Guerre en Ukraine: La sécurité nucléaire «garantie» dans la centrale ukrainienne attaquée par la Russie

CONFLIT Revivez les événements du jeudi 3 mars sur la guerre menée par la Russie en Ukraine

P.B., X.R. et M.F
— 
Un incendie s'est déclaré à la centrale nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine, après des tirs russes, le 4 mars 2022.
Un incendie s'est déclaré à la centrale nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine, après des tirs russes, le 4 mars 2022. — ?????????? ???

L’ESSENTIEL

  • La seconde semaine du conflit débute, et l’armée russe a pris le contrôle de la ville de Kherson, dans le sud de l’Ukraine.
  • Malgré les bombardements, les pourparlers pour tenter de négocier un cessez-le-feu le feu reprennent ce jeudi.
  • Selon l’ONU, un million de réfugiés ont fui l’Ukraine en une semaine.

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

4h30 : C'est l'heure de la bascule vers le nouveau live

Pour suivre les événements de vendredi, c'est par ici

3h45 : Boris Johnson demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU

Qui devrait avoir lieu ce vendredi.

3h25 : Zelensky accuse Moscou d'avoir recours à la «terreur nucléaire»

Le président ukrainien a accusé Moscou de recourir à «la terreur nucléaire» et de vouloir «répéter» la catastrophe de Tchernobyl, après le bombardement d'une centrale nucléaire dans le centre de l'Ukraine, en pleine invasion russe. «Nous alertons tout le monde sur le fait qu'aucun autre pays hormis la Russie n'a jamais tiré sur des centrales nucléaires. C'est la première fois dans notre histoire, la première fois dans l'histoire de l'humanité. Cet Etat terroriste a maintenant recours à la terreur nucléaire», a-t-il affirmé dans une vidéo publiée par la présidence ukrainienne.

3h10 : Citation plus longue sur la « sécurité nucléaire garantie »

Les autorités ukrainiennes ont indiqué avoir pu envoyer des pompiers à la centrale nucléaire de Zaporijjia, où un incendie s’est déclaré après des tirs russes, assurant que la sécurité nucléaire des lieux était maintenant assurée. « Le directeur de la centrale a indiqué que la sécurité nucléaire est maintenant garantie. Selon les responsables de la centrale, un bâtiment pour les formations et un laboratoire sont touchés par un incendie », a indiqué sur Facebook Oleksandre Staroukh, chef de l’administration militaire de la région de Zaporijjia.

2h55 : Biden a parlé à Zelensky au téléphone de la centrale nucléaire

Pas encore de résumé de ce qu'ils se sont dit.

2h50 : La sécurité nucléaire de la centrale «garantie»

Visiblement, la situation est sous contrôle, selon les autorités ukrainiennes.

2h35 : L'incendie au niveau d'un bâtiment administratif près d'un réacteur inactif

Selon un responsable militaire de la région, les pompiers ont enfin pu entrer sur site. Un autre responsable ukrainien affirme que l'incendie est au niveau d'un bâtiment administratif près d'un réacteur inactif. Il contient tout de même du combustible nucléaire, donc un risque de fuite s'il était endommagé n'est pas exclu, mais une catastrophe avec une fusion du coeur du réacteur est improbable.

2h15 : Vue aérienne des lieux

Via Google Earth.



 

1h50 : Un tir russe a touché une «unité» de la centrale

Un tir russe a touché une «unité» de la centrale nucléaire de Zaporijjia, selon un porte parole. Sans précision, on ne sait pas s'il parle de l'un des 6 réacteurs. Selon le maire, les pompiers ne peuvent pas intervenir à causer des tirs russes. Les réacteurs sont construits pour résister à un crash d'avion, mais une coupure d'électricité et des générateurs de secours endommagés pourraient empêcher le processus de refroidissement et mener à une catastrophe.

1h40 : Le ministre des Affaires étrangères appelle la Russie à cesser ses tirs sur la centrale

Le ministre des Affaires étrangères ukrainien appelle l’armée russe à arrêter ses tirs immédiatement. Si la centrale nucléaire explose, « ça sera 10 fois plus gros que Tchernobyl »



 

1h30 : Fumée près d'un autre bâtiment annexe


 

1h20 : La fumée et des projectiles visibles en vidéo

La centrale nucléaire a une livecam sur Youtube. A 1h34 (0h34 h de Paris), on voit plusieurs projectiles qui ressemblent davantage à des fusées éclairantes qu’à des missiles atterrir près de la centrale, avec de la fumée qui se dissipe.



 

1h10 : Incendie à la centrale nucléaire de Zaporijjia après des tirs russes

Le maire d'une ville voisine d'Energodar affirme qu'il y a un incendie à la centrale nucléaire de Zaporijjia (Zaporizhzhya)  après des tirs russes. Un porte-parole de la centrale a confirmé, sans apporter de précision sur le lieu.



 

0h15 : Combats «violents» près de la centrale nucléaire

Des combats violents en cours avec des blessés près de la centrale nucléaire de Zaporijjia indique le maire de la ville voisine d'Energodar sur Telegram.

23h50 : La plus grande centrale nucléaire d'Europe menacée

Des troupes russes se trouvent près de Zaporijjia (Zaporizhzhia), à 200 km au sud de Dnipro, où se trouve la plus grande centrale nucléaire ukrainienne (et d'Europe).



 

23h30 : Les Tchèques autorisés à se battre pour l'Ukraine

Les Tchèques qui voudraient rejoindre l'Ukraine pour participer à la lutte contre l'invasion russe n'encourront aucune sanction, ont décidé jeudi soir les dirigeants tchèques. "Nous pouvons garantir l'immunité au moyen d'une grâce présidentielle", a indiqué à la presse le Premier ministre Petr Fiala après une rencontre avec le président Milos Zeman. La loi punit de peines allant jusqu'à cinq ans de prison les Tchèques qui combattraient dans les rangs d'une armée étrangère. Ils doivent, le cas échéant, demander une autorisation spéciale au président. Quelque 300 demandes en ce sens auraient déjà été déposées, et une centaine auprès du ministère de la Défense.

23h05 : Des images du bombardement de Tcherniguiv

Selon les autorités ukrainiennes, les bombardements russes ont fait au moins 33 morts dans cette ville du nord de Kiev.



