Guerre en Ukraine: Le président Zelensky décrète la mobilisation générale...

LIVE Revivez les événements du jeudi 24 février sur la guerre menée par la Russie en Ukraine

P.B., D.R, X.R et M.F
— 
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adresse à la nation le 24 février 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adresse à la nation le 24 février 2022. — Handout / UKRAINE PRESIDENCY / AFP

L’ESSENTIEL

  • Vladimir Poutine a annoncé le lancement d’une opération militaire en Ukraine dans la nuit de mercredi à jeudi (4 heures du matin à Paris).
  • Le Président de la République s’est exprimé face aux Français dans un court discours ce jeudi midi. Face à ce qu’il qualifie de « violation de la Charte des Nations Unies », Emmanuel Macron a promis que « dans cette épreuve, la France se tient aux côtés de l’Ukraine ».
  • De son côté, dans un message télévisé adressé aux Britanniques, Boris Johnson a qualifié Vladimir Poutine de « dictateur ». 

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

2h30 : C'est l'heure de la bascule sur le live de vendredi

Bonne nuit à ceux qui nous quittent, et pour ceux encore debout, le live pour ne rien rater de cette nuit de tous les dangers pour Kiev, c'est par ici.

1h40 : Les détails sur l'objectif russe de «décapiter» le gouvernement ukrainien

C'est à lire ici.

1h20 : Kiev estime qu’entre 30.000 et 60.000 soldats russes sont sur son territoire

Selon Sky News, le ministère des armées ukrainien estime que 60 bataillons russes ont franchi la frontière pour l’instant. Un bataillon comptant en moyenne entre 500 et 1.000 soldats, cela ferait entre 30.000 et 60.000 troupes russes participant à l’invasion. Et Kiev estime que 30 bataillons supplémentaires seront envoyés vendredi, soit entre 45.000 et 90.000 soldats russes, ce qui représente entre un quart et la moitié des troupes russes qui avaient été massées à la frontière.

1h00 : Kiev en appelle aux hackers ukrainiens

Selon Reuters, le gouvernment ukrainien a lancé un appel aux hackers du pays pour aider à protéger les infrastructures ukrainiennes et à participer à des opérations offensives contre Moscou.

0h40 : « Allez-vous faire foutre », répondent des soldats ukrainiens à la marine russe avant d’être tous tués

L’armée russe a encerclé l’Ile aux serpents, défendue par 13 soldats ukrainiens et leur a lancé un ultimatum : Rendez-vous ou vous serez sous les bombes. Réponse des soldats, selon enregistrement publié par les médias ukraniens : « Navire russe, allez vous faire foutre ». Les 13 soldats sont tous morts « en héros », a dit Zelensky.


 

0h25 : Malgré le danger de « saboteurs russes », Zelensky « reste » à Kiev

Zelensky dit avoir des informations que « des groupes ennemis de saboteurs » ont pénétré à Kiev, qu’il est la cible n°1 et sa famille n°2 : « Moi et ma famille restons » (à Kiev) insiste-t-il.

0h15 : Moscou veut «décapiter le pouvoir» à Kiev pour installer un régime pro-russe, selon Washington

L'armée russe, qui a une «supériorité aérienne totale» en Ukraine, se rapprochait de Kiev jeudi avec l'intention de "décapiter le gouvernement ukrainien et d'y installer à la place un gouvernement favorable à Moscou, selon des sources militaires occidentales, indique un responsable américain.

23h55 : «Qui combattra à nos côtés?», lance Zelensky à l'Occident

L'appel de Zelensky aux leaders occidentaux: «Nous sommes tout seuls pour défendre notre pays. Qui combattra à nos côtés? Pour être honnête, je ne vois personne».


 

23h50 : 137 Ukrainiens tués et 306 blessés en 24 heures

C'est le bilan provisoire fourni par le président Zelensky lors de son allocution.

23h40 : Les détails sur la conscription à venir pas encore connus

Zelensky a décreté la mobilisation générale, mais on attend de connaître les détails sur la conscription. Plus tôt dans la journée, le ministère de la Défense a ordonné aux gardes-frontières d'empêcher les hommes âgés de 18 à 60 ans de quitter l'Ukraine pour se réfugier à l'étranger.

23h25 : Bouchons monstre à la frontière polonaise avec les réfugiés ukrainiens

Des milliers d'Ukrainiens fuient vers la Pologne.


 

23h15 : Le président Zelensky décrète la mobilisation générale

Le décret présidentiel est signé alors que les hommes âgés de 18 à 60 ans avaient interdiction de quitter le pays, selon une annonce des gardes-frontières.

22h55 : Témoignage de deux habitants de Kiev à lire ici

« Je sais que je dois partir, mais je n’ai pas envie de quitter ma vie à Kiev » Notre journaliste Anissa Boumediene a recueilli le témoignage d'une Ukrainienne et d'un Français réveillés par les bombes. A lire ici.

22h40 : Au moins 1.746 manifestants anti-guerre arrêtés en Russie

Selon les derniers chiffres avancés par des journalistes sur place.

22h30 : Les forces ukrainiennes disent avoir repris le contrôle d'un aéroport militaire

Les forces ukrainiennes ont repris le contrôle de l'aéroport militaire Antonov de Gostomel, dans la banlieue ouest de Kiev, face aux troupes aéroportées russes, affirme le ministère de la Défense. Il y a eu des infos contradictoires plus tôt ce soir, mais un journal de Kiev a désormais confirmation de deux sources. Attention toutefois, la propagande joue des deux côtés et la bataille continue, affirme un journaliste de la BBC à Kiev.


 

22h20 : Bandeau de soutien à l'Ukraine sur M6

Un bandeau affiché pendant l'émission Pékin Express répéré par notre journaliste Fiona Bonassin.


 

22h05 : De nombreux Ukrainiens réfugiés dans le métro

Que ce soit à Kiev ou dans la 2e plus grande ville, Kharkiv, le métro fait office d'abri contre les frappes russes, avec des habitants qui s'apprêtent à passer une nouvelle lui très difficile, qui pourrait voir l'offensive russe s'intensifier.



 

21h50 : Macron a appelé Poutine pour « exiger l’arrêt immédiat des opérations militaires russes »

L’Elysée confirme ce jeudi soir les informations de médias russes, relayant un échange téléphonique entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine.

« Après avoir parlé au président ukrainien et en concertation avec lui, le président a appelé Vladimir Poutine pour exiger l’arrêt immédiat des opérations militaires russes en rappelant que la Russie s’exposait à des sanctions massives », indique l’entourage d’Emmanuel Macron.

21h36 : Les Européens approuvent des sanctions « massives » contre Moscou

Les Vingt-Sept ont approuvé jeudi un nouveau train de sanctions contre la Russie, en réponse à son invasion de l’Ukraine, ciblant les secteurs de la finance, de l’énergie et des transports, qui auront des « conséquences massives et sérieuses », selon leur déclaration.

Approuvées au début de leur sommet à Bruxelles, « en coordination étroite avec les partenaires et alliés » de l’UE, ces mesures couvriront également les biens à usage double (à la fois civil et militaire) et la délivrance de visas, tandis que la Biélorussie, accusé d’être impliqué dans les opérations russes, sera frappé de sanctions supplémentaires, selon la déclaration.

21h25 : 100.000 personnes ont fui en Ukraine et des milliers vers l’étranger

« Nous pensons qu’environ 100.000 personnes ont dû déjà avoir quitté leur domicile et pourraient être déplacées à l’intérieur du pays, et que plusieurs milliers de personnes ont franchi les frontières internationales », a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), Shabia Mantoo.

21h19 : Pour ceux qui ont la flemme de lire tout le live (qui est très long aujourd’hui)

Voici comme tous les jours, le récap' de la journée : le jour 1 de l’invasion de la Russie en Ukraine.

 

21h15 : Quand Ukrainiens et ressortissants français hésitent à fuir le pays

Natalia, Ukrainienne installée dans la banlieue de Kiev, et Kevin, Français qui coulait depuis deux ans des jours heureux dans la capitale Ukrainienne, confient à « 20 Minutes » leur état d’esprit, quelques heures après avoir été réveillés par des bombardements.

C'est à lire juste ici. 

21h12 : Les Etats-Unis expulsent le numéro deux de l’ambassade russe à Washington
21h09 : Les Ukrainiens réfugiés dans le métro

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses images et vidéos montrent des civils réfugiés dans les couloirs des métros afin de se protéger des bombardements russes.

Ici des personnes réfugiées dans le métro de Kharkiv. On peut entendre une femme dire : « Je n’aurais jamais pensé que quelque chose d’aussi merdique arriverait de mon vivant. »


 

21h04 : Les Ukrainiens installés en France s'inquiètent pour leurs proches

«Je ne m’attendais pas à ce qu’il tombe dans cette folie», «mon frère a été mobilisé mardi et je n’ai plus de nouvelles depuis hier»... Les internautes ont été nombreux à répondre à notre appel à témoignage.

 

21h01 : Pourquoi Poutine dit n’importe quoi

Pour justifier l’invasion de l’Ukraine, Vladimir Poutine n’a pas hésité à expliquer que des nazis, coupables d’un « génocide », étaient au pouvoir en Ukraine. Des experts ont expliqué à 20 Minutes pourquoi cette rhétorique était infondée.

 

20h48 : Le Drian répond aux menaces de Moscou avec le nucléaire

L’Otan est aussi une « alliance nucléaire », a répliqué le ministre des Affaires étrangères après les menaces de Vladimir Poutine aux Occidentaux.

Jean-Yves Le Drian a également promis que les sanctions occidentales allaient « taper au cœur » la Russie.


 

20h47 : L’Ukraine demande un débat urgent au Conseil de l’ONU

Elle veut que celui-ci porte sur la situation des droits humains « résultant de l’agression russe ».

20h46 : Un avion de transport militaire russe s’écrase

Le crash, qui s’est produit en Russie dans la région de Voronej, près de la frontière ukrainienne a été causé par un problème technique. Tout l’équipage a été tué.

20h43 : Vladimir Poutine est un « cynique et un dictateur », lance Jean-Yves Le Drian

Le ministre des Affaires étrangères rejoint ainsi l’avis du Premier ministre britanniques, Boris Johnson.

20h40 : Washington sanctionne 24 personnes et organisations biélorusses

Il s’agit de banques, d’entreprises de défense et de sécurité, de responsables de la défense au sein du gouvernement biélorusse et des proches du président biélorusse Alexandre Loukachenko. Tous sont accusés par les Etats-Unis d’avoir soutenu et aidé l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

20h30 : Des manifestations contre Poutine à Paris

De nombreuses personnes ont manifesté à Paris place de la République, mais aussi devant l’ambassade russe. Notre reportage sur place.

20h16 : Près de 1.400 personnes arrêtées aux manifestations contre la guerre en Ukraine en Russie

Près de 1.400 personnes ont été arrêtées dans plusieurs villes de Russie lors de manifestations contre la guerre en Ukraine, selon l'ONG spécialisée OVD-Info. Selon cette organisation, au moins 1.391 personnes ont été interpellées dans 51 villes, dont 719 rien qu'à Moscou, où l'AFP a assisté à des dizaines d'arrestations sur la place Pouchkine, dans le centre, où un important dispositif policier avait été déployé.

20h14 : Le Pentagone va déployer 7.000 soldats supplémentaires en AllemagneCette annonce a été faite par un haut responsable américain à Washington, en marge de la conférence de presse de Joe Biden. L’objectif de ce nouveau déploiement, qui interviendra dans les prochains jours, est de « rassurer les alliés de l’Otan, dissuader une attaque russe et être prêt à soutenir les besoins dans la région », a précisé ce responsable.
20h12 : Biden promet de puiser dans les réserves stratégiques de pétrole pour tempérer la hausse des carburants

Objectif : soulager les Américains, inquiets de la hausse du prix des carburants. Washington « va relâcher des barils de brut supplémentaires si les conditions le permettent », a affirmé le président soulignant que les Américains « souffraient déjà » de la hausse des prix de l’essence à la pompe.

20h10 : Pas de consensus en Europe pour couper la Russie du réseau bancaire Swift, selon Biden

Mais couper la Russie du réseau bancaire Swift reste « une option », selon le président américain, qui a assuré que les autres sanctions financières avaient «autant d'impact voire plus d'impact» que cette option, réclamée par l'Ukraine elle-même.

20h04 : En réponse à un journaliste, le président américain indique qu’il ne prévoit pas « de parler avec Poutine »
19h56 : Biden assure que Poutine va devenir « un paria sur la scène internationale »
19h54 : « C’est une agression que nous devons punir », martèle le président américain
19h52 : « Nos forces ne vont pas être déployées en Ukraine, mais interviendront pour défendre nos alliés en Europe de l’Ouest »

Biden dit avoir autorisé « le déploiement de forces américaines supplémentaires » en Europe, mais précise qu’aucun soldat américain ne sera envoyé en Ukraine. Le président américain entend défendre « le moindre pouce de territoire de l’Otan » en déployant des forces en Estonie, Lituanie, Pologne. « Nos forces armées ne vont pas en Europe pour combattre en Ukraine mais pour défendre nos alliés de l’Otan et rassurer ces alliés de l’Est », a affirmé Joe Biden.

19h50 : Biden détaille les sanctions, qui toucheront quatre banques russes supplémentaires, mais aussi les secteurs technologiques

Le président américain annonce des sanctions économiques et des restrictions d’exportation vers la Russie : quatre banques russes supplémentaires vont aussi être sanctionnées et plus de la moitié des importations technologiques de la Russie supprimées, a-t-il affirmé.

