Guerre en Ukraine : Que sait-on de Kherson et Kharkiv, deux villes dans le viseur de Vladimir Poutine ?

FOCUS Respectivement deuxième ville d’Ukraine et siège de la construction navale, Kharkiv et Kherson essuient les bombardements russes depuis cette nuit

C.Poh avec AFP
— 
Kharkiv, le 1er mars 2022.
Kharkiv, le 1er mars 2022. — BOBOK / AFP
  • Au septième jour du conflit, la Russie se dit prête à de nouveaux pourparlers mais continue son ascension militaire vers Kiev, la capitale ukrainienne.
  • Au nord de l’Ukraine, des troupes aéroportées russes ont débarqué à Kharkiv et des combats s’y intensifient. Au Sud, une semaine après le lancement de leur "opération militaire", les forces russes se sont emparé de leur première grande ville, Kherson, peu avant une deuxième session de discussions jeudi matin sur un cessez-le-feu entre négociateurs russes et ukrainiens.
  • A la une de l’actualité, les deux villes ukrainiennes sont pilonnées par l’armée russe. Démographie, géographie et bilan de la nuit, 20 Minutes vous dit tout sur Kharkiv et Kherson.

EDIT du 3 mars 2022 : L’armée russe avait annoncé dans la matinée de mercredi s’être emparé de Kherson. Le lendemain matin, le maire a confirmé le fait que les forces russes s’étaient emparé de leur première grande ville. Igor Kolykhaïeva asssuré avoir discuté avec des « invités armés ».

Si, après six jours de conflits, le nom de Kiev vous est plus familier, qu’en est-il de Kherson et Kharkiv ? A la une de l’actualité, les deux villes ukrainiennes ont été la cible privilégiée des armées de Vladimir Poutine durant ces dernières vingt-quatre heures. Démographie, géographie et bilan de la nuit, 20 Minutes vous dit tout sur ces deux villes, dont le nom ne risque plus de vous échapper.

Kherson, ciblée dans la nuit de mardi

Sûrement la moins connu des deux villes, Kherson est une ville du sud de l’Ukraine, située à 447 km au sud-est de Kiev et à moins de 80 km de la mer Noire. D’une superficie totale de 135,7 km2, elle abritait presque 290.000 habitants en 2017, selon un recensement de l’ONU. Important port de la mer Noire et du Dniepr (fleuve d’Europe de l’Est), Kherson est le siège des chantiers de construction navale en Ukraine. Elle est aussi proche de la péninsule de Crimée, annexée en 2014 par Moscou.

A 1h23 du matin mercredi, selon le maire de la ville Igor Kolykhaïev, les Russes ont pris le contrôle de la cité côtière de Kherson. Dès 5h49 dans la même nuit, l’armée de Vladimir Poutine s’est emparée de la gare ferroviaire. A 8h13, soit moins de sept heures après le début de l’offensive, la Russie a affirmé avoir pris le contrôle total de la ville, après des combats acharnés. « Des unités de l’armée russe ont pris le contrôle total de la capitale régionale de Kherson », a affirmé le porte-parole des forces armées russes, Igor Konachenkov, assurant que les « infrastructures civiles » et les transports en commun fonctionnaient normalement.

Carte d'Ukraine situant les lieux où ont été enregistrés des explosions, des frappes et des combats entre forces ukrainiennes et russes et les zones sous contrôle russe et revendiquées par les Russes, au 2 mars à 8h30 GMT.
Carte d'Ukraine situant les lieux où ont été enregistrés des explosions, des frappes et des combats entre forces ukrainiennes et russes et les zones sous contrôle russe et revendiquées par les Russes, au 2 mars à 8h30 GMT. - Simon MALFATTO, Sabrina BLANCHARD, Cléa PÉCULIER, Kenan AUGEARD

Jeudi matin, le maire de Kherson a annoncé avoir discuté avec des « invités armés » dans un bâtiment de l’administration de la ville, sous-entendant, sans les nommer, des troupes russes. « Nous n’avions pas d’armes et n’étions pas agressifs. Nous avons montré que nous travaillons à sécuriser la ville et essayons de parer aux conséquences de l’invasion », a-t-il détaillé dans un message sur Facebook. Le chef de l’administration régionale, Guennadi Lakhouta, a appelé sur Telegram les habitants à rester chez eux, indiquant que « les occupants (russes) sont dans tous les quartiers de la ville et sont très dangereux ».

Kharkiv, la ville des bombardements symboliques

Avec son 1,419 million d’habitants en 2017 selon l’ONU, Kharkiv est la deuxième plus grosse ville d’Ukraine. Capitale administrative de l’oblast de Kharkiv (subdivision administrative de l’Ukraine), la ville éponyme se situe à 423 km à l’est de la capitale, Kiev. Elle s’étend sur 350 km2 et se trouve au confluent des trois rivières Kharkiv, Lopane et Oudy, celles-ci faisant partie du bassin-versant du Serversky Donets dans la région nord-est de l’Ukraine. Sa proximité avec la frontière russe et son poids administratif dans la politique ukrainienne en font, après Kiev, une cible privilégiée pour Vladimir Poutine.

Localisation des principaux bombardements et explosions depuis le 24 février dans le centre de Kharkiv, deuxième plus grande ville d'Ukraine.
Localisation des principaux bombardements et explosions depuis le 24 février dans le centre de Kharkiv, deuxième plus grande ville d'Ukraine. - SIMON MALFATTO, SOPHIE RAMIS, KENAN AUGEARD

Vers 4h30 du matin, des troupes aéroportées russes ont débarqué à Kharkiv, a indiqué l’armée ukrainienne, faisant état de combats en cours. « Des troupes aéroportées russes ont débarqué à Kharkiv (…) et attaqué un hôpital » local, a déclaré l’armée ukrainienne dans un communiqué sur Telegram. « Un combat est en cours entre les envahisseurs et les Ukrainiens », a-t-elle précisé.

Depuis 8 heures, les images de Kharkiv touchée par des bombardements se succèdent. L’un des conseillers du ministre ukrainien des Affaires intérieures a publié des images d’un bâtiment endommagé par les tirs russes. Il s’agirait des locaux du département de la police régionale.


A 11 heures, au moins quatre personnes avaient été tuées et neuf autres blessées dans des bombardements russes ayant visé mercredi matin le siège des services de sécurité et une université à Kharkiv en Ukraine, ont indiqué les secours ukrainiens. « Pour l’instant dix personnes ont pu être sorties des décombres, le bilan préliminaire est de quatre morts et neuf blessés », a poursuivi cette source, dans un message sur les réseaux sociaux au moment où la deuxième ville du pays, subit une attaque des forces armées russes. Vingt et-une personnes avaient été tuées la veille dans des bombardements, notamment celui du siège de l’administration locale.


Dans la foulée des frappes ont touché les sièges régionaux des forces de sécurité et de police, ainsi que l’université, selon les services d’urgence. « Il ne reste plus de zone à Kharkiv où un obus d’artillerie n’a pas encore frappé », a affirmé Anton Guerachtchenko, conseiller du ministre de l’Intérieur ukrainien. Situés chacune à moins de 500 km de Kiev, les villes de Kharkiv et Kherson pourraient être un aperçu du destin de la capitale.