 

22h50 : La note de la Russie sur sa dette abaissée à CCC par S & P

L’agence de notation financière S & P Global Ratings a abaissé jeudi la note accordée à la la Russie à « CCC- » et prévenu qu’elle pourrait la dégrader encore dans la mesure où les sanctions imposées au pays accroissent le risque de non-remboursement de sa dette. « Le conflit militaire entre la Russie et l’Ukraine a déclenché une nouvelle série de sanctions gouvernementales de la part des pays du G7, notamment celles visant les réserves de change de la Banque centrale de Russie », qui étaient jusqu’à présent un atout dans la solidité financière du pays, a justifié l’agence dans un communiqué.

22h27 : Washington et Londres sanctionnent des oligarques russes de premier plan

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont inscrit jeudi de nouveaux oligarques proches du Kremlin sur leur liste noire dans l’espoir d’augmenter la pression sur Vladimir Poutine pour qu’il cesse sa guerre « brutale » en Ukraine, au moment où certains milliardaires russes commencent à prendre leurs distances. Le président américain Joe Biden a accusé les oligarques de « s’en mettre plein les poches avec l’argent des Russes pendant que les Ukrainiens se cachent dans le métro pour échapper aux tirs aveugles de missiles ». Il a affirmé qu’il s’agissait de « maintenir » sur Moscou la « campagne de pression économique la plus forte et unie de l’histoire ».

22h06 : Le prince héritier saoudien propose sa médiation à Poutine

Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a proposé lors d’un entretien téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine sa médiation pour mettre fin à la guerre en Ukraine, a rapporté jeudi l’agence de presse officielle saoudienne (SPA). Une semaine après le début de l’invasion russe de l’Ukraine, le dirigeant de facto de la monarchie du Golfe a appelé à trouver une « solution politique » au conflit. Le royaume est « prêt à faire l’effort pour faciliter une médiation entre les deux parties », a-t-il déclaré selon SPA.

21h42 : L’assureur italien Generali annonce son retrait progressif de la Russie

Le numéro un de l’assurance en Italie, Generali, a annoncé jeudi son retrait progressif de la Russie, avec la fermeture de sa représentation à Moscou et le prochain arrêt de l’activité de sa filiale d’Europ Assistance. L’assureur suit ainsi l’exemple de nombreuses multinationales qui ont coupé les ponts avec Moscou après l’invasion de l’Ukraine. Le groupe s’est retiré aussi du conseil d’administration de l’assureur russe Ingosstrakh, dont il détient une part de 38,5 %.

21h35 : Le Kiev City Ballet trouve refuge au Châtelet à Paris

Le Kiev City Ballet, qui était en tournée en France, sera accueilli en résidence au Théâtre du Châtelet à Paris, en raison de l’invasion russe en Ukraine, a annoncé jeudi la maire de la ville Anne Hidalgo. « Actuellement à Paris, le Kiev City Ballet a exprimé son souhait de rester pour le moment en France afin de continuer à travailler, à répéter et à faire vivre leur art », a twitté Anne Hidalgo. « À ma demande, le Théâtre du Châtelet les accueillera en résidence, autant de temps que le ballet le souhaitera », a complété la maire, par ailleurs candidate à l’élection présidentielle.

21h33 : Scholz demande à Schröder de quitter ses fonctions

 

Le chancelier allemand Olaf Scholz a enjoint jeudi l’ancien dirigeant Gerhard Schröder à démissionner de ses postes au sein de grands groupes russes alors que ce dernier a été lâché par une partie de son entourage en raison de ses liens étroits avec Vladimir Poutine. « Je ne pense pas qu’il soit juste que Gerhard Schröder exerce ces fonctions et je pense aussi qu’il serait juste qu’il se retire », a affirmé le chancelier sur la chaîne publique ZDF. Interrogé pour savoir si cela nuit au Parti social-démocrate (SPD) dont ils sont tous deux représentants, le chef du gouvernement a assuré : « Tout le monde sait que nous ne sommes pas d’accord avec » les positions de M. Schröder concernant la Russie.

20h52 : Florence Parly ira en Roumanie dimanche

La ministre des Armées y rencontrera quelque 500 militaires envoyés par la France dans le pays.

20h14 : Ceux qui n’ont rien suivi au conflit en cours en Ukraine levez le doigt

Puis rabaissez-le directement vers ce lien juste là ​qui vous emmènera directement vers notre récap de la journée avec les infos essentielles à retenir.

 

20h09 : Le Royaume-Uni sanctionne les oligarques russes Alisher Usmanov et Igor Chouvalov

Alisher Usmanov est Président du conseil d’administration Fédération internationale d’escrime et sa fortune était estimée à 14,4 milliards de dollars en 2015.

Igor Chouvalov est l’ancien vice-Premier ministre du gouvernement russe.

20h03 : On a aussi suivi les saisies et contrôles de yachts de milliardaires russes dans les ports français

A la Ciotat et  à Monaco 

 

20 heures : On a suivi l’arrivée des premiers réfugiés ukrainiens à Marseille

 

19h42 : La guerre en Ukraine « durera probablement longtemps », selon le président allemand
19h17 : Les prix du blé et du maïs européens bondissent de plus de 20 euros

Le blé meunier et le maïs ont connu une nouvelle flambée des cours sur le marché européen, clôturant respectivement à 381,75 euros et 379 euros. Un bond de plus de vingt euros sur la séance.

18h46 : L’Ukraine et la Russie s’accordent sur des « couloirs humanitaires » pour l’évacuation des civils

C’est un conseiller de la présidence ukrainienne qui l’a annoncé à l’issue de la deuxième session de négociations. « Malheureusement, il n’y a pas encore les résultats escomptés pour l’Ukraine. Il n’y a qu’une solution pour organiser des couloirs humanitaires », a écrit sur Twitter Mikhaïlo Podoliak, un membre de la délégation ukrainienne.

 

18h09 : Pourquoi Poutine a-t-il Kherson et Kharkiv dans le viseur ?

Respectivement deuxième ville d’Ukraine et siège de la construction navale, Kharkiv et Kherson essuient les bombardements russes depuis cette nuit. On vous explique tout sur ces deux villes juste en dessous.

 

18 heures : Vladimir Poutine annonce l’envoi de renforts en Ukraine pour « protéger les civils »

Vladimir Poutine a assuré dans une prise de parole à la télévision russe, lors d'une réunion de son conseil de sécurité, que l’opération militaire en Ukraine « se déroule selon le plan ».