19h48 : « J’ai validé un deuxième train de sanctions qui auront un impact à court terme et à long terme sur l’économie russe »

Cette série de nouvelles sanctions vise les banques et exportations russes. « Nous ajoutons également des noms à la liste des (élites) russes et des membres de leur famille qui sont sanctionnés ». Sanctionner Vladimir Poutine personnellement est aussi « sur la table », a encore dit Joe Biden, sans vouloir donner plus de détails. Joe Biden a d’ailleurs une nouvelle fois tenu à répéter que les Etats-Unis n’agissaient pas seuls sur ce dossier. « Nous allons limiter la capacité de la Russie à faire des affaires en dollars, euros, pounds et yen », a-t-il prévenu.

19h47 : «Lui et son pays vont en payer les conséquences»
19h46 : « Nous avons déclassifié des preuves montrant que Vladimir Poutine a choisi la guerre »
19h45 : «Poutine a refusé tous les gestes faits en bonne foi par les Etats-Unis et leurs alliés»
19h44 : Joe Biden prend la parole
19h38 : Air France réduit ses liaisons Paris-Moscou de 12 à sept vols hebdomadaires

« À compter de demain (vendredi NDLR) nous assurerons un vol par jour entre Paris CDG et Moscou et plus aucun équipage Air France ne sera hébergé en Russie », a précisé un porte-parole de la compagnie. Jusqu’ici, Air France exploitait un ou deux vols par jour de Paris à Moscou, pour un total de 12 par semaines. « Outre Moscou, Air France dessert Saint-Péeersbourg. À ce stade, le programme sur cette destination est inchangé », a ajouté le porte-parole, en précisant que cela représentait deux vols par semaine.

19h25 : L’OSCE évacue sa mission d’observation

L’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), seule instance internationale sur le terrain, a ordonné ce jeudi soir l’évacuation en urgence de sa mission d’observation en Ukraine. « J’ai décidé d’évacuer temporairement et dès que possible tous les membres » qui ont été depuis 2014 « nos yeux et nos oreilles impartiaux sur le terrain dans tout le pays », a écrit la secrétaire générale de l’Organisation, Helga Schmid, dans un communiqué.

19h24 : Le Canada sanctionne 58 individus et entités russes, annonce Justin Trudeau

Le Premier ministre canadien a évoqué des « sanctions sévères », qui cibleront des « membres de l’élite russe », des « grandes banques russes » et des « membres du Conseil de sécurité russe » notamment. « Nous cessons tous les permis d’exportation pour la Russie », a ajouté Justin Trudeau, estimant que l’invasion russe de l’Ukraine représentait une « immense menace la sécurité et la paix dans le monde ».

19h20 : RSF et l’Unesco appellent au respect des journalistes sur le terrain

Reporters sans frontière (RSF) appelle les autorités russes et ukrainiennes à « respecter leurs obligations internationales sur la protection des journalistes lors de conflits, aux institutions internationales de faire respecter ces mesures de protection et aux ambassades des États présents en Ukraine de leur accorder l’asile dès que nécessaire ». S’appuyant sur les chiffres de l’armée ukrainienne, qui délivre des accréditations, RSF indique qu'« outre les locaux, plus de 1.000 correspondants étrangers se trouvaient sur le terrain ces derniers jours ».

Dans un communiqué séparé, l’Unesco exhorte au respect de la résolution 2222 adoptée en 2015 par le conseil de sécurité de l’ONU, dont la Russie est membre permanent, qui promeut des « médias libres, indépendants et impartiaux en tant que fondements essentiels d’une société démocratique ». La Russie occupe la 150e place sur 180 pays au classement mondial de la liberté de la presse de RSF et l’Ukraine la 97e place.

19h15 : Les pâtes aussi vont augmenter ?

Le cours du blé clôture à un nouveau record sur le marché européen.

18h53 : La Russie a pris le contrôle de la centrale de Tchernobyl, assure le président ukrainien

« Après des combats acharnés, nous avons perdu le contrôle sur le site de Tchernobyl », a déclaré Mikhaïlo Podoliak, un conseiller de la présidence.

18h45 : Le G7 s’est mis d’accord sur des sanctions « dévastatrices » contre la Russie, assure Joe Biden

« Nous sommes aux côtés du courageux peuple ukrainien », a-t-il également écrit sur Twitter avant son allocution.

18h35 : Le Premier ministre indien téléphone à Vladimir Poutine et lui demande l'« arrêt de la violence »
18h34 : La première journée de l’invasion de l’Ukraine est un « succès », assure l’armée russe
18h33 : Près de 800 personnes arrêtées en Russie aux manifestations anti-guerre
18h31 : Le discours de Joe Biden décalé à 19h30

Il va falloir encore attendre un peu avant la déclaration du président américain

18h30 : « Poutine (…) ne pourra jamais se laver les mains du sang de l’Ukraine », lance Boris Johnson
18h19 : Boris Johnson annonce « le paquet de sanctions économiques le plus important et le plus sévère que la Russie ait jamais vu »

Le Royaume-Uni a imposé une nouvelle série de sanctions contre la Russie. Londres a interdit à la compagnie aérienne Aeroflot de desservir le Royaume-Uni. Le pays a également décidé « d’exclure totalement les banques russes du secteur financier britannique ».

Les sanctions vont aussi empêcher les entreprises publiques comme privées de lever des fonds au Royaume-Uni et limiter les sommes que les Russes peuvent détenir sur leurs comptes bancaires britanniques.

18h15 : L’Ukraine pourrait être « rayée de la carte », avertit Olaf Scholz

« C’est une tentative de déplacer par la violence les frontières en Europe, voire peut-être de rayer un pays entier de la carte mondiale », a déclaré le chancelier dans une allocution télévisée. « Nous vivons le début d’une guerre comme il n’y en a pas eu depuis plus de 75 ans en Europe », a-t-il ajouté.

Olaf Scholz a également appelé à éviter l’extension du conflit à « d’autres pays européens ». Il a cependant appelé Vladimir Poutine à « ne pas sous-estimer la détermination de l’Otan à défendre tous ses membres ».

18h08 : La télévision ukrainienne demande à exclure la Russie de l’Eurovision

Et on vous explique pourquoi cette demande n’est pas si anecdotique que ça dans le contexte actuel.

 

18h03 : Macron et Erdogan se sont appelés

Le Président de la République s’est entretenu par téléphone avec son homologue turc. Après avoir conjointement condamné l’invasion, ils ont appelé à des sanctions « qui soient à la hauteur de l’agression », indique l’Elysée précisant qu’ils resteront en contact pour suivre l’évolution de la situation.

18h01 : 13 civils ukrainiens et 9 soldats tués

Parmi ces civils se trouvent deux enfants. Tous ont trouvé la mort dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine qui est en partie contrôlée par les troupes russes, a annoncé l’administration régionale.

17h57 : Au revoir le gaz russe

« Les sanctions font mal à celui qui est sanctionné, mais celui-ci peut répondre », a assuré Josep Borrell. « Il faut savoir payer le prix », a-t-il lancé faisant référence au gaz russe dont les Européens pourraient être privés en cas de sanctions contre la Russie

17h50 : L’objectif est « d’isoler financièrement la Russie », assure Josep Borrell

Interrogé sur Franceinfo, le Haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères a indiqué que les sanctions contre la Russie toucheront les secteurs des technologies, des transports, de l’énergie et des finances.

En plus d’isoler financièrement la Russie, il assure que l’objectif est de réduire tout l’appui qui peut lui être donné. Il précise qu’aujourd’hui « 75 % des investissements en Russie proviennent de l’Union européenne ».
 

17h42 : Les Bourses européennes clôturent en baisse

Francfort -3,96 %, Paris -3,83 %, Londres -3,82 %.

17h40 : La Russie n’avait « aucun autre moyen » pour se défendre, se justifie Poutine

« Ce qui se déroule actuellement relève de mesures contraintes car on ne nous a laissé aucun autre moyen de procéder autrement », a déclaré le président russe lors d’une réunion télévisée avec des hommes d’affaires à Moscou.

17h38 : « La Russie ne veut pas porter atteinte au système économique mondial, auquel elle appartient », assure Vladimir Poutine

« Il me semble que nos partenaires doivent comprendre et ne pas se fixer pour objectif de nous pousser en dehors du système », a-t-il ajouté.

17h15 : Des dizaines de manifestants anti-guerre arrêtés à Moscou et Saint-Pétersbourg

Le Kremlin semble avoir mis à exécution ses menaces après avoir interdit tout rassemblement.


 

17h14 : La Croix rouge craint « un nombre massif de victimes »

Mais aussi « des déplacements massifs, des traumatismes, des séparations familiales et des disparitions », a indiqué le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer.

17h13 : Le monde du foot s’en mêle

Les fédérations polonaise, suédoise et tchèque demandent la délocalisation des barrages du Mondial de football prévus en Russie. Ces fédérations « n’envisagent pas de voyager en Russie » les 24 et 29 mars 2022 pour disputer leur billet pour la Coupe du monde et ont demandé à la Fifa et à l’UEFA, organisatrices, de « réagir immédiatement et de présenter des solutions alternatives » concernant le lieu des rencontres. L’UEFA tient une réunion extraordinaire de son comité exécutif vendredi à 10 heures.

Le président de la Fédération internationale de football (Fifa) Gianni Infantino s’est dit jeudi « préoccupé » face à une situation « tragique et inquiétante ».

17h11 : L’invasion de l’Ukraine met Poutine « du mauvais côté de l’histoire », lance le G7 dans un communiqué

Le G7 s’est dit prêt à intervenir en cas de « perturbations » des approvisionnements en énergie, insistant sur le fait que l’invasion russe de l’Ukraine était « une menace sérieuse pour l’ordre international ».

17h09 : Emmanuel Macron recevra successivement vendredi à l’Élysée, François Hollande et Nicolas Sarkozy
17h05 : Le président ukrainien demande d’exclure la Russie de Swift

Le système de messagerie interbancaire mondial est un rouage essentiel de la finance mondiale.

17 heures : Les vidéos prises par les civils font froid dans le dos

A l’ère des smartphones et des réseaux sociaux, le monde assiste à la guerre en Ukraine au plus proche des combats et des bombardements. C’est le cas avec cette vidéo prise par des civils et largement partagée aujourd’hui sur les réseaux sociaux.


 

16h56 : Les Russes ont conquis un aéroport militaire aux portes de Kiev

Celui-ci est situé à une quarantaine de kilomètres de Kiev, la capitale. Le président Volodymyr Zelensky a promis de le reprendre et a assuré que le débarquement de parachutistes à Gostomel, où il est situé, a été « bloqué » et les forces ukrainiennes qui ont « reçu l’ordre de les détruire ».

16h51 : Le retour du « rideau de fer » selon le président ukrainien

Un nouveau « rideau de fer » sépare la Russie du monde civilisé, a déclaré Volodymyr Zelensky.
Un peu d’histoire avec 20 Minutes : Le « rideau de fer » désigne la frontière symbolique qui séparait les pays occidentaux de la zone d’influence soviétique et communiste en Europe de l’est, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pendant la « Guerre froide ».

16h41 : L’offensive russe vise à « décapiter » le pouvoir à Kiev pour y « installer leur propre gouvernance », selon un responsable américain
16h37 : Les habitants de Kiev tentent de fuir

Des reporters sur place publient sur les réseaux des images de bouchons sur les routes. Ici à l’Ouest de la capitale, les habitants tentent de fuir les bombardements russes.


 

16h30 : La Russie promet une réplique « sévère » aux sanctions de l’UE

« Conformément au principe de réciprocité, qui est à la base du droit international, nous prendrons des mesures de rétorsion sévères », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. « Les mesures inamicales de l’UE à l’encontre de la Russie (…) ne pourront empêcher le développement progressif » des liens entre Moscou et les séparatistes d’Ukraine et la « fourniture d’une assistance à ces derniers », a-t-il ajouté.

16h20 : Kiev sous couvre-feu

La capitale ukrainienne Kiev impose un couvre-feu de 22 heures à 7 heures afin de préserver « la sécurité » des habitants, a indiqué le maire dans un communiqué.

16h17 : Des combats sont en cours près du dépôt des déchets nucléaires de la centrale de Tchernobyl

Des combats sont en cours près du dépôt des déchets nucléaires de la centrale de Tchernobyl où les forces russes ont pénétré depuis le Bélarus, a annoncé jeudi le conseiller du ministère de l'Intérieur Anton Guerachtchenko.


 

16h15 : La présidence polonaise de l'OSCE dénonce « un crime contre l'humanité »

La présidence de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a dénoncé jeudi «un crime contre l'humanité» après l'invasion russe de l'Ukraine. « Nous condamnons dans les termes les plus forts cet acte d'agression », a déclaré dans une vidéo publiée sur Twitter le ministre polonais des Affaires étrangères Zbigniew Rau, qui occupe la présidence tournante de cette organisation disposant d'observateurs internationaux sur place.

16h08 : La République Tchèque cesse de délivrer des visas aux citoyens russes

La République Tchèque cesse de délivrer des visas aux citoyens russes, a annoncé jeudi le Premier ministre tchèque, dans le contexte de l'attaque russe en Ukraine. « Nous suspendons le traitement des demandes de visas de la part de ressortissants russes dans toutes nos représentations diplomatiques à l'exception de cas humanitaires », a indiqué Petr Fiala en conférence de presse, annonçant par ailleurs la fermeture des consulats tchèques à Saint-Pétersbourg et à Iekaterinbourg.

16h06 : Joe Biden s'exprimera à 18h30 ce jeudi

 

15h35 : Wall Street en forte baisse à l'ouverture, sous le choc de l'invasion de l'Ukraine

Surprise par le déclenchement de l'invasion russe en Ukraine, la Bourse de New York a ouvert en nette baisse ce jeudi, les investisseurs se détournant des marchés actions.

