Guerre en Ukraine : Quatorze légionnaires ukrainiens interpellés à Paris, soupçonnés de vouloir combattre l’invasion russe

CONFLIT Ils avaient pris place dans un bus immatriculé en Pologne

C.Po. et Cl.G.
— 
Un bureau de recrutement de la Légion étrangère à Nice en octobre 2021 (illustration)
Un bureau de recrutement de la Légion étrangère à Nice en octobre 2021 (illustration) — SYSPEO/SIPA

Cherchaient-ils à rallier l’Ukraine pour combattre l’invasion russe ? C’est en tout cas ce que devront déterminer les autorités militaires. Quatorze légionnaires ukrainiens ont été arrêtés dans la nuit de mardi à mercredi dans le 16e arrondissement de Paris du matin, a appris 20 Minutes de sources concordantes, confirmant une information de RTL.

Tout commence par un signalement qui conduit les policiers à contrôler un bus de tourisme immatriculé en Pologne, porte des Sablons, mardi en début de soirée. A son bord, une trentaine d'hommes, tous ukrainiens, dont 14 actuellement engagés dans la légion étrangère de l’armée de terre française. Selon nos informations, l’un des occupants aurait rapidement indiqué que tous les passagers s’apprêtaient à rejoindre l’armée ukrainienne – sans toutefois transporter d'armes ni d'équipements prohibés.

Neuf légionnaires étaient en permission

Parmi les quatorze légionnaires, neuf bénéficiaient d'une permission mais pas d'autorisation de quitter le territoire. « En tant que militaire, nous sommes soumis à des restrictions en matière de circulation, précise une source au sein de l'armée de terre. Il nous est, par exemple, impossible de partir en Ukraine ou en Biélorussie. » Les cinq autres légionnaires se trouvaient en situation d'absence irrégulière, dont quatre étaient déjà considérés comme « manquants ». 

Tous seront reçus par leur commandement dans les jours à venir avec pour objectif de faire un point sur leurs motivations. Cherchaient-ils à se rendre auprès de leurs familles pour les mettre à l'abri ? Dans ce cas, ils se verront proposer un « congé spécial » de 15 jours mis en place par l'armée de Terre pour leur permettre de se rendre dans les pays limitrophes de l'Ukraine (hors Biélorussie) afin d'aller sécuriser leur famille. Il leur est, en revanche, interdit de franchir la frontière. Impossible également d'aller combattre dans leur pays d'origine en dehors de l’engagement des forces armées françaises. « Quelle que soit sa nationalité d’origine, un légionnaire s’engage au service de la France », rappelait l'armée de terre il y a quelques jours.