Guerre en Ukraine : Le gouverneur de Floride estime que la France n’aurait pas résisté à la Russie et créé la polémique

CRITIQUE L’ancien poulain de Donald Trump est une star montante du parti républicain, et critiquait le discours sur l’Union de Joe Biden lorsqu’il s’est exprimé sur l’Ukraine

X.R.
— 
Le gouverneur de Floride Ron DeSantis.
Le gouverneur de Floride Ron DeSantis. — John Raoux/AP/SIPA

Jean Moulin​ aurait moyennement apprécié la remarque. Au beau milieu d’une conférence de presse durant laquelle il a réagi au discours sur l’Union du président Joe Biden, durant lequel il a assuré « s’être endormi », le gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis a glissé une petite remarque sur la résistance opposée à l’armée russe par les Ukrainiens… en ciblant la France : « Vous vous imaginez si Poutine avait envahi la France, est-ce qu’ils auraient résisté ? Probablement pas. » Le gouverneur a ainsi repris à son compte un cliché américain sur la supposée lâcheté des Français, particulièrement en vogue outre-Atlantique après le refus français d’accompagner les Etats-Unis dans l’invasion de l’Irak, en 2003.


La tirade a aussitôt suscité son lot de commentaires sur les réseaux sociaux. Au-delà d’un évident problème de géographie européenne, le républicain, rival de Donald Trump dont il partage les saillies médiatiques, se voit reprocher son manque d’éducation en histoire. « Vous montrez juste votre ignorance sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale », s’agace un internaute, tandis qu’un autre twittos fait fleurir un gif « Please stop talking » sur le hashtag #FrenchResistance.

Le poulain devenu rival de Trump

Ron DeSantis, soutenu par le président Donald Trump lorsqu’il a brigué son mandat de gouverneur de Floride, a connu une forte popularité au début de sa prise de fonction, en prolongeant des mesures en faveur de l’éducation, en adoptant une loi pour préserver l’environnement fragile de Floride (notamment en interdisant la fracturation hydraulique dans les Everglades) ou en légalisant le cannabis thérapeutique.

Mais sa réaction tardive face à l’épidémie de Covid-19 a été critiquée, et il s’est brouillé avec Donald Trump après l’élection américaine. Désormais l’une des stars montantes du parti républicain, Ron DeSantis a récemment porté la loi « Don't Say Gay », qui interdit d’évoquer les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre à l’école en Floride. Il a aussi déclenché une polémique en refusant de condamner une manifestation néo-nazie, sa porte-parole Christina Pushaw remettant en cause l’idéologie réelle des manifestants. « Savons-nous seulement si ce sont réellement des nazis ? », a-t-elle écrit, avant d'effacer son tweet.