Pédopornographie : 46 personnes arrêtées en Nouvelle-Zélande dans un vaste coup de filet

POLICE Certains sont accusés d’avoir échangé des images d’agressions d’enfants particulièrement dérangeantes

M.F avec AFP
— 
Pédopornographie en ligne. (Illustration)
Pédopornographie en ligne. (Illustration) — Caneva

L’aboutissement de plusieurs années d’enquête. Europol a annoncé mercredi l’arrestation de 46 personnes en Nouvelle-Zélande accusées de détenir et partager en ligne « du matériel d’exploitation sexuelle d’enfants ». Cette opération, menée par le ministère néo-zélandais de l’Intérieur au niveau internationale, est le fruit d’une enquête ouverte en 2019 après l’alerte d’un fournisseur de services en ligne.

Dans un rapport, celui-ci indiquait « qu’un grand nombre de délinquants utilisaient la plateforme pour échanger des images d’agressions d’enfants particulièrement dérangeantes », précise l’agence européenne de police dans un communiqué. Le signalement faisait état d’images « illustrant des actes sadiques d’agressions sexuelles sur des nourrissons et des enfants ».

Plus de 90.000 comptes en ligne visés à travers le monde

L’opération a permis la protection de 146 enfants. L’enquête a visé plus de 90.000 comptes en ligne à travers le monde et permis d’identifier des utilisateurs.

Cent suspects ont été identifiés au sein de l’Union européenne et 836 dossiers ont été ouverts à l’échelle internationale, a indiqué Europol. Dans deux des cas, en Autriche et en Hongrie, les suspects étaient des délinquants agressant leurs propres enfants, qui avaient respectivement six et huit ans. Les deux enfants ont ensuite été protégés.

Une autre enquête en Espagne a révélé qu’un suspect possédait et diffusait du matériel d’exploitation sexuelle d’enfants, tout en filmant des images nues et sexuelles d’adultes sans leur consentement. Un grand nombre d’enquêtes sont toujours en cours en Europe.