15h06 : Des combats en cours dans une base militaire près de Kiev

L'armée ukrainienne a annoncé jeudi que des combats étaient en cours pour le contrôle d'un aéroport militaire de Gostomel, près de Kiev. « Des combats sont en cours pour l'aéroport de Gostomel » situé à quelques kilomètres au nord-ouest de Kiev, a annoncé le chef des armées ukrainiennes Valery Zaloujny. Des images sur les réseaux sociaux montrent qu'il a fait l'objet semble-t-il d'une attaque par de nombreux hélicoptères. La situation est également « tendue » dans le sud du pays où des combats sont menés pour les villes de Guenitchesk, Skadovsk et Chaplynka, dans la région de Kherson, près de la Crimée, a-t-il ajouté.

14h56 : La Russie dit avoir détruit 74 installations militaires, dont 11 aérodromes

L'armée russe a affirmé jeudi avoir détruit 74 installations militaires, dont 11 aérodromes, en Ukraine, où Moscou a lancé dans la matinée une opération militaire d'envergure.

« À la suite des frappes des forces armées russes, 74 installations terrestres de l'infrastructure militaire ukrainienne ont été mises hors service. Cela comprend 11 aérodromes de l'armée de l'air », a annoncé à la télévision le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov.

14h44 : Le club de foot allemand de Schalke retire le nom de Gazprom de ses maillots
14h38 : Les rendez-vous à venir et retenir

Pour coordonner leur riposte, les Occidentaux se réuniront dans un G7 virtuel ce jeudi à 15 heures, un sommet européen est prévu à 20 heures à Bruxelles et un sommet de l’Otan en visioconférence vendredi matin.

14h36 : Centres d’accueil pour réfugiés ukrainiens

La Pologne va ouvrir incessamment neuf premiers « centres d’accueil » pour les réfugiés ukrainiens, dans la perspective d’une possible vague fuyant l’agression russe, a annoncé jeudi le ministre polonais de l’Intérieur.

« Il y aura certainement une vague de réfugiés », a déclaré aux journalistes Mariusz Kaminski, en assurant que la Pologne en accepterait « autant qu’il y en aura à nos frontières », mais sans vouloir estimer leur nombre.

Le ministère a présenté la liste de neuf centres d’accueil, à proximité des principaux postes-frontières entre les deux pays, longue de 535 kilomètres, à Dorohusk, Dolhobyczow, Zosin, Hrebenne (est), à Korczowa, Medyka, Budomierz, Kroscienko et Przemysl (sud-est).

14h33 : Le CIO accuse Moscou d’avoir violé la trêve olympique

Le Comité international olympique (CIO) a accusé jeudi Moscou d’avoir violé la trêve olympique en envahissant l’Ukraine, et annoncé vouloir offrir une assistance humanitaire aux sportifs ukrainiens.

Dans un communiqué, le CIO « condamne fermement la violation de la trêve olympique par le gouvernement russe ».

Il souligne que les 193 Etats membres de l’ONU ont adopté le 2 décembre 2021 par consensus une résolution qui appelle au respect de la trêve olympique pour les Jeux olympiques et paralympiques de Pékin 2022 à partir de sept jours avant le début des Jeux olympiques, le 4 février, jusqu’à sept jours après la clôture des Jeux Paralympiques, qui ont lieu du 4 au 13 mars.

14h30 : Les autorités russes promettent des sanctions en cas de manifestations antiguerre

Mais si l’Ukraine demande leurs avis aux internautes, Moscou muselle ses citoyens.

Les autorités russes ont promis jeudi de réprimer toute manifestation « non autorisée » organisée dans le pays contre la guerre en Ukraine, où Moscou a lancé une opération militaire d’ampleur dans la matinée.

Le ministère de l’Intérieur, le Parquet et le Comité d’enquête russes ont tous mis en garde les Russes contre toute action de protestation. Le Comité d’enquête a souligné que les participants à des rassemblements au sujet de « la situation tendue en matière de politique étrangère » ou à des heurts s’exposaient à des poursuites.

14h28 : « Dites-leur ce que vous pensez d’eux »

Le compte Twitter de l’Ukraine a relayé un appel aux internautes en ce début d’après-midi, les encourageant à « taguer » la Russie et leur dire ce qu’ils « pensent d’eux ».


 

14h21 : Les liens historiques entre l’Ukraine, la Russie et la Biélorussie

Dans cette guerre, trois pays sont concernés : la Russie, qui lance l’offensive, l’Ukraine qui en est victime et la Biélorussie qui aide l’agresseur. Pour mieux comprendre ce conflit, 20 Minutes revient sur les relations historiques qui lient ces pays depuis des siècles. Retrouvez notre papier ici :  Ukraine, Russie et Biélorussie, des relations passionnelles historiques


 

14h15 : L’allocation de Macron en vidéo

Pour celles et ceux qui souhaitent voir ou revoir l’allocution du président de la République, voici la vidéo.

14h13 : Athènes condamne l’attaque russe « révisionniste »

Le Premier ministre grec a fermement condamné jeudi l’attaque « révisionniste » de la Russie contre l’Ukraine, où vivent plus de 100.000 Grecs, la qualifiant de « violation flagrante et non provoquée du droit international ».

« La révision de l’histoire par la force armée doit trouver face à elle une planète démocratique tout entière », a déclaré Kyriakos Mitsotakis, après un conseil de sécurité d’urgence à Athènes.

Le gouvernement assure de tout « son soutien possible » la communauté grecque en Ukraine, forte de quelque 100.000 personnes vivant principalement à Marioupol, dans le sud-est, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Andreas Katsaniodis.

14h10 : L’armée ukrainienne descend un hélicoptère russe près de Kiev

 

14h07 : Le problème du gaz

Il n’existe pas de solution immédiate pour remplacer sur le marché du gaz européen les importations venues de Russie, si celles-ci devaient cesser, a averti jeudi le géant français de l’énergie TotalEnergies.

« Si le gaz russe ne vient pas en Europe, on a un vrai sujet de prix du gaz en Europe », a confirmé le président du groupe Patrick Pouyanné, rappelant la dépendance européenne au gaz russe.

14h04 : Retour sur les « sanctions militaires »

Il est toujours question de protéger l’Otan. Quand Emmanuel Macron explique qu’il y aura des « sanctions militaires », il évoque en réalité un renforcement des forces de l’Otan en Roumanie, pas une intervention française en Ukraine. 

13h59 : L’ONU appelle à protéger la population et les infrastructures civiles

Le chef de l’agence de l’ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, a lancé jeudi un appel à la protection de la population et des infrastructures civiles en Ukraine, quelques heures après le déclenchement de l’invasion russe.

« Nous avons déjà vu des informations faisant état de victimes et de personnes qui commencent à fuir leurs maisons pour se mettre en sécurité », a écrit le Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés. « Les vies civiles et les infrastructures civiles doivent être protégées et préservées à tout moment, conformément au droit international humanitaire », a-t-il ajouté.

13h58 : L’UE appelle le Bélarus à « ne pas prendre part » à l’offensive russe en Ukraine

Le président du Conseil européen Charles Michel a appelé jeudi le Bélarus à « ne pas prendre part » à l’offensive russe en Ukraine, alors que selon Kiev, la Russie se sert du territoire bélarusse pour son invasion.

« Je lance un appel au Bélarus et à son peuple. Vous avez le choix de ne pas suivre l’action destructrice de la Russie. Vous avez le choix de ne pas prendre part à cette tragédie inutile contre vos voisins en Ukraine », a déclaré le responsable européen, alors que Minsk, allié de Moscou, est déjà sous le coup de sanctions occidentales. Le président bélarusse a affirmé que son armée ne participait pas à l’invasion de l’Ukraine.

13h55 : La chaîne RT russe sous surveillance

L’Arcom « veille avec une particulière vigilance » aux informations diffusées sur la chaîne russe RT en français et n’exclut pas l’usage d’outils pouvant aboutir à la suspension de sa diffusion, a annoncé jeudi le régulateur des médias, après le début de l’invasion russe de l’Ukraine.

« L’Arcom veille avec une particulière vigilance au respect par la chaîne RT France de ses obligations légales et conventionnelles. S’il l’estime justifié, le régulateur n’hésitera pas à faire usage, sans délai, des outils juridiques dont il dispose et qui peuvent aller jusqu’à demander la suspension de sa diffusion », a-t-il indiqué à l’AFP dans un courriel.

13h53 : « Leur liberté est la nôtre »

En évoquant la situation en Ukraine, Emmanuel Macron a envoyé ses pensées au peuple ukrainien et estimé que « leur liberté est la nôtre ».

13h47 : Emmanuel Macron « sans relâche »

« Ma détermination à vous protéger sera sans relâche », a assuré Emmanuel Macron lors de sa courte allocution à 13h30. « A ces heures troubles où renaissent les fantômes du passé et où les manipulations seront nombreuses, ne cédons rien de notre unité autour de nos principes de liberté, de souveraineté et de démocratie », a-t-il promis, à la suite d'un conseil de défense.


 

13h43 : Le symbole du drapeau ukrainien

Lors de l’allocution du président Emmanuel Macron, le drapeau ukrainien était debout près des drapeaux français et européens.

13h42 : La Lettonie interdit trois télévisions russes

L’autorité lettone de l’audiovisuel a annoncé jeudi une interdiction de diffusion de trois à cinq ans pour trois chaînes de télévision russes, représentant selon elle une « menace pour la sécurité nationale ».

Le Conseil national letton des médias électroniques de masse (NEPLP) a décidé de restreindre la retransmission dans le pays de Rossiya RTR pendant cinq ans, de Rossiya 24 pendant quatre ans et de TV Centre International (TVCI) pendant trois ans, selon un communiqué.

Il appelle « tous les pays de l’Union Européenne à » utiliser les preuves rassemblées par le NEPLP et de suivre l’exemple de la Lettonie en « restreignant la retransmission de ces programmes ».

13h41 : Rome demande à Poutine de retirer ses forces armées « sans conditions »

Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a exhorté jeudi le président russe Vladimir Poutine à retirer « sans conditions » et dans les plus brefs délais ses forces armées de l’Ukraine.

« L’Italie, l’Union européenne et tous leurs alliés demandent au président Poutine de mettre fin immédiatement à l’effusion de sang et de retirer sans conditions ses forces militaires hors des frontières internationalement reconnues de l’Ukraine », a déclaré Mario Draghi à l’issue d’un conseil des ministres.

13h38 : Un avion militaire ukrainien s’écrase près de Kiev avec 14 personnes à bord ​

Un avion militaire ukrainien s’est écrasé jeudi près de Kiev avec 14 personnes à bord, a annoncé le service d’Etat pour les situations d’urgence.

L’appareil est tombé près du village de Trypillia, à une cinquantaine de kilomètres au sud de la capitale ukrainienne, selon la même source.

13h37 : Des « conséquences profondes »

Cet « acte de guerre » aura « des conséquences profondes, durables sur nos vies », a estimé le président de la République. « Ne cédons rien de notre unité autour de nos principes », a ajouté Emmanuel Macron.

13h35 : Des sanctions « à la hauteur »

« En reniant sa parole, en choisissant la guerre, le président Poutine a décidé de bafouer la souveraineté de l’Ukraine et porter l’atteinte la plus grave à la stabilité de notre Europe depuis des décennies », a ajouté Emmanuel Macron dans son discours, ajoutant que lui et ses alliés avaient « tout fait pour l’éviter ».

« Nous répondrons avec sang-froid » et « sans faiblesse », a assuré le président. « Les sanctions portées à la Russie seront à la hauteur de l’agression dont elle se rend coupable », a-t-il précisé, des sanctions qui porteront sur « le plan militaire et économique autant que dans le domaine de l’énergie ».

13h30 : Emmanuel Macron s’exprime dans une allocution

Après l’invasion de la Russie en Ukraine, le président de la République s’exprime en direct devant la nation. Lors de cette allocution, Emmanuel Macron a estimé que « ce choix délibéré » est une « violation de la Charte des Nations Unies ». « Dans cette épreuve, la France se tient aux côtés de l’Ukraine », a ajouté le président.

13h25 : Aveu d’impuissance militaire côté allemand

La capacité de l’armée allemande à soutenir l’Otan dans le contexte de l’invasion russe de l’Ukraine « est extrêmement limitée », a reconnu son chef jeudi, alors qu’une ancienne ministre a admis l’échec « historique » de Berlin à se renforcer militairement.

« Je n’aurais jamais cru, après 41 ans de service en période de paix, devoir faire l’expérience d’une guerre et que l’armée, que je dirige, soit plus ou moins nue », a déclaré le chef de l’armée de terre Alfons Mais dans un post sur le réseau professionnel LinkedIn.

« Les options que nous pouvons offrir aux pouvoirs politiques sont extrêmement limitées », a-t-il reconnu dans un rare aveu d’impuissance.

13h20 : Précisions sur la percée russe dans la région de Kiev

Des unités militaires russes ont pénétré dans la région de Kiev à partir de la Biélorussie pour mener une attaque avec des missiles Grad sur des cibles militaires, ont annoncé jeudi les gardes-frontières ukrainiens dans un communiqué. Les gardes-frontières, sans préciser la nature de cette incursion terrestre, ont ajouté qu'elle avait eu lieu par le poste de contrôle Vilcha, à 150 km environ au nord de la capitale.

Une journaliste de l'AFP a constaté la présence de plusieurs hélicoptères non identifiés volant en groupe à basse altitude dans la banlieue de Kiev.

13h19 : Boris Johnson promet des sanctions « massives »

« Diplomatiquement, politiquement, économiquement, et en fin de compte militairement, cette entreprise atroce et barbare de Vladimir Poutine doit se solder par un échec », a déclaré le chef du gouvernement britannique dans une adresse télévisée aux Britanniques.