17h58 : Poutine assure que ce sont les « fascistes » ukrainiens qui attaquent les civils

« Ce sont les nationalistes ukrainiens qui utilisent des tanks et des missiles »

17h57 : Poutine assure que « les nationalistes sont partout en Ukraine »

Le Président russe a affirmé combattre « les néonazis » en Ukraine. Les Russes et les Ukrainiens sont « un seul peuple », a-t-il encore assuré.

17h39 : La Moldavie a officiellement déposé sa candidature à l’UE
17h37 : Le bilan s’alourdit à Tcherniguiv

Le bombardement de la ville a au moins fait 33 morts.

17h32 : Ces jeunes ukrainiens qui décident d’entrer en guerre

20 Minutes a interrogé une historienne spécialiste de l’expérience enfantine de la guerre pour nous parler du phénomène des ados combattant en Ukraine.

 

17h19 : Washington va imposer de nouvelles sanctions contre des oligarques russes

Les Etats-Unis vont agrandir la liste des oligarques russes contre qui s’appliquent leurs sanctions, afin de s’aligner sur la liste noire de l’UE. Les nouvelles sanctions vont inclure une interdiction d’entrée sur le sol américain, ainsi que des mesures pour empêcher les oligarques de transférer leurs avoirs aux membres de leur famille.

17h13 : Le monde la musique encore touché par le conflit

La soprano russe Anna Netrebko suspend ses concerts au Met Opera de New York. Elle aussi faisait l’objet de critiques pour une complaisance supposée envers le président russe Vladimir Poutine.

17h11 : La Fédération de football russe tente d’être réintégrée au Mondial

La fédération va faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne de son exclusion du Mondial-2022 et de toutes les compétitions internationales. La Russie devait affronter la Pologne le 24 mars en barrages du Mondial.

16h57 : Pour Zelensky, le « seul moyen d’arrêter la guerre » est qu’il parle à Poutine

Le président ukrainien s’est dit « ouvert » et « prêt à aborder toutes les questions » avec son homologue.

16h54 : Combien de fois Macron et Poutine ont discuté ensemble depuis décembre dernier ?

La réponse est treize fois, comme le rappelle l’Elysée. Sept appels ont eu lieu rien qu’au mois de février, mois durant lequel les deux présidents se sont également rencontrés une fois.

 

16h41 : L’UE s’accorde pour apporter une « protection temporaire » aux réfugiés

Les 27 Etats membres sont tombés d’accord.
EN revanche, ils n’ont pas précisé immédiatement si la mesure s’appliquerait également aux réfugiés fuyant l’Ukraine, mais n’ayant pas la nationalité ukrainienne, une question qui divise. La Pologne, la Slovaquie, la Hongrie ou encore l’Autriche y sont opposés.

16h40 : Même le géant pétrolier russe Loukoïl appelle à arrêter la guerre en Ukraine

Le numéro deux du secteur pétrolier russe devient la première société nationale d’envergure à s’opposer à l’invasion russe en soutenant « sans réserve » le règlement du conflit « via un processus de négociation et des moyens diplomatiques ».

16h36 : Zelensky assure que si l’Ukraine tombe, la Russie s’en prendra aux pays baltes et à l’Europe de l’Est

« Si nous disparaissons, que Dieu nous protège, ensuite ce sera la Lettonie, la Lituanie, l’Estonie etc... Jusqu’au mur de Berlin, croyez-moi », a déclaré le président ukrainien.

16h30 : « L’Europe a une responsabilité à faire appliquer le droit d’asile », selon Roussel

Le candidat communiste a appelé à « accueillir » sans délai les réfugiés ukrainiens

16h06 : Neuf morts dans une frappe russe sur la ville ukrainienne de Tcherniguiv

« L’aviation russe a attaqué deux écoles du quartier de Stara Podsoudovka, les sauveteurs travaillent », a annoncé le gouverneur.

15h54 : Début des pourparlers Russie-Ukraine à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne

« Nous commençons à discuter avec les représentants russes. Les points clés à l’agenda sont un cessez-le-feu immédiat, un armistice et des couloirs humanitaires pour l’évacuation des civils des villes et villages détruits ou constamment bombardés », a annoncé le conseiller de la présidence ukrainienne, Mikhaïlo Podoliak, sur Twitter, publiant une photo des membres des deux délégations à la table des négociations.



 

15h47 : Le Canada impose des droits d’importation de 35 % pour les produits russes et biélorusses

« La Russie et la Biélorussie ne bénéficieront plus des avantages, en particulier des tarifs douaniers bas, que le Canada offre aux autres pays membres de l’Organisation mondiale du commerce », a expliqué la vice-Première ministre Chrystia Freeland. Seule la Corée du Nord était soumise à un tel régime au Canada.

15h38 : Et sinon, il se passe quoi d’autre dans le monde ?

Allez, on pose les anxiolytiques cinq minutes et on décroche de ce live le temps d’aller lire le papier de ma collègue Camille Poher, qui met à l’honneur les autres rubriques de 20 Minutes et fait le tour d’une actu garantie 100 % sans bombe nucléaire (mais en vrai c'est pas la super joie non plus).



 

15h29 : La chaîne de télévision russe d’opposition Dojd annonce suspendre son travail

La chaîne avait été bloquée par le régulateur russe, qui lui reproche sa manière de couvrir l’invasion de l’Ukraine par les troupes de Moscou. « Nous avons besoin de forces, pour respirer un peu et comprendre comment continuer à travailler. Nous espérons vraiment que nous reviendrons à l’antenne et continuerons à travailler », a indiqué la directrice de la chaîne Natalia Sindeïeva, citée sur le compte Telegram de Dojd.

15h22 : Valérie Pécresse veut augmenter le budget de la Défense

La candidate LR a proposé de porter le budget de la défense au-delà de 2 % du PIB. « Le respect de la loi de programmation militaire actuelle permet d’atteindre 50 milliards d’euros de budget en 2025. Je souhaite porter ce budget à 65 milliards en 2030, bien au-delà des 2 % du PIB, ce qui signifie au total un effort supplémentaire de 108 milliards », a-t-elle affirmé. « Tout au long des années 60 et 70, la part du budget de la défense dépassait 3 % du PIB, et jamais cela n’a entravé la croissance, bien au contraire », a fait valoir la présidente de la région Ile-de-France.

15h14 : Zelensky versus Poutine, qui gagne la guerre de la com' ?

