Guerre en Ukraine : Dons d’argent et de matériel médical… Comment la solidarité envers les Ukrainiens s’organise en France

ENTRAIDE Nombre de Français et de ressortissants Ukrainiens installés dans l’Hexagone se mobilisent pour venir en aide à l’Ukraine et à son peuple

Anissa Boumediene
En France comme dans le reste de l'Europe, la solidarité envers l'Ukraine s'organise, notamment à l'initiative de la diaspora ukrainienne, mobilisée pour collecter argent et matériel médical pour son peuple.
En France comme dans le reste de l'Europe, la solidarité envers l'Ukraine s'organise, notamment à l'initiative de la diaspora ukrainienne, mobilisée pour collecter argent et matériel médical pour son peuple. — Matteo Nardone/Pacific Press/Shu/SIPA
  • En France, la solidarité s’organise pour venir en aide au peuple ukrainien.
  • Des collectes de matériel médical et des appels aux dons ont été lancées, à l’initiative d’associations et de particuliers.
  • Fortement mobilisée, la diaspora ukrainienne envoie chaque jour des convois d’aide humanitaire dans le pays, envahi par les forces russes.

Que faire ? Comment aider ? Comment se sentir un peu utile à distance ? Six jours après l’invasion de l'Ukraine par la Russie, nombreux sont ceux et celles qui se demandent comment porter assistance au peuple ukrainien. Et sans attendre, la solidarité s’est déjà organisée.

Biens de première nécessité, rations alimentaires ou vêtements thermiques : associations et particuliers, notamment au sein de la diaspora ukrainienne, sont mobilisés pour recueillir des dons et les acheminer vers l’Ukraine.

« Nous avons besoin de matériel médical »

A Paris et en Ile-de-France, l’association Plast, qui rassemble les scouts ukrainiens de France, est à pied d’œuvre depuis plusieurs jours. « Nous avons mis en place différents points de collecte d’aide humanitaire dans toute la région parisienne, explique Olenka, vice-présidente de l’association. Nous sommes en contact permanent avec l’Ukraine, nous avons établi une liste précise des produits et biens nécessaires et on l’actualise régulièrement pour répondre aux besoins les plus importants et urgents ». En priorité, « nous avons besoin de matériel médical, insiste Olenka. Bandages, trousses de matériel chirurgical, seringues, mais aussi des lampes de poche ou des vêtements thermiques et des générateurs », indique la jeune femme. En revanche, vêtements classiques, couvertures et jouets ne comptent pour l’heure pas parmi les produits collectés.

De son côté, l’association Aide médicale caritative France-Ukraine (AMCFU) concentre son action sur la collecte de matériel médical professionnel plus volumineux. Créée en 2014, AMCFU a envoyé ces dernières années « près de 90 convois humanitaires avec plus de 1.000 tonnes de matériel médical, mobilier et consommables médicaux destinés aux hôpitaux ukrainiens », rappelle Dmytro Atamanyuk, directeur de l’association. Un appel aux dons a ainsi été lancé auprès des hôpitaux, administrations et entreprises de l’Hexagone pour collecter de grosses pièces de matériel médical technique, telles que des « civières, respirateurs, défibrillateurs » et même « des ambulances ». Mais aussi des « trousses hémorragie urgence-attentat individuelle », des « pansements occlusifs pour plaies thoraciques, des garrots tourniquets » et tous les matériels et médicaments nécessaires pour soigner soldats et civils ukrainiens qui pourraient être blessés par les forces russes.

« Des camions font des allers-retours tous les jours »

Une fois collectés, tous les dons sont triés et conditionnés. « Nous nous occupons de toute la logistique : nous avons des véhicules mis à disposition et conduits par des Ukrainiens de France. Les premiers convois sont déjà partis, des camions font des allers-retours tous les jours jusqu’à la frontière avec l’Ukraine », ajoute Olenka. Et au sein de la diaspora en France, des initiatives individuelles voient également le jour. Mikhaïl, qui vit à Paris, a lancé un appel aux dons sur les réseaux sociaux. « Comme beaucoup d’Ukrainiens de France, avec mes amis, on travaille sur des chantiers. On fait partie d’une petite équipe de football amateur. Quand le conflit a éclaté, on s’est aussitôt dit qu’on devait réagir, alors on a lancé notre appel ».

Et la solidarité a été au rendez-vous : « on a reçu beaucoup de médicaments et de quoi soigner nos soldats, mais aussi des produits élémentaires pour les enfants, ainsi que des lampes torches, des piles et des bougies, et nous allons poursuivre la collecte. Dans le même temps, a trouvé des véhicules et en quelques jours, on a déjà envoyé cinq camions en Pologne. Là-bas, des volontaires prennent le relais pour acheminer les convois de l’autre côté de la frontière, en Ukraine. C’est important de le faire pour aider notre pays. Quatre de nos amis, qui étaient avec nous à Paris, sont rentrés au pays rejoindre les forces armées », confie Mikhaïl, qui souhaite avec cette initiative apporter une aide concrète à son peuple.

Des cagnottes lancées

Une solidarité qui touche ces ressortissants Ukrainiens installés en France. « Dès que nous avons lancé notre appel, beaucoup de particuliers solidaires, Ukrainiens et Français, nous ont apporté leurs dons », raconte Olenka. Une générosité qui émeut aussi Mikhaïl, qui « remercie tous les Français qui nous aident ». L’aide est également financière. Outre les biens matériels, « nous avons lancé un appel aux dons », indique Dmytro Atamanyuk. Et il a été entendu. Pour l’heure, l’objectif du million d’euros n’est pas encore atteint, mais plus d’un millier de donateurs ont déjà répondu à cet appel, permettant de récolter près de 100.000 euros. Et dans l’Hexagone comme dans le reste de l’Europe, associations et bénévoles se préparent à un afflux massif de réfugiés. C’est ainsi qu’est né le réseau Soutien Ukraine, un portail sur lequel peuvent s’inscrire tous ceux et celles prêts à accueillir des familles ukrainiennes.

A ce jour, plus de 500.000 réfugiés partis d’Ukraine ont déjà été recensés par les Nations unies dans les pays limitrophes. L’Etat français a pour sa part envoyé 33 tonnes d’aide humanitaire en Pologne pour venir en aide aux Ukrainiens ayant fui leur pays, a indiqué lundi le ministère de l’Intérieur. Et plus de 30 tonnes de matériel partiront pour la Moldavie en début de semaine : des « tentes, des médicaments, de la nourriture », « tout ce qui aide les personnes à être accueillies dans les meilleures conditions ».