13h08 : Emmanuel Macron va prendre la parole dans les prochaines minutes
13h02 : Boris Johnson s’exprime et qualifie Poutine de « dictateur »

« Je dis aux Ukrainiens que nous sommes à vos côtés, nous prions pour vous et vos familles, nous sommes de votre côté. » Il qualifie Poutine de « dictateur russe ». Selon le Premier ministre britannique, cela va prendre « des mois » pour rendre à l’Ukraine sa « souveraineté », mais il insiste sur « l’espoir ».

12h59 : Israël dénonce une « violation de l’ordre mondial »

Le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a condamné jeudi l’invasion russe de l’Ukraine, tout en soulignant les liens d’Israël avec les deux pays. « Israël condamne cette attaque de la Russie contre l’Ukraine, qui constitue une grave violation de l’ordre mondial », a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Mais Yaïr Lapid a aussi souligné les « liens anciens, profonds et proches » unissant Israël aussi bien à la Russie qu’à l’Ukraine. Il s’est en outre inquiété des « dizaines de milliers d’Israéliens et des centaines de milliers de juifs » vivant en Russie et en Ukraine, assurant que leur protection était la priorité de l’Etat hébreu.

12h53 : Percée des forces russes dans la région de Kiev selon les gardes-frontières

Les habitants cherchent à fuir la ville par tous les moyens, les axes de circulation vers l'ouest sont particulièrement chargés et les trains pleins.

12h51 : La Chine comprend les « préoccupations » russes

La Chine « comprend les préoccupations raisonnables de la Russie en matière de sécurité », a déclaré jeudi le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, à son homologue russe Sergueï Lavrov, alors que Moscou a attaqué l’Ukraine. « La Chine a toujours respecté la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays », a déclaré Wang Yi, selon un compte-rendu de l’entretien téléphonique diffusé par son ministère. « En même temps, nous avons aussi constaté que la question ukrainienne relevait d’une histoire particulière et compliquée. Nous comprenons les préoccupations raisonnables de la Russie en matière de sécurité », a-t-il dit.

12h47 : La Lituanie en état d’urgence

Le président lituanien Gitanas Nauseda a signé jeudi un décret imposant l’état d’urgence sur le territoire de son pays, après le déclenchement de l’attaque aérienne et terrestre de l’armée russe contre l’Ukraine. « L’objectif de l’état d’urgence est de faire face à la menace grave qui pèse sur la sécurité publique (…) en réponse à d’éventuels troubles et à d’éventuelles provocations impliquant des forces militaires de grande envergure en Fédération de Russie » et en Biélorussie, a expliqué dans un communiqué la présidence. Selon la Première ministre lituanienne Ingrida Simonyte, ce régime donnera aux autorités plus de souplesse pour « répondre à toute urgence en matière d’infrastructures ou de cybersécurité ».

12h45 : L'Otan n'a pas de troupes en Ukraine et n'a pas prévu d'en déployer, selon Jens Stoltenberg
12h42 : Valérie Pécresse demande la convocation « sans délai » du Parlement

« La guerre est de retour au cœur du continent européen. Cela fait près de 25 ans que nous n’avions pas connu cette situation », a déploré la candidate LR à la présidentielle lors d’un point presse. « Je demande la convocation sans délai de l’Assemblée nationale et du Sénat pour débattre de cette situation, en application de la Constitution », a-t-elle ajouté, à l’unisson des oppositions qui ont presque toutes formulé des demandes similaires jeudi matin à l’Assemblée.

Accusant Vladimir Poutine d’avoir « violé les règles les plus fondamentales du droit international », Valérie Pécresse a condamné une « invasion » dont la « brutalité » nous « éclaire, de manière crue, sur la personnalité de Vladimir Poutine, son régime et les opérations de déstabilisation qu’il conduit » en Europe et en Afrique. Affirmant son « entière solidarité avec le peuple ukrainien », elle a demandé « que tout soit fait pour épargner les populations civiles » et appelé à « une réaction immédiate ».

« Je souhaite que les pays européens, l’Union européenne, en coordination avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni et les autres membres de la communauté internationale, se mettent d’accord dans les plus brefs délais sur les sanctions les plus fermes, ciblant personnellement les responsables de cette guerre », a-t-elle affirmé.

12h39 : Erdogan dénonce « un coup dur porté à la paix »
12h37 : Dix-huit personnes tuées dans des « frappes militaires » dans le sud de l’Ukraine

« Huit hommes et dix femmes ont été tués » par des « frappes militaires » dans un village de la région d’Odessa dans le sud de l’Ukraine, aux premières heures de l’invasion russe jeudi, ont annoncé les autorités régionales.

12h32 : La France condamne le passage par la Biélorussie de l’armée russe

Paris « condamne l’emploi du territoire de la Biélorussie autorisé par le régime de (Alexandre) Loukachenko pour mener cette agression contre un pays souverain », a déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian dans un communiqué. La France « va renforcer encore son soutien à l’Ukraine, sous toutes ses formes », ajoute-t-il, alors qu’Emmanuel Macron doit s’exprimer solennellement devant les Français.


 

12h27 : Le président ukrainien compare la Russie à « l’Allemagne nazie »

« La Russie a attaqué l’Ukraine de façon lâche et suicidaire comme faisait l’Allemagne nazie pendant la Seconde guerre mondiale », a déclaré le président ukrainien au cours d’un briefing retransmis sur Facebook. Il a également appelé les Russes à « sortir » dans la rue pour « protester contre cette guerre ».

12h23 : Macron va « s’adresser à la Nation prochainement »

 

12h22 : La France va « renforcer son soutien à l’Ukraine sous toutes ses formes »
12h20 : Jens Stoltenberg s’exprime dans un point presseLe secrétaire général de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) a réagi à l’invasion russe en Ukraine. « C’est un moment grave pour la sécurité de l’Europe », a-t-il déclaré.
12h18 : L’UEFA convoque une « réunion extraordinaire » vendredi

La Confédération européenne du football, l’UEFA, a convoqué une réunion extraordinaire vendredi pour « évaluer la situation » concernant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, lancée jeudi, alors que la finale de la Ligue des champions est prévue à Saint-Pétersbourg le 28 mai.

12h16 : L’opération militaire russe en Ukraine durera le temps « nécessaire »

Le Kremlin a indiqué jeudi que l’opération militaire contre l’Ukraine durerait le temps « nécessaire », en fonction de ses « résultats » et sa « pertinence », estimant que les Russes soutiendraient une telle offensive.

Le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a aussi affirmé aux journalistes que Moscou avait pour objectif l’imposition d’un « statut neutre » à l’Ukraine, sa démilitarisation et l’élimination des « nazis » qui selon lui se trouvent dans le pays.

12h15 : Combat d’hélicoptères

Des vidéos relayées sur les réseaux sociaux montrent des hélicoptères russes attaquer près de Kiev.


 

12h14 : La baisse des bourses européennes s’accélère

La baisse des bourses européennes s’accélère ce jeudi après l’invasion russe en Ukraine. Francfort perd plus de 5 %.

12h11 : La Turquie appelle la Russie à cesser son intervention en Ukraine « injuste et illégale au plus vite »

La Turquie a appelé jeudi la Russie à cesser son intervention en Ukraine « injuste et illégale au plus vite », jugeant qu’elle constitue « une menace contre la sécurité mondiale et régionale », selon le ministère des Affaires étrangères.

« C’est une lourde violation du droit international », insiste le ministère dans un communiqué, rappelant que la Turquie « s’oppose à tout changement de frontière par les armes ».

12h08 : Réunion de l’Otan

Les dirigeants des pays de l’Otan vont se réunir vendredi pour un sommet en visioconférence, selon des sources diplomatiques, tandis que l’Alliance s’est dite prête jeudi à déployer des moyens supplémentaires pour assurer sa défense après l’attaque de la Russie contre l’Ukraine.

« Des forces terrestres et aériennes défensives supplémentaires vont être déployées dans la partie orientale de l’Alliance, ainsi que des moyens maritimes supplémentaires », a précisé un diplomate à l’AFP.

12h07 : Le Kremlin dit que la réaction « émotionnelle » des marchés était prévisible

Le Kremlin a affirmé jeudi avoir « prévu » que les marchés russes allaient souffrir du fait d’une « réaction émotionnelle » après l’offensive contre l’Ukraine, assurant œuvrer à ce qu’elle soit « passagère ».

« Pour que cette période émotionnelle soit la plus passagère possible, toutes les mesures nécessaires ont été prises », a dit aux journalistes le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

12h04 : Le président ukrainien compare la Russie à « l’Allemagne nazie »
12h02 : L’invasion russe « remet en cause la paix » en Europe

L’invasion russe de l’Ukraine « met en danger la vie d’innombrables innocents » et « remet en cause la paix » en Europe, a déploré jeudi Olaf Scholz.

« Le président russe enfreint une fois de plus de manière flagrante le droit international », a dénoncé dans une déclaration à la presse le chancelier allemand, pour qui « rien ne peut justifier tout cela ».

11h59 : L’armée ukrainienne affirme avoir abattu un 7e avion russe

L’armée ukrainienne affirme avoir abattu un septième avion russe, au-dessus de la région de Louhansk.

11h57 : L’Otan prend des « mesures supplémentaires » pour protéger les alliés après l’attaque de la Russie
11h55 : Olaf Scholz convoque les députés allemands en session extraordinaire dimanche

Le chancelier allemand Olaf Scholz a annoncé la convocation dimanche « d’une séance extraordinaire » des députés du Bundestag consacrée à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je ferai une déclaration politique générale » à cette occasion, a indiqué le chancelier lors d’une déclaration à la presse jeudi.

11h53 : Le conseil de défense est terminé

Le conseil de défense, réuni en urgence par Emmanuel Macron après l’invasion russe en Ukraine, est terminé. Aucune prise de parole n’est prévue pour le moment. Suivra la réunion du G7 prévue à 15 heures.

11h48 : « Non à la guerre », lance un footballeur international russe

« Non à la guerre » : l’attaquant russe du Dynamo Moscou Fedor Smolov a exprimé jeudi sur Instagram son opposition à l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, devenant le premier joueur international de la « Sbornaïa » à le faire.

Son court message, « Non à la guerre », qui accompagne un fond noir, est suivi d’un drapeau ukrainien et d’un cœur brisé.

Le joueur âgé de 32 ans, qui a été convoqué lors des trois derniers rassemblements de la « Sbornaïa », la sélection russe, est le premier international russe à prendre position sur le sujet.

11h45 : La France et les nouveaux conflits

La France doit-elle craindre que le conflit russo-ukrainien l’éclabousse ? Pour répondre à cette question, notre journaliste Camille Poher a interviewé Jean-Louis Thiériot, qui a présenté un rapport d’information sur les « nouveaux conflits » à l’Assemblée nationale mi-février. Pour mieux comprendre le conflit et les forces et les faiblesses de la France, c’est ici : Guerre en Ukraine : « Jusqu'ici la France a toujours tenté de gagner la guerre avant la guerre »

11h41 : Macron réclame un sommet de l’Otan

Emmanuel Macron souhaite qu’un sommet de l’Otan se tienne « au plus vite », en réaction au début de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, a annoncé l’Elysée.

« Le président de la République souhaite la tenue d’un sommet de l’Otan au plus vite, en concertation avec nos partenaires et alliés », indique la présidence. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a exprimé la même demande.

11h40 : L’ambassadeur de Russie à Londres convoqué

La cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss a convoqué jeudi l’ambassadeur de Russie au Royaume-Uni, Andreï Kéline, au sujet de l’invasion russe de l’Ukraine, avertissant de « sanctions sévères » contre Moscou.


« J’ai convoqué l’ambassadeur russe pour qu’il me rencontre et m’explique l’invasion illégale et non provoquée de l’Ukraine par la Russie », a tweeté Liz Truss, alors qu’Andreï Kéline avait déjà été convoqué mardi au Foreign Office et reçu par le secrétaire d’Etat Philip Barton.

11h39 : Message sur l’ambassade ukrainienne à Londres

Dans un message vidéo diffusé sur la façade de l’ambassade de l’Ukraine à Londres, l’activiste anticorruption Daria Kaleniuk demande au Royaume-Uni de lourdes sanctions. Elle demande le « gel immédiat des avoirs et interdictions d’entrée pour tous les oligarques du Kremlin et leurs familles » et estime que « la guerre déclenchée par Poutine s’est produite parce que l’Occident a aveuglément pris de l’argent sanglant pendant des décennies ».


 

11h34 : Le Bélarus ferme partiellement son espace aérien

Le ministère bélarusse de la Défense a annoncé la fermeture à partir de 10 heures (heure française) de son espace aérien au-dessus de la frontière ukrainienne, dans le sud du pays, afin de « garantir la sécurité de l’utilisation de l’espace aérien » du pays.

11h30 : Attention, image sensible

De nombreuses personnes ont été blessées dans les bombardements russes en Ukraine. Ici, les secours viennent en aide à un homme, touché par un bombardement dans un village de la région de Louhansk. 


 

11h28 : L’Eglise anglicane dénonce un « acte maléfique »

Les chefs spirituels de l’Eglise anglicane ont dénoncé jeudi l’invasion russe de l’Ukraine comme un « acte maléfique », disant « prier pour un cessez-le-feu urgent » et appelant à faire de ce dimanche « un jour de prière pour l’Ukraine ».

« L’attaque horrible et non provoquée contre l’Ukraine est un acte maléfique », ont déclaré les archevêques de Canterbury Justin Welby et d’York Stephen Cottrell dans un communiqué.

11h25 : Flambée des prix

Les prix du pétrole s’enflammaient jeudi, l’attaque aérienne et terrestre de l’armée russe contre l’Ukraine propulsant le baril de WTI américain à plus de 100 dollars, une première depuis 2014.

