otan. Evitons de rendre une situation complexe encore plus complexe », déclare l’historien auprès de l’AFP.

12h36 : Tcherniguiv défigurée par les bombes

A chaque rafale de vent, des pans de murs, des bouts de meubles et des bris de verre se décrochent pour s'écraser au pied de ce qu'il reste des tours du centre de Tcherniguiv, éventrées la veille par un bombardement russe.

Tcherniguiv, ville clef du nord sur le chemin de l'incursion de la Russie vers Kiev, située à 120 km de la capitale, a tenu sept jours. Au huitième, les forces russes ont montré qu'il ne s'agissait plus de livrer bataille, ou d'accentuer la pression, mais d'écraser la ville, convoquant les images de désolation plus vues depuis Grozny en Tchétchénie et 1995.

12h28 : La guerre des étoiles

L’invasion en Ukraine se déplace aussi sur le terrain du spatial. Si on n’est pas encore dans une configuration de guerre spatiale, des signaux de menaces se multiplient, à l’instar de cette cyberattaque, certainement russe, dont a été victime un satellite privant de connexion l’Ukraine. Le Commandement de l’Espace français organisait jusqu’à ce vendredi un exercice de simulation contre les attaques. Notre journaliste Béatrice Colin vous explique tout dans son papier : Comment la France s’entraîne à se défendre face aux menaces spatiales de Russie et d’ailleurs  

12h22 : Erdogan va appeler Poutine à « mettre immédiatement fin » à la guerre

Le président turc Recep Tayyip Erdogan compte appeler son homologue russe Vladimir Poutine à « mettre immédiatement fin à la guerre » et proposer d’accueillir des pourparlers de haut niveau entre la Russie et l’Ukraine, lors d’un entretien téléphonique prévu dimanche, selon son porte-parole.

« Le président lui transmettra le message que nous répétons depuis le début : mettez immédiatement fin à cette guerre, donnez une chance au cessez-le-feu et aux négociations, établissons un couloir humanitaire et effectuons les évacuations », a affirmé samedi le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin lors d’une interview sur la chaîne turque privée NTV.

Recep Tayyip Erdogan appellera encore à des pourparlers « au niveau des dirigeants » entre la Russie et l’Ukraine qui pourraient avoir lieu en Turquie, a précisé le porte-parole.

12h18 : « Regagner des abris » à Marioupol

La municipalité de Marioupol a appelé les civils qui s’étaient rassemblés aux points de sortie de la ville de « regagner des abris ». « Des négociations sont en cours avec la Russie pour établir un [cessez-le-feu] et assurer la mise en place d’un couloir humanitaire », a ajouté la mairie.

12h11 : L’Ukraine brille aux Jeux Paralympiques

Avec trois titres olympiques décrochés samedi, les Ukrainiens ont dominé la première journée des Jeux paralympiques de Pékin, les regards étant toujours tournés vers l’invasion russe.

Vitalii Lukianenko en sprint (malvoyant), Grygorii Vovchynskyi (debout) et Oksana Shyshkova (malvoyant) ont tous trois ramené les premières médailles d’or pour la délégation ukrainienne, arrivée mercredi à Pékin après un long périple.

« Les médailles n’ont aucune importance, en comparaison de ce que vivent nos proches et les gens qui ont déjà souffert de la guerre » en Ukraine, a déclaré Oksana Shyshkova alors que Lukianenko a tenu à dédier sa médaille « aux gars qui protègent nos villes ».

12h08 : La responsabilité de l’Otan ?

Sur les réseaux sociaux, des internautes dénoncent le rôle de l’Otan, la jugeant pour partie responsable de l’invasion russe. Pour répondre aux différentes affirmations sur cette alliance créée en 1949, notre journaliste Lina Fourneau a interrogé Olivier Kempf, chercheur associé à la Fondation pour une recherche stratégique. Retrouvez cet entretien ici :

11h54 : L’évacuation de Marioupol « reportée »

L’évacuation des habitants de Marioupol, port stratégique ukrainien encerclé par les forces russes et leurs alliés, a été reportée à cause de multiples violations russes du cessez-le-feu, a accusé samedi la mairie.

L’évacuation des civils, qui devait commencer en fin de matinée, « est reportée pour des raisons de sécurité », car les forces russes « continuent de bombarder Marioupol et ses environs », a déclaré la municipalité sur Telegram.