Si la guerre se joue d’abord sur le terrain, où la Russie avance et bombarde les villes ukrainiennes de plus en plus intensément, la communication a son rôle à jouer. Et le président ukrainien, qui maîtrise parfaitement les codes des réseaux sociaux, tire parfaitement son épingle du jeu face à un Vladimir Poutine isolé. Décryptage de cette bataille avec notre journaliste Xavier Regnier.



 

15h08 : Macron pense que « le pire est à venir » après son échange avec Poutine, « très déterminé », selon l’Elysée

Le but de Vladimir Poutine est de « prendre tout le contrôle de l’Ukraine », pense-t-on dans l’entourage du président. Lors d’une discussion téléphonique de 1h30 à sa demande, le président russe a affirmé à son homologue français que l’opération de l’armée russe se développait « selon le plan » prévu par Moscou et qu’elle allait « s’aggraver » si les Ukrainiens n’acceptaient pas ses conditions, a indiqué la présidence.

15h07 : La Géorgie a officiellement déposé sa candidature pour intégrer l'UE
15h03 : L’Unesco condamne « fermement » les attaques contre les écoles en Ukraine

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture a pu vérifier par des données satellites que sept établissements, six écoles et une université avaient été touchés par le conflit, selon l’un de ses porte-paroles. Et de citer l’université nationale Karazin de Kharkiv, bombardée mercredi par l’armée russe. D’après le porte-parole, le chiffre de sept établissements n’est toutefois « pas définitif » car « il est à craindre que d’autres soient également touchés ». Il concerne des sites « pour lesquels nous avons eu une confirmation claire qu’ils ont été touchés par le conflit », explique-t-il.

14h59 : Toyota et Volkswagen suspendent leurs opérations en Russie

Le géant japonais Toyota va arrêter sa production sur place « jusqu’à nouvel ordre » à partir de vendredi, ainsi que ses importations pour ce marché, invoquant des « perturbations de la chaîne d’approvisionnement » liées au conflit russo-ukrainien. L’usine Toyota de Saint-Pétersbourg a produit 80.000 véhicules l’an dernier, essentiellement pour le marché local, et emploie « environ 2.600 personnes ».

Volkswagen va « interrompre à effet immédiat les exportations vers la Russie », qui représentait avec 220.000 unités en 2020 et 2,4 % des ventes, a indiqué un porte-parole, alors que les livraisons aux concessionnaires étaient déjà à l’arrêt. Le constructeur allemand va également fermer « jusqu’à nouvel ordre » ses deux sites à Kalouga et Nijni Novgorod, employant quelque 4.000 personnes, qui seront payées dans le cadre du chômage partiel.

14h56 : L'UEFA interdit à la Biélorussie tout match européen à domicile

Les équipes biélorusses de football devront jouer leurs matches européens à domicile sur terrain neutre, a annoncé jeudi l'UEFA, trois jours après avoir banni les équipes russes de ses compétitions en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie avec la collaboration de la Biélorussie. 

Aucun club bélarusse n'est encore aligné cette saison dans l'une des trois compétitions majeures masculines de l'UEFA (Ligue des champions, Ligue Europa, Ligue Europa Conférence). La sélection nationale de Biélorussie a pour sa part à son programme deux matches amicaux à l'extérieur en mars, en Inde et à Bahreïn. Elle doit accueillir l'Azerbaïdjan, en Ligue des nations le 6 juin, quatre jours avant un autre match à domicile contre le Kazakhstan ou la Moldavie. Des rencontres concernées pour l'heure par l'obligation de jouer sur terrain neutre.

14h49 : La Pologne porte son budget militaire à 3% du PIB
14h38 : L’Allemagne s’attend à d'« importantes répercussions » sur son économie après les sanctions contre la Russie

« L’impact des sanctions et de la guerre est tel que l’on peut craindre que même de petites perturbations aient d’importantes répercussions », prévient Robert Hack, le ministre allemand de l’Economie, qualifiant ces effets de « prévisibles et déjà partiellement perceptibles ».

14h23 : L’agence spatiale russe se concentre sur les satellites militaires

L’agence spatiale russe Roscosmos a annoncé jeudi donner la priorité à la construction de satellites militaires, en raison de l’isolement croissant de la Russie une semaine après sa décision d’envahir l’Ukraine. « Notre programme spatial, bien sûr, va être ajusté. Tout d’abord, des priorités vont être établies », a déclaré Dmitri Rogozine, à la tête de Roscosmos, lors d’un entretien avec la chaîne de télévision d’Etat Rossiya-24. « La priorité ici est la création d’appareils spatiaux pour les besoins à la fois de Roscosmos et du ministère de la Défense », a-t-il ajouté. Ces « appareils spatiaux », notamment des satellites, seront à « double-emploi », a-t-il précisé.

14h21 : Vladimir Poutine en désaccord avec Emmanuel Macron sur son discours sur l’Ukraine

Le président russe a aussi signalé à son homologue français qu’il continuera « sans compromis » sa lutte contre les nationalistes en Ukraine, et pourrait accroître ses exigences vis-à-vis de Kiev.

14h17 : Au moins 230 civils tués, selon l’ONU

Selon le dernier décompte de l’ONU, le bilan du conflit en Ukraine est de 230 civils tués, dont 15 enfants, et 525 blessés, mais Michelle Bachelet a averti que les chiffres réels étaient bien plus élevés. « La plupart des victimes civiles ont été causées par l’artillerie lourde, les systèmes de lance-roquettes multiples et de frappes aériennes dans des zones peuplées » et il y a des « informations inquiétantes faisant état de l’utilisation d’armes à sous-munitions frappant des cibles civiles », a relevé Michelle Bachelet.

14h09 : Le coup de fil avec Emmanuel Macron « à la demande du président Poutine », précise Jean Castex

Les deux présidents se sont entretenus ce matin pendant 1h30, leur troisième échange depuis le début de l’invasion de l’Ukraine il y a 8 jours. Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, avait annoncé en direct cette discussion. « La France a une tradition assez ancienne d’être intermédiaire dans les conflits », a-t-il fait remarquer, en soulignant que Moscou serait « ravi » si la France réussissait dans cette mission.

Mais si le contenu de l’échange n’a pas filtré, Jean Castex a indiqué que, « incontestablement, il apparaît que Vladimir Poutine campe sur ses positions, sur sa volonté de démilitarisation de l’Ukraine, de reddition de l’Ukraine, et ceci n’est évidemment pas acceptable ».

13h58 : Vers un « blocus » à Marioupol ?

