Guerre en Ukraine : La Russie bloque Facebook et punit de prison les « mensonges » sur l’armée

PROPAGANDE Moscou a également restreint Twitter pour tenter de gagner la guerre de la propagande

20 Minutes avec AFP
— 
Guerre en Ukraine: La Russie ordonne le blocage de Facebook et restreint Twitter — 20 Minutes

En une dizaine de jours, la Russie est passée d'un régime autoritaire à une autocratie. Moscou a bloqué vendredi Facebook, restreint l'accès à Twitter et procédé à un sévère tour de vis contre les médias, introduisant de lourdes peines de prison pour toute diffusion d'«informations mensongères sur l'armée», en pleine invasion de l'Ukraine.

Les mesures prises renforcent l'arsenal des autorités pour contrôler le récit qu'elles font à la population russe de l'invasion de l'Ukraine, présentée comme une opération limitée visant à protéger les Ukrainiens russophones d'un «génocide».

Un amendement introduit diverses peines pouvant aller jusqu'à 15 ans de prison en cas de propagation d'informations visant à «discréditer» les forces armées russes. Un deuxième prévoit des sanctions pour les «appels à imposer des sanctions à la Russie», confrontée à de dures mesures de rétorsion occidentales pour son invasion de l'Ukraine.

Ces textes, qui s'appliquent à la fois aux médias et aux particuliers russes comme étrangers, sont entrés en vigueur après l'approbation par le Parlement russe et la ratification du président Vladimir Poutine tard dans la soirée.

Les médias étrangers font leurs valises

Le journal russe indépendant Novaïa Gazeta a indiqué se voir «obligé de supprimer de nombreux contenus» pour éviter les sanctions, mais vouloir «continuer à travailler». A l'international, l'agence Bloomberg News et la BBC (radiotélévision publique britannique) ont annoncé suspendre l'activité de leurs journalistes, et la chaîne américaine d'informations CNN la diffusion de ses programmes en Russie.

La nouvelle loi «semble écrite pour faire de chaque journaliste indépendant un criminel, par simple association, ce qui rend impossible de continuer à faire vivre un semblant de journalisme dans le pays», a déclaré John Micklethwait, le rédacteur en chef de Bloomberg. La BBC continuera à informer en russe depuis l'extérieur du pays.

Facebook bloqué

Vendredi, le régulateur des médias Roskomnadzor a par ailleurs ordonné le blocage immédiat de Facebook, l'accusant de «discriminer» des médias russes tels que la télévision du ministère de la Défense Zvezda ou l'agence de presse Ria Novosti.

Le réseau social en Russie ne fonctionnait plus sans VPN, et le groupe américain a confirmé en déplorant que des «millions de Russes ordinaires seront bientôt privés d'informations fiables».

Le régulateur a aussi commencé à «restreindre l'accès» à Twitter mais la plateforme a indiqué à l'AFP «ne pas voir de différence significative pour l'instant» avec les difficultés d'accès déjà rencontrées depuis une semaine.

L'autorité avait auparavant annoncé avoir restreint l'accès à la BBC, à la radiotélévision internationale allemande Deutsche Welle (DW), au site russe indépendant Meduza (basé à Riga, en Lettonie), à Radio Svoboda, antenne russe de RFE/RL, à Voice of America et à d'autres sites d'information non nommés.

Sur place, la chaîne de télévision indépendante par internet Dojd avait annoncé jeudi la suspension de son activité, et l'emblématique station de radio Ekho Moskvy (Echo de Moscou) sa dissolution après le blocage de leurs sites.