Vers 11h20, heure française, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en avril s’envolait de 8,59 % à 100,01 dollars, et le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison le même mois prenait 8,76 % à 105,28 dollars, également à un sommet depuis 2014.

11h23 : Boris Johnson s’exprimera devant le Parlement à 18 heures

Le Premier ministre britannique s’exprimera devant le Parlement à 18 heures (heure française). « Je vais aussi m’entretenir avec les autres dirigeants du G7 et j’appelle à une réunion d’urgence de tous les dirigeants de l’Otan dès que possible », a ajouté Boris Johnson.

11h20 : L’Ambassade de France en Ukraine

L’ambassade de France en Ukraine assure que la France « se joindra à ses partenaires du Conseil de sécurité de l’ONU pour rédiger une résolution condamnant la guerre de la Russie ».


 

11h15 : Larcher « condamne avec la plus grande solennité cet acte de guerre intolérable »

Le président du Sénat français Gérard Larcher (LR) a condamné jeudi dans l’hémicycle l’invasion russe en Ukraine. « Tôt ce matin l’armée russe a engagé une intervention d’envergure sur tout le territoire ukrainien au mépris de l’intégrité et de la souveraineté de ce pays et naturellement en rayant totalement les accords de Minsk », a déclaré le président du Sénat à l’ouverture de la séance.

« Au nom du Sénat tout entier, je souhaite condamner avec la plus grande solennité cet acte de guerre intolérable qui met en péril la sécurité de notre continent et exprimer notre solidarité au peuple ukrainien injustement agressé », a-t-il poursuivi.

11h13 : La Moldavie ferme son espace aérien

La Moldavie a fermé son espace aérien, en raison de l’invasion russe de l’Ukraine voisine, a annoncé jeudi le vice-Premier ministre moldave Andrei Spinu.

« L’espace aérien sera fermé à partir de [11 heures, heure française]. Les vols seront détournés vers d’autres aéroports », a déclaré Andrei Spinu sur Telegram, justifiant cette décision par « la situation dans la région ».

11h10 : Différences de cibles

Alors que l’Ukraine a rapporté la mort de plus de 40 soldats et d’une dizaine de civils dans les bombardements, le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense assure que l’armée russe ne vise pas les villes ukrainiennes. D’après lui, les forces russes visent uniquement les « infrastructures militaires, les installations de défense aérienne, les aérodromes militaires et l’aviation » avec des « armes de haute précision ». « La population civile n’a rien à craindre », a-t-il ajouté.


 

11h05 : Boris Johnson demande une réunion d’urgence des dirigeants de l’Otan

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé jeudi à la tenue d’une réunion d’urgence « dès que possible » des chefs d’Etat ou de gouvernement de l’Otan au sujet de l’invasion russe de l’Ukraine, qu’il a qualifiée de « catastrophe pour le continent » européen.


« C’est une catastrophe pour notre continent », a-t-il tweeté, confirmant qu’il allait s’adresser aux Britanniques et ajoutant : « Je vais aussi m’entretenir avec les autres dirigeants du G7 et j’appelle à une réunion d’urgence de tous les dirigeants de l’Otan dès que possible ».

11h01 : La Lituanie en état d’urgence

La Lituanie a déclaré jeudi qu’elle allait imposer l’état d’urgence sur son territoire après l’attaque aérienne et terrestre de l’armée russe contre l’Ukraine.

« Aujourd’hui, je vais signer un décret imposant l’état d’urgence », a déclaré le président lituanien, Gitanas Nauseda, à l’issue d’une réunion du conseil de défense nationale, ajoutant que « la Lituanie demanderait l’activation de l’article 4 de l’OTAN », qui prévoit des consultations d’urgence si un membre de l’alliance est menacé.

10h59 : L’Ukraine annonce plus de 40 soldats et une dizaine de civils tués

Au moins 40 soldats et une dizaine de civils ont été tués jeudi aux premières heures de l’invasion russe de l’Ukraine, a annoncé à la presse un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Je sais que plus de 40 militaires ukrainiens ont été tués et plusieurs dizaines blessés et il est question d’une dizaine de civils tués », à travers le pays, a déclaré Oleksiy Arestovych. Ces pertes sont causées par des frappes aériennes et de missiles jeudi matin, a-t-il précisé.

 

10h58 : Distribution d’armes

« Nous donnerons des armes à tous ceux qui voudront défendre le pays. Soyez prêt à soutenir l’Ukraine sur les places de nos villes », a déclaré le président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky sur Twitter.


 

10h56 : La Corée du Sud se joindra aux sanctions contre Moscou

La Corée du Sud se joindra aux sanctions économiques internationales contre la Russie après son « invasion armée » de l’Ukraine, a assuré jeudi le président Moon Jae-in.

« La souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance de l’Ukraine doivent être garanties », a insisté Moon Jae-in dans un communiqué diffusé par les bureaux de la présidence.

La Corée du Sud « apportera son soutien et sa participation aux efforts de la communauté internationale, y compris aux sanctions économiques », a-t-il ajouté, déplorant une « invasion armée » de l’Ukraine par la Russie.

10h54 : L’Allemagne renforce ses mesures contre d’éventuelles cyberattaques

L’Allemagne renforce ses mesures contre d’éventuelles cyberattaques, après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a annoncé jeudi la ministre de l’Intérieur.

« Les agences de sécurité ont relevé les mesures de protection contre d’éventuelles cyberattaques et ont sensibilisé les services concernés », a annoncé dans un communiqué Nancy Faeser, précisant que « toutes les informations convergent vers le Centre national de cyberdéfense, qui suit de près l’évolution actuelle ».


 

10h51 : D’après l’armée russe, les civils « n’ont rien à craindre »

L’armée russe a affirmé que les civils ukrainiens n’avaient « rien à craindre » alors que Moscou a lancé une offensive dans le pays. Au moins un civil a déjà été tué dans un bombardement russe sur un quartier résidentiel de Tchouhouïv, dans l’est de l’Ukraine.

10h48 : Berlin prête à accueillir des réfugiés

L’Allemagne est prête à « aider massivement » ses voisins, tout particulièrement la Pologne, en cas d’afflux de réfugiés fuyant l’invasion russe en Ukraine, a assuré jeudi la ministre de l’Intérieur, Nancy Faeser.

« Nous suivons de très près l’éventualité de mouvements de réfugiés vers nos pays voisins », a indiqué la ministre du gouvernement d’Olaf Scholz dans un communiqué. « Nous soutiendrons massivement les États concernés, en particulier notre voisin polonais, si des mouvements importants de réfugiés devaient se produire », a-t-elle ajouté.


 

10h45 : Kiev, ville fantôme

Les habitants fuient Kiev, terrorisés par les frappes de Moscou. De nombreuses rues sont vides et des internautes relayent des photographies de la ville « fantôme » ou de l’important trafic routier.


 

10h43 : L’armée russe annonce des gains territoriaux des séparatistes dans l’est de l’Ukraine

L’armée russe a annoncé jeudi que les séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine qu’elle assiste ont réalisé des gains territoriaux face à l’armée ukrainienne, alors que Kiev est confronté depuis la matinée à une invasion militaire.

Selon le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, qui s’exprimait à la télévision, les rebelles ont avancé de trois kilomètres dans la région de Donetsk et d’un kilomètre et demi dans celle de Lougansk. Il a assuré que la Russie visait des cibles militaires et que les civils n’avaient « rien à craindre ».

10h41 : L’Ukraine rompt ses liens diplomatiques avec la Russie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé jeudi, dans une adresse à la nation, la rupture des liens diplomatiques avec Moscou, au premier jour de l’invasion de son pays par les forces armées russes.

« Nous avons rompu les liens diplomatiques avec la Russie », a-t-il déclaré alors que ces relations avaient été maintenues même après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

10h40 : Boris Johnson va s’adresser aux Britanniques jeudi matin

Le Premier ministre britannique Boris Johnson va s’adresser aux Britanniques à la télévision jeudi dans la matinée au sujet de l’intervention russe en Ukraine et s’exprimer devant le Parlement vers 18 heures (heure française), ont indiqué jeudi ses services.

Le chef du gouvernement britannique a convoqué en matinée une réunion de crise à Downing Street et promis une réponse « décisive » à l’invasion lancée par l’armée russe.

10h38 : François Fillon critiqué pour sa réaction à l’invasion russe

L’ancien Premier ministre François Fillon, qui siège désormais dans un grand groupe privé russe, s’est attiré de nouvelles critiques jeudi après avoir déploré « le refus des Occidentaux » d’entendre les revendications russes concernant l’Otan.

« En 2014, j’ai regretté les conditions de l’annexion de la Crimée et aujourd’hui je condamne l’usage de la force en Ukraine », a affirmé sur twitter l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012).


« Mais depuis dix ans, je mets en garde contre le refus des Occidentaux de prendre en compte les revendications russes sur l’expansion de l’Otan. Cette attitude conduit aujourd’hui à une confrontation dangereuse qui aurait pu être évitée », a estimé François Fillon.

10h35 : Dans la cathédrale ukrainienne de Paris, des prières pour les soldats qui défendent « la patrie »

Dans la cathédrale Saint Volodymyr le Grand de Paris, les tableaux de martyrs d’Europe de l’est côtoient les photos de victimes de la répression du soulèvement de 2014 en Ukraine. Et des prières sont adressées aux soldats défendant « la patrie » face à la Russie.

« Que le Seigneur protège (…) ceux qui ont subi les conséquences de la guerre », récite un ecclésiastique en français durant la messe. « Prions encore pour que Dieu veille sur tous les soldats qui remplissent leur devoir de protection et de défense de la patrie ».

10h32 : La BCE « surveille de près les implications de la situation en Ukraine »

La Banque centrale européenne a dit jeudi « suivre de près les implications de la situation en Ukraine », théâtre d’une opération militaire lancée par la Russie.

Le conseil des gouverneurs de la BCE « procédera à une évaluation complète des perspectives économiques lors de la réunion de mars » incluant « les développements récents dans le domaine géopolitique », a ajouté l’institut dans un communiqué transmis à l’AFP par une porte-parole.

10h29 : Composition du Conseil de défense

De nombreux ministres participent au Conseil de défense qui a débuté à 9 heures ce matin pour évoquer la situation en Ukraine. Sont présents avec le président Emmanuel Macron : le Premier ministre Jean Castex, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, la ministre des Armées Florence Parly et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

10h23 : France Télévisions reporte l’émission « Elysée 2022 » avec Marine Le Pen

France Télévisions a décidé de déprogrammer en urgence l’émission « Elysée 2022 », grand oral de la candidate à l’élection présidentielle Marine Le Pen prévu jeudi soir, au profit d’un programme spécial consacré au conflit en Ukraine, a annoncé jeudi son directeur de l’information Laurent Guimier, sur Europe 1.

10h22 : Au moins 5 militaires ukrainiens tués ​

Le bilan officiel des militaires ukrainiens tués jeudi lors de l’invasion russe a grimpé à cinq morts, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

Un militaire de la défense antiaérienne a été tué dans la région de Zaporijjia (sud) alors que quatre gardes-frontières ont péri dans diverses localités de la région de Kherson (sud), a précisé le ministère.


 

10h16 : L’Assemblée nationale sous le choc

A l’Assemblée nationale, le chef de file des députés LREM, Christophe Castaner, a condamné la « tentative d’hégémonie » du président russe Vladimir Poutine qui « viole les droits internationaux ».

Les groupes LR, PS et LFI ont réclamé au plus vite un débat devant le Parlement sur la crise russo-ukrainienne. « La guerre a éclaté en Europe. Le terme d’invasion n’est pas trop fort. Rappelons que nos faiblesses d’aujourd’hui peuvent être nos fautes de demain », a lancé Philippe Gosselin (LR), appelant à ce que « la France soit à la pointe de la mobilisation ».

Il ne faut « surtout pas entrer dans l’escalade », a jugé Mathilde Panot, présidente des députés insoumis. « Nous serons aux côtés des forces de paix », a assuré le communiste Jean-Paul Lecoq.

10h09 : Au moins une victime civile

« Pays de merde, put… », crie une femme, devant le corps d’un homme tué dans un bombardement sur un quartier résidentiel de Tchouhouïv, dans l’est de l’Ukraine, épicentre de l’offensive déclenchée pendant la nuit par la Russie.

Près du mort, son fils en pleurs, la trentaine, reste prostré. « Je lui avais dit de partir », répète-t-il indéfiniment, à côté des restes tordus d’une Lada antédiluvienne.

Le cratère du missile, large de 4-5 mètres, est situé entre deux immeubles de cinq étages totalement détruits. Les pompiers tentent d’éteindre les derniers incendies.

10h05 : Marine Le Pen « appelle à la cessation immédiate des opérations militaires russes »

La candidate du Rassemblement national a réagi à l’attaque russe. « Aucune raison ne peut justifier le lancement d’une opération militaire contre l’Ukraine par la Russie qui rompt l’équilibre de la paix en Europe », a écrit Marine Le Pen.


Marine Le Pen a réclamé une initiative diplomatique de la France « sous l’égide de l’ONU ». Le Rassemblement national avait bénéficié d’un prêt d’un établissement financier russe en 2014 et Marine Le Pen avait été reçue par le président Vladimir Poutine lors de la campagne présidentielle de 2017.

09h59 : L’armée ukrainienne affirme avoir tué une cinquantaine d'« occupants russes »

L’armée ukrainienne a affirmé jeudi avoir tué une cinquantaine « d’occupants russes » dans la région de Lougansk (est), alors que l’Ukraine fait face à une invasion de Moscou lancée dans la matinée.