 

11h50 : Zelensky parle au Premier ministre australien

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a discuté avec le Premier ministre australien Scott Morrison ce samedi. Le chef de l’Ukraine « continue à négocier avec [ses] partenaires » et à rappeler le risque d’un incident nucléaire, précise-t-il sur Twitter.



 

11h44 : Hélicoptère russe abattu

La vidéo d’un hélicoptère russe Mi-24 abattu en plein vol, a priori ce matin, par l’armée ukrainienne.



 

11h32 : Moscou continue à bombarder Marioupol malgré le cessez-le-feu

Malgré un cessez-le-feu officiel et des efforts pour évacuer la ville, l’adjoint au maire de Marioupol a déclaré à la BBC que les Russes bombardaient toujours la ville. « Il n’y a pas de cessez-le-feu à Marioupol et il n’y a pas de cessez-le-feu tout le long de la route. Nos civils sont prêts à s’échapper mais ils ne peuvent pas s’échapper sous les bombardements », a déclaré Serhiy Orlov à la BBC.

 

11h28 : Londres veut sanctionner « plus durement » les intérêts russes

Le gouvernement britannique a indiqué samedi vouloir renforcer son arsenal législatif pour sanctionner « plus durement et rapidement » les « élites corrompues » liées au régime du président russe Vladimir Poutine, après l’invasion de l’Ukraine.

Cette annonce survient alors que Londres est régulièrement critiqué, par l’opposition et des membres de la majorité conservatrice, pour ne pas lutter assez énergiquement contre les flux douteux d’argent russe affluant depuis des années au Royaume-Uni.

11h26 : Blinken arrive en Pologne

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken est arrivé en Pologne samedi pour des entretiens avec les hauts responsables de ce pays, qui accueille des centaines de milliers de réfugiés ukrainiens fuyant l’invasion russe.

Antony Blinken, plus haut responsable américain à se rendre en Pologne depuis le début de la guerre, doit s’entretenir avec le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et le ministre des Affaires étrangères Zbigniew Rau, à Rzeszow, près de la frontière avec l’Ukraine. Plus de 780.000 personnes ont fui l’Ukraine pour se réfugier en Pologne depuis le début de l’invasion, le 24 février.

11h22 : Avion russe abattu

Alors que le ministère de la Défense ukrainien a annoncé la destruction d’un avion russe dans la banlieue de Tchernihiv, au nord de Kiev, des vidéos circulent. Il s’agirait de l’avion que le gouvernement ukrainien évoquait un peu plus tôt.



 

11h17 : Le Kremlin défend sa loi restrictive pour faire face à une « guerre de l’information »

Le Kremlin a défendu samedi la « fermeté » nécessaire de sa loi réprimant « les informations mensongères » sur l’armée russe pour faire face à une « guerre de l’information » menée selon lui contre la Russie en lien avec le conflit en Ukraine.

« Dans le contexte de la guerre de l’information, il fallait adopter une loi dont la fermeté était adaptée, ce qui a été fait », a dit le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov, au lendemain de l’entrée en vigueur de cette loi réprimant de lourdes peines la diffusion de toute information jugée mensongère sur l’armée russe.

11h13 : Plus sur le blindé de transport russe de Kherson

De nouvelles informations de Kherson et le blindé de transport russe. En réalité, un manifestant a sauté sur le véhicule militaire pour brandir le drapeau ukrainien.



 

11h10 : A Kherson, manifestation et vol de tank

La ville de Kherson, proche de la Crimée, est toujours le théâtre de manifestations. De nombreux Ukrainiens protestent contre l’occupation de leur ville, actée par l’armée russe jeudi. Des vidéos semblent montrer que certains citoyens sont parvenus à subtiliser un tank russe et défilent avec, un drapeau ukrainien en main.

 

11h04 : Un avion russe abattu

Le ministère de la Défense ukrainien a annoncé il y a quelques minutes la destruction d'un avion russe dans la banlieue de Tchernihiv, au nord de Kiev. 



 

10h59 : Environ 10.000 soldats russes tués d’après Kiev

Le ministère des Affaires étrangères ukrainien a publié un nouveau bilan, au dixième jour de l’invasion russe. D’après celui-ci, environ 10.000 soldats russes ont été éliminés en Ukraine. Mais aussi 39 hélicoptères, 40 avions et 269 tanks. De son côté, le dernier bilan annoncé par Moscou était de 2.870 morts côté ukrainien et 498 côté russe. Pour le moment, le bilan est impossible à vérifier de manière indépendante.