Le maire de la ville stratégique ukrainienne de Marioupol a accusé jeudi les forces russes et prorusses de vouloir assiéger la ville, empêchant les évacuations et l’approvisionnement de la cité portuaire.

« Ils ont détruit les ponts, détruit les trains pour nous empêcher de sortir nos femmes, enfants et vieillards. Ils nous empêchent de nous approvisionner. Ils cherchent à imposer un blocus, comme à Léningrad », la ville soviétique redevenue aujourd’hui Saint Péterbourg, assiégée par les nazis, a déclaré Vadym Boïtchenko, sur la messagerie Telegram.

13h44 : La délégation ukrainienne veut négocier des « couloirs humanitaires » avec la Russie

La délégation ukrainienne souhaite « au minimum » obtenir des « couloirs humanitaires » lors des négociations prévues jeudi avec la Russie, qui a déclenché il y a une semaine une invasion de l’Ukraine, a déclaré l’un des négociateurs ukrainiens.

« D’ici deux heures, nous commencerons (les négociations). Le programme au minimum : des couloirs humanitaires. Le reste sera selon les circonstances », a indiqué David Arakhamia sur Facebook.

13h24 : « Mon devoir est de protéger nos concitoyens et l’économie française »

« Mon devoir est de protéger nos concitoyens et l’économie française. Je rappelle que nous avons déjà perdu 8 % de PIB en 2020 », a rassuré Jean Castex en réponse à une question sur l’impact du conflit Ukraine-Russie pour la France. « Nous connaissons à peu près » les filières exposées aux sanctions économiques russes et occidentales : construction aéronautique, agriculture, transport aérien, spatial, industrie automobile, a énuméré le Premier ministre. « Je vais moi-même concerter en début de semaine l’ensemble des filières concernées », a-t-il poursuivi.

13h21 : « La situation sur le terrain est incontestablement défavorable » à Kiev…

a fait savoir le Premier ministre Jean Castex qui est invité sur la plateau du 13 Heures de TF1

13h12 : La délégation ukrainienne en route pour les négociations avec les Russes, selon Kiev

La délégation ukrainienne est en route pour des pourparlers jeudi à la frontière polono-bélarusse avec la Russie qui a déclenché il y une semaine une invasion de l'Ukraine, a annoncé l'un de ses membres sur Twitter.

13h09 : La menace nucléaire pèse sur « l’ensemble de l’humanité »

« L’attaque militaire de la Fédération de Russie contre l’Ukraine a ouvert un nouveau et dangereux chapitre de l’histoire mondiale », a déclaré Michelle Bachelet devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève. « L’élévation du niveau d’alerte des armes nucléaires souligne la gravité des risques qui pèsent pour l’ensemble de l’humanité », a-t-elle ajouté

13h06 : La délégation ukrainienne en route pour les négociations avec les Russes, selon Kiev
12h54 : la menace nucléaire pèse sur « l’ensemble de l’humanité », alerte la Haute-Commissaire aux droits de l’homme Michelle Bachelet
12h25 : Nouvel entretien téléphonique entre Macron et Poutine

« Le président de la République a parlé ce matin 1h30 avec le président Poutine puis a appelé le président Zelensky », indique l’Elysée.

12h16 : La F1 rompt définitivement son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie

« Formula 1 peut confirmer qu’elle a mis fin à son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie, ce qui signifie que la Russie n’aura plus de course à l’avenir », a indiqué le promoteur de la F1, Formula One, à la presse. Le GP de Russie 2022, annulé la semaine dernière après l’invasion russe en Ukraine, devait être le dernier organisé à Sotchi avant de déménager dès 2023 à Saint-Pétersbourg.

12h08 : Plus de 21 millions de téléspectateurs pour l’allocution d’Emmanuel Macron hier soir

L’allocution du président Emmanuel Macron sur la guerre en Ukraine mercredi soir a été suivie au total par plus de 21 millions de téléspectateurs toutes chaînes confondues, selon les chiffres de Médiamétrie publiés jeudi. Ce cumul de 21,11 millions de téléspectateurs (qui ont suivi l’allocution sur TF1, France 2, M6, TMC et les chaînes d’information en continu BFMTV, CNews, LCI et France Info) correspond à un chiffre de 82,6 % de part d’audience, a indiqué Médiamétrie.

12h01 : Ikea suspend ses activités en Russie et en Biélorussie, 15.000 employés affectés

« La guerre a un énorme impact humain et se traduit aussi par des perturbations graves de la chaîne de production et de commerce, raisons pour lesquelles les sociétés du groupe ont décidé de suspendre temporairement les activités d’Ikea en Russie », indique le groupe dans un communiqué. 15.000 employés, 17 magasins et trois sites de production sont affectés.

11h58 : L’UE vise l’adoption d’une protection temporaire des réfugiés « d’ici quelques jours »

Les ministres européens de l’Intérieur, réunis jeudi à Bruxelles, espèrent être en mesure d’adopter d’ici « quelques jours » un statut offrant une protection temporaire aux Ukrainiens fuyant la guerre mais sont divisés sur l’accueil des réfugiés d’une autre nationalité. Les Vingt-Sept avaient soutenu dimanche à une « grande majorité » le projet d’octroyer une protection temporaire aux réfugiés fuyant l’Ukraine après l’invasion russe, au-delà des 90 jours pendant lesquels les détenteurs d’un passeport ukrainien peuvent rester sans visa dans l’Union européenne. Les Européens s’appuient sur une directive de 2001 qui permettrait aux réfugiés ukrainiens de séjourner jusqu’à trois ans dans l’UE et d’y travailler. Le ministre autrichien Gerhard Karner a exprimé ses réticences sur l’octroi de ce statut aux réfugiés non ukrainiens.

11h50 : 600 Français sortis ou en cours de sortie d’Ukraine

« Il y avait à peu près un millier de Français, à la fois binationaux et ressortissants Français direct. (…) Il y a 600 Français aujourd’hui qui sont déjà sortis ou sont en train de sortir, essentiellement par la voie sud », a indiqué Jean-Yves Le Drian sur France 2. « Je conseille toujours à nos ressortissants de sortir par la voie Sud » de Kiev, indique-t-il. « Nous les suivons individuellement, chaque voiture. Ils sont tous en relation directe avec le centre de crise et notre ambassade ». Jean-Yves Le Drian a également annoncé un voyage en Moldavie jeudi afin d’apporter « le soutien » français et européen à ce petit pays situé entre la Roumanie et l’Ukraine, qui fait face à « un afflux de réfugiés considérable ».