« Le 24 février, près de 50 occupants russes ont été liquidés près de la localité de Chtchastia », dans l’est de l’Ukraine, a assuré l’état-major de l’armée ukrainienne dans un communiqué. Le terme « d’occupant russe » peut désigner tant les soldats russes que les combattants séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine.

09h58 : L’Allemagne promet « les sanctions les plus sévères » contre Moscou

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a promis jeudi que Berlin et ses alliés allaient mettre en œuvre « les sanctions les plus sévères » contre la Russie, qui a lancé une opération militaire contre l’Ukraine.

« Nous allons aujourd’hui nous coordonner au sein de l’UE, de l’Otan et du G7 et nous allons mettre en œuvre le paquet complet de sanctions les plus sévères », a assuré la cheffe de la diplomatie, avertissant que ces sanctions auraient des « répercussions » sur l’économie allemande.

09h57 : Jean-Yves Le Drian au conseil de défense

Le conseil de défense et de sécurité nationale, qui réunit les principaux ministres et responsables chargés de la situation, a débuté vers 9 heures à l’Elysée.

Le Premier ministre Jean Castex, qui y participe, a annulé un déplacement prévu jeudi à Angers (Maine-et-Loire) autour de la déconcentration des services publics.

09h53 : L’Italie convoque l’ambassadeur russe pour condamner l'« agression » en Ukraine

L’ambassadeur russe en Italie a été convoqué jeudi au ministère des Affaires étrangères, qui lui a signifié « la ferme condamnation du gouvernement italien pour la très grave agression injustifiée » contre l’Ukraine.

Cette agression « constitue une violation claire et nette du droit international », a affirmé le ministère italien des Affaires étrangères dans un communiqué. Plus tôt dans la matinée, le Premier ministre Mario Draghi avait qualifié l’attaque russe d'« injustifiée et injustifiable ».

09h52 : Les médias russes montrent les combats entre Ukrainiens et séparatistes

 

09h47 : « Réunion extraordinaire » au Conseil de l’Europe jeudi

Une « réunion extraordinaire » du Comité des ministres du Conseil de l’Europe, son organe exécutif, est convoquée jeudi à 15 heures au siège de l’organisation paneuropéenne à Strasbourg après l’attaque russe de l’Ukraine, a annoncé le porte-parole du Conseil Daniel Holtgen.

Le Comité des ministres, où siègent habituellement les représentants permanents des 47 Etats membres de l’organisation, « discutera des prochaines étapes de sa réaction à l’attaque russe contre l’Ukraine », a-t-il précisé.

09h44 : Panique financière

L’attaque militaire de l’Ukraine par la Russie jeudi semait la panique sur les marchés mondiaux, faisant chuter les bourses et s’enflammer les matières premières, pétrole et gaz en tête, tandis que la banque centrale russe a dû intervenir pour freiner un plongeon du rouble.

Les Ukrainiens se sont aussi précipités pour retirer de l’argent. L’ancien journaliste du Guardian, Alec Luhn, affirme sur Twitter qu’à sa banque à Moscou, ils n’ont « plus de dollars ».


 

09h42 : Le Bélarus se dédouane

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a affirmé jeudi que l’armée de son pays, un allié de Moscou, ne participait pas à l’invasion de l’Ukraine lancée dans la matinée par la Russie.

« Nos troupes ne prennent aucune part à cette opération », a déclaré Alexandre Loukachenko lors d’une réunion avec les chefs de son armée, cité par l’agence publique Belta.

09h40 : Le géant hôtelier Accor s’occupe de ses « clients et collaborateurs » en Ukraine

Le géant français de l’hôtellerie Accor, qui exploite 7 hôtels en Ukraine et 55 en Russie, s’est dit prêt jeudi à s’occuper de ses « clients et collaborateurs » en Ukraine « pour qu’ils soient en sécurité », après l’attaque de la Russie, en marge de la publication de ses résultats financiers annuels.

Le PDG du sixième groupe hôtelier mondial, Sébastien Bazin, a affirmé sur BFM Business : « Je vais m’occuper de mes collaborateurs, de mes clients qui sont là-bas, et faire tout pour qu’ils soient en sécurité et que, s’ils veulent partir, je puisse les accueillir, que ce soit en Biélorussie ou en Pologne : nous avons des hôtels partout. »

09h38 : L’Europe et le gaz russe

L’Europe lorgne sur le gaz et le pétrole du Golfe en quête d’alternatives aux hydrocarbures russes face à l’escalade militaire de Moscou contre l’Ukraine. Mais cette option n’a rien de simple, ni de certain, selon les experts.

Après l’annonce d’une « opération militaire » en Ukraine par le président russe Vladimir Poutine, le prix du baril a dépassé jeudi les 100 dollars pour la première fois en plus de sept ans. Conséquence : l’Arabie saoudite, riche en pétrole, et l’émirat du Qatar, aux importantes réserves gazières, sont au cœur de l’attention de l’Union européenne (UE) dont le marché du gaz dépend à 40 % des approvisionnements russes et est donc très vulnérable aux tensions entre la Russie et l’Ukraine.

09h36 : Le Conseil de l’Europe évoque une « heure sombre »

Parlant d’une « heure sombre pour l’Europe et tout ce qu’elle représente », Marija Pejcinovic Buric, la secrétaire générale du Conseil de l’Europe, « appelle les autorités russes à une cessation immédiate et inconditionnelle des hostilités et à un retour à la diplomatie pour rétablir la paix et éviter de nouvelles conséquences dévastatrices pour l’ensemble du continent ».

« La protection des vies civiles doit rester une priorité », a-t-elle encore souligné, ajoutant : « Toutes mes pensées vont à l’Ukraine, à son peuple et à ses autorités ».

09h33 : Alexeï Navalny s’oppose à l’invasion russe

L’opposant à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, détenu en Russie, s’est exprimé devant la cour de justice ce jeudi. « Je veux que le tribunal enregistre que j’appelle à l’arrêt de la guerre. Les gens qui ont déclenché cette guerre sont des gangsters et des voleurs », a-t-il déclaré.


« Je suis contre cette guerre. Je pense que cette guerre entre la Russie et l’Ukraine est menée pour dissimuler le vol des citoyens russes et détourner leur attention des problèmes qui existent à l’intérieur du pays, de la dégradation de l’économie », a déclaré Navalny à l’audience d’un nouveau procès qui s’est ouvert contre lui la semaine dernière, selon une vidéo publiée par la chaîne d’opposition Dojd.

09h26 : Société Générale, Renault et Alstom, très présents en Russie, s’écroulent à la Bourse de Paris

Les entreprises françaises de la Bourse de Paris qui ont beaucoup d’activités en Russie étaient les plus frappées par la chute de l’indice boursier jeudi, après le lancement dans la nuit d’une attaque de la Russie contre l’Ukraine.

Renault, présent via sa filiale Avtovaz, s’écroulait 8,31 % après avoir perdu plus de 10 % lors des premiers échanges. Société Générale, présent via Rosbank, perdait 5,02 % et Alstom, qui a une participation de 20 % dans le constructeur ferroviaire Transmashholding, 4,69 % vers 9h10. La Bourse de Paris chutait dans le même temps 3,18 %.

Si vous voulez en savoir plus, 20 Minutes est revenu sur ce risque dans ce super papier :  Les entreprises françaises implantées en Russie doivent-elles s’inquiéter ?

09h24 : Le prix de l’énergie

La facture d’énergie des Européens devrait pâtir de ce conflit en Ukraine. Notre journaliste Jean-Loup Delmas a analysé les effets de la guerre sur nos factures.

Le voici : La Russie va-t-elle couper le gaz aux Européens ?

09h21 : Pécresse « condamne avec la plus grande fermeté la guerre entamée par la Russie »

La candidate à la présidentielle Valérie Pécresse a condamné « avec la plus grande fermeté la guerre entamée par la Russie ». « La réponse de la France et de l’Europe doit être vigoureuse, coordonnée et sévère », a-t-elle ajouté.


 

09h18 : Le bilan des gardes-frontières

Le bilan des pertes des forces armées ukrainiennes au déclenchement de l’offensive russe est passé jeudi à trois morts, toutes subies le long de la frontière sud avec la Crimée annexée par Moscou, ont annoncé les gardes-frontières. Reuters annonçait un peu plus tôt au moins 8 morts.

L’armée russe a débuté dans la nuit de mercredi à jeudi une invasion de l’Ukraine sous forme d’attaques coordonnées sur plusieurs fronts, au nord, et principalement à l’est du pays, utilisant dans le secteur sud des roquettes et hélicoptères contre les positions ukrainiennes, ont précisé les gardes-frontières.

09h14 : Le récap' heure par heure

Pour celles et ceux qui arrivent sur ce live et n’ont pas le courage de remonter tous ces posts, 20 Minutes a concocté un récap' de la nuit en Ukraine, heure par heure. Le voici : 



09h11 : Le président ukrainien ordonne « d’infliger un maximum de pertes » aux forces russes

Le président ukrainien a donné l’ordre à ses troupes d’infliger le maximum de pertes aux militaires russes qui envahissent son pays, a indiqué sur Facebook le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, le général Valery Zaloujni.

« Le commandant suprême des forces armées (le président Volodymyr Zelensky) a donné l’ordre qu’un maximum de pertes soient infligées à l’agresseur », a indiqué le général, assurant que l’armée « contrait avec dignité » les attaques ennemies.

09h09 : Les bourses européennes s’effondrent à l’ouverture

Les Bourses européennes chutaient à l’ouverture jeudi après le lancement par la Russie d’une attaque militaire contre l’Ukraine, où des forces terrestres russes ont franchi la frontière.

A l’ouverture, Paris dégringolait de 4,19 %, Francfort de 4,39 %, Londres de 2,55 %. L’Eurostoxx 50, indice européen de référence, chutait de 3,52 %.

09h06 : Au moins 8 morts

Au moins huit personnes ont été tuées et neuf ont été blessées par les bombardements russes, a déclaré un conseiller du ministre ukrainien de l’Intérieur, selon Reuters.

09h01 : Les criminels de guerre en « enfer »

L’ambassadeur d’Ukraine a déclaré ce jeudi à l’ambassadeur de Russie au conseil de sécurité : « Il n’y a pas de purgatoire pour les criminels de guerre, ils vont directement en enfer ambassadeur. »


 

08h56 : L’Espagne condamne « l’agression » russe en Ukraine

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a condamné ce jeudi « l’agression » russe en Ukraine et a affirmé être en contact avec les autres pays de l’Union européenne et de l’Otan pour « coordonner » leur réponse.


« Le gouvernement de l’Espagne condamne l’agression de la Russie contre l’Ukraine et est solidaire du gouvernement et du peuple ukrainiens », a tweetté Pedro Sanchez. « Je reste en contact étroit avec nos partenaires et nos alliés de l’Union européenne et de l’Otan pour coordonner notre réponse », a-t-il ajouté.

08h53 : Fabien Roussel réagit en demi-teinte

Le candidat communiste Fabien Roussel a dénoncé sur France 2 une « déclaration de guerre » et « une décision extrêmement grave » de Vladimir Poutine et a appelé à « tout mettre en œuvre pour désarmer les armées (…), pour que ça n’aille pas plus loin ».

Il a qualifié Vladimir Poutine de « président nationaliste, dur », mais a également fustigé Kiev pour « ne pas avoir voulu respecter les accords de Minsk », signés en 2015.

08h52 : Le Conseil de l’Europe « condamne fermement l’attaque militaire russe »

La secrétaire générale du Conseil de l’Europe, Marija Pejcinovic Buric, a condamné « fermement » jeudi « l’attaque militaire russe contre l’Ukraine », dans un communiqué de l’organisation paneuropéenne qui siège à Strasbourg et dont la Russie et l’Ukraine sont membres.

« Nous prendrons rapidement les mesures nécessaires pour répondre à la situation actuelle », a-t-elle poursuivi, dénonçant une « violation flagrante du statut du Conseil de l’Europe et de la Convention européenne des droits de l’Homme ».

 

8h49 : Les métadonnées de la vidéo de Poutine n’indiquent pas qu’elle a été enregistrée lundi

Tout est parti d’un tweet d’une radio indépendante russe affirmant que les métadonnées de la vidéo de Vladimir Poutine indiquaient que le fichier avait été créé lundi. Ce qui aurait prouvé que l’attaque avait été décidée il y a trois jours et l’allocution filmée dans la foulée de celle de lundi, une impression renforcée par une tenue veste noire/cravate pourpre identique. Sauf que la radio a analysé le mauvais fichier.

« 20 Minutes » a pu télécharger la bonne vidéo sur le site du Kremlin, qui dure 28 minutes et pas 55 minutes. Et les métadonnées (disponibles ici) indiquent qu’elle a été créée ce jeudi à 3h35 du matin. Attention, toutefois il est possible de manipuler ce genre d’informations sur la date de création d’un média, donc rien ne prouve que la vidéo n’ait pas été enregistrée à l’avance.


 

08h47 : Anne Hidalgo réagit

La candidate socialiste Anne Hidalgo a « condamné avec la plus grande énergie l’attaque brutale ordonnée par Vladimir Poutine » et appelé à « réagir fermement devant cet acte injustifié et criminel ». « En ces moments sombres pour la paix et pour l’Europe, j’exprime ma solidarité et mon soutien avec l’Ukraine et son peuple », a-t-elle ajouté dans un tweet.


 

08h45 : La Russie risque « un isolement sans précédent », selon l’UE

L’Union européenne a condamné jeudi le comportement « intolérable » de la Russie et prévenu que le régime du président russe Vladimir Poutine allait devoir affronter « un isolement sans précédent », après son intervention militaire en Ukraine.

