Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky devant le Parlement européen ce mardi

DISCOURS Son intervention, par visioconférence, interviendra durant une session extraordinaire consacrée à la guerre en Ukraine

20 Minutes avec AFP
Volodymyr Zelensky
Volodymyr Zelensky — EyePress News/Shutterstock/SIPA

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est sur tous les fronts. Au sens littéral comme figuré. L’ancien humoriste, qui réclame l'intégration de l'Ukraine dans l'UE « sans délai », va s’exprimer ce mardi à 12h30, heure française, devant le Parlement européen. Cette intervention se déroulera par visioconférence, précise la présidente du Parlement Roberta Metsola.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell, interviendront également lors de cette session extraordinaire consacrée à la guerre en Ukraine.


Perspective d’une adhésion

L’UE a pris plusieurs trains de sanctions sans précédent contre la Russie visant notamment ses responsables, y compris le président Vladimir Poutine et les secteurs financiers et économiques du pays. Les eurodéputés doivent voter une résolution soutenant la perspective d’une adhésion de Kiev à l'UE, un texte sans force contraignante. Une éventuelle décision d’adhésion relève des 27 Etats membres à l’unanimité.

« Nous allons soutenir aujourd’hui au Parlement européen le passage de l'#Ukraine au statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne. A ne pas confondre avec le fait de demander son adhésion immédiate ce qui n’est pas possible », a tweeté l’eurodéputé Pascal Canfin du groupe Renew (libéraux).


« Différentes opinions »

« Nous donnerons un signal fort de soutien à l'#Ukraine lors de cette session historique », a écrit le président du groupe de droite PPE, Manfred Weber. A la suite de l’invasion russe, la Commission européenne a ouvert la voie à une adhésion de l’Ukraine à l’UE.

Toutefois, celle-ci n’est pas pour demain en raison des longues et difficiles négociations qui doivent être menées pour permettre une intégration, une fois la candidature acceptée. Parmi les Vingt-Sept, « il y a différentes opinions et sensibilités au sein de l’UE » sur un tel élargissement, a averti lundi Charles Michel.