11h44 : L’appel à la paix étrange de Tibo In Shape

Badbuzz en vue pour l’influenceur, qui avait déjà fait le coup avec des vidéos très controversées au camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Dans cette nouvelle vidéo, il dit « chapeau » à Vladimir Poutine pour sa forme physique, tout en demandant maladroitement la paix avant de vendre son produit. Notre service culture vous en dit plus juste ici. TiboInShape a retiré sa vidéo, mais de nombreux extraits accompagnés de réactions d’internautes fleurissent déjà sur les réseaux sociaux.



 

11h35 : L'ONU a déjà récolté 1,5 milliard de dollars pour l'aide d'urgence
11h29 : L’opérateur de satellites OneWeb suspend les lancements depuis Baïkonour

L’opérateur de satellites OneWeb, basé à Londres, a annoncé jeudi suspendre ses lancements de satellites depuis le cosmodrome russe de Baïkonour, alors que Moscou demandait au gouvernement britannique de renoncer à sa participation dans l’entreprise, exigence rejetée par Londres. « Le Conseil d’administration de OneWeb a voté la suspension de tous les lancements depuis Baïkonour », a indiqué l’entreprise dans un communiqué. Une fusée Soyouz, opérée par OneWeb et Arianespace, devait décoller samedi de Baïkonour au Kazakhstan avec 36 satellites.

11h14 : Zelensky promet de tout reconstruire et que la Russie paiera

La Russie va payer pour tous les dommages infligés à l’Ukraine, a affirmé jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, tout en promettant de « reconstruire chaque immeuble » détruit par les frappes russes. « Nous allons reconstruire chaque immeuble, chaque rue, chaque ville et nous disons à la Russie : apprenez le mot "réparations" », a-t-il déclaré dans une adresse vidéo. « Vous allez nous rembourser pleinement tout ce que vous avait fait contre notre Etat, contre chaque Ukrainien », a-t-il poursuivi.

11h02 : Un yacht d’une société liée au patron de Rosneft saisi en France

« La douane française a procédé à la saisie du yacht Amore Vero à La Ciotat, dans le cadre de la mise en œuvre des sanctions de l’Union européenne à l’encontre de la Russie », indique le ministère français de l’Économie et des Finances dans un communiqué. Ce yacht est « détenu par une société dont Igor Setchine, dirigeant de la société Rosneft, a été identifié comme le principal actionnaire », ajoute le ministère.

10h50 : Sergueï Lavrov accuse l’Occident de penser « à la guerre nucléaire »

« Tout le monde sait qu’une troisième guerre mondiale ne peut être que nucléaire, mais j’attire votre attention sur le fait que c’est dans l’esprit des politiques occidentaux, pas dans celui des Russes », a déclaré le chef de la diplomatie russe lors d’une conférence de presse en ligne, avant d’estimer que des plans « d’une guerre réelle » contre Moscou sont en train d’être élaborés.

10h35 : Rappel que Poutine a engagé la guerre pour « libérer » l’Ukraine de l’oppression et d’un gouvernement « nazi »


 

10h23 : Même le RN est choqué

« Je pense qu’Éric Zemmour est un idéologue et qu’il oublie que derrière les idées, derrière les concepts qu’on défend en politique il y a des gens, il y a des vies humaines et je déplore qu’il fasse de la politique sans jamais s’adresser aux gens », fustige Jordan Bardella. « La différence avec Éric Zemmour, c’est que quand un peuple européen est sous les bombes, moi je m’en sens solidaire et Marine Le Pen s’en sent également solidaire », a expliqué sur RTL l’eurodéputé RN. « Dans le strict respect du droit d’asile, des familles ukrainiennes dont les maris sont aujourd’hui restés combattre peuvent être accueillies en France, temporairement, c’est-à-dire le temps du conflit », a-t-il ajouté.

10h16 : La droite critique un Zemmour « inhumain » sur les réfugiés

Mercredi soir sur CNews, Eric Zemmour a répété privilégier un accueil en Pologne, et pas en France, un « principe » qu’il est le seul candidat à la présidentielle à défendre. Mais « s’il y en a qui arrivent je ne vais pas les renvoyer, c’est dans Schengen », a-t-il nuancé. Une position qu’il est le seul candidat à défendre.

« J’observe que certains candidats comme Éric Zemmour refusent tout geste d’humanité, j’estime que ce refus catégorique, inhumain, contribue à le disqualifier, nous devons être offensifs face à Vladimir Poutine, mais nous devons aussi être humains face à tout ce peuple ukrainien auxquels nous exprimons une solidarité la plus totale », plaide le directeur de la communication de Valérie Pécresse, Geoffroy Didier.

10h05 : Le baril de pétrole américain dépasse les 115 dollars, son plus haut niveau depuis 2008

L’envol des cours est lié à l’incertitude en approvisionnement, la Russie étant un grand exportateur de pétrole. Le baril de Brent frôle lui les 120 dollars.

9h43 : La radio russe Ekho Moskvy, interdite d’antenne, annonce sa dissolution

La radio indépendante russe Ekho Moskvy (Echo de Moscou), figure historique du paysage médiatique russe, a annoncé jeudi son auto-dissolution, après son interdiction d’antenne par les autorités du fait de sa couverture de l’invasion de l’Ukraine. « La majorité du conseil d’administration d’Ekho Moskvy a pris la décision de dissoudre la radio et le site Internet d’Ekho Moskvy », a écrit sur son compte Telegram son rédacteur en chef, Alexeï Venediktov.

9h40 : Les assurances britanniques interdites pour l’aviation et l’aérospatiale russes

Le gouvernement britannique a annoncé jeudi qu’il allait interdire l’accès des entreprises russes d’aviation et de l’aérospatiale aux services d’assurance et de réassurance basés au Royaume-Uni, renforçant encore ses sanctions après l’invasion de l’Ukraine. Londres est un des leaders mondiaux du secteur et « cette mesure limitera fortement (leur) accès au marché mondial de l’assurance et de la réassurance », affirme le Trésor dans un communiqué.

