Guerre en Ukraine : « Pas de panique », « nous allons vaincre », dit le président Volodymyr Zelensky aux Ukrainiens

RECONFORT Le président ukrainien s’est exprimé dans un message vidéo sur Facebook

C.Poh avec AFP
— 
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une allocution télévisée.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une allocution télévisée. — AFP

Il se veut rassurant malgré la situation. Le président ukrainien a appelé ce jeudi ses concitoyens à « ne pas paniquer » face à l’offensive russe qui frappe leur pays en leur promettant la victoire, annonçant par ailleurs l’introduction de la loi martiale.

« Pas de panique, nous sommes prêts pour tout, nous allons vaincre », a dit Volodymyr Zelensky dans un message vidéo sur Facebook, ajoutant que la Russie avait effectué des frappes contre des infrastructures militaires et des gardes-frontières.

Opération russe en cours dans plusieurs villes d’Ukraine

Peu après, les sirènes d’avertissement anti-bombardement ont retenti à Kiev, la capitale ukrainienne. L’opération russe en cours dans plusieurs villes d’Ukraine vise à « détruire l’État ukrainien, s’emparer de son territoire par la force et établir une occupation », a estimé ce jeudi dans un communiqué le ministère ukrainien des Affaires étrangères. Kiev a également appelé la communauté internationale à « agir immédiatement » et à imposer de nouvelles sanctions contre la Russie au plus vite. « Seules des actions unies et fortes peuvent arrêter l’agression de l’Ukraine par Vladimir Poutine », ajoute ce texte.

Une offensive militaire pour « démilitariser et dénazifier »

L’armée russe a dit jeudi viser avec des « armes de haute précision » les sites militaires en Ukraine, quelques heures après que Vladimir Poutine a annoncé une offensive militaire pour défendre les séparatistes de l’est du pays, et « démilitariser et dénazifier » son voisin pro-occidental. « J’ai pris la décision d’une opération militaire spéciale », a-t-il dit, glaçant, dans une déclaration surprise à la télévision peu avant 3 heures, renouvelant ses accusations infondées de « génocide » orchestré par l’Ukraine dans l’est du pays, arguant de l’appel à l’aide des séparatistes annoncé dans la nuit et de la politique agressive de l’Otan à l’égard de la Russie et dont l’Ukraine serait l’outil.