« Les dirigeants russes devront faire face à un isolement sans précédent », a déclaré à Bruxelles devant la presse Josep Borrell, chef de la diplomatie de l’UE, en soulignant que les Vingt-Sept préparaient un nouveau train de sanctions qui est le « plus sévère jamais mis en œuvre ». Un sommet exceptionnel de l’UE a été convoqué jeudi soir à Bruxelles.


 

08h44 : La Chine dit « suivre de près » la situation après l’intervention russe

La Chine a indiqué jeudi qu’elle « suivait de près » la situation en Ukraine après l’intervention militaire de la Russie, s’abstenant de condamner Moscou et appelant à éviter une escalade.

« Nous exhortons toutes les parties à faire preuve de retenue pour éviter que la situation ne devienne hors de contrôle », a indiqué devant la presse une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying, sans condamner la Russie.

 

08h42 : Les premières sanctions de l’UE tombent

« Les sanctions viseront des secteurs stratégiques de l’économie russe. Nous allons geler les avoirs russes dans l’UE et bloquer l’accès des banques russes à notre marché financier. Ceci est conçu pour peser lourdement sur la capacité du Kremlin à financer la guerre », souligne Ursula von der Leyen jeudi matin.


 

08h37 : Premier mort confirmé par les gardes-frontières

Les gardes-frontières ukrainiens ont annoncé un premier mort dans l’invasion russe.

08h36 : Macron convoque un conseil de défense à 9 heures

Emmanuel Macron a convoqué un conseil de défense et de sécurité nationale à 9 heures à l’Elysée sur la situation en Ukraine, où l’armée russe a lancé une offensive militaire, a annoncé la présidence.

Le chef de l’Etat s’est par ailleurs entretenu avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qu’il a eu « sur son portable », et qui a « demandé des interventions multiples pour soutenir l’Ukraine » et de « faire unité en Européens », selon l’Elysée. Emmanuel Macron « lui a affirmé tout le soutien et la solidarité de la France ». Le président a également parlé avec le président du Conseil européen Charles Michel, selon l’Elysée.

08h35 : Plus de navigation dans la mer d’Azov

Moscou a annoncé jeudi avoir fermé à la navigation la mer d’Azov, qui baigne la Russie et l’Ukraine, où les forces russes ont lancé dans la matinée une opération militaire, ont rapporté les agences de presse russes.

« La navigation dans les eaux de la mer d’Azov est suspendue depuis [2 heures du matin, heure française] jusqu’à nouvel ordre », a indiqué l’agence maritime russe Rosmorretchflot, citée par Interfax.

08h34 : Les habitants de Kiev fuient la ville

Les habitants de Kiev prennent la route. Les avenues se retrouvent, alors qu’il fait encore noir, avec le trafic des heures de pointe. Des voitures remplies de familles filent vers l’extérieur de la ville, l’ouest ou à la campagne, au plus loin de la frontière russe, située à 400 km. Mais si le front de l'est est celui où les bombardements semblent les plus soutenus, aucune région de l'Ukraine ne semble à l'abri.


 

08h29 : Varsovie demande l’activation de l’article 4 du traité de l’Otan

Le gouvernement polonais a annoncé jeudi avoir demandé à l’Otan d’activer l’article 4 du traité de l’Alliance qui prévoit des consultations en cas de menace à la sécurité de l’une des parties, à la suite de l’attaque russe contre l’Ukraine.

« Il y a un instant, l’ambassadeur [polonais] à Bruxelles a soumis une telle demande au secrétaire général de l’Otan, avec un groupe d’alliés », a déclaré le porte-parole du gouvernement polonais Piotr Müller.

08h26 : Des « sanctions massives » en discussion à l’UE

« Les leaders de l’UE vont discuter de nouvelles mesures restrictives qui auront des conséquences massives et sévères sur la Russie pour son action, en étroite coordination avec nos partenaires transatlantiques », indique le président du Conseil Charles Michel, et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, dans un communiqué commun.

08h21 : Les forces terrestres russes entrent en Ukraine

Des forces terrestres russes sont entrées sur le territoire ukrainien, notamment depuis la Crimée annexée, ont indiqué jeudi les gardes-frontières ukrainiens alors que Moscou a lancé une opération militaire dans le pays.

« Des véhicules militaires russes, y compris des blindés, ont violé la frontière dans les régions de Tcherniguiv (nord, frontière bélarusse), Soumy (nord-est, frontière russe), Lougansk et Kharkiv (est, frontière russe) » par le point de passage entre la péninsule et la partie continentale de l’Ukraine, ont indiqué les gardes-frontières en publiant une vidéo sur laquelle on voit des véhiculés marqués de la lettre Z.

08h17 : Au moins un mort, d'après un conseiller ukrainien

Le conseiller du ministère ukrainien de l'Intérieur a déclaré que les bombardements à travers l'Ukraine avaient fait un mort et un autre blessé à Brovary, dans la région de Kiev.


 

08h16 : La Bourse de Moscou ouvre en chute de près de 14 % ​

La Bourse de Moscou a rouvert après une suspension temporaire jeudi en chute de près de 14 %, alors qu’une opération militaire a été lancée par la Russie en Ukraine.

L’indice Moex (en roubles) est en baisse de 13,97 %, tandis que le RTS (libellé en dollars) a plongé de 20,16 %, selon les chiffres de la plateforme financière.

08h13 : La Finlande et la Suède condamnent une « attaque contre l’ordre de sécurité européen »

La Finlande et la Suède, non membres de l’Otan, ont condamné jeudi l’attaque russe contre l’Ukraine, dénonçant séparément « une attaque contre l’ordre de sécurité européen ». La crise en Ukraine et la menace russe ont relancé le débat dans les deux pays sur une adhésion à l’alliance atlantique, même si les gouvernements sociaux-démocrates au pouvoir dans les deux nations ont pour l’heure fermé la porte à une candidature d’adhésion.


A Helsinki, une réunion d’urgence réunissant le président Sauli Niinistö et la Première ministre Sanna Marin a été convoquée dans la matinée. 

08h11 : Le rouble chute de 9% face au dollar
08h09 : Eric Zemmour « condamne sans réserve l’intervention militaire russe »

Le candidat d’extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour « condamne sans réserve l’intervention militaire russe qui a débuté cette nuit en Ukraine », a indiqué son équipe à l’AFP jeudi matin.

Dimanche sur Europe 1, Eric Zemmour se disait « sceptique » à propos d’une telle invasion : « Je vous avoue que je n’y crois pas, mais je peux me tromper », indiquait-il en évoquant la « propagande » des Etats-Unis et de la Russie.

 

08h09 : Eric Zemmour «condamne sans réserve l'intervention militaire russe»

 

08h06 : L’Australie annonce une « seconde série » de sanctions contre la Russie

L’Australie a annoncé jeudi une « deuxième série » de sanctions à l’encontre de la Russie, après son attaque contre l’Ukraine, ouvrant ainsi la voie à de nombreux pays désireux de prendre de nouvelles mesures à l’encontre de Moscou.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a condamné l'« invasion illégale » de la Russie en annonçant des sanctions à l’encontre de quatre institutions financières et de 25 personnes appartenant à quatre entités en charge du développement et de la vente de technologies militaires et d’armes.

 

08h03 : La Banque centrale de Russie intervient sur le marché des changes pour « stabiliser la situation »

La Banque centrale russe a annoncé jeudi commencer des « interventions » sur le marché des changes afin de « stabiliser la situation » après la chute du rouble, au moment où la Russie a lancé une opération militaire contre l’Ukraine.

« Afin de stabiliser la situation sur le marché financier, la Banque de Russie a décidé de commencer des interventions sur le marché des changes », a annoncé la Banque centrale dans un communiqué.

08 heures : Attaques aux frontières

« Des attaques sur les unités aux frontières et les points de contrôle se font avec usage d’artillerie, d’équipements lourds et d’armes légères », explique un communiqué des gardes-frontières. Le document fait aussi état d’actions de sabotage et de reconnaissance.

07h57 : La France condamne l’assaut russe

« La France condamne fermement la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine. La Russie doit mettre immédiatement fin à ses opérations militaires », a réagi Emmanuel Macron ce jeudi matin.

« La France est solidaire de l’Ukraine. Elle se tient aux côtés des Ukrainiens et agit avec ses partenaires et alliés pour que cesse la guerre », a ajouté le chef de l’Etat.


 

07h55 : Boris Johnson préside une réunion de crise jeudi après les « horribles attaques » de la Russie

Le Premier ministre britannique Boris Johnson va présider jeudi matin une réunion de crise pour décider de la « réponse » à apporter aux « horribles attaques » de la Russie contre l’Ukraine, a annoncé Downing Street.

« Le Premier ministre présidera une réunion COBR à 8h30 [heure française] pour discuter de la réponse aux horribles attaques en Ukraine ce matin », a déclaré un porte-parole du dirigeant britannique.

07h53 : Le président bélarusse, allié de Moscou, convoque les chefs de son armée

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko, un allié de Moscou, va convoquer les chefs de son armée sur fond d’opération militaire lancée par Moscou contre l’Ukraine, a annoncé jeudi une chaîne Telegram liée à la présidence.

« Loukachenko convoque rapidement une réunion avec les militaires. La réunion au Palais de l’Indépendance commence dans une heure » vers 9 heures (heure française), a indiqué la chaîne Telegram « Pool Pervogo ».

 

07h50 : Le Japon réagit

L’attaque russe de l’Ukraine « secoue les fondations de l’ordre international », a dénoncé jeudi le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

« Nous condamnons fermement la Russie. Nous allons coordonner les efforts avec la communauté internationale dont les Etats-Unis, et réagir rapidement » face à cette situation, a ajouté Fumio Kishida devant la presse après une réunion d’un conseil de sécurité nationale.

07h42 : : Mélenchon appelle à refuser une « escalade insupportable »

Le candidat LFI à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon a dénoncé vendredi l’opération russe en Ukraine, appelant à refuser cette « escalade insupportable » et à user de la voie « diplomatique » pour obtenir « un cessez-le-feu immédiat et un retrait de toutes les troupes étrangères d’Ukraine ».

Jean-Luc Mélenchon, arrivé jeudi matin à l’île de la Réunion, a appelé dans un communiqué à « une réunion immédiate de l’organisation de sécurité et de coopération en Europe » et à une délibération « d’urgence » de l’Onu pour « rétablir la paix en Europe ».

07h36 : L’armée russe passe la frontière sud

L’armée russe a passé la frontière sud depuis la Crimée avec des tanks et des camions militaires, d’après une vidéo des gardes-frontières ukrainiens.


 

07h35 : Drapeaux chinois

L’ambassade de Chine en Ukraine a demandé aux ressortissants chinois de rester chez eux et conseillé aux personnes qui se déplacent en voiture d’apposer un drapeau chinois bien en vue sur le véhicule. Elle n’a cependant pas donné d’ordre d’évacuation.


 

07h34 : Le « jour de la honte »

« La communauté internationale ne va pas oublier ce jour de la honte », a indiqué la ministre des Affaires étrangères allemande, Annalena Baerbock, promettant une « réaction » à cette « violation des règles élémentaires de l’ordre international ».

07h33 : L’attaque russe est « injustifiée et injustifiable », selon le Premier ministre italien ​

Le Premier ministre italien Mario Draghi a qualifié jeudi l’attaque russe sur l’Ukraine d'« injustifiée et injustifiable », assurant que l’Union européenne et l’Otan travaillaient à une réponse immédiate.

« Le gouvernement italien condamne l’attaque de la Russie contre l’Ukraine. Elle est injustifiée et injustifiable. L’Italie se tient auprès du peuple et des institutions ukrainiennes en ce moment dramatique. Nous travaillons avec les alliés européens et de l’Otan pour répondre immédiatement, avec unité et détermination », a déclaré M. Draghi dans un communiqué.

07h29 : Les bombardements russes

 

07h22 : Deux villages de l’est de l’Ukraine aux mains des Russes

Le ministère ukrainien des Affaires intérieures a déclaré que les forces russes ont capturé deux villages de la région de Louhansk.


 

07h19 : « Coalition anti-Poutine »

Le monde doit créer « une coalition anti-Poutine » pour « contraindre la Russie à la paix », a déclaré jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dont le pays est la cible d’une opération militaire de Moscou.

« Nous sommes en train de bâtir une coalition anti-Poutine », a déclaré M. Zelensky à l’issue d’entretiens notamment avec les dirigeants américain, britannique et allemand. « Le monde doit contraindre la Russie à la paix », a-t-il ajouté


 

07h12 : La Russie dit avoir détruit les bases aériennes et la défense anti-aérienne ukrainiennes

L’armée russe a affirmé jeudi avoir détruit les systèmes de défense anti-aérienne et mis « hors service » les bases aériennes de l’Ukraine, où Moscou a lancé dans la matinée une opération militaire.

« L’infrastructure militaire des bases aériennes des forces armées ukrainiennes a été mise hors service », a indiqué le ministère russe de la Défense, cité par les agences de presse russes. « Les installations de défense anti-aérienne des forces armées ukrainiennes ont été détruites », a-t-il ajouté.

07h11 : L’ensemble de l’Ukraine bombardée

 

07h08 : L’Ukraine affirme avoir abattu cinq avions et un hélicoptère russes

L’armée ukrainienne a affirmé jeudi avoir abattu dans l’est du pays cinq avions et un hélicoptère de l’armée russe qui a lancé dans la matinée une opération militaire contre l’Ukraine.

« Cinq avions et un hélicoptère de l’agresseur ont été abattus », a indiqué l’état-major de l’armée ukrainienne dans un communiqué.

07h06 : Coup de fil Poutine-Loukachenko

Le président russe Vladimir Poutine a appelé au téléphone dans la nuit de mercredi à jeudi son homologue bélarusse et allié Alexandre Loukachenko, l’informant qu’il allait lancer une opération militaire en Ukraine, a indiqué la présidence bélarusse.