9h09 : « Une sorte de consulat » britannique bientôt à Calais

Gérald Darmanin a annoncé que son homologue britannique allait « installer une sorte de consulat » à Calais où « plusieurs dizaines » de réfugiés ukrainiens, selon lui, se sont présentés depuis mercredi. Fuyant l’invasion de leur pays par la Russie, « plusieurs dizaines d’Ukrainiens se sont présentés déjà depuis hier à Calais, et devant le tunnel sous la Manche ou devant le port » pour rejoindre leurs familles en Grande-Bretagne. Le ministre de l’Intérieur a affirmé avoir obtenu l’accord de son homologue Priti Patel d’installer « une sorte de consulat à Calais », avec l’envoi d’un agent consulaire britannique sur place, pour faciliter la délivrance des visas.

8h59 : Le Quai d’Orsay recommande « fortement » aux Français de quitter la Russie

« Il est fortement recommandé aux ressortissants français, dont la présence et celle de leur famille n’est pas essentielle en Russie, de prendre leurs dispositions pour quitter le pays par les liaisons encore existantes », écrit le Quai d’Orsay dans les « Conseils aux voyageurs » de son site Internet.

Compte tenu de la fermeture de l’espace aérien européen aux compagnies russes, le Quai d’Orsay met à disposition une liste de liaisons indirectes pour regagner la France.

8h54 : « La France prendra sa part » dans l’accueil des réfugiés

« Evidemment nous allons continuer à accueillir des réfugiés. 400 sont déjà arrivés en France. »

8h51 : Les Français en Ukraine ont toujours une porte de sortie

« Les Français à Kiev peuvent quitter la ville par une route au sud qui a été ouverte. Notre personnel diplomatique a pu quitter Kiev par cette route. Le gouvernement ne peut pas évacuer les Français mais les Français sur place sont suivis individuellement. Nous avons maintenu une ambassade en Ukraine exprès », souligne Gabriel Attal.

« Je rends hommage à notre personnel diplomatique resté sur place pour porter assistance à nos ressortissants sur place. Il y en avait à peu près 1.000 au début et 600 ont pu quitter Kiev selon Jean-Yves Le Drian. »

8h49 : « Total est une entreprise privée », rappelle Gabriel Attal

Le porte-parole du gouvernement se défend de toute action de l’exécutif pour continuer à profiter du pétrole ou du gaz russe.

8h44 : Pas de détail donné sur les armes envoyées à l’Ukraine

« La France ne communiquera pas la liste des éléments défensifs envoyés à l’Ukraine car c’est communiqué à la Russie. Ça ne veut pas dire qu’on ne communique à personne et nous communiquons avec le président Zelensky. Nous soumettons nos détails à des réunions et nous avons déjà commencé à livrer des équipements » dont des casques et de l’essence, explique Gabriel Attal.

8h42 : « On ne peut pas dire que la seule alternative, c’est la guerre. Vladimir Poutine n’a pas saisi la voie diplomatique et ça veut dire qu’il a fait le choix délibéré de la guerre »

Gabriel Attal pointe aussi « l’isolement diplomatique » de la Russie, soutenue par seulement quatre pays hier à l’ONU.

8h38 : Le but des sanctions internationales est que « le coût de la guerre augmente » pour Vladimir Poutine, et que cela le pousse à s’asseoir à la table des négociations

Gabriel Attal défend ainsi les propos de Bruno Le Maire sur la guerre économique.

8h36 : « Notre priorité est de mettre tout le monde autour d’une table pour négocier un cessez-le-feu », et « on ne négocie pas avec un pistolet sur la tempe »

Gabriel Attal explique pourquoi Emmanuel Macron se refuse à dire que Vladimir Poutine est un dictateur. « Le président de la République continue d’échanger régulièrement avec Zelensky et Poutine ». « On discute pour arriver à un cessez-le-feu afin d'ouvrir des négociations pour parler de la sortie de cette crise. »

8h33 : « On doit s’attendre à des scènes de détresse pour les Ukrainiens », regrette Gabriel Attal sur France Info

Le porte-parole du gouvernement évoque les familles déchirées, entre femmes et enfants qui fuient alors que les hommes restent combattre.

« On peut s’attendre à des sièges, des scènes de combat de rue dans les villes ukrainiennes. »

8h28 : L'Allemagne va livrer 2.700 missiles antiaériens supplémentaires à l'Ukraine
8h20 : « Le pire de la guerre » est à venir, croit Jean-Yves Le Drian

« On peut craindre une logique de siège », à laquelle « les Russes sont habitués », a mis en garde le chef de la diplomatie française sur France 2. « Rappelez-vous Alep, Grozny », a-t-il lancé, en référence à ces deux villes en Syrie et en Tchtétchénie anéanties par les bombes russes ces dernières décennies.

8h17 : Les sportifs russes et biélorusses finalement exclus des Jeux paralympiques
8h07 : Fitch et Moody's abaissent drastiquement la note de dette de la Russie
7h52 : Une famille ukrainienne séparée entre Calais et l’Angleterre, selon Gérald Darmanin sur France Inter

Lundi, une famille de neuf Ukrainiens à bord d’un véhicule venant directement d’Ukraine s’est rendue au port de Calais en fin d’après-midi pour se rendre au Royaume-Uni. Faute de visas, ils ont été refoulés et vont être logés provisoirement dans des chambres d’hôtel, a-t-on rapporté côté français. Saisie par le président du port de Calais, la maire de Calais Natacha Bouchart a « contacté les services de l’Etat » et « fait ouvrir une auberge de jeunesse de Calais, qui était temporairement fermée, pour les accueillir », explique-t-elle. Cette famille a « fourni les coordonnées de proches résidant en Angleterre », et « devrait obtenir rapidement un visa provisoire », a-t-elle estimé. Il s’agit à ce stade « de la seule famille » s’étant retrouvée dans ce cas de figure à Calais.

7h40 : Twitter bloque aussi RT et Sputnik

Le réseau social Twitter a à son tour bloqué les comptes des médias russes RT et Sputnik dans l’Union européenne, conséquence d’une interdiction décidée par les Etats membres et entrée en vigueur mercredi. Ces deux médias sont accusés d’être des instruments de « désinformation » de Moscou dans sa guerre contre l’Ukraine, selon la décision des Etats membres de l’UE. Par ailleurs, Twitter a ajouté la mention « Média affilié à un Etat, Russie » sur le compte Twitter personnel des journalistes de RT.

En France, pays qui a la spécificité d’être le seul Etat membre de l’UE à héberger une filiale de RT sur son sol, cette mention a également été apposée sur les comptes d’anciens journalistes de RT France. Cette mention revient « à marquer au fer rouge les comptes personnels de certains collègues journalistes », s’est inquiétée dans un communiqué la section du SNJ (Syndicat national des journalistes) à RT France. Elle a dénoncé une « chasse aux sorcières » et a fait état de « menaces physiques reçues par plusieurs membres de la rédaction ».

