Guerre en Ukraine : Mobilisation générale, Kiev bombardée... Le récit heure par heure d’une deuxième nuit d’invasion russe

RECAP Heure par heure, retrouvez le récit de l’invasion russe en Ukraine dans la nuit de jeudi à vendredi

D.R. avec AFP
— 
Guerre en Ukraine: Pourquoi Vladimir Poutine a-t-il lancé une invasion ? — 20 Minutes
  • Le président russe Vladimir Poutine a décidé d’envahir l’Ukraine dans la nuit de jeudi afin d’imposer un « statut neutre » au pays démocratique.
  • La guerre provoquée par Moscou a déjà causé la mort d’au moins 137 Ukrainiens. Des bombardements ont touché des villes dans l’ensemble du pays, même à l’ouest près de la Pologne.
  • Les troupes russes ont avancé rapidement et se trouvent vendredi matin aux portes de la capitale ukrainienne, Kiev.

Le scénario catastrophe s’est produit en Ukraine. Jeudi dans la nuit, la Russie a lancé une attaque massive et rapide contre l’Ukraine, bombardant plusieurs grandes villes. Vladimir Poutine a décidé d’envahir, malgré les sanctions internationales. Les combats se sont poursuivis dans la nuit de jeudi à vendredi. 20 Minutes vous refait le film de cette nuit.

Entre minuit et 2 heures du matin

Alors que les bombardements continuent, Kiev a tenté de mesurer l’ampleur de la menace cette nuit. Le ministère des armées ukrainien a estimé le nombre de soldats russe sur son territoire entre 45.000 et 90.000 hommes, ce qui représente entre un quart et la moitié des troupes russes qui avaient été massées à la frontière. Dans l’espoir de les repousser, l’Ukraine a annoncé une mobilisation générale. Les hommes ukrainiens, âgés de 18 à 60 n’ont plus le droit de quitter le pays. Ils ne peuvent plus légalement traverser les frontières de l’Ukraine, d’après un message du chef de la douane de Lviv, une ville à l’ouest du pays.

Entre 2 et 4 heures du matin

Les bombardements ont continué à arroser la capitale et au moins un immeuble d’habitations a pris feu. Une énorme explosion a illuminé le ciel nocturne de Kiev vers 3 heures du matin. « Les frappes contre Kiev avec des missiles de croisière ou balistique ont repris. J’ai entendu deux fortes explosions », a confirmé le vice-ministre ukrainien de l’Intérieur, Anton Gerachtchenko.

Côté français, Emmanuel Macron a précisé les décisions prises à la suite du sommet du G7 et de la réunion extraordinaire du  Conseil européen. Dans une succession de messages publiés sur Twitter vers 3h30 du matin, le chef de l’Etat a rappelé la décision de prendre des sanctions « sur des personnes, sur les secteurs de la finance, de l’énergie, des transports, de l’export, sur les visas » et précisé que « le régime biélorusse, complice, sera également visé ». Au total, l’aide européenne à destination de l’Ukraine s’élève à « 1,2 milliard d’euros », a précisé le chef de l’Etat.

Entre 4 et 6 heures du matin

Un avion a été abattu au-dessus de la capitale ukrainienne. Les informations restaient confuses ce vendredi, certaines sources affirmant qu’il s’agissait d’un avion russe abattu par la défense antiaérienne ukrainienne, d’autres l’inverse. Les débris de l’engin dont la nationalité n’est pas établie ont fait de gros dégâts sur des immeubles d’habitations de Kiev.

Dans la capitale mais aussi à Kharkiv, la deuxième ville du pays, les habitants se sont massés dans les stations de métro, dans l’espoir d’échapper aux bombardements de Moscou. A Lviv, près de la frontière polonaise, les sirènes antibombardements ont retenti à l’aube.

Pendant ce temps, l’armée russe terrestre a continué son avancée dévastatrice. Les tanks de Moscou, arrivés par le Bélarus n’étaient plus qu’à 30 km de Kiev vers 5 heures du matin, d’après le secrétaire américain à la défense à des élus ukrainiens.

Entre 6 et 8 heures

L’Ukraine a pris une décision radicale dans l’espoir de ralentir les blindés russes qui arrivent par le nord et l’ouest : détruire les ponts à proximité de Kiev. Au moins deux ponts ont été détruits près de la capitale ukrainienne cette nuit.

Un peu après 6 heures du matin, les sirènes ont retenti dans la capitale du pays, enjoignant les civils à se calfeutrer chez eux. Les autorités ont été claires à l’intention des citoyens dans un message sur Telegram : ce n’est pas un exercice. Les troupes russes s’approchaient de Kiev : elles sont désormais dans la ville.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé la mort d’au moins 137 de ses concitoyens depuis le début de l’invasion russe. 316 autres Ukrainiens ont été blessés, a-t-il ajouté. Le chef d’Etat a accusé la Russie d’avoir bombardé la capitale dans la nuit, toutefois cette allégation n’a pas encore été prouvée de manière indépendante.