 

10h51 : Le cessez-le-feu pas encore respecté

Les autorités ukrainiennes ont affirmé ce samedi que les combats se poursuivaient malheureusement le long de certaines parties des couloirs d’évacuation convenus entre Kiev et Moscou depuis Marioupol. Les négociations sont encore en cours avec la Russie.



 

10h47 : Reporter sans frontière saisit la Cour pénale internationale

L’association Reporters sans frontières (RSF) a annoncé ce samedi saisir la Cour pénale internationale (CPI) après la frappe mardi d’un missile russe contre la tour de télévision de Kiev, dénonçant « un crime de guerre ».

« Le 4 mars, RSF a déposé plainte auprès du procureur de la Cour pénale internationale (CPI) pour les crimes de guerre commis par les forces russes en Ukraine. Depuis le début de l’agression de l’Ukraine le 24 février, l’armée russe a bombardé délibérément plusieurs antennes de télévision à travers le pays », écrit l’organisation dans un communiqué.

Selon RSF, qui cite son partenaire local IMI, « au moins trois autres tours de radiotélévision ont été ciblées par des bombardements, à Korosten, Lysychansk et Kharkiv et deux antennes de radiodiffusion ont stoppé leur émission après que les militaires russes en ont pris le contrôle, à Melitopol et Kherson ».

10h41 : « Aidez à défendre l’Ukraine »

Kiev a lancé un site web pour les étrangers souhaitant l’aider à défendre sa liberté et son intégrité territoriale alors que la Russie a envahi le pays. « Il contient toutes les informations nécessaires pour les ressortissants étrangers qui souhaitent rejoindre la Légion internationale de défense d’Ukraine », précise le ministère ukrainien de la Défense.



 

10h35 : Accueil à géométrie variable à Calais

« Merci la France ! » : à Calais, ultime étape avant l’Angleterre, les réfugiés ukrainiens saluent la solidarité dont ils bénéficient, entre hébergement, aide de la population et services consulaires britanniques. Un accueil dont les migrants non-européens, dans les camps avoisinants, rêvent de profiter un jour.

« La situation ukrainienne le prouve : il est possible de décider d’accueillir dignement », s’émeut l’association Utopia 56, mobilisée dans l’assistance aux personnes exilées.



 

10h28 : Bombardement de rails

De nombreux observateurs ont rapporté ce samedi la destruction de rails dans la banlieue de Kiev, empêchant la circulation des trains. Les civils vont donc devoir évacuer en bus.



 

10h17 : Pourquoi la prise de Marioupol est stratégique

La prise de Marioupol, assiégée et bombardée par les Russes depuis près d’une semaine, et largement privée ces derniers jours d’électricité, de nourriture et d’eau notamment, serait un important tournant dans le conflit.

Elle permettrait en effet, à l’est, la jonction entre les forces russes venues de la Crimée annexée, qui ont déjà pris les ports clés de Berdiansk et Kherson, et les troupes séparatistes et russes dans le Donbass. En 2014, Marioupol, ville de quelque 450.000 habitants située sur la mer d’Azov, avait résisté aux assauts des forces prorusses venues de Donetsk notamment.

10h12 : Manifestation à Kherson

Kherson, où vivent près de 300.000 Ukrainiens, a été prise jeudi par l’armée russe. Mais dans cette ville proche de la Crimée, les habitants continuent à résister et des vidéos de manifestations hostiles à l’occupation russe circulent sur les réseaux sociaux. Sur cette vidéo, on peut voir des citoyens ukrainiens protester face à des soldats russes qui tentent de disperser les habitants en tirant des coups de feu en l’air.



 

10h06 : Haas rompt avec son sponsor russe

L’écurie américaine de Formule 1 Haas a décidé de mettre fin « avec effet immédiat » au partenariat avec son sponsor titre russe Uralkali et au contrat de pilote de Nikita Mazepin, lui aussi russe, en raison du conflit en Ukraine, a-t-elle annoncé samedi.

« Comme le reste de la communauté de la Formule 1, l’équipe est choquée et attristée par l’invasion de l’Ukraine et souhaite une fin rapide et pacifique au conflit », écrit l’équipe dans un communiqué.

10h03 : Hymne ukrainien « version heavy metal » pour Gazprom

Olivier Laurelli, un blogueur français et l’un des cofondateurs du site d’informations Reflets.info, dit s’être attaqué à l’infrastructure web de Gazprom et avoir réussi à diffuser sur une radio du géant pétrolier russe l'« hymne ukrainien version heavy metal », puis un discours du président Zelensky.