7h04 : Poutine ouvert à une « évacuation d’urgence » des étudiants indiens de Kharkiv

Le président russe Vladimir Poutine a discuté mercredi avec le Premier ministre indien Narendra Modi d’une « évacuation d’urgence d’étudiants indiens » bloqués à Kharkiv, en Ukraine, où une offensive russe fait rage depuis une semaine. Le gouvernement indien a toutefois démenti que ces étudiants soient retenus de force en Ukraine, contrairement à ce qu’ont affirmé les autorités russes. Avant l’offensive russe, il y avait environ 20.000 Indiens en Ukraine. Depuis, environ 8.000 d’entre eux ont réussi à quitter le pays, dont quelque 1.400 qui ont été rapatriés en Inde, selon les autorités.

6h53 : La grosse pique venue de Floride

Le gouverneur de Floride vient de sévèrement tacler la France



 

6h44 : Un sommet virtuel va avoir lieu ce jeudi entre Joe Biden et les dirigeants japonais, australien et indien

L’objet de ce sommet, organisé une semaine après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, n’a pas été précisé par le communiqué du ministère indien des Affaires étrangères, qui se borne à indiquer que Joe Biden et les Premiers ministres japonais Fumio Kishida, australien Scott Morrison et indien Narendra Modi « échangeront des points de vue » sur « les développements importants dans la région indo-pacifique ».

6h15 : Bolsonaro veut des mines en Amazonie faute d’engrais russe

Jair Bolsonaro avance une proposition particulièrement polémique. Le président du Brésil a préconisé mercredi l’extraction de potassium dans des terres indigènes en Amazonie pour pallier d’éventuelles difficultés d’importation des engrais de Russie. Puissance agricole de premier plan, le Brésil importe plus de 80 % des engrais qu’il utilise, et, plus précisément, 96 % de son potassium. Plus de 20 % des engrais importés par la première économie d’Amérique Latine viennent de Russie, son premier fournisseur.

Dans un tweet justifiant cette décision, Bolsonaro a cité un projet de loi qui prévoit, entre autres, l’autorisation de l’exploration minière et d’autres ressources naturelles sur des terres indigènes, ce qui est formellement interdit par la législation actuelle.

6h09 : Un message de paix en Ligue 1 et Ligue 2

La Ligue de football professionnel veut elle aussi la fin de la guerre. Un message de paix va être diffusé en marge de tous les matchs du Championnat de France de football à partir de ce week-end. La mention « Non à la guerre » sera affichée « sur la panneautique LED et/ou sur les écrans géants des clubs recevant » en Ligue 1 et Ligue 2, explique la LFP.

Le même message a d’ailleurs été diffusé hier soir sur les écrans du stade de la Beaujoire à l’entrée des joueurs avant la demi-finale de Coupe de France entre Nantes et Monaco. Il avait aussi été affiché sur les panneaux électriques de l’Allianz Riviera de Nice mardi en marge de la première demi-finale entre les Niçois et Versailles, un match organisé par la Fédération française de football.

5h27 : Des pourparlers sur un cessez-le-feu

L’avancée militaire de la Russie cette nuit intervient à quelques heures seulement de pourparlers autour d’un cessez-le-feu auxquels elle a consenti. Ces négociations commenceront ce jeudi matin dans un lieu en Biélorussie situé « non loin de la frontière avec la Pologne », selon le négociateur russe Vladimir Medinski.



 

5h19 : Les Russes s’attaquent à Marioupol

Toujours dans le Sud, à Marioupol, principal port ukrainien de la mer d’Azov, « ça se dégrade d’heure en heure », témoigne une de ses habitantes, Maryna, 28 ans. Selon elle, le centre-ville a été pilonné.

Si elle en prenait le contrôle, l’armée russe pourrait assurer une continuité territoriale entre ses forces en provenance de Crimée et celles arrivées des territoires séparatistes plus au nord-est.

5h11 : Kherson est la plus grande ville prise par les forces russes depuis le début de la guerre. Elle compte 290.000 habitants
4h31 : Explosion à Kiev

La capitale ukrainienne est toujours sous la pression de l’armée russe



 

4h14 : La Géorgie va « immédiatement » postuler à l’UE

La Géorgie cherche elle aussi à se protéger de la Russie. A l’image de l’Ukraine, le pays va « immédiatement » demander son adhésion à l’Union européenne, selon le parti au pouvoir. Le président du parti Rêve géorgien, Irakli Kobakhidze, souhaite surtout que Bruxelles examine « urgemment » cette demande.

3h40 : Un million de réfugiés ont fui l’Ukraine

Un million de réfugiés ont fui l’Ukraine à destination des pays voisins depuis le début de l’invasion russe il y a une semaine, a affirmé jeudi le haut-commissaire des Nations unies aux réfugiés, Filippo Grandi. « En seulement sept jours, nous avons assisté à l’exode d’un million de réfugiés depuis l’Ukraine vers les pays voisins », a tweeté Grandi. « Pour des millions d’autres, à l’intérieur de l’Ukraine, il est temps que les armes se taisent pour que l’assistance humanitaire puisse arriver et sauver des vies », a-t-il imploré.

3h30 : La ville de Kherson officiellement prise par la Russie

L’armée russe a pris le contrôle de la ville de Kherson, a annoncé son maire sur Facebook Un couvre-feu est en place entre 20 heures et 6 heures. Il demande aux habitants de ne pas « provoquer » les soldats russes. Des responsables ukrainiens ont confirmé l’information dans la nuit. Le chef de l’administration régionale, Guennadi Lakhouta, a indiqué sur Telegram que « les occupants (russes) sont dans tous les quartiers de la ville et sont très dangereux ».

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue dans ce nouveau live de la rédaction de 20 Minutes, mobilisée 24h/24. Au huitième jour de l'invasion russe, Moscou a officiellement pris le contrôle de la grande ville de Kherson, dans le sud de l'Ukraine. Si l'armée russe parvenait à capturer Kharkiv, à l'Est, la capitale Kiev se retrouverait encerclée. Face à un bilan humain qualifié «d'ahurissant par Washington», la diplomatie continue avec la reprise des pourparlers entre des délégations russe et ukrainienne pour tenter de négocier un cessez-le-feu.