« Vers [3 heures du matin, heure française] aujourd’hui, une conversation téléphonique a eu lieu entre les présidents bélarusse et russe. Au cours de l’appel, Vladimir Poutine a informé son collègue bélarusse de la situation à la frontière avec l’Ukraine et dans le Donbass », a indiqué la présidence dans un communiqué.

7h04 : Les forces ukrainiennes annoncent avoir abattu un avion russe

« La défense aérienne ukrainienne a abattu un avion russe », écrit le ministère de la Défense ukrainien. « La situation reste sous contrôle », ajoute le ministère dans un tweet.


 

06h59 : Des tirs reportés à Lutsk

Dans l’ouest de l’Ukraine, à Lutsk, à seulement 80 km de la Pologne, des bombardements ont aussi été rapportés.


 

06h57 : Dans l’ouest de l’Ukraine, les sirènes anti-bombardement s’élèvent aussi

Des bombardements ont été rapportés à Lviv, à moins de 100 kilomètres seulement de la Pologne, dans l’ouest de l’Ukraine.


 

06h55 : Des attaques dans l’ouest de l’Ukraine

La Russie attaque même l’ouest de l’Ukraine, à 300 km de la frontière de la Pologne. Des sirènes d'avertissements anti-bombardement retentissent à Lviv, dans l'ouest du pays.


 

06h46 : Attaque sur l'aéroport Aéroport international de Kiev-Boryspil

 

06h40 : Les Bourses russes annoncent suspendre les échanges

Les Bourses de Moscou et de Saint-Pétersbourg ont annoncé jeudi suspendre les échanges sur leurs plateformes sur fond d’opération militaire lancée par la Russie en Ukraine.

« La négociation sur tous les marchés a été suspendue. La reprise sera annoncée à une date ultérieure », a indiqué le Bourse de Moscou (MOEX) dans un communiqué.

06h38 : Réunion en urgence de l’Otan

Les ambassadeurs des 30 pays membres de l’Otan vont se réunir en urgence jeudi matin à Bruxelles à la suite de l’opération militaire russe contre l’Ukraine, a annoncé un porte-parole de l’Alliance.

Le chef de l’Otan, Jens Stoltenberg, qui a condamné l'« attaque téméraire et non provoquée » de Moscou, doit tenir une conférence de presse vers 12h30, selon la même source.

06h34 : Poutine a choisi « l’effusion de sang » en Ukraine, dénonce Boris Johnson

« Le président Poutine a choisi la voie de l’effusion de sang et de la destruction en lançant cette attaque non provoquée contre l’Ukraine. Le Royaume-Uni et nos alliés répondront de manière décisive », a réagi Boris Johnson.


 

06h33 : L’Ukraine attaquée le long des frontières russe et bélarusse

L’Ukraine a été attaquée jeudi par la Russie le long des frontières russe et bélarusse, ont déclaré dans un communiqué les gardes-frontières ukrainiens.

« La frontière d’Etat ukrainienne a été attaquée par des troupes russes depuis la Russie et le Bélarus », a indiqué ce communiqué selon lequel les attaques ont notamment été réalisées à l’aide d« 'artillerie ».

06h30 : Un aperçu des sirènes anti-bombardement à Kiev

Les sirènes d’avertissement anti-bombardement ont retenti jeudi matin dans le centre de Kiev, la capitale de l’Ukraine.


 

06h29 : « L’Ukraine se défendra et gagnera »

« De paisibles villes ukrainiennes sont en train d’être attaquées. C’est une guerre d’agression. L’Ukraine se défendra et gagnera. Le monde peut et doit arrêter Poutine. Il est temps d’agir maintenant », a tweeté le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.


 

06h27 : « Une violation éclatante » du droit international pour Scholz

Le chancelier allemand Olaf Scholz a qualifié jeudi matin l’opération militaire russe lancée en Ukraine de « violation éclatante » du droit international, parlant d’une « journée sombre » pour l’Europe toute entière.

« L’Allemagne condamne de la manière la plus ferme cet acte sans scrupule du président (Vladimir) Poutine, notre solidarité va à l’Ukraine et à ses habitants », a-t-il ajouté dans un communiqué.

06h24 : L’UE promet de tenir le Kremlin pour « responsable »

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dénoncé jeudi l’attaque de la Russie contre l’Ukraine et s’est engagée à demander à Moscou de « rendre des comptes ».


« Nous condamnons fermement l’attaque injustifiée de la Russie contre l’Ukraine. En ces heures sombres, nos pensées vont à l’Ukraine et aux femmes, hommes et enfants innocents qui font face à cette attaque non provoquée et craignent pour leur vie », a écrit Ursula von der Leyen sur Twitter. « Nous demanderons au Kremlin de rendre des comptes ».

6h20 : Biden promet à Zelensky de «sévère sanctions» contre Moscou

Selon le compte-rendu de l'appel de la Maison Blanche.

6h15 Les sirènes d'avertissement anti-bombardement retentissent à KievLes sirènes d'avertissement anti-bombardement ont retenti jeudi matin dans le centre de Kiev, la capitale de l'Ukraine, ont constaté des journalistes de l'AFP. De puissantes explosions étaient entendues jeudi matin dans la capitale, ainsi qu'à Odessa (sud), à Kharkiv près de la frontière russe et dans l'Est de l'Ukraine. : Les sirènes d'avertissement anti-bombardement retentissent à Kiev

Les sirènes d'avertissement anti-bombardement ont retenti jeudi matin dans le centre de Kiev, la capitale de l'Ukraine, ont constaté des journalistes de l'AFP. De puissantes explosions étaient entendues jeudi matin dans la capitale, ainsi qu'à Odessa (sud), à Kharkiv près de la frontière russe et dans l'Est de l'Ukraine.

6h10 : « Pas de panique, nous allons vaincre », assure le président Zelensky

Le président ukrainien a appelé jeudi ses concitoyens à ne pas paniquer face à l’offensive russe qui frappe leur pays, annonçant par ailleurs l’introduction de la loi martiale. « Pas de panique, nous sommes prêts pour tout, nous allons vaincre », a dit Volodymyr Zelensky dans un message vidéo sur Facebook, ajoutant que la Russie avait effectué des frappes contre des infrastructures militaires et des garde-frontières.

6h00 : L'Ukraine va déclarer la loi martiale

Le président Zelensky vient de passer par Instagram pour annoncer qu'il avait demandé au conseil de sécurité d'approuver en urgence la déclaration de la loi martiale.


 

5h55 : Poutine semble avoir enregistré la vidéo annonçant l'opération militaire lundi

Selon une radio indépendante russe qui a pu télécharger la vidéo de l'annonce de l'attaque ce soir, les métadonnées indiquent que le fichier a été créé le 21 février à 19h00. 20 Minutes n'a pas encore été en mesure de le vérifier (le site du Kremlin sature sous les connexions), mais Vladimir Poutine semble porter la même cravate que lors de son allocution de lundi.


 

5h50 : L'opération militaire russe vise à «détruire l'Etat ukrainien», déclare un diplomate
5h40 : Projet de résolution à l'ONU

Le projet de résolution condamnant la Russie sera déposé jeudi au Conseil de sécurité de l'ONU, vote attendu vendredi.

5h30 : Kiev frappé par des missiles balistiques

La Russie frappe Kiev avec des missiles balistiques, selon le ministre des affaires intérieures, les habitants de Kiev doivent trouver refuge dans l'un des 5.000 abris anti-bombes.


 

5h20 : Un dépôt de munitions sans doute détruit près de Kharkiv

 

5h15 : Des troupes russes franchissent la frontière

Des troupes russes ont débarqué à Odessa de navires situés dans la mer noir, et des soldats russes sont en train de franchir la frontière nord vers Kharkiv, selon un conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur, rapporte la chaîne NBC.

5h05 : Au moins sept villes ukrainiennes frappées par Moscou

Des explosions sont signalées à Kiev, Kharkiv, Mariouol, Dnipro, Odessa, Savayansk et Kramatorsk.

5h00 : « L’Ukraine va se défendre »

« Poutine a lancé une invasion complète de l’Ukraine. L’Ukraine va se défendre », assure le ministre des Affaires étrangères, qui appelle le « monde à stopper Poutine ».


 

4h50 : Condamnation de l’Otan

L’Otan « condamne fermement » et promet une réponse à cette « grave violation du droit international »


 

4h45 : Des vastes frappes aériennes avant une probable invasion terrestre

La ville de Marioupol, au sud du pays, est également lourdement touchée. Melinda Haring, de l'Atlantic Council, avait expliqué à 20 Minutes que Poutine commencerait sans doute avec des frappes aériennes et des missiles de croisières pour une campagne «shock and awe» (choc et effroi) avant une invasion terrestre.

4h35 : Le baril passe les 100 dollars

Sans surprise, avec l'attaque russe, les cours du pétrole flambe.

4h30 : Gros nuage de fumée sur Kharkiv

La 2e plus grande ville d'Ukraine semble subir des frappes aériennes russes.


 

4h20 : Joe Biden condamne une attaque « injustifiée » et une « guerre préméditée »

Biden condamne une attaque « non provoquée et injustifiée ». « Poutine a choisi une guerre préméditée ». Biden évoque une réunion du G7 ce jeudi et avec l’Otan pour une réponse « forte et unie pour dissuader une agression contre l’Alliance ».

 

4h10 : Des explosions signalées à Kiev, Kharkiv et Odessa

Un journaliste à Kiev signale des explosions, et une webcam à Kharkiv, la 2e plus grande ville ukrainienne, en montre également. D'autres sont signalées à Odessa. La Russie attaque sur tous les fronts.



 

3h50 : Vladimir Poutine annonce «une opération militaire spéciale»

Le président russe Vladimir Poutine annonce à la télévision en direct une opération militaire en Ukraine pour défendre les séparatistes de l'est du pays. «J'ai pris la décision d'une opération militaire spéciale».

3h40 : Le chef de l'ONU exhorte Poutine à ne pas attaquer l'Ukraine

C'est un plaidoyer «du fond du coeur». Le secrétaire général, Antonio Guterres, regarde la caméra droit dans les yeux: «Président Poutine, dites à vous troupes de ne pas attaquer l'Ukraine. Donnez une chance à la paix. Trop de pesonnes ont déjà été tuées.»


 

3h25 : Les responsables militaires russes dans leur centre de commandement, selon ABC

Selon un responsable américain à ABC, les responsables militaires russes sont dans leur centre de commandement. Des cyberattaques sont en cours. Le général Milley (Chef d'État-Major des armées) craint une invasion nocturne (pas clair s'il parle de cette nuit).

3h15 : L'espace aérien ukrainien fermé à l'aviation civile

Des avions ont fait demi-tour, selon les données en temps réel.



 

3h10 : Anxiété maximale en Ukraine

De nombreux Ukrainiens ne dorment pas ce soir, face à la crainte d’une attaque imminente. « Je suis assis là et je me demande à quoi le monde va ressembler quand le soleil se lève. Il y a eu beaucoup de fausses alarmes, et j’espère que ce soir en est une aussi », écrit le journaliste Nolan Peterson.


 

3h05 : Les marchés dans le rouge en Asie

Premières à ouvrir sur la planète finance, les bourses asiatiques vivent mal la situation en Ukraine. La Bourse de Tokyo est dans le rouge avec un Nikkei 225 en repli de 0,76 %. La couleur est la même à Hong Kong où le Hang Seng recule, peu après le début des cotations, de 1,63 %. A Taïwan, la tendance est aussi à la baisse : -1,31 %. 

3h00 : Résumé de la situation en milieu de nuit

Voici ce qui s’est passé entre mercredi soir et ce jeudi 3h :

- Les leaders séparatistes ont demandé l’aide militaire de Moscou pour « aider à repousser l’agression des forces armées ukrainiennes »

- Dans la foulée, Washington a indiqué que Moscou avait près de 100 % des forces nécessaires pour lancer une invasion.

- Selon un reponsable ukrainien, Washington craint une attaque ce jeudi, sans doute au nord-est, entre la ville russe de Belgorod, où sont massées des troupes, et Kharkiv, la 2e plus grande ville ukrainienne.

- Dans la nuit, les aéroports de Kharkiv et Dnipro ont été fermés.

- Des cyberattaques semblent frapper de nombreux sites du gouvernement ukrainien ;

- Dans une allocution grave, le président Zelensky a promis que l’Ukraine se défendrait. Selon lui, Vladmimir Poutine donné son feu vert à l’attaque. Zelensky a tenté de téléphoner à son homologue russe, qui n’a pas décroché.

- Le conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir en urgence à 3h30

2h30 : Google Maps semble indiquer un embouteillage près de la frontière ukrainienne

Il est 3h30 en Ukraine, et le trafic en temps réel de Google Maps indique un bouchon entre la ville russe de Belgorod, où sont stationnés des tanks russes, et la frontière ukrainienne, près de la ville de Kharkiv, qui pourrait, selon Washington être la première cible d'une attaque russe. Attention, ces données sont sans doute des civils ralentis par la présence militaire.


 

Bonjour à toutes et à tous!

Bienvenue dans ce nouveau live de la rédaction de « 20 Minutes », mobilisée 24h/24 avec la crise entre la Russie et l’Ukraine, avec un conflit d'envergure qui semble plus que jamais inéluctable. Mercredi soir, les leaders séparatistes ont demandé l’aide militaire de Moscou pour « aider à repousser l’agression des forces armées ukrainiennes », une initiative qui risque, selon Washington de servir de prétexte à Vladimir Poutine pour lancer une invasion. Dans un fervent plaidoyer, le président ukrainien s'est adressé aux soldates russes et à la société civile, mais il a affirmé que Poutine avait donné son feu vert à l'attaque et refusé de répondre à son appel téléphonique.