L’entreprise a dû débrancher le serveur, « car ils n’avaient plus la main dessus », raconte-t-il. « Les gens là-bas ne savent pas ce qu’il se passe en Ukraine », justifie-t-il, reconnaissant également agir pour « faire rire et distraire ».

09h54 : Retour au pays pour prendre les armes

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov, a déclaré ce samedi que 66.224 hommes ukrainiens étaient revenus de l’étranger pour rejoindre la lutte contre l’invasion russe. « C’est le nombre d’hommes qui sont revenus de l’étranger pour le moment pour défendre leur pays contre la horde. Ce sont 12 brigades de combat et motivées de plus ! Ukrainiens, nous sommes invincibles », a déclaré Oleksii Reznikov sur Twitter.



 

09h49 : Soutiens de la Premier League dissimulés en Chine

Les détenteurs chinois des droits de la Premier League anglaise ne diffuseront pas le championnat de football d’Angleterre ce week-end, plusieurs témoignages de soutien à l’Ukraine étant prévus par les clubs anglais et leurs joueurs.

Pékin est très frileux dans ses réactions à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, refusant depuis le début de condamner les actions de Moscou. Les deux présidents, Xi Jinping et Vladimir Poutine avaient déclaré le mois dernier à Pékin que leur amitié était « sans limites ».

09h42 : « Rentrez chez vous ! »

A Melitopol, une ville de plus de 150.000 habitants proches de la Crimée, les civils s’opposent à l’occupation russe. Sur cette vidéo, on peut les voir s’approcher des soldats de Moscou qui tirent en l’air pour tenter de disperser la foule qui leur crie de rentrer chez eux.



 

09h35 : Demandes répétées d’une zone d’exclusion aérienne

Kiev continue à réclamer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine. Les membres de l’Otan ont rejeté vendredi la demande de Kiev, craignant qu’une telle décision les entraîne de facto dans une guerre avec la Russie. Mais le gouvernement ukrainien continue à implorer les Occidentaux de réagir.

« L’Ukraine possède 15 centrales nucléaires. C’est un énorme danger pour toute l’Europe. Si la Russie fait exploser une centrale, ce sera une catastrophe pour toute l’Europe », a martelé ce samedi matin le Centre pour les communications stratégiques et la sécurité de l’information de l’Ukraine.



 

09h26 : Street-art de soutien

On vous partage cette fresque murale, faite à Paris par street-artist Seth. Elle représente une fillette portant un drapeau ukrainien et marchant sur des tanks. « Pour mes amis ukrainiens », a commenté l’artiste en postant cette image​ pour la première fois mardi.



 

09h21 : Anniversaire de la mort de Staline

Alors que Moscou a décidé d’envahir l’Ukraine et bombarde le pays depuis plus d’une semaine, le compte twitter officiel du pays a encouragé ses followers à fêter l’anniversaire de la mort de Staline. « Joyeux jour de la mort de Staline ! », a écrit le compte de l’Ukraine ce samedi matin.



 

09h16 : Un cessez-le-feu de quelques heures

L’évacuation des civils va débuter à Marioupol, alors que cette ville de l’est de l’Ukraine est encerclée par les forces russes qui envahissent le pays. D’après la mairie, le cessez-le-feu avec la Russie sera en vigueur samedi de 10 heures à 16 locales (9h-15h, heure française). Le couloir d’évacuation des civils mène à la ville ukrainienne de Zaporojie, 220 kilomètres au nord-ouest.

09h06 : Plus de 840 enfants blessés

Le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense de l’Ukraine Oleksiy Danilov a affirmé que depuis le début de l’invasion russe, plus de 840 enfants ont été blessés en Ukraine.



 

9 heures : Appel à manifester

Le gouvernement ukrainien continue à appeler à une mobilisation ce samedi. Le ministère de la Défense a publié un clip ce matin appelant à des rassemblements pour demander la fin de la guerre et l’interdiction du survol de l’Ukraine parce qu’ils « veulent prendre votre patrie ».

08h53 : Les sirènes de Dnipropetrovsk

Les sirènes de Dnipropetrovsk sonnent ce matin pour alerter la population civile de bombardements. La ville se trouve à l’ouest de Donestk, un territoire aux mains des séparatistes pro-russes. De nombreuses autres villes d’Ukraine sont en alerte ce matin, touchées par des tirs russes.



