Conflit Ukraine-Russie : Donald Trump voit du « génie » dans la stratégie de Poutine

ELOGES Selon l’ancien locataire de la Maison-Blanche, les sanctions américaines contre la Russie « sont insignifiantes comparées à la prise d’un pays et de terres stratégiquement situées »

20 Minutes avec AFP
— 
L'ancien président américain Donald Trump, à Orlando le 28 février 2021 (illustration).
L'ancien président américain Donald Trump, à Orlando le 28 février 2021 (illustration). — John Raoux/AP

Vladimir Poutine ne reçoit pas uniquement des critiques de la part des politiques américains. Donald Trump a en effet vu mardi du « génie » dans la stratégie du président russe sur l’ Ukraine, fustigeant au passage la gestion par son successeur Joe Biden de la crise.

En regardant l’allocution de Vladimir Poutine lundi, lors de laquelle le président russe a déclaré reconnaître l’indépendance de deux territoires séparatistes d’Ukraine, « j’ai dit "c’est du génie" », a déclaré le républicain à un podcast conservateur. « Qu’est-ce qu’il est malin », a ajouté l’ancien président, vantant au passage sa relation avec le dirigeant russe. La proximité entre les deux hommes a par le passé fait l’objet de vives critiques.

Des sanctions « faibles »

Assurant qu’il connaît « très bien » Vladimir Poutine, Donald Trump a aussi jugé dans un communiqué que le dirigeant russe « n’aurait jamais fait sous l’administration Trump ce qu’il fait maintenant ». Dénonçant la façon dont son successeur Joe Biden gère le dossier, il a martelé qu’il « n’y avait absolument aucune raison pour que la situation qui se déroule actuellement en Ukraine ait lieu du tout ».

Donald Trump, qui flirte avec la possibilité de repartir dans la course à la Maison-Blanche, a par ailleurs qualifié de « faibles » les sanctions adoptées pour le moment par l’administration Biden. « Elles sont insignifiantes comparées à la prise d’un pays et de terres stratégiquement situées », a accusé l’ancien dirigeant. « Non seulement Poutine obtient ce qu’il a toujours voulu, mais il s’enrichit de plus en plus grâce à l’essor du pétrole et du gaz », a-t-il renchéri. Des déclarations qui ne devraient cependant pas surprendre à la Maison-Blanche.