Guerre en Ukraine : Discussions sur un cessez-le-feu jeudi, Washington évoque un bilan humain « ahurissant »

CONFLIT Les pourparlers entre la Russie et l'Ukraine, qui n'avaient rien donné lundi, doivent reprendre ce jeudi

20 Minutes avec AFP
— 
La délégation russe, dirigée par Vladimir Medinsky (gauche) face aux émissaires ukrainiens menés par Davyd Arakhamia (casquette) le 28 février 2022.
La délégation russe, dirigée par Vladimir Medinsky (gauche) face aux émissaires ukrainiens menés par Davyd Arakhamia (casquette) le 28 février 2022. — Sergei Kholodilin/AP/SIPA

Malgré les bombes qui pleuvent sur Kiev et Kharkiv, la diplomatie continue. La Russie s’est dite prête mercredi à discuter dès jeudi d’un cessez-le-feu avec l’Ukraine, qui a dépêché des émissaires au Bélarus. Reste à savoir si Vladimir Poutine compte véritablement négocier, alors que le bilan humain a été qualifié « d’ahurissant » par Washington.

Ces pourparlers, qui porteront notamment sur un cessez-le-feu, commenceront jeudi matin dans un lieu déterminé « ensemble » situé « non loin de la frontière avec la Pologne », a précisé le négociateur russe Vladimir Medinski.

De premières discussions lundi, également au Bélarus, n’avaient donné aucun résultat tangible, Kiev ayant réclamé l’arrêt immédiat de l’invasion, tandis que Moscou avait semblé attendre une reddition.

Les Etats-Unis vont « soutenir des efforts diplomatiques » de l’Ukraine pour obtenir un cessez-le-feu avec la Russie, même si « c’est beaucoup plus difficile d’y parvenir quand les tirs résonnent et les chars avancent », a réagi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

Macron veut « rester en contact » avec Poutine

Le secrétaire d’Etat a aussi mis l’accent sur un « coût humain » d’ores et déjà « ahurissant ». « Des centaines sinon des milliers de civils ont été tués et blessés », a déploré Blinken lors d’une conférence de presse, et « le nombre de civils tués et blessés, les conséquences humanitaires, ne feront que s’aggraver dans les jours qui viennent ».

Le président français Emmanuel Macron a quant à lui affiché sa volonté de « rester en contact » avec son homologue russe Vladimir Poutine afin de « le convaincre de renoncer aux armes », lançant dans une allocution télévisée un vibrant « nous ne sommes pas en guerre contre la Russie ».

Dans le même temps, l’Assemblée générale des Nations unies votait une résolution qui « exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine », seuls cinq pays s’y opposant et 35 s’abstenant dont la Chine, sur les 193 membres que compte cette organisation.

Premier bilan russe

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit « admirer sincèrement les habitants héroïques » des villes qui résistent aux forces russes et à leur avancée. Selon lui, près de 9.000 soldats russes ont été tués depuis une semaine, un chiffre invérifiable dans l’immédiat.

Moscou de son côté a dévoilé mercredi son premier bilan de militaires russes tués dans l’offensive en Ukraine, en annonçant la mort de 498 de ses soldats et précisant que 1.597 autres y ont été blessés. Des responsables américains cités par NBC News évoquaient une estimation de 5.000 soldats russes tués.