 

08h46 : PayPal suspendu en Russie

Le géant des paiements en ligne PayPal ne fonctionne plus en Russie ce samedi. Après avoir exclu certains utilisateurs de ses services et refusé de nouveaux clients sur le territoire de Vladimir Poutine, l’entreprise a finalement décidé de suspendre ses activités en Russie ce samedi.

L’entreprise « se tient aux côtés de la communauté internationale pour condamner la violente agression militaire de la Russie en Ukraine », a ajouté le chef de la direction Dan Schulman dans un communiqué, cité par Reuters.



 

8h43 : L’évacuation des civils de Marioupol débutera à 10 heures

La mairie de la ville ukrainienne de Marioupol a annoncé samedi le début en fin de matinée de l’évacuation des civils de ce port stratégique de la mer d’Azov encerclé par les forces russes et prorusses.

« L’évacuation de la population civile commencera à 11 heures [10 heures, heure française] », a indiqué la mairie, à la suite d’un accord de cessez-le-feu temporaire avec la Russie.

08h36 : Puissance de destruction

D’après le ministère de la Défense ukrainien, l’armée de Kiev a éliminé 39 avions russes et 40 hélicoptères depuis le début de l’invasion. De son côté, Moscou avait estimé le nombre de soldats russes tués à 498 ce mercredi, un nombre bien inférieur à ce qu’affirmait Kiev qui établissait les pertes russes à 9.000 ce jeudi.



 

08h32 : Coup d’œil dans le rétro

L’invasion de la Russie continue en Ukraine. Et si vous n’avez pas tout suivi vendredi, pas de panique. Vous pouvez rattraper les évènements de la journée d’hier en lisant notre récap'. C’est ici : Un neuvième jour de conflit entre nucléaire, accusation de viols et espoir de négociations

08h28 : De Paris à Besançon

Des manifestations comme des collectes sont organisées dans tout l’Hexagone en soutien aux Ukrainiens sous les bombes de Moscou. A Besançon, un impressionnant convoi humanitaire citoyen, lancé par le boulanger Stéphane Ravacley, va s’élancer ce samedi soir pour venir en aide aux réfugiés ukrainiens.

15 camions et camionnettes prêtés via le bouche-à-oreille s’élanceront dans un périple de 2.500 kilomètres jusqu’à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine, en passant par Varsovie. Le cortège acheminera plus de 200 m3 de nourriture (pâte, riz, lait pour bébé…), de produits d’hygiène (couches, serviettes hygiéniques…), de matériel médical (médicaments, bandes, pansements…), de couvertures et d’autres biens de première nécessité pour les victimes de la guerre.

08h21 : Rassemblement à Paris

Un rassemblement est prévu dans la capitale française en soutien aux Ukrainiens ce samedi à 15 heures. Il partira de Place de la République, précise l’ambassade d’Ukraine en France. « Lyon, Paris… Tout le monde parmi vous est un Ukrainien aujourd’hui », a déclaré Volodymyr Zelensky, appelant à des rassemblements de soutien en Europe alors que son pays est envahi par la Russie.



 

08h15 : Cessez-le-feu à Marioupol

La Russie a annoncé samedi un cessez-le-feu pour permettre l’évacuation des civils de deux villes de l’est de l’Ukraine, dont le port stratégique de Marioupol encerclé, après des concertations entre des représentants de Kiev et Moscou.

A partir de 8 heures, « la partie russe déclare un régime de silence [des armes] et l’ouverture de couloirs humanitaires pour l’évacuation des civils de Marioupol et Volnovakha », a déclaré le ministère russe de la Défense, cité par les agences de presse russes.

Le ministère a précisé que l’emplacement des couloirs humanitaires et des points de sortie avaient été déterminés en accord avec les autorités ukrainiennes, selon les agences.

Bienvenue dans ce nouveau live de la rédaction de « 20 Minutes », mobilisée 24h/24. Au dixième jour de l’invasion russe, l’Ukraine continue de subir des bombardements nourris de Moscou. A l’est du pays, le port stratégique de Marioupol est soumis à un « blocus » des forces russes. Moscou a mis en place de nouvelles restrictions à l’information sur son territoire. En bloquant Facebook, restreignant Twitter et en passant une nouvelle loi ciblant les médias indépendants, Vladimir Poutine espère contrôler le fil narratif de la guerre en Ukraine.